Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Hervé Hervé
Fidèle du forum

Quelle langue étudier? - Page 5 Empty Re: Quelle langue étudier?

par Hervé Hervé Jeu 27 Juin 2013 - 19:19
L'alsacien peut-être?

Quelle langue étudier? - Page 5 513TEVWYRQL._

Attention, c'est du haut-rhinois pas du bas-rhinois.
Larsson
Larsson
Niveau 8

Quelle langue étudier? - Page 5 Empty Re: Quelle langue étudier?

par Larsson Dim 30 Juin 2013 - 21:02
En quoi résident les difficultés de la langue russe (hormis les déclinaisons) pour ceux qui connaissent ?
On lit un peu partout qu'il faut de nombreuses années pour espérer avoir une conversation de tous les jours... et que cette langue est "solide" d'un point de vue grammatical. Pour autant sa grammaire est-elle aussi ardue que celle allemande ou latine ?
Caspar
Caspar
Bon génie

Quelle langue étudier? - Page 5 Empty Re: Quelle langue étudier?

par Caspar Dim 30 Juin 2013 - 21:06
Tous les peuples croient que leur langue est la plus belle et la plus difficile. Or, toutes les langues sont ardues si on veut les parler parfaitement.

Les difficultés du russe: les déclinaisons bien sûr, le doublon perfectif/imperfectif pour les verbes avec des radicaux parfois différents, les verbes de mouvements (des doublons aussi selon le type de mouvement), la prononciation n'est pas très facile non plus; mais sinon, ça reste une langue indo-européenne, donc pas si dépaysante que ça malgré des racines lexicales assez différentes de celles de notre langue romane.
Caspar
Caspar
Bon génie

Quelle langue étudier? - Page 5 Empty Re: Quelle langue étudier?

par Caspar Dim 30 Juin 2013 - 21:08
J'ajouterais que tous ceux qui apprennent le russe, l'allemand, le japonais ou toute autre langue réputée difficile ont tendance à en exagérer les difficultés pour avoir l'air plus savants et plus intelligents. Very Happy 
Nom d'utilisateur
Nom d'utilisateur
Niveau 10

Quelle langue étudier? - Page 5 Empty Re: Quelle langue étudier?

par Nom d'utilisateur Dim 30 Juin 2013 - 22:39
@Larsson a écrit:En quoi résident les difficultés de la langue russe (hormis les déclinaisons) pour ceux qui connaissent ?
On lit un peu partout qu'il faut de nombreuses années pour espérer avoir une conversation de tous les jours... et que cette langue est "solide" d'un point de vue grammatical. Pour autant sa grammaire est-elle aussi ardue que celle allemande ou latine ?

Non, pas plusieurs années, à moins d'adopter un rythme d'étude qui donnerait... le même résultat avec toute autre langue.
Différences avec le français, et sources à ce titre de difficultés :
- langue à consonantisme dominant ; en particulier s'accoutumer à distinguer les consonnes molles (palatales) des consonnes dures (vélaires) ;
- système d'écriture pour partie syllabique (rare en français - cf. la valeur de "g" dans "gants" vs "gens"), pour partie morphologique : l'écrit se sépare parfois de la phonétique pour conserver le profil graphique du mot malgré ses avatars ;
- accent de mot : il faut apprendre sa place en même temps qu'on mémorise le mot ; plus tard dans l'apprentissage, on peut prévoir sa place presque toujours, ou faire des tentatives qui éviteront de n'être pas compris. Dans de nombreux mots du vocabulaire minimum du débutant, l'accent change de place suivant sa flexion, mais ils sont minoritaires dans la langue ;
- syncrétisme : plus souvent que dans les langues classiques, une désinence de nom ou d'adjectif peut se trouver dans diverses cases des tableaux de déclinaison ;
- la flexion affranchit grandement la position des mots de sa fonction syntaxique : il faut progressivement apprendre les principes qui régissent cette position, étrangers à la syntaxe de la phrase ;
- conjugaisons réduites à deux  (et quelques irréguliers qui se comptent sur les doigts de(s) deux mains) ; mais les radicaux se présentent sous des formes variables (cf. "all-er", "v-ais", "ir-ai");
- préfixation et suffixation sont des chapitres de la grammaire de base (par ex., la partie qui concerne les verbes, leur aspect perfectif ou imperfectif, et le sous-aspect des verbes "de mouvement") ;
- le russe moderne est un mélange de formes vernaculaires, de slavonismes (parmi cet héritage du slavon, compter l'emploi des participes et gérondifs), d'emprunts aux langues occidentales : on apprend petit à petit les règles qui les distinguent.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum