Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
John
John
Médiateur

Patrick Ghrenassia : "Ministre (de l’éducation nationale) : un métier impossible ?" Empty Patrick Ghrenassia : "Ministre (de l’éducation nationale) : un métier impossible ?"

par John Jeu 31 Oct 2013 - 15:23
Plus qu’une question de personne, les institutions et les mentalités sont à pointer du doigt. Car, au-delà des ministres qui passent, souvent le même consensus au départ et toujours le même gâchis à l’arrivée.

La France est jacobine et les Français sont individualistes, pour ne pas dire anarchistes. Dans cette hypothèse, seules deux démarches peuvent réussir. La première est celle du pouvoir centralisé et vertical : le gouvernement de la République décide et impose, par le moyen des lois, des préfets, et de toute la hiérarchie efficace d’un Etat centralisé. Et les citoyens obéissent plus ou moins, en maugréant. La seconde est l’initiative populaire : spontanément, citoyens, voisins, associations s’auto-organisent, et font remonter, en se développant et en se fédérant, leurs expériences locales, que l’Etat accompagne plus ou moins.

Mais il est une méthode qui échoue à coup sûr : c’est quand on veut articuler l’un et l’autre, le sommet et la base. Quand l’Etat jacobin décide et veut laisser à la base la tâche de mettre en œuvre, de mettre en musique la partition écrite par le ministre. Ici, l’articulation grince, coince et finit par craquer. Le ministre ne reconnaît plus ses petits, la base explose contre le cadrage national. La France ne sait pas mixer le central et le local, ne sait pas relayer l’initiative populaire et l’autorité de l’Etat, le national et le fédéral. Symptôme d’un pays en transition entre une centralisation jacobine autoritaire et une décentralisation régionale et locale (j’hésite à dire « féodale »).
http://blog.letudiant.fr/bac-philo/2013/10/21/ministre-de-leducation-nationale-un-metier-impossible/

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum