Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
nuages
Grand sage

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par nuages Mer 5 Oct 2011 - 14:47
@Azad a écrit:Pas tout lu, mais à mon sens, un seul message :
"Fuyez, pauvres fous...."
Indépendamment du côté théâtral et du rapport parfois difficile avec les élèves, c'est une telle charge de travail que je ne conseille ça à personne... d'autant que ça ne risque pas de s'améliorer.

J'interviens à nouveau , dans le sens d'Azad: il y a une charge de travail énorme (je suis en lycée mais je crois que les collègues de collège ne manquent pas de travail non plus) . Cela veut dire passer souvent un week-end entier à corriger si tu as des classes de bac de 35 élèves en français ou corriger le soir jusqu'à 22h au moins. Donc aucune rupture entre l'activité professionnelle de la journée et la vie chez soi, puisque tu corriges ou prépares à la maison . Quend tu rentres chez toi, ta journée de travail n'est pas finie! De plus, les années passant, il y a des choses de plus en plus difficiles à supporter avec patience , comme l'immaturité de certains élèves , la diminution de leur temps de concentration , leur agitation ou leur apathie -les deux sont décourageantes- ; en prenant de l'âge tu t'épuises davantage et pour un résultat peu satisfaisant . Si j'avais 40 ans encore à faire ce métier, je ne le choisirais pas car je ne suis pas optimiste sur les conditions de travail qui se dégradent déjà.
Azad
Azad
Habitué du forum

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Azad Mer 5 Oct 2011 - 15:39
Je n'aurais pas pu mieux le dire, nuages. Devenir prof ? Perdue... - Page 2 2252222100
Daphné
Daphné
Demi-dieu

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Daphné Mer 5 Oct 2011 - 16:57
@nuages a écrit:
@Azad a écrit:Pas tout lu, mais à mon sens, un seul message :
"Fuyez, pauvres fous...."
Indépendamment du côté théâtral et du rapport parfois difficile avec les élèves, c'est une telle charge de travail que je ne conseille ça à personne... d'autant que ça ne risque pas de s'améliorer.

J'interviens à nouveau , dans le sens d'Azad: il y a une charge de travail énorme (je suis en lycée mais je crois que les collègues de collège ne manquent pas de travail non plus) . Cela veut dire passer souvent un week-end entier à corriger si tu as des classes de bac de 35 élèves en français ou corriger le soir jusqu'à 22h au moins. Donc aucune rupture entre l'activité professionnelle de la journée et la vie chez soi, puisque tu corriges ou prépares à la maison . Quend tu rentres chez toi, ta journée de travail n'est pas finie! De plus, les années passant, il y a des choses de plus en plus difficiles à supporter avec patience , comme l'immaturité de certains élèves , la diminution de leur temps de concentration , leur agitation ou leur apathie -les deux sont décourageantes- ; en prenant de l'âge tu t'épuises davantage et pour un résultat peu satisfaisant . Si j'avais 40 ans encore à faire ce métier, je ne le choisirais pas car je ne suis pas optimiste sur les conditions de travail qui se dégradent déjà.

Tu as tout dit veneration
Alors il faut positiver.
Avantages : tu fais une grosse partie de ton travail chez toi, à ton rythme - enfin celui que te laissent ton EDT et ton planning de réunions -
Mais : tu n'as jamais fini, jamais, le travail est là sur le bureau, les week-ends, les vacances, tous les jours il te nargue. Tu ne décompresses jamais même pendant les vacances, il y a les corrections, les nouveaux programmes........
Après on s'y fait et on supporte pas mal de c............. à commencer par les jugements de fainéantise mais là tu laisser p........... le mérinos Razz
Saloum
Saloum
Habitué du forum

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Saloum Mer 5 Oct 2011 - 17:33
@Daphné a écrit:
Tu ne décompresses jamais même pendant les vacances

C'est peut être un peu exagéré, non ? Je dirais: tu apprends à décompresser malgré tout (pas le choix) et à placer certaines limites par toi même sinon tu es fichu.

Mais malgré les inconvénients de ce métier, je ne sais pas si je supporterais, pour ma part, de bosser dans une entreprise avec un patron qui me dicte comment je dois travailler et à quel rythme pour être rentable. Au moins, mon temps je le gère comme je veux (enfin si le métier ne continue pas de se dégrader ! pale).
deroute
deroute
Érudit

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par deroute Mer 5 Oct 2011 - 17:35
Je suis d'une nature timide et réservée et je m'épanouis vraiment dans ce boulot. Je suis le chef en classe et j'aime remonter le moral de mes collègues en sdp! Ce travail me fait un bien fou en terme de confiance en moi.
Après, c'est sur que la société ne nous estime pas beaucoup mais mes proches voient le travail que je fournis. Les élèves qui te disent que le cours était bien et qu'ils sont contents de leur progrès, c'est une joie qui n'a pas de prix!

Ce que je te conseille c'est de tenter plusieurs remplacements dans des contextes différents comme ça tu auras une vision complète du métier qui peut être très différent selon les endroits où tu l'exerces!
avatar
christophevan
Niveau 6

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par christophevan Jeu 6 Oct 2011 - 22:13
Comme Nestya, j'étais une personne très timide et intravertie avant de devenir prof. Les débuts dans le métier n'ont pas été évidents, mais plus ça avance, plus je m'y épanouis. je dois aussi dire que, sans être devenu extraverti, ce boulot a été une sorte de défi... que j'ai mis du temps à relever, mais que je ne regrette pas.
après, c'est vrai que c'est un peu "ça passe ou ça casse"...
Nielsen Rika Bell
Nielsen Rika Bell
Niveau 7

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Nielsen Rika Bell Ven 7 Oct 2011 - 0:23
Mon humble sentiment de jeune reconverti (listes très incomplètes):

Désavantages :
- Je suis mal payé (si si)
- Tout le monde me considère comme le dernier des cons, des emmerdeurs, des sadiques, des jean-foutres et des vicelards (du marchand de tabac au proprio de mon appart en passant par les parents et les élèves)
- Je me pose des cas de conscience tout le temps (Kevin a-t-il bien mérité cette punition? ne vais-je pas faire de Brian un dépressif?)
- Mon cerveau est exclusivement occupé à chercher le moyen d'intéresser des gosses qui n'en ont rien à faire (alors que ma femme et ma fille sont demandeuses d'attentions)
- Les parents sur le dos, ça pèse.
- La préparation des cours, les corrections de copies, les bulletins à remplir, l'adéquation avec les directives du ministère, c'est une prise de tête pas possible (pour comparer, sans exagérer, le travail d'un consultant moyen est 4 ou 5 fois moins pressant).
- Les modes à la noix genre TICE, c'est insupportable, sérieusement.
- Il paraît que les gamins sont de plus en plus sots et insupportables.
- Le socle commun, et toute la perte de temps, d'énergie et d'intelligence qui va avec.
- Le pire est de plus en plus sûr. il paraît.

Les avantages :
- Je suis sur scène, c'est mon spectacle (sauf quand l'alexandre moyen se croit obligé d'avoir un rôle, certes)
- J'ai un boulot utile et beau (mais oui)
- Je comprends pourquoi je suis payé (recevoir 3000€ par mois pour faire du power point, je n'aimais pas - je suis stupide, je sais).
- C'est une thérapie, ce boulot. Remise en cause, nouveauté... en une journée il se passe plus de choses que dans n'importe quelle entreprise en un an.
- Je peux corriger mes copies et préparer mes cours chez moi, avec mon petit confort. C'est idiot comme raison, mais je préfère ça à rester dans un open space à glander sur facebook en attendant que le patron sorte pour lever mon prose.
- J'ai beaucoup moins d'ordinateurs ! Enfin, avec les conneries style cahier de texte numérique, B2i, serveurs internes et compagnie, on ne sait jamais. L'informatique est une saloperie si ça ne sert pas à simplifier des taches ultra-répétitives : dans l'Éducation Nationale, c'est clairement une saloperie.
- Déambulant avec des hurlements une très grande partie de la journée, je fais autant de sport qu'un pâtre.


Moi, je reste.

_________________
Parlons éducation... il me vient encore quelques élèves normaux... certes!... jamais vous pouvez vous vanter d'être absolument sans normaux!... non! un de temps à autre... bon!... je les instruis... pas plus mal que les autres professeurs... pas mieux... pédagogue, je suis! oh! très pédagogue! et très scrupuleux!... jamais une séance de chic!... jamais un cours fantaisiste!... depuis trente et cinq années, jamais une pédagogie drôlette!... pas que je me tienne pas au courant!... que si! que si!... je lis à fond tous les cahiers pédagogiques, les sciences de l'éducation... deux, trois kilos par semaine!... au feu! au feu le tout! c'est pas moi qui serai inquiété pour "instruction à la légère"!...
sand
sand
Guide spirituel

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par sand Ven 7 Oct 2011 - 6:17
Tu touches 3000 euros toi ?
Daphné
Daphné
Demi-dieu

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Daphné Ven 7 Oct 2011 - 8:28
@sand a écrit:Tu touches 3000 euros toi ?

Il touchait............ pour faire du powerpoint - si j'ai bien compris. Mais il n'aimait pas et reconnaît sa stupidité Laughing
sabeth
sabeth
Niveau 6

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par sabeth Ven 7 Oct 2011 - 9:19
Je n'ai pas tout lu, mais je te donnerai, Mila, le point de vue de quelqu'un qui a fui le secondaire (et qui a aussi fait de la recherche et une thèse).
Il n'y a pas, effectivement, de connexion directe entre la fac et l'enseignement. Cela peut être extrêmement déceptif. Je trouve le métier très difficile, mobilisant énormément d'énergie physique et psychique. Moi qui aimais faire tant de choses à côté, j'ai dû les mettre entre parenthèse...Et, pour avoir occupé des emplois dans le privé, je dirais que je n'avais jamais été aussi épuisée.

Sinon, il est vrai qu'il est nécessaire de passer outre ses réserves et son éventuelle timidité. De ce point de vue, cela m'a appris beaucoup (sur ce que j'étais capable de faire, sur les forces insoupçonnées que j'avais). Par contre, je n'aimais pas la personne que j'étais en train de devenir (plus dure, en somme, question de protection! Cela me déconnectait avec une part de moi-même, mais aussi avec mon enthousiasme naturel...)

Ce que je te conseille? Faire quelques remplacements te permettra de te "frotter" au métier. Mais ne te lance pas sans être sûre, sans tester: c'est extrêmement difficile de se reconvertir ensuite.

Si d'autres voies te plaisent, tu n'as pas besoin de tout recommencer pour les suivre: nombre de cursus sont accessibles en master 2, avec un bon dossier et une bonne motivation. Pour le journalisme par exemple, il y a Science Po qui ouvre aussi d'autres portes.
Sinon les concours sont nombreux. En tout cas, ne choisis pas l'enseignement par défaut!

Si enseigner à l'étranger te plait vraiment, il y a aussi les master FLE. Tu pourras faire le tour du monde avec ça! Par contre, travailler en France apparaît comme un peu plus périlleux. Mais tout dépend de tes projets.
Bon courage!
Nielsen Rika Bell
Nielsen Rika Bell
Niveau 7

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Nielsen Rika Bell Ven 7 Oct 2011 - 9:47
@Daphné a écrit:
@sand a écrit:Tu touches 3000 euros toi ?

Il touchait............ pour faire du powerpoint - si j'ai bien compris. Mais il n'aimait pas et reconnaît sa stupidité Laughing

Je parlais du métier de consultant, voui.
Et voui voui, je passais la moitié de mon temps à faire des présentations chiadées pour faire gober des énormités.
Le genre de métier où, en entretien d'embauche, j'ai eu la question "savez-vous mentir ?" humhum

Mais c'est pas le sujet, et puis je risque d'agacer passablement des gens avec ça, donc je la boucle.

_________________
Parlons éducation... il me vient encore quelques élèves normaux... certes!... jamais vous pouvez vous vanter d'être absolument sans normaux!... non! un de temps à autre... bon!... je les instruis... pas plus mal que les autres professeurs... pas mieux... pédagogue, je suis! oh! très pédagogue! et très scrupuleux!... jamais une séance de chic!... jamais un cours fantaisiste!... depuis trente et cinq années, jamais une pédagogie drôlette!... pas que je me tienne pas au courant!... que si! que si!... je lis à fond tous les cahiers pédagogiques, les sciences de l'éducation... deux, trois kilos par semaine!... au feu! au feu le tout! c'est pas moi qui serai inquiété pour "instruction à la légère"!...
avatar
Marie56
Niveau 6

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Marie56 Ven 7 Oct 2011 - 10:12
Pour avoir travaillé 4 ans en entreprise, je peux comparer enseignement et emploi privé :
au début, le métier d'enseignant est très prenant : tu n'arrêtes jamais de préparer-fignoler tes cours, tu te poses des questions existentielles (comment faire passer telle idée, tel concept, etc.). Et peu à peu, tu gagnes en assurance, tu comprends que ce qui compte, ce n'est pas le cours parfait, mais la façon dont tu le fais passer.
Oui, c'est un métier qui transforme : moi aussi j'étais un peu timide, et maintenant, je me sens beaucoup plus à l'aise...
EN entreprise, je me sentais beaucoup moins utile (en enseignant, j'ai l'impression de servir à quelque chose), j'étais beaucoup plus dans la course : il faut s'occuper de tel dossier, gérer telle chose urgente, etc. Je dirais que l'enseignement s'inscrit dans un rythme plus lent, et qu'il t'oblige à beaucoup réfléchir sur toi, sur tes valeurs, etc. J'ai lu quelque part cette phrase : "On enseigne ce qu'on est" -> je la trouve très juste.
Sinon : je me sentais plus stressée dans le privé, plus soumise à l'arbitraire de mes chefs : car en entreprise, il faut "plaire" à tes chefs, il faut passer beaucoup de temps à faire son "propre marketing", à se vendre, et je DETESTE ça !!
Bémol : je trouve le lycée vraiment dur (en lettres) : tu passes énormément de temps sur les copies, et surtout, tu dois rendre autonomes les élèves sur le commentaire littéraire, qui est tout nouveau pour eux. QUand j'enseignais au lycée, j'avais du mal à les rendre autonomes, et j'avais l'impression de leur mâcher le travail, sans leur apprendre à faire tout seuls. Bref, je suis beaucoup plus à l'aise au collège : au moins, tu n'as pas à faire de bachotage. Tu peux étudier avec eux des livres (au lycée aussi tu le fais, mais souvent dans l'optique du sacro-saint "commentaire littéraire") et travailler sur la langue.
Selon moi, le français au collège et les lettres au lycée, c'est quasiment 2 matières différentes...
mimile
mimile
Grand sage

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par mimile Ven 7 Oct 2011 - 10:47
@Marie56 a écrit:
Sinon : je me sentais plus stressée dans le privé, plus soumise à l'arbitraire de mes chefs : car en entreprise, il faut "plaire" à tes chefs, il faut passer beaucoup de temps à faire son "propre marketing", à se vendre, et je DETESTE ça !!

Dans l'enseignement, ça se voit peut être moins mais il faut aussi plaire à tes chefs, CDE et IPR. Bien sûr on ne risque pas de se faire virer ou "placardiser" mais ils nous notent donc si on veut devenir hors classe un jour, vaut mieux "plaire". Naïvement, avant de devenir professeur, je pensais qu'on était plus libres.
lene75
lene75
Bon génie

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par lene75 Ven 7 Oct 2011 - 11:24
@mimile a écrit:
@Marie56 a écrit:
Sinon : je me sentais plus stressée dans le privé, plus soumise à l'arbitraire de mes chefs : car en entreprise, il faut "plaire" à tes chefs, il faut passer beaucoup de temps à faire son "propre marketing", à se vendre, et je DETESTE ça !!

Dans l'enseignement, ça se voit peut être moins mais il faut aussi plaire à tes chefs, CDE et IPR. Bien sûr on ne risque pas de se faire virer ou "placardiser" mais ils nous notent donc si on veut devenir hors classe un jour, vaut mieux "plaire". Naïvement, avant de devenir professeur, je pensais qu'on était plus libres.

C'est surtout que sur ce point, c'est de pire en pire et que vu les projets des différents partis politiques, ça risque de ne pas aller en s'arrangeant. Or la liberté étant ce qui revient le plus souvent dans les avantages du métier, à mon avis, c'est jouer avec le feu que de vouloir y toucher.

Sinon, je trouve les injonctions contradictoires stressantes : CDE qui veut un truc, inspecteurs un autre souvent complètement à l'opposé, parents un autres, élèves encore un autre et toi au milieu de tout ça qui ne veux que le bien des élèves, c'est-à-dire souvent rien de ce que veulent tous les précédents. Et en terminale, dans ma matière en tout cas, je trouve ça encore plus pesant : est-ce que je bachote pour assurer à mes élèves une bonne note au bac (ce que presque tout le monde veut) ou est-ce que je fais de la philo avec eux (ce pour quoi j'ai fait ce métier et ce qui me semble être dans l'intérêt des élèves) ? Est-ce que je les laisse réfléchir quitte à ne pas finir le programme (ce qu'ils me reprocheront à coup sûr) ou est-ce que je fonce tête baissée pour finir le programme (et ils me reprocheront de ne pas les laisser s'exprimer) ? etc.

Bref, beaucoup, beaucoup de problèmes éthiques, et de plus en plus je trouve avec toutes les réformes.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Marie Laetitia
Marie Laetitia
Bon génie

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Marie Laetitia Ven 7 Oct 2011 - 12:05
@Nielsen Rika Bell a écrit:
- C'est une thérapie, ce boulot. Remise en cause, nouveauté... en une journée il se passe plus de choses que dans n'importe quelle entreprise en un an.



On ne doit pas connaître les mêmes (entreprises)... Suspect

_________________
 Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Dlb10
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)


Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. [...] Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. Elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...


Et on ne dit pas "voir(e) même" mais "voire" ou "même".
sabeth
sabeth
Niveau 6

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par sabeth Ven 7 Oct 2011 - 12:30
@Marie Laetitia a écrit:
@Nielsen Rika Bell a écrit:
- C'est une thérapie, ce boulot. Remise en cause, nouveauté... en une journée il se passe plus de choses que dans n'importe quelle entreprise en un an.



On ne doit pas connaître les mêmes (entreprises)... Suspect
+ 1... Smile
sand
sand
Guide spirituel

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par sand Ven 7 Oct 2011 - 13:44
@Nielsen Rika Bell a écrit:
@Daphné a écrit:
@sand a écrit:Tu touches 3000 euros toi ?

Il touchait............ pour faire du powerpoint - si j'ai bien compris. Mais il n'aimait pas et reconnaît sa stupidité Laughing

Je parlais du métier de consultant, voui.
Et voui voui, je passais la moitié de mon temps à faire des présentations chiadées pour faire gober des énormités.
Le genre de métier où, en entretien d'embauche, j'ai eu la question "savez-vous mentir ?" humhum

Mais c'est pas le sujet, et puis je risque d'agacer passablement des gens avec ça, donc je la boucle.
Merci !
verdurin
verdurin
Habitué du forum

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par verdurin Dim 9 Oct 2011 - 1:27
@sand a écrit:Tu touches 3000 euros toi ?
C'est un agrégé au 11ième échelon.

_________________
Contre la bêtise, les dieux eux mêmes luttent en vain.
Ni centidieux, ni centimètres.
verdurin
verdurin
Habitué du forum

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par verdurin Dim 9 Oct 2011 - 1:36
@Mila a écrit:La fin d'année s'est pourtant très bien passée. Pour tout dire, les élèves m'appréciaient beaucoup, certains avaient fait de nets progrès, d'autres... aucun pale mais avaient acquis une attitude positive (écoute, respect).
Sur une année, pour une débutante, c'est un résultat extraordinaire.
Si tu ne trouves pas mieux, fait prof, tu es vraiment douée !

_________________
Contre la bêtise, les dieux eux mêmes luttent en vain.
Ni centidieux, ni centimètres.
Mama
Mama
Vénérable

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Mama Dim 9 Oct 2011 - 12:34
En tout cas, moi, je préfère faire ce que je veux et ne jamais passer hors classe ; si j'avais voulu de l'argent, j'aurais accepté ce qu'on m'offrait en droit. Non mais. Libres et pas vraiment riches, voilà !
avatar
olivier-np30
Habitué du forum

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par olivier-np30 Dim 9 Oct 2011 - 15:46
Moi je regrette d'avoir été écarté des métiers manuels dans ma jeunesse : j'aime rendre service, et au moins j'aurais pu travailler en province Laughing

Quant à l'enseignement, en collège-lycée, pas les maths c'est aussi ennuyeux que du powerpoint surtout les copies. Il n'y a que la terminale où ça commence à être un minimum intéressant.

A+

_________________
Quadra aujourd'hui, quinqua demain
avatar
Invité14
Expert

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Invité14 Lun 10 Oct 2011 - 10:19
@olivier-np30 a écrit:Moi je regrette d'avoir été écarté des métiers manuels dans ma jeunesse : j'aime rendre service, et au moins j'aurais pu travailler en province Laughing

Quant à l'enseignement, en collège-lycée, pas les maths c'est aussi ennuyeux que du powerpoint surtout les copies. Il n'y a que la terminale où ça commence à être un minimum intéressant.

A+

Oui je pense très souvent à changer de métier et je me demande ce que je pourrai faire.Je pense parfois à être peintre, décoratrice, carreleuse, faire un métier d'art ( j'aimerai)

-Entreprise? non je serai hyper méga stressée
-Etre à mon compte? oui mais faut que mon affaire tourne et ne pas savoir si j'ai de l'argent à la fin du mois m'angoisserait.

Alors je crois qu'en fait travailler me stresse trop. J'attends donc la retraite Razz
avatar
Mila
Je viens de m'inscrire !

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Mila Sam 22 Oct 2011 - 22:44
Bonjour,

J'ai lu avec beaucoup de soin toutes vos réponses, vos sentiments et ressentis et tenais à tous vous remercier de cette grande participation, je n'en espérais pas tant!

Je ne vais pas dire que je suis plus avancée, ce serait mentir Laughing Mais, bien évidemment, personne ne pourra mieux choisir mon futur métier à ma place... En revanche, les récits de vos expériences ont été éclairants et instructifs. On peut donc être très réservé de nature ET se "sentir à sa place" devant une classe, ça me rassure beaucoup. Reste à savoir si ce sera mon cas! Je pense m'être trop formalisée quant à mes premières peurs paniques devant mon jeune public, je croyais vraiment que ce métier répondait à une vocation et demandait une aisance naturelle et par conséquent je me suis entêtée à penser que je ne serais pas assez bonne pour le pratiquer. Encore une fois, certains m'ont détrompée et tant mieux.

Par contre, quelques uns d'entre vous ont mis en avant certains désavantages du métier que je ne connaissais même pas et beaucoup ont quand même l'air très désabusés... Du coup, un énorme doute persiste en moi concernant les prédispositions de ce métier à m'épanouir...
Pour l'instant, je vais me concentrer sur la recherche, voir si ça aboutit sur quelque chose d'intéressant, et laisser ce "problème" mûrir un peu.
En attendant, vous m'avez tous beaucoup aidée.
Merci!

Daphné
Daphné
Demi-dieu

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Daphné Sam 22 Oct 2011 - 23:08
@verdurin a écrit:
@sand a écrit:Tu touches 3000 euros toi ?
C'est un agrégé au 11ième échelon.

Ou un certifié au dernier échelon de la HCL.
Daphné
Daphné
Demi-dieu

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Daphné Sam 22 Oct 2011 - 23:11
@Mila a écrit:Bonjour,

J'ai lu avec beaucoup de soin toutes vos réponses, vos sentiments et ressentis et tenais à tous vous remercier de cette grande participation, je n'en espérais pas tant!

Je ne vais pas dire que je suis plus avancée, ce serait mentir Laughing Mais, bien évidemment, personne ne pourra mieux choisir mon futur métier à ma place... En revanche, les récits de vos expériences ont été éclairants et instructifs. On peut donc être très réservé de nature ET se "sentir à sa place" devant une classe, ça me rassure beaucoup. Reste à savoir si ce sera mon cas! Je pense m'être trop formalisée quant à mes premières peurs paniques devant mon jeune public, je croyais vraiment que ce métier répondait à une vocation et demandait une aisance naturelle et par conséquent je me suis entêtée à penser que je ne serais pas assez bonne pour le pratiquer. Encore une fois, certains m'ont détrompée et tant mieux.

Par contre, quelques uns d'entre vous ont mis en avant certains désavantages du métier que je ne connaissais même pas et beaucoup ont quand même l'air très désabusés... Du coup, un énorme doute persiste en moi concernant les prédispositions de ce métier à m'épanouir...
Pour l'instant, je vais me concentrer sur la recherche, voir si ça aboutit sur quelque chose d'intéressant, et laisser ce "problème" mûrir un peu.
En attendant, vous m'avez tous beaucoup aidée.
Merci!

Non personne n'imagine comment ça peut être difficile et fatiguant.
Sandyrina
Sandyrina
Habitué du forum

Devenir prof ? Perdue... - Page 2 Empty Re: Devenir prof ? Perdue...

par Sandyrina Mar 25 Oct 2011 - 13:19
@Daphné a écrit:
@verdurin a écrit:
@sand a écrit:Tu touches 3000 euros toi ?
C'est un agrégé au 11ième échelon.

Ou un certifié au dernier échelon de la HCL.

J'ai toujours trouvé ça "génial" de devoir espérer toucher cette somme alors qu'on arrive en retraite quasiment alors que l'on a besoin d'argent pour réaliser des projets (achat de maison, vie de famille..) plus tôt dans sa carrière....désolée mais ça me dépasse quand même un peu !
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum