Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Reconversion, article de l'Express... Empty Reconversion, article de l'Express...

par Lefteris le Mar 4 Sep 2012 - 10:49
Néoprofs lu et cité dans l'article...
http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/emploi/emploi-ils-ont-quitte-le-prive-pour-enseigner_1155722.html

Et qui donne son avis , encore une fois, dans l'article ? Devinez qui, Sa Sublime Omniscience. Very Happy

Quant à l'aide que l'administration donne aux "reconvertis",  ça peut être à mourir de rire si l'on n'a pas soi-même vécu les chausse-trapes, les erreurs, les petites mesquineries. Il doit y avoir aussi un spcialsite de la langue de bois qui a été interrogé.   Laughing

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, utilisée pour toutes les démolitions, expliquée sans fard par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
axolotl
axolotl
Niveau 6

Reconversion, article de l'Express... Empty Re: Reconversion, article de l'Express...

par axolotl le Mar 4 Sep 2012 - 11:12
La classe!! Wink
Laprade
Laprade
Niveau 2

Reconversion, article de l'Express... Empty Re: Reconversion, article de l'Express...

par Laprade le Sam 16 Nov 2019 - 8:32
Intéressant de relire cet article à l'aune des changements de ces dernières années (je remets le lien qui a changé).

"Beaucoup de salariés ont l'impression de n'être que le maillon d'une immense chaîne, complète Patrick Foglia, fondateur de la prépa privée ForProf, qui a vu défiler dans ses formations des ingénieurs, des avocats "et même une policière". Ils sont excédés par la recherche de rentabilité ou le stress de leur travail, où ils ne trouvent pas la notion d'utilité, même si l'enseignement n'est pas un métier de planqué."

Et dans un temps très court ça ne le sera plus du tout!

Alors directeur de l'IUFM de Lyon, Philippe Meirieu a été le premier à lancer, en 2002, des cours en soirée et le week-end, spécialement taillés pour les salariés. "Avant, la reconversion tenait du parcours du combattant et restait marginale, surtout cantonnée aux gens du secteur sanitaire et social ou aux ingénieurs reconvertis comme profs de sciences dans le secondaire", raconte-t-il.

No comment.

"Se retrouver novice alors que l'on était expert est toujours risqué. C'est près de 18 mois d'efforts", rappelle Patrick Foglia. Et les conditions de travail, une fois en poste, n'ont rien d'idylliques non plus. "Pression des parents, enfants difficiles... énumère-t-il. C'est un métier où l'on donne, pas vraiment un choix de confort, même s'il permet pour certains une meilleure conciliation entre vie professionnelle et vie de famille." Sans compter que beaucoup voient leur salaire divisé par deux, voire trois. Soit un changement de niveau de vie radical pour qui n'a pas le soutien financier d'un conjoint.
Consciente de ces enjeux, l'Education nationale se préoccupe de plus en plus de ces reconvertis, notamment sur la question de la prise en compte de l'ancienneté, encore pénalisante pour le calcul des retraites. "Elle y a tout intérêt, tant sur le plan quantitatif que qualitatif", plaide Philippe Meirieu.

Les intéressés apprécieront.

Et maintenant quelques articles de ces derniers mois.

Diplômés d’une grande école, ils décident de devenir profs en REP

Ne vous emballez pas, c'est du volontariat pour enrichir le CV à la sortie de l'école!

Enseignants en reconversion : le « parcours du combattant »

Le mouvement est très marginal, on sait pourquoi: rien n'est fait pour le favoriser.

Ils ont tout quitté pour devenir profs

Un marronnier de la rentrée.

Et je n'ai pas pu m'empêcher de citer cet article où on voit la bienveillance à son comble:

La DRH de l'académie de Montpellier : “Pensez à l'euthanasie si les reconversions ne vous conviennent pas”

Venus des Pyrénées-Orientales, de l'Aude et de l'Hérault, ils étaient convoqués, le 21 février dernier par la direction des ressources humaines pour évoquer leur avenir et de possibles reconversions car, dans le cadre de la réforme de l'éducation, la totalité des postes de la discipline devraient disparaître à moyen terme.
"Que doit-on faire si les propositions de reconversion ne nous conviennent pas?", interroge lors de la réunion, une enseignante de Narbonne.
"Je vais me permettre une réponse avec de l'humour, pensez à l'euthanasie", a déclaré aux professeurs concernés, la directrice des ressources humaines du rectorat d'académie de Montpellier.
L'humour de la responsable des ressources humaines ne passe pas et ce d'autant moins que la scène se déroule "devant un parterre de professeurs de gestion-administration médusés, et dans un lieu, le lycée Jean Moulin à Béziers où il y a eu 6 suicides depuis 2012", s'indigne René Chiche, professeur de philosophie et représentant du syndicat Action et démocratie AD CFE-CGC.

Bonne lecture.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum