Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
EdithW
Fidèle du forum

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par EdithW le Mar 13 Oct 2020, 16:25
@Danska a écrit:Le scandale étant plutôt qu'on colle des recalés devant une classe en l'occurrence. Mais ça rejoint la problématique de ce topic : à force de mal payer les enseignants, on fait fuir les personnes qualifiées pour cet emploi.

Bien sûr, cela va de soi... mais c'est l'administration qui organise ça qui est en faute, pas les pauvres recalés du concours.
almor
almor
Niveau 1

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par almor le Mar 13 Oct 2020, 16:38
@Danska a écrit:Le scandale étant plutôt qu'on colle des recalés devant une classe en l'occurrence. Mais ça rejoint la problématique de ce topic : à force de mal payer les enseignants, on fait fuir les personnes qualifiées pour cet emploi.
Arrêtez de dire "plutôt"
Un malheur n'en remplace pas un autre.
Mathador
Mathador
Grand sage

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Mathador le Mar 13 Oct 2020, 17:03
@trompettemarine a écrit:Et quand les stagiaires seront payés comme étudiants salariés, soit 800 euros par mois, je ne leur laisse pas la fin de l'année pour quitter le métier et ne pas attendre la mirobolante augmentation de salaire pour un métier si difficile.
Bref, jeunes padawans, fuyez ! Ne revenez que lorsque vous serez certains d'être payés à la hauteur de vos concours et des exigences de votre travail.
Les 800 euros c'est avant le concours non ? Si tel est le cas, ceux qui ont le niveau et ne sont pas trop à court de fric feront master recherche puis CAPES ou passeront directement l'agrégation. Comme maintenant en fait.

_________________
"There are three kinds of lies: lies, damned lies, and statistics." (cité par Mark Twain)
« Vulnerasti cor meum, soror mea, sponsa; vulnerasti cor meum in uno oculorum tuorum, et in uno crine colli tui.
Quam pulchrae sunt mammae tuae, soror mea sponsa! pulchriora sunt ubera tua vino, et odor unguentorum tuorum super omnia aromata. » (Canticum Canticorum 4:9-10)
Danska
Danska
Modérateur

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Danska le Mar 13 Oct 2020, 17:30
@almor a écrit:
@Danska a écrit:Le scandale étant plutôt qu'on colle des recalés devant une classe en l'occurrence. Mais ça rejoint la problématique de ce topic : à force de mal payer les enseignants, on fait fuir les personnes qualifiées pour cet emploi.
Arrêtez de dire "plutôt"
Un malheur n'en remplace pas un autre.

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 3795679266

J'écris ce que je veux, jusqu'à plus amples informations, y compris "plutôt" si je le souhaite.

Et non, je n'ai pas d'énergie à dépenser en pleurant sur le salaire de personnes qui ont été recalées - en général, quand on n'a pas le niveau/les compétences ou ce qu'on voudra pour faire un boulot, on se tourne vers un autre. Sauf dans l'EN.
almor
almor
Niveau 1

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par almor le Mar 13 Oct 2020, 17:36
@Danska a écrit:
@almor a écrit:
@Danska a écrit:Le scandale étant plutôt qu'on colle des recalés devant une classe en l'occurrence. Mais ça rejoint la problématique de ce topic : à force de mal payer les enseignants, on fait fuir les personnes qualifiées pour cet emploi.
Arrêtez de dire "plutôt"
Un malheur n'en remplace pas un autre.

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 3795679266

J'écris ce que je veux, jusqu'à plus amples informations, y compris "plutôt" si je le souhaite.

Et non, je n'ai pas d'énergie à dépenser en pleurant sur le salaire de personnes qui ont été recalées - en général, quand on n'a pas le niveau/les compétences ou ce qu'on voudra pour faire un boulot, on se tourne vers un autre. Sauf dans l'EN.

Vous n'avez pas bien compris le sens de mon message...
Cube²
Cube²
Niveau 5

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Cube² le Mar 13 Oct 2020, 17:46
@Danska a écrit:Si les cadres en question sont au forfait jour, c'est normal : ils ne sont pas tenus aux 35 h/s, donc pas d'heures supplémentaires non plus. En revanche ils ont droit à des RTT, qui compensent quand même pas mal.
C'est vrai, encore faut-il que les salariés puissent les prendre (ce qui est parfois compliqué). Et il y a aussi tous les cadres dirigeants, qui n'y ont pas droit (aux heures supp) ainsi que ceux qui ne sont pas soumis au forfait.

Les deux systèmes (EN et privé) sont très différents, donc je pense que c'est assez compliqué de dire que l'un est mieux que l'autre. On peut seulement comparer sur des choses factuelles, par exemple le salaire par rapport au niveau d'études : là, oui, les salariés sont gagnants.
Mais sur d'autres choses, les profs sont mieux lotis.

J'ai presque envie de dire à celles et ceux qui "envient" les salariés du privé ce que peuvent répondre les profs aux gens qui disent que prof "c'est super parce que t'as trop de vacances" : rien ne t'empêche de trouver un boulot dans le privé, si tu estimes que c'est mieux là-bas.

_________________
Salariée dans le privé, en questionnement quant à l'intégration de l'EN (CAPLP Eco-Gestion ou SAENES)
Danska
Danska
Modérateur

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Danska le Mar 13 Oct 2020, 17:52
C'est un point de vue qui se défend, et je le partage en partie ; mais ça promet un futur bien sombre pour l'éducation de nos enfants en France, si on se contente de dire que ceux qui le peuvent n'ont qu'à quitter l'EN :/
Cube²
Cube²
Niveau 5

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Cube² le Mar 13 Oct 2020, 17:58
Je suis d'accord @Danska, d'où le "presque".

_________________
Salariée dans le privé, en questionnement quant à l'intégration de l'EN (CAPLP Eco-Gestion ou SAENES)
HORA
HORA
Niveau 10

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par HORA le Mar 13 Oct 2020, 18:21
D'accord aussi sur le fait que si on en a assez (ce qui est mon cas), la porte est ouverte et on peut tenter autre chose, à ceci près bien sûr qu'une reconversion dans la quarantaine reste périlleuse, et, me semble-t-il, semée d'embûches pour un enseignant. Au moins depuis Allègre, le mépris sarcastique contre les profs est devenu un sport national (allant de pair avec le décrochage spectaculaire de nos salaires) et cette image soigneusement entretenue par le ministère de naïf-feignasse qui ne connaît pas la vraie vie, le vrai travail, etc, nous précède dès qu'on essaie de sortir de la nasse.
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Fidèle du forum

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Pourquoi 3,14159 le Mar 13 Oct 2020, 18:24
Agrégé, cadre ou pas cadre ? A priori pas cadre, on rémunère les HS des professeurs pas des cadres.
L'Etat impose au privé la règle des +10% au minimum pour les HS, mais ne l'applique pas à ses fonctionnaires (perso, moi c'est -34% et imposés pour les deux premières).
La participation à la mutuelle c'est 50% imposés au privé, nous c'est moins de 7€ directement versés à la MGEN.
Au passage de 39H à 35H, les professeurs n'ont rien vu en moins concernant leur ORS.
Le professeur démissionne, il n'a droit à rien. Je rêve d'être chômeur (Naaaaan, j'déconne !).
La CPA (cessation progressive d'activité) nous a été supprimée, et le privé peut maintenant en bénéficier.
La formation on en parle... ? Notre CE généreux... ? La chance de manger pour 8€95 à la cantine... ?

Heureusement que je ne dois officier dans ces conditions que 37 ans et demi pour pouvoir bénéficier de 75% de mon dernier traitement...
Comment ? Quoi ? Ah, on me dit que maintenant c'est 43 ans.

J'ai 53 ans, je suis professeur. Qui veut de moi dans le privé ?
Donc je doit être heureux de pouvoir continuer dans ces conditions jusqu'à mes 43 annuités effectuées.

Soupir.


Dernière édition par Pourquoi 3,14159 le Mar 13 Oct 2020, 20:28, édité 1 fois (Raison : Oups.)

_________________
"Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. " (Albert Einstein).
A Tuin
A Tuin
Sage

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par A Tuin le Mar 13 Oct 2020, 18:38
Juste pour dire que je viens de commander une énième cartouche d'encre pour l'imprimante. C'est pénible à la longue, pour un ensemble de choses.
Un salaire conforme à l'ensemble de ce qu'on est tenus de faire ne serait pas du luxe...
Une passante
Une passante
Expert

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Une passante le Mar 13 Oct 2020, 18:40
@Pourquoi 3,14159 a écrit:Agrégé, cadre ou pas cadre ? A priori pas cadre, on rémunère les HS des professeurs pas des cadres.
L'Etat impose au privé la règle des +10% au minimum pour les HS, mais ne l'applique pas à ses fonctionnaires (perso, moi c'est -34% et imposés pour les deux premières).
La participation à la mutuelle c'est 50% imposés au privé, nous c'est moins de 7€ directement versés à la MGEN.
Au passage de 39H à 35H, les professeurs n'ont rien vu en moins concernant leur ORS.
Le professeur démissionne, il n'a droit à rien. Je rêve d'être chômeur (Naaaaan, j'déconne !).
La CPA (cessation progressive d'activité) nous a été supprimée, et le privé peut maintenant en bénéficier.
La formation on en parle... ? Notre CE généreux... ? La chance de manger pour 8€95 à la cantine... ?

Heureusement que je ne dois officier dans ses conditions que 37 ans et demi pour pouvoir bénéficier de 75% de mon dernier traitement...
Comment ? Quoi ? Ah, on me dit que maintenant c'est 43 ans.

J'ai 53 ans, je suis professeur. Qui veut de moi dans le privé ?
Donc je doit être heureux de pouvoir continuer dans ces conditions jusqu'à mes 43 annuités effectuées.

Soupir.

Je digresse un peu, mais pour la mutuelle, qu'en est-il concernant les autres fonctionnaires ? Est-elle davantage financée ou est-ce la même chose pour tous ?
A Tuin
A Tuin
Sage

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par A Tuin le Mar 13 Oct 2020, 18:41
@cocktail a écrit:A Tuin, je pense que tu as surinterprété les propos d'almor, et qu'il ne faut pas y voir de mal.

Certes ! Il se trouve qu'aujourd'hui justement j'étais particulièrement de mauvais poil, parce que certains jours ras le bol de cumuler le travail du lycée, avec le travail de la maison, les enfants et le quotidien. Que le ministère allonge les sous !!!! On ne sera jamais assez payé pour ce qu'on fait. Razz Razz Razz Razz Vivement les vacances tiens !
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Lefteris le Mar 13 Oct 2020, 19:13
Une fois de plus, on tombe dans le débat "j'ai assez/ pas assez", ou "je connais du privé qui gagne le double/ je connais des laissés pour compte". Il ne manque plus que l'écran de fumée habituel, la comparaison sans fin avec d'autres pays, et le poisson est bien noyé. La seule comparaison possible, c'est au sein de la fonction publique, à statut équivalent, et là, on s'aperçoit que les enseignants sont les bons derniers de la classe. Même le rapport annuel le montre avec une régularité consternante. Donc, le métier d'enseignant est bien un métier de déclassé, qui n'attire plus, et cela explique grandement la désertification des concours. Maintenant, on appâte des étudiants pauvres comme "apprentis" . Le déclassement organisé aura permis de changer la physionomie du corps, avec des concours qui ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes (cf. le capes cité plus haut) , une contractualisation bientôt massive, et donc un virage vers le métier temporaire, le "job" que nos dirigeants appellent de leurs voeux et qu'"on ne fera pas toute sa vie".

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, utilisée pour toutes les démolitions, expliquée sans fard par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
Cléopatra2
Cléopatra2
Grand sage

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Cléopatra2 le Mar 13 Oct 2020, 19:28
Tout à fait. Que cela suffise ou pas, la question est bien la comparaison avec les cadres A de la fonction publique et c'est tout.
A prendre pitié de toutes les autres professions, on fait comme lorsqu'on prend en compte lintérédézélèves et on s'écrase.
Quant à certains nouveaux collègues qui débarquent, leur niveau global paraît bien faible, mais bon, ils ont 45 ans pour progresser alors ça ira!
Cube²
Cube²
Niveau 5

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Cube² le Mar 13 Oct 2020, 19:34
@Pourquoi 3,14159 a écrit:Agrégé, cadre ou pas cadre ? A priori pas cadre, on rémunère les HS des professeurs pas des cadres.
L'Etat impose au privé la règle des +10% au minimum pour les HS, mais ne l'applique pas à ses fonctionnaires (perso, moi c'est -34% et imposés pour les deux premières).
La participation à la mutuelle c'est 50% imposés au privé, nous c'est moins de 7€ directement versés à la MGEN.
Au passage de 39H à 35H, les professeurs n'ont rien vu en moins concernant leur ORS.
Le professeur démissionne, il n'a droit à rien. Je rêve d'être chômeur (Naaaaan, j'déconne !).
La CPA (cessation progressive d'activité) nous a été supprimée, et le privé peut maintenant en bénéficier.
La formation on en parle... ? Notre CE généreux... ? La chance de manger pour 8€95 à la cantine... ?

Heureusement que je ne dois officier dans ses conditions que 37 ans et demi pour pouvoir bénéficier de 75% de mon dernier traitement...
Comment ? Quoi ? Ah, on me dit que maintenant c'est 43 ans.

J'ai 53 ans, je suis professeur. Qui veut de moi dans le privé ?
Donc je doit être heureux de pouvoir continuer dans ces conditions jusqu'à mes 43 annuités effectuées.

Soupir.

Ok, faisons la même chose dans l'autre sens :

Le prof a environ 14 semaines de vacances par an, quand le salarié du privé en a 5 (encore faut-il qu'il arrive à prendre tous ses congés, ce qui n'est pas systématique).
En dehors des heures devant élèves, le prof peut gérer son travail comme il le veut, c'est-à-dire corriger ses copies en pyjama dans son lit s'il le veut, ce que l'on ne peut pas faire dans le privé.
Un salarié du privé est soumis à une forte pression, une rentabilité, un résultat, contrairement à un prof.
Démissionner n'offre pas systématiquement le droit au chômage, contrairement à la rupture conventionnelle (et on sait bien que les entreprises ne l'acceptent pas toujours...)
Un prof a la sécurité de l'emploi, ce qui n'est pas le cas d'un salarié du privé (licenciement sous divers motifs, chômage technique, etc.)
La formation, très peu des salariés y ont accès (ou la sollicitent d'eux-mêmes)
Le CE n'existe que dans les entreprises de 50 salariés et plus : or en France, 90% des entreprises sont des TPE, donc pas de CE (ni de cantine d'ailleurs).

Entre autres.
Voilà, tout n'est pas rose ici non plus hein  Wink

_________________
Salariée dans le privé, en questionnement quant à l'intégration de l'EN (CAPLP Eco-Gestion ou SAENES)
Mathador
Mathador
Grand sage

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Mathador le Mar 13 Oct 2020, 19:40
@Cube² a écrit:Le prof a environ 14 semaines de vacances par an, quand le salarié du privé en a 5 (encore faut-il qu'il arrive à prendre tous ses congés, ce qui n'est pas systématique).
En supposant que le salarié fait exactement 35 heures par semaine. Un volume horaire d'ailleurs dépassé par la plupart des enseignants à temps plein.

_________________
"There are three kinds of lies: lies, damned lies, and statistics." (cité par Mark Twain)
« Vulnerasti cor meum, soror mea, sponsa; vulnerasti cor meum in uno oculorum tuorum, et in uno crine colli tui.
Quam pulchrae sunt mammae tuae, soror mea sponsa! pulchriora sunt ubera tua vino, et odor unguentorum tuorum super omnia aromata. » (Canticum Canticorum 4:9-10)
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Fidèle du forum

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Pourquoi 3,14159 le Mar 13 Oct 2020, 19:42
Objection !

5 semaines plus les RTT à être vraiment en vacances.
Pas en pyjama, mais avec une clope et un café à discuter quand il veut.
La RC de l'un vaut la RC de l'autre.
Le CE avec 800000 âmes cela devrait le faire, on est bien au dessus de 50.
La pression du résultat existe en tant que professeur.
...

_________________
"Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. " (Albert Einstein).
Cube²
Cube²
Niveau 5

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Cube² le Mar 13 Oct 2020, 19:43
@Mathador : non, car tu peux faire des heures supp sans compensation de repos.

_________________
Salariée dans le privé, en questionnement quant à l'intégration de l'EN (CAPLP Eco-Gestion ou SAENES)
Cléopatra2
Cléopatra2
Grand sage

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Cléopatra2 le Mar 13 Oct 2020, 19:46
C'est de toute façon hors de propos de comparer avec le privé. Quand je compare la carrière de mon père aux impôts, à niveau de diplôme égal (ancienne licence en 4 ans pour lui et maîtrise pour moi), à mes perspectives à moi dans l'EN, je pleure.
Cube²
Cube²
Niveau 5

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Cube² le Mar 13 Oct 2020, 19:46
@Pourquoi : Je ne sais pas dans quel monde tu vis, mais on ne doit probablement pas vivre dans le même affraid
Je suis salariée du privé, je côtoie tous les jours des salariés/cadres dirigeants de TPE, et je peux t'assurer que l'on est bien loin de jouir de ces avantages...
Entre les lois et la réalité du terrain, il y a un monde !

_________________
Salariée dans le privé, en questionnement quant à l'intégration de l'EN (CAPLP Eco-Gestion ou SAENES)
zigmag17
zigmag17
Expert

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par zigmag17 le Mar 13 Oct 2020, 19:52
@Danska a écrit:
@almor a écrit:
@Danska a écrit:Le scandale étant plutôt qu'on colle des recalés devant une classe en l'occurrence. Mais ça rejoint la problématique de ce topic : à force de mal payer les enseignants, on fait fuir les personnes qualifiées pour cet emploi.
Arrêtez de dire "plutôt"
Un malheur n'en remplace pas un autre.

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 3795679266

J'écris ce que je veux, jusqu'à plus amples informations, y compris "plutôt" si je le souhaite.

Et non, je n'ai pas d'énergie à dépenser en pleurant sur le salaire de personnes qui ont été recalées - en général, quand on n'a pas le niveau/les compétences ou ce qu'on voudra pour faire un boulot, on se tourne vers un autre. Sauf dans l'EN.

Pas d'accord avec la dernière partie du message: on peut avoir les connaissances, le niveau et les compétences et être recalé plusieurs fois à des concours. Une de mes amies a été dans ce cas, s'est entendu dire à un oral de CAPES "Vous ne serez jamais capable d'enseigner" (elle avait perdu ses moyens devant le jury), alors qu'elle enseignait depuis trois ans en tant que M.A. à l'époque (car pas de perte de moyens devant une classe), et a décroché le concours l'année suivante. Depuis, trente ans de métier sans problème. Etre recalé dans l'EN n'est donc pas nécessairement un problème d'insuffisance intrinsèque.
Danska
Danska
Modérateur

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Danska le Mar 13 Oct 2020, 20:03
Bon sang... Allez, c'est parti pour l'explication de texte.

On peut être parfaitement compétent et être recalé à un concours. C'est injuste, mais c'est ça un concours.

Les concours servent à départager les candidats compétents des autres. Avec une part d'arbitraire, mais c'est ça un concours, à nouveau.

Si on admet que le concours est nécessaire pour enseigner, personne ne devrait pouvoir accéder à l'enseignement sans ce sésame. En pratique, on sait tous que c'est très loin d'être le cas.


Faisons le parallèle avec le privé, puisque c'est un sport national : dans une entreprise, une personne peut tout à fait être compétente mais rater son entretien d'embauche, pour de multiples raisons. Auquel cas elle ne travaillera pas dans cette entreprise, toute compétente soit-elle.

Bref, il n'y a guère qu'à l'EN qu'on peut rater le concours/l'entretien d'embauche et enseigner quand même au même titre que celui qui a réussi.




Quant à la discussion sur le salaire, elle a déjà eu lieu dix mille fois sur ce forum et me déprime profondément, donc je vais simplement arrêter de lire ce topic vu que je sais déjà dans quelle direction il va dériver (et que de toute façon le résultat concret qui sortira de ce débat sera le même que toutes les fois précédentes, à savoir rien du tout).
Sylvain de Saint-Sylvain
Sylvain de Saint-Sylvain
Sage

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Sylvain de Saint-Sylvain le Mar 13 Oct 2020, 20:14
@Danska a écrit:
Quant à la discussion sur le salaire, elle a déjà eu lieu dix mille fois sur ce forum et me déprime profondément, donc je vais simplement arrêter de lire ce topic vu que je sais déjà dans quelle direction il va dériver (et que de toute façon le résultat concret qui sortira de ce débat sera le même que toutes les fois précédentes, à savoir rien du tout).

Je ne l'ai pas encore lu, mais j'ai vu le message de Lefteris, et je me dis que décidément, ça rentre pas.

_________________
« Les hommes en vinrent, pour qualifier les actes, à modifier arbitrairement le sens habituel des mots. » (Thucydide)
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Fidèle du forum

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Pourquoi 3,14159 le Mar 13 Oct 2020, 20:16
@Cube² a écrit:@Pourquoi : Je ne sais pas dans quel monde tu vis, mais on ne doit probablement pas vivre dans le même affraid
Je suis salariée du privé, je côtoie tous les jours des salariés/cadres dirigeants de TPE, et je peux t'assurer que l'on est bien loin de jouir de ces avantages...
Entre les lois et la réalité du terrain, il y a un monde !
J'ai une femme cadre dans le privé Razz . Elle gagne moins que moi en brut, mais plus en net.


Dernière édition par Pourquoi 3,14159 le Mar 13 Oct 2020, 20:18, édité 1 fois

_________________
"Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. " (Albert Einstein).
Lagomorphe
Lagomorphe
Niveau 9

Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier - Page 3 Empty Re: Un aspect salarial primordial, souvent négligé par ceux qui veulent entrer dans le métier

par Lagomorphe le Mar 13 Oct 2020, 20:17
@Cube² a écrit:J'ai presque envie de dire à celles et ceux qui "envient" les salariés du privé ce que peuvent répondre les profs aux gens qui disent que prof "c'est super parce que t'as trop de vacances" : rien ne t'empêche de trouver un boulot dans le privé, si tu estimes que c'est mieux là-bas.
,

C'est peu ou prou ce qu'un très élégant CDE avait balancé aux représentants des professeurs en plein conseil d'administration: si vous n'êtes pas content du statut de fonctionnaire (qui vous oblige à faire ce que je décide et à fermer vos...bouches), allez trouver un job dans le privé. Il s'est fait assez violemment reprendre, pour une raison simple:
- un cadre du privé, par exemple un commercial, peut changer d'employeur s'il pense que l'herbe est plus verte qu'ailleurs. Il y aura une phase d'adaptation à sa nouvelle entreprise, bien sûr, mais il reste cadre commercial, il garde le même métier, et l'expérience acquise chez son premier employeur a, sur son CV, une valeur pour le suivant.
- un enseignants qui part "trouver un boulot dans le privé" est obligé de changer de métier, de se reconvertir entièrement: il n'existe pas d'autre employeur que l'Etat pour l'enseignement primaire et secondaire. Il doit bien exister de manière exceptionnelle quelques établissements privés hors contrat (plutôt dans le supérieur quand dans le primaire/secondaire), mais pour le métier que font la plupart des intervenants de ce forum, l'Etat s'est arrogé un monopole de fait. Les professeurs des établissements scolaires privés sont eux aussi, de fait, "agents de l'Etat ou assimilés" rémunérés par l'Etat. La récente interdiction de la scolarisation à domicile renforce encore ce monopole: on ne peut même plus se transformer (sans se reconvertir de pied en cap) en précepteur pour gosse de super-riche.

Je ne suis pas opposé par principe à un monopole d'Etat sur l'enseignement aux mineurs: une jungle concurrentielle entre acteurs privés aboutirait à priver de toute chance de promotion sociale ceux qui n'auraient pas des parents assez riches pour leur offrir une formation de qualité. Mais s'octroyer le monopole d'un secteur d'emploi entraîne de lourdes responsabilités: on ne peut pas simplement dire aux professeurs "allez voir ailleurs si vos conditions de travail/rémunération ne vous plaisent pas", car il n'y a pas d'ailleurs, et la seule alternative est de repartir avec zéro expérience dans un nouveau métier. Arrivé à un certain âge, ça fait réfléchir, et ça explique sans doute pourquoi beaucoup d'entre nous se plaignent de leur Etat-employeur sans pour autant claquer la porte: il n'existe pas d'autre employeur.

Bien évidemment, on peut trouver des exceptions dans les deux sens: il y a des reconversions réussies en professeur particulier "en libéral". Et il y a des métiers du privé pour lesquels un acteur est sans doute en situation de monopole (à tout hasard un spécialiste des lignes très haute tension qui peut difficilement bosser pour qui que ce soit d'autre qu'Enedis). Mais dans l'ensemble, peu de métiers autres que le nôtre doivent composer avec un employeur en situation monopolistique écrasante (et qui semble disposer à s'en servir pour écraser, justement).

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum