Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Provence
Bon génie

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par Provence Dim 20 Oct 2013 - 20:12
@Loïse a écrit:
@sansara a écrit:

Mais je ne suis pas dégoûtée de la prépa pour autant : je suis persuadée que c'est une formation excellente, qui donne de très bonnes bases et apprend à travailler de manière rigoureuse, ce que la L1 de fac ne fait apparemment pas.
Parce qu'à 18 ans, on est censé savoir travailler seul sans quelqu'un derrière pour dire "allez mon petit poussin, il faut faire ta dissert... il faut t'avancer pour ton exposé..." Ça s’appelle l'autonomie. Si à 18 ans on ne l'a pas, tant pis : parfois il faut savoir se débrouiller seul.
Personne ne vous dit ce genre de choses en prépa...
sansara
sansara
Modérateur

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par sansara Dim 20 Oct 2013 - 21:25
Non, et je trouve ça assez condescendant, en fait.
Finrod
Finrod
Expert

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par Finrod Dim 20 Oct 2013 - 21:44
Deux remarques :

1 - La réforme du lycée a entrainé une véritable chute du niveau des élèves cette année. Certes cette chute se poursuit depuis les années 80 mais le fossé n'a jamais été aussi important. On s'arrange alors pour combler cela et positiver un minimum.

Cette chute est particulièrement préjudiciable aux élèves moyens alors qu'elle se voit à peine pour les meilleurs, qui se débrouilleraient presque aussi bien seuls chez eux avec de bons bouquins.

2 - Le taux de réussite est, reste et restera proche de 100% dans les études de ces jeunes. Des élèves parfois faibles (de très moyens TS sans réserve de travail) parviennent au bout du compte à décrocher une petite école ou à repartir avec des bases solides sur des parcours universitaires bien choisis.

A l'arrivée, dans la prépa que j'ai fait moi même il y a plus de 10 ans, les seuls qui doivent se contenter d'un travail sous-payé et dévalorisé sont ceux qui sont devenus... enseignants.

avatar
User5899
Dieu de l'Olympe

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par User5899 Lun 21 Oct 2013 - 0:13
@Loïse a écrit:
@sansara a écrit:

Mais je ne suis pas dégoûtée de la prépa pour autant : je suis persuadée que c'est une formation excellente, qui donne de très bonnes bases et apprend à travailler de manière rigoureuse, ce que la L1 de fac ne fait apparemment pas.
Parce qu'à 18 ans, on est censé savoir travailler seul sans quelqu'un derrière pour dire "allez mon petit poussin, il faut faire ta dissert... il faut t'avancer pour ton exposé..." Ça s’appelle l'autonomie. Si à 18 ans on ne l'a pas, tant pis : parfois il faut savoir se débrouiller seul.
A mon époque, début des années 80, il aurait seulement fallu que la fac proposât des disserts à faire Rolling Eyes En lettres, on allait en prépa pour une raison précise : à Thiers, deux ans de prépas, c'étaient 14 disserts de lettres, de philo, d'histoire, 30 versions latines, 30 versions grecques, 20 thèmes latins.
grandesvacances
grandesvacances
Neoprof expérimenté

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par grandesvacances Lun 21 Oct 2013 - 0:50
Faut arrêter avec le mythe de l'ogresse prépa qui bouffe les pauvres petits n'enfants : on ne subit que la pression qu'on s'inflige à soi-même.
On peut tirer parti d'une prépa (méthodes et rythme de travail, culture générale sans commune mesure avec ce que la fac peut apporter) en étant lucide sur ses objectifs et sur ses capacités, à savoir ( je parle pour ce que je connais : les Lettres) ne pas espérer envers et contre tout intégrer (surtout à une époque où concours filles et garçons étaient distincts), mais simplement vouloir apprendre et progresser. Et là on en profite à long terme.
John
John
Médiateur

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par John Lun 21 Oct 2013 - 0:53
@grandesvacances a écrit:Faut arrêter avec le mythe de l'ogresse prépa qui bouffe les pauvres petits n'enfants : on ne subit que la pression qu'on s'inflige à soi-même.
On peut tirer parti d'une prépa (méthodes et rythme de travail, culture générale sans commune mesure avec ce que la fac peut apporter) en étant lucide sur ses objectifs et sur ses capacités, à savoir ( je parle pour ce que je connais : les Lettres) ne pas espérer envers et contre tout intégrer (surtout à une époque où concours filles et garçons étaient distincts), mais simplement vouloir apprendre et progresser. Et là on en profite à long terme.
Deux contradictions :
1) Dans ce cas, pourquoi appeler cela "prépa" ?
2) Les objectifs des prépas restent malgré tout d'avoir le plus grand nombre de reçus et d'admissibles, et le discours y est bien souvent : "le concours, le concours, le concours".

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
grandesvacances
grandesvacances
Neoprof expérimenté

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par grandesvacances Lun 21 Oct 2013 - 0:58
Ah, John, je dois être anachronique : j'évoquais le temps où je "préparais" (guillemets parce que je ne faisais que parfaire mes connaissances et mes savoir-faire) Sèvres qui offrait aux jeunes filles 35 ou 40 places pour 1200 candidates, voire plus...

De nos jours, effectivement, la donne a changé.
avatar
User5899
Dieu de l'Olympe

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par User5899 Lun 21 Oct 2013 - 1:01
@John a écrit:
@grandesvacances a écrit:Faut arrêter avec le mythe de l'ogresse prépa qui bouffe les pauvres petits n'enfants : on ne subit que la pression qu'on s'inflige à soi-même.
On peut tirer parti d'une prépa (méthodes et rythme de travail, culture générale sans commune mesure avec ce que la fac peut apporter) en étant lucide sur ses objectifs et sur ses capacités, à savoir ( je parle pour ce que je connais : les Lettres) ne pas espérer envers et contre tout intégrer (surtout à une époque où concours filles et garçons étaient distincts), mais simplement vouloir apprendre et progresser. Et là on en profite à long terme.
Deux contradictions :
1) Dans ce cas, pourquoi appeler cela "prépa" ?
2) Les objectifs des prépas restent malgré tout d'avoir le plus grand nombre de reçus et d'admissibles, et le discours y est bien souvent : "le concours, le concours, le concours".
C'est vrai, mais, au moins en lettres, où les concours ne sont pas si nombreux, on sait bien que les prépas servent surtout à proposer une bonne formation, quand la fac a plus de mal à réaffirmer / réaffermir les connaissances de base. En tout cas, elles fonctionnent ainsi, à l'exception, sans doute, de quelques prépas, parisiennes mais pas seulement.
Nadejda
Nadejda
Grand sage

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par Nadejda Lun 21 Oct 2013 - 1:02
Votre signature... Razz 
avatar
User5899
Dieu de l'Olympe

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par User5899 Lun 21 Oct 2013 - 1:05
@Nadejda a écrit:Votre signature... Razz 
Laughing
Futilité pour futilité, je viens de m'apercevoir que votre avatar ne représente pas la désopilante standardiste de Twin Peaks, mais David Duchovny (?) en travesti Rolling Eyes
Nadejda
Nadejda
Grand sage

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par Nadejda Lun 21 Oct 2013 - 1:20
Oui oui, c'était bien Dennis(e) / Duchovny Smile 
Allez, j'ai remis Lucy Moran !
grandesvacances
grandesvacances
Neoprof expérimenté

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par grandesvacances Lun 21 Oct 2013 - 1:29
@Nadejda a écrit:Votre signature... Razz 
Merci, je n'avais pas remarqué ! :aau:  :aau:  :aau: 

D'ailleurs le MEN devrait éditer des tee-shirts...
Reine Margot
Reine Margot
Demi-dieu

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par Reine Margot Lun 21 Oct 2013 - 7:12
@John a écrit:
@grandesvacances a écrit:Faut arrêter avec le mythe de l'ogresse prépa qui bouffe les pauvres petits n'enfants : on ne subit que la pression qu'on s'inflige à soi-même.
On peut tirer parti d'une prépa (méthodes et rythme de travail, culture générale sans commune mesure avec ce que la fac peut apporter) en étant lucide sur ses objectifs et sur ses capacités, à savoir ( je parle pour ce que je connais : les Lettres) ne pas espérer envers et contre tout intégrer (surtout à une époque où concours filles et garçons étaient distincts), mais simplement vouloir apprendre et progresser. Et là on en profite à long terme.
Deux contradictions :
1) Dans ce cas, pourquoi appeler cela "prépa" ?
2) Les objectifs des prépas restent malgré tout d'avoir le plus grand nombre de reçus et d'admissibles, et le discours y est bien souvent : "le concours, le concours, le concours".
C'est l'objetif de la prépa, pas forcément celui des élèves, qui souvent y vont en sachant qu'ils ont peu de chances d'intégrer l'ENS ou autre, mais utilisent ces années pour la méthode de travail et les connaissances.

_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
yogi
yogi
Sage

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par yogi Lun 21 Oct 2013 - 8:15
@Reine Margot a écrit:
@John a écrit:
@grandesvacances a écrit:Faut arrêter avec le mythe de l'ogresse prépa qui bouffe les pauvres petits n'enfants : on ne subit que la pression qu'on s'inflige à soi-même.
On peut tirer parti d'une prépa (méthodes et rythme de travail, culture générale sans commune mesure avec ce que la fac peut apporter) en étant lucide sur ses objectifs et sur ses capacités, à savoir ( je parle pour ce que je connais : les Lettres) ne pas espérer envers et contre tout intégrer (surtout à une époque où concours filles et garçons étaient distincts), mais simplement vouloir apprendre et progresser. Et là on en profite à long terme.
Deux contradictions :
1) Dans ce cas, pourquoi appeler cela "prépa" ?
2) Les objectifs des prépas restent malgré tout d'avoir le plus grand nombre de reçus et d'admissibles, et le discours y est bien souvent : "le concours, le concours, le concours".
C'est l'objetif de la prépa, pas forcément celui des élèves, qui souvent y vont en sachant qu'ils ont peu de chances d'intégrer l'ENS ou autre, mais utilisent ces années pour la méthode de travail et les connaissances.
Oui carrément.La prépa m'a apportée facilité d'adaptation,méthodes d'analyse ,une rapidité dans le travail et une bonne culture générale (qui me sert au Trivial Pursuit ,sinon on s'en fout du prénom du cheval d'Alexandre le Grand).
Suis certaine que je n'aurais pas eu toutes ces chances en passant par la fac car je suis un peu paresseuse.
Que tu le veuilles ou non,tu engranges les connaissances et les heures de réflexion ;tu n'as pas le choix en fait.Alors qu'à la fac,il faut s'accrocher pour se donner un tel rythme,tout seul.

_________________
"Jboirai du lait le jour où les vaches mangeront du raisin!"
avatar
Patissot
Doyen

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par Patissot Lun 21 Oct 2013 - 8:32
@grandesvacances a écrit:
@Nadejda a écrit:Votre signature... Razz 
Merci, je n'avais pas remarqué !  :aau:  :aau:  :aau: 

D'ailleurs le MEN devrait éditer des tee-shirts...

(Une explication pour les non comprenant ? Embarassed )
Daphné
Daphné
Demi-dieu

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par Daphné Lun 21 Oct 2013 - 8:47
@Sphinx a écrit:Tiens, j'ai plutôt grossi moi (à force d'engouffrer des paquets de Pim's pendant les disserts de six heures du samedi matin). Sauf les quelques kilos que j'ai perdus pour cause de mononucléose mon année de khûbe.

Je vais écrire un article au Figaro ou à la Croix pour me plaindre que la prépa fait grossir et qu'en plus ça vous dégoûte des Pim's  Rolling Eyes 
J'en connais qui ont beaucoup grossi en prépa, comme quoi chacun réagit différemment au stress.
Simone Boué
Simone Boué
Niveau 9

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par Simone Boué Lun 21 Oct 2013 - 9:04
Hé hé, les pim's du samedi matin et les fraises tagada du soir :"oh purée, je vais pas -en plus des fiches, des révisions...- me faire à bouffer". ça fait 10kg en plus sur la balance...
mathmax
mathmax
Érudit

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par mathmax Lun 21 Oct 2013 - 9:17
@Patissot a écrit:
@grandesvacances a écrit:
@Nadejda a écrit:Votre signature... Razz 
Merci, je n'avais pas remarqué !  :aau:  :aau:  :aau: 

D'ailleurs le MEN devrait éditer des tee-shirts...

(Une explication pour les non comprenant ? Embarassed )
"podest puero" peut-il se traduire par "l'intérêt de l'enfant" ou quelque chose d'approchant ?

_________________
« Les machines un jour pourront résoudre tous les problèmes, mais jamais aucune d'entre elles ne pourra en poser un !  »
    Albert Einstein
avatar
barèges
Érudit

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par barèges Lun 21 Oct 2013 - 9:26
Dans l'intérêt de l'enfant Very Happy 
mathmax
mathmax
Érudit

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par mathmax Lun 21 Oct 2013 - 10:05
Merci ! Razz

_________________
« Les machines un jour pourront résoudre tous les problèmes, mais jamais aucune d'entre elles ne pourra en poser un !  »
    Albert Einstein
Sphinx
Sphinx
Enchanteur

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par Sphinx Lun 21 Oct 2013 - 10:42
Oh, ce n'était pas le stress qui me faisait manger, moi, seulement l'inhumanité d'un devoir de six heures qui vous fait sauter le repas de midi Razz

La seule chose que m'ait causée le stress, c'est un effondrement juste avant les oraux l'année de ma deuxième khâgne, qui m'a obligée à m'arrêter une semaine, et qui me causait d'énormes crises de larmes à la simple vue d'un texte grec. En l'occurrence, sachant que le concours est difficile par définition et que ce ne sont en aucun cas mes professeurs qui se sont montrés "méchants avec moi" (bien au contraire), jamais je n'aurais l'idée de rejeter ce craquage sur le dos de la prépa.

J'étais dans une prépa de province qui avait en moyenne un admis pas an. Les gens de ma classe avaient monté une fronde, trouvant que les profs notaient trop dur, alors qu'eux-mêmes visaient le retour à la fac : ils voulaient des notes qui soient comme à la fac et non comme au concours. J'avais trouvé et je trouve encore ça assez débile. A quoi bon faire une prépa si c'est pour qu'elle ressemble à la fac ? Même si on ne compte pas ou n'espère pas avoir le concours à la fin, on est quand même a priori venu en prépa pour quelque chose, ne serait-ce qu'une formation exigeante. Et pourquoi se mettre la rate au court-bouillon pour des notes, quand on sait que celles-ci, en dehors d'un moment, d'un contexte donné et d'une échelle de valeur donnée, ne représentent strictement rien quant à votre valeur d'être humain, mais simplement votre situation par rapport à un niveau donné ? Rolling Eyes On a parfois l'impression de voir des parents d'élèves de collégiens bramant que les professeurs notent juste pour le simple plaisir de la méchanceté... Alors oui, des professeurs peaux de vache en prépa il y en a certainement. Mais c'était loin d'être le cas chez nous.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather
"- Alors, Obélix, l'Helvétie c'est comment ? - Plat."


Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Livre11
avatar
InvitéZ
Niveau 4

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par InvitéZ Mar 22 Oct 2013 - 0:56
Je suis très étonné de constater que ces idées fausses sur la Prépa ont encore cours aujourd'hui, et encore plus étonné que ce soit des professeurs (donc ceux qui doivent conseiller les élèves de Terminale pour leur orientation post-bac) qui véhiculent ces informations.

Il est temps de réaliser que le modèle de la Prépa d'il y a 15 ou 20 ans a complètement éclaté, il N'EST PLUS.

Il n'y a guère que dans certaines grandes prépas parisiennes qu'un semblant de reliquat de ce fonctionnement d'antan puisse encore exister... et encore.

La très grande majorité des profs en CPGE sont bienveillants et à l'écoute des étudiants, c'est fini les profs de Prépa qui "cassent", ça n'existe plus (sauf cas très isolés, mais comme à tous les niveaux d'enseignement, vous le savez bien, on a des profs qui ne se comportent pas de la manière attendue).

De plus, il faut savoir qu'en CPGE scientifique, il y a chaque année plus de places aux concours d'entrée dans les grandes écoles que d'étudiants de 2ème année qui passent les concours. D'après ce qui a été indiqué par l'Inspection Générale, ce sont environ 1500 places qui n'ont pas été prises au total cette année dans les grandes écoles scientifiques.

Bref, pour conclure : il faut à tout prix cesser cette entreprise de critique des classes Prépa que certains ne fondent que sur leur propre expérience datant d'il y a 10 ou 20 ans, alors que récemment le modèle des classes prépa a complètement éclaté et n'a plus rien à avoir avec ce qu'il était il n'y a pas si longtemps.
Reine Margot
Reine Margot
Demi-dieu

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par Reine Margot Mar 22 Oct 2013 - 7:17
@mathmax a écrit:Merci ! Razz
littéralement "il est utile à l'enfant", donc on peut traduire par "dans l'intérêt de l'enfant" Very Happy 

_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
sansara
sansara
Modérateur

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par sansara Mar 22 Oct 2013 - 10:57
@Zappons a écrit:Je suis très étonné de constater que ces idées fausses sur la Prépa ont encore cours aujourd'hui, et encore plus étonné que ce soit des professeurs (donc ceux qui doivent conseiller les élèves de Terminale pour leur orientation post-bac) qui véhiculent ces informations.

Il est temps de réaliser que le modèle de la Prépa d'il y a 15 ou 20 ans a complètement éclaté, il N'EST PLUS.

Il n'y a guère que dans certaines grandes prépas parisiennes qu'un semblant de reliquat de ce fonctionnement d'antan puisse encore exister... et encore.

La très grande majorité des profs en CPGE sont bienveillants et à l'écoute des étudiants, c'est fini les profs de Prépa qui "cassent", ça n'existe plus (sauf cas très isolés, mais comme à tous les niveaux d'enseignement, vous le savez bien, on a des profs qui ne se comportent pas de la manière attendue).

De plus, il faut savoir qu'en CPGE scientifique, il y a chaque année plus de places aux concours d'entrée dans les grandes écoles que d'étudiants de 2ème année qui passent les concours. D'après ce qui a été indiqué par l'Inspection Générale, ce sont environ 1500 places qui n'ont pas été prises au total cette année dans les grandes écoles scientifiques.

Bref, pour conclure : il faut à tout prix cesser cette entreprise de critique des classes Prépa que certains ne fondent que sur leur propre expérience datant d'il y a 10 ou 20 ans, alors que récemment le modèle des classes prépa a complètement éclaté et n'a plus rien à avoir avec ce qu'il était il n'y a pas si longtemps.
Sans vouloir te contredire, ma prépa date de 5 ans à peine. Alors certes, c'était sans doute pire avant. Mais la CPGE où j'ai passé deux ans n'avait rien d'une "grande prépa parisienne". Comme quoi, les profs odieux ne travaillent pas qu'à Louis-le-Grand, Henri IV ou Sainte-Geneviève.

Tu compares ensuite deux systèmes différents : en prépa scientifique, même les moins bons peuvent obtenir une école d'ingénieur (plus ou moins prestigieuse, certes, mais ils sont presque sûrs d'avoir un boulot à la sortie, et bien payé, en plus). En lettres, c'est l'ENS ou rien. Enfin si, la fac. Et quelques rares places en école de commerce.

Donc, même si tu clames que le modèle des prépas a changé, je reste convaincue que pour certains adolescents/jeunes adultes, c'est un enfer, surtout à cause du stress qu'elles engendrent (et comme l'ont dit plusieurs Néos sur ce fil, certains profs visent "l'intégration" à tout prix, certainement pas l'épanouissement personnel de leurs élèvesà. Mais peut-être faudrait-il faire passer des tests psychologiques aux élèves, pour écarter les plus fragiles dès le départ ? humhum 
Aemilia
Aemilia
Expert

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par Aemilia Mar 22 Oct 2013 - 11:03
@sansara a écrit:
Sans vouloir te contredire, ma prépa date de 5 ans à peine. Alors certes, c'était sans doute pire avant. Mais la CPGE où j'ai passé deux ans n'avait rien d'une "grande prépa parisienne". Comme quoi, les profs odieux ne travaillent pas qu'à Louis-le-Grand, Henri IV ou Sainte-Geneviève.
Je ne sais plus si je te l'ai déjà demandé, au détour d'un sujet sur ce forum, mais où as-tu fait ta prépa ? était-ce à Lyon comme peut le laisser penser ta "zone géographique" (c'est là que j'ai fait ma khâgne...)

_________________
Professeur de lettres classiques déclassée

Mon blog "culture et humeurs, humour et coups de coeur" : https://fortyfiveweeks.wordpress.com/
Ruthven
Ruthven
Monarque

Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos". - Page 2 Empty Re: Un article de La Croix sur les classes prépas : "Durant mon année d’hypokhâgne à Aix, j’ai perdu dix kilos".

par Ruthven Mar 22 Oct 2013 - 11:04
Avec la mise en place de la BEL et son élargissement, la donne a quand même changé en prépa lettres pour les débouchés (les ENS, les écoles de commerce, des écoles de com., des IEP).
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum