Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
cliohist
Habitué du forum

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par cliohist Jeu 30 Oct 2014 - 7:37
La mise en cause personnelle participe du débat d'idées ?
Pour avoir un débat, il faut des contradicteurs.

Une mise en cause personnelle ?
Evitons l'hypocrisie et les faux semblants.
Comment Loys s'est-il fait connaître des médias en 2012 ?


Un débat ?
Les médias adorent toute forme de promotion et plus encore le match de catch entre politiciens.
Sérieusement, quelle discussion envisager entre ceux qui veulent débrancher l'école (et la société)
et ceux qui rêvent d'une société sans école ?

Heureusement la réalité est plus complexe que le choc simpliste des discours extrêmes.
En gestion, en bureautique, l'ordi est un outil du quotidien.
Pour l'enseignement général, il a trouvé sa pleine légitimité en Physique ou en SVT. Sesamaths a beaucoup bossé.
En géo, en histoire, où le travail sur les images occupe une place importante, le vidéoprojecteur a pris le relais des diapos (cf. naguère en primaire, le rôle des affiches dessinées http://tinyurl.com/q6byb4v)

Internet ne refuse ni l'encre des activistes ni la pub des marchands.
Mais Internet sait toujours archiver une veille documentaire coopérative, quand des internautes y consacrent du temps et de la compétence.
cf. la grande richesse de Commons (là où le droit l'autorise). Pas de milliardaires derrière, pas de Zuckerberg, pas de Gates ou de Page.

PS 1 : Arte a diffusé plusieurs docs sur Picasso dimanche dernier.
A voir ou revoir pdt 7 jours sur un écran de TV ou sur un écran d'ordi
(la capture est techniquement possible)

PS 2 : Les « écrans » sur Néoprofs :
https://www.neoprofs.org/search?search_keywords=%E9crans

.
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Luigi_B Jeu 30 Oct 2014 - 8:07
Et si on en revenait à l'article du "Monde" ?

Un article dans le "Monde" (abonnés) fait le point sur tout ce qui doit nous alerter dans la prolifération des écrans auprès des plus jeunes (qu'avait benoîtement oublié de préciser l'Académie des sciences dans son avis dithyrambique de 2013) : "Ecrans : les effets pervers d’une fascination"

En résumé, pour ceux qui n'ont pas accès à l'article, de nombreux spécialistes sont cités et c'est accablant. Rappel : aux USA, les 8-18 ans passent en moyenne plus de 7h30 par jour de­vant un écran :
- Effets avérés scientifiquement de la sédentarité sur l'obésité, sur un certain type de diabète et les maladies cardio-vasculaires (et réduction de l'espérance de vie)
- Mauvais sommeil (en quantité et en qualité)
- Trouble de la vision
- Troubles du lan­gage, de l'at­ten­tion et dif­fi­cul­tés sco­laires : "Les études scien­ti­fiques dis­po­nibles montrent que l'ex­po­si­tion mas­sive aux écrans a des in­ci­dences né­ga­tives ma­jeures sur le dé­ve­lop­pe­ment des fonc­tions cog­ni­tives" (Michel Desmurget)
- Accroissement du risque de comportement violent par exposition à des images violentes (de plus en plus présentes)
- Af­fai­blis­se­ment (avec Internet) de la pen­sée cri­tique, de l'ima­gi­na­tion et de la ré­flexion

L'As­so­cia­tion amé­ri­caine de pé­dia­trie en a pu­blié en 2009, ré­ac­tua­li­sées en 2013 : re­ti­rer les écrans des chambres des en­fants, les ac­com­pa­gner, li­mi­ter le temps d'ex­po­si­tion entre une et deux heures par jour, dis­cu­ter du contenu avec ses en­fants, évi­ter les jeux vio­lents et tous les mé­dias à écran pour les bébés de moins de 2 ans. A cela s'ajoutent des règles de bon sens : pas d'écran le matin, ni pen­dant les repas fa­mi­liaux, ni avant le cou­cher.

_________________
LVM Dernier billet : "Une École si distante"
Iphigénie
Iphigénie
Enchanteur

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Iphigénie Jeu 30 Oct 2014 - 8:09
des règles de bon sens : pas d'écran le matin,
Punaise, les chronobios, va falloir revoir les rythmes scolaires, du coup.
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par JPhMM Jeu 30 Oct 2014 - 8:12
@Luigi_B a écrit:Et si on en revenait à l'article du "Monde" ?

- Effets avérés scientifiquement de la sédentarité sur l'obésité, sur un certain type de diabète et les maladies cardio-vasculaires (et réduction de l'espérance de vie)
- Mauvais sommeil (en quantité et en qualité)
- Trouble de la vision
- Troubles du lan­gage, de l'at­ten­tion et dif­fi­cul­tés sco­laires : "Les études scien­ti­fiques dis­po­nibles montrent que l'ex­po­si­tion mas­sive aux écrans a des in­ci­dences né­ga­tives ma­jeures sur le dé­ve­lop­pe­ment des fonc­tions cog­ni­tives" (Michel Desmurget)
- Accroissement du risque de comportement violent par exposition à des images violentes (de plus en plus présentes)
- Af­fai­blis­se­ment (avec Internet) de la pen­sée cri­tique, de l'ima­gi­na­tion et de la ré­flexion
Mais où est donc le problème ?

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
User19866
Expert

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par User19866 Jeu 30 Oct 2014 - 9:09
@JPhMM a écrit:
@Luigi_B a écrit:Et si on en revenait à l'article du "Monde" ?

- Effets avérés scientifiquement de la sédentarité sur l'obésité, sur un certain type de diabète et les maladies cardio-vasculaires (et réduction de l'espérance de vie)
- Mauvais sommeil (en quantité et en qualité)
- Trouble de la vision
- Troubles du lan­gage, de l'at­ten­tion et dif­fi­cul­tés sco­laires : "Les études scien­ti­fiques dis­po­nibles montrent que l'ex­po­si­tion mas­sive aux écrans a des in­ci­dences né­ga­tives ma­jeures sur le dé­ve­lop­pe­ment des fonc­tions cog­ni­tives" (Michel Desmurget)
- Accroissement du risque de comportement violent par exposition à des images violentes (de plus en plus présentes)
- Af­fai­blis­se­ment (avec Internet) de la pen­sée cri­tique, de l'ima­gi­na­tion et de la ré­flexion
Mais où est donc le problème ?
Autant j'envisage assez facilement la façon dont les quatre premiers items ont été mesurés et je peux accepter l'expression "effets avérés scientifiquement", autant j'ai du mal à comprendre la façon dont cette étude a mesuré la part relative de l'exposition aux écrans dans l' "accroissement du risque de comportement violent".

De même, je cela m'intéresserait de savoir comment on mesure l' "af­fai­blis­se­ment de la pen­sée cri­tique". C'est quoi, la pensée critique ? Celle qui s'indigne des mêmes choses que soi ?

Sinon, au sujet des écrans, à destination des parents et dans lintérédézenfan, il y a ça : "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 La-regle-3-6-9-12-sur-les-ecrans-adaptes-a-chaque-age-10976516zngji
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par JPhMM Jeu 30 Oct 2014 - 9:16
Dalathée2 a écrit:j'ai du mal à comprendre la façon dont cette étude a mesuré la part relative de l'exposition aux écrans dans l' "accroissement du risque de comportement violent".
C'est un lieu commun, peu soumis à l'étude des chiffres.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Luigi_B Jeu 30 Oct 2014 - 9:34
Pour l'affaiblissement de la pensée critique, je ne l'ai pas mesuré scientifiquement, mais je l'ai constaté quand mes élèves sont allés chercher un commentaire corrigé en ligne sans même pouvoir en mesurer la valeur.  Laughing

La règle des 3-9-6-12, c'est la règle de Serge Tisseron, une sacrée girouette qui a participé à l'Avis de l'Académie des sciences mais ne cesse de s'en désolidariser : http://www.laviemoderne.net/detox/61-les-petits-et-l-ecran

C'est lui qui prône aussi la règle des 3A : alternance, accompagnement, autorégulation. On se demande ce que signifient ces trois termes avec des durées moyennes d'exposition aux écrans de 8h par jour.


Dernière édition par Luigi_B le Jeu 30 Oct 2014 - 9:53, édité 1 fois

_________________
LVM Dernier billet : "Une École si distante"
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Luigi_B Jeu 30 Oct 2014 - 9:40
@JPhMM a écrit:
Dalathée2 a écrit:j'ai du mal à comprendre la façon dont cette étude a mesuré la part relative de l'exposition aux écrans dans l' "accroissement du risque de comportement violent".
C'est un lieu commun, peu soumis à l'étude des chiffres.

Je ne connais pas grand chose à cette question mais d'après l'article cité :

Le contenu vé­hi­culé par les écrans n'est pas neutre. L'ex­po­si­tion à des images vio­lentes ac­croît-elle le risque de com­por­te­ments vio­lents par rap­port à des images à conte­nus plus neutres ? Plus de 3 500 études ont ré­pondu po­si­ti­ve­ment à cette ques­tion, in­dique l'Aca­dé­mie amé­ri­caine de pé­dia­trie, no­tam­ment celles, nom­breuses, du pé­driatre Vic­tor Stras­bur­ger (uni­ver­sité du Nou­veau-Mexique). Or, dans les jeux comme dans les films, on as­siste à une aug­men­ta­tion du ni­veau de vio­lence : l'étude de 22 films de James Bond entre 1962 et 2008 montre que la mise en scène de la vio­lence a dou­blé, et celle de la vio­lence lé­tale, tri­plé.

Il est vrai que ce jeu par exemple...

www.kotaku.com.au/2014/10/the-kind-of-video-game-violence-that-disturbs-me/


Dernière édition par Luigi_B le Jeu 30 Oct 2014 - 10:25, édité 1 fois

_________________
LVM Dernier billet : "Une École si distante"
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par JPhMM Jeu 30 Oct 2014 - 9:47
Je veux bien voir les études qui démontrent que, globalement, ceux exposés à des contenus violents sont plus violents que ceux qui n'y sont pas exposés.

Je pense que nous aurions de sacrées surprises.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
User19866
Expert

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par User19866 Jeu 30 Oct 2014 - 9:50
Encore faudrait-il maîtriser la causalité qui précède : quel type d'individu s'oriente vers les jeux violents ?
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Luigi_B Jeu 30 Oct 2014 - 9:51
Attention : le propos est très mesuré : "l'accroissement du risque de comportement violent".

Ce qui suppose qu'il s'agit d'un risque pré-existant au jeu vidéo violent. Pas de généralisation abusive sur les jeux vidéos qui rendent violent, ici. Wink

_________________
LVM Dernier billet : "Une École si distante"
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par JPhMM Jeu 30 Oct 2014 - 9:51
Dalathée2 a écrit:Encore faudrait-il maîtriser la causalité qui précède : quel type d'individu s'oriente vers les jeux violents ?
En effet.

Et enfin je m'interroge à propos de ce type de raisonnements.
A-t-on fait des études semblables à propos de la lecture de Sade ?

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Luigi_B Jeu 30 Oct 2014 - 9:52
C'est une pratique moins répandue. Laughing

_________________
LVM Dernier billet : "Une École si distante"
avatar
User19866
Expert

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par User19866 Jeu 30 Oct 2014 - 9:54
Que l'émergence de jeux de société violents coïncide avec une montée de la violence me paraît plausible. Cependant, je m'interroge sur le lien de causalité. N'est-ce pas le niveau de tolérance de la violence qui a augmenté ? Les JT et les journaux ne sont-ils pas, eux aussi, responsables ?

Une étude dont j'ai oublié les références disait que le taux de crimes violent a baissé considérablement, alors que dans le même temps, l'exposition moyenne à la violence a augmenté et que les "violences ordinaires" (propos violents, réactions violentes, coups "légers" entre amis ou de parents à enfants) se font plus fréquentes. C'est étonnant, non ?
avatar
User19866
Expert

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par User19866 Jeu 30 Oct 2014 - 9:55
HS : A propos de Sade, j'étais :shock: l'autre jour, en en entendant (ça fait beaucoup de sons "an") un extrait lu sur France Inter, à 18h30, un samedi soir. Je dois être plus prude que je ne veux l'admettre. Rolling Eyes
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par JPhMM Jeu 30 Oct 2014 - 9:57
@Luigi_B a écrit:C'est une pratique moins répandue. Laughing
Tu as compris ce que je voulais dire, cependant. Very Happy

Est-il envisageable que la nature humaine soit par essence violente, et que la violence contenue dans certains médias n'en soit pas une cause, mais une conséquence ?
N'est-il pas non plus envisageable que dans la société très bourgeoisement apaisée dans laquelle nous vivons (un exemple parmi des milliers : pensons à la Renaissance) la violence virtuellement vécue puisse être positive pour un nombre important de ceux qui en font l'expérience ?

Non, il me semble pas que le lien de cause à effet soit aussi clair que je l'entends dire souvent. Je ne pense pas non plus que la question soit si simple.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par JPhMM Jeu 30 Oct 2014 - 9:59
Dalathée2 a écrit:HS : A propos de Sade, j'étais :shock: l'autre jour, en en entendant (ça fait beaucoup de sons "an") un extrait lu sur France Inter, à 18h30, un samedi soir. Je dois être plus prude que je ne veux l'admettre. Rolling Eyes
Je donnais l'exemple car je le lis en ce moment. Ça pique un peu les yeux parfois, mais quelles démonstrations de force dans ces descriptions de mécaniques intellectuelles et physiques ! Un vrai horloger.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
Nom d'utilisateur
Nom d'utilisateur
Niveau 10

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Nom d'utilisateur Jeu 30 Oct 2014 - 9:59
@cliohist a écrit:
La mise en cause personnelle participe du débat d'idées ?
Pour avoir un débat, il faut des contradicteurs.
(...)
Sérieusement, quelle discussion envisager entre ceux qui veulent débrancher l'école (et la société)
et ceux qui rêvent d'une société sans école ?

Même entrecoupée d'un alinéa, cette succession suggère un parallèle. A ma connaissance, personne n'a ici explicitement envisagé l'hypothèse - au demeurant pas inutile pour articuler une réflexion - d'une société sans école.
Autre chose est de savoir si quelque débat ou dispute est souhaitable (sinon fructueux !). On a souvent dit que non. C'est pourquoi les posts de veille documentaire paraissent une contribution importante.
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Luigi_B Jeu 30 Oct 2014 - 10:04
@JPhMM a écrit:Non, il me semble pas que le lien de cause à effet soit aussi clair que je l'entends dire souvent. Je ne pense pas non plus que la question soit si simple.
Tu es d'accord que si on parle d'accroissement, on ne parle pas de cause.

@Dalathée2 : Oui, il faudrait retrouver cette étude.

Pour en revenir aux jeux violents, ils sont parmi les plus vendus et, malgré les interdictions (ou peu-être à cause d'elles ?), ils sont pratiqués par des enfants très jeunes. Et ces jeux sont de plus en plus violents.

Voir cette bande-annonce :



Dernière édition par Luigi_B le Jeu 30 Oct 2014 - 10:05, édité 2 fois

_________________
LVM Dernier billet : "Une École si distante"
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Luigi_B Jeu 30 Oct 2014 - 10:05
@Nom d'utilisateur a écrit:Même entrecoupée d'un alinéa, cette succession suggère un parallèle. A ma connaissance, personne n'a ici explicitement envisagé l'hypothèse - au demeurant pas inutile pour articuler une réflexion - d'une société sans école.
Ni même de "débrancher l'école". Wink

_________________
LVM Dernier billet : "Une École si distante"
avatar
User19866
Expert

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par User19866 Jeu 30 Oct 2014 - 10:07
@Luigi_B a écrit:@Dalathée2 : Oui, il faudrait retrouver cette étude.

Pour en revenir aux jeux violents, ils sont parmi les plus vendus et, malgré les interdictions (ou peu-être à cause d'elles ?), ils sont pratiqués par des enfants très jeunes. Et ces jeux sont de plus en plus violents.
Bon, ce n'est pas ce que je cherchais, mais il y a ça : http://www.lexpress.fr/culture/les-jeux-video-violents-reduisent-ils-la-criminalite_1578035.html
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Luigi_B Jeu 30 Oct 2014 - 10:10
Justement Bruno Harlé y répondait ici avec Laurent Bègue : http://www.huffpostmaghreb.com/laurent-begue/la-violence-qui-baisse-gr_b_5912054.html

@JPhMM a écrit:Est-il envisageable que la nature humaine soit par essence violente, et que la violence contenue dans certains médias n'en soit pas une cause, mais une conséquence ?
N'est-il pas non plus envisageable que dans la société très bourgeoisement apaisée dans laquelle nous vivons (un exemple parmi des milliers : pensons à la Renaissance) la violence virtuellement vécue puisse être positive pour un nombre important de ceux qui en font l'expérience ?
Une sorte de catharsis en somme. Je ne sais pas.

Une chose est sûre : la violence symbolique n'a pas attendu le jeu vidéo pour exister.

_________________
LVM Dernier billet : "Une École si distante"
avatar
User19866
Expert

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par User19866 Jeu 30 Oct 2014 - 10:12
@JPhMM a écrit:
Dalathée2 a écrit:HS : A propos de Sade, j'étais :shock: l'autre jour, en en entendant (ça fait beaucoup de sons "an") un extrait lu sur France Inter, à 18h30, un samedi soir. Je dois être plus prude que je ne veux l'admettre. Rolling Eyes
Je donnais l'exemple car je le lis en ce moment. Ça pique un peu les yeux parfois, mais quelles démonstrations de force dans ces descriptions de mécaniques intellectuelles et physiques ! Un vrai horloger.
HS, suite et fin : Enfin, la vingt-neuvième journée des Cent vingt journées de Sodome lue à la radio, à une heure "de grande écoute", je ne sais pas. J'aurais eu avec moi dans la voiture un(e) des adolescent(e)s de mon entourage, j'aurais été gênée.
(Le texte accessible ici, de " Il fit mettre la fille toute nue, défit sa coiffure, et laissa pendre ses cheveux, qu’elle avait superbes." à ""Ah ! foutre, foutre ! comme je voudrais l’avoir tuée !" Telle fut la fin de l’opération.")
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par JPhMM Jeu 30 Oct 2014 - 10:16
@Luigi_B a écrit:Justement Bruno Harlé y répondait ici avec Laurent Bègue : http://www.huffpostmaghreb.com/laurent-begue/la-violence-qui-baisse-gr_b_5912054.html

@JPhMM a écrit:Est-il envisageable que la nature humaine soit par essence violente, et que la violence contenue dans certains médias n'en soit pas une cause, mais une conséquence ?
N'est-il pas non plus envisageable que dans la société très bourgeoisement apaisée dans laquelle nous vivons (un exemple parmi des milliers : pensons à la Renaissance) la violence virtuellement vécue puisse être positive pour un nombre important de ceux qui en font l'expérience ?
Une sorte de catharsis en somme. Je ne sais pas.
Je ne sais pas non plus.

Une chose est sûre : la violence symbolique n'a pas attendu le jeu vidéo pour exister.
De fait. Le concept d'arène plus ou moins symbolique est probablement aussi vieille que la "sédentarisation".

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
User19866
Expert

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par User19866 Jeu 30 Oct 2014 - 10:16
@Luigi_B a écrit:Justement Bruno Harlé y répondait ici avec Laurent Bègue : http://www.huffpostmaghreb.com/laurent-begue/la-violence-qui-baisse-gr_b_5912054.html
Très intéressante mise au point, merci. Smile
avatar
Normandyx
Neoprof expérimenté

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 3 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Normandyx Jeu 30 Oct 2014 - 10:19
Dalathée2 a écrit:Que l'émergence de jeux de société violents coïncide avec une montée de la violence me paraît plausible. Cependant, je m'interroge sur le lien de causalité. N'est-ce pas le niveau de tolérance de la violence qui a augmenté ? Les JT et les journaux ne sont-ils pas, eux aussi, responsables ?

Une étude dont j'ai oublié les références disait que le taux de crimes violent a baissé considérablement, alors que dans le même temps, l'exposition moyenne à la violence a augmenté et que les "violences ordinaires" (propos violents, réactions violentes, coups "légers" entre amis ou de parents à enfants) se font plus fréquentes. C'est étonnant, non ?

A ceci près que je ne rejetterai pas toute la responsabilité sur les journaux, j'ai l'impression qu'il y a une tendance à aller vers plus de confort et moins de situations difficiles dans toutes les sociétés développées, quand j'étais gamin, on allait à l'école en culottes courtes jusqu'à àdébut décembre et dès les premiers rayons de soleil, on laissait tomber le pantalon (je pense qu'en fait c'était plus simple à entretenir sans machine à laver), quand il pleuvait on jouait dehors avec un vêtement adapté, aujourd'hui il parait inconcevable que les élèves ne soient pas sous le préau au moindre crachin, et à part grosses chaleurs, ils sont toujours en jean et tant pis pour la "vitamine D" qui justifiait pour nos mère le fait d'être jambes nues le plus longtemps possible.
Je pourrais faire le même parallèle avec la longueur des trajets à pied école/domicile, je vois des élèves arriver en car sur un trajet que leurs parents faisaient à pied alors qu'il y a maintenant des trottoirs et pas de grosse route à traverser.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum