Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Baldred
Niveau 9

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par Baldred Lun 22 Nov 2021 - 12:51
Il a occulté, il occulte et il occultera. Le Grenelle sert à ça.  Les partants seront remplacés à  plus bas prix et en statut plus précaire. Je suis rarement d'accord sur le côté " plan préparé", mais là...
Marxou
Marxou
Habitué du forum

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par Marxou Lun 22 Nov 2021 - 13:00
@Baldred a écrit:Il a occulté, il occulte et il occultera. Le Grenelle sert à ça.  Les partants seront remplacés à  plus bas prix et en statut plus précaire. Je suis rarement d'accord sur le côté " plan préparé", mais là...

Donc, contractualisation tous azimuts, avec une armée de réserve d'étudiants non formés, payés à hauteur du smic et conditions de travail encore dégradées puis turn over massif? Et des titulaires qui fuient en masse et qu'on n'arrive plus à recruter?

C'est un cauchemar..
Ha@_x
Ha@_x
Érudit

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par Ha@_x Lun 22 Nov 2021 - 13:07
@Marxou a écrit:Donc, contractualisation tous azimuts, avec une armée de réserve d'étudiants non formés, payés à hauteur du smic et conditions de travail encore dégradées puis turn over massif? Et des titulaires qui fuient en masse et qu'on n'arrive plus à recruter?

Surtout qu'avec les nouveaux stagiaires sans concours (ça fallait l'inventer) tu as ta petite armée de réserve, très mal payée pour assurer quelques cours et boucher quelques trous (toujours moins cher qu'un contractuel qu'il faut payer ou qu'un TZR dont il faut pouvoir disposer). Et on pourrait penser qu'il s'agit d'une armée de réserve captive, mais même pas.
Je connais 3 collègues qui ont pris ce type de stagiaire new-gen' en cette rentrée 2021, et bien devinez quoi....

Spoiler:
Ils ont tous les 3 déjà démissionné  Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 4105177660

Cauchemar, certes @Marxou, mais là on confine à l'absurde, autant en ricaner et on présentera la note aux parents...

_________________
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs
diarise
diarise
Niveau 5

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par diarise Lun 22 Nov 2021 - 13:08
La réserve d'étudiants ne va pas durer bien longtemps dans ces conditions. Parier sur la stupidité/servilité de la jeunesse, c'est dangereux. Pour ma part, j'alerte régulièrement mes anciens professeurs de prépa sur les conditions de travail dans le secondaire. Ça fait quelques années que Capes/agrégation ne sont plus tellement conseillés pour les bons étudiants.
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par epekeina.tes.ousias Lun 22 Nov 2021 - 13:52
D'autant qu'en tout début d'expérience, les étudiants contractualisés (car ils ne sont pas stagiaires) ont bien du mal à tenir les études et la part sous contrat: on en voit déjà qui abandonnent...

_________________
Cdlt Smile
Baldred
Baldred
Niveau 9

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par Baldred Lun 22 Nov 2021 - 14:06
@Marxou a écrit:
@Baldred a écrit:Il a occulté, il occulte et il occultera. Le Grenelle sert à ça.  Les partants seront remplacés à  plus bas prix et en statut plus précaire. Je suis rarement d'accord sur le côté " plan préparé", mais là...

Donc, contractualisation tous azimuts, avec une armée de réserve d'étudiants non formés, payés à hauteur du smic et conditions de travail encore dégradées puis turn over massif? Et des titulaires qui fuient en masse et qu'on n'arrive plus à recruter?

C'est un cauchemar..

Cher Monsieur @Marxou,
Votre présentation claire et concise des orientations les plus subtiles de notre ministère a beaucoup plu en haut lieu et nous serions heureux de donner une suite favorable à toute demande de votre part pour rejoindre notre service enfumage communication, torpillage prospective ou mieux encore massacrage ressources humaines. Votre prix sera le nôtre, on a tellement de pognon qu'on en rend à Bercy.
Affectueusement
le chef du service 87T087J08Y.  Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 2320853811
zigmag17
zigmag17
Sage

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par zigmag17 Lun 22 Nov 2021 - 18:05
Naufrage annoncé par les précédents qui ont eu lieu chez Orange France Telecom etc.
Dans mon lycée ça commence: de nombreux collègues non remplacés + des compositions d'équipes pédagogiques telles que quand il y a un problème, seuls les titulaires plus ou moins aguerris osent monter au créneau et revendiquer, tandis que le gros des troupes (contractuels ou vacataires), subit en silence. La direction joue sur du velours.
Management ++
Humanité --
avatar
chmarmottine
Grand Maître

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par chmarmottine Hier à 12:35
https://misterblueskyblog.wordpress.com/2021/11/27/lettre-ouverte-a-ceux-et-celles-qui-ne-peuvent-veulent-pas-comprendre-pourquoi-les-profs-ne-vont-pas-bien/


Lettre ouverte à ceux et celles qui ne peuvent/veulent pas comprendre pourquoi les profs ne vont pas bien
Publié le 27 novembre 2021 par misterblueskyblog

Il y a environ une heure j’ai eu une discussion animée avec une (jeune) retraitée de l’Education Nationale. Face à mon mal être, à ce burn out qui n’en finit pas de revenir en vague comme le ferait un covid professionnel, elle avait plein de suggestions à me faire. « Fais ci ! », « Tu fais ça !… ». Et là, parce que je pouvais difficilement en placer une, je me suis dit qu’il était là notre drame à nous les profs (et je pense ici principalement aux professeurs de lycée, je le reconnais) : personne ne comprend pourquoi on n’en peut plus. Même des personnes n’ayant aucun a priori contre la profession ne peuvent saisir la situation inextricable et destructrice pour notre psychologie dans laquelle nous nous trouvons plongés. Les propositions qui m’étaient faites avaient pour certaines du sens mais étaient inapplicables… et les autres auraient nécessité des reniements personnels auxquels je ne saurais me résoudre. Car telle est bien là notre position entre le marteau et l’enclume, entre l’abrutissement dans un travail sans cesse plus lourd et insatisfaisant et une abdication en rase campagne des principes qui nous ont fait choisir et durer dans ce métier.
Ajonc35
Ajonc35
Neoprof expérimenté

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par Ajonc35 Hier à 12:53
@chmarmottine a écrit:https://misterblueskyblog.wordpress.com/2021/11/27/lettre-ouverte-a-ceux-et-celles-qui-ne-peuvent-veulent-pas-comprendre-pourquoi-les-profs-ne-vont-pas-bien/


Lettre ouverte à ceux et celles qui ne peuvent/veulent pas comprendre pourquoi les profs ne vont pas bien
Publié le 27 novembre 2021 par misterblueskyblog

Il y a environ une heure j’ai eu une discussion animée avec une (jeune) retraitée de l’Education Nationale. Face à mon mal être, à ce burn out qui n’en finit pas de revenir en vague comme le ferait un covid professionnel, elle avait plein de suggestions à me faire. « Fais ci ! », « Tu fais ça !… ». Et là, parce que je pouvais difficilement en placer une, je me suis dit qu’il était là notre drame à nous les profs (et je pense ici principalement aux professeurs de lycée, je le reconnais) : personne ne comprend pourquoi on n’en peut plus. Même des personnes n’ayant aucun a priori contre la profession ne peuvent saisir la situation inextricable et destructrice pour notre psychologie dans laquelle nous nous trouvons plongés. Les propositions qui m’étaient faites avaient pour certaines du sens mais étaient inapplicables… et les autres auraient nécessité des reniements personnels auxquels je ne saurais me résoudre. Car telle est bien là notre position entre le marteau et l’enclume, entre l’abrutissement dans un travail sans cesse plus lourd et insatisfaisant et une abdication en rase campagne des principes qui nous ont fait choisir et durer dans ce métier.
Je n'ai pas encore tout lu, mais cela commence bien ( une bonne analyse de la vie enseignante). Je vais poursuivre sur un écran plus grand.
parent
parent
Niveau 2

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par parent Hier à 14:09
Hé ben dire mon fils a hésité entre l'X et une ENS (admis aux deux), il veut enseigner, donc a choisi ENS. C'est décourageant, même si je suis bien placé pour voir la déliquescence de la maison Éducation Nationale. Vraiment pas le moral tiens !
diarise
diarise
Niveau 5

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par diarise Hier à 14:17
Un normalien, probablement agrégé, peut-être docteur, n'a pas exactement la même carrière qu'un contractuel ou certifié, ni les mêmes opportunités...


Dernière édition par diarise le Lun 29 Nov 2021 - 14:27, édité 1 fois
parent
parent
Niveau 2

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par parent Hier à 14:23
Rien n'est certain dans cette maison, mais si vous le dites alors wait and see. En attendant, je suis avec vous et comme dirait les jeunes : force à vous !
Voltaire
Voltaire
Niveau 9

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par Voltaire Hier à 14:25
@diarise a écrit:Un normalien, probablement agrégé, peut-être docteur, n'a pas exactement la même carrière qu'un contractuel ou certifié, ni les même opportunités...
Ah ? J'ai dû louper un truc, alors ... je coche les 3 cases, mais j'ai fait soutier de base quand même (en lycée quand même dois je dire) et, n'aurait été l'invention des Titulaires Académiques, je serais restée bien longtemps fort loin de ma famille ... Oops ! Mais je suis une femme, et à l'époque ...
avatar
Sissi d'Autriche
Niveau 4

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par Sissi d'Autriche Hier à 14:27
@parent a écrit:Hé ben dire mon fils a hésité entre l'X et une ENS  (admis aux deux), il veut enseigner, donc a choisi ENS. C'est décourageant, même si je suis bien placé pour voir la déliquescence de la maison Éducation Nationale. Vraiment pas le moral tiens !

1) Propose-lui de venir voir un cours en tant que spectateur.
2) Montre-lui les salaires dans l'EN et les prix de l'immobilier
3) Parle-lui des incivilités des élèves et de l'absence de "challenge" intellectuel que représente notre métier

Je trouve ça d'une tristesse qu'il gâche son potentiel.
diarise
diarise
Niveau 5

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par diarise Hier à 14:29
@Voltaire a écrit:
@diarise a écrit:Un normalien, probablement agrégé, peut-être docteur, n'a pas exactement la même carrière qu'un contractuel ou certifié, ni les même opportunités...
Ah ? J'ai dû louper un truc, alors ... je coche les 3 cases, mais j'ai fait soutier de base quand même (en lycée quand même dois je dire) et, n'aurait été l'invention des Titulaires Académiques, je serais restée bien longtemps fort loin de ma famille ... Oops ! Mais je suis une femme, et à l'époque ...

Je corrige : un normalien qui souhaite avoir à moyen terme une carrière intéressante le peut. Évidemment, chaque cas est unique. Cette école ouvre quand même des portes.
Balthazaard
Balthazaard
Doyen

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par Balthazaard Hier à 14:45
@Ajonc35 a écrit:
@chmarmottine a écrit:https://misterblueskyblog.wordpress.com/2021/11/27/lettre-ouverte-a-ceux-et-celles-qui-ne-peuvent-veulent-pas-comprendre-pourquoi-les-profs-ne-vont-pas-bien/


Lettre ouverte à ceux et celles qui ne peuvent/veulent pas comprendre pourquoi les profs ne vont pas bien
Publié le 27 novembre 2021 par misterblueskyblog

Il y a environ une heure j’ai eu une discussion animée avec une (jeune) retraitée de l’Education Nationale. Face à mon mal être, à ce burn out qui n’en finit pas de revenir en vague comme le ferait un covid professionnel, elle avait plein de suggestions à me faire. « Fais ci ! », « Tu fais ça !… ». Et là, parce que je pouvais difficilement en placer une, je me suis dit qu’il était là notre drame à nous les profs (et je pense ici principalement aux professeurs de lycée, je le reconnais) : personne ne comprend pourquoi on n’en peut plus. Même des personnes n’ayant aucun a priori contre la profession ne peuvent saisir la situation inextricable et destructrice pour notre psychologie dans laquelle nous nous trouvons plongés. Les propositions qui m’étaient faites avaient pour certaines du sens mais étaient inapplicables… et les autres auraient nécessité des reniements personnels auxquels je ne saurais me résoudre. Car telle est bien là notre position entre le marteau et l’enclume, entre l’abrutissement dans un travail sans cesse plus lourd et insatisfaisant et une abdication en rase campagne des principes qui nous ont fait choisir et durer dans ce métier.
Je n'ai pas encore tout lu, mais cela commence bien ( une bonne analyse de la vie enseignante). Je vais poursuivre sur un écran plus grand.

Cela part bien, j'ai cessé de lire quand l'introduction, plutôt juste, a conduit à désigner Blanquer comme le responsable ou tout au moins lui attribuer un responsabilité supérieure aux "autres"..
Le 80% vient de Chevenement je crois, qu'on remplace Blanquer par Peillon, Allègre, Chatel ou d'autres dont l'histoire a déjà effacé les noms, je ne vois absolument pas ce que cela changera dans le désespoir des prof, sauf, peut-être des ardent militants d'un clan ou d'un autre...
Pour moi la décrépitude du système a commencé quand j'y ai mis les pieds, je n'ai jamais vu la moindre réforme qui soit dans le sens de l'amélioration de nos conditions de travail ou plus généralement de notre bien-être...ou alors qu'on me la montre...
Taper sur Blanquer, cela défoule et il le mérite, la réforme du Collège c'était les "autres", on l'a déjà oubliée ?
gauvain31
gauvain31
Empereur

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par gauvain31 Hier à 15:38
Il est effectivement vain d'acculer un seul responsable (même si JM Blanquer était à la DGESCO sous Châtel). C'est tout système néolibéral qui se met en place à l'échelle de l'OCDE depuis le milieu des années 80. Je ne peux que recommander par exemple le livre de Laval "La nouvelle école capitaliste" . Il faut arrêter d'abord pour faire le bon diagnostic sur l'origine des problèmes de raisonner uniquement à l'échelle de la France, même si elle a sa part effectivement et j'ai même envie de dire qu'elle a de plus en plus sa part en appliquant sans broncher les directives de l'OCDE. Ce qui étonne , c'est cette volonté purement française qui s'est exacerbé depuis moins de 10 ans, d'humilier (symboliquement et financièrement) d'une façon ou d'une autre le corps enseignant, comme si on avait des névrosés au niveau de certaines hautes strates du pouvoir qui veulent se venger (Allègre avait ouvert la boîte de Pandore sous Jospin). C'est une attitude propre à la France. Dans aucune pays au monde on ne trouve un tel mépris d'Etat (peut-être les USA). La profession enseignant est aussi en grande partie responsable d'avoir laisser faire (par passivité, à-quoi-bonisme, déni, individualisme, culte crétin du chef (confusion obéissance/servilité), manque/absence de culture politique ou manque d'intérêt pour leur propre métier, liste non exhaustive, rayez les mentions inutiles). Le personnel médical a été beaucoup plus plus virulent. Dans la relation avec un pouvoir en place, tout est question de rapport de force. Le problème de la baisse des salaires des enseignants (entre 15 et 25% sur 20 ans) est telle que même faire un mouvement de grève massif devient compliqué ce qui motive encore plus les pouvoir successifs de ne pas augmenter les salaires enseignants.

Les mensonges, émanant du MEN ( par le biais du ministre ou de la comm' du MEN pour recruter des enseignants) sont aussi une autre façon de déconsidérer le personnel à qui il faut "faire de la pédagogie" (façon de les infantiliser évidemment).

J'ai au moins une conviction : il y a une atmosphère absolument toxique et malsaine qui s'installe de plus en plus de l'EN (l'histoire du bac 2019 a marqué un tournant) et qui s'imprègne aussi dès la formation des stagiaires en les culpabilisant à outrance. Ce n'est pas nouveau certes, mais les témoignages sur ce forum semble montrer que les stagiaires sont soumis à plus de pression qu'il y a 20 ans où ils avaient un service de 6h max hebdomadaires). Et les démissions qu'évoquent Ha@_x ne sont plus étonnantes. Il y a 12 ans une des mes collègues de LP qui venait de France Télécom nous disait de faire attention car ce qui s'est passé à FT pourrait se passer dans l'EN; On y est désormais et beaucoup souhaitent désormais partir. A part que l'EN se trouve piégée par sa propre stratégie puisque si tous les enseignants qui voudraient partir à l'amiable pouvaient partir, le système s’effondrerait.... d'où également les souffrances des personnes "obligées" de rester.

Un article du Monde se demandait pourquoi le MEN avait du mal à répondre au malaise enseignant : question naïve. Il aurait dû se poser la question : le MEN et le monde politique dans son ensemble a -t-il envie de répondre au malaise des enseignants? Pour moi, en France, la réponse est (actuellement) non. Et je ne vois pas d'amélioration après 2022. J'espère me tromper.
Honchamp
Honchamp
Sage

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par Honchamp Hier à 16:09
@Balthazaard a écrit: la réforme du Collège c'était les "autres", on l'a déjà oubliée ?

Perso, non, je ne perd pas une occasion de rappeler le quinquennat Hollande-NVB :

- à mes potes de lycée, qui n'ont pas trop souffert sous NVB.
- à mes potes de collège qui ont la mémoire courte (allemand, latin...). c'est Blanquer qui nous a délivré de la masse des EPIs prévus, et a réintroduit la possibilité d'histoire des Arts seule à l'oral du DNB.
- à tous : le PPCR, même si pour certains d'entre vous, c'est mieux que l'ancien système. Moi, je pense que cela permet des choses délétères au chef d'établissement, s'il est tordu ou peu équitable.
- à Olivier Faure ! Du moins à ses débuts comme responsable du PS, quand il parlait de faire le bilan des années Hollande. J'ai envoyé plusieurs mails sur son mail de député à l'Ass. Nat., lui rappelant que dans le bilan, il fallait inclure les actes de NVB à l'Ed. Nat. (A chaque fois, j'ai eu une réponse courtoise, il faut le préciser !).
- Sur Twitter, dès que je peux. Ou Ici.

J'ai vu avec jubilation dans le film de François Ruffin "Debout les femmes" le "tombeur" de NVB à Villeurbanne : Bruno Bonnell, qui l'a battue aux législatives, et l'a empêchée de revenir à l"Ass.Nat.

Mais le fait est que cela remonte à loin. Effectivement : Jospin, Allègre, le mammouth à dégraisser. "L'élève au centre du système".
Bayrou et Fillon nous ont fichu la paix...
Après, ça  a été de Charybde en Scylla.

Blanquer aura réussi à mettre le bac par terre, avec l'aide du COVID.

@Gauvain31 : belle analyse sur le mépris institutionnel envers les professeurs.

_________________
"Tu verras bien qu'il n'y aura pas que moi, assise par terre comme ça.."
Clecle78
Clecle78
Doyen

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par Clecle78 Hier à 16:17
Fillon voulait passer le bac en contrôle continu tout de même. Il a été viré à temps en 2005.
zigmag17
zigmag17
Sage

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par zigmag17 Hier à 19:33
@Clecle78 a écrit:Fillon voulait passer le bac en contrôle continu tout de même. Il a été viré à temps en 2005.

Fillon n'a pas le bac???!!! Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 437980826
Balthazaard
Balthazaard
Doyen

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par Balthazaard Hier à 19:45
@Clecle78 a écrit:Fillon voulait passer le bac en contrôle continu tout de même. Il a été viré à temps en 2005.

Je cite un vieil article de Libé, j'ai peu de souvenirs sur la chose.
"Un bac pour moitié en contrôle continu. Tout en prenant des pincettes ­ «mes propositions feront l'objet de débat avec les organisations syndicales et le Parlement» ­, François Fillon a lancé hier un pavé dans la marre en annonçant sur France 2 une réforme du baccalauréat, confirmant les informations publiées dès hier dans Libération. «Notre système est trop compliqué et nécessite une organisation de plus en plus périlleuse.» Son idée : garder seulement six matières pour l'examen final ­ contre dix ou douze aujourd'hui. Et passer l'autre moitié en contrôle continu. Des lycéens y sont opposés : l'examen final garantit l'anonymat."

Six matières pour l'examen final contre dix ou douze, je ne sais pas d'où sortent ces chiffres mais on est très loin de la sauce Blanquer.

De mémoire quand j'ai passé le bac en 77 j'ai eu 4 matières obligatoires + eps (à part en ce qui concerne l'organisation), le français en anticipé et une matière en option... (soit six en term)  l'oral de rattrapage (en dessous de 12!!)  en rajoutait deux je crois
Si en 2004 il y avait jusqu'à 12 matières réellement, c'est une inflation quand même assez critiquable

Je n'ai pas du tout l'impression que les lycéens des deux année passées aient regretté le bac en CC (pas mal peuvent dire ouf...)
pseudo-intello
pseudo-intello
Esprit éclairé

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par pseudo-intello Hier à 20:16
En 2001, j'ai passé :
1- philo
2- histoire-géo
3- lettres
4- anglais
5- allemand
6- latin
7- enseignement scientifique (maths, cette année-là)
8- espagnol (oral)

9- EPS : contrôle continu
10- informatique : contrôle continu / projééé

11 et 12 : français en 1ère.

Bref, 8 épreuves en présence en fin de terminale. Alors que j'avais deux options facultatives (dont une en CC).

_________________
Publicité:

Mots croisés pour apprendre à lire
Mamusique sur Bandcamp
Ecoutez mes chansons sur Soundcloud
zigmag17
zigmag17
Sage

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par zigmag17 Hier à 20:18
@Clecle78 a écrit:Fillon voulait passer le bac en contrôle continu tout de même. Il a été viré à temps en 2005.

Et en plus il a été exclu???!!! Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 437980826
zigmag17
zigmag17
Sage

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par zigmag17 Hier à 20:23
Le contrôle continu c'est un truc génial que même l'élève le plus retors n'aurait osé imaginer dans ses rêves les plus fous: grâce à cet ingénieux système, 90% d'une mienne promo de bac pro dite "Bac covid" composée de losers cinq étoiles, se sont retrouvés propriétaires du Sésame qui leur a permis d'être au chômage avec dignité. Parce que les employeurs eux, ne bossent pas en contrôle continu mais EN CONTINU, et ça fait une sacrée différence pour des lauréats habitués à glander depuis des temps immémoriaux.
Clecle78
Clecle78
Doyen

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par Clecle78 Hier à 20:27
@zigmag17 a écrit:
@Clecle78 a écrit:Fillon voulait passer le bac en contrôle continu tout de même. Il a été viré à temps en 2005.

Et en plus il a été exclu???!!! Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 437980826
C'était le bon temps !
zigmag17
zigmag17
Sage

Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme - Page 7 Empty Re: Crise de la "vocation"...et toutes les ambiguïtés du terme

par zigmag17 Hier à 20:30
Razz Razz
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum