Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
John
John
Médiateur

Geneviève Fioraso : "Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions". Empty Geneviève Fioraso : "Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions".

par John Mer 11 Déc 2013 - 22:36
Geneviève Fioraso : Le Medef et le gouvernement prêts au « copilotage » des formations
Par Marie Bellan et Marie-Christine Corbier

Après avoir voulu faire entrer davantage l'entreprise à l'école, le gouvernement cherche à faire de même à l'université. Jean-Marc Ayrault et le ministre de l'Education, Vincent Peillon, avaient placé, le 18 octobre, l'ancien patron d'Air France-KLM, Jean-Cyril Spinetta, à la tête du Conseil national éducation-économie (CNEE). La ministre de l'Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, installe ce matin le comité Sup'emploi. Il sera coprésidé par deux chefs d'entreprise, Françoise Gri et Henri Lachmann.

Vous voulez rapprocher l'enseignement supérieur de l'entreprise. L'idée est ancienne. Que va changer le comité Sup'emploi ?

Geneviève Fioraso : Le comité est d'abord une instance non paritaire, à la différence de ce qui existe déjà. Il sera d'ailleurs coprésidé par deux chefs d'entreprise, Françoise Gri, ex-présidente de Manpower France, et Henri Lachmann, ex-PDG de Schneider Electric. Ensuite, nous avons fait appel à des personnes issues de l'entreprise, de la formation, de la recherche, qui siégeront en tant que personnes qualifiées. L'objectif est de mieux anticiper l'évolution des emplois, pour la formation initiale et pour la formation tout au long de la vie. Ce qui veut dire trouver de meilleures réponses sur les métiers en tension et sur ceux qui correspondent à nos enjeux de recherche comme l'allongement de la durée de vie, la transition énergétique, la chimie verte.

Pierre Gattaz : L'initiative me paraît tout à fait intéressante. Mais le plus difficile, c'est l'exécution et l'action. Va-t-on y arriver ? Aujourd'hui, l'Education nationale et l'enseignement supérieur poussent très souvent des formations qui ne correspondent pas aux besoins des entreprises et aux métiers futurs. Il faut inverser cette tendance et concevoir les formations à partir de nos besoins, dans les filières du futur. Sinon, on va dans le mur. Mais il faut aussi orienter les formations vers nos besoins actuels. Car il nous manque des soudeurs, des chaudronniers, des décolleteurs… Il y a une sorte d'élitisme en France qui fait que, si on n'a pas un bac + 5, on n'est rien du tout.

Mi-octobre, le Medef a réclamé au gouvernement le copilotage des formations. Y êtes-vous favorable ?

G. F. : Mais bien sûr ! Cela est déjà intégré dans la gouvernance des universités, où on a, depuis la loi sur l'enseignement supérieur de juillet dernier, davantage d'acteurs économiques. De même, grâce aux regroupements d'universités que nous encourageons, des stratégies de site vont être définies. Or ces stratégies sont faites pour être élaborées avec les acteurs économiques ! Il faut décloisonner et enlever les a priori. Chacun a des a priori sur l'autre. Mais je constate que, sur le terrain, un certain nombre de barrières sont tombées. Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions.

P. G. : On a progressé, c'est vrai, que ce soit avec la loi Pécresse [la loi sur l'autonomie des universités, NDLR] ou avec ce que vous avez pu apporter. Mais les formations dispensées à l'université sont encore trop souvent orientées pour la toute petite minorité d'étudiants qui se destinent à l'enseignement, et pas pour ceux qui vont aller travailler en entreprise. Ce rapprochement avec les chefs d'entreprise est fondamental, parce que les besoins en formation, c'est de l'emploi. Je ne dis pas que tous les efforts sont à faire dans votre camp, les entreprises aussi doivent en faire. En tout cas, il y a urgence.

G. F. : On a le même intérêt !

P. G. : Oui, mais vous, vous avez d'énormes corporatismes…

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
philann
philann
Doyen

Geneviève Fioraso : "Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions". Empty Re: Geneviève Fioraso : "Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions".

par philann Mer 11 Déc 2013 - 22:40
heureusement qu'il s'agit d'un gouvernement...de gauche!!! Qu'est-ce que ce serait s'il était de droite!!  Rolling Eyes 

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine  Very Happy  Very Happy  Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne
Zenxya
Zenxya
Grand sage

Geneviève Fioraso : "Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions". Empty Re: Geneviève Fioraso : "Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions".

par Zenxya Mer 11 Déc 2013 - 22:48
Pierre Gattaz a écrit:

Pierre Gattaz : L'initiative me paraît tout à fait intéressante. Mais le plus difficile, c'est l'exécution et l'action. Va-t-on y arriver ? Aujourd'hui, l'Education nationale et l'enseignement supérieur poussent très souvent des formations qui ne correspondent pas aux besoins des entreprises et aux métiers futurs. Il faut inverser cette tendance et concevoir les formations à partir de nos besoins, dans les filières du futur. Sinon, on va dans le mur. Mais il faut aussi orienter les formations vers nos besoins actuels. Car il nous manque des soudeurs, des chaudronniers, des décolleteurs… Il y a une sorte d'élitisme en France qui fait que, si on n'a pas un bac + 5, on n'est rien du tout.


Et pendant ce temps le rectorat refuse d'ouvrir des sections complètes et les maintient à 12 élèves. Ne pouvant aller dans ces sections, ils vont en 2GT où on leur fait miroiter un avenir à bac + ...
Olympias
Olympias
Prophète

Geneviève Fioraso : "Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions". Empty Re: Geneviève Fioraso : "Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions".

par Olympias Mer 11 Déc 2013 - 23:05
Fioraso ferait mieux de faire en sorte, avec Peillon, que les élèves qui souhaitent exercer un métier manuel et ainsi gagner leur vie en répondant aux besoins, puissent le faire !
e-Wanderer
e-Wanderer
Esprit éclairé

Geneviève Fioraso : "Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions". Empty Re: Geneviève Fioraso : "Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions".

par e-Wanderer Jeu 12 Déc 2013 - 0:56
Si on est spécialiste d'Erasme ou de la théorie des nombres, on est mal barré... Mme Fioraso vous fera des courbettes si vous décrochez la médaille Fields ou si vous êtes nommé à l'IUF ("vous êtes l'élite de la nation, blablabla"), mais c'est pour mieux vous dézinguer par derrière.
avatar
User17706
Bon génie

Geneviève Fioraso : "Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions". Empty Re: Geneviève Fioraso : "Beaucoup d'universités ont des partenariats avec les entreprises. Il faut maintenant faire tomber les derniers bastions".

par User17706 Jeu 12 Déc 2013 - 13:07
@philann a écrit:heureusement qu'il s'agit d'un gouvernement...de gauche!!! Qu'est-ce que ce serait s'il était de droite!!  Rolling Eyes 
Exactement mon sentiment. S'il y a un domaine dans lequel on cherche vainement une quelconque rupture de politique, c'est bien celui-là.

Spoiler:
Bon, et peut-être, maintenant que j'y pense, tous les autres.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum