Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Verdure
Niveau 2

Base de donnée : papier ou numérique ? (méditation)

par Verdure le Dim 18 Nov 2018 - 12:12
Bonjour.

Ma question ou mon dilemme concerne à la fois l’organisation personnelle, et (par conséquent) la pédagogie et l’organisation en classe.
On peut le résumer comme suit :
Pour constituer sa « base de données personnelle et pour la classe », faut-il opter pour le tout-papier, le tout-numérique, ou un mixe des deux ?

Par « base de données » j’entends tout simplement l’ensemble des documents personnels utiles pour soi : (1) les notes personnelles (pour ma part, principalement, un lexique des notions, des fiches thématiques, des fiches de lecture), bonnes pour soi et qui nourriront les cours, directement ou indirectement ; (2) les cours eux-mêmes, tels qu’on les aura devant la classe ; (3) les documents qu’on communique aux élèves.

C’est d’autant plus décisif que je suis un « post-étudiant » encore tout immergé dans ma tonne de cours, notes, fiches, références… à la fois papiers et numériques. Et toutes ces années je n’ai jamais réussi à trouver « la » formule, une méthode d’organisation fixe et un moyen de tout centraliser pour exploiter facilement les données.

Voici mon raisonnement, ou plutôt ma situation :

1. Comme beaucoup, je suis de la génération de ceux qui ont grandi avec le PC (années 90), j’ai donc l’impression d’être vraiment formaté pour travailler sur PC (recherche, consultation, classement des fichiers, traitement de texte et autres…) ; à l’inverse, je peine à trouver une solution efficace avec le papier (feuilles volantes, dissémination des supports, dossiers, formats ; lourdeurs pour relier plusieurs documents (c’est le pire je crois) ; temps perdu à recopier à la main les sources numériques…). Sans parler des problèmes intrinsèques à l’écriture manuscrite (rajouts, coupes ou autres modifications très limités ; difficultés à se relire et même à apprécier de se relire quand on écrit mal…). A l’inverse, la commodité (et le plaisir) de la lecture papier reste intact ; sans parler des yeux qui sont beaucoup moins agressés.

2. Le tout-numérique offre un environnement qui semble idéal et « systématique » : (1) on peut centraliser tous les documents numériques (textes, médias, uniquement publiés en ligne) ; (2) on peut assez facilement intégrer des documents en papier par scan, rapide fiche synthétique, recopie ou même dictaphone ; (3) on peut les remobiliser très facilement pour produire soi-même des documents (et typiquement les imprimer pour les utiliser, comme je fais généralement). Très vite, un « écosystème » de solutions apparaît très séduisant, qui permet de modifier l’ensemble de la base depuis mon bureau et aussi bien dans la rue si une idée me vient : j'ai un Mac et un iPhone (oui je suis un VIP), je peux rédiger et centraliser absolument tous mes textes personnels avec Ulysses qui est extrêmement bien fait ; je peux importer et associer n’importe quel texte ou documents trouvé sur les ressources en ligne (encyclopédies, etc.) ; avec Pocket je rassemble en un clic les articles et médias que je veux garder (au passage, c’est ça ou acheter le journal papier tous les jours…) ; avec Todoist et Calendrier je gère mes « projets » et au quart d’heure près mon emploi du temps ; sans parler des inévitables mails, et je-ne-sais-quoi encore.

3. Ceci étant dit, bien des choses pour moi me font aller dans le sens du papier : (1) je répugne fort à « numériser les élèves » : j’estime qu’ils sont suffisamment « connectés », c’est-à-dire distraits et dépendants de béquilles, pour les numériser encore davantage (au contraire, je vois la classe comme une « déconnexion ») ; (2) ma discipline (la philo) peut fort bien se passer du numérique en classe (powerpoints, médias, etc.) : un crayon, une feuille, des polycopiés suffisent ! ; (3) le papier reste roi, dans le sens où il est toujours utilisé aux examens (et donc doit être utilisé pendant l’année ne serait-ce que pour préparer les élèves aux conditions rélles) ; (4) tout autre chose, mais qui pèse (et devrait je crois peser objectivement) : je suis un affreux écolo technophobe gaucho-réac (?), lecteur de La Décroissance, hypersensible, bien plus qu’à ladite « protection des données », à l’insoutenabilité de toute cette machinerie (consommation d’énergie, métaux en voie de raréfaction, durabilité et obsolescence) ; sans parler du dégoût généralisé pour ce monde. C’est d’ailleurs pourquoi je ne suis sur aucun des « réseaux sociaux » et que j’essaie au maximum de rester dans le monde réel et charnel des animaux que nous sommes…

4. Ainsi, objectivement j’ai un système « mixte » qui me paraît lourd et inconséquent ; et, subjectivement, schizophrène, j’oscille toujours entre deux pôles contraires avec tout ce que cela implique de poids sur la conscience (oui, je sais, c’est stupide !) — et de complications : un agenda papier et un numérique ; plein de fiches, carnets, cahiers, coupures, impressions, mal classés difficilement exploitables ; des notes et documents « inopinées » dans mon smartphone devenu indispensable, et un carnet papier chez moi ; une perte de temps énorme pour retrouver et organiser les choses en conséquence ; bref la galère pour tout articuler…

5. En un sens je vois une solution : tenir une base de données intégralement numérique, et l’imprimer ponctuellement quand des éléments sont suffisamment achevés, pour en faire une bibliothèque papier (soit pour « convertir » pour moi-même cet ensemble, soit pour aller devant la classe). C’est séduisant. Mais je ne suis pas sûr de supporter cette schizophrénie typique du documentariste technophobe. Cela revient à passer ses journées ou soirées rivé devant un écran — remarquez, je le fais déjà… —, alors même qu’on répète aux élèves de décrocher de leurs sales bidules, et qu’on les encourage à s’habituer à travailler à l’écrit avec leurs petites mains tachées d’encre, parce que, « pour philosopher, pas besoin de béquille : il suffit d’attention, de non-précipitation et de méthode ; c’est la puissance de l’homme libre »… tu parles.

J’espère vous avoir fait rire, ou sourire. Mais au-delà de ça, est-ce que je suis le seul dans ce cas ? Qu’en pensez-vous ? Comment faites-vous ?
Merci.

PS : Le fait d'avoir couché à l'écrit... enfin sur mon écran, ma petite situation intérieure, me permet d'y voir beaucoup plus clair sur le problème. Vertu de l'écrit !
avatar
Thalie
Grand sage

Re: Base de donnée : papier ou numérique ? (méditation)

par Thalie le Dim 18 Nov 2018 - 12:18
Tu m'as fait sourire très agréablement. Je vis la même chose dans une moindre mesure et n'ai toujours pas trouvé de solution. Je vais donc suivre le fil.
avatar
Ajonc35
Niveau 7

Re: Base de donnée : papier ou numérique ? (méditation)

par Ajonc35 le Dim 18 Nov 2018 - 12:35
@Verdure a écrit:

4. Ainsi, objectivement j’ai un système « mixte » qui me paraît lourd et inconséquent ; et, subjectivement, schizophrène, j’oscille toujours entre deux pôles contraires avec tout ce que cela implique de poids sur la conscience (oui, je sais, c’est stupide !) — et de complications : un agenda papier et un numérique ; plein de fiches, carnets, cahiers, coupures, impressions, mal classés difficilement exploitables ; des notes et documents « inopinées » dans mon smartphone devenu indispensable, et un carnet papier chez moi ; une perte de temps énorme pour retrouver et organiser les choses en conséquence ; bref la galère pour tout articuler…
[...]
J’espère vous avoir fait rire, ou sourire. Mais au-delà de ça, est-ce que je suis le seul dans ce cas ? Qu’en pensez-vous ? Comment faites-vous ?
Merci.

PS : Le fait d'avoir couché à l'écrit... enfin sur mon écran, ma petite situation intérieure, me permet d'y voir beaucoup plus clair sur le problème. Vertu de l'écrit !
Je n'ai pas grandi avec le numérique, mais je m'y suis mise assez facilement au début des années 90. Vraiment pas de solution car ce que tu évoques dans le point 4, c'est toute ma problématique, complètement schizophrène. Tout ce qui est numérique est papier, après j'ai des notes, des articles, des CR papier un peu partout et évidemment quand j'en ai besoin je ne les trouve pas et je les trouve quand je n'en ai plus besoin.
Je suis en fin de carrière et je me suis surprise cette année à ne lus prendre aucune notes pendant les réunions ( puisque je ne les consulte pas après) sauf une date, un point fort mais c'est sur mon agenda et comme je n'ai pas beaucoup de place, c'est vraiment limité. Et mes notes se limitent souvent à cet agenda (je suis moins smartphone que je garde pour le perso)
De plus la version numérique est sauvegardée ( deux sauvegardes).
Ce que tu écris ne me fait pas rire au moins sourire MAIS me rassure. Je ne suis pas seule. Nous sommes au moins deux.
avatar
Mathador
Habitué du forum

Re: Base de donnée : papier ou numérique ? (méditation)

par Mathador le Dim 18 Nov 2018 - 12:40
Je partage ta tendance à faire du PC chez moi et du papier en classe (à tel point qu'on a déjà reproché au geek fini que je suis de ne pas assez utiliser le numérique avec les élèves).
Pour améliorer ton organisation, je peux te proposer quelques pistes:
-côté numérique, gérer les supports papier avec un système de versionnage (j'utilise Git mais ce n'est pas le plus abordable)
-côté papier, naviguer un peu dans des magasins de fournitures bureautiques (ou même le rayon bureautique d'un hyper bien fourni): j'ai par exemple découvert il n'y a pas si longtemps le dispositif ci-dessous qui m'aide bien pour la paperasse administrative

-toujours côté papier, dater systématiquement tout document que tu imprimes ou que l'on te donne.
En espérant que ça t'aide !

_________________
« Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !
Non ! non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ! » (Cyrano de Bergerac)
« Un mathématicien est une machine à transformer le café en théorème. » (Alfréd Rényi)
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
« C'est l'équation, l'ax+b qui fait tilt » (Mylène Farmer, L'instant X)
avatar
Illiane
Niveau 10

Re: Base de donnée : papier ou numérique ? (méditation)

par Illiane le Dim 18 Nov 2018 - 12:54
Pour ma part, je fais un mix des deux :
- je tape la quasi-totalité de mes cours sur mon ordinateur (sauf les lectures analytiques que je fais directement sur mes textes, ce qui ne m'empêche pas ensuite de taper à l'ordi mon commentaire de texte organisé... ou pas si j'ai la flemme ^^) et les conserve à la fois sur mon ordi et sur Onedrive (mais je vais acheter un disque dur externe pour limiter mon empreinte digitale) ;
- je conserve mes cours, exos, notes et autres documents que j'ai imprimés/écrits à la main pour la classe dans des classeurs plus ou moins gros - j'ai mon classeur souple que j'embarque dans ma sacoche avec tous les documents de la séquence ; une fois ma séquence terminée je range tous les documents dans un grand classeur (voir ci-dessous) qui reste à la maison et je commence à mettre dans mon classeur souple les documents de la séquence suivante. Je pourrais séparer mes différentes séquences avec des intercalaires ou autres mais je ne m'y suis pas encore mise ^^ ;
- tout ce qui est administratif est également imprimé (si besoin est) et rangé dans de grands classeurs par catégorie (fiches de paie, arrêtés d'affectation, etc.).

Verdure
Niveau 2

Re: Base de donnée : papier ou numérique ? (méditation)

par Verdure le Lun 19 Nov 2018 - 11:32
Merci pour vos réponses ! "Heureux" de voir que je ne suis pas le seul embêté. Et j'ai pu sourire à mon tour.

Mathador : pas mal la boîte ! par contre je n'arrive pas bien à saisir la partie sur Git abi

avatar
Mathador
Habitué du forum

Re: Base de donnée : papier ou numérique ? (méditation)

par Mathador le Lun 19 Nov 2018 - 12:34
Au départ, Git est un outil pour aider à créer des logiciels à plusieurs, en permettant de conserver les anciennes versions du code, de mettre en commun des modifications faites par plusieurs programmeurs de chaque côté, etc.
Mais en réalité ça fonctionne bien dès que l'on utilise des fichiers en format texte, même si ce n'est pas du code informatique: je l'utilise pour mes supports de cours en LaTeX, mais on peut aussi se débrouiller avec LibreOffice si on prend un format texte (.fodt).
Voici un lien sur toi-tuyaux qui présente rapidement Git et qui montre ensuite un exemple simple où c'est utile.

_________________
« Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !
Non ! non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ! » (Cyrano de Bergerac)
« Un mathématicien est une machine à transformer le café en théorème. » (Alfréd Rényi)
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
« C'est l'équation, l'ax+b qui fait tilt » (Mylène Farmer, L'instant X)
Verdure
Niveau 2

Re: Base de donnée : papier ou numérique ? (méditation)

par Verdure le Lun 10 Déc 2018 - 18:54
J'avais oublié de répondre : merci pour l'info !
Contenu sponsorisé

Re: Base de donnée : papier ou numérique ? (méditation)

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum