Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Marcelle Duchamp
Érudit

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Marcelle Duchamp le Dim 15 Nov 2020 - 14:48
J’ai toujours plus ou moins su que je partirai vers l’enseignement mais ça s’est confirmé quand j’étais au collège.
J’étais dans un établissement ZEP avec des enseignants jeunes et motivés. Je pense par exemple à mon prof d’HG que j’ai eu en 6e, 5e et 3e qui était un puit de connaissances. J’avais un profond respect pour ses cours et sa personne.
En 4e, j’ai eu un autre prof d’HG avec un profil différent. Plus strict, plus severe mais très juste. Il était contre les stéréotypes et défendait les élèves qu’on cataloguait comme « le dealeur du quartier », le « futur délinquant » et il donnait à tout le monde la chance de réussir.
Je pense également à ma prof de français de 5e que mes camarades martyrisaient. Elle était pourtant tellement intelligente et humaine. Je l’admirais profondément car je sentais qu’elle nous tirait vers le haut en nous faisant découvrir Pouchkine, Loti...
Son mari a aussi été pendant longtemps mon prof de français, latin et grec et il était drôle, humain (il savait s’excuser quand il avait fait une erreur et j’appréciais de mes yeux de collégienne le fait qu’un adulte soit capable de reconnaître ses torts).
Puis j’ai rencontré ma prof d’arts plastiques. Elle était au dessus de tous. C’est elle qui m’a donnée envie de devenir professeur d’arts plastiques.
Au lycée, j’ai eu tout le contraire niveau enseignant. J’étais dans un lycée élitiste qui ne visait que la production de futurs élèves de prepa et si on ne rentrait pas dans leurs stats, on était humilié.
J’en ai fait les frais pendant 3 ans. Je suis même tombée en dépression à cause de ça mais je me suis accrochée malgré les « elle aura jamais le bac », « elle fera jamais d’études sup », « elle aurait jamais du aller en général » (j’avais pourtant 16 de moyenne générale en 3e et étais la 2e de la classe).
Ils sont devenus mes anti modèles. Je me disais que je ne serai jamais comme eux et que je serai une meilleure prof, que je ne pratiquerai jamais l’humiliation et la moquerie.
À la fac, j’ai bossé pour être toujours dans la tête de ma promo. Je voyais mes copains sécher les cours et se viander aux partiels mais moi, je visais le CAPES et je voulais réussir du premier coup.
J’ai rencontré d’excellents profs à la fac qui m’ont soutenue et motivée.
Quand j’ai eu le concours, j’étais aux anges, bien que très effrayée car j’étais la plus jeune reçue.
J’avais la foi et je n’ai rien lâché pendant toutes mes années de banlieue parisienne.

J’ai commencé à déchanter en revenant dans mon académie et en me frottant à la médiocrité de cheffaillons bêtes et méchants, aux IPR et charges de mission.
Aujourd’hui, ça fait 2 ans que je ne bosse plus puisque je suis en CLM.
Je veux retrouver mon travail mais je sais que je refuserai de me faire parasiter par la hiérarchie, les contraintes administratives et les soucis de discipline. Je veux retrouver ce qui m’a toujours motivée: le savoir, le partage et le bien être des élèves.
C’est sûrement idéaliste mais j’ai eu tellement d’exemple d’enseignants formidables ds ma vie (que ce soit dans ma scolarité ou des collègues) que je veux encore y croire et continuer à enseigner.
avatar
Ramanujan974
Fidèle du forum

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Ramanujan974 le Dim 15 Nov 2020 - 16:00
J'ai toujours voulu faire prof de maths, depuis le collège où j'expliquais déjà les maths à mes camarades.
Après, je n'aime pas les enfants non plus. Je n'ai jamais passé le CAPES, aller au collège était inenvisageable pour moi. Si je n'avais pas senti que j'avais le niveau pour l'agreg, j'aurais fait autre chose. J'ai toujours été affecté en lycée.
Autre argument, les vacances et le temps libre, c'est quand même intéressant. Je peux dire que toute ma vie j'ai eu les vacances scolaires.
Et puis, pas de chef, pas de comptes à rendre, tu es seul dans ta classe.
Concernant l'aspect financier, je me suis toujours débrouillé pour bien gagner ma vie (HSA et colles en CPGE au début de carrière, mutation à la Réunion ensuite)
Manu7
Manu7
Habitué du forum

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Manu7 le Dim 15 Nov 2020 - 16:36
Pour découvrir le métier d'enseignant, on peut aussi demander à faire un stage d'observation dans un établissement, cela m'arrive de temps en temps d'accueillir des stagiaires et je suis aussi passé par là.

J'ai aussi effectué des remplacements, c'est une bonne solution pour voir si on se sent capable ou pas. Mais au début c'est très physique.
Lowpow29
Lowpow29
Habitué du forum

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Lowpow29 le Dim 15 Nov 2020 - 16:47
"Ce qui est fait pour nous" n'est pas un seul et unique métier et change au fil des années.
L'enseignement peut être ce qui nous correspond pendant un temps puis plus, et ça ne veut pas pour autant dire qu'on n'était pas fait pour ça.
L'époque où la plupart des gens avait un métier pour la vie est révolue...
Donc j'étais envie de dire : tenter, faire son expérience, en général elle ne ment pas !! Et rester à l'écoute de soi-même tout au long de sa vie !

_________________
La vie est courte, l'art est long, l'occasion fugitive, l'expérience trompeuse, le jugement difficile. Hippocrate Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 2289946511
avatar
volny
Niveau 7

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par volny le Dim 15 Nov 2020 - 16:54
Se reconvertir quand on est prof certifié est difficile, surtout après plus de 15 ans d'ancienneté.
Lowpow29
Lowpow29
Habitué du forum

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Lowpow29 le Dim 15 Nov 2020 - 17:00
Quand on souffre au travail, ça me semble nécessaire d'en changer. On y passe l'essentiel de notre temps. Je ne suis pas de ceux qui peuvent consacrer autant de temps à un métier s'il est alimentaire !!
Tu écris "c'est difficile" mais c'est surtout à cause de toutes les peurs qui sont rattachés à la démission. Ça n'est pas plus dur pour un certifié que pour qqun d'autre, tout le monde a peur du changement, peur de réaliser que ça ne va plus.
Ce que je voulais dire, c'est qu'il ne faut pas s'enfermer dans une vocation, dans "mais c'était fait pour moi", sinon on culpabilise quand on se rend compte qu'on va travailler à reculons.
Ça n'est pas un échec. C'est juste qu'on change, on évolue. Aller à reculons au travail, ça c'est difficile. Trouver le courage de se libérer et de s'écouter, ça aussi c'est difficile. Mais trouver ensuite qqc d'autre, non, car quand on vient de se prouver à soi-même qu'on est sa propre priorité, qu'on vaut mieux que ça, qu'un boulot où on va à contre-coeur, et bien tout d'un coup, on a plein de possibilités, tout d'un coup on a d'autres idées, d'autres envies. Ces envies ne viennent pas tant qu'on reste dans la situation de souffrance, puisqu'on se déconnecte de soi-même pour tenir jour après jour.

_________________
La vie est courte, l'art est long, l'occasion fugitive, l'expérience trompeuse, le jugement difficile. Hippocrate Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 2289946511
zeprof
zeprof
Vénérable

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par zeprof le Dim 15 Nov 2020 - 17:01
Pour répondre à la question : j'ai annoncé à mes parents, à 8 ans, que je serai Champollion ou prof d'histoire Laughing
bon sans rire, cette envie ne m'a jamais lachée : après un bac littéraire j'ai hésité à m'inscrire en fac de lettres ou d'histoire. j'ai opté pour l'Histoire parce que ça restait ma matière de prédilection.
J'ai passé CAPES HG et agreg d'histoire après une maitrise d'histoire médiévale.
et j'ai découvert le CAPLP LHG que j'ai réussi du premier coup et qui me permet d'enseigner à la fois lettres et HG.
Il n'y a que mon père qui a toujours regretté que je ne sois pas agrégée et maitre de conf (lui le fils d'immigrés se voyait bien avec une fille universitaire mais bon c'était son rêve, pas le mien Wink )

aucun regret, je suis bien au LP, j'ai fait des vacations en LGT quand j'étais étudiante et ça ne m'a pas forcément emballée, j'ai été surveillante en collège mais les élèves sont trop jeunes, je préfère bosser avec des ados/jeunes adultes, public du LP, même si c'est un peu moins vrai que quand j'ai débuté début années 2000.

on ne va pas se mentir : j'ai déjà songé à démissionner... surtout ces dernières semaines !!!! mais pas par rapport aux élèves, plutôt par rapport à l'administration et à l'institution... pour l'instant, je continue.

_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."
avatar
volny
Niveau 7

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par volny le Dim 15 Nov 2020 - 17:11
@Lowpow29 a écrit:Quand on souffre au travail, ça me semble nécessaire d'en changer. On y passe l'essentiel de notre temps. Je ne suis pas de ceux qui peuvent consacrer autant de temps à un métier s'il est alimentaire !!
Tu écris "c'est difficile" mais c'est surtout à cause de toutes les peurs qui sont rattachés à la démission. Ça n'est pas plus dur pour un certifié que pour qqun d'autre, tout le monde a peur du changement, peur de réaliser que ça ne va plus.
Ce que je voulais dire, c'est qu'il ne faut pas s'enfermer dans une vocation, dans "mais c'était fait pour moi", sinon on culpabilise quand on se rend compte qu'on va travailler à reculons.
Ça n'est pas un échec. C'est juste qu'on change, on évolue. Aller à reculons au travail, ça c'est difficile. Trouver le courage de se libérer et de s'écouter, ça aussi c'est difficile. Mais trouver ensuite qqc d'autre, non, car quand on vient de se prouver à soi-même qu'on est sa propre priorité, qu'on vaut mieux que ça, qu'un boulot où on va à contre-coeur, et bien tout d'un coup, on a plein de possibilités, tout d'un coup on a d'autres idées, d'autres envies. Ces envies ne viennent pas tant qu'on reste dans la situation de souffrance, puisqu'on se déconnecte de soi-même pour tenir jour après jour.
Très bien dit Wink .

J'ai déjà pensé à changer de métier,mais contrairement aux autres professions, on ne peut pas prendre un congé pour se former à un tout autre domaine. Si on se reconvertit, on doit ensuite 3 ans à l'Education Nationale .
Les obstacles bien nombreux ne permettent pas de changer facilement de métier (sauf passer un concours de la Fonction Publique).
Pour ma part , je considère ce métier comme alimentaire et les avantages qui me font  rester sont les vacances, la liberté d’organiser son temps et la sécurité de l'emploi.
*Ombre*
*Ombre*
Érudit

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par *Ombre* le Dim 15 Nov 2020 - 17:25
Comme Cath, moi non plus, je ne me voyais pas enseignante, quand j'étais jeune. J'avais peur que ce soit très répétitif, peur de m'ennuyer. J'avais la passion des livres, j'ai fait des études de Lettres, mais je me voyais plutôt en bibliothèque. J'orientais mes études en ce sens. Quant mes camarades passaient le CAPES, j'enchaînai sur un DESS. Mais un stage sur le terrain m'a déçue. J'ai pensé à la culture, plus largement. Mais les concours étaient très âpres, même pas ouverts tous les ans. J'ai donc passé le concours d'enseignement "en attendant". J'ai fait mon stage - et malgré le cauchemar de l'IUFM, cela a été une révélation. J'aime être en classe avec les élèves. J'aime leur apprendre un tas de choses, j'aime analyser leurs erreurs, trouver le moyen de les faire accéder à des notions un peu difficiles, les faire progresser. J'aime discuter à bâtons rompus des textes que nous étudions, les faire réagir, voir que ces textes trouvent un écho en eux, leur donnent à réfléchir, ou les touchent, tout simplement. Malgré toutes les avanies du métier, c'est une expérience sans cesse renouvelée.
J'ai passé le concours avec l'idée de demander rapidement un détachement. Cela fait plus de 20 ans et je suis toujours là. Et malgré les difficultés, les déceptions, malgré le niveau qui s'effondre, chaque jour, en classe, je sens profondément que je suis là à ma place, que c'est là que je peux faire du bon travail, et j'y retourne avec plaisir. Les ministres et leurs politiques sont une chose bien triste. Mais en classe, il n'y a plus que les élèves et moi, et c'est tout ce qui compte.
Jenny
Jenny
Modérateur

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Jenny le Dim 15 Nov 2020 - 17:28
Volny : Il me semble qu’on doit 3 ans à l’Etat, pas à l’EN.
avatar
Malavita
Niveau 9

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Malavita le Dim 15 Nov 2020 - 17:42
En ce qui me concerne, j'ai toujours voulu être enseignante. Mes parents n'étaient pas professeurs, mais l'un d'eux travaillait à l'EN, du coup, je côtoyais des professeurs et j'adorais les fêtes de fin d'année ! Au départ, je voulais être instit (merci la série du même nom), puis au collège, j'ai changé d'avis sur le niveau, puis que la discipline ! Bref, je crois que c'était l'idée de transmettre qui me plaisait et surtout l'idée de former de futurs citoyens. Je crois aussi que les vacances n'y étaient pas étrangères car ma mère du coup était très présente. J'ai quand même déchanté car je m'attendais à une charge de travail importante, mais pas à ce point là. De même, on ne rend assez vite compte, que non on ne peut pas sauver tous les élèves. Ma plus grande déception a été sur la hiérarchie. Mais j'aime encore enseigner, enfin pas chaque heure, parce que avec mes terminales actuels, j'y vais à reculons.
CarmenLR
CarmenLR
Fidèle du forum

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par CarmenLR le Dim 15 Nov 2020 - 18:00
@volny a écrit:
@Lowpow29 a écrit:Quand on souffre au travail, ça me semble nécessaire d'en changer. On y passe l'essentiel de notre temps. Je ne suis pas de ceux qui peuvent consacrer autant de temps à un métier s'il est alimentaire !!
Tu écris "c'est difficile" mais c'est surtout à cause de toutes les peurs qui sont rattachés à la démission. Ça n'est pas plus dur pour un certifié que pour qqun d'autre, tout le monde a peur du changement, peur de réaliser que ça ne va plus.
Ce que je voulais dire, c'est qu'il ne faut pas s'enfermer dans une vocation, dans "mais c'était fait pour moi", sinon on culpabilise quand on se rend compte qu'on va travailler à reculons.
Ça n'est pas un échec. C'est juste qu'on change, on évolue. Aller à reculons au travail, ça c'est difficile. Trouver le courage de se libérer et de s'écouter, ça aussi c'est difficile. Mais trouver ensuite qqc d'autre, non, car quand on vient de se prouver à soi-même qu'on est sa propre priorité, qu'on vaut mieux que ça, qu'un boulot où on va à contre-coeur, et bien tout d'un coup, on a plein de possibilités, tout d'un coup on a d'autres idées, d'autres envies. Ces envies ne viennent pas tant qu'on reste dans la situation de souffrance, puisqu'on se déconnecte de soi-même pour tenir jour après jour.
Très bien dit Wink .

J'ai déjà pensé à changer de métier,mais contrairement aux autres professions, on ne peut pas prendre un congé pour se former à un tout autre domaine. Si on se reconvertit, on doit ensuite 3 ans à l'Education Nationale .
Les obstacles bien nombreux ne permettent pas de changer facilement de métier (sauf passer un concours de la Fonction Publique).
Pour ma part , je considère ce métier comme alimentaire et les avantages qui me font  rester sont les vacances, la liberté d’organiser son temps et la sécurité de l'emploi.

Eh bien, pas forcément.

Les textes prévoient même la possibilité de ne pas devoir ces années si la formation avait justement pour fin de mener à une reconversion.

Et, dans les textes qui concerne le CFP pour toute la fonction publique, on peut solliciter le congé de manière vraiment fractionnée.

https://www.fonction-publique.gouv.fr/conge-de-formation-professionnelle-cfp

Je ne vois pas pourquoi cela serait différent pour les enseignants.

Enfin, si, je vois, en fait : la nécessité de service ? Peut-être donc y a-t-il des règles beaucoup plus spécifiques pour les enseignants ?
avatar
volny
Niveau 7

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par volny le Dim 15 Nov 2020 - 18:07
Je pensais qu'on ne pouvait pas. J'ai du être mal renseigné.
Mais comme toutes les idées me sont passées par la tête de "pompes funèbres " à "carreleur mosaïste" en passant par "boulanger"... je vais peut être réfléchir encore Razz
Je crois que l'an prochain, je lèverai le pied en prenant  1h30 de moins.
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Lefteris le Dim 15 Nov 2020 - 18:17
@volny a écrit:Je pensais qu'on ne pouvait pas. J'ai du être mal renseigné.
Mais comme toutes les idées me sont passées par la tête de "pompes funèbres " à "carreleur mosaïste" en passant par "boulanger"... je vais peut être réfléchir encore Razz
Je crois que l'an prochain, je lèverai le pied en prenant  1h30 de moins.
Tu dois à l'Etat trois fois la durée rémunérée du congé formation, qui peut être de quelques mois, pas une année, et fractionné.Pas forcément à l'EN.
Pour les reconversions, quand on est jeune, on peur quasiment repartir à zéro. Moins jeune, il vaut mieux passer des concours, comme l'ont fait tous ceux qui sont partis dans d'autres administrations et ont témoigné. Plus vieux, avec les limites d'âge, la seule solution est de trouver un détachement à grade égal. Contrairement à ce que tu sembles penser, il est plus facile detrouver un détachement comme certifié que comme agrégé, puisque ça se fait à grille indiciaire équivalente, et que certifié est sur la grille "type". Va sur le site de la BIEP à tout hasard, tu verras.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
avatar
volny
Niveau 7

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par volny le Dim 15 Nov 2020 - 18:28
Merci Leftéris Smile
Mais encore une fois, étant dans le privé, je ne suis pas certain que je puisse avoir un détachement.
CarmenLR
CarmenLR
Fidèle du forum

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par CarmenLR le Dim 15 Nov 2020 - 18:28
@Lefteris a écrit:
Pour les reconversions, quand on est jeune, on peur quasiment repartir à zéro. Moins jeune, il vaut mieux passer des concours, comme l'ont fait tous ceux qui sont partis dans d'autres administrations et ont témoigné. Plus vieux, avec les limites d'âge, la seule solution est de trouver un détachement à grade égal. Contrairement à ce que tu sembles penser, il est plus facile detrouver un détachement comme certifié que comme agrégé, puisque ça se fait à grille indiciaire équivalente, et que certifié est sur la grille "type". Va sur le site de la BIEP à tout hasard, tu verras.

Quelles limites d'âge ?
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Lefteris le Dim 15 Nov 2020 - 18:38
@CarmenLR a écrit:
@Lefteris a écrit:
Pour les reconversions, quand on est jeune, on peur quasiment repartir à zéro. Moins jeune, il vaut mieux passer des concours, comme l'ont fait tous ceux qui sont partis dans d'autres administrations et ont témoigné. Plus vieux, avec les limites d'âge, la seule solution est de trouver un détachement à grade égal. Contrairement à ce que tu sembles penser, il est plus facile detrouver un détachement comme certifié que comme agrégé, puisque ça se fait à grille indiciaire équivalente, et que certifié est sur la grille "type". Va sur le site de la BIEP à tout hasard, tu verras.

Quelles limites d'âge ?
Il y a quelques concours avec limites d'âge, et de toute manière, dans les métiers avec des grades, on se retrouve après reclassement bloqué au sommet du premier grade si l'on est trop avancé dans sa carrière. Pas très motivant...

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
gauvain31
gauvain31
Empereur

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par gauvain31 le Dim 15 Nov 2020 - 19:01
Vocation pour moi, pour répondre à la question initiale. Dès l'âge de douze ans, je savais que je voulais enseigner. J'adore apprendre et l'école était pour moi le lieu de toutes les ouvertures. J'ai juste hésité entre professeur de SVT et instituteur, car j'aimais le côté polyvalent de l'instit, mais en même temps. A la fin de la seconde j'ai choisi finalement une 1ère S , je me suis dit que au pire si ça ne marche pas en S , je bifurquerais en L (avec option latin). Bien évidemment aucun regret dans mon choix, car je ne savais pas évidemment "la maison de fous" qu'était le ministère de l’Éducation Nationale ("maison de fous" surnommée ainsi par les politiciens (Cf. Le Pacte Immoral de Sophie Coignard)

Le choix définitif a été fait au cours de la 1ère S.

Je n'ai jamais remis en question ma légitimité d'enseignant. Je sais que je suis à ma place. Avec le recul qui est le mien désormais, les (très) rares qui se sont essayé à me remettre en question n'avaient finalement rien à faire dans l’Éducation Nationale. Notamment une IA-IPR qui ne supportait pas les seconde carrière dans l'enseignement : pour elle, un enseignant est comme un curé: cela DOIT être une vocation. Heureusement que les mentalités ont (un peu) changé.....

@volny : si , tu as tout à fait le droit d'utiliser ton congé formation pour faire totalement autre chose. Je rejoins CarmenLR . Certes dans les faits c'est surtout utilisé pour préparer l'agréation interne, mais tu peux faire un master également. La 1ère année rémunérée est la plus difficile à obtenir (10 ans parfois) , mais tu peux compléter ensuite avec un CFP non rémunéré si les finances suivent. Tu as droit à 3 ans dans ta carrière (seule un an est rémunéré). Des collègues ont d’ailleurs demandé un CFP non rémunéré qu'ils ont obtenu du premier coup pour préparer l'agreg interne. On peut néanmoins te refuser le congé pour nécessité de service si dans ta discipline le nombre de collègue est insuffisant (mais dans ce cas on te l'accorde automatiquement l'année suivante).
F.Lemoine
F.Lemoine
Érudit

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par F.Lemoine le Dim 15 Nov 2020 - 19:15
@*Ombre* a écrit:Comme Cath, moi non plus, je ne me voyais pas enseignante, quand j'étais jeune. J'avais peur que ce soit très répétitif, peur de m'ennuyer. J'avais la passion des livres, j'ai fait des études de Lettres, mais je me voyais plutôt en bibliothèque. J'orientais mes études en ce sens. Quant mes camarades passaient le CAPES, j'enchaînai sur un DESS. Mais un stage sur le terrain m'a déçue. J'ai pensé à la culture, plus largement. Mais les concours étaient très âpres, même pas ouverts tous les ans. J'ai donc passé le concours d'enseignement "en attendant". J'ai fait mon stage - et malgré le cauchemar de l'IUFM, cela a été une révélation. J'aime être en classe avec les élèves. J'aime leur apprendre un tas de choses, j'aime analyser leurs erreurs, trouver le moyen de les faire accéder à des notions un peu difficiles, les faire progresser. J'aime discuter à bâtons rompus des textes que nous étudions, les faire réagir, voir que ces textes trouvent un écho en eux, leur donnent à réfléchir, ou les touchent, tout simplement. Malgré toutes les avanies du métier, c'est une expérience sans cesse renouvelée.
J'ai passé le concours avec l'idée de demander rapidement un détachement. Cela fait plus de 20 ans et je suis toujours là. Et malgré les difficultés, les déceptions, malgré le niveau qui s'effondre, chaque jour, en classe, je sens profondément que je suis là à ma place, que c'est là que je peux faire du bon travail, et j'y retourne avec plaisir. Les ministres et leurs politiques sont une chose bien triste. Mais en classe, il n'y a plus que les élèves et moi, et c'est tout ce qui compte.

Pas mieux Wink
J'étais en première année de doctorat. Mon directeur m'a suggéré de passer le CAPES et l'agrèg. Ouaip... J'ai laissé tombé l'agrèg.(trop de boulot) et je suis allé passer le CAPES les mains dans les poches.
J'ai été nommé dans le petit collège de ZEP où je suis toujours : coup de foudre ! J'ai laissé tomber l'université.
Toujours aussi heureux d'y aller !

_________________
"La vie est mêlée de traverses. Il est bon de s'y tenir sans cesse préparé." (Molière, Les Fourberies de Scapin).
Honchamp
Honchamp
Esprit éclairé

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? - Page 2 Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Honchamp le Dim 15 Nov 2020 - 21:05
J'ai toujours voulu enseigner. J'aimais mes instits, j'aimais lire, j'aimais apprendre. Mes parents valorisaient l'école, ayant été retirés de l'école après leur certificat d'études.
Je faisais l'école à mes poupées et à mes peluches.
Au sortir du collège, je voulais être professeur d'allemand.
Puis au lycée, j'ai eu 2 enseignantes d'allemand techniquement correctes, mais pas enthousiasmantes. Au contraire de mes 3 profs d'histoire-géo de seconde, 1ère , T, pourtant très différents. (Une dame âgée chignon/lunettes vieillottes, un quinqua très strict, et un agrégé néo-tit fantastique).

J'ai toujours aimé mon métier.
J'ai eu un peu de mal ces dernières années au collège, à cause des lubies pédagogiques ambiantes portées par des collègues dont je trouve qu'elles ne se posent pas assez de questions (les îlots, le travail quasi systématique par groupes sans réflexion préalable sur les biais de la constitution des groupes, l'évaluation par compétence considérée comme l'alpha et l'oméga, être considérée comme une horrible individualiste car je ne m'alignais pas systématiquement sur les choix des autres...)
Je pense que les profs de lycée sont moins contaminés par ça, et fréquenter mes anciens collègues du lycée était à chaque fois un ressourcement, qui m'a aidé à tenir, et aussi parce que mes convictions m'aidaient aussi .

J'ai fini un peu désabusée sur le système, mais en continuant à aimer mes élèves, à aimer transmettre, à aimer emmener mes élèves en sortie.
Bref, pas de regrets sur l'ensemble.

En revanche, je crains pour les jeunes profs, à cause des conditions d'enseignement dans certains établissements, des ailes qu'on rogne de plus en plus aux profs du point de vue pédagogique, et à cause des salaires et du niveau de vie.


_________________
"Tu verras bien qu'il n'y aura pas que moi, assise par terre comme ça.."
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum