Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
epekeina.tes.ousias
Modérateur

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par epekeina.tes.ousias Jeu 23 Juin 2022 - 9:50
Puck a écrit:Je suis tout à fait d’accord avec toi, e.t.o. Et je constate, une fois de plus, que l’affaire Mila, par exemple, malgré les condamnations n’a pas servi de leçon. Il faut, à tout prix, à l’abri derrière son écran, laisser une trace de bavure la plus sordide possible…

C'est qu'il est très difficile de lutter contre ses propres pulsions. Par ex., quand on est au volant et qu'on se fait doubler à toute vitesse alors qu'il y a une ligne continue: en général, on a peur et on “réagit” (“non mais quel ***!”). Certains vont au-delà et s'exclament: “Va mourir”. D'autres encore, accélèrent, veulent rattraper le délinquant et lui infliger une “leçon”… Imaginons qu'il se passerait, s'ils pouvaient depuis leur volant, lancer un message à tous les autres conducteurs qui indiquerait le numéro d'immatriculation, le descriptif du véhicule et de son conducteur…

uneodyssée a écrit:Enfin, Valle, dans l’article de France Info, je lis ceci :
Ces élèves du comité lycéen Charlemagne apportent toutefois également leur soutien à la CPE, car "les menaces proférées" à son encontre "sont inacceptables et totalement éloignées de nos valeurs".
Que te faut-il de plus ?

N’est-il pas possible de défendre les deux, sur des plans totalement différents ?
Si réellement cette collègue a mal agi envers l’élève, cela doit être reconnu. L’institution doit être respectable pour être respectée, et vouloir étouffer les choses est contre-productif.
Encore une fois, je ne me prononce pas, je dis : si cela est avéré.
(Et je redis que mon expérience ne me permet pas d’écarter a priori cette hypothèse).

Par ailleurs, bien évidemment, les auteurs des menaces doivent être punis et elle doit en être protégée.
Ma position est claire : même le pire des assassins n’a pas à subir ce genre de choses. On n’a pas besoin d’être irréprochable pour cela ! Je rappelle que la France a aboli la peine de mort… Donc, quels que puissent être les griefs à l’encontre de qui que ce soit, ce ou cette qui que ce soit doit être protégée, et ceux qui le ou la menacent condamnés.

En résumé : soutien à l’élève si sa version est avérée ; soutien inconditionnel à la personne menacée de mort.

Tout à fait d'accord — et avec une chronologie dans les urgences en raison de la gravité.
D'abord soutien à la personne menacée de mort; ensuite action de justice éventuelle selon les faits.
De même, on ranime d'abord la personne qui vient de faire un infarctus, on s'occupe seulement ensuite d'une fracture ou d'autres lésions moins urgentes.
beaverforever
beaverforever
Habitué du forum

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par beaverforever Jeu 23 Juin 2022 - 10:00
epekeina.tes.ousias a écrit:C'est ce que Canetti appelait, il y a 60 ans, la “meute” — et elle se démultiplie à l'occasion de la multiplication des contacts par les réseaux sociaux. Un rien peut en déclencher l'apparition et les membres de la meute ne peuvent pas s'arrêter ni se modérer. Les suites, on les connaît, on en a l'expérience depuis longtemps (le lynchage ne date pas d'hier): ce qui est nouveau, c'est que personne n'est à l'abri et que tout ceux qui exercent un métier au contact du public peuvent être désignés en cibles, et que les possibilités actuelles de communication peuvent élever la “meute” à la quantité d'une “masse”. Et ça peut tomber sur n'importe qui.
Je suis d'accord avec ton analyse et j'y ajouterai une dimension sociale et anthropologique. On voit souvent sur les réseaux sociaux des individus défendre avec conviction et acharnement des positions extrêmes ou des affirmations farfelues. Alors bien sûr, cela est possible grâce au relatif anonymat des réseaux sociaux, mais aussi parce que les individus qui tiennent ses propos en retirent un bénéfice social. En affichant ces idées, ils montrent leur adhésion à un groupe social pour y acquérir une position de prestige. C'est un signal destiné à une micro-hiérarchie sociale. Le gain de prestige local est supérieur, sur le moment, au risque d'ostracisation à l'échelle de la société. Et force est de constater que, comme les auteurs de menaces ou d'affirmations farfelues ne sont pas punis ou ostracisés dans la plupart des cas, ils agissent rationnellement pour maximiser le position sociale (locale).

Ceci dit, si cela est une cause importante de ce type de comportement (ce dont je n'ai pas la preuve), c'est aussi en partie rassurant. Les auteurs de ses paroles n'adhèrent pas complètement à ces croyances ou peuvent les mélanger avec d'autres éléments contradictoires. Les partisans d'une responsabilité gouvernementale dans les attaques du 11 septembre 2001 viennent sans crainte à leur convention organisée à... Washington DC. On peut supposer que pour les auteurs de menaces de mort, seule une infime minorité penserait sérieusement à mettre en œuvre ses propos.

Évidemment, ce mécanisme de production ne doit pas conduire à minimiser les effets catastrophiques de ces menaces publiques et croyances farfelues : traumatisme pour la personne menacée de mort, assassinat de Samuel Paty ou assaut de Capitol; mais plutôt conduire à créer des contre-mesures : algorithmes qui bloquent la récompense de prestige social lié à ces comportements.
uneodyssée
uneodyssée
Habitué du forum

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par uneodyssée Jeu 23 Juin 2022 - 10:26
epekeina.tes.ousias a écrit:
Puck a écrit:Je suis tout à fait d’accord avec toi, e.t.o. Et je constate, une fois de plus, que l’affaire Mila, par exemple, malgré les condamnations n’a pas servi de leçon. Il faut, à tout prix, à l’abri derrière son écran, laisser une trace de bavure la plus sordide possible…

C'est qu'il est très difficile de lutter contre ses propres pulsions. Par ex., quand on est au volant et qu'on se fait doubler à toute vitesse alors qu'il y a une ligne continue: en général, on a peur et on “réagit” (“non mais quel ***!”). Certains vont au-delà et s'exclament: “Va mourir”. D'autres encore, accélèrent, veulent rattraper le délinquant et lui infliger une “leçon”… Imaginons qu'il se passerait, s'ils pouvaient depuis leur volant, lancer un message à tous les autres conducteurs qui indiquerait le numéro d'immatriculation, le descriptif du véhicule et de son conducteur…

uneodyssée a écrit:Enfin, Valle, dans l’article de France Info, je lis ceci :
Ces élèves du comité lycéen Charlemagne apportent toutefois également leur soutien à la CPE, car "les menaces proférées" à son encontre "sont inacceptables et totalement éloignées de nos valeurs".
Que te faut-il de plus ?

N’est-il pas possible de défendre les deux, sur des plans totalement différents ?
Si réellement cette collègue a mal agi envers l’élève, cela doit être reconnu. L’institution doit être respectable pour être respectée, et vouloir étouffer les choses est contre-productif.
Encore une fois, je ne me prononce pas, je dis : si cela est avéré.
(Et je redis que mon expérience ne me permet pas d’écarter a priori cette hypothèse).

Par ailleurs, bien évidemment, les auteurs des menaces doivent être punis et elle doit en être protégée.
Ma position est claire : même le pire des assassins n’a pas à subir ce genre de choses. On n’a pas besoin d’être irréprochable pour cela ! Je rappelle que la France a aboli la peine de mort… Donc, quels que puissent être les griefs à l’encontre de qui que ce soit, ce ou cette qui que ce soit doit être protégée, et ceux qui le ou la menacent condamnés.

En résumé : soutien à l’élève si sa version est avérée ; soutien inconditionnel à la personne menacée de mort.

Tout à fait d'accord — et avec une chronologie dans les urgences en raison de la gravité.
D'abord soutien à la personne menacée de mort; ensuite action de justice éventuelle selon les faits.
De même, on ranime d'abord la personne qui vient de faire un infarctus, on s'occupe seulement ensuite d'une fracture ou d'autres lésions moins urgentes.

Tu as raison. Mon plan était «partir du moins important pour terminer sur le plus important», pas un ordre de priorité.
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par epekeina.tes.ousias Jeu 23 Juin 2022 - 11:02
beaverforever a écrit:
Je suis d'accord avec ton analyse et j'y ajouterai une dimension sociale et anthropologique. On voit souvent sur les réseaux sociaux des individus défendre avec conviction et acharnement des positions extrêmes ou des affirmations farfelues. Alors bien sûr, cela est possible grâce au relatif anonymat des réseaux sociaux, mais aussi parce que les individus qui tiennent ses propos en retirent un bénéfice social. En affichant ces idées, ils montrent leur adhésion à un groupe social pour y acquérir une position de prestige. C'est un signal destiné à une micro-hiérarchie sociale. Le gain de prestige local est supérieur, sur le moment, au risque d'ostracisation à l'échelle de la société. Et force est de constater que, comme les auteurs de menaces ou d'affirmations farfelues ne sont pas punis ou ostracisés dans la plupart des cas, ils agissent rationnellement pour maximiser le position sociale (locale).

Ceci dit, si cela est une cause importante de ce type de comportement (ce dont je n'ai pas la preuve), c'est aussi en partie rassurant. Les auteurs de ses paroles n'adhèrent pas complètement à ces croyances ou peuvent les mélanger avec d'autres éléments contradictoires. Les partisans d'une responsabilité gouvernementale dans les attaques du 11 septembre 2001 viennent sans crainte à leur convention organisée à... Washington DC. On peut supposer que pour les auteurs de menaces de mort, seule une infime minorité penserait sérieusement à mettre en œuvre ses propos.

Évidemment, ce mécanisme de production ne doit pas conduire à minimiser les effets catastrophiques de ces menaces publiques et croyances farfelues : traumatisme pour la personne menacée de mort, assassinat de Samuel Paty ou assaut de Capitol; mais plutôt conduire à créer des contre-mesures : algorithmes qui bloquent la récompense de prestige social lié à ces comportements.

Oui, je pense que le mécanisme dont tu parles doit aussi jouer un rôle.
J'étais tombé, il y a quelques années, sur un passage de Durkheim (dans L'éducation morale, p.274 de l'édition de 1925):
“Il y a du plaisir à dire nous, au lieu de dire moi, parce que qui est en droit de dire nous sent derrière soi quelque chose, un appui, une force sur laquelle il peut compter, force bien plus intense que celle dont disposent les individus isolés. Et ce plaisir est d’autant plus grand que nous pouvons dire nous avec plus d’assurance et de conviction.”

Le sens que Durkheim attribue à ses propos m'intéresse moins qu'autre chose: c'est assez terrifiant, si l'on y songe, que ce “plaisir de dire nous”. Cela permet à la fois de se conforter dans sa propre position en disant “nous” à la place de “je” et (donc) d'évacuer sa propre responsabilité. C'est de plus un: “ça n'est pas moi qui le dit, c'est tout le monde” (donc, je ne suis pas seul, je peux y aller sans retenue, etc.). À partir de là, le groupe — surtout érigé en meute “justicière” — peut “séduire” les ego fragiles qui cherchent un exutoire à ce dont ils se croient victimes, et les individus qui éprouvent telle ou telle forme de ressentiment (ce qu'ils disent par l'expression: “être offensé”) peuvent trouver une voie pour exprimer leur colère et la diriger vers un but: et vers un but “direct” (=faire souffrir quelqu'un). Qui plus est, ils sont “reconnus” par un groupe, plus ou moins important et plus ou moins installé, mais qui leur confère un prestige et une valeur: ils acquièrent cette position sociale, dont tu parles à mon avis à raison.

_________________
Si tu vales valeo.
Halybel
Halybel
Neoprof expérimenté

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par Halybel Jeu 23 Juin 2022 - 11:23
epekeina.tes.ousias a écrit:
beaverforever a écrit:
Je suis d'accord avec ton analyse et j'y ajouterai une dimension sociale et anthropologique. On voit souvent sur les réseaux sociaux des individus défendre avec conviction et acharnement des positions extrêmes ou des affirmations farfelues. Alors bien sûr, cela est possible grâce au relatif anonymat des réseaux sociaux, mais aussi parce que les individus qui tiennent ses propos en retirent un bénéfice social. En affichant ces idées, ils montrent leur adhésion à un groupe social pour y acquérir une position de prestige. C'est un signal destiné à une micro-hiérarchie sociale. Le gain de prestige local est supérieur, sur le moment, au risque d'ostracisation à l'échelle de la société. Et force est de constater que, comme les auteurs de menaces ou d'affirmations farfelues ne sont pas punis ou ostracisés dans la plupart des cas, ils agissent rationnellement pour maximiser le position sociale (locale).

Ceci dit, si cela est une cause importante de ce type de comportement (ce dont je n'ai pas la preuve), c'est aussi en partie rassurant. Les auteurs de ses paroles n'adhèrent pas complètement à ces croyances ou peuvent les mélanger avec d'autres éléments contradictoires. Les partisans d'une responsabilité gouvernementale dans les attaques du 11 septembre 2001 viennent sans crainte à leur convention organisée à... Washington DC. On peut supposer que pour les auteurs de menaces de mort, seule une infime minorité penserait sérieusement à mettre en œuvre ses propos.

Évidemment, ce mécanisme de production ne doit pas conduire à minimiser les effets catastrophiques de ces menaces publiques et croyances farfelues : traumatisme pour la personne menacée de mort, assassinat de Samuel Paty ou assaut de Capitol; mais plutôt conduire à créer des contre-mesures : algorithmes qui bloquent la récompense de prestige social lié à ces comportements.

Oui, je pense que le mécanisme dont tu parles doit aussi jouer un rôle.
J'étais tombé, il y a quelques années, sur un passage de Durkheim (dans L'éducation morale, p.274 de l'édition de 1925):
Il y a du plaisir à dire nous, au lieu de dire moi, parce que qui est en droit de dire nous sent derrière soi quelque chose, un appui, une force sur laquelle il peut compter, force bien plus intense que celle dont disposent les individus isolés. Et ce plaisir est d’autant plus grand que nous pouvons dire nous avec plus d’assurance et de conviction.”

Le sens que Durkheim attribue à ses propos m'intéresse moins qu'autre chose: c'est assez terrifiant, si l'on y songe, que ce “plaisir de dire nous”. Cela permet à la fois de se conforter dans sa propre position en disant “nous” à la place de “je” et (donc) d'évacuer sa propre responsabilité. C'est de plus un: “ça n'est pas moi qui le dit, c'est tout le monde” (donc, je ne suis pas seul, je peux y aller sans retenue, etc.). À partir de là, le groupe — surtout érigé en meute “justicière” — peut “séduire” les ego fragiles qui cherchent un exutoire à ce dont ils se croient victimes, et les individus qui éprouvent telle ou telle forme de ressentiment (ce qu'ils disent par l'expression: “être offensé”) peuvent trouver une voie pour exprimer leur colère et la diriger vers un but: et vers un but “direct” (=faire souffrir quelqu'un). Qui plus est, ils sont “reconnus” par un groupe, plus ou moins important et plus ou moins installé, mais qui leur confère un prestige et une valeur: ils acquièrent cette position sociale, dont tu parles à mon avis à raison.

J'ajoute aussi que dire "nous" évite aussi de confronter ses propres paradigmes et ses certitudes. La remise en question de soi demande une puissante introspective et il a été démontré que des blocages mentaux sont à l'œuvre face à cela. Si on dit "nous", on légitime sa position. La meute agit de la même manière mais c'est pareil pour les groupes complotistes. Le "nous" donne une force à ses propres certitudes, en cela qu'elles sont partagées.

Nombreux sont ceux qui vont sur les réseaux sociaux et s'associent à des mouvements car cela suit leur mouvance de pensée et les rassure. Ils se persuadent entre eux du bien fondé de leur pensée. C'est assez fort notamment quand on voit les déformations historiques de l'extrême droite (Mussolini serait de gauche, Hitler pareil) qui sont partagées partout et surtout répétés en boucle même si cela est démonté par des arguments factuels. Ils savent, je l'espère en leur fort intérieur, que c'est faux, mais il le répète à l'envie car c'est la "convention sociale" unanimement partagée par le groupe auquel ils souhaitent appartenir.

_________________
Je soigne ma dyslexie pardon si elle ressort trop parfois.
Le téléphone ne m’aide pas.
Reine Margot
Reine Margot
Demi-dieu

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par Reine Margot Jeu 23 Juin 2022 - 11:26
Celadon a écrit:Menacée de mort mais très très soutenue.

heureusement, encore.

_________________
Quand tout va mal, quand il n'y a plus aucun espoir, il nous reste Michel Sardou
La famille Bélier
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par epekeina.tes.ousias Jeu 23 Juin 2022 - 11:26
Halybel a écrit:J'ajoute aussi que dire "nous" évite aussi de confronter ses propres paradigmes et ses certitudes. La remise en question de soi demande une puissante introspective et il a été démontré que des blocages mentaux sont à l'œuvre face à cela.  Si on dit "nous", on légitime sa position. La meute agit de la même manière mais c'est pareil pour les groupes complotistes. Le "nous" donne une force à ses propres certitudes, en cela qu'elles sont partagées.

Nombreux sont ceux qui vont sur les réseaux sociaux et s'associent à des mouvements car cela suit leur mouvance de pensée et les rassure. Ils se persuadent entre eux du bien fondé de leur pensée. C'est assez fort notamment quand on voit les déformations historiques de l'extrême droite (Mussolini serait de gauche, Hitler pareil) qui sont partagées partout et surtout répétés en boucle même si cela est démonté par des arguments factuels. Ils savent, je l'espère en leur fort intérieur, que c'est faux, mais il le répète à l'envie car c'est la "convention sociale" unanimement partagée par le groupe auquel ils souhaitent appartenir.

Je suis tout à fait d'accord avec toi. C'est que j'essayais d'exprimer en employant l'expression “évacuer sa propre responsabilité”: autrement dit, la “pensée du nous” dispense l'individu de faire le moindre effort pour “peser ses propres pensées”. Il est prêt pour toutes les aventures.

Ajout: À la condition de sacrifier son “je” au groupe, il obtient en échange une puissance supplémentaire — et plus le groupe est autoritaire, plus le groupe est agressif, plus grande est la puissance qu'il obtient en échange de son “adhésion” ou de son “engagement”.


Dernière édition par epekeina.tes.ousias le Jeu 23 Juin 2022 - 11:28, édité 1 fois

_________________
Si tu vales valeo.
Reine Margot
Reine Margot
Demi-dieu

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par Reine Margot Jeu 23 Juin 2022 - 11:28
Jacq a écrit:

Je pense à une de mes élèves, la petite Anissa, qui enlève bien gentiment son voile en arrivant au lycée... Comment je fais l'année prochaine (elle est en première) si elle vient et doit enlever son voile à l'entrée alors que Fatima (personne inventée pour le coup) vient avec son foulard passer la même épreuve ?  Anissa doit enlever son voile et pas Fatima ?
Je n'ai jamais été confronté à la situation, je me pose donc la question.


Ben il y en a une qui est scolarisée dans le public, et l'autre dans le privé (souvent confessionnel).

_________________
Quand tout va mal, quand il n'y a plus aucun espoir, il nous reste Michel Sardou
La famille Bélier
beaverforever
beaverforever
Habitué du forum

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par beaverforever Jeu 23 Juin 2022 - 11:34
Halybel a écrit:Ils savent, je l'espère en leur fort intérieur, que c'est faux, mais il le répète à l'envie car c'est la "convention sociale" unanimement partagée par le groupe auquel ils souhaitent appartenir.
C'est à la fois le respect d'une norme sociale locale, mais aussi une démonstration de force d'appartenance au groupe. Comme, lorsqu'avant un duel rituel, l'un des participants se scarifie avec sa propre arme. Cela peut paraître absurde avec une rationalité immédiate, mais c'est parfaitement logique en terme de signal envoyé aux membres de mon groupe et à l'adversaire : "je suis deadly serious, soyez témoin de mon engagement pour le groupe".
Shakti
Shakti
Niveau 6

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par Shakti Jeu 23 Juin 2022 - 12:34
valle a écrit:Le traitement de l'information de la part des médias et des acteurs locaux me semble un peu inquiétante.
Je réagis notamment à ce dernier lien vers France info :
- Les sources locales citées mélangent, comme il a été dit, le fait que la lycéenne ne pouvait pas porter son voile avec une réaction apparemment peu professionnelle de la CPE : elle "ne demandait qu'à passer son bac dans des bonnes conditions". Indépendamment de notre jugement moral ou de ce que nous en pensions, la demande ou la tentative de l'élève était irrecevable. Mais ce qui est pire c'est d'être incapable de décorreler la demande de l'élève du jugement sur la CPE, comme si le fait que la demande de l'élève porte sur telle ou telle affaire rajoutait une couche de culpabilité*. Aucun essai de séparer une réaction prétenduement excessive et de la juger en tant que telle.
Et, en plus, la question soulevé plus haut. Je ne comprends pas à quel moment un acteur local témoigne à une chaîne sans exiger que les premiers propos rapportés soient "Nous ne pouvons pas tolérer qu'une personne soit menacé de mort". J'y vois le même problème que tout à l'heure : comme s'il fallait produire d'abord un jugement moral sur l'affaire (qui cherchait à faire quoi et qui avait raison) pour ce prononcer.
Je ne peux en plus que m'étonner que les menaces n'y soient citées que pour parler de leurs effets sur la candidate, en oubliant de mentionner qu'elles portent notamment préjudice à la personne menacée...

Bref, un besoin d'avoir rapidement une vision morale globale de l'histoire, de "découvrir" s'il s'agit d'une affaire de communautarisme, d'islamophobie ou de laïcité, pour se positionner du côté du "bien".
Il n'y a pas de peine de mort pour l'islamophobie en France, être agent public et islamophobe ne justifie pas une menace de mort et, en plus, il est même possible de condamner les menaces sans se voir obligé d'ajouter juste après "bien que la réaction de la CPE soit critiquable".

(*) C'est en fait une façon de commencer par la fin : ce type de formulations laissent comprendre qu'il s'agit d'une réaction islamophobe ou raciste, cas dans lequel en en effet la motivation aggrave l'affaire, qui reste toutefois indépendant de la demande de passer son épreuve "dans les meilleures conditions".

Outre les commentaires très justes de  @epekeina.tes.ousias et de  @beaverforever sur toutes ces dimensions du phénomène de "meute" (voire de mimétisme, j'adore les analyses de Girard...), je m'inquiète beaucoup aussi du traitement de ce type d'"affaires" dans les médias frappé par une réelle incapacité à conserver une objectivité professionnelle étayée concrètement sur les faits et rien que les faits. Pas d'enquête ou vite faite, des approximations, des jugements "moraux" qui viennent alimenter le moulin à "on-dit" et qui jouent avec la réputation et la vie de professionnels. Les témoignages seraient à relayer avec toutes les précautions d'usage car ça s'encadre un témoignage, ça se contextualise et quand on ne sait pas qui parle, on ne sait pas pourquoi il ou elle le fait.
zigmag17
zigmag17
Doyen

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par zigmag17 Jeu 23 Juin 2022 - 12:37
J'ai l'impression qu'on est passés de l'ère de "Dépêches de l'AFP" à l'ère " Tweets de chez re-tweets", cette dernière justifiant tout un tas de reprises d'infos parfois erronées.
Halybel
Halybel
Neoprof expérimenté

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par Halybel Jeu 23 Juin 2022 - 12:56
zigmag17 a écrit:J'ai l'impression qu'on est passés de l'ère de "Dépêches de l'AFP" à l'ère " Tweets de chez re-tweets", cette dernière justifiant tout un tas de reprises d'infos parfois erronées.

Des "éditorialistes" comme Enthoven reprennent des fakes news avec un petit commentaire sarcastique qui est repris à la volée par tous. Alors certes parfois il se reprend mais le mal est déjà fait ... Donc autant dire qu'on est pas sorti des ronces.

_________________
Je soigne ma dyslexie pardon si elle ressort trop parfois.
Le téléphone ne m’aide pas.
Reine Margot
Reine Margot
Demi-dieu

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par Reine Margot Jeu 23 Juin 2022 - 13:06
Le problème avec ces réseaux sociaux c'est qu'ils incitent à s'exprimer trop vite, sous le coup de l'émotion, et personne n'est vraiment à l'abri.
Pas vraiment le meilleur endroit pour débattre sereinement.

_________________
Quand tout va mal, quand il n'y a plus aucun espoir, il nous reste Michel Sardou
La famille Bélier
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par epekeina.tes.ousias Jeu 23 Juin 2022 - 13:12
Reine Margot a écrit:Le problème avec ces réseaux sociaux c'est qu'ils incitent à s'exprimer trop vite, sous le coup de l'émotion, et personne n'est vraiment à l'abri.
Pas vraiment le meilleur endroit pour débattre sereinement.

Je dirais plutôt que la société y encourage, que le commerce de réseaux sociaux a tout intérêt à laisser faire (le “clic”, ça paie, ça rapporte gros) et que ce commerce refuse d'intervenir, de même que le législateur prétend qu'il n'a pas à le faire.
A contrario, est-ce qu'ici (sur un forum!) il est réellement impossible de dire quoi que ce soit sans céder à l'emportement et à des pulsions malsaines?

_________________
Si tu vales valeo.
uneodyssée
uneodyssée
Habitué du forum

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par uneodyssée Jeu 23 Juin 2022 - 13:32
Ce forum n’échappe pas à la règle, il est lui aussi un réseau social, bien évidemment.
Je n’y vois que deux spécificités.
1/ Ses membres sont triés – ce n’est pas forcément un gage de qualité des interventions en soi bien sûr ! – et se savent tous collègues, ça change un peu les termes de l’échange.
2/ Aucun algorithme n’encourage l’outrance ; au contraire il y a une modération humaine capable d’intervenir.

Mais cela ne met personne à l’abri d’un post écrit sous le coup de l’émotion, ni d’un malentendu, ni de tentatives de soigner son égo, ni d’une divergence irréconciliable qui vire aux noms d’oiseaux… Pourquoi serions-nous moins humains que les autres ? Simplement nous choisissons de nous exprimer dans un cadre policé, même si parfois il faut nous rappeler à l’ordre.
Mélusine2
Mélusine2
Niveau 8

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par Mélusine2 Jeu 23 Juin 2022 - 14:53
Je n'ai pas le temps ni la patience de vérifier (corrections de bac), mais il me semble que la CPE s'est trompée : il n'y a pas d'interdiction des signes religieux ostentatoires au moment du bac, qui n'est plus soumis aux règles du secondaire. On vérifie juste qu'il n'y a pas d’écouteurs sous le voile. Ceci dit - et vous me corrigerez si je me trompe-, peu importe : on ne menace pas de mort. Ça, on est absolument sûr que c'est interdit ! Et rien de rien n'excuse pareille dérive, dont on sait qu'elle peut avoir des conséquences tout sauf virtuelles.
Peu m'importe que la CPE se soit trompée, se soit énervée peut-être, ou même ait pour de vrai été islamophobe, raciste ou abrutie : on ne menace personne de mort, on ne tue personne. Dans un monde moins malade, ce serait la première évidence.
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par epekeina.tes.ousias Jeu 23 Juin 2022 - 15:00
N.B.

Article L. 141-5-1 du Code de l’éducation:
Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves
manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit.

C'est une question a) de lieu (écoles, collèges et lycées publics) et b) de statut: élève.

De quoi il résulte deux grands cas de figure:
Vademecum de la laïcité, 2020, p.39 a écrit:
Les dispositions de l’article L. 141-5-1 du Code de l’éducation s’appliquent aux élèves scolarisés dans l’enseignement public.
Ces élèves ne peuvent donc porter des signes ou des tenues par lesquels ils manifestent ostensiblement une appartenance religieuse lorsqu’ils passent les épreuves d’un concours ou d’un examen.
En revanche, ces dispositions ne s’appliquent pas aux candidats qui ne sont pas scolarisés dans l’enseignement public et qui viennent passer les épreuves d’un examen ou d’un concours dans les locaux d’un établissement public d’enseignement. Ils ne deviennent pas
de ce seul fait des élèves de l’enseignement public.
Il en va de même pour les candidats dits libres (dont ceux inscrits au Cned).
Ces candidats doivent néanmoins se soumettre aux règles d’organisation de l’examen qui tendent à garantir le respect de l’ordre et de la sécurité et, notamment, à permettre la vérification de leur identité et à prévenir les risques de fraudes. Les surveillants demandent aux candidats de dégager leurs oreilles et leurs poignets (les fouilles au corps ou les palpations de sécurité ne pouvant être effectuées que par un officier de police judiciaire ou sous sa surveillance dans certains cas définis par la loi). Ce contrôle est opéré lorsque les candidats entrent dans la salle (circulaire n° 2011-072 du 3 mai 2011).
Enfin, en application de la loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public, les chefs de centre sont tenus de refuser l’accès au centre d’examen à toute personne dont le visage est dissimulé. La circulaire n° 0052 du 3 mars 2011 relative à la mise en oeuvre de la loi du 11 octobre 2010 apporte des précisions sur la notion de dissimulation du visage.

1) élève inscrit dans un établissement public: interdiction des signes ostensibles + contrôle de l'identité et des fraudes
2) élève inscrit dans un établissement non public ou au CNED: pas d'interdiction autre mais contrôle de l'identité et des fraudes (=un voile ou une cagoule dissimulant les oreilles par ex.).

_________________
Si tu vales valeo.
Manu7
Manu7
Érudit

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par Manu7 Jeu 23 Juin 2022 - 18:49
@Ha@_x : oui je suis prof du privé sous contrat, mais je ne représente que moi je ne suis pas "les profs du privé", et je suis d'accord avec toi quand tu dis que la loi n'est pas bien faite. Pour ma part, j'ai été choqué de voir une collègue venir dans un collège public pour une formation en tenue de bonne soeur avec le voile. Je suis prof dans l'enseignement catholique mais cela me dérange car je me demande vraiment comment serait accueilli une prof avec un voile musulman. Même si je sais que c'est légal cela me choque.

Tout comme cela me choque qu'une élève puisse passer son Bac avec un voile alors qu'à côté une autre n'a pas le droit.

Sinon je suis de tout coeur avec la CPE, quelle soit excellente ou pas, cela ne nous regarde pas.
LouisBarthas
LouisBarthas
Érudit

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par LouisBarthas Ven 24 Juin 2022 - 11:23
epekeina.tes.ousias a écrit:1) élève inscrit dans un établissement public: interdiction des signes ostensibles + contrôle de l'identité et des fraudes.
2) élève inscrit dans un établissement non public ou au CNED: pas d'interdiction autre mais contrôle de l'identité et des fraudes (=un voile ou une cagoule dissimulant les oreilles par ex.).
Loi bancale, à revoir au plus vite, à moins de proposer des centres d'examen séparés.

_________________
Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. - Albert Camus
Si les gens peuvent dormir en sécurité, c’est parce que certains veillent sur la muraille. - Michel Goya
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac - Page 4 Empty Re: menaces de mort contre une CPE à la suite d’un différend sur le port du voile au bac

par epekeina.tes.ousias Ven 24 Juin 2022 - 11:30
LouisBarthas a écrit:
epekeina.tes.ousias a écrit:1) élève inscrit dans un établissement public: interdiction des signes ostensibles + contrôle de l'identité et des fraudes.
2) élève inscrit dans un établissement non public ou au CNED: pas d'interdiction autre mais contrôle de l'identité et des fraudes (=un voile ou une cagoule dissimulant les oreilles par ex.).
Loi bancale, à revoir au plus vite, à moins de proposer des centres d'examen séparés.

Mettons, pourquoi pas, etc… Je tiens, moi aussi, que toute loi peut-être changée par les procédures démocratiques prévues à cet effet et que c'est d'ailleurs ce qui se passe. Mais j'ajoute toujours qu'en attendant, les lois doivent être appliquées — et pas au gré des désirs, des mobiles, des passions et des idéologies des individus.
De plus, en l'occurrence, cela change-t-il quoi que ce soit au fait qu'une collègue a été menacée de mort dans l'exercice de ses fonctions? Ce qui est une transgression pénale d'une toute autre nature et fort inquiétante pour les profs que nous sommes.

_________________
Si tu vales valeo.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum