Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Lefteris Jeu 21 Mar 2013 - 19:22
A une réunion de formation récente, c'est ce que j'ai entendu de formateurs. Je ne sais pas s'il y avait résignation ou approbation dans ces paroles, émanant de collègues formateurs.

Il s'agit de professionnaliser les facs pour changer le parcours qui mène au concours, de manière à scinder totalement la recherche et les métiers de l'enseignement : le master disciplinaire, jugé inadapté pour enseigner ne permettra pas de passer les capes,ne correspondant plus aux épreuves futures. Même chose dans l'autre sens.

La professionnalisation aurait pour but d'adapter les étudiants à faire autre chose que leur matière, et à participer à pratiquement tout le fonctionnement de l'établissement où ils passeraient la journée. Pour eux, c'est acté, ce n'est plus qu'une question de temps, de moment propice.

A mon intervention, faisant remarquer que la perspective de faire de l'extra-pro au détriment de la matière choisie risquait de détourner encore plus les étudiants des métiers de l'enseignement, il m'a été répondu qu'ils sont déjà dans cet état d'esprit. Ah bon.




_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"(F. Robine , expliquant sans fard la stratégie du puzzle)

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
avatar
barèges
Érudit

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par barèges Jeu 21 Mar 2013 - 19:24
Eh oui... Oui.
Celadon
Celadon
Demi-dieu

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Celadon Jeu 21 Mar 2013 - 20:04
Quelle horreur. Mais je crois que c'est vrai, hélas. affraid Twisted Evil
Philomèle
Philomèle
Niveau 9

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Philomèle Jeu 21 Mar 2013 - 20:05
Misère.

Effectivement, c'est dans ce sens là que va l'élaboration des ESPE : désormais, les masters enseignement ne doivent pas être disciplinaires mais créer une "culture professionnelle commune". Et comme en amont les licences ne doivent pas non plus être disciplinaires (d'une part, réflexion -3 / + 3, c'est-à-dire faire acquérir les bases en licence et non plus au lycée ; d'autre part, créer en première année, voire en deuxième année, des "portails" de formations généralistes et non plus spécialisées)... on ne sait pas quand les futurs enseignants travailleront à acquérir la culture de leur discipline : en L3 ? Où ils sont d'ailleurs censés s'initier à la recherche par la rédaction d'un mémoire...

Ce que tu rapportes est en tout cas parfaitement dans l'air du temps.
(anti-intellectualisme de la part même des responsables de l'École dont je ne me remets pas).


Dernière édition par Philomèle le Jeu 21 Mar 2013 - 20:08, édité 1 fois (Raison : Orth.)
Celadon
Celadon
Demi-dieu

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Celadon Jeu 21 Mar 2013 - 20:08
Les disciplines deviennent des bolosseries.
e-Wanderer
e-Wanderer
Sage

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par e-Wanderer Jeu 21 Mar 2013 - 20:23
L'idée, c'est effectivement de donner les pleins pouvoirs aux dingues des sciences de l'éducation (qui tiennent malheureusement le ministère). Au-delà de la catastrophe annoncée pour la formation des enseignants (on a déjà vu ce que donnaient sur le terrain les théories fumeuses des pédagogues fous), il faut aussi prendre conscience de ce que signifie pour le monde de la recherche cet affaiblissement des contenus disciplinaires au CAPES : cela va entraîner mécaniquement des suppressions de postes à l'université. Une matière comme l'ancien français, par exemple, s'enseigne principalement dans la perspective des concours, et cela vaut aussi dans une moindre mesure pour toutes les autres : en histoire-géographie, le concours "nouveau régime" demanderait de choisir entre les deux disciplines...

D'où moins d'heures de cours à la fac, donc des suppressions de postes, donc moins de débouchés pour les thésards, donc moins d'étudiants en thèse, donc moins de séminaires de recherche, donc encore des postes supprimés... On entre dans un cercle vicieux catastrophique pour la recherche en sciences humaines (au sens large), et je ne pardonne pas à un gouvernement de gauche de mener une politique aussi désastreuse.
Reine Margot
Reine Margot
Demi-dieu

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Reine Margot Jeu 21 Mar 2013 - 20:27
l'idée est aussi de faire des économies en faisant en sorte qu'un prof puisse être "utilisable" dans n'importe quelle discipline... Rolling Eyes

_________________
Quand tout va mal, quand il n'y a plus aucun espoir, il nous reste Michel Sardou
La famille Bélier
piesco
piesco
Modérateur

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par piesco Jeu 21 Mar 2013 - 20:41
Sad

Philomèle
Philomèle
Niveau 9

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Philomèle Jeu 21 Mar 2013 - 20:42
e-Wanderer a écrit:L'idée, c'est effectivement de donner les pleins pouvoirs aux dingues des sciences de l'éducation (qui tiennent malheureusement le ministère). Au-delà de la catastrophe annoncée pour la formation des enseignants (on a déjà vu ce que donnaient sur le terrain les théories fumeuses des pédagogues fous), il faut aussi prendre conscience de ce que signifie pour le monde de la recherche cet affaiblissement des contenus disciplinaires au CAPES : cela va entraîner mécaniquement des suppressions de postes à l'université. Une matière comme l'ancien français, par exemple, s'enseigne principalement dans la perspective des concours, et cela vaut aussi dans une moindre mesure pour toutes les autres : en histoire-géographie, le concours "nouveau régime" demanderait de choisir entre les deux disciplines...

D'où moins d'heures de cours à la fac, donc des suppressions de postes, donc moins de débouchés pour les thésards, donc moins d'étudiants en thèse, donc moins de séminaires de recherche, donc encore des postes supprimés... On entre dans un cercle vicieux catastrophique pour la recherche en sciences humaines (au sens large), et je ne pardonne pas à un gouvernement de gauche de mener une politique aussi désastreuse.

Je ne crois pas que la projection dans la nouvelle réforme soit encore très avancée mais on peut effectivement se demander ce que vont devenir les spécialités de littérature "ancien régime" dans les départements de Lettres. Il me semble qu'hors Paris, l'adaptation consisterait plutôt à réfléchir à du FLE, des licences pro communication, journalisme, édition... Je peine encore à me projeter dans une situation où l'écart serait aussi important entre la recherche érudite et l'enseignement ordinaire, mais, somme toute, ce n'est peut-être pas si différent de l'écart qui existe déjà entre l'enseignement en L1 et la recherche ordinaire.

Je n'ai pas dit qu'il y avait lieu de s'en réjouir.
Et en effet, ce sentiment de coup de poignard dans le dos de la part d'un gouvernement de gauche...
Olympias
Olympias
Prophète

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Olympias Jeu 21 Mar 2013 - 20:52
On peut lancer les paris, le personnel des IUFM se retrouvera dans les ESPE...On sait tous ce que ça va donner.... affraid
Après, la question est cruciale : que faire de ces gens qui ont fui collèges et lycées ou qui n'y ont jamais mis les pieds (mais qui nous disent comment faire...) ? Je parle de tous ceux qui donnent l'image la moins positive de ces instituts.....
Celadon
Celadon
Demi-dieu

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Celadon Jeu 21 Mar 2013 - 20:53
En rééducation, à la campagne. Que mille fleurs fleurissent ! Very Happy
Philomèle
Philomèle
Niveau 9

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Philomèle Jeu 21 Mar 2013 - 20:55
Olympias a écrit:On peut lancer les paris, le personnel des IUFM se retrouvera dans les ESPE...

Oui, c'est effectivement autour de l'IUFM que le projet d'ESPE s'organise (en tout cas dans mon établissement), par autour des composantes disciplinaires.
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Lefteris Jeu 21 Mar 2013 - 21:01
Philomèle a écrit:
e-Wanderer a écrit:L'idée, c'est effectivement de donner les pleins pouvoirs aux dingues des sciences de l'éducation (qui tiennent malheureusement le ministère). Au-delà de la catastrophe annoncée pour la formation des enseignants (on a déjà vu ce que donnaient sur le terrain les théories fumeuses des pédagogues fous), il faut aussi prendre conscience de ce que signifie pour le monde de la recherche cet affaiblissement des contenus disciplinaires au CAPES : cela va entraîner mécaniquement des suppressions de postes à l'université. Une matière comme l'ancien français, par exemple, s'enseigne principalement dans la perspective des concours, et cela vaut aussi dans une moindre mesure pour toutes les autres : en histoire-géographie, le concours "nouveau régime" demanderait de choisir entre les deux disciplines...

D'où moins d'heures de cours à la fac, donc des suppressions de postes, donc moins de débouchés pour les thésards, donc moins d'étudiants en thèse, donc moins de séminaires de recherche, donc encore des postes supprimés... On entre dans un cercle vicieux catastrophique pour la recherche en sciences humaines (au sens large), et je ne pardonne pas à un gouvernement de gauche de mener une politique aussi désastreuse.

Je ne crois pas que la projection dans la nouvelle réforme soit encore très avancée mais on peut effectivement se demander ce que vont devenir les spécialités de littérature "ancien régime" dans les départements de Lettres. Il me semble qu'hors Paris, l'adaptation consisterait plutôt à réfléchir à du FLE, des licences pro communication, journalisme, édition... Je peine encore à me projeter dans une situation où l'écart serait aussi important entre la recherche érudite et l'enseignement ordinaire, mais, somme toute, ce n'est peut-être pas si différent de l'écart qui existe déjà entre l'enseignement en L1 et la recherche ordinaire.

Je n'ai pas dit qu'il y avait lieu de s'en réjouir.
Et en effet, ce sentiment de coup de poignard dans le dos de la part d'un gouvernement de gauche...

Une telle réforme signe l'arrêt de mort de nombreuses matières, dont les lettres, déjà mal en point. Car les étudiants qui aiment ces matières ne s'y lanceront plus, puisque le nouveau métier les rabaissera, qu'il faudra faire deux ans de pédagol en lieu et place de disciplinaire , pour avoir comme unique perspective le Capes, le chemin de l'agreg étant quasiment fermé. Ou alors faire un master disciplinaire qui interdira de passer le capes en chemin de repli, parce que le cursus ne comprendra pas de préparation au pédagol, et quasiment aucune chance d'aller à la fac non plus, vu que les postes vont aussi fondre. Dernière solution , faire des études pur le plaisir et faire autre chose après , n'ayant rien à voir. mais quoi ?

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"(F. Robine , expliquant sans fard la stratégie du puzzle)

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
avatar
barèges
Érudit

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par barèges Jeu 21 Mar 2013 - 21:03
Philomèle a écrit:
Je ne crois pas que la projection dans la nouvelle réforme soit encore très avancée mais on peut effectivement se demander ce que vont devenir les spécialités de littérature "ancien régime" dans les départements de Lettres. Il me semble qu'hors Paris, l'adaptation consisterait plutôt à réfléchir à du FLE, des licences pro communication, journalisme, édition... Je peine encore à me projeter dans une situation où l'écart serait aussi important entre la recherche érudite et l'enseignement ordinaire, mais, somme toute, ce n'est peut-être pas si différent de l'écart qui existe déjà entre l'enseignement en L1 et la recherche ordinaire.

Je n'ai pas dit qu'il y avait lieu de s'en réjouir.
Et en effet, ce sentiment de coup de poignard dans le dos de la part d'un gouvernement de gauche...

Mais c'est bien ce qui se fait déjà : voir la part du FLE et des "compétences professionnelles" autres que celle d'enseignant ou de chercheur dans les profils de postes du supérieur cette année... Je n'ai pas beaucoup de recul, mais j'ai l'impression d'une tendance qui s'accentue bien rapidement. De l'informatique, des sciences de la communication, du FLE, de partout. Et de la didactique dans le moins pire des cas.
Licences pros, master pros... Je vois les facs s'engouffrer joyeusement dans ces parcours bien plus attractifs que les parcours disciplinaires classiques, et les étudiants, bien entendu, suivent.
Il faut voir ce que cela va donner... Ces filières mènent-elles plus vite et mieux les étudiants vers un emploi que les filières disciplinaires ? J'ai l'impression d'un miroir aux alouettes, qui donne le titre qui va bien sur le CV mais vide de substance. Enfin je suis de mauvaise humeur parce que ma matière va disparaître à assez court terme, donc en partie de mauvaise foi...
En tout cas l'université change de cap. Elle se détourne de l'enseignement disciplinaire et va vers le pro, cela me paraît assez évident, quitte à donner des master "métiers du livre" pour devenir vendeur à la fnac.
Olympias
Olympias
Prophète

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Olympias Jeu 21 Mar 2013 - 21:05
Et en effet, ce sentiment de coup de poignard dans le dos de la part d'un gouvernement de gauche...
Le problème est que ce n'est pas la première fois que la gauche nous joue la danse caucasienne. Avec la droite, c'est plus clair, on sait qu'ils nous haïssent. Mais on n'arrive pas à s'habituer à la traîtrise de la gauche. C'est terrible. A croire qu'ils ne comprennent rien !
Philomèle
Philomèle
Niveau 9

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Philomèle Jeu 21 Mar 2013 - 21:28
barèges a écrit:
Je vois les facs s'engouffrer joyeusement dans ces parcours bien plus attractifs que les parcours disciplinaires classiques, et les étudiants, bien entendu, suivent.

Juste sur ce point : dans les UFR et pour les enseignants chercheurs de base, je ne crois pas qu'il y ait beaucoup d'enthousiasme. Il est juste en revanche que l'adaptation se fait beaucoup plus vite que le discours habituel sur l'inertie des enseignants du supérieur pourrait le laisser croire.
En fait, il s'agit de répondre à différentes demandes : de la région en général (notamment dans les antennes universitaires), du ministère également. Ensuite, les instances dirigeantes de l'université demandent de justifier les postes de la composante. Si le sur-encadrement des étudiants est trop criant (c'est-à-dire que les parcours sont vides), il faut bien créer des diplômes attrayants, c'est-à-dire répondre à la demande de "professionnalisation". D'où une espèce de fuite en avant, qui justifie le maintien du nombre de postes.
Souvent, ces diplômes correspondent réellement à une demande dans un bassin d'emploi régional et peuvent effectivement avoir de bons taux d'insertion sur le marché du travail local.
Reste qu'un étudiant qui aurait été mauvais en Lettres modernes est tout aussi mauvais en "Lettres et communication"... L'étudiant est venu sur un malentendu. Et on ne change pas les pierres en or.

On peut envisager ces formations à côté des parcours plus académiques qui mènent jusqu'à présent à l'enseignement, pourquoi pas.
Nestya
Nestya
Esprit sacré

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Nestya Jeu 21 Mar 2013 - 21:31
e-Wanderer a écrit:L'idée, c'est effectivement de donner les pleins pouvoirs aux dingues des sciences de l'éducation (qui tiennent malheureusement le ministère).
Mais quand se rendra-t-on compte du danger qu'ils représentent??? Est-ce que la situation s'est améliorée depuis qu'ils tiennent des rênes (c'est-à-dire de nombreuses année!)? Bien sûr que non! Elle a empiré!
leyade
leyade
Esprit sacré

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par leyade Jeu 21 Mar 2013 - 21:42
e-Wanderer a écrit:L'idée, c'est effectivement de donner les pleins pouvoirs aux dingues des sciences de l'éducation (qui tiennent malheureusement le ministère). Au-delà de la catastrophe annoncée pour la formation des enseignants (on a déjà vu ce que donnaient sur le terrain les théories fumeuses des pédagogues fous), il faut aussi prendre conscience de ce que signifie pour le monde de la recherche cet affaiblissement des contenus disciplinaires au CAPES : cela va entraîner mécaniquement des suppressions de postes à l'université. Une matière comme l'ancien français, par exemple, s'enseigne principalement dans la perspective des concours, et cela vaut aussi dans une moindre mesure pour toutes les autres : en histoire-géographie, le concours "nouveau régime" demanderait de choisir entre les deux disciplines...

D'où moins d'heures de cours à la fac, donc des suppressions de postes, donc moins de débouchés pour les thésards, donc moins d'étudiants en thèse, donc moins de séminaires de recherche, donc encore des postes supprimés... On entre dans un cercle vicieux catastrophique pour la recherche en sciences humaines (au sens large), et je ne pardonne pas à un gouvernement de gauche de mener une politique aussi désastreuse.

humhum pale pale pale

_________________
Maggi is my way, Melfor is my church and Picon is my soutien. Oui bon je sais pas dire soutien en anglais.
LSU AP ENT HDA PAI PAP PPMS PPRE ULIS TICE PAF
Aurore
Aurore
Esprit éclairé

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Aurore Jeu 21 Mar 2013 - 22:24
Dans l'enseignement de la musique, rien de nouveau sous le soleil : les potentats pédagogistes tiennent ce discours prétendument progressiste depuis une bonne trentaine d'années, et ce ne sont pas que des paroles en l'air. Une grande partie du corps enseignant est ainsi déjà pleinement adaptée aux défis de la société de demain... diable
Olympias
Olympias
Prophète

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Olympias Jeu 21 Mar 2013 - 22:27
Aurore a écrit:Dans l'enseignement de la musique, rien de nouveau sous le soleil : les potentats pédagogistes tiennent ce discours prétendument progressiste depuis une bonne trentaine d'années, et ce ne sont pas que des paroles en l'air. Une grande partie du corps enseignant est ainsi déjà pleinement adaptée aux défis de la société de demain... diable

Concrètement, cela se traduit comment ?
Aurore
Aurore
Esprit éclairé

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Aurore Jeu 21 Mar 2013 - 22:51
Olympias a écrit:
Aurore a écrit:Dans l'enseignement de la musique, rien de nouveau sous le soleil : les potentats pédagogistes tiennent ce discours prétendument progressiste depuis une bonne trentaine d'années, et ce ne sont pas que des paroles en l'air. Une grande partie du corps enseignant est ainsi déjà pleinement adaptée aux défis de la société de demain... diable

Concrètement, cela se traduit comment ?
Vaste question... Wink En quelques mots :
- dans l'enseignement spécialisé (les conservatoires) on a changé les contenus et les exigences 1. du métier de directeur qui est devenu essentiellement administratif (pour simplifier, les managers ont remplacé progressivement les artistes de haut niveau) 2. du métier de professeur à travers l'imposition de nouvelles missions (mener des projets, redéfinition du métier vers une optique territoriale ("répondre aux besoins" des habitants en fonction de la sociologie du lieu et non plus tellement transmettre des savoirs et savoirs-faire artistiques). On a aussi démoli les statuts en précarisant à outrance la profession (le concours disciplinaire ne vaut pas recrutement, et encore moins titularisation !). Et tout cela sachant qu'il y a d'ores et déjà autonomie des établissements et évaluation des professeurs par le seul directeur ! affraid
Il faut reconnaître que la gauche et le PS en particulier porte une responsabilité écrasante dans cette montée en puissance de la démagogie, de la place dévolue au marché et de l'instrumentalisation par le politique.

- dans l'enseignement général (essentiellement au collège) les statuts n'ont (pour le moment) pas été cassés comme dans les conservatoires mais les programmes ont été vidés de leur contenu au fil des années pour coller à la "créativité naturelle de l'apprenant" et les formateurs mettent régulièrement en garde contre une approche "élitiste" : il faut mettre les élèves en activité à tout prix. Et comme la matière est déconsidérée, y compris par les collègues des autres disciplines, les élèves n'ont pas nécessairement tendance à la prendre au sérieux... bref tout cela n'encourage pas les vocations et ne favorise pas un haut niveau disciplinaire des profs eux mêmes (les meilleurs fuient le collège comme la peste).
Olympias
Olympias
Prophète

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Olympias Jeu 21 Mar 2013 - 23:04
Aurore a écrit:
Olympias a écrit:
Aurore a écrit:Dans l'enseignement de la musique, rien de nouveau sous le soleil : les potentats pédagogistes tiennent ce discours prétendument progressiste depuis une bonne trentaine d'années, et ce ne sont pas que des paroles en l'air. Une grande partie du corps enseignant est ainsi déjà pleinement adaptée aux défis de la société de demain... diable

Concrètement, cela se traduit comment ?
Vaste question... Wink En quelques mots :
- dans l'enseignement spécialisé (les conservatoires) on a changé les contenus et les exigences 1. du métier de directeur qui est devenu essentiellement administratif (pour simplifier, les managers ont remplacé progressivement les artistes de haut niveau) 2. du métier de professeur à travers l'imposition de nouvelles missions (mener des projets, redéfinition du métier vers une optique territoriale ("répondre aux besoins" des habitants en fonction de la sociologie du lieu et non plus tellement transmettre des savoirs et savoirs-faire artistiques). On a aussi démoli les statuts en précarisant à outrance la profession (le concours disciplinaire ne vaut pas recrutement, et encore moins titularisation !). Et tout cela sachant qu'il y a d'ores et déjà autonomie des établissements et évaluation des professeurs par le seul directeur ! affraid
Il faut reconnaître que la gauche et le PS en particulier porte une responsabilité écrasante dans cette montée en puissance de la démagogie, de la place dévolue au marché et de l'instrumentalisation par le politique.

- dans l'enseignement général (essentiellement au collège) les statuts n'ont (pour le moment) pas été cassés comme dans les conservatoires mais les programmes ont été vidés de leur contenu au fil des années pour coller à la "créativité naturelle de l'apprenant" et les formateurs mettent régulièrement en garde contre une approche "élitiste" : il faut mettre les élèves en activité à tout prix. Et comme la matière est déconsidérée, y compris par les collègues des autres disciplines, les élèves n'ont pas nécessairement tendance à la prendre au sérieux... bref tout cela n'encourage pas les vocations et ne favorise pas un haut niveau disciplinaire des profs eux mêmes (les meilleurs fuient le collège comme la peste).

J'ai fait le conservatoire il y a pas mal de temps et les professeurs étaient extremement respectés...
Durant mes cours de musique au collège, je n'ai eu que deux profs, un homme puis une femme (avec laquelle j'ai ensuite suivi l'option musique pour le bac) : personne ne bougeait une oreille pendant leur cours... On apprenait des choses, des vraies. Un jour, elle nous fit écouter le duo des chats par Elisabeth Schwartzkopf et Victoria de Los Angeles...on était sciés !
La prof de musique de ma fille (quand elle était au collège) lui a fait écouter des extraits de La flute enchantée...une fois à la maison (musique très présente), elle me demande des disques, je fournis et sa passion pour l'opéra a commencé là, en 5è !
Aurore
Aurore
Esprit éclairé

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Aurore Jeu 21 Mar 2013 - 23:18
Olympias a écrit:
J'ai fait le conservatoire il y a pas mal de temps et les professeurs étaient extremement respectés...
Bon, ce n'est pas moi qui l'ai écrit... Rolling Eyes
Olympias a écrit:
La prof de musique de ma fille (quand elle était au collège) lui a fait écouter des extraits de La flute enchantée...une fois à la maison (musique très présente), elle me demande des disques, je fournis et sa passion pour l'opéra a commencé là, en 5è !
Elle n'a donc pas eu droit au projet interdisciplinaire de "composition d'une comédie musicale", en partenariat avec la MJC du coin et l'adjoint local à la "culture" ? sorciere2
Olympias
Olympias
Prophète

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Olympias Jeu 21 Mar 2013 - 23:22
Aurore a écrit:
Olympias a écrit:
J'ai fait le conservatoire il y a pas mal de temps et les professeurs étaient extremement respectés...
Bon, ce n'est pas moi qui l'ai écrit... Rolling Eyes
Olympias a écrit:
La prof de musique de ma fille (quand elle était au collège) lui a fait écouter des extraits de La flute enchantée...une fois à la maison (musique très présente), elle me demande des disques, je fournis et sa passion pour l'opéra a commencé là, en 5è !
Elle n'a donc pas eu droit au projet interdisciplinairede "composition d'une comédie musicale", en partenariat avec la MJC du coin et l'adjoint local à la "culture" ? sorciere2

Non, des cours de musique normaux...(la prof en question est unanimement considérée comme une ringarde, par ses collègues comme par l'administration...)
Par contre en 3è, l'an dernier, ma fille (qui est aussi passionnée de théâtre) a participé à un projet grec/français monté par sa prof de lettres (qui ne pouvait ouvrir une classe de grec), ce qui lui a permis de jouer Antigone yesyes
Jacq
Jacq
Monarque

"changer le profil des professeurs et changer le statut" Empty Re: "changer le profil des professeurs et changer le statut"

par Jacq Jeu 21 Mar 2013 - 23:43
Philomèle a écrit:
Olympias a écrit:On peut lancer les paris, le personnel des IUFM se retrouvera dans les ESPE...

Oui, c'est effectivement autour de l'IUFM que le projet d'ESPE s'organise (en tout cas dans mon établissement), par autour des composantes disciplinaires.

En même temps où étaient passés les personnels des IUFM depuis leur supposée disparition ?
Dans l'université que je connais bien ils avaient juste déplacé leur activité, et l'université en question les avait placé en son sein...
Enfin, normalement, les "composantes disciplinaires" étaient acquises avec l'ancienne licence et la première année du concours. Selon moi, une fois le concours passé nous pouvions passer à autre chose que le "disciplinaire". Le problème ne viendrait-il donc pas actuellement du contenu disciplinaire qui précède le concours ?
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum