Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Clecle78
Érudit

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Clecle78 le Ven 30 Oct 2020 - 23:11
Si tu attends l'ARS tu peux attendre longtemps ! Ma collègue a attendu une semaine sans rien voir venir !
A Tuin
A Tuin
Sage

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par A Tuin le Ven 30 Oct 2020 - 23:12
Je ne sais pas ... J'espère que tu ne l'auras pas, et que ton amie n'aura pas la version grave.
Jenny
Jenny
Modérateur

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Jenny le Ven 30 Oct 2020 - 23:15
Non, tu en informes l’établissement dès maintenant.
Il faut que tu t’isoles et que tu fasses un test.
Bon courage
micaschiste
micaschiste
Grand Maître

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par micaschiste le Ven 30 Oct 2020 - 23:22
@Jenny a écrit:Non, tu en informes l’établissement dès maintenant.
Il faut que tu t’isoles et que tu fasses un test.
Bon courage
Test 7 jours après le dernier contact sauf si apparition de symptômes avant.

_________________
"Il ne sert à rien à l'homme de gagner la Lune s'il vient à perdre la Terre". François Mauriac
"Pick a star in the dark horizon and follow the light "
pseudo-intello
pseudo-intello
Expert spécialisé

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par pseudo-intello le Ven 30 Oct 2020 - 23:23
Il n'y a eu que 545 décès ces dernières 24 heures. On peut rouvrir les écoles sans crainte.

(J'ai très très envie d'hiberner jusqu'au printemps).
Volo'
Volo'
Fidèle du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Volo' le Ven 30 Oct 2020 - 23:28
@Jenny a écrit:Non, tu en informes l’établissement dès maintenant.
Il faut que tu t’isoles et que tu fasses un test.
Bon courage

Et contacter directement l'ARS pour être considérée comme personne contact (donc prioritaire). Suivant les départements, de plus en plus de labos ne prennent que les personnes qui sont considérées comme réels cas contact.
avatar
Anywhere
Niveau 5

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Anywhere le Ven 30 Oct 2020 - 23:40
@Neonormande a écrit:@maroussia que sait on de ce qu'ils font ces cde parfois je me sens plus à même de gérer certaines situations qu'eux.=


Passez le concours.
Neonormande
Neonormande
Niveau 5

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Neonormande le Ven 30 Oct 2020 - 23:42
@anywhere j'aime bien quand on ne connaît pas le 2nd degré...
Manu7
Manu7
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Manu7 le Ven 30 Oct 2020 - 23:45
Oui c'est très inquiétant de voir que les écoles restent ouvertes. Mais d'un autre côté, pourrait-on imaginer les écoles fermées jusqu'à une date indéterminée ?

Finalement nous nous retrouvons dans la même situation que les personnels de santé, les personnels de grande surface, les personnels des entreprises indispensables au premier confinement.

Donc l'enseignement est essentiel c'est aussi très rassurant, non ? On peut toujours crier que je suis naïf, que nous sommes une garderie, mais je pense aussi à mes enfants dont un qui est en 1ère et qui me demandait si la solution ne serait pas que tout le monde redouble...

Je ne suis pas naïf, et j'ai vraiment peur de retourner à l'école, mais je ne suis pas naïf, j'ai vu que notre enseignement à distance dont j'étais assez fier est objectivement un véritable échec avec mes élèves qui sont pourtant très consciencieux, et je ne leur en veux pas du tout. Cela prouve à quel point notre métier est indipensable et essentiel en présentiel...


Cleroli
Cleroli
Expert

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Cleroli le Ven 30 Oct 2020 - 23:47
@Manu7 a écrit:

Je ne suis pas naïf, et j'ai vraiment peur de retourner à l'école, mais je ne suis pas naïf, j'ai vu que notre enseignement à distance dont j'étais assez fier est objectivement un véritable échec avec mes élèves qui sont pourtant très consciencieux, et je ne leur en veux pas du tout. Cela prouve à quel point notre métier est indipensable et essentiel en présentiel...
Et pour cela il faut rester en bonne santé mais on fait comment avec un protocole sanitaire très léger dans les faits ?
percehaie
percehaie
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par percehaie le Sam 31 Oct 2020 - 0:05
@Jenny a écrit:Non, tu en informes l’établissement dès maintenant.
Il faut que tu t’isoles et que tu fasses un test.
Bon courage

Merci pour vos réponses.
Je vais contacter l'établissement, indiquer la date du dernier contact et sans attendre d'être contacté par l'ARS.

Mais si le lycée me confirme que je dois m'isoler par précaution, vais-je avoir "droit" aux jours de carence ?

cupoftea
cupoftea
Niveau 4

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par cupoftea le Sam 31 Oct 2020 - 0:11
@Cleroli a écrit:
@Manu7 a écrit:

Je ne suis pas naïf, et j'ai vraiment peur de retourner à l'école, mais je ne suis pas naïf, j'ai vu que notre enseignement à distance dont j'étais assez fier est objectivement un véritable échec avec mes élèves qui sont pourtant très consciencieux, et je ne leur en veux pas du tout. Cela prouve à quel point notre métier est indipensable et essentiel en présentiel...
Et pour cela il faut rester en bonne santé mais on fait comment avec un protocole sanitaire très léger dans les faits ?

Mais au final, on ne fait que tourner en rond ("on" la société, pas "on" les contributeurs du forum).
On sait que les cours à distance sont loin d'être aussi efficaces que les cours en présence, mais on sait aussi que les établissements scolaire sont des incubateurs géants.
Un protocole sanitaire réellement strict (pas la blague de cette semaine) est inapplicable avec des établissements pleins à ras-bord, mais on ne peut pas désemplir les établissements sans priver au moins une partie des élèves de cours en présence.
Au final, si solutions il y avait, elles auraient dû être anticipées, pensées en amont (embaucher, construire des locaux, désemplir les classes, anticiper le gros problème de la restauration ...).
Là, maintenant, alors qu'on est tous "très surpris" (LOL) par la montée du virus, je crois qu'il n'y a juste pas de solution satisfaisante possible.

Sans oublier qu'il ne faut pas compter sur un quelconque soutien des "civils". J'ai vu les réponses aux Tweets sur l'appel à la grève, et la plupart des non-concernés sont unanimes : les feignasses sont déçues de pas être en vacances jusqu'à Noël.

_________________
Ni plan de bataille, ni plan B.

2020-2021 : AFA 4em + 2nd (x2)
2019-2020 : AFA 4em (x3) + 5em
2018-2019 : AFA 4em (x2) + 3em (x2) REP
2017-2018 : Stage 9h 4em + 6em REP
Tangleding
Tangleding
Expert spécialisé

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Tangleding le Sam 31 Oct 2020 - 0:18
@Manu7 a écrit:Oui c'est très inquiétant de voir que les écoles restent ouvertes. Mais d'un autre côté, pourrait-on imaginer les écoles fermées jusqu'à une date indéterminée ?

Finalement nous nous retrouvons dans la même situation que les personnels de santé, les personnels de grande surface, les personnels des entreprises indispensables au premier confinement.

Donc l'enseignement est essentiel c'est aussi très rassurant, non ? On peut toujours crier que je suis naïf, que nous sommes une garderie, mais je pense aussi à mes enfants dont un qui est en 1ère et qui me demandait si la solution ne serait pas que tout le monde redouble...

Je ne suis pas naïf, et j'ai vraiment peur de retourner à l'école, mais je ne suis pas naïf, j'ai vu que notre enseignement à distance dont j'étais assez fier est objectivement un véritable échec avec mes élèves qui sont pourtant très consciencieux, et je ne leur en veux pas du tout. Cela prouve à quel point notre métier est indispensable et essentiel en présentiel...


Je suis d'accord avec tout ce que tu écris. Mais je pense que ça implique qu'on doit avoir les moyens de bosser en sécurité. Donc le dédoublement des classes est une exigence car la distanciation est impossible sans cela. Les soignants n'ont pas soigné sans protection durant toute la crise, et ce que nous voulons c'est avoir les moyens d'enseigner, d'instruire, éduquer. Donc distanciation ce qui implique de dédoubler, et du matériel de protection sérieux : masques chirurgicaux pour tous.

En outre il faut réaménager les programmes, parce que l'an dernier durant le confinement on nous a dit : les programmes OSEF, et ma foi on a bien bossé avec les élèves qu'on avait à l'autre bout du fil, mais ils n'étaient pas tous à l'autre bout et c'est tout le problème. On a bien bossé en laissant de côté les prescriptions intenables des programmes. Et maintenant on nous demande de revenir à ces prescriptions intenables. Et ça, ça ne va pas.


_________________
"Never complain, just fight."
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Fidèle du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Pourquoi 3,14159 le Sam 31 Oct 2020 - 0:25
@Tangleding a écrit:
Je suis d'accord avec tout ce que tu écris. Mais je pense que ça implique qu'on doit avoir les moyens de bosser en sécurité. Donc le dédoublement des classes est une exigence car la distanciation est impossible sans cela. Les soignants n'ont pas soigné sans protection durant toute la crise, et ce que nous voulons c'est avoir les moyens d'enseigner, d'instruire, éduquer. Donc distanciation ce qui implique de dédoubler, et du matériel de protection sérieux : masques chirurgicaux pour tous.

En outre il faut réaménager les programmes, parce que l'an dernier durant le confinement on nous a dit : les programmes OSEF, et ma foi on a bien bossé avec les élèves qu'on avait à l'autre bout du fil, mais ils n'étaient pas tous à l'autre bout et c'est tout le problème. On a bien bossé en laissant de côté les prescriptions intenables des programmes. Et maintenant on nous demande de revenir à ces prescriptions intenables. Et ça, ça ne va pas.


Il faut groupir !!!

Bon, je sais que ce n'est pas simple d'arriver à faire bloc de toute une équipe éducative, mais c'est la seule solution. S'il est un moment une époque propice à une action collective c'est aujourd'hui... ou subir à tout jamais jusqu'à la mort (symbolique).

_________________
"Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. " (Albert Einstein).
avatar
Enaeco
Érudit

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Enaeco le Sam 31 Oct 2020 - 0:36
@Cleroli a écrit:
@Manu7 a écrit:

Je ne suis pas naïf, et j'ai vraiment peur de retourner à l'école, mais je ne suis pas naïf, j'ai vu que notre enseignement à distance dont j'étais assez fier est objectivement un véritable échec avec mes élèves qui sont pourtant très consciencieux, et je ne leur en veux pas du tout. Cela prouve à quel point notre métier est indipensable et essentiel en présentiel...
Et pour cela il faut rester en bonne santé mais on fait comment avec un protocole sanitaire très léger dans les faits ?


Pardon pour le cynisme mais tu ne vas pas aller loin avec cet argument.
Des enseignants touchés par le virus il y en a et il y en aura. Et pas forcément dans l'exercice de leurs fonctions d'ailleurs.
Même si nous sommes beaucoup plus touchés que les autres, les absences des profs pour covid ont peu de chances d'être vraiment significatives.

Je ne dis pas pour autant que c'est acceptable et j'ai bien conscience de l horreur qui se sache derrière ce bilan comptable mais dans les faits, l'école ne sera que peu impactée
pseudo-intello
pseudo-intello
Expert spécialisé

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par pseudo-intello le Sam 31 Oct 2020 - 0:39
On sait que le confinement est mauvais pour l'économie et on sait à quel point l'année va être compliquée pour les boutiques, restaurants et lieux culturels contraints à fermer.

Mais justement : tant qu'on laissera les écoles ouvertes, on retardera la fin de la vague et la réouverture des restaurants.
Je veux bien comprendre que le risque soit moindre en primaire (les élèves sont moins tactiles comme en maternelle, prennent moins souvent le bus scolaire qui est un bel incubateur aussi, n'échangent pas leur salive à pleine bouche ni ne partagent leur clope), même si à mon sens, des demi-groupes s'imposent tout de même, mais en tout cas,il faut savoir ce qu'on veut : si les secteurs qui ont absolument besoin de rouvrir veulent rouvrir, il faut laisser les feignasses de l'enseignement rester à domicile. Si un parent dans chaque famille à enfants de moins de 12 ans reste au chaud pour les garder aussi ça fait tout de même pas mal de monde qui reste pour faire tourner l'économie.

Ça ne m'étonne pas que les collègues de LP s'arrachent les cheveux pour trouver des stages : les patrons ne sont pas fous. Dans une entreprise, il y a souvent, moyennant contrainte, possibilité de mettre en place un protocole viable, c'est pas pour tout fiche en l'air en recevant un lycéen qui a baigné dans le virus pendant toute sa période de cours.


Dernière édition par pseudo-intello le Sam 31 Oct 2020 - 1:17, édité 2 fois
Cleroli
Cleroli
Expert

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Cleroli le Sam 31 Oct 2020 - 0:46
@Enaeco a écrit:
@Cleroli a écrit:
@Manu7 a écrit:

Je ne suis pas naïf, et j'ai vraiment peur de retourner à l'école, mais je ne suis pas naïf, j'ai vu que notre enseignement à distance dont j'étais assez fier est objectivement un véritable échec avec mes élèves qui sont pourtant très consciencieux, et je ne leur en veux pas du tout. Cela prouve à quel point notre métier est indipensable et essentiel en présentiel...
Et pour cela il faut rester en bonne santé mais on fait comment avec un protocole sanitaire très léger dans les faits ?


Pardon pour le cynisme mais tu ne vas pas aller loin avec cet argument.
Des enseignants touchés par le virus il y en a et il y en aura. Et pas forcément dans l'exercice de leurs fonctions d'ailleurs.
Même si nous sommes beaucoup plus touchés que les autres, les absences des profs pour covid ont peu de chances d'être vraiment significatives.
Je ne dis pas pour autant que c'est acceptable et j'ai bien conscience de l horreur qui se sache derrière ce bilan comptable mais dans les faits, l'école ne sera que peu impactée
Je n'en suis pas certaine, j'espère me tromper.
Ponocrates
Ponocrates
Neoprof expérimenté

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Ponocrates le Sam 31 Oct 2020 - 0:56
@pseudo-intello a écrit:On sait que le confinement est mauvais pour l'économie et on sait à quel point l'année va être compliquée pour les boutiques, restaurants et lieux culturels contraints à fermer.

Mais justement : tant qu'on laissera les écoles ouvertes, on retardera la fin de la vague et la réouverture es restaurants.
Je veux bien comprendre que le risque soit moindre en primaire (les élèves sont moins tactiles comme en maternelle, prennent moins souvent le bus scolaire qui est un bel incubateur aussi, n'échangent pas leur salive à pleine bouche ni ne partagent leur clope), même si à mon sens, des demi-groupes s'imposent tout de même, mais en tout cas,il faut savoir ce qu'on veut : si les secteurs qui ont absolument besoin de rouvrir veulent rouvrir, il faut laisser les feignasses de l'enseignement rester à domicile.
+1
@pseudo-intello a écrit:
Si un parent dans chaud famille à enfants de moins de 12 ans reste au chaud pour les garder aussi ça fait tout de même pas mal de monde qui reste pour faire tourner l'économie.
Moi ce que je trouve dommage, c'est que l'on n'explore pas plus cette voie-là. Parce que le semi confinement a mis au chômage pas mal de monde. Vous ajoutez à cela ceux qui étaient déjà au chômage, les parents au foyer et cela vous fait quand même un important vivier de parents qui pourraient garder les enfants, pour peu que l'on mette en place un enseignement à distance en fournissant le matériel aux élèves comme aux enseignants de la liste qui ne devraient pas être en établissement. Et on pourrait aussi élargir le dispositif aux parents en télétravail.
Cela aurait un coût, mais en diminuant le nombre d'enfants en présentiel, on permet à ceux dont les parents doivent sortir pour bosser de pouvoir le faire dans de meilleures conditions et on diminue les contaminations à l'école/collège/lycée.
Parce que, sinon, l'alternative va être semi-confinement - comme maintenant- ou confinement comme en mars.

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "
"As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? "
avatar
ee
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par ee le Sam 31 Oct 2020 - 1:47
@pseudo-intello a écrit:On sait que le confinement est mauvais pour l'économie et on sait à quel point l'année va être compliquée pour les boutiques, restaurants et lieux culturels contraints à fermer.

Mais justement : tant qu'on laissera les écoles ouvertes, on retardera la fin de la vague et la réouverture des restaurants.
Je veux bien comprendre que le risque soit moindre en primaire (les élèves sont moins tactiles comme en maternelle, prennent moins souvent le bus scolaire qui est un bel incubateur aussi, n'échangent pas leur salive à pleine bouche ni ne partagent leur clope), même si à mon sens, des demi-groupes s'imposent tout de même, mais en tout cas,il faut savoir ce qu'on veut : si les secteurs qui ont absolument besoin de rouvrir veulent rouvrir, il faut laisser les feignasses de l'enseignement rester à domicile. Si un parent dans chaque famille à enfants de moins de 12 ans reste au chaud pour les garder aussi ça fait tout de même pas mal de monde qui reste pour faire tourner l'économie.

Ça ne m'étonne pas que les collègues de LP s'arrachent les cheveux pour trouver des stages : les patrons ne sont pas fous. Dans une entreprise, il y a souvent, moyennant contrainte, possibilité de mettre en place un protocole viable, c'est pas pour tout fiche en l'air en recevant un lycéen qui a baigné dans le virus pendant toute sa période de cours.
Oui, tant que les écoles restent ouvertes, les restaus-théâtres-librairies-magasins de fringues-clubs sportifs etc n'ont aucune chance de réouvrir parce que l'épidémie va se prolonger. QU'est-ce qu'un "confinement" où on laisse circuler et s'entasser quelques 12 millions d'élèves de tous niveaux et 1 million de personnels E.N.? Qu'est-ce qu'un "confinement" où, comme les enfants sont gardés par l'institution, les usines automobiles, boites de BTP, abattoirs, services de ménage à domicile, chaînes de grande distribution etc peuvent fonctionner à effectifs quasi-complets?

Le danger n'est pas (seulement) pour nous - il est surtout pour l'ensemble de la société, nos élèves ayant une famille et des amis.

De plus, comment peut-on espérer que le patron de bistrot, le marchand de cartes postales ou le toiletteur pour chiens accepte de baisser son rideau sans protester lorsqu'il voit passer des transports bondés pleins d'ados chahuteurs? Comment mon libraire peut-il admettre que ses clients masqués, aux mains lavées, respectant un sens de circulation et ne s'éternisant pas dans ses rayons sont plus contagieux, dangereux pour la société, que les 1500 jeunes de 10 à 20 ans de la cité scolaire d'à côté?  Comment mon voisin retraité ou ma voisine qui télétravaille pourraient-ils craindre de sortir 2 ou 3 fois faire leurs courses dans la journée, à partir du moment où - à la triste et notable exception des commerces de centre-ville aux rideaux baissés - la vie a l'air de continuer à peu près comme avant le confinement?

Ne pas passer à l'enseignement "hybride", avec un maximum de "distanciel", c'est priver le confinement de l'essentiel de sa portée. Et ce n'est pas de l'égoïsme de profs nantis que de constater ça, et de n'avoir pas envie de contribuer à l'aggravation de la situation sanitaire...
Jafar
Jafar
Niveau 5

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Jafar le Sam 31 Oct 2020 - 4:31
Les mesures efficaces sont connues et ne sont pas prises. Sans verser dans la paranoïa complotiste, on peut légitimement se demander quelle est la volonté derrière tout ça. Je peine à croire qu'ils s'intéressent réellement à la scolarité des petits n'enfants vu les attaques précédentes contre l'EN, les profs, les programmes, etc.
Les incohérences deviennent tellement énormes que l'hypothèse de l'incompétence et de la stupidité ne tient raisonnablement plus pour tout expliquer à elle seule.

En parlant des mesures efficaces, il a y quelques jours j'ai vu un "journaliste" télé utiliser une copie conforme (barres d'incertitudes inclues) de la seule courbe "stay at home requirement" ci-dessous pour justifier l'efficacité du confinement... j'ai ri.

Variations relatives du taux de reproduction (R) après introduction ou suppression de différentes mesures :
Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Gr3

Source : The Lancet : The temporal association of introducing and lifting non-pharmaceutical interventions with the time-varying reproduction number (R) of SARS-CoV-2: a modelling study across 131 countries
https://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(20)30785-4/fulltext
Oxford
Oxford
Fidèle du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Oxford le Sam 31 Oct 2020 - 6:46
@Albert Jarl a écrit:Voilà de quoi résumer la situation pour la soirée.

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Elm2g4CWoAMeWx-?format=jpg&name=large

aai

_________________
Tutti i ghjorna si n'impara.
avatar
Flo44
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Flo44 le Sam 31 Oct 2020 - 7:25
Mon chef d'établissement a tout préparé pour la rentrée à 10h. Blanquer nous dit qu'on rentre à 8h. Que va-t-il se passer?
Celadon
Celadon
Demi-dieu

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Celadon le Sam 31 Oct 2020 - 7:29
@Jafar a écrit:Les mesures efficaces sont connues et ne sont pas prises. Sans verser dans la paranoïa complotiste, on peut légitimement se demander quelle est la volonté derrière tout ça. Je peine à croire qu'ils s'intéressent réellement à la scolarité des petits n'enfants vu les attaques précédentes contre l'EN, les profs, les programmes, etc.
Les incohérences deviennent tellement énormes que l'hypothèse de l'incompétence et de la stupidité ne tient raisonnablement plus pour tout expliquer à elle seule.

En parlant des mesures efficaces, il a y quelques jours j'ai vu un "journaliste" télé utiliser une copie conforme (barres d'incertitudes inclues) de la seule courbe "stay at home requirement" ci-dessous pour justifier l'efficacité du confinement... j'ai ri.

Variations relatives du taux de reproduction (R) après introduction ou suppression de différentes mesures :
Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Gr3

Source : The Lancet : The temporal association of introducing and lifting non-pharmaceutical interventions with the time-varying reproduction number (R) of SARS-CoV-2: a modelling study across 131 countries
https://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(20)30785-4/fulltext
The Lancet constitue-t-il toujours une source sûre ? Suspect
Clecle78
Clecle78
Érudit

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Clecle78 le Sam 31 Oct 2020 - 7:39
Sûrement pas autant que Robert Cohen !
avatar
lealaque
Niveau 2

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par lealaque le Sam 31 Oct 2020 - 8:06
Bonjour,

Je suis positive covid19 et en arrêt lundi pour la semaine (isolée).
Suis-je sujette au jour de carence dans ce cas ? Ou ai-je le droit à une autorisation spéciale d'absence pour l'éviter, et télétravailler (comme c'est le cas pour les cas contact qui sont isolés le temps de leur test) ?

Merci pour vos retours.
supersoso
supersoso
Grand sage

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 37 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par supersoso le Sam 31 Oct 2020 - 8:08
@pseudo-intello a écrit:On sait que le confinement est mauvais pour l'économie et on sait à quel point l'année va être compliquée pour les boutiques, restaurants et lieux culturels contraints à fermer.

Mais justement : tant qu'on laissera les écoles ouvertes, on retardera la fin de la vague et la réouverture des restaurants.
Je veux bien comprendre que le risque soit moindre en primaire (les élèves sont moins tactiles comme en maternelle, prennent moins souvent le bus scolaire qui est un bel incubateur aussi, n'échangent pas leur salive à pleine bouche ni ne partagent leur clope), même si à mon sens, des demi-groupes s'imposent tout de même, mais en tout cas,il faut savoir ce qu'on veut : si les secteurs qui ont absolument besoin de rouvrir veulent rouvrir, il faut laisser les feignasses de l'enseignement rester à domicile. Si un parent dans chaque famille à enfants de moins de 12 ans reste au chaud pour les garder aussi ça fait tout de même pas mal de monde qui reste pour faire tourner l'économie.

Ça ne m'étonne pas que les collègues de LP s'arrachent les cheveux pour trouver des stages : les patrons ne sont pas fous. Dans une entreprise, il y a souvent, moyennant contrainte, possibilité de mettre en place un protocole viable, c'est pas pour tout fiche en l'air en recevant un lycéen qui a baigné dans le virus pendant toute sa période de cours.

Toi tu n'as jamais vu un élève d'élémentaire. Certes pas de bécot, mais les doigts dans le nez puis dans la bouche à longueur de temps (juste après que tu leur ais fait lavé les mains !) ! Tu peux même en retrouver certain en train de lécher leur cahier quand ils s'oublient... Les stylos and co à la bouche en continu et les trousses partagées parce que l'autre a un si joli style (sur lequel il a bavouillé 5 minutes avant). Et comme souvent on a des tables doubles, ils sont irrémédiablement attirés par la chaise du copain et finissent collés quoi que tu fasses. Et ça n'est pas un ou deux à la marge, à 7 ans, la majorité des mômes mettent encore quasiment tout à la bouche et sont encore très tactiles (du style, ils te tapotent pour te demander quelque chose). Bref, à quelque niveau que ce soit, il est impossible de respecter avec autant d'élèves par classe une quelconque distanciation. A la rigueur, si on avait fait comme au printemps en les prenant en demi-classe, on aurait pu limiter un peu. Mais le plus simple était de tout fermer.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum