Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Salsepareille
Neoprof expérimenté

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Salsepareille Dim 22 Aoû 2021 - 13:38
Le problème est que ça ne concerne pas que les élèves malades es. Un élève sain, non vacciné car il n'aurait pas atteint l'âge de 12 ans, sera contraint de rester chez lui. Or les profs sont à bout avec cette histoire de distanciel.
Franchement, mon fils aura 11 ans cette année en 5ème, ça fait 1 an et demie qu'il respecte à la lettre les gestes barrières, et ça me fera très mal au coeur lorsqu'il sera évincé à cause du protocole, et que les profs s'en ficheront un peu (ce que je comprends).
avatar
AmyR
Fidèle du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par AmyR Dim 22 Aoû 2021 - 13:38
@Cassandrine a écrit:
@Enaeco a écrit:
@Cassandrine a écrit:
@Enaeco a écrit: Bulletin officiel n°32 du 9 septembre 2010
https://www.education.gouv.fr/bo/2010/32/mene1020076c.htm

@Enaeco,

Merci. Je ne mets jamais les sujets de contrôle.

Je l'ai appris par un collègue qui se l'est vu reprocher par son inspecteur, texte à l'appui (le collègue était tout aussi ignorant que moi sur ce point).

@Enaeco,
La signature en bas du BO... affraid
Les textes sont mis à jour à chaque changement de ministre pour que ce soit le bon nom qui apparaisse (peut-être pas tous les textes mais je l'ai souvent constaté).
JeanB.
JeanB.
Niveau 5

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par JeanB. Dim 22 Aoû 2021 - 13:40
Je comprends que des collègues fassent ça le soir. J'ai la chance de pouvoir le faire en journée, sans que cela me dérange, et les bons éléments (ce qui regroupe tous les élèves motivés, indépendamment de leurs facilités éventuelles) en tiennent compte.
Cassandrine
Cassandrine
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Cassandrine Dim 22 Aoû 2021 - 13:42
@AmyR a écrit:
@Cassandrine a écrit:
@Enaeco a écrit:
@Cassandrine a écrit:

@Enaeco,

Merci. Je ne mets jamais les sujets de contrôle.

Je l'ai appris par un collègue qui se l'est vu reprocher par son inspecteur, texte à l'appui (le collègue était tout aussi ignorant que moi sur ce point).

@Enaeco,
La signature en bas du BO... affraid
Les textes sont mis à jour à chaque changement de ministre pour que ce soit le bon nom qui apparaisse (peut-être pas tous les textes mais je l'ai souvent constaté).

@AmyR,
Je pense que tu te trompes. Il ne s'agit pas d'une mise à jour. En 2011, JMB était directeur général de l'enseignement scolaire. C'est donc logique que son nom figure sur le BO
avatar
Enaeco
Esprit éclairé

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Enaeco Dim 22 Aoû 2021 - 13:44
C'est bien du Blanquer, à l'époque où il était DGESCO de Luc Chatel.
avatar
AmyR
Fidèle du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par AmyR Dim 22 Aoû 2021 - 13:49
Ah d'accord, merci pour l'information !
Cassandrine
Cassandrine
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Cassandrine Dim 22 Aoû 2021 - 13:52
@Salsepareille a écrit:Le problème est que ça ne concerne pas que les élèves malades es. Un élève sain, non vacciné car il n'aurait pas atteint l'âge de 12 ans, sera contraint de rester chez lui. Or les profs sont à bout avec cette histoire de distanciel.
Franchement, mon fils aura 11 ans cette année en 5ème, ça fait 1 an et demie qu'il respecte à la lettre les gestes barrières, et ça me fera très mal au coeur lorsqu'il sera évincé à cause du protocole, et que les profs s'en ficheront un peu (ce que je comprends).

@Salsepareille,

Cette histoire de continuité pédagogique ou de distanciel est une surcharge de travail pour les enseignants. Un enfant absent (peu importe le motif) rattrape ses cours à l'ancienne (il demande les cahiers à ses copains, ou une photo des cours). De toute façon, les élèves volontaires trouvent toujours une solution pour être à jour. Même si le professeur envoie les cours , les élèves paresseux trouveront toujours une excuse pour ne rien avoir rattrapé.
Cette année, dans une de mes classes, 2 absents Covid et 10 cas contacts. Je n'étais même pas encore informée des absences des élèves et je n'avais pas encore fait cours, que je recevais déjà des messages de parents. Ils me demandaient les cours (parfois de façon autoritaire "Vous devez faire la continuité pédagogique" ). J'ai fait l'effort de mettre un maximum de choses sur l'ENT et finalement ce sont les enfants des parents les plus exigeants qui n'avaient rien rattrapés.
avatar
chmarmottine
Grand Maître

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par chmarmottine Dim 22 Aoû 2021 - 13:57
@Enaeco a écrit:
@Cassandrine a écrit:
@Enaeco a écrit: Bulletin officiel n°32 du 9 septembre 2010
https://www.education.gouv.fr/bo/2010/32/mene1020076c.htm

@Enaeco,

Merci. Je ne mets jamais les sujets de contrôle.

Je l'ai appris par un collègue qui se l'est vu reprocher par son inspecteur, texte à l'appui (le collègue était tout aussi ignorant que moi sur ce point).


Lors de ma dernière inspection, l'IPR me l'a reproché ... Je savais qu'il fallait les déposer puisque lorsqu'on faisait le cahier de texte papier, on y collait les sujets. Mais naïvement, je pensais que cela ne changeait rien de les déposer non pas dans le cahier de texte, mais dans l'espace réservé à chaque classe. J'y avais créé une rubrique "DS" où je mettais tous les sujets. Cela n'a pas convenu à l'inspecteur. Il n'a quand même pas osé l'écrire dans le rapport !
VinZT
VinZT
Doyen

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par VinZT Dim 22 Aoû 2021 - 14:27
@Enaeco a écrit:C'est bien du Blanquer, à l'époque où il était DGESCO de Luc Chatel.

Oui, ça fait un moment qu'il nous veut du bien.

_________________

« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François
« Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui. » Laurence J. Peter
Honchamp
Honchamp
Sage

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Honchamp Dim 22 Aoû 2021 - 14:37
Vu Blanquer en photo dans le JDD.
Il garde la barbe ! Façon Laurent Wauquier.

Bon, j'ai bien conscience que c'est anecdotique et déconnecté des enjeux. Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 4164172953  pingouin  Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 3046774911 Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 3383543560

_________________
"Tu verras bien qu'il n'y aura pas que moi, assise par terre comme ça.."
Isis39
Isis39
Enchanteur

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Isis39 Dim 22 Aoû 2021 - 15:03
@JeanB. a écrit:Je comprends que des collègues fassent ça le soir. J'ai la chance de pouvoir le faire en journée, sans que cela me dérange, et les bons éléments (ce qui regroupe tous les élèves motivés, indépendamment de leurs facilités éventuelles) en tiennent compte.

Je ne fais pas ça forcément le soir. Je n’ai pas toujours le temps. Je le fais quand je peux.
avatar
chmarmottine
Grand Maître

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par chmarmottine Dim 22 Aoû 2021 - 15:06
@Honchamp a écrit:Vu Blanquer en photo dans le JDD.
Il garde la barbe ! Façon Laurent Wauquier.

Bon, j'ai bien conscience que c'est anecdotique et déconnecté des enjeux. Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 4164172953  pingouin  Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 3046774911 Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 3383543560

Il doit appartenir à ceux qui réfléchissent en se rasant ...
Iphigénie
Iphigénie
Enchanteur

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Iphigénie Dim 22 Aoû 2021 - 15:23
Ou qui nous rasent en réfléchissant?
henriette
henriette
Médiateur

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par henriette Dim 22 Aoû 2021 - 15:36
@chmarmottine a écrit:
@Enaeco a écrit:
@Cassandrine a écrit:
@Enaeco a écrit: Bulletin officiel n°32 du 9 septembre 2010
https://www.education.gouv.fr/bo/2010/32/mene1020076c.htm

@Enaeco,

Merci. Je ne mets jamais les sujets de contrôle.

Je l'ai appris par un collègue qui se l'est vu reprocher par son inspecteur, texte à l'appui (le collègue était tout aussi ignorant que moi sur ce point).


Lors de ma dernière inspection, l'IPR me l'a reproché ... Je savais qu'il fallait les déposer puisque lorsqu'on faisait le cahier de texte papier, on y collait les sujets. Mais naïvement, je pensais que cela ne changeait rien de les déposer non pas dans le cahier de texte, mais dans l'espace réservé à chaque classe. J'y avais créé une rubrique "DS" où je mettais tous les sujets. Cela n'a pas convenu à l'inspecteur. Il n'a quand même pas osé l'écrire dans le rapport !
Pour ma part je les "attache" aux notes lorsque je les crée dans Pronote. Mais ils ne sont accessibles aux élèves que s'il n'y a pas d'absents. Sinon, je les mets en même temps que la correction, toujours attachés à la note dans Pronote, lorsque j'ai fait rattraper le contrôle aux absents - ou renoncé à le leur faire rattraper.

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
pseudo-intello
pseudo-intello
Esprit éclairé

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par pseudo-intello Dim 22 Aoû 2021 - 15:39
@Enaeco a écrit:
@Cassandrine a écrit:
@Enaeco a écrit: Bulletin officiel n°32 du 9 septembre 2010
https://www.education.gouv.fr/bo/2010/32/mene1020076c.htm

@Enaeco,

Merci. Je ne mets jamais les sujets de contrôle.

Je l'ai appris par un collègue qui se l'est vu reprocher par son inspecteur, texte à l'appui (le collègue était tout aussi ignorant que moi sur ce point).

Pour les sujets de contrôle, vous me l'apprenez (et c'est vraiment crétin, parce que ça signifie qu'on ne peut pas faire rattraper à un absent le contrôle l'heure suivante).

Sinon, du temps du cahier de textes papier, je collais sans souci le travail et les polys. Parce qu'un élève qui aurait, par exemple, voulu conserver les "annales" de contrôles pour le camarade plus jeune d'un an (je ne chance pas tou tous les ans, hein), auraient eu à :
- aller chercher le gros cahier
- faire les photocopies
- conserver les photocopies sans les perdre, et suffisamment rangées pour s'y retrouver l'année suivante
- se souvenir de l'endroit où les feuilles sont rangées
- donner, de main à main, les feuilles à l'élève plus jeune, qui auraient dû recourir à une logistique de photocopies pour les propager dans la classe.

Maintenant que nous avons Pronote, il suffit d’enregistrer le bazar sur le PC dans un ficher "6e Pseudo-intello" et repasser le machin via Internet ou clé voire le bazarder sur le groupe social de la sixième de l'année suivante.

De ce fait, et pour d'autres raisons assez ressemblantes, j'ai décidé de faire des cours de Mme Manuel, en utilisant le manuel, rien que le manuel, ou presque..
En plus, le CDT sera plus vite rempli. Very Happy




_________________
Publicité:

Mots croisés pour apprendre à lire
Mamusique sur Bandcamp
Ecoutez mes chansons sur Soundcloud
maldoror1
maldoror1
Neoprof expérimenté

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par maldoror1 Dim 22 Aoû 2021 - 16:14
@pseudo-intello a écrit:
@Enaeco a écrit:
@Cassandrine a écrit:
@Enaeco a écrit: Bulletin officiel n°32 du 9 septembre 2010
https://www.education.gouv.fr/bo/2010/32/mene1020076c.htm

@Enaeco,

Merci. Je ne mets jamais les sujets de contrôle.

Je l'ai appris par un collègue qui se l'est vu reprocher par son inspecteur, texte à l'appui (le collègue était tout aussi ignorant que moi sur ce point).

Pour les sujets de contrôle, vous me l'apprenez (et c'est vraiment crétin, parce que ça signifie qu'on ne peut pas faire rattraper à un absent le contrôle l'heure suivante).

Sinon, du temps du cahier de textes papier, je collais sans souci le travail et les polys. Parce qu'un élève qui aurait, par exemple, voulu conserver les "annales" de contrôles pour le camarade plus jeune d'un an (je ne chance pas tou tous les ans, hein), auraient eu à :
- aller chercher le gros cahier
- faire les photocopies
- conserver les photocopies sans les perdre, et suffisamment rangées pour s'y retrouver l'année suivante
- se souvenir de l'endroit où les feuilles sont rangées
- donner, de main à main, les feuilles à l'élève plus jeune, qui auraient dû recourir à une logistique de photocopies pour les propager dans la classe.

Maintenant que nous avons Pronote, il suffit d’enregistrer le bazar sur le PC dans un ficher "6e Pseudo-intello" et repasser le machin via Internet ou clé voire le bazarder sur le groupe social de la sixième de l'année suivante.

De ce fait, et pour d'autres raisons assez ressemblantes, j'ai décidé de faire des cours de Mme Manuel, en utilisant le manuel, rien que le manuel, ou presque..
En plus, le CDT sera plus vite rempli. Very Happy




Oh ben si quand même, il suffit d'attendre un peu avant de saisir le cahier de texte ! En tout cas vous me l'apprenez également : je n'ai jamais déposé les contrôles sur Pronote, et les IPR ne me l'ont jamais reproché (ceci dit, ils n'ont jamais évoqué le cahier de texte non plus).

_________________
" Le monde a commencé sans l'homme et finira sans lui". Lévi-Strauss
avatar
Flo44
Neoprof expérimenté

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Flo44 Dim 22 Aoû 2021 - 16:23
Moi non plus je n'étais pas au courant pour les sujets. On ne nous en a pas parlé à l'Espe, ni mon tuteur (justement, il m'a conseillé de bien faire rattraper les contrôles au retour des élèves, sauf absence de longue durée, certains petits malins s'arrangeant pour être absents le jour du contrôle, évidemment)
Pontorson50
Pontorson50
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Pontorson50 Dim 22 Aoû 2021 - 16:31
@Enaeco a écrit:J'ai rajouté "scolaires" à structures pour préciser ma pensée.

On arrive à vérifier efficacement le pass sanitaire à l'entrée de stades de 30 000 personnes, donc quand on contraint à une vérification stricte, des solutions sont trouvées.

Exemple qui illustre ce que je déplore car les stades c'est :

-facultatif
-quelques dizaines
-tous les trois jours
-dehors pour la plupart (du moins les 30 000 places)

Donc là le contrôle ça marche...Pour les milliers d'écoles recevant des millions d'élèves en obligation 5 ou 6 jours par semaine, c'est irréaliste.
Pontorson50
Pontorson50
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Pontorson50 Dim 22 Aoû 2021 - 16:36
Concernant la persistance du nomadisme professoral, nous sommes en face d'un exemple typique de respect scrupuleux d'une mesure peu utile : des croisements entre élèves quelques secondes par heure en face à face chacun et masqués, en charge virale ça cherchera pas loin, et en aérosolisation moins encore (sinon il y a belle lurette que nous serions tous atteints!) mais c'est une mesure contrôlable et matériellement faisable, donc on fait.
La seule chose efficace et contrôlable, et qui heureusement semble le rester, c'est ce fichu masque.


Dernière édition par Pontorson50 le Dim 22 Aoû 2021 - 16:44, édité 1 fois
Zybulka
Zybulka
Niveau 7

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Zybulka Dim 22 Aoû 2021 - 16:42
@Cassandrine a écrit:Mon propos va peut-être vous sembler maladroit mais je ne comprends pas comment en quelques années (apparition du numérique et Covid) les professeurs ont maintenant l'"obligation" de fournir les cours aux élèves malades. Le MEN a inventé cette expression de continuité pédagogique et nous (les enseignants) nous alourdissons notre charge de travail (car oui même si le numérique permet beaucoup de choses c'est quand même du travail en plus le soir !) .
Au contraire, je ne trouve pas ça maladroit du tout, c'est clair que ça fait partie des choses sur lesquelles on a perdu pendant cette période de pandémie, qui non seulement était pénible à supporter, tant dans la vie perso que pour le taf, mais qui en plus a un impact négatif à long terme sur nos conditions de travail... En l'occurrence, pour l'instant on n'y est pas encore, mais je pense qu'à (pas très long) terme, le doublon "distanciel/présentiel" sera obligatoire, cf par exemple cette proposition de loi de l'an passé, qui finalement n'est pas allée bien loin (mais pour des raisons politiciennes bien plus que pour le fond) :
Inclure l’enseignement distanciel comme un complément voire une solution alternative, afin de pallier des absences imprévues, élèves malades mais qui peuvent suivre les cours à distance, élèves bloqués par l’absence de transports en commun, intempéries... tel est l’objet de la présente PPL.
https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b2967_proposition-loi#

A mon avis, ça ne saurait tarder avant que ça nous tombe dessus, sous cette forme ou sous une autre... De l'intérêt aussi de résister aux injonctions à tout mettre sur pronote, même quand ça ne nous coûte pas grand-chose ou que c'est pour rendre service, parce qu'à terme, ce qui sera devenu une habitude risque fort de devenir une obligation... Je ne sais pas en quelle proportion notre temps de travail a augmenté sur les 18 derniers mois, mais ça me paraît énorme (avec parallèlement une vraie dégradation de la qualité de l'enseignement, enfin en ce qui me concerne en tout cas)...
A Tuin
A Tuin
Grand sage

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par A Tuin Dim 22 Aoû 2021 - 17:01
@Lisak40 a écrit:
@maldoror1 a écrit:
@JeanB. a écrit:
@Isis39 a écrit:

Tu as le temps de le remplir toutes les heures  ? Moi non. D’autant plus si l’on m’oblige à changer de salle toutes les heures.
J'ai la chance d'avoir ma salle. Quand ce n'était pas le cas, je le faisais pendant la pause méridienne, ou pendant la récréation de l'après-midi.

Je remplis tout le soir, à tête (un peu) reposée.

Pareil ici : en intercours, le temps d'effacer le tableau, de vérifier que la classe est dans un état correct (je fais gaffe pendant le cours mais je n'ai que deux yeux et des trucs peuvent échapper à ma vigilance), griffoner 2-3 trucs importants si nécessaires dans mon agenda, sortir les bonnes photocopies ou autres, changer le cours sur l'ordi et autre, ben je n'ai absolument pas le temps pour le cahier de texte !! Et pendant que les élèves sont en activité ou en test, même pas en rêve : il faut surveiller, aider, réexpliquer, aller redire à Jean Kevin de se mettre au travail, à Samantha de ranger son téléphone, à Chanelle de ranger son maquillage, à Enzo de remettre son masque... Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 437980826

Idem, pas le temps en classe. Je fais cours, et quand j'ai fini c'est le moment de faire le cours suivant...
Jenny
Jenny
Médiateur

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Jenny Dim 22 Aoû 2021 - 17:04
L’an dernier, je le remplissais pendant les exos et les contrôles. Mais j’avais des classes exceptionnellement calmes et peu chargées, quasiment que des Terminales. Razz
J’essaye quand même d’être régulière, par les temps qui courent.


Dernière édition par Jenny le Dim 22 Aoû 2021 - 17:28, édité 1 fois
Pontorson50
Pontorson50
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Pontorson50 Dim 22 Aoû 2021 - 17:07
@epekeina.tes.ousias a écrit:Mmm… S'il y a eu 112000 morts en France, c'est peut-être aussi et principalement parce que les moyens de les éviter, vaccins compris (et plus encore médicaments: il n'y a encore qu'une ou deux hypothèses) n'existaient pas. La “sacralisation de l'individu” me semble un principe beaucoup trop général pour tout expliquer — en particulier ce problème spécifique (je ne pense pas, par ex., que Paul Yonnet l'aurait employé ici sans nuance et comme seule clef d'explication).
Par ex., et pour prendre un exemple interne, l'institution scolaire a abandonné depuis un bon moment son action dans les politiques d'hygiène et de santé (qui se déroulent massivement à l'extérieur): il suffit de voir comment réagissent les profs à l'idée qu'ils pourraient devoir y participer (et je ne dis pas que c'est “anormal”: il est difficile de réorganiser ce qui a cessé d'être fait depuis longtemps) pour s'en apercevoir. C'est structurellement que les institutions ne “communiquent” plus (les déficits en matière de santé dans l'EN sont là, tant côté élèves que côté personnels, pour en témoigner). Et tout cela est l'effet de décisions de politiques effectuées sur plusieurs dizaines d'années et non d'une sacralisation de l'individu: mais cela contraste furieusement avec la demande du même pouvoir institutionnel qui est une demande de confiance en matière de protection sanitaire (y a-t-il seulement une majorité de profs qui font confiance à l'EN en la matière?).
Cela correspond assez aux études qui tendent à montrer que l'hésitation et le refus vaccinal témoignent plus de positions politiques que d'un déficit de rationalité — et que donc il s'agit moins, désormais, d'expliquer (en proclamant qu'il y a un “manque de formation”!), que de modifier les positions et les postures des responsables institutionnels (ce que ne font pas les autorités sanitaires, qui continuent, depuis leur formation jusqu'à l'exercice du métier à s'appuyer sur le modèle “PUS” — public understanding of science)… Que, dans ce contexte, l'existence de tendances individualistes joue un rôle, je n'en doute pas, mais peut-être pas à titre de cause absolue. La preuve, c'est que l'opinion publique demande massivement le maintien de l'obligation scolaire (ce qui pourrait s'expliquer par cette cause), mais ne demande pas massivement des mesures de protection effective de leurs enfants (ce qui, par individualisme, serait pourtant logique et devrait être le cas, dans la mesure où les oppositions actuelles, pour fortes qu'elles soient, n'en sont pas moins minoritaires). Du reste, je trouve ce dernier phénomène fort étonnant.

Je suis d'accord pour dire que dans l'urgence de la massification scolaire couplée à la faible croissance économique réelle depuis les années 80, la santé scolaire est budgétairement epsilonesque (sic).

Mais ces explications relevant de la France seule ne me satisfont pas, car c'est bien un échec continental (plus exactement des deux continents les plus travaillés par l'individualisme, l'Amérique et l'Europe), le moindre mal des pays nordiques étant considéré chez les pays efficaces comme un moindre échec, dû d'ailleurs largement à une densification faiblarde de ces régions. La façon dont la Corée du sud la Thaïlande et le Viet Nam ont réussi, c'est d'abord que les juridictions locales acceptent des mises en causes des libertés individuelles autrement pénibles que les nôtres pour sauver l'intérêt collectif. On ne le voit pas que pour les maladies d'ailleurs (cf pouvoir très largement illimité de la police au Japon au nom de la sécurité, ce qu'ont illustré les mésaventures de C Ghosn, et que nous n'accepterions pas en Europe ni aux USA, je précise d'ailleurs que je ne l'accepterais pas non plus, je suis quand même d'un tempérament européen sur ce point, la criminalité est à une moindre échelle dans une démocratie libérale que l'insécurité sanitaire, on n'a pas 100 000 homicides par an en France, mais moins de 1000).

S'agissant de la tolérance par les parents de faibles mesures dans les écoles, il y a à mon sens l'idée que ce qui marcherait à l'école finirait par s'imposer à la famille, or vivre sanitairement barricadé en famille serait une réelle épreuve. Puis sans doute surtout le fait que les enfants ont été quasi totalement épargnés jusqu'ici (le problème c'est qu' il semble que cela change). Un virus frappant prioritairement les jeunes comme la grippe de 1957 verrait fort probablement réclamer des mesures de fermeture totale des lieux de regroupement des enfants. Certes en 1957, ce ne fut pas du tout le cas, mais nous sortions de milliers d'années de fatalisme, en 1957 le DTPolio venait de sortir et les antibiotiques avaient 15 ans. Dans les esprits, la demande de "zéro défaut" pour protéger les enfants était très marginale, tout comme pour les adultes d'ailleurs. Ce qui a permis de vacciner massivement alors même que les effets secondaires des vaccins étaient sans commune mesure plus nombreux et graves qu'en 2021.
avatar
chmarmottine
Grand Maître

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par chmarmottine Dim 22 Aoû 2021 - 17:18
Moi, je le remplis avant les cours : cela me sert de planning. Je modifie à la marge pendant le cours.
C'est un sacré gain de temps.
Proton
Proton
Neoprof expérimenté

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Proton Dim 22 Aoû 2021 - 17:28
Hello les néos
Avez-vous reçu un abonnement au JDD de la part du rectorat ?
Le JDD remplace-t-il le site de l'Education Nationale ?

Communication incroyable ... bientôt il faudra acheter son livre pour avoir le protocole ?


Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Captur36

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Captur37
Lagomorphe
Lagomorphe
Niveau 10

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale - Page 24 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Éducation Nationale

par Lagomorphe Dim 22 Aoû 2021 - 17:30
@Cassandrine a écrit:Cette histoire de continuité pédagogique ou de distanciel est une surcharge de travail pour les enseignants. Un enfant absent (peu importe le motif) rattrape ses cours à l'ancienne (il demande les cahiers à ses copains, ou une photo des cours). De toute façon, les élèves volontaires trouvent toujours une solution pour être à jour. Même si le professeur envoie les cours , les élèves paresseux trouveront toujours une excuse pour ne rien avoir rattrapé.
Cette année, dans une de mes classes, 2 absents Covid et 10 cas contacts. Je n'étais même pas encore informée des absences des élèves et je n'avais pas encore fait cours, que je recevais déjà des messages de parents. Ils me demandaient les cours (parfois de façon autoritaire "Vous devez faire la continuité pédagogique" ). J'ai fait l'effort de mettre un maximum de choses sur l'ENT et finalement ce sont les enfants des parents les plus exigeants qui n'avaient rien rattrapés.

J'ai reçu un message semblable de la part d'un parent. Mais la phrase est erronée : c'est la continuité pédagogique qui doit être assurée (voie passive sans complément d'agent). Et pas nécessairement au professeur de la classe de l'assurer, dès lors qu'il a déjà assuré ses cours en présentiel. Aucune circulaire ou autre guide aux couleurs rococos prétendant le contraire ne tiendrait un quart de seconde devant un tribunal. D'où ma réponse: "Madame, à ce jour je n'ai été destinataire d'aucune information concernant le dispositif mis en place pour assurer la continuité pédagogique au bénéfice des élèves cas-contacts évincés temporairement de l'établissement. Je ne puis donc que vous inviter à vous rapprocher de la Direction de l'établissement à ce sujet. Avec mes regrets.".

Sans suite. Je ne sais pas si le parent a contacté mon CDE ou non, mais si c'est le cas, ce dernier est sans doute trop familier avec la réponse habituelle ("merci de me transmettre le décret qui...") pour tenter vainement d'obtenir du travail supplémentaire non obligatoire et gratuit. Le cahier de texte suffit, et mes élèves passent trop de temps à s'échanger des messages entre les cours pour prétendre être isolés les uns des autres au point de ne pas pouvoir rattraper de manière autonome.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum