Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
LadyOlenna
Niveau 10

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par LadyOlenna le Jeu 20 Aoû 2020 - 21:56
@Cléopatra2 a écrit:
@bobdom a écrit:Cleopatra, je suis désolé mais les deux liens que tu donnes sont l'exemple type de la masse d'informations difficilement illisibles, en particulier le deuxième. Tu dis que ça prend 2 secondes pour cliquer sur le lien, ok mais combien de temps pour décoder cette note de service ? Nulle part les barres précises ne sont données par discipline. Or, c'est la seule information importante, avec une calculatrice pour le barème.

Les syndicats, en effet, font un vrai effort d'information en publiant les barres d'une année sur l'autre. Heureusement qu'ils existent. Les forums aussi.  Sauf que, ces informations devraient être clairement présentées par le ministère. Sinon, ça conduit tout simplement à pourvoir des postes au concours qui donnent suite à des démissions l'année suivante, ce qui arrange sans doute l'EN puisqu'ils peuvent mettre un contractuel en place et dire qu'ils ne baissent pas les places au concours.

Je ne serai pas de ceux qui critiquent les collègues découvrant les tristes aspects de la mécanique administrative.
Bref. Sur ce, je m'en retourne à mes vacances Smile
Ce qui m'attriste c'est que vous êtes convaincus de votre bon droit. Mais m.... vous ne pouvez pas passer 4h de votre vie à lire et décrypter un texte qui régit votre futur tout entier? Quitte à envoyer un mail s'il y a des choses qui ne sont pas comprises? Quant aux barres, elles ne peuvent être données puisqu'elles changent tous les ans (et pour les stagiaires c'est encore différent). Je le répète, l'administration n'est pas là pour baby-sitter les gens. Elle les informe, l'info est trouvable en 2 minutes. Après, les personnes assument! Si vous ne pouvez pas assumer une séparation, vous ne passez pas les concours car effectivement la situation ensuite est vraiment problématique. Les candidats aux concours NE SONT PAS DES ENFANTS. Ils n'ont pas à être maternés, chouchoutés. Ce sont des citoyens, des adultes, des futurs professionnels.
Totalement d'accord avec Cleopatra.
J'ajoute que j'ai constaté ces dernières années un nombre croissant de jeunes profs (attention, ils ne sont pas tous dans ce cas !) râler ou contester au sujet de leur affectation, déposer des recours divers... et je me demande si justement ça ne va pas avec le fait que cette génération a été chouchoutée, maternée, et a grandi dans l'idée que "j'ai le droit". Oui je suis une vieille réac, j'assume.


Dernière édition par LadyOlenna le Jeu 20 Aoû 2020 - 22:01, édité 1 fois
Jenny
Jenny
Modérateur

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Jenny le Jeu 20 Aoû 2020 - 21:57
Et au pire, si on ne comprend pas le texte, on demande.
dita
dita
Neoprof expérimenté

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par dita le Jeu 20 Aoû 2020 - 22:07
C'est la preuve que le Capes et l'agrégation sont bradés, si on n'est même pas fichu de comprendre un texte ou de se donner les moyens de le comprendre.
Daphné
Daphné
Demi-dieu

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Daphné le Ven 21 Aoû 2020 - 0:49
@LadyOlenna a écrit:
@Cléopatra2 a écrit:
@bobdom a écrit:Cleopatra, je suis désolé mais les deux liens que tu donnes sont l'exemple type de la masse d'informations difficilement illisibles, en particulier le deuxième. Tu dis que ça prend 2 secondes pour cliquer sur le lien, ok mais combien de temps pour décoder cette note de service ? Nulle part les barres précises ne sont données par discipline. Or, c'est la seule information importante, avec une calculatrice pour le barème.

Les syndicats, en effet, font un vrai effort d'information en publiant les barres d'une année sur l'autre. Heureusement qu'ils existent. Les forums aussi.  Sauf que, ces informations devraient être clairement présentées par le ministère. Sinon, ça conduit tout simplement à pourvoir des postes au concours qui donnent suite à des démissions l'année suivante, ce qui arrange sans doute l'EN puisqu'ils peuvent mettre un contractuel en place et dire qu'ils ne baissent pas les places au concours.

Je ne serai pas de ceux qui critiquent les collègues découvrant les tristes aspects de la mécanique administrative.
Bref. Sur ce, je m'en retourne à mes vacances Smile
Ce qui m'attriste c'est que vous êtes convaincus de votre bon droit. Mais m.... vous ne pouvez pas passer 4h de votre vie à lire et décrypter un texte qui régit votre futur tout entier? Quitte à envoyer un mail s'il y a des choses qui ne sont pas comprises? Quant aux barres, elles ne peuvent être données puisqu'elles changent tous les ans (et pour les stagiaires c'est encore différent). Je le répète, l'administration n'est pas là pour baby-sitter les gens. Elle les informe, l'info est trouvable en 2 minutes. Après, les personnes assument! Si vous ne pouvez pas assumer une séparation, vous ne passez pas les concours car effectivement la situation ensuite est vraiment problématique. Les candidats aux concours NE SONT PAS DES ENFANTS. Ils n'ont pas à être maternés, chouchoutés. Ce sont des citoyens, des adultes, des futurs professionnels.
Totalement d'accord avec Cleopatra.
J'ajoute que j'ai constaté ces dernières années un nombre croissant de jeunes profs (attention, ils ne sont pas tous dans ce cas !) râler ou contester au sujet de leur affectation, déposer des recours divers... et je me demande si justement ça ne va pas avec le fait que cette génération a été chouchoutée, maternée, et a grandi dans l'idée que "j'ai le droit". Oui je suis une vieille réac, j'assume.
Moi je ne me le demande pas, j'en suis certaine !
Et j'assume d'être une vieille réac, je le revendique même. Première affectation problématique - Page 5 1482308650
avatar
ee
Niveau 9

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par ee le Ven 21 Aoû 2020 - 1:33
On a quand même le droit de penser que :

- Avant la réforme Allègre (la création des deux mouvements), la situation était meilleure. Pour les titulaires, de façon évidente : tu gardais ton poste tant que tu n'obtenais pas les postes précis (établissements ou communes) que tu demandais. Tu ne risquais donc pas de te retrouver dans la situation désagréable d'obtenir une académie mais d'être affecté à 150 bornes de là où ton conjoint avait du travail, ou à 200 de la ville de tes rêves... et d'avoir cramé tous tes points au passage. Pour les premières affectations, je ne sais pas, mais je crois que c'était mieux aussi : si tu voulais rester dans une zone géographique, tu pouvais demander précisément des postes dans un rayon de tant de km de ton domicile, sur plusieurs académies au besoin.

- Avant avant avant, la situation était meilleure aussi, tout bêtement, parce qu'on était mieux payés (par rapport à la moyenne des salaires, et donc au coût de la vie). Ce qui changeait tout quand il fallait trouver un logement dans une ville "chère", ou envisager de faire un AR en train, voire en avion, chaque fin de semaine.

- Le système des points est passablement hermétique puisque, chaque année, circulaires nationales et circulaires rectorales changent sur quelques éléments à lourdes conséquences individuelles (combien de points pour un parents isolé, pour un rapprochement de conjoint, pour des années APV etc, sur quel type de vœu comptent-ils...?) . En outre et surtout, les barèmes nécessaires pour telle académie/telle commune/tel établissement sont largement imprévisibles, puisque dépendant de l'offre et de la demande quasiment en temps réel.

- Dans ce système hermétique et changeant d'attribution de points, on est en droit de penser que les "secondes carrières", c'est à dire des collègues largement adultes, avec enfants à charge, conjoint qui travaille ou situation de parent isolé ayant créé un réseau de solidarités familiales et amicales là où il vit, peut-être crédit maison etc... devraient justement se voir attribuer un gros bonus de points leur garantissant presque à coup sûr de rester dans leur académie. C'est une chose de partir à 500 km en fin d'études pour démarrer sa vie professionnelle/sa vie d'adulte, c'en est une autre de partir à 500 km quand on a un conjoint qui ne peut pas perdre son boulot, un ou deux gosses petits et des parents vieillissants...

Bref, pour ma part, je trouve le système des mutations à la fois opaque et inhumain. Et je pense qu'on devrait exiger le retour au mouvement unique (ou réfléchir à des concours académiques, comme pour les professeurs des écoles?). Mais en attendant, si, à la marge, il est possible d'arranger un-e collègue dont la situation est objectivement invivable, ne serait qu'en lui accordant une affectation provisoire, un report d'intégration ou n'importe quoi qui évite d'avoir à choisir entre renoncer au concours et foutre sa vie privée en l'air, ben vive l'arrangement à la marge!
Lord Steven
Lord Steven
Neoprof expérimenté

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Lord Steven le Ven 21 Aoû 2020 - 1:50
@ee a écrit:On a quand même le droit de penser que :

- Avant la réforme Allègre (la création des deux mouvements), la situation était meilleure. Pour les titulaires, de façon évidente  : tu gardais ton poste tant que tu n'obtenais pas les postes précis (établissements ou communes) que tu demandais. Tu ne risquais donc pas de te retrouver dans la situation désagréable d'obtenir une académie mais d'être affecté à 150 bornes de là où ton conjoint avait du travail, ou à 200 de la ville de tes rêves... et d'avoir cramé tous tes points au passage. Pour les premières affectations, je ne sais pas, mais je crois que c'était mieux aussi : si tu voulais rester dans une zone géographique, tu pouvais demander précisément des postes dans un rayon de tant de km de ton domicile, sur plusieurs académies au besoin.

- Avant avant avant, la situation était meilleure aussi, tout bêtement, parce qu'on était mieux payés (par rapport à la moyenne des salaires, et donc au coût de la vie). Ce qui changeait tout quand il fallait trouver un logement dans une ville "chère", ou envisager de faire un AR en train, voire en avion, chaque fin de semaine.

- Le système des points est passablement hermétique puisque, chaque année, circulaires nationales et circulaires rectorales changent sur quelques éléments à lourdes conséquences individuelles (combien de points pour un parents isolé, pour un rapprochement de conjoint, pour des années APV etc, sur quel type de vœu comptent-ils...?) . En outre et surtout, les barèmes nécessaires pour telle académie/telle commune/tel établissement sont largement imprévisibles, puisque dépendant de l'offre et de la demande quasiment en temps réel.

- Dans ce système hermétique et changeant d'attribution de points, on est en droit de penser que les "secondes carrières", c'est à dire des collègues largement adultes, avec enfants à charge, conjoint qui travaille ou situation de parent isolé ayant créé un réseau de solidarités familiales et amicales là où il vit, peut-être crédit maison etc... devraient justement se voir attribuer un gros bonus de points leur garantissant presque à coup sûr de rester dans leur académie. C'est une chose de partir à 500 km en fin d'études pour démarrer sa vie professionnelle/sa vie d'adulte, c'en est une autre de partir à 500 km quand on a un conjoint qui ne peut pas perdre son boulot, un ou deux gosses petits et des parents vieillissants...

Bref, pour ma part, je trouve le système des mutations à la fois opaque et inhumain. Et je pense qu'on devrait exiger le retour au mouvement unique (ou réfléchir à des concours académiques, comme pour les professeurs des écoles?). Mais en attendant, si, à la marge, il est possible d'arranger un-e collègue dont la situation est objectivement invivable, ne serait qu'en lui accordant une affectation provisoire, un report d'intégration ou n'importe quoi qui évite d'avoir à choisir entre renoncer au concours et foutre sa vie privée en l'air, ben vive l'arrangement à la marge!

Juste pour répondre à cette hypothèse, non, hélas, vous vous trompez. La première nomination avait lieu "en extension" de ses voeux, et en l'absence de toute bonification comme on peut en avoir aujourd'hui, nous nous sommes tous, dans ma promo de l'époque, retrouvés nommés trèèèès loin de notre région d'origine. Le système d'antan avait également ses défauts, ne l'idéalisez pas.

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch Première affectation problématique - Page 5 929169480
avatar
ee
Niveau 9

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par ee le Ven 21 Aoû 2020 - 2:09
@Lord Steven a écrit:
@ee a écrit:On a quand même le droit de penser que :

- Avant la réforme Allègre (la création des deux mouvements), la situation était meilleure. Pour les titulaires, de façon évidente  : tu gardais ton poste tant que tu n'obtenais pas les postes précis (établissements ou communes) que tu demandais. Tu ne risquais donc pas de te retrouver dans la situation désagréable d'obtenir une académie mais d'être affecté à 150 bornes de là où ton conjoint avait du travail, ou à 200 de la ville de tes rêves... et d'avoir cramé tous tes points au passage. Pour les premières affectations, je ne sais pas, mais je crois que c'était mieux aussi : si tu voulais rester dans une zone géographique, tu pouvais demander précisément des postes dans un rayon de tant de km de ton domicile, sur plusieurs académies au besoin.

- Avant avant avant, la situation était meilleure aussi, tout bêtement, parce qu'on était mieux payés (par rapport à la moyenne des salaires, et donc au coût de la vie). Ce qui changeait tout quand il fallait trouver un logement dans une ville "chère", ou envisager de faire un AR en train, voire en avion, chaque fin de semaine.

- Le système des points est passablement hermétique puisque, chaque année, circulaires nationales et circulaires rectorales changent sur quelques éléments à lourdes conséquences individuelles (combien de points pour un parents isolé, pour un rapprochement de conjoint, pour des années APV etc, sur quel type de vœu comptent-ils...?) . En outre et surtout, les barèmes nécessaires pour telle académie/telle commune/tel établissement sont largement imprévisibles, puisque dépendant de l'offre et de la demande quasiment en temps réel.

- Dans ce système hermétique et changeant d'attribution de points, on est en droit de penser que les "secondes carrières", c'est à dire des collègues largement adultes, avec enfants à charge, conjoint qui travaille ou situation de parent isolé ayant créé un réseau de solidarités familiales et amicales là où il vit, peut-être crédit maison etc... devraient justement se voir attribuer un gros bonus de points leur garantissant presque à coup sûr de rester dans leur académie. C'est une chose de partir à 500 km en fin d'études pour démarrer sa vie professionnelle/sa vie d'adulte, c'en est une autre de partir à 500 km quand on a un conjoint qui ne peut pas perdre son boulot, un ou deux gosses petits et des parents vieillissants...

Bref, pour ma part, je trouve le système des mutations à la fois opaque et inhumain. Et je pense qu'on devrait exiger le retour au mouvement unique (ou réfléchir à des concours académiques, comme pour les professeurs des écoles?). Mais en attendant, si, à la marge, il est possible d'arranger un-e collègue dont la situation est objectivement invivable, ne serait qu'en lui accordant une affectation provisoire, un report d'intégration ou n'importe quoi qui évite d'avoir à choisir entre renoncer au concours et foutre sa vie privée en l'air, ben vive l'arrangement à la marge!

Juste pour répondre à cette hypothèse,  non, hélas, vous vous trompez. La première nomination avait lieu "en extension" de ses voeux, et en l'absence de toute bonification comme on peut en avoir aujourd'hui, nous nous sommes tous, dans ma promo de l'époque, retrouvés nommés trèèèès loin de notre région d'origine. Le système d'antan avait également ses défauts, ne l'idéalisez pas.




Merci de cette précision. Personnellement, quand j'ai passé le concours, j'habitais le 93 et je voulais le 93, donc je ne m'étais pas beaucoup inquiétée (à juste titre!). Mais quelques années plus tard, lorsque j'ai muté donc, j'ai découvert les "joies" d'un système où les circulaires académiques de l'aca de départ ne sont pas exactement les mêmes que celles de l'aca d'arrivée, où ce qui valait tant de points pour avoir une aca n'en valait plus aucun pour avoir une zone géographique dans la dite aca, où un barème d'entrée accessible dans une commune plusieurs années d'affilée devenait brusquement inaccessible etc. Les témoignages de plus anciens dans la profession que moi m'avaient donné le sentiment que cela n'avait pas toujours été aussi kafkaïen, que les commissions dans lesquelles siégeaient les représentants syndicaux arrivaient à corriger quelques situations inacceptables indépendamment de la calculette ... mais ce sentiment n'était peut-être pas fondé, après tout!
Solga
Solga
Niveau 4

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Solga le Ven 21 Aoû 2020 - 8:32
@ee a écrit:
Mais en attendant, si, à la marge, il est possible d'arranger un-e collègue dont la situation est objectivement invivable, ne serait qu'en lui accordant une affectation provisoire, un report d'intégration ou n'importe quoi qui évite d'avoir à choisir entre renoncer au concours et foutre sa vie privée en l'air, ben vive l'arrangement à la marge!

Personnellement, j'avais cru comprendre que l'auteure du message initial s'était "trompée" dans ses vœux en demandant un rapprochement de conjoint sur une académie où son conjoint ne résidait plus puisqu'il y a eu déménagement.
Si tel est le cas, c'est difficile d'invoquer l'injustice, même si la situation est, en effet, plus que compliquée.
LadyOlenna
LadyOlenna
Niveau 10

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par LadyOlenna le Ven 21 Aoû 2020 - 8:57
Et puis faire un vœu unique "en pensant que"... c'est un peu kamikaze quand même.
profdoc désespérée
profdoc désespérée
Niveau 1

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par profdoc désespérée le Ven 21 Aoû 2020 - 11:01
Bonjour,

Voici un rapport de la Cour des Comptes qui pointe les problématiques liées aux décisions de mutations subies : "Les mobilités spontanées se font au détriment des zones peu attractives et la place accordée à l’ancienneté et au classement dans les règles d’affectation est trop importante. La gestion des affectations et de la mobilité doit être revue pour mieux répondre aux besoins des usagers"
https://www.ccomptes.fr/system/files/2019-07/20190711-rapport-affectation-mobilite-fonctionnaires-2.pdf

C'est très instructif.
Shajar
Shajar
Doyen

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Shajar le Ven 21 Aoû 2020 - 11:04
La meilleure solution pour éviter que les plus jeunes soient affectés dans les zones peu convoitées serait de faire comme les militaires : mutation obligatoire tous les x ans. Comme ça, on t'envoie à Créteil depuis la Haute Loire quand tu es "expérimenté". Ca te dit ?
Danska
Danska
Modérateur

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Danska le Ven 21 Aoû 2020 - 11:11
@profdoc désespérée a écrit:Bonjour,

Voici un rapport de la Cour des Comptes qui pointe les problématiques liées aux décisions de mutations subies : "Les mobilités spontanées se font au détriment des zones peu attractives et la place accordée à l’ancienneté et au classement dans les règles d’affectation est trop importante. La gestion des affectations et de la mobilité doit être revue pour mieux répondre aux besoins des usagers"
https://www.ccomptes.fr/system/files/2019-07/20190711-rapport-affectation-mobilite-fonctionnaires-2.pdf

C'est très instructif.

En attendant, si tu veux être un minimum crédible, il va falloir que tu te décides à répondre à une question très simple : si le privé est si bien que ça, pourquoi diable avoir passé un concours de la fonction publique ?
Carmelo75
Carmelo75
Niveau 2

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Carmelo75 le Ven 21 Aoû 2020 - 11:13
@Cléopatra2 a écrit:
@bobdom a écrit:Cleopatra, je suis désolé mais les deux liens que tu donnes sont l'exemple type de la masse d'informations difficilement illisibles, en particulier le deuxième. Tu dis que ça prend 2 secondes pour cliquer sur le lien, ok mais combien de temps pour décoder cette note de service ? Nulle part les barres précises ne sont données par discipline. Or, c'est la seule information importante, avec une calculatrice pour le barème.

Les syndicats, en effet, font un vrai effort d'information en publiant les barres d'une année sur l'autre. Heureusement qu'ils existent. Les forums aussi.  Sauf que, ces informations devraient être clairement présentées par le ministère. Sinon, ça conduit tout simplement à pourvoir des postes au concours qui donnent suite à des démissions l'année suivante, ce qui arrange sans doute l'EN puisqu'ils peuvent mettre un contractuel en place et dire qu'ils ne baissent pas les places au concours.

Je ne serai pas de ceux qui critiquent les collègues découvrant les tristes aspects de la mécanique administrative.
Bref. Sur ce, je m'en retourne à mes vacances Smile
Ce qui m'attriste c'est que vous êtes convaincus de votre bon droit. Mais tout de même, vous ne pouvez pas passer 4h de votre vie à lire et décrypter un texte qui régit votre futur tout entier? Quitte à envoyer un mail s'il y a des choses qui ne sont pas comprises? Quant aux barres, elles ne peuvent être données puisqu'elles changent tous les ans (et pour les stagiaires c'est encore différent). Je le répète, l'administration n'est pas là pour baby-sitter les gens. Elle les informe, l'info est trouvable en 2 minutes. Après, les personnes assument! Si vous ne pouvez pas assumer une séparation, vous ne passez pas les concours car effectivement la situation ensuite est vraiment problématique. Les candidats aux concours NE SONT PAS DES ENFANTS. Ils n'ont pas à être maternés, chouchoutés. Ce sont des citoyens, des adultes, des futurs professionnels.

Edit : le vous est générique et ne s'adresse pas spécialement à bobdom ou a carmelo75.

Personne ne parle d'être maternés ou chouchoutés... je ne comprends même pas l'emploi de ces termes si ce n'est pour discréditer le débat.

Concrètement, ça coûte quoi de faire un peu d'information concernant le système des mutations ? Est-ce si difficile que ça de prendre 30 minutes sur un amphi de 4 heures pour brosser les grandes lignes du système de mutation ? Comme je l'ai expliqué, les INSPE ont tout à fait vocation à effectuer ce genre d'interventions, et en plus ils bénéficient d'un personnel qualifié pour le faire, donc si ça peut éviter les déconvenues pourquoi ne pas le faire ?

Comme l'a déjà dit bobdom, ce n'est pas normal que les étudiants doivent chercher des informations aussi importantes sur internet : entre la désinformation, les mésinterprétations, les informations contradictoires, etc... on ne s'en sort plus. D'ailleurs sur les sites officiels, les informations ne sont même pas complètes.

À un moment donné, force est de constater qu'il y'a bien un problème, et il ne vient pas nécessairement de la paresse des étudiants. Penser cela, c'est se mettre des oeillères.

Quant à "si on ne comprend pas on demande ?". On demande à qui ? Des inconnus sur un forum qui n'ont peut-être pas la légitimité pour répondre ? À des intervenants dans les INSPE ? Et dans ce dernier cas, pourquoi ne pas directement prendre le taureau par les cornes et faire une séance d'information collective ?
Cléopatra2
Cléopatra2
Grand sage

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Cléopatra2 le Ven 21 Aoû 2020 - 11:14
Je ne vois pas en quoi la première affectation de stagiaire après s'être volontairement inscrit à un concours peut être considéré comme une mutation subie.
Restez dans le privé, comme ça pas de problème.
@ee : comme je l'ai dit, il ne faut pas confondre le système des mutations (qui est bon, pas bon, injuste par certains côtés etc.) et le fait de s'informer sur ces conditions. Je ne parle que de l'information des collègues, pas du système en lui-même,qui a ses avantages et ses inconvénients. En 1986, ma tante a été mutée à l'issue de son stage à 800 km, avec un nouveau-né.
Là je parle bien de l'information plus que lacunaire des collègues et je me scandalise de propos qui disent que le texte de loi est ésotérique et qu'il est normal de laisser tomber après n'avoir pas réussi à le comprendre tout de suite. Là j'avoue que les bras m'en tombent, surtout lorsqu'il s'agit de candidats au concours. D'autant plus s'il s'agit de candidats en reconversion, donc très peu mobiles majoritairement. Et je le répète, je me suis renseignée sur d'autres concours pour moi, et la possibilité de ne pas avoir mon coin est bien trop forte, je ne me lance pas. Je ne suis pas adepte de la pensée magique. Je préfère garder mon lycée à 10 minutes à pied de la maison et de l'école des enfants. Passer une année moisie à préparer un concours pour ensuite soit renoncer au bénéfice soit bousiller ma vie de famille parce que je n'aurais pas vu avant les conditions d'affectation , très peu pour moi.
EU1
EU1
Fidèle du forum

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par EU1 le Ven 21 Aoû 2020 - 11:17
Cléopatra : bien sûr qu'il s'agit d'une mutation subie. Les jeunes profs l'acceptent mais elle reste subie.
Cléopatra2
Cléopatra2
Grand sage

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Cléopatra2 le Ven 21 Aoû 2020 - 11:24
@Carmelo75 a écrit:
@Cléopatra2 a écrit:
@bobdom a écrit:Cleopatra, je suis désolé mais les deux liens que tu donnes sont l'exemple type de la masse d'informations difficilement illisibles, en particulier le deuxième. Tu dis que ça prend 2 secondes pour cliquer sur le lien, ok mais combien de temps pour décoder cette note de service ? Nulle part les barres précises ne sont données par discipline. Or, c'est la seule information importante, avec une calculatrice pour le barème.

Les syndicats, en effet, font un vrai effort d'information en publiant les barres d'une année sur l'autre. Heureusement qu'ils existent. Les forums aussi.  Sauf que, ces informations devraient être clairement présentées par le ministère. Sinon, ça conduit tout simplement à pourvoir des postes au concours qui donnent suite à des démissions l'année suivante, ce qui arrange sans doute l'EN puisqu'ils peuvent mettre un contractuel en place et dire qu'ils ne baissent pas les places au concours.

Je ne serai pas de ceux qui critiquent les collègues découvrant les tristes aspects de la mécanique administrative.
Bref. Sur ce, je m'en retourne à mes vacances Smile
Ce qui m'attriste c'est que vous êtes convaincus de votre bon droit. Mais tout de même, vous ne pouvez pas passer 4h de votre vie à lire et décrypter un texte qui régit votre futur tout entier? Quitte à envoyer un mail s'il y a des choses qui ne sont pas comprises? Quant aux barres, elles ne peuvent être données puisqu'elles changent tous les ans (et pour les stagiaires c'est encore différent). Je le répète, l'administration n'est pas là pour baby-sitter les gens. Elle les informe, l'info est trouvable en 2 minutes. Après, les personnes assument! Si vous ne pouvez pas assumer une séparation, vous ne passez pas les concours car effectivement la situation ensuite est vraiment problématique. Les candidats aux concours NE SONT PAS DES ENFANTS. Ils n'ont pas à être maternés, chouchoutés. Ce sont des citoyens, des adultes, des futurs professionnels.

Edit : le vous est générique et ne s'adresse pas spécialement à bobdom ou a carmelo75.

Personne ne parle d'être maternés ou chouchoutés... je ne comprends même pas l'emploi de ces termes si ce n'est pour discréditer le débat.

Concrètement, ça coûte quoi de faire un peu d'information concernant le système des mutations ? Est-ce si difficile que ça de prendre 30 minutes sur un amphi de 4 heures pour brosser les grandes lignes du système de mutation ? Comme je l'ai expliqué, les INSPE ont tout à fait vocation à effectuer ce genre d'interventions, et en plus ils bénéficient d'un personnel qualifié pour le faire, donc si ça peut éviter les déconvenues pourquoi ne pas le faire ?

Comme l'a déjà dit bobdom, ce n'est pas normal que les étudiants doivent chercher des informations aussi importantes sur internet : entre la désinformation, les mésinterprétations, les informations contradictoires, etc... on ne s'en sort plus. D'ailleurs sur les sites officiels, les informations ne sont même pas complètes.

À un moment donné, force est de constater qu'il y'a bien un problème, et il ne vient pas nécessairement de la paresse des étudiants. Penser cela, c'est se mettre des oeillères.

Quant à "si on ne comprend pas on demande ?". On demande à qui ? Des inconnus sur un forum qui n'ont peut-être pas la légitimité pour répondre ? À des intervenants dans les INSPE ? Et dans ce dernier cas, pourquoi ne pas directement prendre le taureau par les cornes et faire une séance d'information collective ?
En fait il y a plusieurs choses :
- le candidat aux concours : il est étudiant en L3. Il n'a pas de cours en INSPE.
- le candidat inscrit en M je ne sais pas quoi pour passer les concours : un peu tard, non, l'info de l'INSPE...
- le stagiaire miraculeusement resté dans son académie : même chose.
Ce que tu ne veux pas entendre et qui m'affole tant, c'est que l'information ne doit pas être donnée QUAND on est inscrit au concours, ou déjà stagiaire. C'est avant, pour éviter justement une perte de temps si on n'est pas mobile. Donc en L3, et là, pardon, mais à part internet, je ne vois pas comment on peut s'informer.
Et à qui on demande si on n'a pas compris? Eh bien on téléphone au ministère, aux rectorats, au contact de la page web, c'est bon, il faut aussi 100 balles et un mars?
Sors de l'idée éducation nationale et demande-toi ce que font les candidats aux IRA, aux finances, à la police. Tu crois vraiment qu'on vient leur expliquer en L3 qu'ils vont être envoyés à perpète? Donc oui, j'assume, tu réclames du maternage pour des adultes. L'info est disponible, fiable, trouvable en 2 secondes. C'est quand même hallucinant. Si tu décides de te reconvertir en pâtissier, tu vas aller râler auprès de ton patron de stage parce qu'il faut commencer à 4h du mat et que personne ne te l'avait dit? Pour moi c'est du même tonneau, la plainte est ridicule.
Après, une fois que le mal est fait, on propose diverses solutions aux collègues qui se retrouvent dans des situations familiales parfois désespérées, comme les collègues enceintes de ce post. Mais mettre la faute sur la vilaine administration, non. Il y a bien des cas où l'administration ne nous informe pas, mais les mutations, ce n'est clairement pas le cas.
Cléopatra2
Cléopatra2
Grand sage

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Cléopatra2 le Ven 21 Aoû 2020 - 11:26
@EU1 a écrit:Cléopatra : bien sûr qu'il s'agit d'une mutation subie. Les jeunes profs l'acceptent mais elle reste subie.

Ben non, ah ah. Tu t'inscris au concours, ce n'est pas une mutation subie, non mais je rêve. Une mesure de carte scolaire, ça c'est une mutation subie. La perte de son poste après un congé parental de 6 mois aussi, à la limite. Mais les mutations de première affectation, non. Qu'elle ne soit pas désirée, certes, mais je n'appelle pas ça subie, quand on s'est inscrit volontairement à un concours.
Provence
Provence
Bon génie

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Provence le Ven 21 Aoû 2020 - 11:28
Lorsque je préparais le concours, en mon jeune temps, un camarade de promotion m'avait assuré que les lauréats restaient systématiquement dans leur académie pour valider leur stage. Fort bien! Je remplis ma liste de vœux sans trop réfléchir ni me renseigner, plouf! plouf! Et j'attends. Puis je reçois une affectation en stage sur mon deuxième vœu, malheureusement pas le même que les copains de promotion (nous ne nous étions pas concertés).
Je n'ai pas crié à l'injustice du système (il faut reconnaître que je m'étais montrée légère sur ce point). Mais je me suis bien renseignée pour les mutations suivantes! Razz
Provence
Provence
Bon génie

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Provence le Ven 21 Aoû 2020 - 11:29
@Cléopatra2 a écrit:
@EU1 a écrit:Cléopatra : bien sûr qu'il s'agit d'une mutation subie. Les jeunes profs l'acceptent mais elle reste subie.

Ben non, ah ah. Tu t'inscris au concours, ce n'est pas une mutation subie, non mais je rêve. Une mesure de carte scolaire, ça c'est une mutation subie. La perte de son poste après un congé parental de 6 mois aussi, à la limite. Mais les mutations de première affectation, non. Qu'elle ne soit pas désirée, certes, mais je n'appelle pas ça subie, quand on s'est inscrit volontairement à un concours.

Oui, c'est une affectation, non une mutation (qui supposerait qu'on se trouve déjà en poste quelque part).
Carmelo75
Carmelo75
Niveau 2

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Carmelo75 le Ven 21 Aoû 2020 - 11:37
@Cléopatra2 a écrit:
@Carmelo75 a écrit:
@Cléopatra2 a écrit:
@bobdom a écrit:Cleopatra, je suis désolé mais les deux liens que tu donnes sont l'exemple type de la masse d'informations difficilement illisibles, en particulier le deuxième. Tu dis que ça prend 2 secondes pour cliquer sur le lien, ok mais combien de temps pour décoder cette note de service ? Nulle part les barres précises ne sont données par discipline. Or, c'est la seule information importante, avec une calculatrice pour le barème.

Les syndicats, en effet, font un vrai effort d'information en publiant les barres d'une année sur l'autre. Heureusement qu'ils existent. Les forums aussi.  Sauf que, ces informations devraient être clairement présentées par le ministère. Sinon, ça conduit tout simplement à pourvoir des postes au concours qui donnent suite à des démissions l'année suivante, ce qui arrange sans doute l'EN puisqu'ils peuvent mettre un contractuel en place et dire qu'ils ne baissent pas les places au concours.

Je ne serai pas de ceux qui critiquent les collègues découvrant les tristes aspects de la mécanique administrative.
Bref. Sur ce, je m'en retourne à mes vacances Smile
Ce qui m'attriste c'est que vous êtes convaincus de votre bon droit. Mais tout de même, vous ne pouvez pas passer 4h de votre vie à lire et décrypter un texte qui régit votre futur tout entier? Quitte à envoyer un mail s'il y a des choses qui ne sont pas comprises? Quant aux barres, elles ne peuvent être données puisqu'elles changent tous les ans (et pour les stagiaires c'est encore différent). Je le répète, l'administration n'est pas là pour baby-sitter les gens. Elle les informe, l'info est trouvable en 2 minutes. Après, les personnes assument! Si vous ne pouvez pas assumer une séparation, vous ne passez pas les concours car effectivement la situation ensuite est vraiment problématique. Les candidats aux concours NE SONT PAS DES ENFANTS. Ils n'ont pas à être maternés, chouchoutés. Ce sont des citoyens, des adultes, des futurs professionnels.

Edit : le vous est générique et ne s'adresse pas spécialement à bobdom ou a carmelo75.

Personne ne parle d'être maternés ou chouchoutés... je ne comprends même pas l'emploi de ces termes si ce n'est pour discréditer le débat.

Concrètement, ça coûte quoi de faire un peu d'information concernant le système des mutations ? Est-ce si difficile que ça de prendre 30 minutes sur un amphi de 4 heures pour brosser les grandes lignes du système de mutation ? Comme je l'ai expliqué, les INSPE ont tout à fait vocation à effectuer ce genre d'interventions, et en plus ils bénéficient d'un personnel qualifié pour le faire, donc si ça peut éviter les déconvenues pourquoi ne pas le faire ?

Comme l'a déjà dit bobdom, ce n'est pas normal que les étudiants doivent chercher des informations aussi importantes sur internet : entre la désinformation, les mésinterprétations, les informations contradictoires, etc... on ne s'en sort plus. D'ailleurs sur les sites officiels, les informations ne sont même pas complètes.

À un moment donné, force est de constater qu'il y'a bien un problème, et il ne vient pas nécessairement de la paresse des étudiants. Penser cela, c'est se mettre des oeillères.

Quant à "si on ne comprend pas on demande ?". On demande à qui ? Des inconnus sur un forum qui n'ont peut-être pas la légitimité pour répondre ? À des intervenants dans les INSPE ? Et dans ce dernier cas, pourquoi ne pas directement prendre le taureau par les cornes et faire une séance d'information collective ?
En fait il y a plusieurs choses :
- le candidat aux concours : il est étudiant en L3. Il n'a pas de cours en INSPE.
- le candidat inscrit en M je ne sais pas quoi pour passer les concours : un peu tard, non, l'info de l'INSPE...
- le stagiaire miraculeusement resté dans son académie : même chose.
Ce que tu ne veux pas entendre et qui m'affole tant, c'est que l'information ne doit pas être donnée QUAND on est inscrit au concours, ou déjà stagiaire. C'est avant, pour éviter justement une perte de temps si on n'est pas mobile. Donc en L3, et là, pardon, mais à part internet, je ne vois pas comment on peut s'informer.
Et à qui on demande si on n'a pas compris? Eh bien on téléphone au ministère, aux rectorats, au contact de la page web, c'est bon, il faut aussi 100 balles et un mars?
Sors de l'idée éducation nationale et demande-toi ce que font les candidats aux IRA, aux finances, à la police. Tu crois vraiment qu'on vient leur expliquer en L3 qu'ils vont être envoyés à perpète? Donc oui, j'assume, tu réclames du maternage pour des adultes. L'info est disponible, fiable, trouvable en 2 secondes. C'est quand même hallucinant. Si tu décides de te reconvertir en pâtissier, tu vas aller râler auprès de ton patron de stage parce qu'il faut commencer à 4h du mat et que personne ne te l'avait dit? Pour moi c'est du même tonneau, la plainte est ridicule.
Après, une fois que le mal est fait, on propose diverses solutions aux collègues qui se retrouvent dans des situations familiales parfois désespérées, comme les collègues enceintes de ce post. Mais mettre la faute sur la vilaine administration, non. Il y a bien des cas où l'administration ne nous informe pas, mais les mutations, ce n'est clairement pas le cas.
Pardon, mais j'ai ri. Ils ne répondent JAMAIS, même pour des cas qui relèvent de l'urgence totale...

Une telle méconnaissance du système éducatif me laisse songeur, vraiment. Expliquer que les préparations aux concours se font à l'université pour ensuite écrire que les INSPE ne sont pas formés à faire de l'information et achever son argumentaire avec le coup de téléphone au ministère et rectorats, c'est du grand art.

Et non, que tu le veuilles ou non, l'info n'est pas trouvable en 2 secondes et compréhensible. Les deux liens que tu as donnés en sont la parfaite illustration du jargon version EN absolument indigeste comme d'autres te l'ont déjà expliqué. Je pense qu'on ne tombera pas d'accord et ce n'est pas grave, je te remercie d'avoir tout de même pris le temps d'étayer ton point de vue.
Ruthven
Ruthven
Monarque

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Ruthven le Ven 21 Aoû 2020 - 11:49
Il y a des modules de prépro en L3 ; cela ne mangerait pas de pain qu'on prenne 30 minutes pour expliquer aux étudiants ce qu'est le mouvement ; en M1 MEEF aussi, dans les modules "Connaissance du système éducatif" qui ne sont pas toujours très palpitants, on pourrait donner les règles du jeu des mutations de manière un peu plus approfondie. Les étudiants sont un peu la tête dans le guidon et ne pensent pas tous spontanément aux conditions matérielles d'exercice.
Pour les reconversions, en revanche, c'est plus énigmatique de ne pas se renseigner.
Mara-Jade
Mara-Jade
Niveau 7

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Mara-Jade le Ven 21 Aoû 2020 - 11:55
Pour ma part, j’ai longtemps refusé de passer le concours, en partie parce que je savais que je risquais de me retrouver loin de chez moi (les aberrations du système de l'E.N. sont l'autre raison ; malheureusement les choses ont empiré depuis mes années de fac, sans évoquer les diverses réformes il suffit de constater comment notre employeur prend soin de nous en ce moment). Certains collègues de promo, malgré le pacs, se retrouvent TZR dans un département limitrophe de leur domicile. J'ai vraiment de la "chance" d'avoir eu suffisamment de points pour ne pas avoir à déménager. Je ne pouvais pas me le permettre de toute façon, et j'aurais été contrainte de démissionner. Cependant, mon refus de passer le concours a eu des conséquences : pendant des années j'ai enseigné sans être fonctionnaire, j'ai également dû avoir d'autres emplois. Cependant, je suis maintenant heureuse d'être titulaire.

Quand on a pour vocation, ou en tout cas un fort désir d'enseigner, simplement d'enseigner, sans autres considérations, les conditions peuvent vraiment mener à une impasse personnelle. J'ai pourtant cherché à me défaire de cette vocation, mais puisque ma seule grande passion est d'écrire je n’avais pas trente-six possibilités de gagner ma vie.
Je témoigne uniquement pour signifier que les choses ne sont pas si simples ; après même si personne ne nous informe il nous appartient effectivement de savoir dans quoi on s'engage.

_________________
"La véritable fonction de la littérature est de nous maintenir en vie dans un monde brutal."(Charles Dantzig).
LordAnthony
LordAnthony
Niveau 2

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par LordAnthony le Ven 21 Aoû 2020 - 11:56
En ce qui me concerne c'est le référent pédagogique de l'INSPE qui m'a dit que je serai affecté en tant que stagiaire dans l'académie où j'ai suivi le M1 en cas de réussite du concours (ce qui était mon plan B en cas d'échec au concours cette année). Il n'a pas précisé que c'était vrai SAUF si je passais le 3ieme concours à l'issue de l'année M1, 3ieme concours qu'il connaissait du reste à peine. J'ai eu tendance à lui faire confiance même si il est vrai que c'est clairement marqué dans les textes et que n'étant pas dans cette situation à ce moment je n'ai pas plus creusé le sujet. Tout ça pour dire que même à l'inspe tout le monde ne connait pas les subtilités des affectations !
C'est exactement le même cas que notre amie qui a ouvert le fil donc je comprends son embarras...
Par contre je précise que venant de nulle part je savais que je pouvais être affecté n'importe où pour mon stage (même si je ne l'ai su qu'en juin quand la circulaire a été publiée). Je savais même le nombre de poste stagiaire dans mon académie et le nombre de place réservé aux étudiant M1 (et donc qu'il ne restait qu'une place à prendre...).
Jenny
Jenny
Modérateur

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Jenny le Ven 21 Aoû 2020 - 12:00
Ruthven : Je suis d'accord avec toi, on pourrait mieux expliquer. Je suis moins surprise par les erreurs des étudiants que par ceux des collègues en reconversion. Les enjeux ne sont pas les mêmes.
Il n'empêche qu'il faut bien lire des textes administratifs tout seul à un moment, ou qu'il faut mieux en être capable.

C'est là qu'on voit bien qu'on parle rarement des obligations du fonctionnaire (juste des "privilèges").

Spoiler:
Les gens hors EN ont d'ailleurs un mal fou à comprendre que je suis fonctionnaire et TZR. Ca leur paraît lunaire et ils ont beaucoup de mal à intégrer que je ne sois pas contractuelle. Donc on me demande en permanence si je ne veux pas passer le concours pour être un "vrai prof". Première affectation problématique - Page 5 1665347707
Symy51
Symy51
Niveau 5

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Symy51 le Ven 21 Aoû 2020 - 12:09
@Ruthven a écrit:Il y a des modules de prépro en L3 ; cela ne mangerait pas de pain qu'on prenne 30 minutes pour expliquer aux étudiants ce qu'est le mouvement ; en M1 MEEF aussi, dans les modules "Connaissance du système éducatif" qui ne sont pas toujours très palpitants, on pourrait donner les règles du jeu des mutations de manière un peu plus approfondie. Les étudiants sont un peu la tête dans le guidon et ne pensent pas tous spontanément aux conditions matérielles d'exercice.
Pour les reconversions, en revanche, c'est plus énigmatique de ne pas se renseigner.

A condition d'avoir en face quelqu'un qui connaît le système correctement, pour éviter de se retrouver avec de fausses informations.

Quand j'étais stagiaire (un temps pas si lointain), j'ai pu avoir une demi-journée pour assister à une réunion en amphi pour nous expliquer le fonctionnement du système de mutation (et dans mes souvenirs c'était quelque chose organisé par l'académie, en plus des stages syndicaux sur le sujet). Je pense que même si c'est anormal de ne pas s'être posé la question des mutations, c'est quelque chose que chaque académie devrait organiser à destination de tous les stagiaires.

Pour ce que est des mutations stagiaires, on entend souvent qu'on peut faire son stage dans l'académie d'inscription au concours parce que c'est la majorité, mais en oubliant de préciser que ce sont ceux devant valider un M2 MEEF qui sont prioritaires et on place les autres après, et que forcément la vérité d'une année ne sera pas forcément la vérité de l'année suivante...

_________________
2017-2018 : 1 5ème + 2 4ème (Stage)
2018-2019 : 1 6ème + 3 4ème + 1 Seconde + 1 1ère STMG + PP (TZR)
2019-2020 : 1 6ème + 1 5ème + 1 1ère STL + 2 1ère ST2S + 1 T STL (EMC) (TZR)
Danska
Danska
Modérateur

Première affectation problématique - Page 5 Empty Re: Première affectation problématique

par Danska le Ven 21 Aoû 2020 - 12:10
@Jenny a écrit:Ruthven : Je suis d'accord avec toi, on pourrait mieux expliquer. Je suis moins surprise par les erreurs des étudiants que par ceux des collègues en reconversion. Les enjeux ne sont pas les mêmes.
Il n'empêche qu'il faut bien lire des textes administratifs tout seul à un moment, ou qu'il faut mieux en être capable.

C'est là qu'on voit bien qu'on parle rarement des obligations du fonctionnaire (juste des "privilèges").

Spoiler:
Les gens hors EN ont d'ailleurs un mal fou à comprendre que je suis fonctionnaire et TZR. Ca leur paraît lunaire et ils ont beaucoup de mal à intégrer que je ne sois pas contractuelle. Donc on me demande en permanence si je ne veux pas passer le concours pour être un "vrai prof". Première affectation problématique - Page 5 1665347707

Ce qui est surtout gênant, ce ne sont pas les collègues qui découvrent les subtilités du système de mutation, mais ceux qui ont l'air de découvrir qu'il existe un système de mutation... Rien que sur ce forum, on voit quand même débarquer des palanquées de néotits ou de stagiaires qui ont l'air de tomber de la lune, qui découvrent qu'ils doivent faire des voeux, que le concours n'est pas académique, qu'ils ne choisissent pas leur affectation, que ce ne sont pas les chefs d'établissements qui recrutent, que le mouvement se fait en deux tours, qu'il existe un barème, etc.

Je suis bien d'accord avec toi sur le fait que les personnes extérieures à l'EN ont du mal à saisir les enjeux (mon propre conjoint était persuadé que j'allais obtenir très facilement une mutation pour me rapprocher et me traitait de pessimiste quand je lui expliquais que non, ça n'allait pas être évident - en l'espace de quatre ans, il a eu le temps de déchanter depuis Première affectation problématique - Page 5 1665347707 ) ; mais quand on veut intégrer l'EN justement, ça me semble normal de prendre quelques heures pour se renseigner un minimum, lire des articles publiés par les syndicats, traîner un peu sur Néo, bref s'informer de ce qui nous attend si on s'oriente dans cette direction.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum