Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Igniatius
Guide spirituel

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par Igniatius Mar 10 Juil 2012 - 22:40
En effet.
D'autant que le pb, et contrairement à ce qu'ils avancent parfois, nos zozos modernes cherchent à faire valider leurs projets par les inspections (ça c'est du rebelle) et, si ça marche, on les retrouvera ds des formations pontifiantes où ils nous expliqueront qu'ils ne veulent rien imposer, mais avec le soutien de l'ipr...
Vécu.
roxanne
roxanne
Prophète

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par roxanne Mer 11 Juil 2012 - 7:11
Il y a ça aussi.J'ai vu cette année, avec les Projets au collège.Pourquoi pas ? peut-être même qu'un jour j'en ferais un.Mais quand l'adjointe dit qu'ils sont prioritaires pour les répartitions , qu'on fait des réunions où on encense ceux qui font des P¨rojets, j'estime que peu à peu on empiète sur ma liberté pédagogique.
Anaxagore
Anaxagore
Guide spirituel

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par Anaxagore Mer 11 Juil 2012 - 11:44
Ce qui me dérange, dans ce que nous expose Guillaume Caron (encore une fois je ne m'en prends pas à lui de manière personnelle, même si je le taquine un peu), c'est que l'on confond pédagogie et manipulation des élèves.

Je m'explique, lorsque Freinet faisait faire de l'imprimerie à ses élèves, la démarche avait du sens en elle-même, elle ne prétendait pas légitimer l'apprentissage de la langue même si cela faisait travailler la langue.

J'ai l'impression que Guillaume veut légitimer avec tweeter le fait qu'en mathématiques on recherche la concision et l'élégance des raisonnements et des descriptions. Mais tout ceci fait partie de la démarche mathématique et n'a pas besoin d'une hypothétique légitimation artificielle.

Je préfère enseigner le vrai.

D'autre part, comme le soulignait Phi, il faut que ce genre de digression pédagogique (celle de Freinet par exemple) soit menée de manière impeccable pour que le profit soit effectif pour les élèves. Le savoir et la profondeur de la réflexion ne doivent pas en souffrir. Le temps est compté aussi.

De manière générale, je préfère avoir le minimum d'interférences entre moi et l'objet de ma réflexion en général. J'épure. Et cela s'enseigne.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."

"On déclame contre les passions sans songer que c'est à leur flambeau que la philosophie allume le sien." Sade
Iphigénie
Iphigénie
Enchanteur

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par Iphigénie Mer 11 Juil 2012 - 11:46
Ah Anaxagore, l'un et le multiple... (HS) Wink
Igniatius
Igniatius
Guide spirituel

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par Igniatius Mer 11 Juil 2012 - 12:08
Bravo Anaxagore !
Tu viens de formaliser ce que je ne réussissais pas à exprimer ds ma méfiance vis-à-vis de tous ces média.
Mais je crois que tu touches un point sensible : bcp des "modernistes" me paraissent en effet avoir un pb personnel avec leur discipline. Pas de compréhension (enfin pas tous) mais de légitimité. C'est comme s'ils n'étaient pas eux-mêmes convaincus de l'importance de ce qu'ils enseignent.

Merci pour cette clarification en tous cas.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
arcenciel
arcenciel
Grand Maître

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par arcenciel Mer 11 Juil 2012 - 12:09
@Igniatius a écrit:Bravo Anaxagore !
Tu viens de formaliser ce que je ne réussissais pas à exprimer ds ma méfiance vis-à-vis de tous ces média.
Mais je crois que tu touches un point sensible : bcp des "modernistes" me paraissent en effet avoir un pb personnel avec leur discipline. Pas de compréhension (enfin pas tous) mais de légitimité. C'est comme s'ils n'étaient pas eux-mêmes convaincus de l'importance de ce qu'ils enseignent.

Merci pour cette clarification en tous cas.
+1
Clarinette
Clarinette
Monarque

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par Clarinette Mer 11 Juil 2012 - 12:12
Oui, bien dit, Anax ! aai
doublecasquette
doublecasquette
Enchanteur

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par doublecasquette Mer 11 Juil 2012 - 12:15
Il est bien, ce petit Anaxagore ! Dommagequ'il habite si loin ! Heureusement que nous avons internet pour le joindre... Suspect
Isis39
Isis39
Enchanteur

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par Isis39 Jeu 12 Juil 2012 - 17:18
@Igniatius a écrit:
bcp des "modernistes" me paraissent en effet avoir un pb personnel avec leur discipline. Pas de compréhension (enfin pas tous) mais de légitimité. C'est comme s'ils n'étaient pas eux-mêmes convaincus de l'importance de ce qu'ils enseignent.

Ah ben tiens !!!
Je ne serais pas convaincue de l'importance primordiale de l'histoire-géo ??????
Cette vision me semble très étrange !!!
Igniatius
Igniatius
Guide spirituel

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par Igniatius Jeu 12 Juil 2012 - 22:10
@Isis39 a écrit:
@Igniatius a écrit:
bcp des "modernistes" me paraissent en effet avoir un pb personnel avec leur discipline. Pas de compréhension (enfin pas tous) mais de légitimité. C'est comme s'ils n'étaient pas eux-mêmes convaincus de l'importance de ce qu'ils enseignent.

Ah ben tiens !!!
Je ne serais pas convaincue de l'importance primordiale de l'histoire-géo ??????
Cette vision me semble très étrange !!!

Te concernant, je ne sais pas, je ne t'ai pas assez pratiquée sur ce forum. Je note cpdt que tu te considères "moderniste".

En revanche, nieras-tu que l'un des leitmotiv des promoteurs de l'innovation, c'est l'accroche de l'élève par des moyens extérieurs à sa discipline, qu'ils soient pratiques (le "jeu") ou technologiques (twitter pour l'un, facebook pour l'autre, etc.) ?
Comme si la discipline ne se suffisait pas. Pour ma part, j'estime que les mathématiques sont essentielles à enseigner à chacun, pour elles-mêmes, et que leur intérêt n'a pas besoin d'être faussement motivé par des artifices. Cela ne m'empêche pas d'introduire les nouvelles notions par les perspectives d'utilisation concrète qui parlent aux gosses, ou par un peu d'histoire des sciences, qui me passionne.

Ce qui me fait exprimer cette idée, c'est aussi la lecture des nombreux tweets des "innovants" (je ne suis pas certain mais tu fais peut-être partie de leur galaxie) : lorsque neoprofs est évoqué, pour railler son esprit partisan ou les réacs qui le peuplent, parmi les nombreux hashtags utilisés, je retrouve souvent des références aux #disciplines, vues de manière négative, à opposer à la #transdisciplinarité, ou aux #compétences. Comme si elles étaient l'ennemi, puisqu'elles ne reposent que sur les #contenus.


Enfin, je ne sais pas si tu es au SGEN, mais c'est probable car c'est souvent le syndicat des gens qui se veulent "modernes et innovants". Je tiens juste à rappeler que c'est le seul syndicat qui ne s'est pas opposé à la réforme Châtel en ne signant pas la pétition demandant son abrogation, alors qu'elle entérinait la disparition de l'histoire-géo des classes de Terminales S et, plus largement, a fait reculer les horaires disciplinaires de manière drastique. Si tu considères ta discipline comme primordiale (et c'est bien mon avis concernant l'histoire), comment as-tu vécu cette coup de poignard de ton propre syndicat ?

Si tu n'es pas au SGEN, paragraphe caduc !

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
bruno09
bruno09
Niveau 10

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par bruno09 Ven 13 Juil 2012 - 0:46
Étonnant, ce débat des anciens contre les modernes...
Enseigner, c'est transmettre une culture forcément passée à ceux qui construiront le futur. Faut il se jeter sur toutes les innovations dans le domaine de la communication et les utiliser de toute force dans nos classes? Guillaumecaron s'en défend et je veux bien croire qu'il trouve un intérêt pédagogique à Twitter, mais c'est pourtant ce qui se passe: l'Ipad apparaît et des cours sur tablette nous sont vantés, que Facebook devienne un médium populaire et il devient un must pédagogique. Je ne vous parle pas des jeux sérieux et du reste.
Tout cela n'aurait guère d'importance et serait balayé par un simple "après tout , chacun fait comme il veut dans sa salle" si d'une part c'était possible d'enseigner à sa guise et si d'autre part on s'attaquait aux vrais problèmes.
Ce n'est pas possible car la pression des "innovateurs" est réelle et on a bien affaire à une idéologie de la nouveauté à tout prix. Qu'une pédagogie soit novatrice ou pas n'a strictement aucun intérêt: l'important, c'est qu'elle soit efficace. Qui n'a jamais vu un inspecteur dire "Ah vous ne faites pas de TICE, mais faut faire des TICE!"
On ne s'attaque pas au vrais problèmes ce qui serait coûteux et qui reviendrait à dire des choses désagréables à entendre aux parents d'élèves: par exemple que leurs enfants sont inégaux devant l'étude et ne pourront pas tous prétendre à des études longues, et ce indépendamment de leur niveau social.
Personnellement, je suis fils d'ouvrier. Ce n'était pas Zola, je m'empresse de vous le dire. Cependant, on aurait ignoré chez moi ce qu'était un bon établissement et toute les ruses à déployer pour que je ne me mélange pas à la masse. J'ai fréquenté l'école communale, le collège, le lycée et l'université, ce qui signifiait à l'époque (elle n'est pas si lointaine) que j'ai reçu exactement la même instruction qu'un fils de bourgeois qui aurait habité ma région.
Croyez vous sincèrement que cela soit la règle aujourd'hui? Moi pas.
Ah oui! Mais les élèves ont changé! Eh bien je ne trouve pas: ils sont pareils qu'à mon époque: paresseux par nature, peu attentif (vous avez oublié?) et ne respectant que l'autorité.
Par contre la façon dont on les aborde aujourd'hui est bien différente. Dire en substance à un gamin que l'on va lui en apprendre moins et que l'on va développer son "savoir être" sous prétexte qu’il vient de banlieue, vous croyez que c'est le respecter?
Désolé pour le sermon, ça me mets en colère.

_________________
Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Italie11  Pour les Italophiles et les Italolâtres: http://www.viaggio-italia.fr
arcenciel
arcenciel
Grand Maître

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par arcenciel Ven 13 Juil 2012 - 0:52
Non, c'est l'enfoncer.
avatar
User5899
Dieu de l'Olympe

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par User5899 Ven 13 Juil 2012 - 1:56
@Isis39 a écrit:
@Igniatius a écrit:
bcp des "modernistes" me paraissent en effet avoir un pb personnel avec leur discipline. Pas de compréhension (enfin pas tous) mais de légitimité. C'est comme s'ils n'étaient pas eux-mêmes convaincus de l'importance de ce qu'ils enseignent.

Ah ben tiens !!!
Je ne serais pas convaincue de l'importance primordiale de l'histoire-géo ??????
Cette vision me semble très étrange !!!
Merci à Igniatius d'avoir formulé ce que je ressens depuis bien longtemps. C'est exactement ce que je ressens. En y ajoutant la volonté farouche de ne pas ennuyer, de ne pas heurter, de "faire jeune avec les jeunes", quel qu'en soit le prix. Les vrais historiens, les vrais matheux, les vrais littéraires se "contentent" de leur discipline. Bon, c'est un constat, disons pour arrondir les angles que ce n'est peut-être pas vrai partout Suspect
avatar
User5899
Dieu de l'Olympe

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par User5899 Ven 13 Juil 2012 - 2:06
@bruno09 a écrit:Étonnant, ce débat des anciens contre les modernes...
Enseigner, c'est transmettre une culture forcément passée à ceux qui construiront le futur. Faut il se jeter sur toutes les innovations dans le domaine de la communication et les utiliser de toute force dans nos classes? Guillaumecaron s'en défend et je veux bien croire qu'il trouve un intérêt pédagogique à Twitter, mais c'est pourtant ce qui se passe: l'Ipad apparaît et des cours sur tablette nous sont vantés, que Facebook devienne un médium populaire et il devient un must pédagogique. Je ne vous parle pas des jeux sérieux et du reste.
Tout cela n'aurait guère d'importance et serait balayé par un simple "après tout , chacun fait comme il veut dans sa salle" si d'une part c'était possible d'enseigner à sa guise et si d'autre part on s'attaquait aux vrais problèmes.
Ce n'est pas possible car la pression des "innovateurs" est réelle et on a bien affaire à une idéologie de la nouveauté à tout prix. Qu'une pédagogie soit novatrice ou pas n'a strictement aucun intérêt: l'important, c'est qu'elle soit efficace. Qui n'a jamais vu un inspecteur dire "Ah vous ne faites pas de TICE, mais faut faire des TICE!"
On ne s'attaque pas au vrais problèmes ce qui serait coûteux et qui reviendrait à dire des choses désagréables à entendre aux parents d'élèves: par exemple que leurs enfants sont inégaux devant l'étude et ne pourront pas tous prétendre à des études longues, et ce indépendamment de leur niveau social.
Personnellement, je suis fils d'ouvrier. Ce n'était pas Zola, je m'empresse de vous le dire. Cependant, on aurait ignoré chez moi ce qu'était un bon établissement et toute les ruses à déployer pour que je ne me mélange pas à la masse. J'ai fréquenté l'école communale, le collège, le lycée et l'université, ce qui signifiait à l'époque (elle n'est pas si lointaine) que j'ai reçu exactement la même instruction qu'un fils de bourgeois qui aurait habité ma région.
Croyez vous sincèrement que cela soit la règle aujourd'hui? Moi pas.
Ah oui! Mais les élèves ont changé! Eh bien je ne trouve pas: ils sont pareils qu'à mon époque: paresseux par nature, peu attentif (vous avez oublié?) et ne respectant que l'autorité.
Par contre la façon dont on les aborde aujourd'hui est bien différente. Dire en substance à un gamin que l'on va lui en apprendre moins et que l'on va développer son "savoir être" sous prétexte qu’il vient de banlieue, vous croyez que c'est le respecter?

Désolé pour le sermon, ça me mets en colère.
Plein accord, en exultant sur le passage en gras. Je suis attristé, voire en rogne, devant le mépris de nombre d'enseignants devant leurs fumeux "nouveaux publics", et atterré devant certains "petits jeunes" qui gobent toutes les sottises qu'on leur balance sur ce thème et, sans aucun recul critique, en font une vérité.Les publics n'ont pas changé en profondeur. J'ai la chance de travailler dans un lycée où les trois-quarts des collègues ne conçoivent leur métier que par le biais du cours, qui n'hésitent pas devant la sanction ni devant le discours de "la vérité des prix", comme dit l'un d'eux. Et ce n'est pas la guerre civile.
J'ai observé peu de réactions à mon anecdote du jour des résultats du Bac, lorsqu'une ancienne élève est venue, indignée, me dire qu'elle a eu 20/20 en maths, alors même qu'elle n'avait pas fait tout le sujet. Elle a interprété cette fausse note comme un signe de mépris. Tous les gosses ne sont pas les idiots que certains collègues croient avoir en face d'eux.
Moi, pour enseigner la concision du XVIIe siècle, je laisse Twitter dans les sacs et je travaille l'antithèse chez Racine, chez La Fontaine, chez Saint-Simon. Twitter, c'est chez eux, s'ils veulent : je m'en fous. Et surout, je n'ai pas le temps, je n'ai plus le temps, tant on nous en a volé pour faire faire des sottises, ECJS, TPE, AP...
JEMS
JEMS
Grand Maître

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par JEMS Ven 13 Juil 2012 - 7:32
Même impression pour moi. En 10 ans, nous avons tous perdu du volume horaire au profit des expérimentations fumeuses, nous formions en LP de vrais professionnels, certes des exécutants, mais de bons exécutants, avec des bases solides en français et une technique irréprochable. Twitter, les outils pseudos collaboratifs, les classes entreprises, les blogs et autres outils made in café pédagogiste n'ont pas leur place. En ce moment, c'est le CLOUD qui est à la mode. Demain ? Je ne sais pas mais cela ne m'intéresse pas. Si vous saviez le nombre d’âneries qui sont désormais gobées par les BTS... ça fait réellement peur. Mes recettes fonctionnement depuis plus de 10 ans, elles sont parfaitement assimilables et assimilées et nombre de mes élèves travaillent dans le secteur administratif et sont épanouies. A bon entendeur...
Isis39
Isis39
Enchanteur

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par Isis39 Ven 13 Juil 2012 - 10:40
@Igniatius a écrit:
@Isis39 a écrit:
@Igniatius a écrit:
bcp des "modernistes" me paraissent en effet avoir un pb personnel avec leur discipline. Pas de compréhension (enfin pas tous) mais de légitimité. C'est comme s'ils n'étaient pas eux-mêmes convaincus de l'importance de ce qu'ils enseignent.

Ah ben tiens !!!
Je ne serais pas convaincue de l'importance primordiale de l'histoire-géo ??????
Cette vision me semble très étrange !!!

Te concernant, je ne sais pas, je ne t'ai pas assez pratiquée sur ce forum. Je note cpdt que tu te considères "moderniste".

En revanche, nieras-tu que l'un des leitmotiv des promoteurs de l'innovation, c'est l'accroche de l'élève par des moyens extérieurs à sa discipline, qu'ils soient pratiques (le "jeu") ou technologiques (twitter pour l'un, facebook pour l'autre, etc.) ?
Comme si la discipline ne se suffisait pas. Pour ma part, j'estime que les mathématiques sont essentielles à enseigner à chacun, pour elles-mêmes, et que leur intérêt n'a pas besoin d'être faussement motivé par des artifices. Cela ne m'empêche pas d'introduire les nouvelles notions par les perspectives d'utilisation concrète qui parlent aux gosses, ou par un peu d'histoire des sciences, qui me passionne.

Ce qui me fait exprimer cette idée, c'est aussi la lecture des nombreux tweets des "innovants" (je ne suis pas certain mais tu fais peut-être partie de leur galaxie) : lorsque neoprofs est évoqué, pour railler son esprit partisan ou les réacs qui le peuplent, parmi les nombreux hashtags utilisés, je retrouve souvent des références aux #disciplines, vues de manière négative, à opposer à la #transdisciplinarité, ou aux #compétences. Comme si elles étaient l'ennemi, puisqu'elles ne reposent que sur les #contenus.


Enfin, je ne sais pas si tu es au SGEN, mais c'est probable car c'est souvent le syndicat des gens qui se veulent "modernes et innovants". Je tiens juste à rappeler que c'est le seul syndicat qui ne s'est pas opposé à la réforme Châtel en ne signant pas la pétition demandant son abrogation, alors qu'elle entérinait la disparition de l'histoire-géo des classes de Terminales S et, plus largement, a fait reculer les horaires disciplinaires de manière drastique. Si tu considères ta discipline comme primordiale (et c'est bien mon avis concernant l'histoire), comment as-tu vécu cette coup de poignard de ton propre syndicat ?

Si tu n'es pas au SGEN, paragraphe caduc !

Je ne suis pas au sgen.
Et il me semble que tu confonds la discipline et les outils que l'on peut utiliser pour enseigner cette discipline.
Depuis le XIXe, la façon d'enseigner a évolué : donc l'évolution des outils pour enseigner continue.

Ce qui me pose problème ici, c'est l'opposition systématique aux nouveau outils. Il faut prendre ce qui est bien, ce qui apporte un plus, sans pour autant baigner dans un optimisme béat. J'utilise un TNI depuis 4-5 ans : je vois toutes ses possibilités et plus apportés à mon enseignement mais aussi toutes ses limites. Pareil pour les outils du web comme twitter : pour l'instant, je n'en vois pas l'intérêt pour ma discipline, donc je ne l'utilise pas.

Pourquoi donc opposer les uns et les autres ? Vision un peu trop manichéenne à mon goût.
Igniatius
Igniatius
Guide spirituel

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par Igniatius Ven 13 Juil 2012 - 10:57
Ta réponse t'exclut d'emblée des modernistes pour moi !

Moi aussi je cherche à utiliser certains outils qui me semblent intéressants ou facilitants ds ma discipline (il y en a peu ceci dit apportant un vrai plus et bcp de miroirs aux alouettes).
Ce que je déplore tjrs (et je ne pense pas être le seul), c'est l'ensemble du discours présentant ces outils comme révolutionnaires et indispensables à l'enseignement, et au-delà à la formation du citoyen. C'est à croire, dans le discours de certains, qu'enseigner les maths "à la main" est moins important que les habituer à utiliser Facebook ou twitter.
On se demande d'ailleurs comment on faisait avant.

Que certains y voient la panacée, je le regrette, mais c'est encore leur pb. Cela devient le lien lorsque les programmes inscrivent l'utilisation de ces outils comme une injonction, et sont même aujourd'hui conçus de façon à nous forcer à les utiliser. En maths, cela se traduit par un changement de paradigme : on nous demande de cesser l'enseignement des maths telles qu'elles sont entendues jusqu'à maintenant.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
aralia
aralia
Niveau 5

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par aralia Ven 13 Juil 2012 - 11:26
Cripure a écrit:Moi, pour enseigner la concision du XVIIe siècle, je laisse Twitter dans les sacs et je travaille l'antithèse chez Racine, chez La Fontaine, chez Saint-Simon. Twitter, c'est chez eux, s'ils veulent : je m'en fous. Et surout, je n'ai pas le temps, je n'ai plus le temps, tant on nous en a volé pour faire faire des sottises, ECJS, TPE, AP...

yesyes J'ai découvert Twitter (pardon l'existence de Twitter) pendant les élections. Mais je suis nulle! A quand les stages pour nous former?
bruno09
bruno09
Niveau 10

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par bruno09 Ven 13 Juil 2012 - 13:35
@Isis39 a écrit:

Ce qui me pose problème ici, c'est l'opposition systématique aux nouveau outils. Il faut prendre ce qui est bien, ce qui apporte un plus, sans pour autant baigner dans un optimisme béat. J'utilise un TNI depuis 4-5 ans : je vois toutes ses possibilités et plus apportés à mon enseignement mais aussi toutes ses limites. Pareil pour les outils du web comme twitter : pour l'instant, je n'en vois pas l'intérêt pour ma discipline, donc je ne l'utilise pas.

Pourquoi donc opposer les uns et les autres ? Vision un peu trop manichéenne à mon goût.

Je suis parfaitement d'accord avec toi sur ce point. Personnellement, j'utilise abondamment le vidéoprojecteur et je m'en trouve bien. Par contre l'usage de Twitter me paraît inutile.
Un fil sur ce sujet n'aurait dû susciter que de l'intérêt pour certains et une indifférence au pire ponctuée d'un haussement d'épaule ("N'importe quoi?") pour les autres.
Les réactions passionnées que cette annonce provoque nous en disent long sur les atteintes à la liberté pédagogique, qu'elles soient vécues, ressenties ou craintes.
Qu'est ce que l'approche par compétences, sinon une obligation d'enseigner selon un angle que tous (beaucoup) ne souhaitent pas?
Qui peut dire qu'on nous ne nous l'impose pas?
On nous accuse de systématiquement refuser la nouveauté (si tant est que nous soyons un groupe unanime sur tout les points) et très vite, les accusations pleuvent: réactionnaire, de droite, "Brighelliste". Je ne me trompe pas. Je l'ai bien lu. Tu l'as bien lu également, non?
neomath
neomath
Neoprof expérimenté

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par neomath Ven 13 Juil 2012 - 13:49
@bruno09 a écrit:Étonnant, ce débat des anciens contre les modernes...
Enseigner, c'est transmettre une culture forcément passée à ceux qui construiront le futur. Faut il se jeter sur toutes les innovations dans le domaine de la communication et les utiliser de toute force dans nos classes? Guillaumecaron s'en défend et je veux bien croire qu'il trouve un intérêt pédagogique à Twitter, mais c'est pourtant ce qui se passe: l'Ipad apparaît et des cours sur tablette nous sont vantés, que Facebook devienne un médium populaire et il devient un must pédagogique. Je ne vous parle pas des jeux sérieux et du reste [........]
Par contre la façon dont on les aborde aujourd'hui est bien différente. Dire en substance à un gamin que l'on va lui en apprendre moins et que l'on va développer son "savoir être" sous prétexte qu’il vient de banlieue, vous croyez que c'est le respecter?
Désolé pour le sermon, ça me mets en colère.
Bravo. Tout est dit.


_________________
You cannot reason people out of positions they didn’t reason themselves into.    J. Swift
Presse-purée
Presse-purée
Grand sage

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par Presse-purée Ven 13 Juil 2012 - 13:53
Disons que le double discours ne plaît pas trop.

Et ensuite, le problème vient souvent que de nombreux collègues - et pas ceux qui interviennent ici, tels que Guillaume par exemple - pensent que parce qu'ils utilisent les outils numériques, ils consolident les apprentissages. Or, ils ne pensent pas leurs cours et leurs démarches et se disent que parce que leur travaux sont numériques, l'enrobage moderne et le fait que cela paraisse coller à "la vie réelle", cela est suffisant pour qu'il reste quelque chose des apprentissages mis en place. Or, c'est faux. Beaucoup de collègues "se jettent" dans le numérique en pensant qu'il va sauver l'école sans penser leurs cours. Et l'institution, qui semble se débattre désespérément presque pour justifier son existence, promeut des travaux qui sont insipides.
Personnellement, j'ai assisté à de nombreuses formations sur le sujet des TICE, comme vous avez pu le lire ici et ailleurs, j'utilise les nouvelles technologies lorsque j'estime qu'elles apportent un plus (exemple typique, un diaporama pour une rédaction: images et musiques pour inspirer. A côté de cela, comme c'est un entrainement, dicos, dicos analytiques et Bescherelle conjugaison à dispo dans la salle).
Mais par exemple, voir en formation TICE des travaux d'élèves truffés d'erreurs grammaticales, d'erreurs de syntaxe et pauvres en vocabulaire, érigés comme modèles de travaux parce que numériques, alors que l'essentiel n'est pas atteint (maîtrise de la langue, langue développée)... ça me scie.

Les TICE sont un outil au service des apprentissages, par un talisman qui va rendre n'importe quel travail obligatoirement formateur.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR
bruno09
bruno09
Niveau 10

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par bruno09 Ven 13 Juil 2012 - 14:53
@Presse-purée a écrit:Disons que le double discours ne plaît pas trop.

Et ensuite, le problème vient souvent que de nombreux collègues - et pas ceux qui interviennent ici, tels que Guillaume par exemple - pensent que parce qu'ils utilisent les outils numériques, ils consolident les apprentissages. Or, ils ne pensent pas leurs cours et leurs démarches et se disent que parce que leur travaux sont numériques, l'enrobage moderne et le fait que cela paraisse coller à "la vie réelle", cela est suffisant pour qu'il reste quelque chose des apprentissages mis en place. Or, c'est faux. Beaucoup de collègues "se jettent" dans le numérique en pensant qu'il va sauver l'école sans penser leurs cours. Et l'institution, qui semble se débattre désespérément presque pour justifier son existence, promeut des travaux qui sont insipides.
Personnellement, j'ai assisté à de nombreuses formations sur le sujet des TICE, comme vous avez pu le lire ici et ailleurs, j'utilise les nouvelles technologies lorsque j'estime qu'elles apportent un plus (exemple typique, un diaporama pour une rédaction: images et musiques pour inspirer. A côté de cela, comme c'est un entrainement, dicos, dicos analytiques et Bescherelle conjugaison à dispo dans la salle).
Mais par exemple, voir en formation TICE des travaux d'élèves truffés d'erreurs grammaticales, d'erreurs de syntaxe et pauvres en vocabulaire, érigés comme modèles de travaux parce que numériques, alors que l'essentiel n'est pas atteint (maîtrise de la langue, langue développée)... ça me scie.

Les TICE sont un outil au service des apprentissages, par un talisman qui va rendre n'importe quel travail obligatoirement formateur.

+1! Pour moi, les TICE (Les TUIC? Mais qu'est ce qu'ils sont cons!), c'est le truc qui dans certain cas va me faire gagner ce qui me manque le plus: le temps.
Envoyer un fichier avec vlc au lieu de farfouiller dans un magnétoscope plein de craie, lancer "l'internationale" (ou "Maréchal nous voilà") au lieu de bidouiller avec un lecteur cd, écrire en gros et en arial pour mes "dis" myopes qui n'auront pas à subir mon écriture pourrie. Moi non plus, je ne viens pas au collège en char à bœufs...

Quand les TICE font perdre du temps, c'est mort: cours en salle info ("mon code y marche pas, il est où le fichier, ça buggue, Ah bon je suis sur Facebook, c'est venu tout seul...), twitter, Facebook, jeux sérieux...
Dans un peu plus d'un mois, s'ouvre Ludovia, la grand messe des geeks innovateurs et éducatifs. Je suis prêt à parier que le manque de temps encore une fois ne sera pas évoqué... Faut dire que les boîtes qui viennent y démarcher leur matos n'en ont cure: les résultats des élèves, on s'en tape, on est là pour vendre. Au fait, qui subventionne les "enseignants innovants" et un certain site éducatif bien connu?
Gryphe
Gryphe
Médiateur

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par Gryphe Sam 14 Juil 2012 - 18:28
Or, donc, le débat du jour sur Twitter porte sur "tu as toujours un prof qui..." versus "tu as toujours un élève qui...".

http://twitter.com/#!/search/%23TasToujoursUnProf

http://twitter.com/#!/search/%23TasToujoursUnEl%C3%A8ve

Laughing


(Bon, sinon, pour les trucs sérieux, c'est par ici, mais faut avoir le moral bien accroché pour lire...

http://twitter.com/#!/search/%23refondation)


Dernière édition par Gryphe le Sam 14 Juil 2012 - 18:34, édité 1 fois

_________________
Τί ἐστιν ἀλήθεια ;
Samadhi
Samadhi
Niveau 7

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par Samadhi Sam 14 Juil 2012 - 18:33
@Gryphe a écrit:Or, donc, le débat du jour sur Twitter porte sur "tu as toujours un prof qui..." versus "tu as toujours un élève qui...".

http://twitter.com/#!/search/%23TasToujoursUnProf

http://twitter.com/#!/search/%23TasToujoursUnEl%C3%A8ve

Laughing

Je suis en train de m'éclater à les lire, même s'ils se plagient tous et que ça manque d'originalité.

Et sinon, y aurait-il suffisamment de profs sur twitter pour mettre #Tastoujoursuneleve en TT ? J'adorerais Twisted Evil

_________________
"They were threatened by my intelligence and too stupid to know that's why they hated me" (S.C.)
avatar
InviteeF
Vénérable

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par InviteeF Sam 14 Juil 2012 - 18:39
@Gryphe a écrit:Or, donc, le débat du jour sur Twitter porte sur "tu as toujours un prof qui..." versus "tu as toujours un élève qui...".

http://twitter.com/#!/search/%23TasToujoursUnProf

http://twitter.com/#!/search/%23TasToujoursUnEl%C3%A8ve

Laughing


(Bon, sinon, pour les trucs sérieux, c'est par ici, mais faut avoir le moral bien accroché pour lire...

http://twitter.com/#!/search/%23refondation)

Oh, merci merci, ça va être agréable à lire, je sens !! sunny
aralia
aralia
Niveau 5

Les enseignants et Twitter - Eduscol - Page 9 Empty Re: Les enseignants et Twitter - Eduscol

par aralia Sam 14 Juil 2012 - 18:44
mdr
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum