Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Jenny
Modérateur

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par Jenny le Jeu 8 Oct 2020 - 11:58
Ca joue aussi de ne pas avoir d'enfants. Wink
EdithW
EdithW
Neoprof expérimenté

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par EdithW le Jeu 8 Oct 2020 - 12:00
@Jenny a écrit:Ca joue aussi de ne pas avoir d'enfants. Wink

Quand on a des enfants, on est (peut-être?) plus modeste car on voit le travail à faire pour arriver là où ses étudiants sont...
Jenny
Jenny
Modérateur

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par Jenny le Jeu 8 Oct 2020 - 12:09
C'est surtout que tu compares un budget de profs de fac sans enfants avec un couple de professeurs du secondaire sans enfant. Le budget est forcément très différent et ce n'est pas dû qu'au salaire. Des certifiés qui voyagent beaucoup, ça existe aussi. Wink
CarmenLR
CarmenLR
Fidèle du forum

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par CarmenLR le Jeu 8 Oct 2020 - 13:17
C'est le mépris et l'ignorance qu'il y a derrière cette remarque qui me titillent le plus, mais ne me surprennent pas.

Un de mes collègues me disait récemment : "Nous faisons partie des très rares personnes qui font un métier intellectuel et utile." Il ne plaisantait pas et était persuadé qu'on réfléchissait beaucoup moins dans d'autres professions et que la réflexion qui n'avait pas pour objet une question académique avait moins de valeur... Et, bien sûr, le fameux "plus beau métier du monde" et le mépris qui va avec... (Quelleautre profession oserait ?)

Bref, la traditionnelle hiérarchie des valeurs que reproduisent parfois les universitaires qui l'étudient...


Dernière édition par CarmenLR le Jeu 8 Oct 2020 - 16:08, édité 2 fois (Raison : Orthographe)
Nita
Nita
Empereur

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par Nita le Jeu 8 Oct 2020 - 14:38
Il est possible que ton directeur de thèse n'imagine pas ce qu'est devenu l'exercice de notre profession.
Si ce que tu fais te plait, continue. Inutile de lâcher la proie pour l'ombre.

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
Marcelle Duchamp
Marcelle Duchamp
Érudit

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par Marcelle Duchamp le Jeu 8 Oct 2020 - 15:15
@CarmenLR a écrit:C'est le mépris et l'ignorance qu'il y a derrière cette remarque qui me titillent le plus, mais ne me surprennent pas.

Un de mes collègues me disait récemment : "Nous faisons partie des très rares personnes qui faisons un métier intellectuel et utile." Il ne plaisantait pas et était persuadé qu'on réfléchissait beaucoup moins dans d'autres professions et que la réflexion qui n'avait pas pour objet une question académique avait moins de valeur... Et, bien sûr, le fameux "plus beau métier du monde" et le mépris qui va avec... (Quelleautre profession oserait ?)

Bref, la traditionnelle hiérarchie des valeurs que reproduisent les universitaires qui l'étudie...



Quand la personne exerce « le plus beau métier du monde » on compte toujours sur son bénévolat pour lui en demander toujours plus! Regardez ce qui se passe dans les hôpitaux, on a applaudi les soignants pdt des mois à 20h en les qualifiant de héros pour aujourd’hui fermer des lits, supprimer des repos de garde nécessaires et en n’augmentant pas les salaires à hauteur de leur vrai travail.

Si on faisait effectivement le plus beau métier du monde, on mériterait un peu plus que nos salaires ridiculement bas.
Je ne pensais pas quand j’étais petite qu’en faisant le job de mes rêves, je me retrouverai à compter chaque sous à partir du 10 du mois...
avatar
volny
Niveau 7

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par volny le Jeu 8 Oct 2020 - 15:32
Ce métier a été le plus beau du  Monde mais il ne l'est plus.
Depuis 20 ans que j'enseigne, je pense à une reconversion mais quoi faire? Comment faire?
Ce métier n'a pas été une vocation et je ne l'aime pas tant que ça. Mais il m'est moins pénible à vivre qu'à mes débuts .

Donc, je prépare l'agreg . Pour travailler moins (15 heures, ce sera encore trop mais j'espère réduire ce temps à l'approche de ma retraite).

Mais j'ai longtemps regardé les offres d'emploi .Malheureusement, on ne peut lâcher ce métier d'un claquement de doigt.
dita
dita
Fidèle du forum

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par dita le Jeu 8 Oct 2020 - 15:49
Venir dans l'Education Nationale ... Fuyez, pauvre fou.
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Expert spécialisé

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par epekeina.tes.ousias le Jeu 8 Oct 2020 - 15:56
@EdithW a écrit:Les profs de fac que je connais

Heureusement, que tu as souligné: ceux “que tu connais”… Le métier de prof - Page 2 1482308650

_________________
Cdlt Wink
Sphinx
Sphinx
Enchanteur

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par Sphinx le Jeu 8 Oct 2020 - 16:05
Le gâchis ce serait de gâcher un métier où tu t'épanouis et où tu gagnes bien ta vie pour un autre où tu serais malheureuse (tu le sais puisque tu l'as testé) et mal payée.

Mes collègues m'ont toujours dit que c'était du gâchis que je sois prof en collège (avec en poche l'ENS, un doctorat et l'agreg). Je ne le vois pas comme eux, en soi je ne cours pas après l'argent (là actuellement je suis en train de me faire recruter pour donner quelques heures de cours de FLE dans une boîte privée, et je compte bien ne donner que le strict nécessaire d'heures de travail pour vivre, surtout que mon conjoint gagne bien sa vie et que j'ai décidé que j'allais essayer de me remettre de mes multiples quasi-burn out avant de reconsidérer un vrai travail) et j'ai toujours été bien dans mes baskets devant une classe.

Pour moi le gâchis était pour eux : je n'ai jamais eu l'intention que d'être là en passant, mais eux y auront passé leur vie entière, pour finir usés jusqu'à la corde par des élèves de plus en plus mal élevés, une hiérarchie qui les maltraite littéralement, les heures sup et tâches àlac qui s'empilent si l'on veut réussir à boucler la fin du mois.

Finalement, chacun voit midi - et le gâchis - à sa porte. La seule façon de ne pas se gâcher, pour moi, c'est d'être épanoui dans ce qu'on fait, et d'être dans une voie qu'on a choisie soi-même, et pas une que les autres ont choisie pour vous.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather
"- Alors, Obélix, l'Helvétie c'est comment ? - Plat."


Le métier de prof - Page 2 Livre11
menerve
menerve
Prophète

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par menerve le Jeu 8 Oct 2020 - 18:24
Comme les autres : reste où tu es.
Capes ou agreg on peut avoir les mêmes élèves. Et financièrement... Pff franchement mes parents ouvriers, vivivaient mieux que moi. Bon il faut dire que je suis célibataire avec une fille étudiante à charge... Mais quand même.
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par Lefteris le Jeu 8 Oct 2020 - 19:30
@CarmenLR a écrit:C'est le mépris et l'ignorance qu'il y a derrière cette remarque qui me titillent le plus, mais ne me surprennent pas.

Un de mes collègues me disait récemment : "Nous faisons partie des très rares personnes qui font un métier intellectuel et utile." Il ne plaisantait pas et était persuadé qu'on réfléchissait beaucoup moins dans d'autres professions et que la réflexion qui n'avait pas pour objet une question académique avait moins de valeur... Et, bien sûr, le fameux "plus beau métier du monde" et le mépris qui va avec... (Quelleautre profession oserait ?)
Comme le dit Marcelle plus bas, cette tarte à la crème de la pensée est aussi une manière de piéger les enseignants


@Marcelle Duchamp a écrit:Quand la personne exerce « le plus beau métier du monde » on compte toujours sur son bénévolat pour lui en demander toujours plus! Regardez ce qui se passe dans les hôpitaux,
La variante du "métier pas comme les autres" , tout aussi méprisante (c'est vrai qu'il y a prof, mais que pompier,  garagiste, comptable, médecin, c'est la même chose, hein... ), est aussi fortement utilisée  par la hiérarchie qui presse le citron, l'anti-syndicalisme , ou le "syndicalisme" jaune, celui qui  ne sait pas réclamer d'augmentation mais  n'est jamais en panne d'idées pour  réclamer plus de contraintes, de réunions ou corvées diverses,de temps passé dans les établissements.

@volny a écrit:Mais j'ai longtemps regardé les offres d'emploi .Malheureusement, on ne peut lâcher ce métier d'un claquement de doigt.
Partir est une chose, partir bien en est une autre. Le problème est surtout que plus on avance en âge, moins on peut repartir à zéro  en perdant tout ce qu'on a fait. Les meilleures solutions sont encore dans la fonction publique, où l'on garde ancienneté et indice, mais encore faut-il décrocher des concours, et pas trop  vieux car débuter quand d'autres sont déjà au deuxième et troisième grade, on se retrouve bloqué.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
A Tuin
A Tuin
Sage

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par A Tuin le Jeu 8 Oct 2020 - 19:48
A mon sens tes profs de fac qui te disent que ton métier c'est du gâchis, c'est leur point de vue. C'est sûrement que eux se sentiraient frustrés de faire ton métier. Si toi tu es bien dans ce que tu fais, c'est sain de te poser les questions mais je pense que tu devrais rester où tu es. Si en tant que prof on veut faire autre chose, c'est très fermé et compliqué. Ce n'est pas ton cas en faisant le type de métier que tu fais. Et au moins ton temps libre est à toi, pour te cultiver, ne rien faire où faire ce qui te plaît.
Caspar
Caspar
Bon génie

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par Caspar le Ven 9 Oct 2020 - 12:20
@A Tuin a écrit:A mon sens tes profs de fac qui te disent que ton métier c'est du gâchis, c'est leur point de vue. C'est sûrement que eux se sentiraient frustrés de faire ton métier. Si toi tu es bien dans ce que tu fais, c'est sain de te poser les questions mais je pense que tu devrais rester où tu es. Si en tant que prof on veut faire autre chose, c'est très fermé et compliqué. Ce n'est pas ton cas en faisant le type de métier que tu fais. Et au moins ton temps libre est à toi, pour te cultiver, ne rien faire où faire ce qui te plaît.

Bien résumé. aai
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Expert spécialisé

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par epekeina.tes.ousias le Ven 9 Oct 2020 - 13:25
Il se peut également que des profs de fac (comme moi) disent à tel ou tel étudiant qui veut devenir prof de se méfier et que c’est effectivement un gâchis, vu l’état de l’EN… Vous semblez n’avoir pas entièrement idée d’un fait assez simple: la plupart des gens qui ne sont pas profs ont énormément de mal à “croire” ce qu’on peut leur raconter quand on en parle. De même, lesdits profs de fac savent pertinemment que ça n’est pas mieux dans les universités:

- salaires faibles (seuls les PU qui ont eu un poste assez tôt peuvent dépasser le salaire d’un agrégé, qu’ils sont, d’ailleurs, le plus souvent, en accédant aux échelons hors échelle de la 1re classe et avoir des revenus élevés: les autres doivent attendre des promotions fortement contingentées, difficiles à avoir — et quant aux MCF, s’ils n’accèdent pas à la hors classe, ils terminent au même salaire qu’un agrégé au 11è échelon)

- et encore cela n’est-il qu’un aspect des choses, mais il y a le reste, par ex.: devoir payer soi-même ses billets de train, ses nuitées d’hôtel et ses repas pour aller communiquer dans un colloque (alors même que ça fait partie des fonctions), parce que les labos ont de moins en moins d’argent, les crédits récurrents ayant été abandonnés à la “bonne volonté” des universités (et alors même que l’État refuse désormais de les abonder en crédits pour acquitter la partie GVT de la masse salariale), de même les primes d’encadrement de thèse, qui ne sont pas acquises, les droits à congés sabbatiques qui relève de plus en plus de la loterie… — et ne parlons pas du manque de matériel (des livres aux ordinateurs en passant par les salles), de personnels, d’enseignants-chercheurs, donc de possibilités réelles d’encadrement, de la multiplication des statuts de contrats précaires (y compris des “MCF contractuels” qui ne sont pas assurés de voir leur contrat renouvelé), etc.

Ça a beau ne pas être exactement le même ministère que celui de l’EN, l’actuelle loi PPR démontre, si besoin était, que le “management” dans les U. ressemble furieusement à celui que subissent les collègues du premier et du second degré.

_________________
Cdlt Wink
avatar
Lombalgia
Niveau 10

Le métier de prof - Page 2 Empty Re: Le métier de prof

par Lombalgia le Ven 9 Oct 2020 - 21:21
@chainec a écrit:Bonjour à tous, je sais que le sujet a sûrement déjà été traité mais j'aimerais avoir mon propre avis sur la question. J'ai fait une licence LLCE espagnol et depuis toute petite j'ai toujours idéalisé le métier de prof pour tout ce qu'il apportait aux élèves au quotidien. J'ai fait un master REVI et j'ai passé le capes que j'ai obtenu. Malheureusement, j'ai démissionné après mon année de stage car j'avais une vision totalement erronée du métier. Je savais que les conditions des enseignants s'étaient dégradées (j'ai fait deux stages de 4 semaines avant le concours) mais je pensais pas que c'était à ce point. Bref, je me suis dit que peut-être, il valait mieux passer l'agrégation. J'ai longuement hésité et finalement, vue que je travaillais en parallèle de mes études dans une boutique prémium, on m'a proposé un poste de responsable dans ma ville que j'ai accepté directement. A 24 ans, je gérais un équipe, des responsabilités, un bon salaire, des avantages considérables (dotations, tickets restau, chèques cadoc, un cadre agréable, le statut cadre et pas de pbs liés à la mutation... Aujourd'hui, j'en ai 26 et je suis responsable d'une grande enseigne. Vous allez me demander "mais pourquoi vient-elle faire un poste si elle est si épanouie dans son travail?". Epanouie, je le suis sincèrement et je ne l'étais pas lorsque j'étais enseignante stagiaire mais j'ai gardé contact avec mon directeur de mémoire et il ne cesse de me dire que j'ai largement les capacités pour passer l'agrégation et que selon lui, c'est du gâchis. Quand je vois mes anciennes camarades qui ont passé le concours et qui aujourd'hui me demandent des conseils pour leur reconversion pro je m'interroge sur la sincérité de mon prof qui a toujours eu peur que l'agrégation disparaisse à l'université par faute du manque de candidats...

Et si la clé de ses propos était que vous lui plaisez, au sens le plus général du terme ? Expérience et parcours entre autres vous confèrent des qualités, une forme d'énergie atypique. En vous disant cela il vous flatte et se flatte aussi lui-même. Quelle satisfaction s'il pouvait vous ramener dans le giron de son laboratoire.

J'aimerais donc vous poser une seule question, si un jour on vous avait donné une opportunité (dans un autre domaine) est-ce que vous l'auriez saisie (avec l'expérience que vous avez maintenant)? J'insiste sur le fait que je ne regrette rien car je n'ai fait aucun sacrifice comparé aux enseignants que je respecte énormément.

Oui. Pour les mêmes raisons que les collègues.

Chainec, continuez à caracoler en tête de votre grande enseigne. Tant que vous gardez le sens de l'humain, profitez bien de votre situation.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum