Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Ha@_x
Fidèle du forum

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Ha@_x Sam 3 Avr 2021 - 15:17
@Unicorn a écrit:(HS : Je quitte Créteil... il n'y a qu'un poste en REP+ en maths dans mon académie, pour lequel il faut passer un entretien...

C'est faux Unicorn, rien qu'à regarder la liste des postes vacants envoyée par mon chef, je vois au moins 4 postes vacants dans des collèges REP+ en mathématiques, et je ne parle que d'établissements que je connais, pas des autres.
Je peux te filer la liste, et ce ne sont que les postes libérés par l'inter, il reste encore l'intra.

Edit :

-2 postes à Dunant (Meaux)
-2 postes aux Capucins (Melun)
-1 poste à Rosa Luxembourg (Aubervilliers)
-1 poste à Doisneau (CsousBois)
-1 poste à RMG (Epinay)
-1 poste à LDT (Montreuil)
-1 poste à Lurçat (St Denis)

total : 9, et j'en ai peut être laissé passer.


Dernière édition par Ha@_x le Sam 3 Avr 2021 - 15:30, édité 1 fois
Cassandrine
Cassandrine
Niveau 7

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Cassandrine Sam 3 Avr 2021 - 15:24
@Unicorn a écrit:
@doubledecker a écrit:
@Unicorn a écrit:
@Ha@_x a écrit:Certes, bien sûr, mais ce qui est anormal, c'est qu'une telle association ait l'agrément du ministère.
Ou pas, qu'attendre d'un ministre dont le dernier établissement scolaire fréquenté fut le collège Stanislas, qui fut le patron d'une école de commerce et le DGESCO du dégraissage de l'EN sous le tandem Châtel/Sarkozy ?
En quoi c'est anormal que l'association ait l'agrément ? C'est ce qui lui permet de "recruter" des contractuels et donc de faire en sorte qu'il y ait moins de postes vacants à Créteil, Versailles, Marseille, dans les matières dans lesquelles il y a des besoin, et exclusivement celles-là. 
Tu préfèrerais que ces postes restent vacants ?
(Précision : l'association nous recrute pas au sens propre du terme, vu qu'on doit quand même passer un entretien avec l'IA-IPR, comme les autres contractuels.)
Je préférerais que le métier soit resté suffisamment attractif pour que les candidats au concours soient en nombre suffisant et que ces postes ainsi ne restent pas vacants. Parce que ce qui importe c’est aussi la stabilité des équipes. C’est ce qui permet de travailler sur le long terme avec les élèves, de développer un sentiment d’appartenance à l’établissement et de construire de fait un rapport différent à l’école, au savoir et à l’adulte. Et ça c’est pas avec des contractuels recrutés ponctuellement qu’on peut y arriver.
On est d'accord... il faut revaloriser le métier. Faisons-le ! 
Quoi qu'il en soit, même s'il est revalorisé demain (rêvons), il y aura encore des postes vacants et un niveau trop aux concours de certaines disciplines. 
Donc je trouve ça positif qu'une association fasse en sorte qu'il y ait un enseignant formé devant des élèves qui n'auraient sinon pas eu de prof de français, maths ou anglais.
@Unicorn,
La dernière phrase (mise en gras) me gêne beaucoup. Celle sur le niveau des concours me choque énormément. Il me semble normal que certains candidats ne soient pas acceptés . Sinon, on peut aussi mettre n'importe qui devant les élèves et cela devient de la garderie.
doubledecker
doubledecker
Esprit éclairé

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par doubledecker Sam 3 Avr 2021 - 15:28
@Unicorn a écrit:
@doubledecker a écrit:
@Unicorn a écrit:
@Ha@_x a écrit:Certes, bien sûr, mais ce qui est anormal, c'est qu'une telle association ait l'agrément du ministère.
Ou pas, qu'attendre d'un ministre dont le dernier établissement scolaire fréquenté fut le collège Stanislas, qui fut le patron d'une école de commerce et le DGESCO du dégraissage de l'EN sous le tandem Châtel/Sarkozy ?
En quoi c'est anormal que l'association ait l'agrément ? C'est ce qui lui permet de "recruter" des contractuels et donc de faire en sorte qu'il y ait moins de postes vacants à Créteil, Versailles, Marseille, dans les matières dans lesquelles il y a des besoin, et exclusivement celles-là. 
Tu préfèrerais que ces postes restent vacants ?

(Précision : l'association nous recrute pas au sens propre du terme, vu qu'on doit quand même passer un entretien avec l'IA-IPR, comme les autres contractuels.)
Je préférerais que le métier soit resté suffisamment attractif pour que les candidats au concours soient en nombre suffisant et que ces postes ainsi ne restent pas vacants. Parce que ce qui importe c’est aussi la stabilité des équipes. C’est ce qui permet de travailler sur le long terme avec les élèves, de développer un sentiment d’appartenance à l’établissement et de construire de fait un rapport différent à l’école, au savoir et à l’adulte. Et ça c’est pas avec des contractuels recrutés ponctuellement qu’on peut y arriver.
On est d'accord... il faut revaloriser le métier. Faisons-le ! 
Quoi qu'il en soit, même s'il est revalorisé demain (rêvons), il y aura encore des postes vacants et un niveau trop aux concours de certaines disciplines. 
Donc je trouve ça positif qu'une association fasse en sorte qu'il y ait un enseignant formé devant des élèves qui n'auraient sinon pas eu de prof de français, maths ou anglais.
Pour la première citation : faisons-le ? Vraiment  ? Tu penses qu’on attend bien gentiment ? J’ai pas l’impression que nos grèves, défilés ou autre impressionnent les mecs de Bercy.

Pour la deuxième : lorsque j’ai commencé à enseigner les postes laissés vacants se comptaient sur les doigts de la main ou presque. Les concours sont devenus vraiment plus difficiles ?🧐

_________________
If you're not failing every now and again it's a sign you're not doing anything very innovative (Woody Allen)


La boutique de LolaDragibus : des petites choses futiles et inutiles pour embellir la vie (p'tites bricoles en tissu, papier, crochet....) : venez y jeter un oeil 😊
Unicorn
Unicorn
Niveau 2

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Unicorn Sam 3 Avr 2021 - 15:28
@Ha@_x a écrit:
@Unicorn a écrit:(HS : Je quitte Créteil... il n'y a qu'un poste en REP+ en maths dans mon académie, pour lequel il faut passer un entretien...

C'est faux Unicorn, rien qu'à regarder la liste des postes vacants envoyée par mon chef, je vois au moins 4 postes vacants dans des collèges REP+ en mathématiques, et je ne parle que d'établissements que je connais, pas des autres.
Je peux te filer la liste, et ce ne sont que les postes libérés par l'inter, il reste encore l'intra.

Dans l'académie de Créteil, surement.
Mais justement, je pars à Paris (mon message n'était pas clair) et il n'y a un poste qu'à Utrillo.

Arrêtons le HS. Déjà, je me fais l'avocat du diable... j'ai pas envie d'être banni  abi)
Unicorn
Unicorn
Niveau 2

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Unicorn Sam 3 Avr 2021 - 15:34
@doubledecker a écrit:
@Unicorn a écrit:
@doubledecker a écrit:
@Unicorn a écrit:En quoi c'est anormal que l'association ait l'agrément ? C'est ce qui lui permet de "recruter" des contractuels et donc de faire en sorte qu'il y ait moins de postes vacants à Créteil, Versailles, Marseille, dans les matières dans lesquelles il y a des besoin, et exclusivement celles-là. 
Tu préfèrerais que ces postes restent vacants ?

(Précision : l'association nous recrute pas au sens propre du terme, vu qu'on doit quand même passer un entretien avec l'IA-IPR, comme les autres contractuels.)
Je préférerais que le métier soit resté suffisamment attractif pour que les candidats au concours soient en nombre suffisant et que ces postes ainsi ne restent pas vacants. Parce que ce qui importe c’est aussi la stabilité des équipes. C’est ce qui permet de travailler sur le long terme avec les élèves, de développer un sentiment d’appartenance à l’établissement et de construire de fait un rapport différent à l’école, au savoir et à l’adulte. Et ça c’est pas avec des contractuels recrutés ponctuellement qu’on peut y arriver.
On est d'accord... il faut revaloriser le métier. Faisons-le ! 
Quoi qu'il en soit, même s'il est revalorisé demain (rêvons), il y aura encore des postes vacants et un niveau trop aux concours de certaines disciplines. 
Donc je trouve ça positif qu'une association fasse en sorte qu'il y ait un enseignant formé devant des élèves qui n'auraient sinon pas eu de prof de français, maths ou anglais.
Pour la première citation : faisons-le ? Vraiment  ? Tu penses qu’on attend bien gentiment ? J’ai pas l’impression que nos grèves, défilés ou autre impressionnent les mecs de Bercy.

Pour la deuxième : lorsque j’ai commencé à enseigner les postes laissés vacants se comptaient sur les doigts de la main ou presque. Les concours sont devenus vraiment plus difficiles ?🧐
Je voulais dire : imaginons que le métier soit revalorisé demain, il y aurait encore des postes vacants, d'où l'intérêt de s'interroger sur la manière d'occuper ces postes vacants.
Je me trompe peut-être, mais de ce que j'entends de mes collègues qui s'apprêtent à partir à la retraite ça fait quand même très très très longtemps qu'il y a des postes vacants en maths dans le 93, et qu'il ne se comptent pas sur les doigts de la main. (Et ce n'est pas la prime de fidélisation en Seine-Saint-Denis de 10 000€ qui changera les choses)
Unicorn
Unicorn
Niveau 2

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Unicorn Sam 3 Avr 2021 - 15:40
@Cassandrine a écrit:
@Unicorn a écrit:
@doubledecker a écrit:
@Unicorn a écrit:En quoi c'est anormal que l'association ait l'agrément ? C'est ce qui lui permet de "recruter" des contractuels et donc de faire en sorte qu'il y ait moins de postes vacants à Créteil, Versailles, Marseille, dans les matières dans lesquelles il y a des besoin, et exclusivement celles-là. 
Tu préfèrerais que ces postes restent vacants ?

(Précision : l'association nous recrute pas au sens propre du terme, vu qu'on doit quand même passer un entretien avec l'IA-IPR, comme les autres contractuels.)
Je préférerais que le métier soit resté suffisamment attractif pour que les candidats au concours soient en nombre suffisant et que ces postes ainsi ne restent pas vacants. Parce que ce qui importe c’est aussi la stabilité des équipes. C’est ce qui permet de travailler sur le long terme avec les élèves, de développer un sentiment d’appartenance à l’établissement et de construire de fait un rapport différent à l’école, au savoir et à l’adulte. Et ça c’est pas avec des contractuels recrutés ponctuellement qu’on peut y arriver.
On est d'accord... il faut revaloriser le métier. Faisons-le ! 
Quoi qu'il en soit, même s'il est revalorisé demain (rêvons), il y aura encore des postes vacants et un niveau trop aux concours de certaines disciplines. 
Donc je trouve ça positif qu'une association fasse en sorte qu'il y ait un enseignant formé devant des élèves qui n'auraient sinon pas eu de prof de français, maths ou anglais.
@Unicorn,
La dernière phrase (mise en gras) me gêne beaucoup. Celle sur le niveau des concours me choque énormément. Il me semble normal que certains candidats ne soient pas acceptés . Sinon, on peut aussi mettre n'importe qui devant les élèves et cela devient de la garderie.
Je ne vois pas ce qui est choquant.
Je dis pas qu'il faut mettre n'importe qui devant les élèves : il faut mettre quelqu'un qui a réussi le concours ou des contractuels recrutés par les rectorats s'il n'y a pas suffisamment de gens qui ont réussi les concours. Non ?
avatar
Cath
Bon génie

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Cath Sam 3 Avr 2021 - 15:41
@Sphinx a écrit:Ah bon ? On a eu des contractuels dans mon collège, un certain nombre, dont beaucoup débutaient, et aucun n'avait de tuteur. Et en plus là c'est pour deux ans !

Ça dépend des académies, peut-être.
CarmenLR
CarmenLR
Fidèle du forum

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par CarmenLR Sam 3 Avr 2021 - 15:45
@Unicorn a écrit:
@CarmenLR a écrit:Par qui sont financées les formations suivies ?

Avec quels fonds publics et privés pour le financement de ces organismes de formation, le cas échéant ?
Le financement fonctionne de la même manière que pour les autres associations. Certaines entreprises donnent leur taxe d'apprentissage au Choix de l'école (sans contrepartie, comme pour les autres associations). L'association participe aussi à des concours pour récolter de l'argent, comme les autres associations. 
Je ne suis pas trésorier de l'association, je ne saurai pas vous dire si des collectivités publiques attribue certains financements... mais si elles le font, je ne trouverais pas ça anormal, bien au contraire.
Je trouverais parfaitement anormal et schizophrène que des fonds publics financent ces formations.

Je souscris aux interrogations de Sphinx.
Elaïna
Elaïna
Bon génie

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Elaïna Sam 3 Avr 2021 - 19:12
Je tenais à préciser quelque chose puisque mes propos ont été mal interprétés.
Je n'ai pas de problème avec les réorientations vers l'enseignement. Moi-même, j'ai une formation de conservateur du patrimoine, j'ai bifurqué vers l'agrégation précisément parce que le métier de conservateur c'est de l'administratif et que l'administratif ça me saoule puissance mille. J'ai aussi des copines qui ont fait une école de commerce, une vraie, celle avec un concours qui se prépare, même sans être dans le top 5 parisien, et qui ont choisi l'enseignement (et passé un concours, aussi, donc). Je ne juge en rien cette réorientation même si je tique un peu sur le côté "je voulais un métier qui ait du sens", vu qu'à titre personnel je pense qu'un métier n'est pas là pour donner du sens à votre vie mais pour vous filer à bouffer tous les mois en faisant les trucs les moins relous pour vous et les plus adaptés à votre formation. Mais ça c'est ma vision du travail et, ma foi, si les autres ont besoin/envie de s'accomplir dans leur travail, ça les regarde.

Je n'ai pas de problème non plus avec le jeune émoulu d'HEC qui, pour des raisons qui lui sont propres, fait quelques années dans l'enseignement. Même si c'est "pour le CV", même s'il ne reste pas, après tout, il a bien le droit (et je ne comprends pas bien ce qu'on pourrait reprocher à ces jeunes en fait : quoi, c'est une honte de tenter l'enseignement "pour le CV" ? c'est une honte de ne pas y entrer comme on entre en religion ?).

Maintenant, je doute que le frais émoulu d'HEC, ESCP ou autre soit le profil concerné par ces trucs-là. Parce qu'en effet, le jeune d'HEC qui a lâché, lui ou ses parents, 30 000 balles pour faire son école (sans compter la prépa, pas forcément le lycée mais le logement en ville etc), il va probablement préférer aller bosser dans la finance histoire de rembourser son emprunt ou juste gagner sa vie. Donc je doute que ça soit notre jeune d'HEC qui se précipite sur ces postes. Et je subodore que ça soit plutôt ceux qui sortent des écoles de troisième zone, oui.

Et par ailleurs, oui j'ai quelque chose à reprocher aux écoles de commerce de troisième voire quatrième zone, qui prennent n'importe qui du moment que papa fait un chèque, qui ont des présentations ronflantes à base de "tous nos cours sont en anglais" (c'est sûr, c'est très utile pour des gens qui vont au mieux commencer au guichet d'accueil à la banque ou dans une agence immobilière), et au contenu plus qu'indigent. Chaque année, un nombre non négligeable de mes élèves intègre ce genre de machin que je me refuse en fait à appeler une école (boîte à fric serait plus adapté). Et oui, j'ai un problème avec le fait qu'un rectorat accepte d'embaucher ces gens-là, quand je vois quels sont les élèves qui y entrent, ce qu'ils y font, et le niveau qu'ils doivent donc fatalement avoir en sortant de là.

_________________
It took me forty years to realize this. But for guys like us... our lives aren't really our own. There's always someone new to help. Someone we need to protect. These past few years, I fought that fate with all I had. But I'm done fighting. It's time I accept the hand I was dealt. Too many people depend on us. Their dreams depend on us.

Kiryu Kazuma inYakuza 4 Remastered
avatar
Bouboule
Doyen

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Bouboule Sam 3 Avr 2021 - 20:48
@Elaïna a écrit:Je tenais à préciser quelque chose puisque mes propos ont été mal interprétés.
Je n'ai pas de problème avec les réorientations vers l'enseignement. Moi-même, j'ai une formation de conservateur du patrimoine, j'ai bifurqué vers l'agrégation précisément parce que le métier de conservateur c'est de l'administratif et que l'administratif ça me saoule puissance mille. J'ai aussi des copines qui ont fait une école de commerce, une vraie, celle avec un concours qui se prépare, même sans être dans le top 5 parisien, et qui ont choisi l'enseignement (et passé un concours, aussi, donc). Je ne juge en rien cette réorientation même si je tique un peu sur le côté "je voulais un métier qui ait du sens", vu qu'à titre personnel je pense qu'un métier n'est pas là pour donner du sens à votre vie mais pour vous filer à bouffer tous les mois en faisant les trucs les moins relous pour vous et les plus adaptés à votre formation. Mais ça c'est ma vision du travail et, ma foi, si les autres ont besoin/envie de s'accomplir dans leur travail, ça les regarde.

Je n'ai pas de problème non plus avec le jeune émoulu d'HEC qui, pour des raisons qui lui sont propres, fait quelques années dans l'enseignement. Même si c'est "pour le CV", même s'il ne reste pas, après tout, il a bien le droit (et je ne comprends pas bien ce qu'on pourrait reprocher à ces jeunes en fait : quoi, c'est une honte de tenter l'enseignement "pour le CV" ? c'est une honte de ne pas y entrer comme on entre en religion ?).

Maintenant, je doute que le frais émoulu d'HEC, ESCP ou autre soit le profil concerné par ces trucs-là. Parce qu'en effet, le jeune d'HEC qui a lâché, lui ou ses parents, 30 000 balles pour faire son école (sans compter la prépa, pas forcément le lycée mais le logement en ville etc), il va probablement préférer aller bosser dans la finance histoire de rembourser son emprunt ou juste gagner sa vie. Donc je doute que ça soit notre jeune d'HEC qui se précipite sur ces postes. Et je subodore que ça soit plutôt ceux qui sortent des écoles de troisième zone, oui.

Et par ailleurs, oui j'ai quelque chose à reprocher aux écoles de commerce de troisième voire quatrième zone, qui prennent n'importe qui du moment que papa fait un chèque, qui ont des présentations ronflantes à base de "tous nos cours sont en anglais" (c'est sûr, c'est très utile pour des gens qui vont au mieux commencer au guichet d'accueil à la banque ou dans une agence immobilière), et au contenu plus qu'indigent. Chaque année, un nombre non négligeable de mes élèves intègre ce genre de machin que je me refuse en fait à appeler une école (boîte à fric serait plus adapté). Et oui, j'ai un problème avec le fait qu'un rectorat accepte d'embaucher ces gens-là, quand je vois quels sont les élèves qui y entrent, ce qu'ils y font, et le niveau qu'ils doivent donc fatalement avoir en sortant de là.

On les appelle des écoles Tupétula.
Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 2651802884
Proton
Proton
Fidèle du forum

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Proton Sam 3 Avr 2021 - 21:14
Et ils enseignent quoi les diplômés d'école de commerce qui veulent donner du sens à leur vie ? Ne me dites pas les maths pitié ...
berseria
berseria
Niveau 7

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par berseria Sam 3 Avr 2021 - 21:31
Plusieurs enseignent les mathématiques ou l'anglais. En mathématiques, ils ont très largement le niveau requis, ils sont même au-dessus de certains candidats.
Euphémia
Euphémia
Niveau 9

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Euphémia Sam 3 Avr 2021 - 21:38
@Unicorn a écrit:
@CarmenLR a écrit:Par qui sont financées les formations suivies ?

Avec quels fonds publics et privés pour le financement de ces organismes de formation, le cas échéant ?

Le financement fonctionne de la même manière que pour les autres associations. Certaines entreprises donnent leur taxe d'apprentissage au Choix de l'école (sans contrepartie, comme pour les autres associations). L'association participe aussi à des concours pour récolter de l'argent, comme les autres associations. 
Je ne suis pas trésorier de l'association, je ne saurai pas vous dire si des collectivités publiques attribue certains financements... mais si elles le font, je ne trouverais pas ça anormal, bien au contraire.
J'imagine qu'il doit y avoir pas mal de financements d'entreprises au titre du mécénat et donc déductibles. À mon sens, le problème, pour ne pas dire scandale, c'est que ces associations partenaires d'entreprises et qui se veulent caritatives sont au final financées avec de l'argent public.

_________________
L’école est un lieu admirable. J’aime que les bruits extérieurs n’y entrent point. (Alain)

L'esprit critique, c'est, au minimum, un esprit qui n’a pas peur des mots. (Jean-Claude Michéa)
Prezbo
Prezbo
Érudit

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Prezbo Sam 3 Avr 2021 - 21:46
@berseria a écrit:Plusieurs enseignent les mathématiques ou l'anglais. En mathématiques, ils ont très largement le niveau requis, ils sont même au-dessus de certains candidats.


Ah, ben si sortir d'une école de commerce garantit d'avoir le "niveau requis" pour enseigner les maths aux collégiens en REP, tout va bien, alors.  Rolling Eyes
Elaïna
Elaïna
Bon génie

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Elaïna Sam 3 Avr 2021 - 21:47
@Proton a écrit:Et ils enseignent quoi les diplômés d'école de commerce qui veulent donner du sens à leur vie ? Ne me dites pas les maths pitié ...

Maths, anglais, SES...
Si t'as le diplômé d'HEC, il doit être bon quand même - et niveau pédagogie, bah, il ne fera pas pire que le malheureux normalien ou le pur produit de la fac propulsé en REP + juste après l'agreg.
Si t'as le diplômé de Tupétula (merci Bouboule !!!), bah, ça va probablement être un branque. Mais c'est pas grave pisque t'as quelqu'un devant les élèves.

_________________
It took me forty years to realize this. But for guys like us... our lives aren't really our own. There's always someone new to help. Someone we need to protect. These past few years, I fought that fate with all I had. But I'm done fighting. It's time I accept the hand I was dealt. Too many people depend on us. Their dreams depend on us.

Kiryu Kazuma inYakuza 4 Remastered
Saia
Saia
Niveau 5

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Saia Sam 3 Avr 2021 - 21:54
@Elaïna a écrit:Je tenais à préciser quelque chose puisque mes propos ont été mal interprétés.
Je n'ai pas de problème avec les réorientations vers l'enseignement. Moi-même, j'ai une formation de conservateur du patrimoine, j'ai bifurqué vers l'agrégation précisément parce que le métier de conservateur c'est de l'administratif et que l'administratif ça me saoule puissance mille. J'ai aussi des copines qui ont fait une école de commerce, une vraie, celle avec un concours qui se prépare, même sans être dans le top 5 parisien, et qui ont choisi l'enseignement (et passé un concours, aussi, donc). Je ne juge en rien cette réorientation même si je tique un peu sur le côté "je voulais un métier qui ait du sens", vu qu'à titre personnel je pense qu'un métier n'est pas là pour donner du sens à votre vie mais pour vous filer à bouffer tous les mois en faisant les trucs les moins relous pour vous et les plus adaptés à votre formation. Mais ça c'est ma vision du travail et, ma foi, si les autres ont besoin/envie de s'accomplir dans leur travail, ça les regarde.

Je n'ai pas de problème non plus avec le jeune émoulu d'HEC qui, pour des raisons qui lui sont propres, fait quelques années dans l'enseignement. Même si c'est "pour le CV", même s'il ne reste pas, après tout, il a bien le droit (et je ne comprends pas bien ce qu'on pourrait reprocher à ces jeunes en fait : quoi, c'est une honte de tenter l'enseignement "pour le CV" ? c'est une honte de ne pas y entrer comme on entre en religion ?).

Maintenant, je doute que le frais émoulu d'HEC, ESCP ou autre soit le profil concerné par ces trucs-là. Parce qu'en effet, le jeune d'HEC qui a lâché, lui ou ses parents, 30 000 balles pour faire son école (sans compter la prépa, pas forcément le lycée mais le logement en ville etc), il va probablement préférer aller bosser dans la finance histoire de rembourser son emprunt ou juste gagner sa vie. Donc je doute que ça soit notre jeune d'HEC qui se précipite sur ces postes. Et je subodore que ça soit plutôt ceux qui sortent des écoles de troisième zone, oui.

Et par ailleurs, oui j'ai quelque chose à reprocher aux écoles de commerce de troisième voire quatrième zone, qui prennent n'importe qui du moment que papa fait un chèque, qui ont des présentations ronflantes à base de "tous nos cours sont en anglais" (c'est sûr, c'est très utile pour des gens qui vont au mieux commencer au guichet d'accueil à la banque ou dans une agence immobilière), et au contenu plus qu'indigent. Chaque année, un nombre non négligeable de mes élèves intègre ce genre de machin que je me refuse en fait à appeler une école (boîte à fric serait plus adapté). Et oui, j'ai un problème avec le fait qu'un rectorat accepte d'embaucher ces gens-là, quand je vois quels sont les élèves qui y entrent, ce qu'ils y font, et le niveau qu'ils doivent donc fatalement avoir en sortant de là.

Je pense que l’un des malentendus vient de là : faire un métier qui a un sens ne veut pas dire être en quête d’un sens à donner... à sa vie. En tous cas, pas dans le sens où je l’employais. L’idée n’est pas celle d’une vocation, d’une sorte quête spirituelle ou d’une quête de soi dans le travail. Certains métiers sont absurdes et rendent même absurde de se lever tous les matins pour les faire. Sans chercher à s’accomplir dans son travail, on peut avoir simplement envie/besoin de faire quelque chose qui ne soit pas complètement inutile et incohérent.

Ce que je trouve fou (mais là je ne parle plus de ton post Elaïna) c’est d’être si critique à l’égard du système ultra-libéral et de rejeter aussi violemment ceux qui essayent d’en sortir : cela semble suspect, pas sérieux, etc. d’avoir pour projet autre chose que de faire du fric quand on sort d’école de commerce. Dans beaucoup de commentaires sur ce fil, il y a également un soupçon d’incompétence, ou d’arrivisme, ou l’idée d’une appartenance fantasmée à la bourgeoisie de ceux qui seraient passé par là, et tant qu’à faire à une bourgeoisie oisive qui ne sait plus quoi faire pour combler le vide de sa vie...

On peut juste s’être trompé d’orientation et vouloir changer, non pas de vie, mais de métier.

Oui il y a des arrivistes, oui il y a des incompétents et des boites à fric, mais on peut aussi faire preuve d’un peu de mesure dans ses propos et ne pas donner dans la généralisation abusive.

J’entends l’argument « ce ne sont pas les individus qui sont en cause mais le système » mais en attendant, dans beaucoup des propos de ce fil, c’est à propos d’individus que sont insinuées, par certains, des choses pas très fondées et pétries de préjugés.

Édit : je le répète juste parce que cela fait aussi partie de la vision biaisée que l’on peut avoir des écoles de commerce : il est possible de se faire financer au moins les 2/3 de sa scolarité par l’entreprise dans laquelle on fait un stage (si c’est un contrat d’apprentissage et certains contrats de professionnalisation), en plus de la rémunération pendant l’apprentissage qui permet de couvrir ses dépenses. Et souvent d’ailleurs, l’apprentissage permet à la fois de fuir l’ambiance école de commerce ET de limiter le coût financier qu’elle représente, pour ceux qui ne s’y plaisent pas (je ne dis pas que c’est majoritaire ni que c’est le but de tous ceux qui font un apprentissage).


Dernière édition par Saia le Sam 3 Avr 2021 - 22:02, édité 1 fois
avatar
Bouboule
Doyen

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Bouboule Sam 3 Avr 2021 - 22:01
@Prezbo a écrit:
@berseria a écrit:Plusieurs enseignent les mathématiques ou l'anglais. En mathématiques, ils ont très largement le niveau requis, ils sont même au-dessus de certains candidats.


Ah, ben si sortir d'une école de commerce garantit d'avoir le "niveau requis" pour enseigner les maths aux collégiens en REP, tout va bien, alors.  Rolling Eyes

Pourquoi n'auraient-ils pas le niveau ? En 2020, les derniers pris au Capes n'ont pas le niveau pour réussir les épreuves de maths de la BCE.
Et ils ne peuvent pas vraiment être moins prêts que les neos envoyés en REP+, non ?
Prezbo
Prezbo
Érudit

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Prezbo Sam 3 Avr 2021 - 22:12
@Bouboule a écrit:

Pourquoi n'auraient-ils pas le niveau ? En 2020, les derniers pris au Capes n'ont pas le niveau pour réussir les épreuves de maths de la BCE.
Et ils ne peuvent pas vraiment être moins prêts que les neos envoyés en REP+, non ?

Toute la question est de savoir si on s'en satisfait et si on trouve ça "très largement suffisant".
avatar
Bouboule
Doyen

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Bouboule Sam 3 Avr 2021 - 23:19
@Prezbo a écrit:
@Bouboule a écrit:

Pourquoi n'auraient-ils pas le niveau ? En 2020, les derniers pris au Capes n'ont pas le niveau pour réussir les épreuves de maths de la BCE.
Et ils ne peuvent pas vraiment être moins prêts que les neos envoyés en REP+, non ?

Toute la question est de savoir si on s'en satisfait et si on trouve ça "très largement suffisant".

Le ministère te répond oui et oui visiblement.
Elaïna
Elaïna
Bon génie

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Elaïna Sam 3 Avr 2021 - 23:42
@Saia a écrit:

Je pense que l’un des malentendus vient de là : faire un métier qui a un sens ne veut pas dire être en quête d’un sens à donner... à sa vie. En tous cas, pas dans le sens où je l’employais. L’idée n’est pas celle d’une vocation, d’une sorte quête spirituelle ou d’une quête de soi dans le travail. Certains métiers sont absurdes et rendent même absurde de se lever tous les matins pour les faire. Sans chercher à s’accomplir dans son travail, on peut avoir simplement envie/besoin de faire quelque chose qui ne soit pas complètement inutile et incohérent.

Ce que je trouve fou (mais là je ne parle plus de ton post Elaïna) c’est d’être si critique à l’égard du système ultra-libéral et de rejeter aussi violemment ceux qui essayent d’en sortir : cela semble suspect, pas sérieux, etc. d’avoir pour projet autre chose que de faire du fric quand on sort d’école de commerce. Dans beaucoup de commentaires sur ce fil, il y a également un soupçon d’incompétence, ou d’arrivisme, ou l’idée d’une appartenance fantasmée à la bourgeoisie de ceux qui seraient passé par là, et tant qu’à faire à une bourgeoisie oisive qui ne sait plus quoi faire pour combler le vide de sa vie...

On peut juste s’être trompé d’orientation et vouloir changer, non pas de vie, mais de métier.

Oui il y a des arrivistes, oui il y a des incompétents et des boites à fric, mais on peut aussi faire preuve d’un peu de mesure dans ses propos et ne pas donner dans la généralisation abusive.

J’entends l’argument « ce ne sont pas les individus qui sont en cause mais le système » mais en attendant, dans beaucoup des propos de ce fil, c’est à propos d’individus que sont insinuées, par certains, des choses pas très fondées et pétries de préjugés.

Édit : je le répète juste parce que cela fait aussi partie de la vision biaisée que l’on peut avoir des écoles de commerce : il est possible de se faire financer au moins les 2/3 de sa scolarité par l’entreprise dans laquelle on fait un stage (si c’est un contrat d’apprentissage et certains contrats de professionnalisation), en plus de la rémunération pendant l’apprentissage qui permet de couvrir ses dépenses. Et souvent d’ailleurs, l’apprentissage permet à la fois de fuir l’ambiance école de commerce ET de limiter le coût financier qu’elle représente, pour ceux qui ne s’y plaisent pas (je ne dis pas que c’est majoritaire ni que c’est le but de tous ceux qui font un apprentissage).

Je n'ai aucun problème avec le changement d'orientation, l'ayant moi-même expérimenté dans une certaine mesure (parce que bon passer de chartiste à agrégée d'histoire au lieu de l'enssib ou de l'inp, c'est pas non plus l'exotisme total quand même). Et je le comprends tout à fait.
Après, la question du sens, ma foi, c'est quelque chose de très personnel. En ce qui me concerne, je ne cherche pas spécialement de sens à mon métier (et encore heureux, parce que si je devais trouver du sens à enseigner l'histoire-géo à des gens dont 80 % n'en ont rien à cirer, heu, ben, voilà quoi). Par contre j'aurais été très malheureuse dans la conservation, parce que je suis totalement réfractaire à la hiérarchie, à la politique, à l'administration, et je ne voulais pas être chef de service (j'ai déjà détesté être employeur de nounou alors gérer un service d'archives, ça va pas la tête ?). Et pourtant je vois presque plus de "sens" à être conservateur, au moins tu travailles pour des gens qui ont envie que tu travailles pour eux. Mais à quel prix ?

Pour les écoles de commerce : je n'ai aucun problème, encore une fois, avec les vraies écoles, qui sélectionnent (concours après prépa ou post-bac) sur des capacités (et pas sur le chèque de papa, même si dans la pratique tout le monde ne peut pas s'offrir HEC ou même Audencia et autres du genre). Et je n'ai aucun problème avec les gens qui veulent faire du fric, en fait. ça les regarde. J'ai un cousin qui a toujours dit depuis tout petit qu'il voulait être très riche, ben, il l'est aujourd'hui (il a fait fortune, donc), je suis contente pour lui et c'est un mec bien qui élève bien ses enfants.

Par contre j'ai un problème avec les boîtes à fric qui ratissent n'importe qui et sincèrement quand je vois des élèves sortir de mon bahut pour aller là-bas alors qu'ils sont parfaitement mauvais en maths et ne savent pas écrire une phrase en français, qui reviennent au bahut pour parler à leurs profs (gros syndrome de Stockholm ?) de la vacuité totale de ce qu'ils y font, oui, je me pose des questions. Ces écoles donnent l'impression qu'ils finiront tous traders à gagner des millions alors qu'ils peineront à se faire un smic pendant longtemps vu leur niveau (qui embauchera des jeunes aussi mauvais en tout et encouragés à la paresse ?).

_________________
It took me forty years to realize this. But for guys like us... our lives aren't really our own. There's always someone new to help. Someone we need to protect. These past few years, I fought that fate with all I had. But I'm done fighting. It's time I accept the hand I was dealt. Too many people depend on us. Their dreams depend on us.

Kiryu Kazuma inYakuza 4 Remastered
Sphinx
Sphinx
Enchanteur

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Sphinx Sam 3 Avr 2021 - 23:50
Juste, en passant, il n'est absolument pas question d'école de commerce sur le site de l'association. Ça ratisse bien plus large, il faut juste un M1. https://www.lechoixdelecole.org/avez-vous-le-bon-profil

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather
"- Alors, Obélix, l'Helvétie c'est comment ? - Plat."


Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Livre11
Proton
Proton
Fidèle du forum

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Proton Dim 4 Avr 2021 - 0:01
Les témoignages sont incroyables. Du pur marketing. Pourquoi ai-je été regarder ce site ...  Evil or Very Mad
cassiopella
cassiopella
Niveau 9

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par cassiopella Dim 4 Avr 2021 - 0:21
Je rejoins l'avis de @unicorn. Il y a quelques années je les ai contactées pour avoir plus d'informations. Mais à l'époque ils n'avaient des postes que sur IDF. Et ils ne proposaient pas de solution pour le logement, pas d'aide etc. J'ai dit honnêtement, que financièrement ce projet n'est pas réalisable pour moi. Mais s'ils avaient des choses en Isère, j'aurais accepté! Il y a une préparation, il y a un suivit et il y a 2 ans de poste stable où on t'embauche à l'année. Vous savez tous, que les postes contractuels sont bien plus précaires et dans certains académies il y a des magouilles pour payer encore moins et rendre la vie infernale.

Certes, la réponse est directe et le rappel ce qu'est l'essence du journalisme fait de façon cavalière. Mais oui, les médias n'ont pas à rendre des comptes et n'ont pas à privilégier certains sujets et pas d'autres. Le sujet concernant cette association intéresse les gens et ils font une bonne chose. Cela m'intéresse, comme pas mal d'autres. Je ne suis pas libérale, ni ultralibérale, mais je suis d'accord par exemple que les fonctionnaires sont un poids à l'économie française. Parce que l'organisation ne peut pas être bonne. En tout cas à l'EN. C'est une machine beaucoup trop grosse. Je ne suis pas d'accord avec les choix des profs par concours CAPES. C'est peut-être pas le cas pour les autres matières, mais je ne vois pas l'utilité pour les profs de maths. J'ai devant mes yeux l'expérience de plusieurs pays où les profs de maths sont moins qualifiés en maths que les profs français, mais qui sont tellement bien préparés au métier du prof, que les résultats des élèves sont fabuleux.

@CarmenLR a écrit:@manu7
Elle est, en revanche, partisane. Les prises de parole de Laurent Bigorgne sur l'éducation, au club d'Iena ou ailleurs, en attestent : demande appuyée de financement massif des universités par les entreprises, etc., pour les pions qui sont avancés clairement...
Je suis désolée, mais c'est un poile hypocrite. Donc les universités n'ont pas le droit au financement privé. Mes les écoles d'ingénieurs, elles, elles peuvent! Ayant fait une thèse à Mines Paris, je peux vous garantir que l'argent coule à flot! Pourquoi eux ils ont droit à cet argent et ne sont jamais critiqués, mais les facs non?

@Ha@_x a écrit:Que la fondation Montaigne vienne, avec ses gros sabots néolibéraux nous placer des profs qui n'en sont pas (pour rappel, ils n'ont ni concours, ni formation) à des postes non-pourvus, et que ça reçoive l'agrément du ministère est pour le moins problématique.
AH le sacré concours. Donc au lieu de préparer le futur professeur au métier et lui enseigner comment enseigner sa matière, on gaspille une année entière pour préparer le concours. Cooool! Génial! Utile! Je rappelle que les gens qui ont eu le concours ne sont pas non plus formés. D'ailleurs il me semblé qu'en France on aime les gens qui ont fait la prépa et on n'aime pas les pures produits de la fac (en maths et sciences), alors logiquement les candidats de cette association doivent avoir une meilleurs presse que les anciens de la fac? Pourquoi ce n'est pas dans ce cas précis?

@Proton a écrit:Et ils enseignent quoi les diplômés d'école de commerce qui veulent donner du sens à leur vie ? Ne me dites pas les maths pitié ...
Oui les maths. Je suis économiste et j'enseigne les maths. Et alors? Razz

@Cassandrine a écrit:
La dernière phrase (mise en gras) me gêne beaucoup. Celle sur le niveau des concours me choque énormément. Il me semble normal que certains candidats ne soient pas acceptés . Sinon, on peut aussi mettre n'importe qui devant les élèves et cela devient de la garderie.
Bah... le covid l'a montré. C'est déjà considéré comme la garderie et le gouvernement, le ministère, les académies se soucient peu du niveau des élèves ou de leur bien être à l'école (les rythmes scolaires sont... heu... je les trouve sadiques. On n'est plus en 1900).

_________________
Moi et l'orthographe, nous ne sommes pas amis. Je corrige les erreurs dès que je les vois. Je m'excuse pour celles que je ne vois pas...
Ha@_x
Ha@_x
Fidèle du forum

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Ha@_x Dim 4 Avr 2021 - 4:20
Certes, la réponse est directe et le rappel ce qu'est l'essence du journalisme fait de façon cavalière. Mais oui, les médias n'ont pas à rendre des comptes et n'ont pas à privilégier certains sujets et pas d'autres. Le sujet concernant cette association intéresse les gens et ils font une bonne chose. Cela m'intéresse, comme pas mal d'autres. Je ne suis pas libérale, ni ultralibérale, mais je suis d'accord par exemple que les fonctionnaires sont un poids à l'économie française. Parce que l'organisation ne peut pas être bonne. En tout cas à l'EN. C'est une machine beaucoup trop grosse. Je ne suis pas d'accord avec les choix des profs par concours CAPES. C'est peut-être pas le cas pour les autres matières, mais je ne vois pas l'utilité pour les profs de maths. J'ai devant mes yeux l'expérience de plusieurs pays où les profs de maths sont moins qualifiés en maths que les profs français, mais qui sont tellement bien préparés au métier du prof, que les résultats des élèves sont fabuleux.

Non seulement c'est illisible, mais on tutoie les sommets... Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 1665347707

Oui les maths. Je suis économiste et j'enseigne les maths. Et alors?

Alors il faut franchement s'inquiéter pour nos élèves.... furieux

Je vais sortir de suite....sinon je vais zorcharter comme jamais.

_________________
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs
avatar
Ramanujan974
Fidèle du forum

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par Ramanujan974 Dim 4 Avr 2021 - 5:28
@Ha@_x a écrit:
Certes, la réponse est directe et le rappel ce qu'est l'essence du journalisme fait de façon cavalière. Mais oui, les médias n'ont pas à rendre des comptes et n'ont pas à privilégier certains sujets et pas d'autres. Le sujet concernant cette association intéresse les gens et ils font une bonne chose. Cela m'intéresse, comme pas mal d'autres. Je ne suis pas libérale, ni ultralibérale, mais je suis d'accord par exemple que les fonctionnaires sont un poids à l'économie française. Parce que l'organisation ne peut pas être bonne. En tout cas à l'EN. C'est une machine beaucoup trop grosse. Je ne suis pas d'accord avec les choix des profs par concours CAPES. C'est peut-être pas le cas pour les autres matières, mais je ne vois pas l'utilité pour les profs de maths. J'ai devant mes yeux l'expérience de plusieurs pays où les profs de maths sont moins qualifiés en maths que les profs français, mais qui sont tellement bien préparés au métier du prof, que les résultats des élèves sont fabuleux.

Non seulement c'est illisible, mais on tutoie les sommets... Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 1665347707


Indépendamment du fond, il me semble que le français n'est pas la langue maternelle de Cassiopella.
e-Wanderer
e-Wanderer
Esprit éclairé

Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école » - Page 3 Empty Re: Quand France Inter fait de la pub pour « le choix de l’école »

par e-Wanderer Dim 4 Avr 2021 - 6:53
Cassiopella : les universités ont parfaitement le droit de rechercher de l'argent ailleurs. Même quand mon établissement était seulement une université seulement littéraire (avant le regroupement avec les sciences dures), il y avait déjà un emploi administratif à temps plein consacré à la prospective financière, qui rapportait à l'établissement l'équivalent de 4 emplois d'enseignants-chercheurs. Et ce n'est pas beaucoup, comparé à ce que peut obtenir un département de physique, par exemple. Evidemment, en lettres, ce n'est pas évident d'avoir des partenariats public-privé. Mais c'est déjà plus facile en journalisme ou en communication. Nous nous arrangeons comme nous pouvons pour trouver de l'argent en plus de ce que nous attribue le ministère, sinon on ne s'n sortirait pas : par exemple nous avons monté il y a 3 ans un partenariat avec une fac chinoise, dont les étudiants paient 5500 € de droits d'inscription à l'année (contre 250 à 600 € pour un étudiant français, selon le cursus). Ça a permis de sauver deux postes d'enseignants-chercheurs.

_________________
« Profitons du temps qui nous reste avant la définitive invasion de la grande muflerie du Nouveau Monde » (Huysmans)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum