Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant

Quelle proposition parmi celles qui suivent décrit le mieux votre scolarité en classe prépa littéraire ?

99 - 42%
14 - 6%
3 - 1%
4 - 2%
18 - 8%
78 - 33%
8 - 3%
14 - 5%
 
Total des votes: 238
 
zolienne
Niveau 9

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par zolienne Mar 24 Déc 2013 - 18:33
@wanax a écrit: Complètement d'accord avec Plotch, les liens proposés ne sont pas significatifs.
Sur le fond :
1/ Le fait que les prépas littéraires soient très féminisées joue-t-il un rôle ?
2/ Je suis frappé par le manque de ténacité de la plupart de mes élèves ( dans un bon lycée, pourtant. )?

J'ai pourtant tenu jusqu'au bout, en ce qui me concerne ce n'était donc pas un manque de ténacité. Je ne suis pas du genre à abandonner. Il n'empêche que je ne m'y suis pas épanouie. J'ai le droit?

@wanax a écrit: Dans mon souvenir, mais cela date de plus de vingt ans, nous étions beaucoup plus durs avec nous-mêmes,
davantage capables de chercher. L'idée de pleurer ou de chercher la faute chez autrui en cas de mauvaise note
était inconcevable.
Peut-être est-ce une impression, est-elle partagée ?

Je ne me plains pas de la charge de travail : j'ai toujours beaucoup bossé, et j'aimais ça. Je dis juste que le traitement infligé, la façon de nous rabaisser, les moqueries, le "diviser pour mieux régner" m'ont laissé un goût amer. Je ne pleure pas et je ne rejette la faute sur personne : j'avais de mauvaises notes parce que j'avais sûrement atteint mes limites intellectuelles.
avatar
plotch
Habitué du forum

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par plotch Mar 24 Déc 2013 - 18:36
@zolienne a écrit: j'avais de mauvaises notes parce que j'avais sûrement atteint mes limites intellectuelles.

Il n'y a pas de limites autres que celles que vous vous fixez. On peut toujours progresser ...
zolienne
zolienne
Niveau 9

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par zolienne Mar 24 Déc 2013 - 18:41
@plotch a écrit:
@zolienne a écrit: j'avais de mauvaises notes parce que j'avais sûrement atteint mes limites intellectuelles.

Il n'y a pas de limites autres que celles que vous vous fixez. On peut toujours progresser ...

Je suis quand même assez dubitative : on a tous des élèves dont on sait qu'ils ne pourront pas aller plus loin, non? Je ne pense pas qu'on ait tous les mêmes capacités, même en travaillant d'arrache-pied.

_________________
Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 20779010 I just support this crazy thought that everyone should have equal rights.
avatar
plotch
Habitué du forum

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par plotch Mar 24 Déc 2013 - 18:50
@zolienne a écrit:
@plotch a écrit:
@zolienne a écrit: j'avais de mauvaises notes parce que j'avais sûrement atteint mes limites intellectuelles.

Il n'y a pas de limites autres que celles que vous vous fixez. On peut toujours progresser ...

Je suis quand même assez dubitative : on a tous des élèves dont on sait qu'ils ne pourront pas aller plus loin, non? Je ne pense pas qu'on ait tous les mêmes capacités, même en travaillant d'arrache-pied.

Je ne suis pas d'accord, pour moi aucun élève n'est "limité", sauf réels problèmes cérébraux, le problème de l'apprentissage c'est qu'il y'a un effet "boule de neige" : plus vous savez et comprenez de choses et plus il est facile d'en apprendre et d'en comprendre de nouvelles. Si bien que le départ parait forcément toujours très lent, et cela d'autant plus lent qu'il est enclenché tardivement : la seule solution est alors de persévérer avec humilité en commençant par les bases et ce jusqu'à rattraper le retard. Ce qui différencie les personnes n'est pas tant les capacités que la volonté, l'opiniâtreté et la stratégie d'apprentissage adoptée. Bien sûr toutes les méthodes d'apprentissages ne se valent pas : il y'en a des rapides mais qui ne mènent pas haut, d'autres lentes qui mènent plus haut etc ... Il faut choisir celle qui correspond le mieux à ses objectifs.
Carabas
Carabas
Vénérable

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par Carabas Mar 24 Déc 2013 - 18:55
On ne part pas à intelligence égale, malgré tout. Effectivement, on peut toujours progresser, s'améliorer, aller plus loin, se dépasser... mais malgré la volonté, on n'arrive pas tous au même niveau. Ce n'est pas politiquement correct de dire cela, mais c'est vrai, ça se vérifie au quotidien. Nous avons tous rencontré des gens plus intelligents que nous, non?

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett
wanax
wanax
Fidèle du forum

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par wanax Mar 24 Déc 2013 - 18:56
@zolienne a écrit:
@wanax a écrit: Complètement d'accord avec Plotch, les liens proposés ne sont pas significatifs.
Sur le fond :
1/ Le fait que les prépas littéraires soient très féminisées joue-t-il un rôle ?
2/ Je suis frappé par le manque de ténacité de la plupart de mes élèves ( dans un bon lycée, pourtant. )?
J'ai pourtant tenu jusqu'au bout, en ce qui me concerne ce n'était donc pas un manque de ténacité. Je ne suis pas du genre à abandonner. Il n'empêche que je ne m'y suis pas épanouie. J'ai le droit?
@wanax a écrit: Dans mon souvenir, mais cela date de plus de vingt ans, nous étions beaucoup plus durs avec nous-mêmes,
davantage capables de chercher. L'idée de pleurer ou de chercher la faute chez autrui en cas de mauvaise note
était inconcevable.
Peut-être est-ce une impression, est-elle partagée ?
Je ne me plains pas de la charge de travail : j'ai toujours beaucoup bossé, et j'aimais ça. Je dis juste que le traitement infligé, la façon de nous rabaisser, les moqueries, le "diviser pour mieux régner" m'ont laissé un goût amer. Je ne pleure pas et je ne rejette la faute sur personne : j'avais de mauvaises notes parce que j'avais sûrement atteint mes limites intellectuelles.
Je me vois obligé de répondre et de préciser ma pensée, encore que ce soit un bien grand mot pour une remarque au fil de l'eau.
Mon message n'est en aucune façon dirigé contre vous. Après avoir lu les commentaires sous ce sondage, j'ai voulu synthétiser et relever
ce qui m'a frappé : ce n'est pas la charge de travail qui est le facteur prépondérant dans le rejet de la prépa. Après tout, chacun peut moduler
ses efforts.  Non, ce qui semble avoir été très mal vécu par ceux qui rejettent le système, c'est sa dureté psychologique, les plombs alors qu'on
pensait enfin avoir la moyenne, les remarques acerbes, le sentiment d'être une nullité comparé à d'autres : exactement ce que vous décrivez.

La charge de travail joue certes un rôle dans la formation de ce ressenti, mais encore une fois, ce qui semble avoir fait la différence,
c'est la capacité à endurer, à serrer les dents. Cette capacité peut être "négative" ( on baisse la tête et on attend que ça passe ), elle peut être
"positive" ( une réelle confiance en soi et en un succès final ).

Quoi qu'il en soit, nous ne proposons plus au lycée le cadre nécessaire à la construction du mental nécessaire à la prépa. Nous faisons tout le contraire,
je pense. ( Je ne suis pas certain que la bienveillance fortifie, elle n'empêche pas l'intériorisation de ses limites, les adolescents ne sont jamais dupes.  )
avatar
plotch
Habitué du forum

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par plotch Mar 24 Déc 2013 - 19:03
Si je prend l'exemple de la prépa, l'erreur des élèves provient le plus souvent d'un mauvais choix stratégique, les deux catégories que j'ai le plus souvent rencontrées sont :

- L'élève qui s'éparpille, veut voir tous les exos possibles avant le DS pour être sûr de tomber sur quelque chose qu'il a déjà vu et qui du coup retient davantage des "recettes" qu'il ne comprend pas réellement ou bien en lettres l'équivalent serait un élève qui essaie de voir tous les sujets possibles sur un certain thèmes et apprend ensuite une disserte de correction type sur chaque sujet en espérant la ressortir.

- L'élève qui passe des heures sur une seule question pour mettre son intelligence au défi : voyant les meilleurs trouver la solution rapidement il se dit que lui aussi doit y arriver ! Alors qu'il devrait plutôt revoir ses bases : si il ne trouve pas la réponse rapidement c'est qu'il n'a tout simplement pas le niveau, il lui manque des étapes non assimilées à des niveaux plus faibles. Ici c'est un pêché d'orgueil.
avatar
plotch
Habitué du forum

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par plotch Mar 24 Déc 2013 - 19:05
@Carabas a écrit:On ne part pas à intelligence égale, malgré tout. Effectivement, on peut toujours progresser, s'améliorer, aller plus loin, se dépasser... mais malgré la volonté, on n'arrive pas tous au même niveau. Ce n'est pas politiquement correct de dire cela, mais c'est vrai, ça se vérifie au quotidien. Nous avons tous rencontré des gens plus intelligents que nous, non?

Non  Very Happy

Boutade mise à part, l'intelligence, si tant est qu'on peut lui donner une définition claire, varie au cours de la vie, je suis beaucoup plus "intelligent" que je ne l'étais il y'a dix ans : à chaque fois que l'on assimile un nouveau concept, que l'on enrichit son vocabulaire, que l'on acquiert tout simplement de l'expérience l'"intelligence" progresse. En revanche si on regarde TF1 toute la journée ....
zolienne
zolienne
Niveau 9

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par zolienne Mar 24 Déc 2013 - 19:08
J'ai rebondi sur votre message qui était l'un des derniers, mais je sais qu'il n'était pas dirigé contre moi.  Smile 
C'est juste qu'il y a eu plusieurs remarques au long du fil qui semblaient dire que ceux qui n'y étaient pas arrivés n'étaient que des feignasses qui n'avaient qu'à partir.
Donc je me sens un peu vexée, forcément, j'aurais aimé être capable de faire mieux, mais ce n'est pas bien grave. Je n'en veux à personne, je n'étais pas faite pour la prépa, je n'avais pas le mental.
Eh oui, la prépa peut être douloureuse psychologiquement, peut-être plus quand on n'est pas issu d'un milieu privilégié où les requins pullulent. Mais encore une fois ce n'est que mon expérience, la plupart des autres membres de la promo s'en sont brillamment sortis! (ce qui en rajoute une couche dans mon impression de nullité, mais passons!)

_________________
Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 20779010 I just support this crazy thought that everyone should have equal rights.
zolienne
zolienne
Niveau 9

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par zolienne Mar 24 Déc 2013 - 19:13
@plotch a écrit:
@Carabas a écrit:On ne part pas à intelligence égale, malgré tout. Effectivement, on peut toujours progresser, s'améliorer, aller plus loin, se dépasser... mais malgré la volonté, on n'arrive pas tous au même niveau. Ce n'est pas politiquement correct de dire cela, mais c'est vrai, ça se vérifie au quotidien. Nous avons tous rencontré des gens plus intelligents que nous, non?

Non  Very Happy

Boutade mise à part, l'intelligence, si tant est qu'on peut lui donner une définition claire, varie au cours de la vie, je suis beaucoup plus "intelligent" que je ne l'étais il y'a dix ans : à chaque fois que l'on assimile un nouveau concept, que l'on enrichit son vocabulaire, que l'on acquiert tout simplement de l'expérience l'"intelligence" progresse. En revanche si on regarde TF1 toute la journée ....

Je ne regarde jamais TF1, je lis, je vais au théâtre... et pourtant j'ai vraiment l'impression que mon intelligence régresse, que je n'arrive plus à emmagasiner les connaissances comment avant, même sur les sujets qui m'intéressent vraiment. Ca m'inquiète d'ailleurs...
Chez moi j'ai vraiment le sentiment que les connaissances en remplacent d'autres : par exemple, j'avais un excellent niveau en anglais, que j'ai complètement perdu lorsque j'ai appris l'espagnol, tardivement. Je suis maintenant parfaitement bilingue (français-espagnol), au dépend de l'anglais que je ne maîtrise plus du tout. Quel gâchis!

_________________
Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 20779010 I just support this crazy thought that everyone should have equal rights.
Carabas
Carabas
Vénérable

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par Carabas Mar 24 Déc 2013 - 19:25
@plotch a écrit:
@Carabas a écrit:On ne part pas à intelligence égale, malgré tout. Effectivement, on peut toujours progresser, s'améliorer, aller plus loin, se dépasser... mais malgré la volonté, on n'arrive pas tous au même niveau. Ce n'est pas politiquement correct de dire cela, mais c'est vrai, ça se vérifie au quotidien. Nous avons tous rencontré des gens plus intelligents que nous, non?

Non  Very Happy

Boutade mise à part, l'intelligence, si tant est qu'on peut lui donner une définition claire, varie au cours de la vie, je suis beaucoup plus "intelligent" que je ne l'étais il y'a dix ans : à chaque fois que l'on assimile un nouveau concept, que l'on enrichit son vocabulaire, que l'on acquiert tout simplement de l'expérience l'"intelligence" progresse.
Tout à fait d'accord là-dessus et j'ai la même expérience : le sentiment d'être plus intelligente aujourd'hui qu'il y a 10 ans. Je raisonne de façon plus efficace, je sais plus de choses, etc. Toutefois, j'ai conscience de ne pas être un génie et je sais certaines personnes bien plus intelligentes que moi.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett
avatar
plotch
Habitué du forum

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par plotch Mar 24 Déc 2013 - 19:25
@zolienne a écrit:
@plotch a écrit:
@Carabas a écrit:On ne part pas à intelligence égale, malgré tout. Effectivement, on peut toujours progresser, s'améliorer, aller plus loin, se dépasser... mais malgré la volonté, on n'arrive pas tous au même niveau. Ce n'est pas politiquement correct de dire cela, mais c'est vrai, ça se vérifie au quotidien. Nous avons tous rencontré des gens plus intelligents que nous, non?

Non  Very Happy

Boutade mise à part, l'intelligence, si tant est qu'on peut lui donner une définition claire, varie au cours de la vie, je suis beaucoup plus "intelligent" que je ne l'étais il y'a dix ans : à chaque fois que l'on assimile un nouveau concept, que l'on enrichit son vocabulaire, que l'on acquiert tout simplement de l'expérience l'"intelligence" progresse. En revanche si on regarde TF1 toute la journée ....

Je ne regarde jamais TF1, je lis, je vais au théâtre... et pourtant j'ai vraiment l'impression que mon intelligence régresse, que je n'arrive plus à emmagasiner les connaissances comment avant, même sur les sujets qui m'intéressent vraiment. Ca m'inquiète d'ailleurs...
Chez moi j'ai vraiment le sentiment que les connaissances en remplacent d'autres : par exemple, j'avais un excellent niveau en anglais, que j'ai complètement perdu lorsque j'ai appris l'espagnol, tardivement. Je suis maintenant parfaitement bilingue (français-espagnol), au dépend de l'anglais que je ne maîtrise plus du tout. Quel gâchis!

De deux choses l'une :

- Ou bien tu as construit "sur du sable" des connaissances qui peuvent néanmoins aller à un excellent niveau : dans ce cas là c'est le "maillage" des tes connaissances qui était trop lâche et qu'il aurait fallu rendre plus serré (fonction typique de l'année d'agreg) en refondant tout de manière solide à partir des bases, ça peut aller très vite !

- Ou alors c'est comme le vélo, ton cerveau a mis en "mode veille" ces connaissances, et il suffit de les réutiliser à nouveau pour te sentir de nouveau à l'aise.


Dernière édition par plotch le Mar 24 Déc 2013 - 19:27, édité 1 fois
avatar
plotch
Habitué du forum

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par plotch Mar 24 Déc 2013 - 19:27
@Carabas a écrit:
@plotch a écrit:
@Carabas a écrit:On ne part pas à intelligence égale, malgré tout. Effectivement, on peut toujours progresser, s'améliorer, aller plus loin, se dépasser... mais malgré la volonté, on n'arrive pas tous au même niveau. Ce n'est pas politiquement correct de dire cela, mais c'est vrai, ça se vérifie au quotidien. Nous avons tous rencontré des gens plus intelligents que nous, non?

Non  Very Happy

Boutade mise à part, l'intelligence, si tant est qu'on peut lui donner une définition claire, varie au cours de la vie, je suis beaucoup plus "intelligent" que je ne l'étais il y'a dix ans : à chaque fois que l'on assimile un nouveau concept, que l'on enrichit son vocabulaire, que l'on acquiert tout simplement de l'expérience l'"intelligence" progresse.
Tout à fait d'accord là-dessus et j'ai la même expérience : le sentiment d'être plus intelligente aujourd'hui qu'il y a 10 ans. Je raisonne de façon plus efficace, je sais plus de choses, etc. Toutefois, j'ai conscience de ne pas être un génie et je sais certaines personnes bien plus intelligentes que moi.

Ceux que tu appelles "génies" font exactement la même chose pourtant ....
Carabas
Carabas
Vénérable

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par Carabas Mar 24 Déc 2013 - 19:29
@zolienne a écrit:
Eh oui, la prépa peut être douloureuse psychologiquement, peut-être plus quand on n'est pas issu d'un milieu privilégié où les requins pullulent. Mais encore une fois ce n'est que mon expérience, la plupart des autres membres de la promo s'en sont brillamment sortis! (ce qui en rajoute une couche dans mon impression de nullité, mais passons!)
Tu sais, j'ai fait une prépa (bien que je n'aie même pas décroché de mention au bac, c'est te dire si je n'étais pas une tête) et je n'ai pas été foutue d'être titularisée et ai démissionné en moins d'un an et demi d'enseignement. J'ai échoué là où tout le monde a réussi! Alors avoir fait une prépa ne m'inspire pas d'orgueil vu la nullité de mon parcours par la suite...


Dernière édition par Carabas le Mar 24 Déc 2013 - 19:31, édité 1 fois

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett
Carabas
Carabas
Vénérable

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par Carabas Mar 24 Déc 2013 - 19:30
@plotch a écrit:

Ceux que tu appelles "génies" font exactement la même chose pourtant ....
Oui... à un niveau plus élevé.
Tout le monde n'est pas Einstein (bon, c'est un mauvais exemple vu que sa scolarité médiocre est aussi célèbre que son génie).

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett
John
John
Médiateur

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par John Mar 24 Déc 2013 - 19:33
Cripure a écrit:Comme je ne peux pas éditer le sondage, peut-on rajouter une proposition en dernier, avant les deux questions sur l'intégration, genre "Abominable tant mes études secondaires ne m'avaient jamais préparé à vraiment travailler" ?
Tu peux éditer le sondage depuis le moment où tu l'as validé.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
plotch
Habitué du forum

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par plotch Mar 24 Déc 2013 - 19:41
@Carabas a écrit:
@plotch a écrit:

Ceux que tu appelles "génies" font exactement la même chose pourtant ....
Oui... à un niveau plus élevé.
Tout le monde n'est pas Einstein (bon, c'est un mauvais exemple vu que sa scolarité médiocre est aussi célèbre que son génie).

Ce niveau n'est pas inaccessible et c'est facile de le prouver, tout le monde considère que Newton est un génie et en effet c'en était un ! A son époque on devait se dire que seuls quelques hommes au monde avaient les capacités pour comprendre les équations et concepts qu'il manipulait. Pourtant, de nos jour, des dizaines de milliers de personnes, rien qu'en france trouve ces équation très facile !

Alors pourquoi ? Le cerveau des hommes a t-il été modifié en 400 ans ?Non bien sûr ! Et bien c'est simple : on a élaboré une stratégie d'apprentissage pour que des dizaines (des centaines même) de milliers de personnes arrivent à comprendre les lois de Newton, l'éducation a été généralisée ... Le niveau de Newton avec nos critères actuels est donc loin d'être génial !
C'est pour cela qu'il faut vraiment, avant de vouloir étudier un sujet, élaborer un parcours cohérent en vue d'arriver à ses fins : de nos jours avec les parcours proposés, le niveau Newton est atteint en 18 ans, le niveau einstein en 23 ans par exemple...
Carabas
Carabas
Vénérable

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par Carabas Mar 24 Déc 2013 - 19:47
Mon cerveau, en maths, est resté bloqué à un petit niveau 4e, tu sais! Laughing
Dans d'autres domaines, je suis plus intelligente, heureusement. Mais j'ai beau avoir bossé les maths et avoir pris des cours particuliers... je n'ai jamais progressé. 'Fin bref, je crois qu'on a tous des limites. Ces limites sont flexibles, on peut les repousser, mais pas indéfiniment.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett
Osmie
Osmie
Sage

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par Osmie Mar 24 Déc 2013 - 19:48
En prépa, j'ai apprécié les rencontres mais trouvé que l'enseignement se construisait sur l’humiliation fréquente des plus faibles, ce que je trouve déplorable. En tant que déléguée, je participais aux "conseils" de classe et j'étais sidérée d'entendre tant de mépris de la bouche de certains professeurs. Par ailleurs, ce ne fut pas dur pour moi et je n'en garde pas de mauvais souvenirs.
Une de mes sœurs a fait ses deux années de prépa à Henri IV ; elle n'y a pas souffert plus que cela, étant douée. Malheur aux faibles en prépa, dirais-je.
avatar
plotch
Habitué du forum

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par plotch Mar 24 Déc 2013 - 19:50
@Carabas a écrit:Mon cerveau, en maths, est resté bloqué à un petit niveau 4e, tu sais! Laughing
Dans d'autres domaines, je suis plus intelligente, heureusement. Mais j'ai beau avoir bossé les maths et avoir pris des cours particuliers... je n'ai jamais progressé. 'Fin bref, je crois qu'on a tous des limites. Ces limites sont flexibles, on peut les repousser, mais pas indéfiniment.

Et tu penses sérieusement que ta limite en maths c'est le niveau 4ème ?

C'est quand même dommage de s'auto convaincre d'une "bêtise" pareille !
Osmie
Osmie
Sage

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par Osmie Mar 24 Déc 2013 - 19:52
Et pour répondre au sondage, je ne peux rien choisir. Qu'on puisse voir une prépa comme le "paradis perdu" m'étonne : c'est tout sauf la vie, la prépa (c'est peut-être ça l'Eden, une forme d'entre-soi  Smile ).
John
John
Médiateur

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par John Mar 24 Déc 2013 - 19:55
@Provence a écrit:
@zolienne a écrit:Je suppose que ça dépend aussi du caractère de chacun. Moi je n'étais pas faite pour encaisser ça, et de toute façon je n'avais pas le niveau suffisant, ce que le tableau de classement affiché à l'avant de la classe me rappelait chaque jour, mon nom dépassant rarement les trois dernières marches du podium.
 :shock: 
Il n'y a jamais eu ce genre de tableau dans ma prépa. On ne parle visiblement pas de la même chose selon la prépa par laquelle on est passé.
Les différentes prépas que j'ai connues, directement ou indirectement, avaient ce tableau de classement. Il ne restait pas forcément toute l'année, mais il était généralement affiché au début des 2nd et 3eme trimestre en première année, et au début du 2nd trimestre en seconde année..

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
Osmie
Osmie
Sage

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par Osmie Mar 24 Déc 2013 - 20:00
Sympa...il n'y avait pas de tableau de ce genre dans ma prépa mais cela rejoint bien l'idée d’humiliation.
Sinon, la nièce de mon compagnon a fini son année d’hypokhâgne : d'une jeune fille fraîche, drôle et pas sotte, elle est devenue une épave dépressive. Elle a été sans cesse humiliée par ses profs qui la trouvaient nulle.
Gryphe
Gryphe
Médiateur

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par Gryphe Mar 24 Déc 2013 - 23:01
Excellent souvenir de prépa pour ma part (Lycée du Parc, début des années 1990), doublé du fait que j'étais en foyer en parallèle et que c'étaient de bonnes années aussi (je suis encore en lien avec ledit foyer, d'ailleurs).
Le fait d'aller en prépa me permettait de continuer à mener de front plusieurs matières littéraires ; je ne me voyais absolument pas me "contenter" d'une ou deux matières à la fac.
Pour la chute des notes, cela ne m'a posé aucun problème : on m'avait expliqué que ce n'était pas le même "référentiel" qu'en lycée, cela ne m'a pas dérangé plus que ça de passer de 17 à 8-10.
Pour la charge de travail, j'y ai paradoxalement découvert une forme de liberté : jusqu'à la Terminale, je faisais tout le travail demandé ; à partir de la prépa, c'était infaisable, je me suis donc offert le luxe de choisir moi-même comme une grande ce que j'allais faire et pas faire.

Je comprends toutefois que le sujet suscite des réactions passionnées, tout le monde n'ayant pas la chance de tomber dans des prépas sympas ou n'y ayant pas eu une expérience aussi positive.  angedemon
Lédissé
Lédissé
Empereur

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par Lédissé Mer 25 Déc 2013 - 11:12
Cripure, désolée Embarassed, mais mon message, s'il s'opposait à des articles-réquisitoires dont la liste pouvait donner l'impression que la prépa était surtout destructrice, approuvait cependant l'ajout de réponses au sondage, faisant place à la somme de travail excessive (certains se sont sentis abrutis de travail, dépassés...) et, j'ajouterais même, le mépris des enseignants (puisque visiblement c'est le cas dans certaines prépas, peut-être même hélas dans beaucoup). Je voulais mettre en relief le fait que ce n'était pas le cas partout, loin de là à mon avis, et que ce n'était pas une raison pour condamner la prépa, mais il reste que ça existe.
Vous comme moi, nous avons eu une excellente expérience de prépa (pour moi, l'expression "paradis perdu" n'est pas excessive, tant je m'y suis épanouie ; cela reste la période de ma vie où j'ai été la plus heureuse), et beaucoup d'autres ici ; mais d'autres l'ont mal vécue - certains si mal qu'ils ne sont pas là pour témoigner ; je ne blâme pas le système de la prépa en lui-même pour cela, mais la charge de travail et la pression sont un fait indéniable, et un sondage devrait le mentionner également.

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer...Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Vieille etc._  Smile
avatar
User5899
Dieu de l'Olympe

Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ? - Page 4 Empty Re: Anciens étudiants en prépas lettres : alors, c'était dur ?

par User5899 Mer 25 Déc 2013 - 11:57
@John a écrit:
Cripure a écrit:Comme je ne peux pas éditer le sondage, peut-on rajouter une proposition en dernier, avant les deux questions sur l'intégration, genre "Abominable tant mes études secondaires ne m'avaient jamais préparé à vraiment travailler" ?
Tu peux éditer le sondage depuis le moment où tu l'as validé.
Bé non. Quand j'édite le premier message, je n'ai pas accès au sondage.

@John a écrit:
@Provence a écrit:
@zolienne a écrit:Je suppose que ça dépend aussi du caractère de chacun. Moi je n'étais pas faite pour encaisser ça, et de toute façon je n'avais pas le niveau suffisant, ce que le tableau de classement affiché à l'avant de la classe me rappelait chaque jour, mon nom dépassant rarement les trois dernières marches du podium.
 :shock: 
Il n'y a jamais eu ce genre de tableau dans ma prépa. On ne parle visiblement pas de la même chose selon la prépa par laquelle on est passé.
Les différentes prépas que j'ai connues, directement ou indirectement, avaient ce tableau de classement. Il ne restait pas forcément toute l'année, mais il était généralement affiché au début des 2nd et 3eme trimestre en première année, et au début du 2nd trimestre en seconde année..
Je n'ai pas non plus connu ce tableau, qui m'aurait d'ailleurs vu placé en queue de peloton, vu que je ne bossais vraiment que les lettres classiques et que je ne jouais pas vraiment le jeu de la prépa.

LadyC a écrit:je ne blâme pas le système de la prépa en lui-même pour cela, mais la charge de travail et la pression sont un fait indéniable, et un sondage devrait le mentionner également.
Dès la page 1, j'ai demandé que cet ajout soit effectué ; je le redis en effet, le membre lambda ne peut pas éditer le sondage qu'il a lancé. Je crois que la modération édite suffisamment et sua sponte de titres ou de messages pour que ce soit possible ici. Par ailleurs, le travail littéraire et le travail scientifique étant, surtout en prépas, deux choses bien différentes, je souhaite qu'ici, on se limite aux prépas littéraires.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum