Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Myrrha
Niveau 6

description des sirènes chez Homère  - Page 2 Empty Re: description des sirènes chez Homère

par Myrrha le Dim 13 Sep 2020 - 21:33
@Ponocrates a écrit:
@Myrrha a écrit:Merci beaucoup @Ruthven pour ces références précises !

Il y a donc une erreur dans ce documentaire... ça m'embête, je comptais le montrer à mes 4e, mais je pense que je vais couper toute la partie sur les Argonautes, pour éviter toute confusion.
Ou alors vous faites lire les textes avant, vous montrez le doc et au moment des sirènes vous arrêtez en demandant:dites-moi rien ne vous choque ? D'une pierre deux coups, ils retiendront la vérité et s'apercevront qu'il faut faire preuve d'esprit critique, y compris quand "ça passe à la télé"... Wink
Je ne voulais pas montrer ce doc à des 6e pour la lecture de l'Odyssée, mais à des 4e, pour introduire mon chapitre sur la poésie lyrique. Je couperai  donc l'épisode des sirènes car il n'est pas essentiel à la compréhension du mythe d'Orphée.

Mais sinon c'est une bonne solution de leur faire repérer eux-mêmes une erreur oui !
Myrrha
Myrrha
Niveau 6

description des sirènes chez Homère  - Page 2 Empty Re: description des sirènes chez Homère

par Myrrha le Dim 13 Sep 2020 - 21:40
@Ruthven a écrit:Dans les Argonautiques orphiques, qui ne suivent pas Apollonios pour l'épisode des sirènes, il semblerait qu'elles aient forme humaine :

"Poursuivant alors notre course, nous fûmes en vue, non loin de là, de la guette d'un promontoire : la falaise à pic qui surmonte de sa hauteur des cavernes aux parois lisses subit l'assaut de la mer et, par-dessous le flot azuré gronde en son sein. Juchées dessus, des vierges font retentir leur voix mélodieuse et charment les oreilles des mortels pour leur faire oublier le retour. Les Minyiens n'avaient alors qu'un désir : connaître le chant des Sirènes ! Ils allaient renoncer à passer outre leur voix pernicieuse; ils avaient déjà lâché des mains leurs rames et Ancaios mettait le cap sur la guette du promontoire, lorsque je (=Orphée) tendis ma lyre entre mes mains et, inspiré par ma mère, je composai un chant à l'harmonie charmeuse.
Entonnant un air mélodieux, je chantais dans un hymne divin comment jadis, pour des chevaux aux pieds de tempête, un conflit s'éleva entre Zeus qui tonne dans le ciel et l'Ebranleur du sol seigneur de la mer. Le Dieu à la coiffe d'azur, courroucé contre Zeus le Père, frappa la terre lycaonienne de son trident d'or et, brutalement, la dispersa sur les flots infinis pour en faire ces îles marines qu'on nomme la Sardaigne, l'Eubée, ainsi que Chypre la venteuse. Tandis que je jouais de ma cithare, les Sirènes, depuis la cime de leur guette, furent prises de stupeur et mirent fin à leur chant. De leurs mains, elles lâchèrent l'une les roseaux de sa flûte et l'autre sa lyre. Elles poussèrent d'affreux gémissements, car le triste jour de leur mort, fixé par le destin, était arrivé. Du haut de l'à-pic, elles se jetèrent dans le gouffre de la mer houleuse et changèrent en pierre leur corps et leur orgueilleuse beauté."
J'en profite pour signaler le livre en ligne de J. Leclercq-Marx :

http://www.koregos.org/fr/jacqueline-leclercq-marx-la-sirene-dans-la-pensee-et-dans-l-art-de-l-antiquite-et-du-moyen-age/4389/
Et elles jouent des instruments de musique !
Merci encore pour tes partages, je ne connaissais pas du tout ces textes.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum