Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
HORA
Niveau 10

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par HORA le Jeu 27 Aoû 2020 - 0:07
@VinZT a écrit:Ah non, ce n'est pas une blague. J'en profite pour vous offrir ce beau passage, tiré de la fiche sur l'enseignement hybride dans le cadre de la continuité pédagogique

Ed Huscol a écrit:
Cette crise constitue par ailleurs une opportunité pour interroger la classe en tant qu’espace physique et conforter l’enseignant dans son rôle de chef d’orchestre. Elle questionne ce qu’est apprendre et enseigner au XXIème siècle. La désynchronisation est au cœur de cette transformation.
Il s’agit :
 pour le chef d’établissement, d’organiser différemment les espaces-temps, les outils, les modalités de communication, les instances, les groupes classes... ;
 pour l’enseignant, de penser d’autres scénarisations de son enseignement, d’adopter de nouvelles postures (en particulier d’accompagnateur et tuteur) et de nouvelles modalités d’évaluation ;
 pour l’élève, de réorganiser ses temps d’apprentissages et son rapport à l’autre ;

LIEN

Chef d'orchestre, accompagnateur, tuteur, changeur de posture … ah ça on l'aura pas volée notre mirifique augmentation.
Quant aux perdirs, vous êtes des espèces de Dr. Strange et manipulez les espace-temps. Merveilleux !


Ed Huscol a écrit:
Les conditions de réussite :
 On peut se « reconnaître » à distance si l’on se « connaît » par ailleurs : une relation peut se poursuivre à distance si une forte proximité et une grande confiance ont été scellées en amont ;
 Construire simultanément les temps en présentiel et à distance afin de garantir une articulation pertinente ;
 L’instauration de rituels (comme en présentiel) ;
 Soutenir les élèves (tutorat) pendant les cours à distance et veiller à la clarté des consignes,
en particulier pour le 1er degré afin de permettre aux parents d’accompagner leur enfant ;
 La nécessité de prendre en compte la capacité "d'apprenance" et l’autonomie des élèves
dans un tel contexte ;
 Accompagner les élèves sur les plans non seulement cognitif mais aussi socio affectif,
motivationnel et métacognitif ;
 La prise en compte des nouveaux apprentissages non formels ou expérientiels.

Pour les rituels, on a déjà les masques, manque plus que les robes et les dagues sacrificielles et on est bons.

Ed Huscol (au passage Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 346737548) illustre fort bien cette phrase de David Graeber :

"Tous ces gens dont le boulot, en somme, consiste à vous convaincre que leur boulot ne relève pas de l’aberration pure et simple."

Et celles-ci aussi, tiens, qui conviennent à merveille pour décrire l'EN :

"Et la plupart des emplois «essentiels» sont en fait une déclinaison de la chaîne du soin : s’occuper de quelqu’un, soigner un malade, enseigner à des élèves, déplacer, réparer, nettoyer et protéger des objets, pourvoir aux besoins d’autres êtres ou leur garantir les conditions dans lesquelles ils peuvent s’épanouir. Ainsi, les gens commencent à se rendre compte que notre système de compensation est éminemment pervers, car plus on travaille pour soigner les autres ou les enrichir de quelque manière que ce soit, moins on est susceptible d’être payé."

https://www.google.fr/amp/s/www.liberation.fr/amphtml/debats/2020/05/27/vers-une-bullshit-economy_1789579
dita
dita
Fidèle du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par dita le Jeu 27 Aoû 2020 - 0:23

Ed Huscol a écrit:
Les conditions de réussite :
 On peut se « reconnaître » à distance si l’on se « connaît » par ailleurs : une relation peut se poursuivre à distance si une forte proximité et une grande confiance ont été scellées en amont ;
Quoi ? Les jeunes d'aujourd'hui ont des relations très fortes avec des personnes qu'ils n'ont jamais rencontrées irl.
Ah oui, mais c'est pour ce qui les intéresse : chats, jeux vidéo ...
avatar
Flo44
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Flo44 le Jeu 27 Aoû 2020 - 7:45
Sur les facteurs de risque pour les vulnérables : oui, ils se multiplient.
maths:
C'est d'ailleurs pour cela que ce sont des facteurs. Pour ceux qui auraient oublié les facteurs se sont les nombres qu'on multiplie.
C'est pour cela qu'une personne de 55 ans obèse sévère est bien plus à risque qu'un adolescent, même avec une greffe d'organe et asthmatique.
Il faudrait vraiment clarifier tout ça, mais pour le moment, les critères sont ceux de la liste, point. Il n'y a pas de situation "intermédiaire".


Dernière édition par Flo44 le Jeu 27 Aoû 2020 - 7:47, édité 1 fois (Raison : précision)
EdithW
EdithW
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par EdithW le Jeu 27 Aoû 2020 - 8:09
JM Blanquer sur Inter d’ici 10 minutes environ. Kiceki écoute et nous résume ?
Fenrir
Fenrir
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Fenrir le Jeu 27 Aoû 2020 - 8:10
@HORA a écrit:

Ed Huscol (au passage Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 346737548) illustre fort bien cette phrase de David Graeber :

"Tous ces gens dont le boulot, en somme, consiste à vous convaincre que leur boulot ne relève pas de l’aberration pure et simple."

Et celles-ci aussi, tiens, qui conviennent à merveille pour décrire l'EN :

"Et la plupart des emplois «essentiels» sont en fait une déclinaison de la chaîne du soin : s’occuper de quelqu’un, soigner un malade, enseigner à des élèves, déplacer, réparer, nettoyer et protéger des objets, pourvoir aux besoins d’autres êtres ou leur garantir les conditions dans lesquelles ils peuvent s’épanouir. Ainsi, les gens commencent à se rendre compte que notre système de compensation est éminemment pervers, car plus on travaille pour soigner les autres ou les enrichir de quelque manière que ce soit, moins on est susceptible d’être payé."

https://www.google.fr/amp/s/www.liberation.fr/amphtml/debats/2020/05/27/vers-une-bullshit-economy_1789579

Pour ceux qui veulent aller plus loin, lire "Bullshit Job" du même auteur, qui développe ce concept en profondeur. C'est très instructif, édifiant mais instructif.

_________________
À quoi bon mettre son pédigrée, on est partis pour 40 ans. ████
Proton
Proton
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Proton le Jeu 27 Aoû 2020 - 8:30
Le bilan des vacances apprenantes est très bon selon Blanquer.

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 1427763993
Cassandrine
Cassandrine
Niveau 5

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Cassandrine le Jeu 27 Aoû 2020 - 8:30
Je vois dans plusieurs publications (et certains de mes collègues me l'ont dit aussi) que des personnes dites vulnérables veulent se mettre en arrêt de travail à cause du coronavirus et veulent ainsi faire du télétravail.
Cela me fait halluciner !!!!
Les personnes seront en arrêt mais vont quand même travailler ! Sauf erreur de ma part, c'est tout "bénéf" pour l'Etat... En arrêt, les profs perdent leurs primes (P.P, ZEP....) donc l'Etat vient de trouver une façon de faire des économies sur le dos des personnes vulnérables (pas de remplacement à faire) en les faisant travailler... En plus, au bout de quelques mois, le salaire est amputé de moitié...

Je rappelle que notre métier si beau soit-il n'est pas un sacerdoce... A force de s'entendre dire que nous devons travailler c'est pour le bien des enfants ("les pauvres si on est absent, il va leur manquer des cours... est un argument entendu tous les jours), on arrive à être mal considéré, sous payé...


Pour information, un de mes collègues (dans une situation personnelle particulière) s'est mis en arrêt de travail sur les conseils de mon chef d'établissement... Lorsqu'il a découvert qu'il allait perdre une partie de ses primes alors qu'il a fait tout le travail de P.P de troisième à distance, il était furieux

Patience et raison
Patience et raison
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Patience et raison le Jeu 27 Aoû 2020 - 8:33
"leur garantir les conditions dans lesquelles ils peuvent s’épanouir", c'est quand même la base du travail des fonctions support (donc de la méchante administration)... mais ce principe se heurte à la malédiction de la complexification croissante des façons de faire et aux limites financières...

_________________
« Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit » — Henri Lacordaire
« Quand le droit bavarde, le citoyen ne lui prête plus qu'une oreille distraite » — Rapport du Conseil d'État de 1991, De la sécurité juridique.

"Alors n’oubliez pas : si vous voulez vraiment être productifs, apprenez à travailler avec des outils qui font gagner du temps au lieu de tout refaire à la main. Mais si votre passion, c’est de ne surtout pas utiliser de livres déjà complets, et de réécrire votre propre truc à chaque fois parce que « Je préfère utiliser mes propres outils et je n’arrive pas à utiliser ceux des autres« , alors félicitations :
Vous êtes bons pour rejoindre l’Éducation Nationale française." Odieux ***.
Clecle78
Clecle78
Neoprof expérimenté

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Clecle78 le Jeu 27 Aoû 2020 - 8:36
Si on me force à l'arrêt de travail ce sera zéro ! Il y a vraiment des collègues qui aiment se faire tondre la laine sur le dos.
EdithW
EdithW
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par EdithW le Jeu 27 Aoû 2020 - 9:11
Alors, a-t-il dit quelque chose de concret et/ou intéressant ?
Volo'
Volo'
Fidèle du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Volo' le Jeu 27 Aoû 2020 - 9:13
@EdithW a écrit:JM Blanquer sur Inter d’ici 10 minutes environ. Kiceki écoute et nous résume ?

C'était vide de sens. Tout ce qu'il a dit n'a rien amené si ce n'est qu'il a souligné vouloir fournir des masques transparents pour les équipes qui enseignent devant des élèves à besoin particulier (sourd, Ulis, ...) mais que ce n'est pas encore fait.
Tamerlan
Tamerlan
Modérateur

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Tamerlan le Jeu 27 Aoû 2020 - 9:16
@Cassandrine a écrit:Je vois dans plusieurs publications (et certains de mes collègues me l'ont dit aussi) que des personnes dites vulnérables veulent se mettre en arrêt de travail à  cause du coronavirus et veulent ainsi faire du télétravail.
Cela me fait halluciner !!!!
Les personnes seront en arrêt mais vont quand même travailler ! Sauf erreur de ma part, c'est tout "bénéf" pour l'Etat... En arrêt, les profs perdent leurs primes (P.P, ZEP....) donc l'Etat vient de trouver une façon de faire des économies sur le dos des personnes vulnérables (pas de remplacement à faire)  en les faisant travailler... En plus, au bout de quelques mois, le salaire est amputé de moitié...

Je rappelle que notre métier si beau soit-il n'est pas un sacerdoce... A force de s'entendre dire que nous devons travailler c'est pour le bien des enfants ("les pauvres si on est absent, il va leur manquer des cours... est un argument entendu tous les jours), on arrive à être mal considéré, sous payé...


Pour information, un de mes collègues (dans une situation personnelle particulière) s'est mis en arrêt de travail sur les conseils de mon chef d'établissement... Lorsqu'il a découvert qu'il allait perdre une partie de ses primes alors qu'il a fait tout le travail de P.P de troisième  à distance, il était furieux


Je doute de toute manière du fait que cette "solution" soit administrativement possible.

_________________
“Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.”
Ruthven
Ruthven
Monarque

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Ruthven le Jeu 27 Aoû 2020 - 9:18
@EdithW a écrit:Alors, a-t-il dit quelque chose de concret et/ou intéressant ?

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 346737548 Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 3284587592 Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 1427763993
avatar
Flo44
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Flo44 le Jeu 27 Aoû 2020 - 9:18
@Cassandrine a écrit:Je vois dans plusieurs publications (et certains de mes collègues me l'ont dit aussi) que des personnes dites vulnérables veulent se mettre en arrêt de travail à  cause du coronavirus et veulent ainsi faire du télétravail.
Cela me fait halluciner !!!!
Les personnes seront en arrêt mais vont quand même travailler ! Sauf erreur de ma part, c'est tout "bénéf" pour l'Etat... En arrêt, les profs perdent leurs primes (P.P, ZEP....) donc l'Etat vient de trouver une façon de faire des économies sur le dos des personnes vulnérables (pas de remplacement à faire)  en les faisant travailler... En plus, au bout de quelques mois, le salaire est amputé de moitié...

Je rappelle que notre métier si beau soit-il n'est pas un sacerdoce... A force de s'entendre dire que nous devons travailler c'est pour le bien des enfants ("les pauvres si on est absent, il va leur manquer des cours... est un argument entendu tous les jours), on arrive à être mal considéré, sous payé...


Pour information, un de mes collègues (dans une situation personnelle particulière) s'est mis en arrêt de travail sur les conseils de mon chef d'établissement... Lorsqu'il a découvert qu'il allait perdre une partie de ses primes alors qu'il a fait tout le travail de P.P de troisième  à distance, il était furieux


Cassandrine, je pense que tu confonds plusieurs situations.
Parmi les personnes vulnérables, il y en a qui ont des problèmes de santé importants (cancers, autre maladie invalidante...).
Mais il y en a aussi qui, en-dehors de toute infection, vont bien, et sont tout à fait en état de travailler. Sauf que se retrouver à plus de 30 dans une petite salle 20 heures par semaine les expose à un risque important compte tenu de leur fragilité face au virus. Dans la fonction publique, il a été dit que ces personnes devaient avoir un aménagement de poste : changement de tâches, bureau individuel, etc...
Je trouve cela idiot qu'on ne réfléchisse pas à une autre manière de les faire travailler, ce serait un bénéfice pour tout le monde : l'enseignant serait utile (au lieu de déprimer en arrêt maladie pendant des mois!), cela ne coûterait rien à la Sécu, et les enseignants pourraient être employés intelligemment, par exemple pour préparer la classe à distance, car ça finira bien par revenir, au moins localement.
avatar
volny
Niveau 5

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par volny le Jeu 27 Aoû 2020 - 9:20
Tout à fait d'accord :notre métier n'est pas un sacerdoce,ni forcément une vocation. Nous ne sommes pas les sauveurs de toutes les misères du monde,de toutes les inégalités. J'entends déjà un copain qui va me téléphoner demain pour me dire,encore,qu'il est temps que je reprenne, que les vacances sont trop longues,et maintenant avec le coro,que je dois "faire tout pour rattraper le retard scolaire des élèves ",comme il me l'a dit un mai.
Que répondre sans être très désagréable ?
Je ne supporte plus ce genre de propos dénué de toute intelligence
avatar
Sisyphe
Niveau 8

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Sisyphe le Jeu 27 Aoû 2020 - 9:25
@Volny a écrit:J'entends déjà un copain qui va me téléphoner demain pour me dire,encore,qu'il est temps que je reprenne, que les vacances sont trop longues,et maintenant avec le coro,que je dois "faire tout pour rattraper le retard scolaire des élèves ",comme il me l'a dit un mai.
Que répondre sans être très désagréable ?
Je ne supporte plus ce genre de propos dénué de toute intelligence
Je crois que je lui dirais qu'il doit se remettre au boulot et tout faire pour rattraper l'économie. Comment l'Etat va-t-il payer nos somptueuses vacances sinon ?
Danska
Danska
Modérateur

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 40 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Danska le Jeu 27 Aoû 2020 - 9:31
@volny a écrit:Tout à fait d'accord :notre métier n'est pas un sacerdoce,ni forcément une vocation. Nous ne sommes pas les sauveurs de toutes les misères du monde,de toutes les inégalités. J'entends déjà un copain qui va me téléphoner demain pour me dire,encore,qu'il est temps que je reprenne, que les vacances sont trop longues,et maintenant avec le coro,que je dois  "faire tout pour rattraper le retard scolaire des élèves ",comme il me l'a dit un mai.
Que répondre sans être très désagréable ?
Je  ne supporte plus ce genre de propos dénué de toute intelligence

La réponse classique : "passe le concours si ce métier est si génial que ça, on manque de plus en plus de candidats". Une réponse vulgaire fonctionne aussi, et a le mérite de défouler. Ce n'est pas agréable, certes, mais pourquoi se donner la peine d'être agréable avec un imbécile qui se complaît dans sa mesquinerie crasse ?

Personnellement, un "copain" comme ça, au mieux je débarque chez lui un beau jour de "vacances" avec un paquet de copies et je m'installe au beau milieu de son salon pour les corriger, au pire je le raye de ma liste de mes contacts.

-------

https://www.neoprofs.org/viewtopic.php?t=130214
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum