Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Sei
Vénérable

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Sei Sam 23 Oct 2021 - 11:39
Flo, je ne conteste pas du tout la méthode. J'ai seulement de très gros doutes sur l'autonomie des élèves pour apprendre correctement, mais c'est apparemment ce que tu as constaté. Les tiens semblaient capables d'apprendre la leçon en faisant l'effort de se la remémorer le cahier fermé, mais c'est très difficile à faire (je parle d'élèves au collège et au lycée). Pour bien des élèves, précisément ceux qui ne sont pas en réussite, l'effort semble trop grand et est décourageant. Il leur faut des coups de pouce (sous forme de quizz, par exemple, qui pose les questions à leur place).
Tu aidais ta fille à apprendre ses leçons, or la plupart des élèves font leurs devoirs sans aide.
Je crois davantage à des méthodes que tu mets en place - interrogations régulières, etc. - qui obligent à cet effort régulier de remémoration, dont tu as remarqué avec raison l'efficacité.
Manu7
Manu7
Neoprof expérimenté

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Manu7 Sam 23 Oct 2021 - 22:49
Tu aidais ta fille à apprendre ses leçons, or la plupart des élèves font leurs devoirs sans aide.

Mais la plupart des bons élèves apprennent sans aide. Si on voulait vraiment aider nos enfants à apprendre alors on y passerait un temps fou tous les soirs, c'est le travail des enfants pas le notre! Dès qu'un parent se reproche qu'il n'a pas les moyens d'aider son enfant à apprendre, alors je me dis que le combat est perdu car le parent a déjà mis dans la tête de son enfant que ce n'est à lui d'apprendre. L'important pour le parent c'est de tout mettre en place pour que ses enfants puissent apprendre dans de bonnes conditions, c'est tout. De temps en temps, il peut aussi aider à surmonter des obstacles, mais cela n'a aucun rapport avec le niveau scolaire des parents.

Quand un prof demande aux parents d'aider les enfants tous les soirs cela me scandalise. Et d'ailleurs j'ai constaté qu'en CP, nous étions obligés d'aider nos enfants pour faire les leçons jusqu'à temps qu'ils sachent lire les consignes tous seuls. Cela m'a toujours dérangé. Je n'ai jamais eu l'aide de mes parents (agriculteurs) pour faire mes leçons le soir car ils travaillaient jusqu'à 20h donc je sais très bien que je n'avais aucune leçon qui prévoyait une aide extérieure, et très rapidement j'ai eu de nombreuses leçons assez longues et complexe en CE1. Et l'année d'avant en CP, je me souviens que nous devions faire des lignes d'écriture, ou bien revoir des fiches avec les phonèmes et aussi les symboles phonétiques. C'est dailleurs amusant de lire un dictionnaire et se rappeler qu'à une époque je connaissais tous ces symboles.


Sei
Sei
Vénérable

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Sei Sam 23 Oct 2021 - 23:30
@Manu7 a écrit:
Tu aidais ta fille à apprendre ses leçons, or la plupart des élèves font leurs devoirs sans aide.

Mais la plupart des bons élèves apprennent sans aide. Si on voulait vraiment aider nos enfants à apprendre alors on y passerait un temps fou tous les soirs, c'est le travail des enfants pas le notre!

Ah, je suis d'accord, bien sûr ! Mais les "bons élèves" ont moins besoin que les autres d'un cadre d'apprentissage très solide pour réussir.
Ma "bonne élève" avait révisé la veille, et je suis sûre et certaine que ce n'est pas la seule. Moi-même, je m'en tirais bien en faisant franchement pas grand chose. Je dirais que j'ai commencé à être beaucoup moins sérieuse à partir de la 4e et j'ai eu l'impression d'apprendre à travailler efficacement seulement bien après mes études, lorsque j'ai passé l'agrégation interne... (et encore, j'ai aussi employé des méthodes barbares, rédhibitoires pour la mémorisation longue, mais c'était compensé par des années de pratique de la matière).

Je dis juste que je crois (j'emploie le verbe à dessein car cela relève de la projection personnelle) que les façons optimales d'apprendre ne se mettent pas - ou peu - en place si un cadre n'est pas instauré (par l'enseignant, je précise).

Mais finalement, j'ai l'impression que nous sommes d'accord, Flo et moi !
ysabel
ysabel
Enchanteur

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par ysabel Dim 24 Oct 2021 - 0:42
Quand les élèves me demandent comment faire des fiches, je leur réponds que je n'en ai aucune idée car je n'en ai jamais fait (sauf formules mathématique/physique ou déclinaisons/conjugaisons en latin)...
j'adore voir leur tête quand je dis cela

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
Flo44
Neoprof expérimenté

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Flo44 Dim 24 Oct 2021 - 7:36
@Sei a écrit:
Tu aidais ta fille à apprendre ses leçons, or la plupart des élèves font leurs devoirs sans aide.
Non, j'ai juste vérifié au début de la sixième pendant 2-3 semaines, et je l'ai aidée très ponctuellement pour des leçons difficiles pour elle, à sa demande, et pour le brevet.
Spoiler:
À l'époque je rentrais à la maison à 19h30 au plus tôt, 5 jours par semaine, je n'avais pas vraiment le temps de l'aider.

Mais il est vrai que les quizz sont pratiques. D'ailleurs je peste contre la politique de mon collège qui est d'acheter moins de livres que d'élèves, et de les laisser en classe. Les livres de mathématiques ont des quizz bien faits en général, dans une partie d'exercices auto-évalués, et je n'ai pas le temps d'en faire pour les élèves (je l'ai fait pour mes 5ème pour leur fiche de révision de contrôle, mais c'est super long...). Du coup je songe à photocopier le quizz du livre. Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 2320853811
mathmax
mathmax
Érudit

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par mathmax Dim 24 Oct 2021 - 8:04
Pour moi les fiches c’est comme les listes pour les courses : ce qui est utile c’est la réflexion pour les établir, ensuite on peut les laisser sur le frigo, on s’en rappelle une fois dans le magasin !

_________________
« Les machines un jour pourront résoudre tous les problèmes, mais jamais aucune d'entre elles ne pourra en poser un !  »
    Albert Einstein
avatar
Flo44
Neoprof expérimenté

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Flo44 Dim 24 Oct 2021 - 8:20
Ah ben on doit pas être pareil, car de mon côté, si la liste de courses dépasse 4-5 choses, c'est mort, je suis quasiment certaine d'oublier quelque chose (y compris LE truc super important) Rolling Eyes
Pointàlaligne
Pointàlaligne
Expert

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Pointàlaligne Dim 24 Oct 2021 - 9:27
@Manu7 a écrit:

Quand un prof demande aux parents d'aider les enfants tous les soirs cela me scandalise. Et d'ailleurs j'ai constaté qu'en CP, nous étions obligés d'aider nos enfants pour faire les leçons jusqu'à temps qu'ils sachent lire les consignes tous seuls. Cela m'a toujours dérangé. Je n'ai jamais eu l'aide de mes parents (agriculteurs) pour faire mes leçons le soir car ils travaillaient jusqu'à 20h donc je sais très bien que je n'avais aucune leçon qui prévoyait une aide extérieure, et très rapidement j'ai eu de nombreuses leçons assez longues et complexe en CE1.


En effet ! Les devoirs sont supposés être faisables sans un enseignant.
Aider l'enfant à faire ses devoirs, cela commence par lui dire qu'il doit les faire, montrer qu'on y attache de l'importance, fournir un cadre approprié - qui peut être un côté de la table de la cuisine pendant que l'on épluche des légumes de l'autre - et le féliciter quand il a terminé.
Si l'enfant n'a pas de problème d'apprentissage particulier, ce cadre matériel et affectif est déjà suffisant, ou doit l'être. Mais beaucoup de nos élèves sont loin de l'avoir.
lene75
lene75
Enchanteur

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par lene75 Dim 24 Oct 2021 - 10:26
Ma méthode favorite, pour les fiches, c'est de faire la fiche SUR le cours, ce qui favorise par ailleurs la mémoire visuelle. Ca suppose de faire un cours sapin de noël ;-) avec un code couleur qui permet de repérer rapidement le statut hiérarchique ou logique de ce qui est souligné. L'avantage est que ça évite de croire que la fiche peut remplacer le cours et donc qu'on pourrait n'apprendre que ce qui est sur la fiche : on voit tout de suite s'il y a 3 lignes à savoir ou 3 pages pour établir l'idée en question, et il faut essayer de redéployer ce raisonnement sans le relire. J'ai une mémoire très visuelle : ça m'aide beaucoup à retenir que de me souvenir que l'idée était en haut à droite ou plutôt en bas à gauche, et ça me permet de me remémorer l'ensemble du cours. Pour ce faire, il est évidemment formellement interdit d'utiliser une quelconque couleur ou de souligner quoi que ce soit pendant la prise de notes, de toute manière, on n'a pas le temps. Il est donc impératif de compléter son cours rapidement, ce qui permet de le fixer. A la fin de l'année, mon cours fait quelque chose comme 200 ou 300 pages, et comme nous avons la chance d'avoir une épreuve terminale, les élèves n'ont pas d'autre choix que de viser une mémoire à long terme, parce qu'on n'apprend pas 300 pages en une semaine en fin d'année. Enfin les élèves qui ne renoncent pas avant même d'avoir commencé. Autant vous dire que quand ils me demandent pour le 1er DS ce qu'il faut réviser et que la réponse est : "Tout. Le cours, les corrigés, les textes, les annexes, les digressions, tout ce qu'on a fait depuis le début de l'année est à savoir, et il en sera de même pour chaque DS, le programme de révisions est toujours "tout depuis le début de l'année"", ils tirent sacrément la tronche.

Quelqu'un en parlait plus haut de parler de ses cours avec ses parents. C'est en effet, de ce que j'ai pu constater, une méthode redoutablement efficace. Lors de mes premiers RV de parents, j'ai été surprise que des parents commencent l'entretien par : "J'aime beaucoup vos cours, je les trouve passionnants". Euh, mais heu comment vous connaissez mes cours ??? Force est de constater que quand les élèves parlent de leurs cours à leurs parents (ou en parlent entre eux : j'ai déjà surpris des conversations à la cantine), ils les assimilent beaucoup mieux. Et c'est là que beaucoup de parents se trompent sur la manière d'aider leurs enfants : en lycée, il ne s'agit pas de faire réciter le cours, encore moins de demander les notes ou d'éplucher les contrôles, il s'agit bien de parler librement du cours, ou simplement du thème du cours, simplement de s'y intéresser. Je crois que l'un des secrets est là : que le cours soit considéré comme intéressant en soi, et non juste pour la bonne note qu'il permet d'obtenir. Alors bien sûr c'est le serpent qui se mord la queue, parce que c'est dans les familles déjà portées sur la culture qu'on a le plus tendance à s'intéresser au contenu des cours, surtout des cours de philosophie, mais j'ai déjà réussi à convertir des familles plus éloignées à cette méthode, avec parfois un certain succès. Ca se perd beaucoup, je trouve, cette idée selon laquelle l'apprentissage n'est pas qu'une contrainte, et pas d'abord une contrainte. C'est amusant, d'ailleurs, parce que j'ai l'impression que plus on cherche à enseigner de façon ludique, plus on perd de vue le plaisir d'apprendre, qui n'est pas le plaisir pris au moment de l'apprentissage mais le plaisir pris à maîtriser des savoirs complexes et la curiosité d'y accéder, ce qui est très différent.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Tangleding
Tangleding
Doyen

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Tangleding Dim 24 Oct 2021 - 10:47
D'accord avec ça, quand un parent m'indique avoir plaisir à parler des textes étudiés avec son enfant, je trouve que c'est bon signe. D'ailleurs en plénière de rentrée je les invite à parler du cours avec leur enfant. Plutôt que des notes.

Si l'enfant n'est pas capable d'expliquer ce qu'il a fait, soit il n'a pas suivi, soit il n'a rien compris et n'a pas osé demander d'explication.

D'accord aussi avec le fait que les devoirs doivent être réalisables par l'élève, pas par ses parents. D'ailleurs les "bons élèves" travaillent de façon totalement autonome.

_________________
"Never complain, just fight." Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 2490015017
nicole 86
nicole 86
Neoprof expérimenté

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par nicole 86 Dim 24 Oct 2021 - 10:49
Parler à table du cours de philo m'avait valu : "Kafka ? dans quelle équipe de foot joue-t-il ?" , je n'ai plus jamais fait de tentative.
Spoiler:
50 ans plus tard je ne me suis pas remise de la honte d'être de "cette famille-là".

Par ailleurs je doute que beaucoup d'élèves parle de leurs cours de mathématiques avec leurs parents, si ce n'est pour embrayer sur l'idée de cours particuliers.

Je reviendrai plus tard vous soumettre ce que j'ai lu hier sur l'apprentissage dans les communauté juives dans Talmud de Pierre-Henry Salfati.
Prezbo
Prezbo
Expert spécialisé

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Prezbo Dim 24 Oct 2021 - 22:06
@Flo44 a écrit:Ah ben on doit pas être pareil, car de mon côté, si la liste de courses dépasse 4-5 choses, c'est mort, je suis quasiment certaine d'oublier quelque chose (y compris LE truc super important) Rolling Eyes

Personnellement, je fonctionne comme Mathmax : l'important est surtout de faire la liste, c'est-à-dire de scanner mentalement tout ce dont j'ai besoin, tout ce qui manque à la maison, tout ce que je compte faire dans les jours suivants, puis d’organiser le liste en fonction des rayons du supermarché. Ensuite, je peux l'oublier à la maison.

(Pour être complètement honnête : il peut m'arriver d'oublier quelque chose qui était sur la liste, et l'avoir dans la poche pour faire une vérification au moment du passage en caisse peut être utile. Mais constater que le simple fait de réfléchir à la liste et l'ordonner me suffit à m'en rappeler la plus grande partie est intéressant.)

D'accord sur Pointàlaligne et Léné sur le fait que les devoirs sont faits pour être fait pas les élèves, et les cours pour être intéressants en soi, pas par qu'ils sont ludifiés. Aider ponctuellement un gamin qui a une difficulté c'est normal, mais je suis régulièrement effaré, en lycée, quand j'entends des parents me dire "je peux encore l'aider" ou d'un air contrit "je ne peux plus trop l'aider"...Chez certains qui ont fait de bonnes études, je me demande si ce n'est pas presque un plaisir de s'y remettre, ou de montrer qu'on est pas trop rouillé. Sauf que moi j'aimerai lire de DM de l'élève, pas de papa qui a fait une prépa il y a vingt-cinq ans.

Autre grand moment de désolation, les parents qui me demandent des conseils pour des cours privés. Je m'en tire en leur disant que la priorité est de bien travailler en classe et de reprendre le travail chez soi, mais que si ça peut mettre l'élève en confiance c'est un coup de pouce...(En vérité, je pense "Ne faites pas ça : c'est cher et inutile", mais je crains de provoquer un blocage si je le dis franchement.)
Ventre-Saint-Gris
Ventre-Saint-Gris
Niveau 9

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Ventre-Saint-Gris Lun 25 Oct 2021 - 3:25
@Pointàlaligne a écrit:
@Manu7 a écrit:

Quand un prof demande aux parents d'aider les enfants tous les soirs cela me scandalise. Et d'ailleurs j'ai constaté qu'en CP, nous étions obligés d'aider nos enfants pour faire les leçons jusqu'à temps qu'ils sachent lire les consignes tous seuls. Cela m'a toujours dérangé. Je n'ai jamais eu l'aide de mes parents (agriculteurs) pour faire mes leçons le soir car ils travaillaient jusqu'à 20h donc je sais très bien que je n'avais aucune leçon qui prévoyait une aide extérieure, et très rapidement j'ai eu de nombreuses leçons assez longues et complexe en CE1.


En effet ! Les devoirs sont supposés être faisables sans un enseignant.
Aider l'enfant à faire ses devoirs, cela commence par lui dire qu'il doit les faire, montrer qu'on y attache de l'importance, fournir un cadre approprié - qui peut être un côté de la table de la cuisine pendant que l'on épluche des légumes de l'autre - et le féliciter quand il a terminé.
Si l'enfant n'a pas de problème d'apprentissage particulier, ce cadre matériel et affectif est déjà suffisant, ou doit l'être. Mais beaucoup de nos élèves sont loin de l'avoir.

J'ai pensé la même chose pendant longtemps, et puis... il y a eu ma petite dernière.

J'ai été très surpris de lire sur un compte rendu de ses "compétences", alors qu'elle était en CE2 ou en CM1, que son enseignante était très contente de la manière dont elle travaillait en classe pour affronter ses "difficultés". C'était bien la première fois que l'on évoquait des difficultés scolaires pour un de mes trois gosses, et aucun problème d'apprentissage n'avait jamais été souligné pour le petit modèle.
Et j'ai compris... Nous laissions nos enfants faire leurs devoirs. Ils savaient juste que nous étions disposés à donner une explication ponctuelle, et à dispenser un sermon beaucoup plus long au cas où le travail ne serait pas correctement fait. Et comme tout roulait parfaitement depuis des années, nous avions espacé les vérifications. Or, la demoiselle pensait sincèrement faire correctement ce qui lui était demandé quand elle devait, par exemple, réviser une leçon de grammaire.
Seulement, sous la pression conjointe des parents et de l'institution, la maîtresse ne donnait jamais aucun exercice d'application, pour lequel il aurait fallu - ç'eût été horrible - écrire. Se conformant aux injonctions, elle demandait simplement d'apprendre. Seulement, cet "apprentissage" n'était jamais évalué, puisqu'il aurait alors été question d'évaluer ce maudit "travail à la maison". Et comment évaluer ? Certainement pas avec une interrogation écrite. En interrogeant les élèves à l'oral ? Peut-être... Mais collectivement, et sans jamais faire de retour individuel : reprocher, d'une façon ou d'une autre, un défaut d'apprentissage domestique, reviendrait à incriminer des familles, chose impensable.
Alors voilà. On donne un truc à apprendre, que l'on n'évalue pas parce que cette évaluation est devenue impossible. Et l'enfant, n'ayant jamais de retour précis sur ce travail, n'a aucun moyen de savoir s'il a correctement fait. Il devra attendre avec ses parents le bilan de compétences abscons pour savoir s'il a, ou non, des difficultés, sans bien comprendre d'où elles viennent.

En y repensant, je n'en reviens pas d'avoir été si bête : je n'avais pas anticipé ces conséquences des belles évolutions destinées à lutter contre les inégalités socio-culturelles. Je me suis donc résigné à mettre plus avant le nez dans le travail quotidien, pendant un temps.

Qu'avais-tu à apprendre ?
- Une leçon sur l'adjectif.
- Très bien, je t'écoute.


Elle a été bien surprise, au début. Et elle a découvert, avec son père, qu'une leçon apprise devait pouvoir faire l'objet d'une restitution et d'une application. Que j'attendais d'elle qu'elle soit capable de m'éclairer sur le sujet exactement comme si je n'en avais moi-même rien su, exemples à l'appui.

Depuis, elle n'a plus de difficultés.


Dernière édition par Ventre-Saint-Gris le Lun 25 Oct 2021 - 3:40, édité 1 fois
guz
guz
Niveau 3

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par guz Lun 25 Oct 2021 - 3:39
Le livre "Make it Stick"dont il est question au début du fil a été traduit sous le titre "Mets-toi ça dans la tête !: Les stratégies d'apprentissage à la lumière des sciences cognitives" postérieurement en 2016. Un autre ouvrage : "l'apprentissage visible : ce que la science sait sur l'apprentissage" 2020.

Les méthodes décrites sont particulièrement efficaces, d'autre part c'est bien de rappeler que tout ce dont on nous rabat bruyamment les oreilles à commencer par les styles d'apprentissage ou les intelligences diverses est dépourvu de fondement.
Verdurette
Verdurette
Modérateur

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Verdurette Lun 25 Oct 2021 - 8:21
En tant que PE j'estime en effet que les devoirs doivent pouvoir être faits sans aide, question de justice. Normalement, les devoirs sont soit un entraînement, soit la révision d'une notion déjà abordée. J'y mets toutefois une exception : en CP, il est fondamental que les élèves puissent faire leur petite lecture du soir avec un adulte car il est matériellement impossible de faire lire la totalité des tableaux de syllabes ou du texte à tous les élèves en classe chaque jour. On nous demande dix minutes de lecture orale individuelle par jour, or cela représenterait 3 heures 40 minutes dans ma classe, plus de la moitié de la journée. Sans compter que lorsqu'un élève lit à haute voix, la plupart des autres n'écoutent strictement rien et ne suivent pas.

Je demande à mes élèves de "jouer à la maîtresse" (au maître) pour me restituer leurs leçons, et je leur conseille de faire la même chose en famille.
roxanne
roxanne
Prophète

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par roxanne Lun 25 Oct 2021 - 10:11
Enfin, si on laisse faire tout seul, il ne se passe pas grand chose pour un enfant lambda , ne parlons pas d'enfant en difficulté. Là, par exemple, on a commencé ce matin par des questions sur un livre qui était à "finir de lire". Bon, trois pauvres questions QCM faites en 2 minutes. Sauf que j'ai trouvé sur le net (ah le net et toutes ces ressources !) un contrôle de lecture (enfin un rallye lecture), il a bien râlé, y a passé 40 minutes, a dû relire des passages , rédiger les réponses . Alors, ce n'est peut-être pas "égalitaire" (la maitresse me l'avait reproché déjà), mais ça va hein, j'ai déjà pas mal sacrifié à la cause..
roxanne
roxanne
Prophète

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par roxanne Lun 25 Oct 2021 - 10:29
Mon.neveu en 4e doit réaliser en groupe en français un roman photo avec montage. Passons sur i l'intérêt pédagogique et littéraire qui doit exister mais l'égalité de réalisation,  elle est où ? Entre ceux qui ont tout  le matériel  qui seront aidés techniquement et les autres.  Le moindre exposé dès la 6e et même avant parfois est à faire avec clé  et diaporama.


Dernière édition par roxanne le Lun 25 Oct 2021 - 10:34, édité 1 fois
Jenny
Jenny
Médiateur

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Jenny Lun 25 Oct 2021 - 10:32
@roxanne a écrit:Mon.neveu en 4e doit réaliser en groupe en français un roman photo avec montage. Passons sur i l'intérêt pédagogique et littéraire qui doit exister mais l'égalité de réalisation,  elle est où ? Entre ceux qui ont tout  le matériel  qui seront aidés techniquement et les autres.  Le moindre exposé dès la 6e et même avant parfois est à faire avec clé  et diaphragme.

Razz
Diaporama plutôt. Laughing
roxanne
roxanne
Prophète

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par roxanne Lun 25 Oct 2021 - 10:33
Oui , mon téléphone a ses fantasmes.
Tangleding
Tangleding
Doyen

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Tangleding Lun 25 Oct 2021 - 10:36
Ça fait des années que je réclame que le rapport de stage de 3e soit mis en forme par tdt sur un temps fléché obligatoire et encadré.

Trop compliqué.

Je ne désespère pas, on a fini par arriver à l'oral blanc obligatoire avec retour pédagogique non différé.

_________________
"Never complain, just fight." Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 2490015017
avatar
Flo44
Neoprof expérimenté

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Flo44 Lun 25 Oct 2021 - 11:25
Pour le rapport de stage, ça paraît logique. Mais les collègues n'imaginent pas toujours le temps passé perdu à mettre en forme des documents, pour un intérêt pédagogique nul.
Je me rappelle d'exposés prenant des heures et des heures à ma fille au collège. Je pense qu'on n'imagine pas le niveau de perfectionnisme des préados et ados... Malgré mon aide et mes conseils, et même une fois qu'elle savait à peu près taper au clavier, un temps énorme était perdu pour choisir des images, les mettre au bon endroit, etc... Le pire ça a été en seconde, où le professeur de SES a demandé un montage vidéo. Ça lui a pris une bonne douzaine d'heure, y compris les 2 heures de transport pour rejoindre sa camarade le week-end pour y travailler ensemble, leur emploi du temps de la semaine étant totalement plein de 8h à 19h (classe à horaire aménagés musique donc lycée + conservatoire...)
Cléopatra2
Cléopatra2
Vénérable

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Cléopatra2 Lun 25 Oct 2021 - 11:35
J'ai demandé l'autre jour une affiche papier ou un diaporama, sur 20 groupes, seul 1 avait fait une affiche papier, les autres ont fait un diapo et passé plus de temps à la mise en forme qu'au contenu. La prochaine fois ça sera affiche papier (et c'est déjà long).
Tangleding
Tangleding
Doyen

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Tangleding Lun 25 Oct 2021 - 12:36
Je pense que la mise en forme numérique pourrait s'apprendre en 4e et 3e, ça me paraît le bon niveau.

Quelque chose dans ce style :
- 6e : j'écris un courriel correctement rédigé à un professeur avec un travail photographié dans le bon sens et correctement nommé en pièce jointe
- 5e : je tape un écrit d'une page avec deux paragraphes sous traitement de texte
- 4e : je rédige un travail écrit de 2 pages seul (ou de 3 pages en binôme), sur traitement de texte
- 3e : je réalise mon rapport de stage avec un traitement de texte

Ça serait progressif.

A voir pour la mise en œuvre, mais on ne devrait évaluer les élèves que sur des choses qu'on leur a appris à faire.

Et il me semblerait normal que les élèves sortent du collège avec les rudiments du traitement de texte, a minima.

On s'écarte un peu du sujet néanmoins.

_________________
"Never complain, just fight." Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 2490015017
nc33
nc33
Niveau 8

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par nc33 Mar 26 Oct 2021 - 8:55
@Manu7 a écrit:
De nos jours, si un pauvre PE voulait faire apprendre la même quantité de leçons il se ferait lyncher en place publique !!! Quand en 4ème, j'exige de connaître 8 ou 9 formules de volumes tous les ans des parents se renseignent pour savoir si c'est normal... Alors que j'ai appris ces formules en primaire pour ma part...
Cylindres / cônes / boules, rien de plus !
avatar
Flo44
Neoprof expérimenté

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par Flo44 Mar 26 Oct 2021 - 9:09
@nc33 a écrit:
@Manu7 a écrit:
De nos jours, si un pauvre PE voulait faire apprendre la même quantité de leçons il se ferait lyncher en place publique !!! Quand en 4ème, j'exige de connaître 8 ou 9 formules de volumes tous les ans des parents se renseignent pour savoir si c'est normal... Alors que j'ai appris ces formules en primaire pour ma part...
Cylindres / cônes / boules, rien de plus !
Tu oublies le cube et le parallélépipède rectangle!
C'est vrai qu'on apprenait tout cela en primaire (pour ma part les dernières furent apprises en CM1)
périmètre et aire du carré, rectangle, trapèze (oui oui), triangle, parallélogramme, volume du cube, parallélépipède rectangle, cylindre, cône, boule, pyramide, prisme droit et quelconque), et aussi l'aire de la sphère. On les revoyait au collège.

Dans un autre domaine, j'étais surprise du peu de connaissances en grammaire de ma fille à l'entrée en collège. Son professeur (en 6ème ou 5ème) leur avait donné une fiche à apprendre avec des tas de nature de mots. Évidemment, comme elle ne les avait jamais appris auparavant (elle connaissait par exemple les pronoms, mais pas les différentes sortes de pronoms), ça a été douloureux et totalement inutile. Ensuite le professeur s'est plaint de la nullité des élèves. Mais ce n'est pas en une fiche et en une semaine qu'ils pouvaient tout apprendre...
nc33
nc33
Niveau 8

Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes. - Page 3 Empty Re: Livre « Mon cerveau, ce héros » : le café pédagogique s'attaque aux neuromythes.

par nc33 Mar 26 Oct 2021 - 9:49
@Flo44 a écrit:
@nc33 a écrit:
@Manu7 a écrit:
De nos jours, si un pauvre PE voulait faire apprendre la même quantité de leçons il se ferait lyncher en place publique !!! Quand en 4ème, j'exige de connaître 8 ou 9 formules de volumes tous les ans des parents se renseignent pour savoir si c'est normal... Alors que j'ai appris ces formules en primaire pour ma part...
Cylindres / cônes / boules, rien de plus !
Tu oublies le cube et le parallélépipède rectangle!
C'est vrai qu'on apprenait tout cela en primaire (pour ma part les dernières furent apprises en CM1)
périmètre et aire du carré, rectangle, trapèze (oui oui), triangle, parallélogramme, volume du cube,  parallélépipède rectangle, cylindre, cône, boule, pyramide, prisme droit et quelconque), et aussi l'aire de la sphère. On les revoyait au collège.

Dans un autre domaine, j'étais surprise du peu de connaissances en grammaire de ma fille à l'entrée en collège. Son professeur (en 6ème ou 5ème) leur avait donné une fiche à apprendre avec des tas de nature de mots. Évidemment, comme elle ne les avait jamais appris auparavant (elle connaissait par exemple les pronoms, mais pas les différentes sortes de pronoms), ça a été douloureux et totalement inutile. Ensuite le professeur s'est plaint de la nullité des élèves. Mais ce n'est pas en une fiche et en une semaine qu'ils pouvaient tout apprendre...
Justement : je préfère apprendre peu (le cube n'est qu'un cylindre particulier et V = Aire de la base×hauteur) plutôt que me farcir la tête de tous un tas de formules (dont certaines inutiles comme 2(l+L)).
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum