Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Marie Laetitia
Bon génie

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Marie Laetitia Mar 18 Nov 2014 - 20:42
@Alwidis a écrit:
@florestan a écrit: Je suis trésorière SNES dans mon établissement et c'est vrai, mais c'est le cas au SNALC et au SGEN aussi (autres syndicats représentés). Je pense que d'une part les collègues comptent leurs sous et que d'autre part les nouveaux entrants (et jeunes collègues en général) se syndiquent beaucoup moins que les anciens. Pourquoi? Bonne question...

Parce qu'à la fin du mois, je n'ai plus de sous... tout simplement.

Moi non plus... Surtout avec mon mi-temps. Mais enfin, 7 euros par mois, ce n'est pas la mort. Je préfère me restreindre sur le reste et avoir un appui. Faut dire que dans un bahut pourri, compter sur soi seul ou sur les collègues, c'est aimer le risque...
pmuller
pmuller
Habitué du forum

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par pmuller Mar 18 Nov 2014 - 20:57
@marjolie.june a écrit:Oui, alors depuis que j'ai appris que le SNES-FSU s'est abstenu lors du vote du décret Hamon en août, et que c'est cette abstention qui a permis au décret de passer, je peux vous dire que je regrette amèrement d'avoir renvoyé mes coordonnées bancaires au SNES pour ré-adhésion ! L'année prochaine, je me syndiquerai à nouveau, mais ailleurs. Désolée pour le HS.

Sur le fond, bien que cette analyse soit assez juste, ce qui a permis au décret de passer, ce sont quand même les votes du Sgen et de l'Unsa. Bien sûr que le Snes aurait eu le pouvoir de bloquer le décret ! C'est celui qui a le plus de voix. Mais le désastre a quand même commencé avant, quand certains syndicats se sont mis du côté de Peillon et de ses réformes (pas seulement le décret Hamon, mais tout ce qu'on commence à vivre actuellement, notes, socle, etc.). Donc aux deux ci-dessus qui ont voté oui au décret, il faut aussi ajouter le Snalc, qui a soutenu Peillon et donc son décret (ce qu'ils disent d'ailleurs dans leur propagande électorale électronique, à condition qu'on ait le temps de cliquer sur le lien concerné, sinon dans le texte du mail, ils essaient de faire croire le contraire).
pmuller
pmuller
Habitué du forum

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par pmuller Mar 18 Nov 2014 - 21:00
@coindeparadis a écrit:Je crois aussi que certains sont gênés par le fait que les syndicats de l'EN  mélangent problématiques d'emploi (comme tous les syndicats) et opinions pédagogiques. Et parfois, on en arrive à se dire à quoi sert un syndicat ? A défendre des individus (sorte d'aide juridique professionnelle), à défendre les intérêts professionnels collectifs ou à influer sur les questions pédagogiques ?

Alors là, tu as vraiment LA solution : c'est le SNFOLC. Parce que même moi, quand je suis venu d'un autre horizon syndical, j'en suis resté tout ébahi : tiens, un syndicat qui défend les intérêts des profs (et d'autres catégories, dans la fédération), et qui ne s'égare pas dans les réflexions pédagogiques fumeuses.
college.inique
college.inique
Niveau 3

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par college.inique Mar 18 Nov 2014 - 21:00
@florestan a écrit:
Du manière générale, il faudrait que les syndicats arrêtent de faire de la politique ou de l'idéologie, et être plus corporatiste pour peut-être attiré de nouveau des adhérents et des militants.

Je suis chaque fois stupéfaite qu'on puisse faire à un syndicat le reproche de corporatisme, il est là pour défendre les intérêts des adhérents non? Pourtant que de fois ai-je entendu oui mais le SNES est trop corporatiste...

Désolé veneration , je voulais dire arrêter de faire de la politique ou de l'idéologie, et commencer par être plus corporatiste !

Oui, je trouve que l'on a trop défendu "l'intérêt de l'enfant" ou celui de "prolétariat" à défaut de celui du prof (ce privilégié, ce bourgeois). Le collègue unique ou la ultramassification du baccalauréat n'ont eu pour conséquence que de dégrader nos conditions de travail, pour un gain éducatif négligeable. Les fins de carrière sont très redoutées même en lycée. Nous n'avons su défendre notre métier celui d'il y a 30 ans où les profs étaient considérés comme des cadres tant financièrement que socialement (l'instit du village). C'est juste l'une des causes de la désyndicalisation.
Presse-purée
Presse-purée
Grand sage

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Presse-purée Mar 18 Nov 2014 - 21:10
On parle du vote du CSE là?
Parce que le CSE, ce n'est que consultatif.

Attention à ne pas confondre avec le CTM. Rappelons que certains syndicats pourtant très actifs sur ce forum n'y sont pas représentatifs.

CTM de 2011:
FSU 7 sièges
UNSA 4 sièges
CGT 1 siège
FO 1 siège
SGEN 1 siège
Sud 1 siège.

Edit: en fait, on parle bien du vote du CTM:

5 voix pour (UNSA et SGEN)

6 abstentions (SNES FSU, SNEP FSU)

4 voix contre (CGT, FO, Sud, SNUEP-FSU).

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par JPhMM Mar 18 Nov 2014 - 21:13
@college.inique a écrit:Nous n'avons su défendre notre métier celui d'il y a 30 ans où les profs étaient considérés comme des cadres tant financièrement que socialement (l'instit du village). C'est juste l'une des causes de la désyndicalisation.
Quand on voit l'effondrement des conditions de travail, du pouvoir d'achat et de la considération du métier par les pouvoir successifs et les Français, on peut fort légitimement se demander à quoi cela sert d'être l'un des métiers les plus syndicalisés. On va me tomber dessus, bien sûr, mais une telle efficacité syndicale on ne la souhaite qu'à son pire ennemi.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Bouboule
Doyen

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Bouboule Mar 18 Nov 2014 - 21:23
@college.inique a écrit:
@florestan a écrit:
Du manière générale, il faudrait que les syndicats arrêtent de faire de la politique ou de l'idéologie, et être plus corporatiste pour peut-être attiré de nouveau des adhérents et des militants.

Je suis chaque fois stupéfaite qu'on puisse faire à un syndicat le reproche de corporatisme, il est là pour défendre les intérêts des adhérents non? Pourtant que de fois ai-je entendu oui mais le SNES est trop corporatiste...

Désolé veneration , je voulais dire arrêter de faire de la politique ou de l'idéologie, et commencer par être plus corporatiste !
[...]

Il me semble que c'est bien ce que tu as écrit (je n'ai pas vu de note d'édition de ton post), ils ont réagi un peu vite au chiffon rouge.
JEMS
JEMS
Grand Maître

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par JEMS Mar 18 Nov 2014 - 21:23
@coindeparadis a écrit:Je crois aussi que certains sont gênés par le fait que les syndicats de l'EN  mélangent problématiques d'emploi (comme tous les syndicats) et opinions pédagogiques. Et parfois, on en arrive à se dire à quoi sert un syndicat ? A défendre des individus (sorte d'aide juridique professionnelle), à défendre les intérêts professionnels collectifs ou à influer sur les questions pédagogiques ?

C'est exactement mon gros soucis et je sais un peu de quoi je parle. Des spécialistes en pédagogie dans les syndicats, ils ne courent pas les rues. Je me suis assez souvent pris la tête pour dire qu'une certaine forme de pédagogie imposée pouvait être douloureuse pour les enseignants qui subissent des réformes non concertée.
Presse-purée
Presse-purée
Grand sage

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Presse-purée Mar 18 Nov 2014 - 21:28
@JPhMM a écrit:
@college.inique a écrit:Nous n'avons su défendre notre métier celui d'il y a 30 ans où les profs étaient considérés comme des cadres tant financièrement que socialement (l'instit du village). C'est juste l'une des causes de la désyndicalisation.
Quand on voit l'effondrement des conditions de travail, du pouvoir d'achat et de la considération du métier par les pouvoir successifs et les Français, on peut fort légitimement se demander à quoi cela sert d'être l'un des métiers les plus syndicalisés. On va me tomber dessus, bien sûr, mais une telle efficacité syndicale on ne la souhaite qu'à son pire ennemi.

Ben, quand tu vois que dans des syndicats dits autonomes, beaucoup sont encartés (c'est noté sur leur profil twitter, par exemple), qu'ils peuplent les think tank dits "de gauche" (Terra Nova, pour ne pas le nommer), sont à la fois ceux qui rédigent les propositions de ces think tanks et qui ensuite les valident en tant que praticien de terrain "indépendants"...
Souvent, d'autres, qui sont des sommités médiatiques sur les sujets éducatifs, sont très proches de syndicats (minoritaires, genre ceux qui ont 4 ou une voix au CTM), mais on glisse aimablement sur cette proximité...
Sans compter que dans la hiérarchie un peu plus haute, ça peuple aussi les think tanks (plus libéraux), et ça résiste à toutes les alternances politiques, à l'usure du temps et aux petits fours.

Il n'y a aucune efficacité syndicale parce que la plupart des syndicats ne défendent pas un métier mais une certaine vision de la pédagogie, et que, ce faisant, leur but (au niveau national, le local est toujours différent) est précisément d'agir sur les conditions de travail et le déroulement de carrière (mais dans l'intérêt supposé des usagers, jamais des travailleurs). En contrepartie, ils ont longtemps fermé leur g***le sur les salaires.

Là, ça commence doucement à sortir parce que:
1) le gel du point d'indice touche toute la fonction publique, et que ce que tu fais à un prof sur le salaire, tu ne le fais pas à un fonctionnaire du MI ou, mieux encore, du MEF;
2) les grosses centrales sont par conséquent poussées par les adhérents à être plus revendicatifs sur le sujet;
3) pour les profs, ça commence franchement à se voir et se savoir que le salaire est minable (notamment pour les PE), surtout au regard du niveau d'études. Même s'ils disent le contraire, cela joue sur le recrutement, qui va devenir de plus en plus difficile sans une hausse quelconque des rémunérations. Et là, on va se rendre compte qu'on a tout de même besoin de profs.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR
Pseudo
Pseudo
Demi-dieu

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Pseudo Mar 18 Nov 2014 - 21:43
Oui, c'est bizarre tous ces gens qui ne se syndiquent plus. Il sont sots ou bien ?
Dit celle qui ne se syndique plus, et ne vote plus non plus.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche
Balthamos
Balthamos
Grand sage

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Balthamos Mar 18 Nov 2014 - 21:47
@Presse-purée a écrit:
Ben, quand tu vois que dans des syndicats dits autonomes, beaucoup sont encartés (c'est noté sur leur profil twitter, par exemple), qu'ils peuplent les think tank dits "de gauche" (Terra Nova, pour ne pas le nommer)


Je ne reviens pas sur l'ensemble de ton post, mais ce que tu soulèves ici ne me choque pas.
Je suis prof et j'ai des opinions politiques, je peux même m'encarter et militer.
Je ne vois pas pourquoi un syndicaliste ne pourrait pas en faire de même.
Tant que le syndicat ne soutient pas la politique d'un gouvernement ou ne prend pas parti pour un parti....
Tant que le syndicat n'oblige pas au soutien d'un parti.

Pour la question, c'est en se syndiquant qu'on peut sauver se métier face aux attaques des politiques.
Je milite dans mon établissement dans les instances et dans mon syndicat pour la liberté pédagogique et je lutte contre ce qui peut l'entraver.
La liberté pédagogique est un bien précieux que certaines personnes veulent encadrer pour mettre au pas certains enseignants, pour agir sur la pédagogie et les pratiques des enseignants, pour manager.
Presse-purée
Presse-purée
Grand sage

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Presse-purée Mar 18 Nov 2014 - 21:53
Je ne dis pas que je suis choqué. Bien sûr qu'on peut militer à la fois dans un parti politique et dans un syndicat. C'est souvent le cas, d'ailleurs. Mais dans les cas que je cite, les deux sont présentés comme étant en synergie. Et on se retrouve avec des collègues qui imposent leur vision aux autres (et la ferment sur les salaires, voire disent qu'on est trop payés).

@balthamos a écrit:
Tant que le syndicat ne soutient pas la politique d'un gouvernement ou ne prend pas parti pour un parti...

C'est tout le problème... Dans le cas que je cite, il y a clairement mélange des genres.
(...)

@balthamos a écrit:
La liberté pédagogique est un bien précieux que certaines personnes veulent encadrer pour mettre au pas certains enseignants, pour agir sur la pédagogie et les pratiques des enseignants, pour manager.

Ces "certains" ont actuellement pignon sur rue, même s'ils s'en défendent. Et cette action sur les conditions de travail de collègues qui sont censés être égaux, du point de vue du statut, passe par les revendications pédagogiques.

P.S.:

Article 3 du décret n° 2014-940 du 20 août 2014 a écrit:
Au titre d'une année scolaire, les enseignants mentionnés à l'article 1er du présent décret peuvent, pour répondre à des besoins spécifiques et avec leur accord, exercer des missions particulières soit au sein de leur établissement, soit à l'échelon académique sous l'autorité du recteur de l'académie.
Les enseignants exerçant ces missions peuvent bénéficier d'un allègement de leur service d'enseignement attribué sur décision du recteur de l'académie. Lorsque la mission est réalisée au sein de l'établissement, la décision du recteur intervient après proposition du conseil d'administration de l'établissement d'affectation de l'enseignant.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR
avatar
User5899
Dieu de l'Olympe

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par User5899 Mar 18 Nov 2014 - 22:00
@pmuller a écrit:
@marjolie.june a écrit:Oui, alors depuis que j'ai appris que le SNES-FSU s'est abstenu lors du vote du décret Hamon en août, et que c'est cette abstention qui a permis au décret de passer, je peux vous dire que je regrette amèrement d'avoir renvoyé mes coordonnées bancaires au SNES pour ré-adhésion ! L'année prochaine, je me syndiquerai à nouveau, mais ailleurs. Désolée pour le HS.

Sur le fond, bien que cette analyse soit assez juste, ce qui a permis au décret de passer, ce sont quand même les votes du Sgen et de l'Unsa. Bien sûr que le Snes aurait eu le pouvoir de bloquer le décret ! C'est celui qui a le plus de voix. Mais le désastre a quand même commencé avant, quand certains syndicats se sont mis du côté de Peillon et de ses réformes (pas seulement le décret Hamon, mais tout ce qu'on commence à vivre actuellement, notes, socle, etc.). Donc aux deux ci-dessus qui ont voté oui au décret, il faut aussi ajouter le Snalc, qui a soutenu Peillon et donc son décret (ce qu'ils disent d'ailleurs dans leur propagande électorale électronique, à condition qu'on ait le temps de cliquer sur le lien concerné, sinon dans le texte du mail, ils essaient de faire croire le contraire).
Nous n'avons jamais eu avec vous de discussion sur le fond : moi, je suis au SNALC et je pense qu'il fallait réécrire ce décret (même si sa réécriture ne me satisfait pas pleinement). Vous avez fait des incantations sur les obligations nouvelles (comme FO, qui semble toujours prêcher un catastrophisme de bon aloi, qui le pousse souvent à aller se planquer dans un abri anti atomique plutôt que d'aller voter), mais en vrai ?
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par JPhMM Mar 18 Nov 2014 - 22:01
@Presse-purée a écrit:
@JPhMM a écrit:
@college.inique a écrit:Nous n'avons su défendre notre métier celui d'il y a 30 ans où les profs étaient considérés comme des cadres tant financièrement que socialement (l'instit du village). C'est juste l'une des causes de la désyndicalisation.
Quand on voit l'effondrement des conditions de travail, du pouvoir d'achat et de la considération du métier par les pouvoir successifs et les Français, on peut fort légitimement se demander à quoi cela sert d'être l'un des métiers les plus syndicalisés. On va me tomber dessus, bien sûr, mais une telle efficacité syndicale on ne la souhaite qu'à son pire ennemi.

Ben, quand tu vois que dans des syndicats dits autonomes, beaucoup sont encartés (c'est noté sur leur profil twitter, par exemple), qu'ils peuplent les think tank dits "de gauche" (Terra Nova, pour ne pas le nommer), sont à la fois ceux qui rédigent les propositions de ces think tanks et qui ensuite les valident en tant que praticien de terrain "indépendants"...
Souvent, d'autres, qui sont des sommités médiatiques sur les sujets éducatifs, sont très proches de syndicats (minoritaires, genre ceux qui ont 4 ou une voix au CTM), mais on glisse aimablement sur cette proximité...
Sans compter que dans la hiérarchie un peu plus haute, ça peuple aussi les think tanks (plus libéraux), et ça résiste à toutes les alternances politiques, à l'usure du temps et aux petits fours.

Il n'y a aucune efficacité syndicale parce que la plupart des syndicats ne défendent pas un métier mais une certaine vision de la pédagogie, et que, ce faisant, leur but (au niveau national, le local est toujours différent) est précisément d'agir sur les conditions de travail et le déroulement de carrière (mais dans l'intérêt supposé des usagers, jamais des travailleurs). En contrepartie, ils ont longtemps fermé leur g***le sur les salaires.

Là, ça commence doucement à sortir parce que:
1) le gel du point d'indice touche toute la fonction publique, et que ce que tu fais à un prof sur le salaire, tu ne le fais pas à un fonctionnaire du MI ou, mieux encore, du MEF;
2) les grosses centrales sont par conséquent poussées par les adhérents à être plus revendicatifs sur le sujet;
3) pour les profs, ça commence franchement à se voir et se savoir que le salaire est minable (notamment pour les PE), surtout au regard du niveau d'études. Même s'ils disent le contraire, cela joue sur le recrutement, qui va devenir de plus en plus difficile sans une hausse quelconque des rémunérations. Et là, on va se rendre compte qu'on a tout de même besoin de profs.

@Pseudo a écrit:Oui, c'est bizarre tous ces gens qui ne se syndiquent plus. Il sont sots ou bien ?
Dit celle qui ne se syndique plus, et ne vote plus non plus.
+1000 tous les deux.

Qu'ils nous prennent pour des niouks, passe encore, mais qu'ils nous demandent en plus de faire comme si on ne s'en apercevait pas, c'est pousser le bouchon un peu loin.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Invité
Invité

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Invité Mar 18 Nov 2014 - 22:04
@Nestya a écrit:Ces personnes ont-elles simplement changé de syndicat ou ont-elles cessé de se syndiquer?

Personnellement, j'ai cessé de me syndiquer et dans mon établissement, d'autres enseignants se sont syndiqués à FO.
Pourquoi ?
Parce que localement, FO est plus combattif. Téléphoner au SNES pour leur signaler des soucis avec notre hiérarchie, ça ne fait rien bouger du tout.
Au niveau des heures syndicales, il n'y en a que depuis que FO en organise (la session locale du SNES en organise aux mêmes horaires, ce qui fait "guerre des clans" ou plutôt des syndicats). Il y a cinq ans, il n'y avait que des affiches du SNES en salle des professeurs. Maintenant, c'est moitié SNES, moitié FO. Et puis pour les syndiqués au SNES de mon établissement, le SNALC, c'est le syndicat FN et la seule lutte semble celle menée contre les autres syndicats.
Dans mon précédent établissement, le SNES, c'était autre chose ! Quand un collègue avait des soucis avec l'administration, les responsables syndicaux l'accompagnaient ; ça bougeait. Il y avait des repas entre syndiqués, des heures syndicales, des manifestations et des distributions de tracts. Je comprenais pourquoi je payais ma cotisation. Mais quand ça ne bouge pas, ça sert à quoi ?
Pascal
Pascal
Niveau 9

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Pascal Mar 18 Nov 2014 - 22:07
Cela ne m'étonne nullement. Dans l'académie de Toulouse, j'ai eu l'occasion de discuter avec quelques déçus du SNES, notamment à cause des différents courants qui cohabitent dans le syndicat et le manque de personnalisation du suivi de carrière. Trop de principes, une posture dépassée, un manque de renouvellement générationnel. Mais les départs à la retraite jouent aussi sur le nombre d'adhérents, puisqu'il y a automatiquement radiation.
Balthamos
Balthamos
Grand sage

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Balthamos Mar 18 Nov 2014 - 22:10
@Presse-purée a écrit: Et on se retrouve avec des collègues qui imposent leur vision aux autres (et la ferment sur les salaires, voire disent qu'on est trop payés).



Des collègues, et non des syndicats. Et pour le cas cité ici, que je ne croise pas ces collèges, s'ils sont trop payés, je peux transmettre mon RIB.

@Presse-purée a écrit:

Article 3 du décret n° 2014-940 du 20 août 2014 a écrit:
Au titre d'une année scolaire, les enseignants mentionnés à l'article 1er du présent décret peuvent, pour répondre à des besoins spécifiques et avec leur accord, exercer des missions particulières soit au sein de leur établissement, soit à l'échelon académique sous l'autorité du recteur de l'académie.
Les enseignants exerçant ces missions peuvent bénéficier d'un allègement de leur service d'enseignement attribué sur décision du recteur de l'académie. Lorsque la mission est réalisée au sein de l'établissement, la décision du recteur intervient après proposition du conseil d'administration de l'établissement d'affectation de l'enseignant.

Les décharges ont toujours existées. La question ici est sur quels critères et quels besoins spécifiques.
Après je ne vois pas la contradiction avec la liberté pédagogique dans cet article.
Le plus grand risque à mon sens en ce moment avec la liberté péda est le conseil pédagogique et projets d'établ.

Sinon je suis d'accord avec tes propos


Lornet a écrit:

Personnellement, j'ai cessé de me syndiquer et dans mon établissement, d'autres enseignants se sont syndiqués à FO.
Pourquoi ?
Parce que localement, FO est plus combattif. Téléphoner au SNES pour leur signaler des soucis avec notre hiérarchie, ça ne fait rien bouger du tout.
Au niveau des heures syndicales, il n'y en a que depuis que FO en organise (la session locale du SNES en organise aux mêmes horaires, ce qui fait "guerre des clans" ou plutôt des syndicats). Il y a cinq ans, il n'y avait que des affiches du SNES en salle des professeurs. Maintenant, c'est moitié SNES, moitié FO. Et puis pour les syndiqués au SNES de mon établissement, le SNALC, c'est le syndicat FN et la seule lutte semble celle menée contre les autres syndicats.
Dans mon précédent établissement, le SNES, c'était autre chose ! Quand un collègue avait des soucis avec l'administration, les responsables syndicaux l'accompagnaient ; ça bougeait. Il y avait des repas entre syndiqués, des heures syndicales, des manifestations et des distributions de tracts. Je comprenais pourquoi je payais ma cotisation. Mais quand ça ne bouge pas, ça sert à quoi ?

Bon témoignage qui montre qu'un syndicat n'est pas un magicien et vit par l'action et la mobilisation de ses adhérents.
Si la section SNES est si différente d'un établissement à un autre, c'est que les militants ne s'en occupent pas de la même manière.
Pour adhérer à un syndicat il faut bien sûr prendre en compte l'action locale, mais aussi la position nationale. Je trouve ça dommage qu'on puisse adhérer à FO seulement parce que la section est mieux organisée et qu'on puisse ne pas adhérer au SNES parce que la section locale n'est pas assez structurée.
Pascal
Pascal
Niveau 9

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Pascal Mar 18 Nov 2014 - 22:12
Lornet a écrit:
@Nestya a écrit:Ces personnes ont-elles simplement changé de syndicat ou ont-elles cessé de se syndiquer?

Personnellement, j'ai cessé de me syndiquer et dans mon établissement, d'autres enseignants se sont syndiqués à FO.
Pourquoi ?
Parce que localement, FO est plus combattif. Téléphoner au SNES pour leur signaler des soucis avec notre hiérarchie, ça ne fait rien bouger du tout.
Au niveau des heures syndicales, il n'y en a que depuis que FO en organise (la session locale du SNES en organise aux mêmes horaires, ce qui fait "guerre des clans" ou plutôt des syndicats). Il y a cinq ans, il n'y avait que des affiches du SNES en salle des professeurs. Maintenant, c'est moitié SNES, moitié FO. Et puis pour les syndiqués au SNES de mon établissement, le SNALC, c'est le syndicat FN et la seule lutte semble celle menée contre les autres syndicats.
Dans mon précédent établissement, le SNES, c'était autre chose ! Quand un collègue avait des soucis avec l'administration, les responsables syndicaux l'accompagnaient ; ça bougeait. Il y avait des repas entre syndiqués, des heures syndicales, des manifestations et des distributions de tracts. Je comprenais pourquoi je payais ma cotisation. Mais quand ça ne bouge pas, ça sert à quoi ?

1. Attention ! "combatif".
2. F.O. a posé un nombre impressionnant de listes, mais j'ai bien peur que la plupart soient des hommes de paille. Ils ont souvent des méthodes peu orthodoxes.
3. Le SNALC, un syndicat F.N. ? Il ne faut pas exagérer non plus, d'autant plus que F.O.doit avoir plus d'adhérents F.N. que le SNALC et qu'on n'y exclut pas les frontistes.
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Lefteris Mar 18 Nov 2014 - 22:14
@pmuller a écrit:
@coindeparadis a écrit:Je crois aussi que certains sont gênés par le fait que les syndicats de l'EN  mélangent problématiques d'emploi (comme tous les syndicats) et opinions pédagogiques. Et parfois, on en arrive à se dire à quoi sert un syndicat ? A défendre des individus (sorte d'aide juridique professionnelle), à défendre les intérêts professionnels collectifs ou à influer sur les questions pédagogiques ?

Alors là, tu as vraiment LA solution : c'est le SNFOLC. Parce que même moi, quand je suis venu d'un autre horizon syndical, j'en suis resté tout ébahi : tiens, un syndicat qui défend les intérêts des profs (et d'autres catégories, dans la fédération), et qui ne s'égare pas dans les réflexions pédagogiques fumeuses.
Je suis dans le même cas que toi : je viens d'un autre horizon syndical, et même d'un autre métier. Outre la vision plus large du métier, le seul syndicat à prendre à bras le corps un problème, qu'il soit collectif ou individuel, dans mon académie, c'est le SNFOLC, et pourtant il n'est pas majoritaire, loin de là, et a beaucoup moins de moyens.( Je l'ai vu lors de l’épopée de mon reclassement No , ou tout a été fait pour que je sois perdant ou que je renonce à mon concours immédiatement. J'ai eu dans l'heure qui suit un avocat). C'est aussi un syndicat qui a immédiatement alerté sur le socle, qui veut une "école des savoirs" et qui se place réellement dans la perspective globale de ce qui arrive à la fonction publique.

Maintenant, je ne crois pas du tout à une percée spectaculaire , malgré des progrès sensibles un peu partout :

- les collègues soit ne votent plus, soit votent "majoritaire", inversant le rapport de causalité (l'argument vaut ce qu'il vaut , mais il n'est pas spécifique aux enseignants).
- FO est le syndicat majoritaire de la fonction publique d'Etat, raisonne beaucoup en terme de service public, et beaucoup d'enseignants pensent qu'ils ne sont "pas des fonctionnaires comme les autres" (sic).
- Le mot "ouvrier" déplaît.
- la hiérarchie administrative n'aime pas beaucoup FO généralement.

C'est en tout cas  le syndicat qu'on vient consulter en cas de problème individuel, mais qu'on oublie après (encore que chez moi, ça vote à défaut de carte, ça coûte moins cher Wink ) .   Raison pour laquelle je me refuse désormais à tout mandat, j'ai déjà donné, mais je préviens , je communique, et je renseigne ceux qui me le demandent.

Les plus jeunes qui dorment maintenant ou pensent " cause toujours" viendront me raconter ce qu'ils endurent quand je serai sur le départ ou parti à la hors-classe qu'il n'auront plus (35 heures ou plus dans le bahut, une réunion par jour, des livrets à cocher, un traitement en berne, pas d'avancement individuel ..)

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
avatar
Invité
Invité

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Invité Mar 18 Nov 2014 - 22:22
@Pascal a écrit:
Lornet a écrit:
@Nestya a écrit:Ces personnes ont-elles simplement changé de syndicat ou ont-elles cessé de se syndiquer?

Personnellement, j'ai cessé de me syndiquer et dans mon établissement, d'autres enseignants se sont syndiqués à FO.
Pourquoi ?
Parce que localement, FO est plus combattif. Téléphoner au SNES pour leur signaler des soucis avec notre hiérarchie, ça ne fait rien bouger du tout.
Au niveau des heures syndicales, il n'y en a que depuis que FO en organise (la session locale du SNES en organise aux mêmes horaires, ce qui fait "guerre des clans" ou plutôt des syndicats). Il y a cinq ans, il n'y avait que des affiches du SNES en salle des professeurs. Maintenant, c'est moitié SNES, moitié FO. Et puis pour les syndiqués au SNES de mon établissement, le SNALC, c'est le syndicat FN et la seule lutte semble celle menée contre les autres syndicats.
Dans mon précédent établissement, le SNES, c'était autre chose ! Quand un collègue avait des soucis avec l'administration, les responsables syndicaux l'accompagnaient ; ça bougeait. Il y avait des repas entre syndiqués, des heures syndicales, des manifestations et des distributions de tracts. Je comprenais pourquoi je payais ma cotisation. Mais quand ça ne bouge pas, ça sert à quoi ?

1. Attention ! "combatif".
2. F.O. a posé un nombre impressionnant de listes, mais j'ai bien peur que la plupart soient des hommes de paille. Ils ont souvent des méthodes peu orthodoxes.
3. Le SNALC, un syndicat F.N. ? Il ne faut pas exagérer non plus, d'autant plus que F.O.doit avoir plus d'adhérents F.N. que le SNALC et qu'on n'y exclut pas les frontistes.

Ce sont les syndiqués au SNES de mon établissement qui critiquent le SNALC en disant que c'est le syndicat du FN et je l'ai déjà entendu ailleurs.
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par JPhMM Mar 18 Nov 2014 - 22:24
@Pascal a écrit:3. Le SNALC, un syndicat F.N. ? Il ne faut pas exagérer non plus
Suspect ou Laughing , j'hésite.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
Pascal
Pascal
Niveau 9

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Pascal Mar 18 Nov 2014 - 22:27
@JPhMM a écrit:
@Pascal a écrit:3. Le SNALC, un syndicat F.N. ? Il ne faut pas exagérer non plus
Suspect  ou Laughing  , j'hésite.

Il y en a bien sûr ! Mais c'est plutôt des U.M.P. non? Droite traditionnelle. C'est aussi caricatural que de dire que F.O. c'est un syndicat de Staliniens.
Jim Thompson
Jim Thompson
Expert

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Jim Thompson Mar 18 Nov 2014 - 22:29
@Pascal a écrit:
@JPhMM a écrit:
@Pascal a écrit:3. Le SNALC, un syndicat F.N. ? Il ne faut pas exagérer non plus
Suspect  ou Laughing  , j'hésite.

Il y en a bien sûr ! Mais c'est plutôt des U.M.P. non? Droite traditionnelle. C'est aussi caricatural que de dire que F.O. c'est un syndicat de Staliniens.
Euh comment dire c'est pas caricatural, c'est un Non-sens, une absence de connaissance de l'histoire là

_________________
CAPA/CAPN: SNES CTA/CTM: FSU
Jim Thompson
Jim Thompson
Expert

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Jim Thompson Mar 18 Nov 2014 - 22:30
@Jim Thompson a écrit:
@Pascal a écrit:
@JPhMM a écrit:
Suspect  ou Laughing  , j'hésite.

Il y en a bien sûr ! Mais c'est plutôt des U.M.P. non? Droite traditionnelle. C'est aussi caricatural que de dire que F.O. c'est un syndicat de Staliniens.
Euh comment dire c'est pas caricatural, c'est un Non-sens, une absence de connaissance de l'histoire là

_________________
CAPA/CAPN: SNES CTA/CTM: FSU
Guillaume le Grand
Guillaume le Grand
Fidèle du forum

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Guillaume le Grand Mar 18 Nov 2014 - 22:30
@Pascal a écrit:
@JPhMM a écrit:
@Pascal a écrit:3. Le SNALC, un syndicat F.N. ? Il ne faut pas exagérer non plus
Suspect  ou Laughing  , j'hésite.

Il y en a bien sûr ! Mais c'est plutôt des U.M.P. non? Droite traditionnelle. C'est aussi caricatural que de dire que F.O. c'est un syndicat de Staliniens.
euh... ce qualificatif était plutôt attribué à la CGT. La FO c'était plutôt socialiste et trotskyste

_________________
''C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde''. Boris Vian

''Nous n'acceptons pas de vérité promulguée : nous la faisons nôtre d'abord par l'étude et par la discussion et nous apprenons à rejeter l'erreur, fut-elle mille fois estampillée et patentée. Que de fois, en effet, le peuple ignorant a-t-il dû reconnaître que ses savants éducateurs n'avaient d'autre science à lui enseigner que celle de marcher paisiblement et joyeusement à l'abattoir, comme ce boeuf des fêtes que l'on couronne de guirlandes en papier doré." Elisée Reclus
Pascal
Pascal
Niveau 9

Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU - Page 2 Empty Re: Grave hémorragie d'adhérents au Snes-FSU

par Pascal Mar 18 Nov 2014 - 22:30
Lornet a écrit:
@Pascal a écrit:
Lornet a écrit:

Personnellement, j'ai cessé de me syndiquer et dans mon établissement, d'autres enseignants se sont syndiqués à FO.
Pourquoi ?
Parce que localement, FO est plus combattif. Téléphoner au SNES pour leur signaler des soucis avec notre hiérarchie, ça ne fait rien bouger du tout.
Au niveau des heures syndicales, il n'y en a que depuis que FO en organise (la session locale du SNES en organise aux mêmes horaires, ce qui fait "guerre des clans" ou plutôt des syndicats). Il y a cinq ans, il n'y avait que des affiches du SNES en salle des professeurs. Maintenant, c'est moitié SNES, moitié FO. Et puis pour les syndiqués au SNES de mon établissement, le SNALC, c'est le syndicat FN et la seule lutte semble celle menée contre les autres syndicats.
Dans mon précédent établissement, le SNES, c'était autre chose ! Quand un collègue avait des soucis avec l'administration, les responsables syndicaux l'accompagnaient ; ça bougeait. Il y avait des repas entre syndiqués, des heures syndicales, des manifestations et des distributions de tracts. Je comprenais pourquoi je payais ma cotisation. Mais quand ça ne bouge pas, ça sert à quoi ?

1. Attention ! "combatif".
2. F.O. a posé un nombre impressionnant de listes, mais j'ai bien peur que la plupart soient des hommes de paille. Ils ont souvent des méthodes peu orthodoxes.
3. Le SNALC, un syndicat F.N. ? Il ne faut pas exagérer non plus, d'autant plus que F.O.doit avoir plus d'adhérents F.N. que le SNALC et qu'on n'y exclut pas les frontistes.

Ce sont les syndiqués au SNES de mon établissement qui critiquent le SNALC en disant que c'est le syndicat du FN et je l'ai déjà entendu ailleurs.

Oui, ils caricaturent. J'ai déjà rencontré des syndiqués du SNALC dans mes établissements et ils ne partagent pas du tout les idées du F.N.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum