Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Nouka
Érudit

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Nouka Jeu 13 Mai 2021, 19:31
Elaïna a écrit:Faites-vous offrir ça :

Phobie pathologique des copies - Page 4 Tampon10

https://tampographe.com/coffrets/19-tampons-deprimants-depressing-stamps.html

Excellent !!! Phobie pathologique des copies - Page 4 437980826
Marxou
Marxou
Habitué du forum

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Marxou Jeu 13 Mai 2021, 19:46
Ouch! Je vois que tout le monde partage cette souffrance des copies... Comme vous,  j'ai tout essayé: le lancer dans l'escalier , les dés, Very Happy, Les 5 copies bien sûr ...et perdre un temps fou (à ne pas corriger) en comptant frénétiquement les copies ( toujours trop nombreuses)  qui restent. Et surtout en ce qui me concerne malheureusement, la stratégie de l'évitement... Durant un bon W.E de copies, comme celui-ci d'ailleurs (alors que je pourrais aller bronzer tranquille à Narbonne plage), un désir urgentissime de construire un appentis dans le jardin, une mangeoire pour  oiseaux, etc.. et/ ou relire les 10 tomes de Guerre et Paix (et pourquoi pas dans le texte? Je pourrais aussi essayer d' apprendre le russe! Du coup, 2heures en ville pour trouver le manuel franco/russe pour les nuls). Mais la mangeoire à oiseaux, Tolstoï ou le W.E à Narbonne Plage, on ne peut pas, parce qu'il y a les copiiiieeees!  affraid

Tout, tout, pour éviter ce tas (atroce) de copies qui me toise d'un regard torve. En fait, ce qui me plombe par dessus tout, c'est le temps gâché par cette procrastination, ce temps gâché et vide lié à la perspective (horrible) du tas de copies qui m'attend. Je n'ai toujours pas réglé ce problème, qui va en s'empirant d'ailleurs, même après un bon quart de siècle dans l'EN.
Je connais comme vous le dégoût des copies nullissimes (c'est insoutenable), mais il y a aussi le "problème" des classes qui bossent (c'est mon cas cette année), et même celui des copies brillantes: combien mettre à Louis ou Eloïse? 17, 17,5 ou 18? Et aussi l'enjeu "affectif" qui s'y mêle (ben oui): Manon qui a du mal mais qui bosse comme une malade, comment ne pas la décourager? En fait, je déteste noter et évaluer...j'ai clairement loupé ma voie professionnelle  Phobie pathologique des copies - Page 4 999940070

De fait, même avec des grilles d'évaluation plus ou moins précises que je m'impose, l'impression de noter un tantinet à la louche, selon mon état de fatigue (voir la planche de Gotlib à ce sujet), selon l'idée peut-être fausse de l'élève en question...Et aussi, peut-être, inconsciemment, l'idée de la "constante macabre", car comment assumer d'avoir une moyenne de 13 pour un devoir?  Cet arbitraire me mine. Je HAIS les copies, c'est définitif, et le problème est qu'il me reste encore pas mal d'années à composer avec ça. Je ne sais pas comment je vais faire, sincèrement.
Phobie définitive des copies.

(et je ne parle même pas des enjeux liés à Parcoursup, contrôle continu, pression des parents et de l'administration, etc, etc....)


Dernière édition par Marxou le Jeu 13 Mai 2021, 20:44, édité 1 fois
Dorine
Dorine
Niveau 9

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Dorine Jeu 13 Mai 2021, 20:32
Marxou a écrit:Ouch! Je vois que tout le monde partage cette souffrance des copies... Comme vous,  j'ai tout essayé: le lancer dans l'escalier , les dés, Very Happy, Les 5 copies bien sûr ...et perdre un temps fou (à ne pas corriger) en comptant frénétiquement les copies ( toujours trop nombreuses)  qui restent. Et surtout en ce qui me concerne malheureusement, la stratégie de l'évitement... Durant un bon W.E de copies, comme celui-ci d'ailleurs (alors que je pourrais aller bronzer tranquille à Narbonne plage), un désir urgentissime de construire un appentis dans le jardin, une mangeoire pour  oiseaux, etc.. et/ ou relire les 10 tomes de Guerre et Paix (et pourquoi pas dans le texte? Je pourrais aussi essayer d' apprendre le russe! Du coup, 2heures en ville pour trouver le manuel franco/russe pour les nuls). Mais la mangeoire à oiseaux, Tolstoï ou le W.E à Narbonne Plage, on ne peut pas, parce qu'il y a les copiiiieeees!  affraid

Tout, tout, pour éviter ce tas (atroce) de copies qui me toise d'un regard torve. En fait, ce qui me plombe par dessus tout, c'est le temps gâché par cette procrastination, ce temps gâché et vide lié à la perspective (horrible) du tas de copies qui m'attend. Je n'ai toujours pas réglé ce problème, qui va en s'empirant d'ailleurs, même après un bon quart de siècle dans l'EN.
Je connais comme vous le dégoût des copies nullissimes (c'est insoutenable), mais il y a aussi le "problème" des classes qui bossent (c'est mon cas cette année), et même celui des copies brillantes: combien mettre à Louis ou Eloïse? 17, 17,5 ou 18? Et aussi l'enjeu "affectif" qui s'y mêle (ben oui): Manon qui a du mal mais qui bosse comme une malade, comment ne pas la décourager? En fait, je déteste noter et évaluer...j'ai clairement loupé ma voie professionnelle  Phobie pathologique des copies - Page 4 999940070

De fait, même avec des grilles d'évaluation plus ou moins précises que je m'impose, l'impression de noter un tantinet à la louche, selon mon état de fatigue (voir la planche de Gotlib à ce sujet), selon l'idée peut-être fausse de l'élève en question...Et aussi, peut-être, inconsciemment, l'idée de la "constante macabre", car comment assumer d'avoir une moyenne de 13 pour un devoir?  Cet arbitraire me mine. Je HAIS les copies, c'est définitif, et le problème est qu'il me reste encore pas mal d'années à composer avec ça. Je ne sais pas comment je vais faire, sincèrement.
Phobie définitive des copies.
C'est un message que j'aurais pu écrire. Je ressens exactement la même chose et c'est une véritable souffrance. J'ai l'impression que c'est de pire en pire et que finalement, je souffrais moins quand j'ai débuté. Les questions que je ne supporte plus : "vous avez corrigé nos copies ?" "Quand est-ce que vous nous les rendez?" "C'est bien pour le moment?" furieux
Adren
Adren
Habitué du forum

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Adren Jeu 13 Mai 2021, 21:04
Mais les élèves (au moins les miens) ne demandent pas les copies, ils veulent les NOTES. C'est peut-être là un début de solution, mettre des notes totalement arbitraires et oublier les copies chez soi...
Ajonc35
Ajonc35
Expert

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Ajonc35 Jeu 13 Mai 2021, 21:21
Marxou a écrit:Ouch! Je vois que tout le monde partage cette souffrance des copies... Comme vous,  j'ai tout essayé: le lancer dans l'escalier , les dés, Very Happy, Les 5 copies bien sûr ...et perdre un temps fou (à ne pas corriger) en comptant frénétiquement les copies ( toujours trop nombreuses)  qui restent. Et surtout en ce qui me concerne malheureusement, la stratégie de l'évitement... Durant un bon W.E de copies, comme celui-ci d'ailleurs (alors que je pourrais aller bronzer tranquille à Narbonne plage), un désir urgentissime de construire un appentis dans le jardin, une mangeoire pour  oiseaux, etc.. et/ ou relire les 10 tomes de Guerre et Paix (et pourquoi pas dans le texte? Je pourrais aussi essayer d' apprendre le russe! Du coup, 2heures en ville pour trouver le manuel franco/russe pour les nuls). Mais la mangeoire à oiseaux, Tolstoï ou le W.E à Narbonne Plage, on ne peut pas, parce qu'il y a les copiiiieeees!  affraid

Tout, tout, pour éviter ce tas (atroce) de copies qui me toise d'un regard torve. En fait, ce qui me plombe par dessus tout, c'est le temps gâché par cette procrastination, ce temps gâché et vide lié à la perspective (horrible) du tas de copies qui m'attend. Je n'ai toujours pas réglé ce problème, qui va en s'empirant d'ailleurs, même après un bon quart de siècle dans l'EN.
Je connais comme vous le dégoût des copies nullissimes (c'est insoutenable), mais il y a aussi le "problème" des classes qui bossent (c'est mon cas cette année), et même celui des copies brillantes: combien mettre à Louis ou Eloïse? 17, 17,5 ou 18? Et aussi l'enjeu "affectif" qui s'y mêle (ben oui): Manon qui a du mal mais qui bosse comme une malade, comment ne pas la décourager? En fait, je déteste noter et évaluer...j'ai clairement loupé ma voie professionnelle  Phobie pathologique des copies - Page 4 999940070

De fait, même avec des grilles d'évaluation plus ou moins précises que je m'impose, l'impression de noter un tantinet à la louche, selon mon état de fatigue (voir la planche de Gotlib à ce sujet), selon l'idée peut-être fausse de l'élève en question...Et aussi, peut-être, inconsciemment, l'idée de la "constante macabre", car comment assumer d'avoir une moyenne de 13 pour un devoir?  Cet arbitraire me mine. Je HAIS les copies, c'est définitif, et le problème est qu'il me reste encore pas mal d'années à composer avec ça. Je ne sais pas comment je vais faire, sincèrement.
Phobie définitive des copies.

(et je ne parle même pas des enjeux liés à Parcoursup, contrôle continu, pression des parents et de l'administration, etc, etc....)
J'ai ri et d'autant plus que c'est pas moi qui l'a écrit mais j'aurais bien voulu.
Taillevent
Taillevent
Niveau 9

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Taillevent Ven 14 Mai 2021, 05:21
Marxou a écrit:Je connais comme vous le dégoût des copies nullissimes (c'est insoutenable), mais il y a aussi le "problème" des classes qui bossent (c'est mon cas cette année), et même celui des copies brillantes: combien mettre à Louis ou Eloïse? 17, 17,5 ou 18? Et aussi l'enjeu "affectif" qui s'y mêle (ben oui): Manon qui a du mal mais qui bosse comme une malade, comment ne pas la décourager?
Sur ce point, j'avoue une chance : travailler dans un système qui note sur 6 et non pas sur 20. Ça limite les possibilités et rend le choix nettement plus facile.
Voltaire
Voltaire
Niveau 9

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Voltaire Ven 14 Mai 2021, 06:30
Mettez des notes, oubliez les barêmes.
J'ai longtemps fait de la double correction avec un barême détaillé (sur 100). Avec mon binôme, on faisait des grilles, on s'échinait à respecter le barême ... et on avait de gros écarts de notation (parce que dans un barême détaillé, chaque sous sous sous question, c'est 0 ou 1 donc si tu es sévère c'est tout le temps 0 et si tu es bienveillant c'est tout le temps 1 et à la fin ça fait un gros écart). A la fin, on notait par "blocs" et on n'avait plus du tout d'écarts.
Le souci, c'est quand on a un barême détaillé ET des consignes de bienveillance, donc en fait on met le maximum à chaque fois qu'il y a un début de commencement de soupçon de rapport avec la question posée, et à la fin on a le sentiment d'avoir beaucoup surnoté (typiquement on met 12 à une copie à laquelle on aurait spontanément mis 8). Mais ce n'est pas le cas des copies "quotidiennes".
En maths, à partir du moment où j'ai mis sur chaque copie la note par "bloc" (une question ou un exercice, c'est selon), sans détailler 1/2 point par 1/2 point, je n'ai plus eu de calculs d'apothicaire à faire à chaque copie, et les élèves étaient satisfaits de la méthode, ça leur donnait une bonne idée de leur taux de réussite et ils n'étaient pas obnubilés par le recomptage des points. A la fin de ma carrière, je notais carrément par % de réussite à une question, et j'affectais les points ensuite (merci le tableur, tout ça était automatisé), ce qui me permettait de ne pas pénaliser à cause de questions finalement trop difficiles (quitte à rectifier à la main pour les élèves qui justement avaient bien réussi ces questions). Je pouvais en fait choisir la moyenne de la classe à chaque contrôle ...
gluche
gluche
Niveau 9

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par gluche Ven 14 Mai 2021, 08:09
Marxou a écrit:Tout, tout, pour éviter ce tas (atroce) de copies qui me toise d'un regard torve. En fait, ce qui me plombe par dessus tout, c'est le temps gâché par cette procrastination, ce temps gâché et vide lié à la perspective (horrible) du tas de copies qui m'attend. Je n'ai toujours pas réglé ce problème, qui va en s'empirant d'ailleurs, même après un bon quart de siècle dans l'EN.
Je crois que plus on attend, plus on se dit que la correction doit être "parfaite", ce qui est de toute façon impossible. D'où l'intérêt de corriger au plus vite que beaucoup ont souligné. Il vaut sans doute mieux corriger vite même si c'est moins bien que de traîner, traîner.
Pour certains annoncer aux élèves la date de retour aide à s'y mettre (complétement inefficace pour moi). Peut-être corriger avec un collègue pour se motiver? ou s'obliger à un temps "corvée" avec son conjoint ou un proche?

Pointàlaligne
Pointàlaligne
Expert

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Pointàlaligne Ven 14 Mai 2021, 08:45
Elaïna a écrit:Faites-vous offrir ça :

Phobie pathologique des copies - Page 4 Tampon10

https://tampographe.com/coffrets/19-tampons-deprimants-depressing-stamps.html

Phobie pathologique des copies - Page 4 346737548
Une passante
Une passante
Expert spécialisé

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Une passante Ven 14 Mai 2021, 09:08
J'ai une collègue de lycée qui corrige dix copies chaque jour, ce peut aussi être une piste (j'avoue, cela ne fonctionne pas pour moi).
Iphigénie
Iphigénie
Devin

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Iphigénie Ven 14 Mai 2021, 09:15
Une passante a écrit:J'ai une collègue de lycée qui corrige dix copies chaque jour, ce peut aussi être une piste (j'avoue, cela ne fonctionne pas pour moi).
c'est ce que j'ai toujours fait: corriger par petits paquets quand j'avais un moment (une fois la tarte au four par exemple Wink ) .
Et toujours pour le bac: paquet divisé en nb de jours dimanches compris et le moins possible par jour: les jours enthousiastes, je prenais un peu d'avance pour les jours sans.
Jamais un paquet d'affilé: gloubs. Et jamais deux devoirs en même temps dans des classes différentes, quand c'est possible!
Les annotations, selon l'élève. Quand bcp bcp de fautes: une partie du devoir à fond mais pas tout ca ne sert à rien.
EN examen jamais d'annotation sauf instinctive genre !!!!!!!
(je me souviens d'avoir attendu des plombes en BTS en tant que responsable de l'épreuve de français qu'une collègue finisse ses corrections: j'ai dû revenir exprès pour elle le lendemain (à 120 bornes, j'étais ravie...): elle annotait tout, j'ai eu beau lui dire que ça ne servait à rien.... Phobie pathologique des copies - Page 4 2790680366 )


Dernière édition par Iphigénie le Ven 14 Mai 2021, 09:20, édité 1 fois
scot69
scot69
Modérateur

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par scot69 Ven 14 Mai 2021, 09:19
Personnellement, j'ai plutôt une phobie de la copie non-corrigée, je ne supporte pas d'avoir un paquet en attente, j'ai un sentiment d'inaccompli, d'inachevé qui m'est insupportable. Un peu comme de la vaisselle non essuyée.

Après, je précise que j'ai des conditions privilégiées à ce niveau là:

- nous avons des petits effectifs
- gros taux d'absentéisme
- au moins 2 ou 3 copies blanches par paquet
- niveau d'ensemble très faible

Donc, en gros, je prends le métro à Garibaldi, j'ai fini mon paquet à Mermoz. (les gones comprendront)
Iphigénie
Iphigénie
Devin

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Iphigénie Ven 14 Mai 2021, 09:23
@ Voltaire
Mettez des notes, oubliez les barêmes.
J'ai longtemps fait de la double correction avec un barême détaillé (sur 100). Avec mon binôme, on faisait des grilles, on s'échinait à respecter le barême ... et on avait de gros écarts de notation (parce que dans un barême détaillé, chaque sous sous sous question, c'est 0 ou 1 donc si tu es sévère c'est tout le temps 0 et si tu es bienveillant c'est tout le temps 1 et à la fin ça fait un gros écart). A la fin, on notait par "blocs" et on n'avait plus du tout d'écarts.
ah oui! ça aussi bien sûr! tout à fait.
Iphigénie
Iphigénie
Devin

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Iphigénie Ven 14 Mai 2021, 09:24
scot69 a écrit:Personnellement, j'ai plutôt une phobie de la copie non-corrigée, je ne supporte pas d'avoir un paquet en attente, j'ai un sentiment d'inaccompli, d'inachevé qui m'est insupportable. Un peu comme de la vaisselle non essuyée.

Après, je précise que j'ai des conditions privilégiées à ce niveau là:

- nous avons des petits effectifs
- gros taux d'absentéisme
- au moins 2 ou 3 copies blanches par paquet
- niveau d'ensemble très faible

Donc, en gros, je prends le métro à Garibaldi, j'ai fini mon paquet à Mermoz. (les gones comprendront)

ah oui là c'est grave: je supporte tout à fait les deux! Phobie pathologique des copies - Page 4 437980826
eliam
eliam
Expert spécialisé

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par eliam Ven 14 Mai 2021, 09:30
Une passante a écrit:J'ai une collègue de lycée qui corrige dix copies chaque jour, ce peut aussi être une piste (j'avoue, cela ne fonctionne pas pour moi).
Je fais comme ça : je corrige par paquets de 10 et j'attaque immédiatement. Surtout ne pas attendre pour entamer le paquet. Par exemple, s'il y a une récréation juste après le devoir, j'attaque ma première copie. Idem, si des élèves sortent en avance lors d'un bac blanc. Depuis que je fonctionne ainsi les copies se corrigent bien plus vite et ce n'est presque plus une corvée.
avatar
Cath
Enchanteur

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Cath Ven 14 Mai 2021, 09:30
Plus ça va, moins je supporte de corriger des copies.
La raison en est simple : je suis toujours déçue.
clélia
clélia
Habitué du forum

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par clélia Ven 14 Mai 2021, 09:57
Iphigénie a écrit:
c'est ce que j'ai toujours fait: corriger par petits paquets quand j'avais un moment (une fois la tarte au four par exemple Wink ) .
Et toujours pour le bac: paquet divisé en nb de jours dimanches compris et le moins possible par jour: les jours enthousiastes, je prenais un peu d'avance pour les jours sans.
Jamais un paquet d'affilé: gloubs. Et jamais deux devoirs en même temps dans des classes différentes, quand c'est possible!
Les annotations, selon l'élève. Quand bcp bcp de fautes: une partie du devoir à fond mais pas tout ca ne sert à rien.
EN examen jamais d'annotation sauf instinctive genre !!!!!!!

J'applique la technique du paquet divisé en nombre de jours pour les brevets blancs, les rédactions et les gros devoirs de 3e (2 classes de 30 cette année). J'essaie aussi de cibler les annotations c'est-à-dire de me limiter à celles qui ont une chance de faire progresser les élèves. (Par exemple, mes élèves en grande difficulté sont perdus devant leurs copies trop annotées ; pour eux, j'essaie de pointer un ou deux points sur lesquels travailler.) Je n'annote que très légèrement les copies d'examen (juste pour montrer que je les ai bien lues). Je suis en train de réfléchir à une règle pour l'orthographe (par exemple, m'arrêter au bout de 20 fautes) parce que là encore, je doute que couvrir de rouge une rédaction soit d'une grande utilité.

Je promène souvent mes copies : je fréquente beaucoup les salles d'attente (mon fils a un suivi une à deux fois par semaine) et j'en profite pour corriger, en particulier les tests de langue (mais pas seulement). J'ai une pochette en cuir faite par un ami artisan, une espèce de porte-documents avec une pince et une petite planchette dedans pour que ce soit rigide, qui me permet de corriger presque partout. Je sais que le temps des vacances arrive quand je bouquine dans les salles d'attente au lieu de corriger des copies (je crois que le truc de corriger dans les salles d'attente m'a vraiment évité de péter une pile quand les enfants étaient plus petits et que j'étais tout le temps débordée : je faisais d'une pierre deux coups, j'avançais dans mon boulot et je ne râlais pas après tous ces professionnels jamais à l'heure).


Dernière édition par clélia le Ven 14 Mai 2021, 12:15, édité 1 fois

_________________
Il voyagea.
Il connut la mélancolie des paquebots, les froids réveils sous la tente, l’étourdissement des paysages et des ruines, l’amertume des sympathies interrompues.
Il revint.
Il fréquenta le monde, et il eut d’autres amours, encore.
Dorine
Dorine
Niveau 9

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Dorine Ven 14 Mai 2021, 10:03
Une passante a écrit:J'ai une collègue de lycée qui corrige dix copies chaque jour, ce peut aussi être une piste (j'avoue, cela ne fonctionne pas pour moi).
Entre 6 et 9 pour moi selon les jours :
C'est comme pour certains médicaments :
3 matin et soir ou alors, 3 matin, midi et soir. Ça fait passer la pilule mais le traitement est parfois interrompu... Wink
ThomCarver
ThomCarver
Niveau 9

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par ThomCarver Ven 14 Mai 2021, 10:09
J'adore l'idée de ces tampons.. Soyons honnêtes, on se force souvent à l'écrit à freiner nos ardeurs de peur de vexer nos pauvres chérubins..
J'aurais par exemple très envie d'écrire "Médiocre" pour une copie qui obtient un 6 mais à la place, c'est "Ensemble très faible" et même ainsi, j'ai le droit à des RDV de parents parce que "vous comprenez, mon fils a été blessé par ces remarques qui ne sont ni bienveillantes, ni constructives."
Les parents surcouvent leurs enfants, c'est très pénible...
Je me réserve quand même le plaisir d'écrire "SOS" ou "Mes yeux saignent" quand je lis les horreurs suivantes : "Ils veulent croirENT (ba oui les infinitifs s'accordent avec le sujet) ou "Il c'est prendre le temps"...
Pour moi, la bienveillance consiste aussi à faire prendre conscience aux élèves de leurs limites et de leurs faiblesses sans passer par des détours de langage en mode Bisounours. Mon but n'est pas de les braquer mais de les mettre face à une réalité qu'ils ont peine à vouloir entendre (et leurs parents aussi car ils veulent que leurs chouchous soient parfaits).
Sinon, j'aime bien corriger mes copies dans le train, dans le métro, dans un café (quand c'était possible)... Avec un bon gâteau, ça passe mieux.

_________________
Spoiler:
Médée
Médée
Neoprof expérimenté

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Médée Ven 14 Mai 2021, 11:22
Je corrige assez vite les évaluations de conjugaison et de grammaire (souvent le jour-même pour le lendemain). En revanche, comme beaucoup de professeurs de français sans doute, je procrastine pour les rédactions. On a beau les préparer avec des exercices, les textes produits sont un cauchemar à lire : aucune ponctuation (alors qu'on a vu et revu cela), des accords non faits, confusion des homophones (vus et revus également). Bref, c'est désespérant de constater à quel point beaucoup d''élèves ne font aucun effort pour écrire un texte lisible, alors même que pratiquement tout leur est donné d'avance. cafe

_________________
2022-2023 : T5 - TZR forever
2021-2022 : T4 - TZR en remplacements courts  titanic
2020-2021 : T3 - TZR en AFA : 1 collège  woohoo 6e, 5e + PP 5e
2019-2020 : T2 - TZR en AFA : 2 collèges 6e, 5e, 4e + PP 5e
2018-2019 : T1 - TZR en AFA : 3 collèges  Phobie pathologique des copies - Page 4 2164541516  5e, 4e
2017-2018 : Stagiaire en lycée (2nde x2)
Panta Rhei
Panta Rhei
Érudit

Phobie pathologique des copies - Page 4 Empty Re: Phobie pathologique des copies

par Panta Rhei Ven 14 Mai 2021, 11:29
Il m'arrive souvent de demander aux élèves de corriger la copie d'un autre élève. En classe donc. C'est possible sur des évaluations de savoirs type verbes irréguliers par exemple. Je projette la correction et la consigne est la suivante: "soit ce qui est écrit est exactement ce qui est projeté et dans ce cas vous écrivez 1, soit ce qui est écrit n'est pas identique et dans ce cas vous n'écrivez rien".

Avec le temps, je me suis rendu compte que les élèves corrigent pas si mal et acquièrent même de bons réflexes comme mettre la moitié du point s'il y a une petite "faute". Bien sûr, les plus limités n'y arrivent pas et je ne leur en veux pas et je m'occupe de quelques copies illisibles ou presque blanches. Je ramasse les copies à la fin de la séance pour vérifier leur travail de correcteur. D'ailleurs, je leur demande d'écrire: "devoir relu par ... ".

Dans l'ensemble, ça fonctionne pas mal. Cela montre à certains élèves qui ne veulent rien faire qu'il est possible d'apprendre une règle de grammaire, quelques mots de vocabulaire ou la conjugaison du verbe être. Comme en mathématiques, où cela ne choque personnes qu'il faille apprendre des tonnes de formules et faire jusqu'à une quinzaines d'exercices par semaine... (Peut-être une spécificité de mes collègues?)

_________________
Signature:
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum