Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Lazare10
Niveau 1

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Lazare10 le 20/8/2020, 06:56
quelques coquilles à corriger dans votre post.


Voilà c'est fait mon général !
Lazare10
Lazare10
Niveau 1

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Lazare10 le 20/8/2020, 07:00
@Volo' a écrit:
@Lazare10 a écrit:
@Nita a écrit:Un certain nombre d'erreurs non corrigées, malgré un avertissement amical d'un participant à la discussion, me font penser que la maîtrise de l'écrit n'est pas aussi satisfaisante que l'on croit.


Bon Nita mise à part dire que j'ai un niveau de merde, que voulez-vous dire au juste ?

Pourtant des enseignants de mon ancien lycée professionnel (je suis issu d'un bac pro) avaient loué la qualité de mon expression écrite. Bon après à l'université les choses se sont un peu compliquées à ce niveau; ce qui explique mes notes moyennes 11/12 de moyenne environ. Mais bon, j'ai réussi quand même !

Vous n'allez quand même pas donner raison à ces quelques enseignants qui m'ont dégommé !!! Je venais ici pour chercher un peu de soutien et bien je vois que c'est peine perdu.

Si tu lis bien les participations, les intervenants condamnent ce que tu as vécu en tant qu'étudiant. Il n'y a pas à préjuger ou à juger des capacités d'un étudiant, de dire que c'est un imposteur parce qu'il réussit à l'écrit et non à l'oral. La discussion se polarise, ceci dit, sur l'oral.


Ben franchement, on dirait pas !
Volo'
Volo'
Fidèle du forum

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Volo' le 20/8/2020, 07:10
Tu attends quoi du fil ?

Oui, condamner d'emblée un élève parce qu'il ne participe pas mais a des notes correctes, voire bonnes, n'est pas acceptable. Mais comme le disent plusieurs participants au fil, un oral est aussi un moment T, comme peut l'être l'écrit, où les compétences orales sont évaluées. Il ne me paraît absolument pas inconcevable que des personnes d'un même groupe n'aient pas les mêmes notes.
Je pense qu'il faut vraiment différencier l'expérience vécue et ce que sont les profs. On a tous des exemples sinon dans lesquels nous pouvons condamner l'EN ou le supérieur parce que tel prof a fait telle chose. Ce n'est pas pour autant que c'est représentatif.

Dans tous les cas, comme le disent les collègues l'oral est peu travaillé, encore aujourd'hui, dans le secondaire. Il n'y a qu'à lire les différents documents officiels qui demandent à en renforcer son exercice.
Lazare10
Lazare10
Niveau 1

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Lazare10 le 20/8/2020, 07:18
@Volo' a écrit:
Tu attends quoi du fil ?

Oui, condamner d'emblée un élève parce qu'il ne participe pas mais a des notes correctes, voire bonnes, n'est pas acceptable. Mais comme le disent plusieurs participants au fil, un oral est aussi un moment T, comme peut l'être l'écrit, où les compétences orales sont évaluées. Il ne me paraît absolument pas inconcevable que des personnes d'un même groupe n'aient pas les mêmes notes.
Je pense qu'il faut vraiment différencier l'expérience vécue et ce que sont les profs. On a tous des exemples sinon dans lesquels nous pouvons condamner l'EN ou le supérieur parce que tel prof a fait telle chose. Ce n'est pas pour autant que c'est représentatif.

Dans tous les cas, comme le disent les collègues l'oral est peu travaillé, encore aujourd'hui, dans le secondaire. Il n'y a qu'à lire les différents documents officiels qui demandent à en renforcer son exercice.


Attention, je ne généralise pas. Je disais juste que j'en ai rencontré un nombre pas négligeable.

Ben on est d'accord, alors, l'oral est peu valorisé dans l'EN ce qui engendre des inégalités par la suite.
Simeon
Simeon
Niveau 9

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Simeon le 20/8/2020, 10:20
Encore une fois d'accord sur tout mais à conditions que l'enseignant ne catégorise pas derrière. Quand un étudiant répond à côté quant on l'interroge dans UNE discipline, alors que sa moyenne générale dépasse la barre des 15, certains enseignant remettent en cause cette moyenne. C'est du vécu. L'enseignant en question avait même insinué que j'avais des difficultés d'apprentissage...

Au final, ce n'est pas une discussion sur la place de l'oral, mais plutôt un retour sur ton expérience personnel.
Le problème, c'est qu'on ne connaît que (vaguement) ta version des choses, on ne sait pas ce qui s'est passé et nous n'avons pas la version de tes enseignants.

Qu'est ce que cela veut dire que tu as été catégorisé ? Comment peux-tu le savoir ? Quelles conséquences pratiques ?

Vous n'allez quand même pas donner raison à ces quelques enseignants qui m'ont dégommé !!!

On passe d'un enseignant qui a failli te mettre une note différente à un exposé où tu dis toi même avoir fait une moins bonne prestation que ta camarade et un autre enseignant qui aurait insinué que tu as des difficultés d'apprentissage (ce qui peut arriver quand on est en dépression), à plusieurs enseignants qui t'ont dégommé.
Nita
Nita
Empereur

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Nita le 20/8/2020, 10:20
@Lazare10 a écrit:
@Nita a écrit:Un certain nombre d'erreurs non corrigées, malgré un avertissement amical d'un participant à la discussion, me font penser que la maîtrise de l'écrit n'est pas aussi satisfaisante que l'on croit.


Bon Nita mise à part dire que j'ai un niveau de merde, que voulez-vous dire au juste ?

Pourtant des enseignants de mon ancien lycée professionnel (je suis issu d'un bac pro) avaient loué la qualité de mon expression écrite. Bon après à l'université les choses se sont un peu compliquées à ce niveau; ce qui explique mes notes moyennes 11/12 de moyenne environ. Mais bon, j'ai réussi quand même !

Vous n'allez quand même pas donner raison à ces quelques enseignants qui m'ont dégommé !!! Je venais ici pour chercher un peu de soutien et bien je vois que c'est peine perdu.

Je n'ai pas dit que vous aviez un niveau de ***", j'ai remarqué que vous faisiez régulièrement des erreurs à l'écrit qui ne sont plus admissibles à partir d'un certain niveau d'études.
Ce que j'avais compris de votre premier message, c'est que vous considériez avoir un très bon niveau à l'écrit, et être plus en difficulté à l'oral, et que vous vous plaigniez qu'un enseignant parte de vos prestations orales pour juger de votre niveau. J'ai pensé qu'il avait probablement été peu satisfait de votre niveau à l'écrit.

Ensuite, je suis étonnée que vous vous attendiez à trouver du "soutien" ici, alors qu'aucun de nous ne peut dire objectivement si vous avez été mal traité par un enseignant, (ce que je pense envisageable), ou si vous avez mal pris des remarques, difficiles à entendre, ou formulées sans tact, mettant en lumière des lacunes à combler.
Le rôle d'un enseignant, c'est de dire : "ça, c'est raté parce que ceci et cela..., il faudra faire ceci ou cela". Parfois, quand on a beaucoup travaillé, s'entendre dire qu'on a fait "de la merde" pour reprendre votre expression, c'est dur. C'est pourtant quelque chose qui arrive à tous.
La façon dont vous vous êtes emparé de ma remarque, et dont vous avez signalé avoir corrigé les "coquilles", me fait penser que lorsque on vous signale un problème dans ce que vous avez fait, vous considérez cela comme une attaque personnelle.

Enfin, je vous conseillerais de vous concentrer sur votre réussite, qui est avérée : entreprendre et réussir des études supérieures après un bac pro, c'est loin d'être simple et vous pouvez vous en enorgueillir. C'est probablement préférable à croire qu'on vous rabaisse quand on évalue ce que vous avez fait.

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
Simeon
Simeon
Niveau 9

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Simeon le 20/8/2020, 10:30
@Elyas a écrit:Techniquement, l'oral est défavorable aux filles, aux minorités visibles et invisibles et aux pauvres. Donc, augmenter la part d'oral, non merci. Pour information, on a éclaté les scores d'accès des filles à Normale Sup' cette année. Il n'y avait pas d'oral. L'oral sert trop de perpétuation des codes sociaux de reproduction des élites.

Il y a des résultats totalement contraire en sciences. Là on est en train de généraliser, à partir de ce qu'il s'est passé pour les quelques 10aines de personne concernées par l'élitisme littéraire français.
On le sait très bien que c'est un petit monde à part essentiellement parisien fait d'entre soi avec des critères d'évaluations totalement discriminant, extrapoler cela à l'évaluation orale en général est problématique.

Se baser sur une préparation perturbée par la pandémie avec tout les biais que cela peut apporter me semble également problématique.
Elyas
Elyas
Empereur

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Elyas le 20/8/2020, 10:50
@Simeon a écrit:
@Elyas a écrit:Techniquement, l'oral est défavorable aux filles, aux minorités visibles et invisibles et aux pauvres. Donc, augmenter la part d'oral, non merci. Pour information, on a éclaté les scores d'accès des filles à Normale Sup' cette année. Il n'y avait pas d'oral. L'oral sert trop de perpétuation des codes sociaux de reproduction des élites.

Il y a des résultats totalement contraire en sciences. Là on est en train de généraliser, à partir de ce qu'il s'est passé pour les quelques 10aines de personne concernées par l'élitisme littéraire français.
On le sait très bien que c'est un petit monde à part essentiellement parisien fait d'entre soi avec des critères d'évaluations totalement discriminant, extrapoler cela à l'évaluation orale en général est problématique.

Se baser sur une préparation perturbée par la pandémie avec tout les biais que cela peut apporter me semble également problématique.

Tu as raison. Cependant, mon exemple de la réussite des filles en CPGE littéraire cette année n'est qu'un exemple d'une réalité faite sur des études qui se cumulent depuis quasiment soixante-dix ans.

Ensuite, cela ne touche pas que les filles mais les classes populaires (et donc une grande partie des gens issus de l'immigration non-européenne) et les adeptes de certaines sub-cultures visibles.

EDIT : je rajoute que les oraux rajoutés au collège valorisent surtout la tchatche et l'étalage de connaissances/maîtrise du diapo/code vestimentaire (il faut voir les grilles) et non l'oralité dans sa diversité. On fait des oraux type science-po ce qui est tout de même la lie de l'oralité. Ne parlons pas de la mode des concours d'éloquence qui me font toujours sombrer dans le désespoir où on voit la démagogie mise en valeur.
Lazare10
Lazare10
Niveau 1

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Lazare10 le 14/9/2020, 08:18
@Nita a écrit:
@Lazare10 a écrit:
@Nita a écrit:Un certain nombre d'erreurs non corrigées, malgré un avertissement amical d'un participant à la discussion, me font penser que la maîtrise de l'écrit n'est pas aussi satisfaisante que l'on croit.
Bon Nita mise à part dire que j'ai un niveau de merde, que voulez-vous dire au juste ?

Pourtant des enseignants de mon ancien lycée professionnel (je suis issu d'un bac pro) avaient loué la qualité de mon expression écrite. Bon après à l'université les choses se sont un peu compliquées à ce niveau; ce qui explique mes notes moyennes 11/12 de moyenne environ. Mais bon, j'ai réussi quand même !

Vous n'allez quand même pas donner raison à ces quelques enseignants qui m'ont dégommé !!! Je venais ici pour chercher un peu de soutien et bien je vois que c'est peine perdu.
Je n'ai pas dit que vous aviez un niveau de ***", j'ai remarqué que vous faisiez régulièrement des erreurs à l'écrit qui ne sont plus admissibles à partir d'un certain niveau d'études.
Ce que j'avais compris de votre premier message, c'est que vous considériez avoir un très bon niveau à l'écrit, et être plus en difficulté à l'oral, et que vous vous plaigniez qu'un enseignant parte de vos prestations orales pour juger de votre niveau. J'ai pensé qu'il avait probablement été peu satisfait de votre niveau à l'écrit.

Ensuite, je suis étonnée que vous vous attendiez à trouver du "soutien" ici, alors qu'aucun de nous ne peut dire objectivement si vous avez été mal traité par un enseignant, (ce que je pense envisageable), ou si vous avez mal pris des remarques, difficiles à entendre, ou formulées sans tact, mettant en lumière des lacunes à combler.
Le rôle d'un enseignant,  c'est de dire : "ça, c'est raté parce que ceci et cela..., il faudra faire ceci ou cela". Parfois, quand on a beaucoup travaillé, s'entendre dire qu'on a fait "de la merde" pour reprendre votre expression, c'est dur. C'est pourtant quelque chose qui arrive à tous.
La façon dont vous vous êtes emparé de ma remarque, et dont vous avez signalé avoir corrigé les "coquilles", me fait penser que lorsque on vous signale un problème dans ce que vous avez fait, vous considérez cela comme une attaque personnelle.  

Enfin, je vous conseillerais de vous concentrer sur votre réussite, qui est avérée : entreprendre et réussir des études supérieures après un bac pro, c'est loin d'être simple et vous pouvez vous en enorgueillir. C'est probablement préférable à croire qu'on vous rabaisse quand on évalue ce que vous avez fait.
Ben alors un petit travail de contextualisation s'impose. Je vais essayer de faire court.

Après avoir obtenu mon bac pro avec mention, j’avais souhaité renouer avec la voie généraliste. C’était dans ce contexte que j’avais entamé des études à l’Université. Malgré des difficultés évidentes, j’avais validé ma licence en trois ans, sans fautes et sans aller une seule fois au rattrapage.
Ensuite, j’avais poursuivi mes études en master. Mais malheureusement, j’avais fini par abandonner deux M1 de suite. Premièrement parce que mon niveau était un peu juste (et ce malgré aucune notes en dessous de la moyenne) . Deuxièmement parce que les contenus de ces formations étaient flous et ne répondaient pas vraiment à mes attentes. Constat partagé par d'autres étudiants. Du coup, j’avais dû tripler mon M1 et ce de manière un peu injuste. Ceci est d’autan plus injuste que pour la seconde tentative, j’avais prévu de me remettre à niveau et de peaufiner ma technique de travail.

Le troisième M1 j’avais choisi répondait enfin à mes attentes. Seulement, la tâche n’avait pas été simple car :
- toujours pas au niveau.
- les enseignants ne s’intéressaient qu’aux meilleurs étudiants (la directrice de l’UFR avait froidement affirmé en début d’année que certains étudiants n'avaient pas le niveau, ne savaient pas écrire et que que même si ils étaient admis en M2, ils n'auraient aucune chance de trouver du travail dans leur domaine…).
- le directeur du master se méfiait de moi (car issu d’un bac pro).
- ce même directeur m’avait fait attaqué un mémoire de recherche début Avril.
- la tête dans le guidon à cause de ce scénario (dépression, trouble de la concentration)…

Du coup, j’avais validé péniblement mon M1 avec 11,45 de moyenne et 11 au mémoire (soutenu en Septembre). Sauf que ceci ne reflétait absolument pas ce dont j’étais capable de faire. Inutile de vous dire que j’étais dégoutté.

Malgré un dossier pas terrible, j’avais quand même été accepté dans un M2 Pro (ex- DESS). Ce qui avait eu le don de me redonner le sourire. Mais cette joie n’avait été que de courte durée… Dès le début du premier semestre, le directeur de la formation s’était livré des digressions sur la réussite étudiante. Et, il n’avait pas pu s’empêcher d’envoyer une pique à destination des bacs pros. Ceci m’avait déjà mis la puce à l’oreille.
Plus tard dans l’année, lors d’une séance de cours, l’enseignant avait procédé lui-même à la nomination des étudiants dans les groupes d’ateliers (répondre à une commande d’un commanditaire). Premier élément surprenant, à chaque groupe formé, il désignait ouvertement un chef… Comme par hasard, ces « chefs » étaient des étudiants qui, potentiellement, pouvaient prétendre à être les meilleurs de la promotion (un était notamment issu d’une CPGE et avait eu d’excellents résultats dans en licence/M1).
La fin de la formation des groupes arriva et curieusement deux étudiants étaient sans groupes. Et  puis l’enseignant s’exprima d’un air un peu dubitatif : « il ne reste plus qu’a placer Lazare10 (moi) et ***** (l’autre étudiant)». J’avais immédiatement compris qu’on ne faisait pas parti de ceux qu’il considérait comme les plus dynamiques. Et pour nous repartir dans les deux groupes, il avait demandé en premier à l’étudiant qu’il voulait voir (le meilleur des 2) dans le prestigieux projet de choisir en premier son groupe. Comme vous vous en doutez, ce n’était pas moi.
En procédant ainsi, il savait qu’avec un peu de chance, l’étudiant choisirait l’atelier le plus prestigieux. Et son coup avait bien fonctionné.

Seulement ce comportement était très déplacé. Déjà parce qu’il me considérait comme (potentiellement) le plus mauvais de la promotion et comme celui qui sera le moins "professionnalisable". Seulement, j’aimerais bien connaître les critères ? Ce n’est pas parce que j’étais issus d’un bac pro, que j’avais effectué un M1 moyen et « raté » l’oral d'intégration (9/20), que j’allais être à coup sur le dernier de la promotion. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que mon niveau ne reflétait absolument pas mes capacités…

Excédé par la situation, j’avais littéralement pété les plombs dans la salle de classe. Suite à cet incident , l’enseignant avait voulu s’entretenir avec moi pour comprendre. Je lui avais expliqué que j’étais très déçu de ma scolarité passé et que j’aurais pu faire mieux. Et il m’avait répondu du tac o tac et de manière condescendante  : « Et bien moi ne je ne crois pas ». Du coup, il avait continuer à traiter différemment des autres.

Ceci avait entretenu ma frustration à tel point que j’avais des grosses difficultés de concentration. Je parlais tout seul (à voix haute) dans ma chambre universitaire, je m’adressais à mes enseignants  pour régler mes comptes avec eux.
Comme j’avais du mal à me mettre au travail, je rendais parfois des travaux en retard et sans les relire... Forcément cela avait posé problème lors des travaux de groupe. Une étudiante ne voulait même plus travailler avec moi car selon elle, je faisais trop de fautes d'orthographe, de coquilles... elle en avait marre de jouer les correctrices. Dans le fond elle avait entièrement raison. Ceci étant dit, c'était profondément blessant.

Durant mon stage de fin d’études, j’avais éprouvé des difficultés pour réaliser le travail demandé. Ma tutrice en avait fait part à l’enseignant lors de sa visite (à mi-stage). Suite à ceci, il avait affirmé cash : « que je ne trouverai pas de travail dans l’immédiat à niveau bac+5 car je n’en n’avais pas le niveau… » Super encourageant ! Pour avoir eu 13 de moyenne à l’année , j’avais trouvé cette remarque hyper sévère. Ensuite, j'avais essayer de finir mon stage au mieux. Pour le mémoire, j'avais récolté un 14. Et devinez quoi ? Lors de la soutenance cet enseignant avait vanter les mérites des mes travaux…

Malgré tout, j’étais ressorti de l'université avec le sentiment d'être un imposteur. Inutile de vous dire que j’étais très inquiet pour ma recherche d’emploi…Suite à ce scénario, j’avais souhaité consulté une psychologue. Elle m’a diagnostiqué des troubles anxieux et dépressifs.  

Ma recherche d’emploi avait été globalement difficile : seulement un petit CDD de 2 mois en 3 ans de recherche. Du coup, j'avais décidé de reprendre mes études sur un BTS en alternance pour optimiser mes chances d’insertion. Je précise que c’était dans une domaine annexe à celui de mon master. Mais malheureusement là aussi, ce fût à peut-près du même acabit qu’à l’université :

Bien qu'ayant obtenu de bons résultats dans sa discipline (économie/management), un enseignant me donnait des appréciations limite assassines sur mes bulletins. Il y avait toujours quelque chose qui n'allait pas. Au premier semestre, j'avais récolté les meilleures notes aux DM dans ces disciplines. Mais en guise d'appréciation, j'avais récolté, je cite : « Lazare10 a des connaissances, mais ne participe pas en cours ». Cet enseignant se servait effectivement de la participation pour catégoriser et hiérarchiser intellectuellement les étudiants. Il m’envoyait aussi des piques verbales pour me faire comprendre que je n’étais pas aussi bon (intelligent) que deux autres étudiants dynamiques à l’oral. Dégoûté par ces remarques incessantes, j’allais en cours qu’une fois sur deux.

Plus tard dans l’année, lors du premier DS dans cette même discipline, j'avais un peu bloqué sur le sujet (+3 heures). Inutile de vous dire que l’enseignant ne m’avait pas loupé. Durant l’épreuve, il m’avait adressé une pique verbale concernant mon niveau d'expression écrite avant de venir s'asseoir à la table juste devant moi (pour me déstabiliser)… En même temps, cette attitude était gonflé car mon hésitation était dû aux mauvaises consignes données par cet enseignant.
Le sujet traitait de questions sur des documents. Selon lui, il fallait faire une note structurée, soit en reprenant l’ordre des questions ou soit faire une note pour chaque question. Ce qui était bizarre, car l'énoncé n'en faisait pas mention. En règle générale, quand il y a des questions, il faut y répondre de manière classique. Du coup, je ne savais pas trop comment traiter le sujet. Ne souhaitant pas récolter une mauvaise note, j'avais effectué le travail en respectant ses consignes. Mais c'était du gros n'importe quoi. Par ailleurs, j’avais dû le terminer le travail pour la séance prochaine (je vous dis pas la honte pour moi). Après, je n’étais pas le seule non plus mais bon pour un titulaire d’un M2, ça fait tâche.
Le référentiel des examens du BTS confirmait bien mes doutes : lorsqu'une note est à réaliser, c'est toujours indiqué dans l’énoncé. Si il y a des questions, il faut y répondre tout simplement. Ce qui, à la base, paraît évident.
A côté de ça, l'enseignant mentionnait sur mon bulletin : « respecte pas la méthodologie » et que je devais « progresser »… C'était gonflé !
J’avais remarqué aussi que depuis, les notes avaient bizarrement baissé…

L’enseignant de notre matière principale était lui aussi tout le temps après moi. Selon lui, j’avais des difficultés d’apprentissage. Il m’interrogeait tout le temps. Parfois, il me faisait lire des passages de texte et me demandait de les expliquer… Alors oui, j’avais des manques dans sa discipline mais c’était surtout lié à mes nombreuses absences et à ma dépression. Et puis, je ne suis pas à la veille de ne pas savoir lire non plus ! Du coup, parler en terme de difficultés d’apprentissage était un peu fort de café selon moi. Intrigué par ce diagnostic , je m’étais entretenu avec l’enseignant à la fin d’un cours. J’avais évoqué les raisons psychologiques mais selon lui cet état était présent depuis l’enfance…
Il avait même était jusqu’à insinuer que mes études universitaires étaient une imposture et que je ne méritait pas non plus mon 15,5 de moyenne en BTS (major de promo)… Je tiens à préciser que c’est dans sa discipline que j’avais la plus mauvaise moyenne (10 environ).
Compte tenu de mon passé scolaire, inutile de vous dire que ces propos m’avaient déstabilisé.
Durant notre entrevue, il avait affirmé que seul trois étudiants pouvaient prétendre à avoir le BTS : les deux étudiants qui présentaient bien (en premier évidement) et puis moi… Très sympa pour les autres, dont certains avaient des moyennes assez honorables.

J’avais fini par abandonner la formation à la fin de la première année car j’étais (et suis toujours) « carbonisé » sur le plan psychologique.

Désolé de faire étalage d'une grosse partie de ma scolarité mais j'avais besoin d'en parler.

Bonne rentrée à vous tous.[/i]
Catalunya
Catalunya
Expert

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Catalunya le 14/9/2020, 09:56
En toute honnêteté, je pense que tu devrais aller voir quelqu'un car tu sembles souffrir de paranoïa. Tout ne tourne pas autour de toi et les professeurs n'ont pas comme unique but dans la vie de te persécuter.
avatar
nash06
Niveau 5

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par nash06 le 14/9/2020, 10:31
Pour répondre à la problématique initiale : pour la physique dans le supérieur (du moins en premier cycle, où j'enseigne), je trouve que l'oral est mieux que l'écrit pour évaluer les acquis des étudiants. Malheureusement, on fait beaucoup d'écrit par manque de temps (c'est compliqué de faire passer des centaines d'étudiants à l'oral en peu de temps).

A l'oral, on peut rebondir sur ce que dit l'étudiant, les arguments qu'il donne pour justifier tel ou tel calcul, et ainsi vraiment vérifier sa compréhension du cours. Après, il y a évidemment le problème du stress, de la difficulté à résoudre des exercices "en direct" quand on n'a pas spécialement d'entraînement. Je pense donc que l'idéal, c'est un oral, mais avec une période de préparation : par exemple, 2-3 exercices à résoudre, 1h de préparation, et 20min de présentation. L'étudiant à tout ce dont il a besoin sur son brouillon, sur la partie présentation il n'a plus à résoudre un problème en direct, mais simplement à restituer ce qu'il a fait tranquillement en 1h auparavant.
Lazare10
Lazare10
Niveau 1

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Lazare10 le 14/9/2020, 11:16
@Catalunya a écrit:En toute honnêteté, je pense que tu devrais aller voir quelqu'un car tu sembles souffrir de paranoïa. Tout ne tourne pas autour de toi et les professeurs n'ont pas comme unique but dans la vie de te persécuter.

C'est une plaisanterie j'espère !!!!!! Je ne souffre pas de paranoïa. Ce n'est pas parce que j'ai évoqué à un moment que je parlais tout seul que je suis paranoïaque. Pour ma psy, c'est un réflexe post traumatique. Les bacs pros ne sont pas trop appréciés dans le supérieurs et il ne serait pas étonnant de voir certains enseignants manifester du dédain à leur égards. Et quand on vous dit que vous ne méritez pas votre M2 et vos notes de BTS ,  je l'ai pas inventé quand même !
henriette
henriette
Médiateur

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par henriette le 14/9/2020, 12:33
Le truc, Lazare10, c'est que tu te trompes d'endroit pour poster : ici, tu es sur un forum professionnel destiné aux enseignants ou à ceux qui préparent les concours pour le devenir, et se projettent déjà dans le métier, sont en quelque sorte passés "de l'autre côté". Quand on te lit on comprend bien que toi, tu n'as pas du tout la posture d'enseignant, tu es dans la posture de l'étudiant : ce n'est pas un reproche, c'est un constat. Mais le souci, c'est que neoprofs.org n'est pas un forum à destination des étudiants rencontrant des difficultés dans leurs études, si tu vois la différence que cela fait.

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
Lazare10
Lazare10
Niveau 1

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Lazare10 le 14/9/2020, 13:19
@henriette a écrit:Le truc, Lazare10, c'est que tu te trompes d'endroit pour poster : ici, tu es sur un forum professionnel destiné aux enseignants ou à ceux qui préparent les concours pour le devenir, et se projettent déjà dans le métier, sont en quelque sorte passés "de l'autre côté". Quand on te lit on comprend bien que toi, tu n'as pas du tout la posture d'enseignant, tu es dans la posture de l'étudiant : ce n'est pas un reproche, c'est un constat. Mais le souci, c'est que neoprofs.org n'est pas un forum à destination des étudiants rencontrant des difficultés dans leurs études, si tu vois la différence que cela fait.

Bah logique ! Etant un ancien étudiant, je ne vais pas avoir la posture d'un enseignant.

Il y a bien des parents d'élève qui viennent raconter les mésaventures scolaires de leurs enfants et vous demander des conseils. Du coup, je ne vois pas en quoi un étudiant ne pourrait pas faire de même.

Je souhaitais juste avoir un peu de soutien car je pense ne pas avoir été ménagé par vos collègues.

Par ailleurs, j'ai répondu aussi aux précédents commentaires dont les contributeurs ne connaissait pas le contexte précis.
Danska
Danska
Modérateur

Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants - Page 2 Empty Re: Critères d'évaluation du niveau des élèves/étudiants

par Danska le 14/9/2020, 13:24
@Lazare10 a écrit:
@henriette a écrit:Le truc, Lazare10, c'est que tu te trompes d'endroit pour poster : ici, tu es sur un forum professionnel destiné aux enseignants ou à ceux qui préparent les concours pour le devenir, et se projettent déjà dans le métier, sont en quelque sorte passés "de l'autre côté". Quand on te lit on comprend bien que toi, tu n'as pas du tout la posture d'enseignant, tu es dans la posture de l'étudiant : ce n'est pas un reproche, c'est un constat. Mais le souci, c'est que neoprofs.org n'est pas un forum à destination des étudiants rencontrant des difficultés dans leurs études, si tu vois la différence que cela fait.

Bah logique ! Etant un ancien étudiant, je ne vais pas avoir la posture d'un enseignant.

Il y a bien des parents d'élève qui viennent raconter les mésaventures scolaires de leurs enfants et vous demander des conseils. Du coup, je ne vois pas en quoi un étudiant ne pourrait pas faire de même.

Je souhaitais juste avoir un peu de soutien car je pense ne pas avoir été ménagé par vos collègues.

Par ailleurs, j'ai répondu aussi aux précédents commentaires dont les contributeurs ne connaissait pas le contexte précis.

Heu, non : les parents d'élèves n'ont rien à faire sur ce forum, pas plus que les élèves eux-mêmes. Il peut y avoir des collègues qui postent en tant que parents d'élèves, mais cette posture est ponctuelle et n'a pas vocation à être leur unique ni même leur principale raison de poster.


En attendant, je pense qu'on a fait le tour de ce fil qui n'avait dès l'origine pas vraiment sa place sur le forum : je le verrouille donc.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum