Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Normandyx
Neoprof expérimenté

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 4 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Normandyx Jeu 30 Oct 2014 - 11:19
Dalathée2 a écrit:Que l'émergence de jeux de société violents coïncide avec une montée de la violence me paraît plausible. Cependant, je m'interroge sur le lien de causalité. N'est-ce pas le niveau de tolérance de la violence qui a augmenté ? Les JT et les journaux ne sont-ils pas, eux aussi, responsables ?

Une étude dont j'ai oublié les références disait que le taux de crimes violent a baissé considérablement, alors que dans le même temps, l'exposition moyenne à la violence a augmenté et que les "violences ordinaires" (propos violents, réactions violentes, coups "légers" entre amis ou de parents à enfants) se font plus fréquentes. C'est étonnant, non ?

A ceci près que je ne rejetterai pas toute la responsabilité sur les journaux, j'ai l'impression qu'il y a une tendance à aller vers plus de confort et moins de situations difficiles dans toutes les sociétés développées, quand j'étais gamin, on allait à l'école en culottes courtes jusqu'à àdébut décembre et dès les premiers rayons de soleil, on laissait tomber le pantalon (je pense qu'en fait c'était plus simple à entretenir sans machine à laver), quand il pleuvait on jouait dehors avec un vêtement adapté, aujourd'hui il parait inconcevable que les élèves ne soient pas sous le préau au moindre crachin, et à part grosses chaleurs, ils sont toujours en jean et tant pis pour la "vitamine D" qui justifiait pour nos mère le fait d'être jambes nues le plus longtemps possible.
Je pourrais faire le même parallèle avec la longueur des trajets à pied école/domicile, je vois des élèves arriver en car sur un trajet que leurs parents faisaient à pied alors qu'il y a maintenant des trottoirs et pas de grosse route à traverser.
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 4 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par JPhMM Jeu 30 Oct 2014 - 11:23
Dalathée2 a écrit:(Le texte accessible ici, de " Il fit mettre la fille toute nue, défit sa coiffure, et laissa pendre ses cheveux, qu’elle avait superbes." à ""Ah ! foutre, foutre ! comme je voudrais l’avoir tuée !" Telle fut la fin de l’opération.")
Le réel et l'imaginaire tout entier est objet possible (et désirable ?) de littérature.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 4 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par JPhMM Jeu 30 Oct 2014 - 11:23
Dalathée2 a écrit:
@Luigi_B a écrit:Justement Bruno Harlé y répondait ici avec Laurent Bègue : http://www.huffpostmaghreb.com/laurent-begue/la-violence-qui-baisse-gr_b_5912054.html
Très intéressante mise au point, merci. Smile
En effet.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 4 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Luigi_B Jeu 30 Oct 2014 - 11:24
Je ne sais pas si vous connaissez le blog "Merlan frit", mais c'est l'un des plus intéressants puisque des joueurs mènent une réflexion assez distanciée sur les jeux vidéo. Je vous le recommande :

http://www.merlanfrit.net/

_________________
LVM Dernier billet : "Une École si distante"
avatar
User19866
Expert

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 4 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par User19866 Jeu 30 Oct 2014 - 11:26
@Normandyx a écrit:
Dalathée2 a écrit:Que l'émergence de jeux de société violents coïncide avec une montée de la violence me paraît plausible. Cependant, je m'interroge sur le lien de causalité. N'est-ce pas le niveau de tolérance de la violence qui a augmenté ? Les JT et les journaux ne sont-ils pas, eux aussi, responsables ?

Une étude dont j'ai oublié les références disait que le taux de crimes violent a baissé considérablement, alors que dans le même temps, l'exposition moyenne à la violence a augmenté et que les "violences ordinaires" (propos violents, réactions violentes, coups "légers" entre amis ou de parents à enfants) se font plus fréquentes. C'est étonnant, non ?

A ceci près que je ne rejetterai pas toute la responsabilité sur les journaux, j'ai l'impression qu'il y a une tendance à aller vers plus de confort et moins de situations difficiles dans toutes les sociétés développées, quand j'étais gamin, on allait à l'école en culottes courtes jusqu'à àdébut décembre et dès les premiers rayons de soleil, on laissait tomber le pantalon (je pense qu'en fait c'était plus simple à entretenir sans machine à laver), quand il pleuvait on jouait dehors avec un vêtement adapté, aujourd'hui il parait inconcevable que les élèves ne soient pas sous le préau au moindre crachin, et à part grosses chaleurs, ils sont toujours en jean et tant pis pour la "vitamine D" qui justifiait pour nos mère le fait d'être jambes nues le plus longtemps possible.
Je pourrais faire le même parallèle avec la longueur des trajets à pied école/domicile, je vois des élèves arriver en car sur un trajet que leurs parents faisaient à pied alors qu'il y a maintenant des trottoirs et pas de grosse route à traverser.
Normandyx, je ne dois pas être bien réveillée. Je ne comprends pas le rapport entre ce que tu écris et ce que j'énonce plus haut. Embarassed
Isis39
Isis39
Enchanteur

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 4 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Isis39 Jeu 30 Oct 2014 - 11:31
Au niveau de la violence, je crois que les parents jouent un rôle.
Je suis allée au ciné l'autre jour : un père essayait de faire faire fléchir le caissier pour faire entrer son gamin pour Fury, interdit aux moins de 13 ans (ou 12, je ne sais plus) ! Et un autre pareil derrière. Quand les parents sont d'accord pour exposer leurs enfants à des images très violentes...
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 4 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Luigi_B Jeu 30 Oct 2014 - 11:48
Oui bien sûr.

Sur un blog de gamer :

GTA V est déconseillé aux moins de 18 ans. Et ça s'explique totalement.
Alors il ne faut pas non plus être à cheval sur les chiffres. Honnêtement, un jeune de 16-17 ans, voire même 15 ans s'il montre une certaine maturité, pourra tout à fait jouer au jeu.

Mais à 14 ans ? 13 ans ? Voire... 11 ans ?

Le jeu, sorti dans certaines boutiques françaises, donne ce genre de réaction pour un gamin de 11 ans... et les parents, fiers d'eux, mettent même la vidéo sur le net :


http://www.gamalive.com/actus/18016-gta-v-violence-enfants-18-ans-education.htm

_________________
LVM Dernier billet : "Une École si distante"
avatar
Normandyx
Neoprof expérimenté

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 4 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Normandyx Jeu 30 Oct 2014 - 12:12
Comme nous sommes une famille réfractaire aux jeux vidéos, je ne connais pas trop ces jeux, mais j'ai eu le plaisir d'apprendre ce qu'était GTA, si je vous dis que j'ai un élève de CE1 qui y joue avec son père sur une version téléchargée illégalement (super à cet âge, ils racontent tout avec un naturel désarmant sans jeu de mots), pensez vous que ce soit très adapté à son âge?

Si j'ajoute que cet enfant a déjà fait un an de groupe de "maturation" au CMPP et qu'il est désormais pris en charge dans ce même CMPP par un pédopsy à raison d'une séance hebdomadaire qui est programmée pour l'année, je ne sais pas si la poule vient de l'oeuf ou l'oeuf vient de la poule, mais je vois que depuis son entrée en maternelle, il a posé des problèmes de relations aux autres et à l'autorité et qu'on passe beaucoup de temps à soigner le gamin alors qu'il y aurait peut être un problème familial à régler...
avatar
retraitée
Doyen

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 4 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par retraitée Sam 1 Nov 2014 - 19:39
@Normandyx a écrit:
Dalathée2 a écrit:Que l'émergence de jeux de société violents coïncide avec une montée de la violence me paraît plausible. Cependant, je m'interroge sur le lien de causalité. N'est-ce pas le niveau de tolérance de la violence qui a augmenté ? Les JT et les journaux ne sont-ils pas, eux aussi, responsables ?

Une étude dont j'ai oublié les références disait que le taux de crimes violent a baissé considérablement, alors que dans le même temps, l'exposition moyenne à la violence a augmenté et que les "violences ordinaires" (propos violents, réactions violentes, coups "légers" entre amis ou de parents à enfants) se font plus fréquentes. C'est étonnant, non ?

A ceci près que je ne rejetterai pas toute la responsabilité sur les journaux, j'ai l'impression qu'il y a une tendance à aller vers plus de confort et moins de situations difficiles dans toutes les sociétés développées, quand j'étais gamin, on allait à l'école en culottes courtes jusqu'à àdébut décembre et dès les premiers rayons de soleil, on laissait tomber le pantalon (je pense qu'en fait c'était plus simple à entretenir sans machine à laver), quand il pleuvait on jouait dehors avec un vêtement adapté, aujourd'hui il parait inconcevable que les élèves ne soient pas sous le préau au moindre crachin, et à part grosses chaleurs, ils sont toujours en jean et tant pis pour la "vitamine D" qui justifiait pour nos mère le fait d'être jambes nues le plus longtemps possible.
Je pourrais faire le même parallèle avec la longueur des trajets à pied école/domicile, je vois des élèves arriver en car sur un trajet que leurs parents faisaient à pied alors qu'il y a maintenant des trottoirs et pas de grosse route à traverser.

je vous rejoins totalement ! J'ai même connu des garçons en culottes courtes durant tout l'hiver, avec grosses chaussettes de laine et grosses chaussures.
Pas d'eau chaude pour moi à l'internat aux lavabos, bien peu dans les douches (il fallait passer dans les premiers).
Quant à la marche à pied ! Certains élèves de mon père faisaient 4 km à travers bois (de nuit en hiver) pour venir en classe. Parfois, ils étaient trempés jusqu'à la taille quand la neige était abondante ! Il ne leur serait pas venu à l'idée de sécher (sic) les cours pour cette raison.
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 4 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Luigi_B Mar 4 Nov 2014 - 15:45
@JPhMM a écrit:
Dalathée2 a écrit:Encore faudrait-il maîtriser la causalité qui précède : quel type d'individu s'oriente vers les jeux violents ?
En effet. Et enfin je m'interroge à propos de ce type de raisonnements.
A-t-on fait des études semblables à propos de la lecture de Sade ?
Hasard de l'actualité du jeu vidéo : https://www.actualitte.com/insolite/le-marquis-de-sade-dans-assassin-s-creed-unity-53587.htm

Laughing

_________________
LVM Dernier billet : "Une École si distante"
Leclochard
Leclochard
Empereur

"Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde) - Page 4 Empty Re: "Ecrans : les effets pervers d’une fascination" (Le Monde)

par Leclochard Mer 5 Nov 2014 - 0:29
Dalathée2 a écrit:
@JPhMM a écrit:
Dalathée2 a écrit:HS : A propos de Sade, j'étais :shock: l'autre jour, en en entendant (ça fait beaucoup de sons "an") un extrait lu sur France Inter, à 18h30, un samedi soir. Je dois être plus prude que je ne veux l'admettre. Rolling Eyes
Je donnais l'exemple car je le lis en ce moment. Ça pique un peu les yeux parfois, mais quelles démonstrations de force dans ces descriptions de mécaniques intellectuelles et physiques ! Un vrai horloger.
HS, suite et fin : Enfin, la vingt-neuvième journée des Cent vingt journées de Sodome lue à la radio, à une heure "de grande écoute", je ne sais pas. J'aurais eu avec moi dans la voiture un(e) des adolescent(e)s de mon entourage, j'aurais été gênée.
(Le texte accessible ici, de " Il fit mettre la fille toute nue, défit sa coiffure, et laissa pendre ses cheveux, qu’elle avait superbes." à ""Ah ! foutre, foutre ! comme je voudrais l’avoir tuée !" Telle fut la fin de l’opération.")

Une telle lecture diffusée à cette heure-là sur France Inter, c'est la preuve que le divin Marquis n'est plus ressenti comme subversif.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum