Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
pailleauquebec
Fidèle du forum

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par pailleauquebec le Lun 13 Jan 2014, 11:22
@Mélophore a écrit:Merci pour vos encouragements, dont je prends bonne note. Ce week-end, j'ai beaucoup réfléchi à une autre possibilité, vu que je veux faire de la recherche, ma grande passion. En recherche, peu d'allocs aux non-agrégés. Ma famille est prête à me soutenir à nouveau financièrement pour qq années (je coûte pas cher à nourrir). Donc au pire, je plante là toute cette corbeille d'hypocrites et de formatés et je me jette dans une lutte où je serai mieux armées qu'en face de ces tuteurs, formateurs etc... procéduriers. Donc je tiens la tête haute encore six mois (pas gagné) et fin d'année, je leur explique ma manière de penser et je pose ma lettre de démission.

Attention à ne pas sur-réagir à chaud. Il faudra te laisser du temps pour bien peser le pour et le contre. On ne jette pas comme ça plusieurs années d'efforts (un concours).

L'EN est vaste et les situations sont très variées (du pire au meilleur).

Ces hypocrites formatés procéduriers (complètement d'accord avec toi) tu les trouveras un peu partout. C'est aussi ton entrée dans la vie active. C'est la dure réalité du monde du travail.

Il faut que tu apprennes à dompter les vipères et autres serpents présents partout. ça peut te prendre du temps pour trouver le "mode d'emploi".

un peu de lecture avant que ça ne dégénère trop pour toi :

http://www.amazon.fr/gp/offer-listing/2883539235/ref=sr_1_1_olp?ie=UTF8&qid=1383808230&sr=8-1&keywords=victime+bourreau+ou+sauveur+comment+sortir+du+pi%C3%A8ge&condition=used


À chaque fois que vous vivez une relation négative, décourageante et frustrante, il y a fort à parier que vous vous êtes fait entraîner dans un jeu de triangle. Même s'il n'y a rien de drôle, le terme de jeu est adéquat car ces situations négatives sont étrangement standard et obéissent à des règles quasi immuables. Vous retrouverez parmi les protagonistes de vos difficultés relationnelles, un des profils suivants :

Une victime : elle est pure et innocente, passive et impuissante, plaintive et pitoyable, mais étrangement gaffeuse et parfois exaspérante.

Un bourreau : critique et dévalorisant, blessant et cruel, menaçant voire violent, et surtout empli d'une frustration qu'il cherche à évacuer sur... une victime innocente, bien sûr.

Un sauveur : bon et généreux, fort et altruiste, protecteur et infantilisant, mais surtout très culpabilisant «Avec tout ce que j'ai fait pour toi !» est son leitmotiv.

Bonne nouvelle : sortir du triangle dramatique, c'est possible, et ce livre vous y invite !


La victime : c'est toi,
Le bourreau : Ta collègue neotit
Le sauveaur : Ta tutrice

conseillé ici :
https://www.neoprofs.org/t67570-mauvaise-reputation-mauvaise-ambiance-comment-se-defendre

et aussi :
http://www.amazon.fr/Arrosez-fleurs-mauvaises-herbes-professionnelles/dp/2761922956/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1383815430&sr=1-1&keywords=arroser+les+fleurs+pas+les+mauvaises+herbes
picardie02
picardie02
Niveau 2

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par picardie02 le Lun 13 Jan 2014, 13:47

je suis de tout coeur avec toi!!!! ce que tu écris, j'aurais pu l'écrire. Je vis exactement les mêmes choses que toi.
Osmie
Osmie
Grand sage

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Osmie le Lun 13 Jan 2014, 14:59
Passacaille a écrit:Mélophore, vraiment, Voli parle d'or.

Un stagiaire maladroit qui n'est pas irréprochable, quoi de plus normal ?
Par contre, un tuteur qui n'aide pas son stagiaire à faire mieux, mais qui l'enfonce, ça n'est pas bien normal.

Mon mari n'a jamais bronché devant toutes les crasses qu'on lui a faites ( "Je ne te valide pas la compétence "agit en fonctionnaire de l'Etat" car tu ne restes jamais manger avec nous le midi" -si, si). Résultat, il est viré.

J'ai eu le droit à des commentaires de ce genre aussi quand j'étais stagiaire, de la part du proviseur qui m'avait vraiment dans le nez. Les mesquineries ne sont pas moins fréquentes dans l'EN qu'ailleurs.
Je trouve l'équipe de Melophore très désagréable : on doit soutenir un stagiaire honnête et sérieux et non l'enfoncer.
Mélophore
Mélophore
Niveau 6

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Mélophore le Mar 14 Jan 2014, 01:30
Merci pour les encouragements, j'en prends bonne note, heureusement, j'ai quelques alliés dans l'établissement. Pour l'agrégation, c'est vrai que ce serait un pari risqué, un abandon. Mais d'un autre côté, je me demande si à terme l'usure me paraît tenable, alors que tout le monde me pousse vers la recherche... je me laisse 6 mois pour décider et en tout cas si je pars, j'en aurai appris un paquet sur les relations humaines.

_________________
"Les étoiles à ma présence ici-bas n'ont rien gagné
Leur grandeur par ma déchéance ne sera pas augmentée
Et, témoin mes deux oreilles, nul n'a su me dire
Pourquoi on m'a fait venir, pourquoi me faut-il m'en aller"
Omar Khayyâm
Dimka
Dimka
Vénérable

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Dimka le Mar 14 Jan 2014, 02:20
Salut,
je ne veux pas répondre à la place de Mélophore, vu qu’on a forcément des différences, mais je me retrouve pas mal dans une partie de son discours (en particulier une envie de thèse tellement forte que le redoublement n’est pas forcément envisageable, quitte à perdre le concours). Et ça, ça me fait réagir :
@pailleauquebec a écrit:Attention à ne pas sur-réagir à chaud. Il faudra te laisser du temps pour bien peser le pour et le contre. On ne jette pas comme ça plusieurs années d'efforts (un concours).
[…] C'est aussi ton entrée dans la vie active. C'est la dure réalité du monde du travail.
J’ai eu le même type de propos de la part de mon inspectrice, de mon tuteur, des formateurs… et ça a eu plutôt tendance à me vexer (mais je suis un peu susceptible, c’est vrai). Je ne dis pas ça contre toi, mais je ressens ce genre de discours comme étant infantilisant : moins sur un forum, parce qu’on est entre inconnus, et que les conseils sont plus détachés, mais quand ça entre dans le cadre du discours institutionnel (inspection, tuteur, hiérarchie) qui est lui même condescendant et infantilisant (pas seulement le discours, d’ailleurs…), c’est insupportable.

Notamment « l’entrée dans la vie active », la « dure réalité du monde du travail » : c’est de plus en plus inclus dans le pack « dure réalité du monde étudiant », donc se faire renvoyer l’image de pauvre petit stagiaire ingénu… mouais. Dans ma « vie inactive », j’ai eu des jobs qu’on peut qualifier de pourris, j’ai fréquenté des gens pas cool, pourtant, je considère l’éducation nationale comme hors-catégorie (et alors même que je suis dans une situation incomparablement plus supportable que Mélophore). Il y a un soucis, non ? En tous cas, j’aurais du mal à me remettre en cause à propos de mon rapport avec la vie active.

De même, par rapport à d’autres messages : le discours habituel, c’est « le concours est un sacrifice de plusieurs années, conclusion, tu t’écrases pendant un an »… je sais que c’est stratégique, mais purée… On marche sur la tête. Je ne peux pas, mais vraiment, ce n’est pas possible, question d’intégrité. Ce n’est pas une question de se la jouer grande gueule, je suis quelqu’un de plutôt discret dans la vraie vie, mais il y a un moment où je ne peux pas assumer d’avoir fait cinq ans d’études, d’avoir eu un concours difficile, tout ça pour en être réduit à jouer ce cirque. Surtout face à des gens qui ne m’impressionnent pas.


Par ailleurs, ce qui me donne encore plus envie de fuir, c’est « on ne jette pas comme ça un concours ». Justement… Ça donne l’impression que l’éducation nationale est un piège, on fait des études et on passe des concours qui enferment dans un job, pour un employeur, pour un pays, et si ça ne va pas, c’est l’impasse, comme s’il n’y avait rien en dehors, comme si on lui avait donné sa vie et son âme. Le concours, c’est un sacrifice des années de préparation et des années qui suivent ?  :shock:

_________________
Spoiler:
Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 1512263083
avatar
InviteeF
Grand Maître

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par InviteeF le Mar 14 Jan 2014, 10:47
Dimka,  je vais me permettre de te contredire lourdement: 

1.si le conseil de ne pas démissionner est donné,  c'est davantage par crainte que ce soit les conséquences du harcèlement (angoisse, ras le bol, colère,  dégoût,  peur,  certitude de ne pouvoir poursuivre dans ces conditions) qui parlent.  Rien à voir avec une éventuelle prise de haut ou un paternalisme voilant à peine le sous - entendu d'immaturité.

2. Non, le concours n'est pas sacrifier les années ultérieures puisque les années ultérieures ne DOIVENT PAS se passer comme ça.  Et c'est bien ma raison pour laquelle je ne suis pas la seule à enjoindre Melophore de rassembler tout son courage pour protester afin de faire valoir ses droits (au respect, notamment). Parce que la situation qu'il décrit n'est pas la situation que l'on vit une fois titulaire et qu'elle ne devrait pas exister au cours de l'année dite "de stage", surtout au cours de l'année dite "de stage" où beaucoup sont fragiles.

3. La réponse dominante sur ce fil est loin d'avoir été "écrase-toi pendant un an".
avatar
pailleauquebec
Fidèle du forum

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par pailleauquebec le Mar 14 Jan 2014, 13:43
@Dimka a écrit:Dans ma « vie inactive », j’ai eu des jobs qu’on peut qualifier de pourris, j’ai fréquenté des gens pas cool, pourtant, je considère l’éducation nationale comme hors-catégorie (et alors même que je suis dans une situation incomparablement plus supportable que Mélophore). Il y a un soucis, non ?

Oui pour moi l'EN est hors catégorie, de par les situations extrêmes qu'on peut y vivre, de par son organisation bureaucratique et de par les personnes complètement déjantées qu'on peut y côtoyer (pas partout, cela reste l'exception). Le plus souvent ailleurs ces personnes auraient été exclues du système. Ici le système les conserve et leur donne parfois du pouvoir. Oui l'EN est par endroit un nid de vipères. Et non, généralement on n'est pas armé pour faire face à ce genre de situations quand on vient de réussir le concours.

Honnêtement, j'ai aussi fait des jobs d'été à l'usine, et ce n'est pas la même chose car on sait que c'est sans lendemain. Il y a beaucoup de choses qu'on attend d'un salarié qu'on attend pas d'un intérimaire.

De plus comme étudiant on n'a pas vraiment à se soumettre à une autorité, entrer dans un moule, obéir. Attention car dans l'EN cette obéissance n'est de toute façon que de façade car on est seul face aux élèves 95% du temps. De plus je n'ai jamais vu un endroit hors de l'EN où il y a autant de règles à respecter, des milliers de pages de textes disant ce qu'on doit et ne doit pas faire. Pour le pire et le meilleur.

Mais il faut le savoir, on attend d'un prof qu'il sache courber l'échine. Ou qu'il tienne tête, mais la deuxième option n'est pas acceptée l'année de stage je pense. C'est un double jeu que savent bien jouer la plupart des profs que je connais, apparente servilité et liberté cachée.

Car au final si on regarde bien, rares sont les métiers où on est aussi libre.

@Dimka a écrit:Ce n’est pas une question de se la jouer grande gueule, je suis quelqu’un de plutôt discret dans la vraie vie, mais il y a un moment où je ne peux pas assumer d’avoir fait cinq ans d’études, d’avoir eu un concours difficile, tout ça pour en être réduit à jouer ce cirque. Surtout face à des gens qui ne m’impressionnent pas.

Je compatis, je l'ai vécu un peu comme ça aussi mon année de stage, je me suis accroché avec un minable qui ne m'impressionnait pas, puis je me suis écrasé. Heureusement j'ai aussi croisé quelque types bien.
Mélophore
Mélophore
Niveau 6

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Mélophore le Mer 15 Jan 2014, 10:42
J'en croise aussi des gens bien, des gens très bien qui me soutiennent. Mais en fait c'est un tout, j'adore les gamins, mais je me sens pas tout le temps à ma place face à eux, et j'ai parfois peine à les captiver, les intéresser, et je suis pas sûr que j'ai envie de faire ça tout le temps. Même avant le Capes je savais que je ne ferais pas cela toute ma vie. Vraiment pas. Alors abandonner maintenant, c'est courir un risque lourd, j'en suis conscient, mais ce peut être aussi me sauver avant que cette hypocrisie me bouffe, comme elle a bouffé ma mère avant moi (prof d'allemand pendant 15 ans qui a fini par se reconvertir comme documentaliste). J'ai l'impression d'être trop hors norme . Ma tutrice me l'a même avoué dans un instant de franchise "Mais je te vois plus en thèse ou en agrégation, toi". J'ai pas relevé pour rien dévoiler, j'ai trop parlé de thèse en septembre avec ma naïveté, j'ai arrêté depuis pour montrer que j'étais concentré sur l'apprentissage qu'elle me donne.

_________________
"Les étoiles à ma présence ici-bas n'ont rien gagné
Leur grandeur par ma déchéance ne sera pas augmentée
Et, témoin mes deux oreilles, nul n'a su me dire
Pourquoi on m'a fait venir, pourquoi me faut-il m'en aller"
Omar Khayyâm
avatar
InviteeF
Grand Maître

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par InviteeF le Mer 15 Jan 2014, 11:21
Loin de moi l'idée de te paniquer mais avec une agrégation,  en général, on enseigne dans le secondaire... du moins la majorité commence ainsi (sauf cas particuliers: normaliens... et encore!)
Si L'EN te pèse, l'agrégation n'est pas une fin en soi. Même en admettant que tu enchaînes sur une thèse avec poste d'ater et post - doc,  rares sont les collègues qui obtiennent immédiatement un poste à l'université ou en classes préparatoires aux grandes écoles sans passer par la case enseignement secondaire. Mieux vaut le savoir...

Après, si faire une thèse te tente, en effet, autant achever tes études le plus tôt possible. Mais malheureusement,  en sciences humaines et sociales, les débouchés autres que l'enseignement sont quasi inexistants. 

Je suis vraiment étonnée que ta tutrice puisse tenir des propos comme ceux que tu rapportes. Soit elle n'est pas de très bon conseil,  soit elle est déconnectée de la réalité: "être en thèse ou en agrégation" c'est un moyen, passager, pas une situation sur le long terme...
Elyas
Elyas
Empereur

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Elyas le Mer 15 Jan 2014, 11:29
@Mélophore a écrit:J'en croise aussi des gens bien, des gens très bien qui me soutiennent. Mais en fait c'est un tout, j'adore les gamins, mais je me sens pas tout le temps à ma place face à eux, et j'ai parfois peine à les captiver, les intéresser, et je suis pas sûr que j'ai envie de faire ça tout le temps. Même avant le Capes je savais que je ne ferais pas cela toute ma vie. Vraiment pas. Alors abandonner maintenant, c'est courir un risque lourd, j'en suis conscient, mais ce peut être aussi me sauver avant que cette hypocrisie me bouffe, comme elle a bouffé ma mère avant moi (prof d'allemand pendant 15 ans qui a fini par se reconvertir comme documentaliste). J'ai l'impression d'être trop hors norme . Ma tutrice me l'a même avoué dans un instant de franchise "Mais je te vois plus en thèse ou en agrégation, toi". J'ai pas relevé pour rien dévoiler, j'ai trop parlé de thèse en septembre avec ma naïveté, j'ai arrêté depuis pour montrer que j'étais concentré sur l'apprentissage qu'elle me donne.

Deux remarques rapides :

- Ta tutrice est hallucinante et se permet des jugements qu'elle n'a en aucun le droit de faire ("je te vois plus en thèse ou agrégation !").
- Tu es dans ta première année d'enseignement. Il faut 5 ans pour commencer à se dire qu'on maîtrise le boulot et 10 ans pour devenir enfin bon.

Donc, le comportement de ta tutrice n'est ni professionnel ni bienveillant ni adapté (je suis tuteur, entendre tout ton témoignage me fait délirer, je considère ma stagiaire comme une collègue et on rigole beaucoup, et jamais je ne me permettrai de lui donner un conseil sur ce qu'elle est ou devrait être). Donc, arrête de te remettre en cause et il faut te défendre !

Non mais on rêve  affraid C'est la loterie les atttributions de tuteurs...
avatar
pailleauquebec
Fidèle du forum

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par pailleauquebec le Mer 15 Jan 2014, 11:32
@Mélophore a écrit:J'en croise aussi des gens bien, des gens très bien qui me soutiennent. Mais en fait c'est un tout, j'adore les gamins, mais je me sens pas tout le temps à ma place face à eux, et j'ai parfois peine à les captiver, les intéresser, et je suis pas sûr que j'ai envie de faire ça tout le temps. Même avant le Capes je savais que je ne ferais pas cela toute ma vie. Vraiment pas. Alors abandonner maintenant, c'est courir un risque lourd, j'en suis conscient, mais ce peut être aussi me sauver avant que cette hypocrisie me bouffe, comme elle a bouffé ma mère avant moi (prof d'allemand pendant 15 ans qui a fini par se reconvertir comme documentaliste). J'ai l'impression d'être trop hors norme . Ma tutrice me l'a même avoué dans un instant de franchise "Mais je te vois plus en thèse ou en agrégation, toi". J'ai pas relevé pour rien dévoiler, j'ai trop parlé de thèse en septembre avec ma naïveté, j'ai arrêté depuis pour montrer que j'étais concentré sur l'apprentissage qu'elle me donne.

Tu fais aussi face à ton histoire familiale avec ce vécu douloureux de ta maman. Mais tu es une personne différente. Et les situations sont très variées dans l'EN.

Et l'hypocrisie ne va pas te bouffer car tu vas en comprendre tous les rouages avec de l'expérience et tu sauras faire face (lire des livres sur le sujet peut aider à décrypter).

Tu adores les enfants, et tu parviens parfois à les intéresser, c'est déjà un très bon début. On est tous passé par là.

Tiens bon, tu peux y arriver et finalement trouver que ce métier te convient.
Tu es mal tombé cette année, dans un nid de vipères. Mais tu vas t'en sortir, j'en suis sûr.

Tout dépendra ensuite de la place que tu auras l'an prochain. Et d'ici là ce sera plus facile pour toi car tu auras progressé dans le métier (gestion de classe, cours,...)

Les élèves adorent les profs "hors norme", ce sont les seuls profs dont je me souviens. C'est d'ailleurs un des avantages de bosser avec des ados c'est qu'il sont attirés par les comportements extrêmes. Tu dois pouvoir en jouer en classe.
avatar
gilthoniel
Niveau 5

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par gilthoniel le Mer 15 Jan 2014, 14:09
Réfléchis bien, parce que comme tu as fantasmé le métier de prof, tu es en train de fantasmer celui de chercheur, qui me semble, d’après mon expérience, encore plus sujet aux histoires d'égos que celui de prof de collège-lycée.

Un(e) directeur(rice) de thèse peut être pire qu'un(e) tuteur(rice), et c'est d'autant plus dur que dans le boulot de recherche (surtout en thèse) tu y mets tout ce que tu es. Il est alors plus difficile de prendre du recul, déjà que c'est pas facile en tant que néo-prof. En revanche, en ce qui concerne tes horaires, ta façon de t'habiller etc... personne ne viendra t'embêter. Je te déconseillerais de partir sur un "échec", parce qu'il faut être très très fort en thèse. Surtout si celle-ci n'est pas financée, tu devras "prouver" sans cesse ta légitimité.
Mélophore
Mélophore
Niveau 6

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Mélophore le Mer 15 Jan 2014, 14:52
C'est sûr, Gilthoniel, les chercheurs ont un égo immense. Et je sais tout ce que ça implique en matière de léchage de c(...) etc... Sauf que je me sens beaucoup plus les capacités à m'imposer sur un sujet de recherche (et mes profs de fac' me l'ont dit et répété) que finir par trouver mes marques devant une classe. Déjà à leur âge, j'avais des difficultés à me caler dans la relation aux autres, c'est peut être toujours un peu le cas aujourd'hui. J'ai peur de perdre ce que j'ai. Mais j'ai tout aussi peur de finir amer en regardant les chances que j'ai laissé passer.

_________________
"Les étoiles à ma présence ici-bas n'ont rien gagné
Leur grandeur par ma déchéance ne sera pas augmentée
Et, témoin mes deux oreilles, nul n'a su me dire
Pourquoi on m'a fait venir, pourquoi me faut-il m'en aller"
Omar Khayyâm
sansara
sansara
Modérateur

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par sansara le Mer 15 Jan 2014, 15:00
Voli vola a écrit:Loin de moi l'idée de te paniquer mais avec une agrégation,  en général, on enseigne dans le secondaire... du moins la majorité commence ainsi (sauf cas particuliers: normaliens... et encore!)
Si L'EN te pèse, l'agrégation n'est pas une fin en soi. Même en admettant que tu enchaînes sur une thèse avec poste d'ater et post - doc,  rares sont les collègues qui obtiennent immédiatement un poste à l'université ou en classes préparatoires aux grandes écoles sans passer par la case enseignement secondaire. Mieux vaut le savoir...

Après, si faire une thèse te tente, en effet, autant achever tes études le plus tôt possible. Mais malheureusement,  en sciences humaines et sociales, les débouchés autres que l'enseignement sont quasi inexistants. 

Je suis vraiment étonnée que ta tutrice puisse tenir des propos comme ceux que tu rapportes. Soit elle n'est pas de très bon conseil,  soit elle est déconnectée de la réalité: "être en thèse ou en agrégation" c'est un moyen, passager, pas une situation sur le long terme...

Je me permets de réagir pour confirmer les propos de Voli Vola : même en étant normalienne et agrégée (avec un bon classement), j'enseigne dans un collège en banlieue lyonnaise. Et je suis loin d'être la seule, parmi mes anciens camarades de classe.

De plus, la thèse ne te permet que de reculer pour mieux sauter : certes, le monitorat à l'université est moins pénible qu'un stage en collège, mais de toute façon dans la plupart des spécialités il n'y a pas de poste de maître de conférences par la suite, et de nombreux docteurs sont donc obligés d'enseigner dans le secondaire, faute de postes vacants en université ou en prépa.

Mais je suis tout aussi effarée que les autres du comportement de ta tutrice, qui n'a pas à se comporter ainsi avec toi.
madameverte
madameverte
Niveau 5

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par madameverte le Mer 15 Jan 2014, 15:30
L'agrégation ou la thèse ne sont pas une solution à ton problème à mon humble avis.
Essaie de passer cette année comme tu peux et tu verras, une fois dans un nouveau poste sans le statut stagiaire, ton regard sur le métier changera peut-être!
Mélophore
Mélophore
Niveau 6

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Mélophore le Mer 15 Jan 2014, 17:20
@madameverte a écrit:L'agrégation ou la thèse ne sont pas une solution à ton problème à mon humble avis.
Essaie de passer cette année comme tu peux et tu verras, une fois dans un nouveau poste sans le statut stagiaire, ton regard sur le métier changera peut-être!

Encore faut-il être titularisé. Et il me semble que cette année, c'est mal barré. Je fais des efforts dans ce sens (aller aux formations facultatives de gestion de classe, prendre des conseils auprès de plein de collègues, rester distant mais cordial et ouvert avec ma tutrice et justement la néotit', puisque c'est le sujet de ce post). C'est vrai qu'avec l'agrèg on ne peut pas tout le temps éviter le secondaire. Mais au pire, ce premier aperçu que j'ai du métier me désabuse et me dégoute tellement que je me demande si je suis bien calibré pour tout ça. Peut être que dans quelques années, quand j'aurais vécu plus de choses...

_________________
"Les étoiles à ma présence ici-bas n'ont rien gagné
Leur grandeur par ma déchéance ne sera pas augmentée
Et, témoin mes deux oreilles, nul n'a su me dire
Pourquoi on m'a fait venir, pourquoi me faut-il m'en aller"
Omar Khayyâm
avatar
gilthoniel
Niveau 5

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par gilthoniel le Mer 15 Jan 2014, 17:35
Je vais dire un gros mot, mais je pense que quoi que tu fasses, il faut que tu te fasses plus confiance. Ta tutrice a un avis, c'est le sien. Mais ce n'est qu'un avis. Si tu choisis le monde de la recherche, tu vas en "chier" encore plus. Il faut que tu arrives à vivre malgré les avis des uns ou des autres (surtout dans la recherche d'ailleurs). Tu n'est peut-être pas encore prêt en tant que prof, mais tu fais ce qu'il faut pour progresser. Tes élèves ont le droit à l'erreur, toi aussi.

J'ai fait un doctorat avant d'être contractuel admissible cette année, donc je peux comparer. Et à mon humble avis, tu te plies trop à l'avis des autres (qu'en savent tes profs de fac de ta capacité à encaisser la pression d'une thèse?), tu ne prends pas assez de recul. Et je le répète, en thèse, il faut être très fort mentalement. Si tu as la volonté et l'opportunité de faire une thèse, fais là, mais ne la fait pas parce que tu te sens en échec. En effet, tu auras probablement des moments très dur pendant ta thèse ou tu te sentiras plus bas que terre, c'est normal, mais il faudra rebondir.

Pour résumer, ne fais pas une thèse pour de mauvaises raisons.
madameverte
madameverte
Niveau 5

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par madameverte le Mer 15 Jan 2014, 17:46
@Mélophore a écrit:
@madameverte a écrit:L'agrégation ou la thèse ne sont pas une solution à ton problème à mon humble avis.
Essaie de passer cette année comme tu peux et tu verras, une fois dans un nouveau poste sans le statut stagiaire, ton regard sur le métier changera peut-être!

Encore faut-il être titularisé. Et il me semble que cette année, c'est mal barré. Je fais des efforts dans ce sens (aller aux formations facultatives de gestion de classe, prendre des conseils auprès de plein de collègues, rester distant mais cordial et ouvert avec ma tutrice et justement la néotit', puisque c'est le sujet de ce post). C'est vrai qu'avec l'agrèg on ne peut pas tout le temps éviter le secondaire. Mais au pire, ce premier aperçu que j'ai du métier me désabuse et me dégoute tellement que je me demande si je suis bien calibré pour tout ça. Peut être que dans quelques années, quand j'aurais vécu plus de choses...

c'est plutôt qu'avec l'agrégation, on a un peu plus de chance de sortir du secondaire...mais beaucoup d'agrégés restent dans le secondaire et souvent en collège. C'est HS mais je suis agrégée et pas possible même d'avoir un poste en lycée avant quelques années encore, il faudrait des enfants pour avoir des points  furieux  Dans mon collège, on est nombreux dans la même situation (agrégés à l'externe en collège)  Sleep 
mais honnêtement, une fois liberée de cette année de stage, ça peut être chouette et je trouve les collégiens même parfois vraiment attachants, avec une bonne dynamique même dans une classe faible, ça peut être un plaisir d'aller au travail  nutella 

pour revenir à ta situation, à ta place (j'étais aussi stagiaire avec tutrice, première année où ce système a été mis en place): contacte un syndicat et décris la situation, évoque également tes craintes que son rapport pour ta titularisation ne sera peut-être pas aussi objectif qu'il devrait être. Comme ça, il y a une trace écrite auprès d'un tiers de la situation et si tu dois passer en commission à la fin de l'année, tu as des "preuves" ou au moins tu l'auras déjà évoqué et ça ne paraîtra pas comme un argument inventé juste pour obtenir la titularisation.

courage  vache
Marie Laetitia
Marie Laetitia
Bon génie

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Marie Laetitia le Mer 15 Jan 2014, 18:00
@gilthoniel a écrit:Réfléchis bien, parce que comme tu as fantasmé le métier de prof, tu es en train de fantasmer celui de chercheur, qui me semble, d’après mon expérience, encore plus sujet aux histoires d'égos que celui de prof de collège-lycée.

Un(e) directeur(rice) de thèse peut être pire qu'un(e) tuteur(rice), et c'est d'autant plus dur que dans le boulot de recherche (surtout en thèse) tu y mets tout ce que tu es. Il est alors plus difficile de prendre du recul, déjà que c'est pas facile en tant que néo-prof. En revanche, en ce qui concerne tes horaires, ta façon de t'habiller etc... personne ne viendra t'embêter. Je te déconseillerais de partir sur un "échec", parce qu'il faut être très très fort en thèse. Surtout si celle-ci n'est pas financée, tu devras "prouver" sans cesse ta légitimité.

@sansara a écrit:
Voli vola a écrit:Loin de moi l'idée de te paniquer mais avec une agrégation,  en général, on enseigne dans le secondaire... du moins la majorité commence ainsi (sauf cas particuliers: normaliens... et encore!)
Si L'EN te pèse, l'agrégation n'est pas une fin en soi. Même en admettant que tu enchaînes sur une thèse avec poste d'ater et post - doc,  rares sont les collègues qui obtiennent immédiatement un poste à l'université ou en classes préparatoires aux grandes écoles sans passer par la case enseignement secondaire. Mieux vaut le savoir...

Après, si faire une thèse te tente, en effet, autant achever tes études le plus tôt possible. Mais malheureusement,  en sciences humaines et sociales, les débouchés autres que l'enseignement sont quasi inexistants. 

Je suis vraiment étonnée que ta tutrice puisse tenir des propos comme ceux que tu rapportes. Soit elle n'est pas de très bon conseil,  soit elle est déconnectée de la réalité: "être en thèse ou en agrégation" c'est un moyen, passager, pas une situation sur le long terme...

Je me permets de réagir pour confirmer les propos de Voli Vola : même en étant normalienne et agrégée (avec un bon classement), j'enseigne dans un collège en banlieue lyonnaise. Et je suis loin d'être la seule, parmi mes anciens camarades de classe.

De plus, la thèse ne te permet que de reculer pour mieux sauter : certes, le monitorat à l'université est moins pénible qu'un stage en collège, mais de toute façon dans la plupart des spécialités il n'y a pas de poste de maître de conférences par la suite, et de nombreux docteurs sont donc obligés d'enseigner dans le secondaire, faute de postes vacants en université ou en prépa.

Mais je suis tout aussi effarée que les autres du comportement de ta tutrice, qui n'a pas à se comporter ainsi avec toi.

@gilthoniel a écrit:Je vais dire un gros mot, mais je pense que quoi que tu fasses, il faut que tu te fasses plus confiance. Ta tutrice a un avis, c'est le sien. Mais ce n'est qu'un avis. Si tu choisis le monde de la recherche, tu vas en "chier" encore plus. Il faut que tu arrives à vivre malgré les avis des uns ou des autres (surtout dans la recherche d'ailleurs). Tu n'est peut-être pas encore prêt en tant que prof, mais tu fais ce qu'il faut pour progresser. Tes élèves ont le droit à l'erreur, toi aussi.

J'ai fait un doctorat avant d'être contractuel admissible cette année, donc je peux comparer. Et à mon humble avis, tu te plies trop à l'avis des autres (qu'en savent tes profs de fac de ta capacité à encaisser la pression d'une thèse?), tu ne prends pas assez de recul. Et je le répète, en thèse, il faut être très fort mentalement. Si tu as la volonté et l'opportunité de faire une thèse, fais là, mais ne la fait pas parce que tu te sens en échec. En effet, tu auras probablement des moments très dur pendant ta thèse ou tu te sentiras plus bas que terre, c'est normal, mais il faudra rebondir.

Pour résumer, ne fais pas une thèse pour de mauvaises raisons.

Les collègues parlent d'or. Vraiment. Et avec mes dernières aventures de thésarde, je ne peux qu'approuver...  :shock: veneration 

_________________
 Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Dlb10
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)


Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. [...] Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. Elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...


Et on ne dit pas "voir(e) même" mais "voire" ou "même".
Marie Laetitia
Marie Laetitia
Bon génie

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Marie Laetitia le Mer 15 Jan 2014, 18:01
@Mélophore a écrit:J'en croise aussi des gens bien, des gens très bien qui me soutiennent. Mais en fait c'est un tout, j'adore les gamins, mais je me sens pas tout le temps à ma place face à eux, et j'ai parfois peine à les captiver, les intéresser, et je suis pas sûr que j'ai envie de faire ça tout le temps. Même avant le Capes je savais que je ne ferais pas cela toute ma vie. Vraiment pas. Alors abandonner maintenant, c'est courir un risque lourd, j'en suis conscient, mais ce peut être aussi me sauver avant que cette hypocrisie me bouffe, comme elle a bouffé ma mère avant moi (prof d'allemand pendant 15 ans qui a fini par se reconvertir comme documentaliste). J'ai l'impression d'être trop hors norme . Ma tutrice me l'a même avoué dans un instant de franchise "Mais je te vois plus en thèse ou en agrégation, toi". J'ai pas relevé pour rien dévoiler, j'ai trop parlé de thèse en septembre avec ma naïveté, j'ai arrêté depuis pour montrer que j'étais concentré sur l'apprentissage qu'elle me donne.


J'ai eu le même genre de remarque. "Tu n'es pas faite pour le collège. Le lycée, à la limite."  Rolling Eyes (mes collègues actuels - excellents au demeurant) ont aimé quand je leur ai raconté.  Suspect

Si tu savais le mal que j'ai eu durant la première année. Tout me faisait horreur. À commencer par les gamins.

_________________
 Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Dlb10
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)


Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. [...] Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. Elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...


Et on ne dit pas "voir(e) même" mais "voire" ou "même".
avatar
InvitéMa6
Niveau 5

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par InvitéMa6 le Mer 15 Jan 2014, 19:24
Je ne sais pas si la question a été posée, bcp de réactions ce qui prouve que la situation dans laquelle tu te trouves doit cesser.

Mélophore, es-tu syndiqué ? Il faut absolument que quelqu'un d'autre que ce trio infernal soit impliqué. Toujours discuter devant témoins, couper court à tout reproche stérile. Ce qui compte, ce sont tes prestations devant les élèves, ce qu'ils ont appris, la qualité des cours, leurs cahiers. Tout ça, l'IPR saura le juger, l'apprécier et l'évaluer. N'hésite pas à lui faire part de l'attitude lamentable des collègues.
Mélophore
Mélophore
Niveau 6

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Mélophore le Mer 15 Jan 2014, 22:19
@gilthoniel a écrit:Je vais dire un gros mot, mais je pense que quoi que tu fasses, il faut que tu te fasses plus confiance. Ta tutrice a un avis, c'est le sien. Mais ce n'est qu'un avis. Si tu choisis le monde de la recherche, tu vas en "chier" encore plus. Il faut que tu arrives à vivre malgré les avis des uns ou des autres (surtout dans la recherche d'ailleurs). Tu n'est peut-être pas encore prêt en tant que prof, mais tu fais ce qu'il faut pour progresser. Tes élèves ont le droit à l'erreur, toi aussi.

J'ai fait un doctorat avant d'être contractuel admissible cette année, donc je peux comparer. Et à mon humble avis, tu te plies trop à l'avis des autres (qu'en savent tes profs de fac de ta capacité à encaisser la pression d'une thèse?), tu ne prends pas assez de recul. Et je le répète, en thèse, il faut être très fort mentalement. Si tu as la volonté et l'opportunité de faire une thèse, fais là, mais ne la fait pas parce que tu te sens en échec. En effet, tu auras probablement des moments très dur pendant ta thèse ou tu te sentiras plus bas que terre, c'est normal, mais il faudra rebondir.

Pour résumer, ne fais pas une thèse pour de mauvaises raisons.

Merci, je prends bonne note de tout cela. Me faire confiance effectivement, c'est une difficulté. Mais la thèse, c'est différent, cela fait des années que j'en rêve, ce n'est pas quelque chose vers quoi je fuis. Même si je me débrouillais très bien jusqu'à la titularisation cette année, mon objectif était d'avoir une dispo pour faire la thèse. C'est un objectif vers lequel je suis inébranlable depuis longtemps, pas un refuge. Après, la question est la voie par laquelle je vais y arriver, serrer les dents et la faire en dispo ou filer ma lettre et risquer l'agrèg', fortement conseillée pour avoir un financement dans ma spécialité...

_________________
"Les étoiles à ma présence ici-bas n'ont rien gagné
Leur grandeur par ma déchéance ne sera pas augmentée
Et, témoin mes deux oreilles, nul n'a su me dire
Pourquoi on m'a fait venir, pourquoi me faut-il m'en aller"
Omar Khayyâm
Mélophore
Mélophore
Niveau 6

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Mélophore le Mer 15 Jan 2014, 22:25
@Marie Laetitia a écrit:
@Mélophore a écrit:J'en croise aussi des gens bien, des gens très bien qui me soutiennent. Mais en fait c'est un tout, j'adore les gamins, mais je me sens pas tout le temps à ma place face à eux, et j'ai parfois peine à les captiver, les intéresser, et je suis pas sûr que j'ai envie de faire ça tout le temps. Même avant le Capes je savais que je ne ferais pas cela toute ma vie. Vraiment pas. Alors abandonner maintenant, c'est courir un risque lourd, j'en suis conscient, mais ce peut être aussi me sauver avant que cette hypocrisie me bouffe, comme elle a bouffé ma mère avant moi (prof d'allemand pendant 15 ans qui a fini par se reconvertir comme documentaliste). J'ai l'impression d'être trop hors norme . Ma tutrice me l'a même avoué dans un instant de franchise "Mais je te vois plus en thèse ou en agrégation, toi". J'ai pas relevé pour rien dévoiler, j'ai trop parlé de thèse en septembre avec ma naïveté, j'ai arrêté depuis pour montrer que j'étais concentré sur l'apprentissage qu'elle me donne.


J'ai eu le même genre de remarque. "Tu n'es pas faite pour le collège. Le lycée, à la limite."  Rolling Eyes (mes collègues actuels - excellents au demeurant) ont aimé quand je leur ai raconté.  Suspect

Si tu savais le mal que j'ai eu durant la première année. Tout me faisait horreur. À commencer par les gamins.

Bon ça va, je suis pas tout seul. C'est vrai qu'avec cette pression de titularisation sur le dos, j'en viens à détester les gamins de me compliquer la tâche comme ça, ces temps-ci Smile Pour le reste, je sais pertinamment qu'une agrèg' me vaudrait quand même de revenir dans le secondaire dans pas mal de cas. Mais j'y reviendrais débarrassé de la pression de la titularisation et avec plus de bouteille que le jeunot que je suis encore.

_________________
"Les étoiles à ma présence ici-bas n'ont rien gagné
Leur grandeur par ma déchéance ne sera pas augmentée
Et, témoin mes deux oreilles, nul n'a su me dire
Pourquoi on m'a fait venir, pourquoi me faut-il m'en aller"
Omar Khayyâm
Nita
Nita
Empereur

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Nita le Mer 15 Jan 2014, 22:45
Oui, enfin, tu y reviendrais agrégé stagiaire...

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
Mélophore
Mélophore
Niveau 6

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Mélophore le Mer 15 Jan 2014, 22:47
@Nita a écrit:Oui, enfin, tu y reviendrais agrégé stagiaire...

Pas si je pars en thèse ensuite. Une année de contrat doctoral vaut validation. Mais on est encore loin de ça, ne rêvons pas trop.

_________________
"Les étoiles à ma présence ici-bas n'ont rien gagné
Leur grandeur par ma déchéance ne sera pas augmentée
Et, témoin mes deux oreilles, nul n'a su me dire
Pourquoi on m'a fait venir, pourquoi me faut-il m'en aller"
Omar Khayyâm
Dimka
Dimka
Vénérable

Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 Empty Re: Gérer relation à collègue néo-tit'

par Dimka le Mer 15 Jan 2014, 22:50
Sauf que tu as les résultats du concours en juillet, et qu’il faut faire les demandes de contrats en avril/mai…

_________________
Spoiler:
Gérer relation à collègue néo-tit' - Page 3 1512263083
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum