"Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Aurore le Ven 4 Fév 2011 - 22:08

@Finrod a écrit:Celui là : http://www.marianne2.fr/Candide-face-au-chaos-de-l-Education-nationale_a202364.html?com#comments

Le commentaire 45 est .... intéressant dans la mesure ou en dehors de cela on ne voit pas beaucoup d'opposition frontales des deux points de vus. Dans les lycée et collège le débat est évité.

Je ne serais pas si catégorique...
Enfin, c'est surtout l'un des deux points de vue qu'on entend. humhum


Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par kensington le Ven 4 Fév 2011 - 22:25

Cet argument (du commentaire 45) selon lequel l'école d'avant laissait sur le carreau des milliers d'élèves (si tant que les "Républicains" veuillent revenir à cette école) ne vaut pas grand' chose. L'école d'aujourd'hui en accueille en effet beaucoup plus mais en fait réussir peu, moins bien au fil des ans et en faisant échouer de plus en plus les élèves en difficulté. Au final, il est bien possible qu'avec tous ses défauts, l'école d'avant était effectivement bien plus efficace!

(je me rends compte maintenant que le commentaire 45 au moment où Finrod a écrit n'est peut-être plus le même et pas celui que j'ai lu! Wink )

kensington
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Jean le Ven 4 Fév 2011 - 22:47

@Abraxas a écrit:Debout la république" tient convention sur l'Ecole demain à l'Assemblée nationale.
La Vieille Néotit y prendra la parole.
C'était elle ou moi… humhum

Ouais, c'est qui ça, la Vieille Néotit ?

Jean
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Abraxas le Sam 5 Fév 2011 - 5:55

@Jean a écrit:
@Abraxas a écrit:Debout la république" tient convention sur l'Ecole demain à l'Assemblée nationale.
La Vieille Néotit y prendra la parole.
C'était elle ou moi… humhum

Ouais, c'est qui ça, la Vieille Néotit ?

Elle passe de temps en temps sur Néo…
Accessoirement, c'est la vice-présidente du SNALC.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Leclochard le Sam 5 Fév 2011 - 9:01

@Al a écrit:
@deroute a écrit:Oui je comprends ton point de vue Al et je suis évidemment d'accord avec toi à propos de l'importance des matières que tu cites.
Ce qui me dérange c'est quand il évoque la possibilité de ne plus tenir compte de ces matières "exotiques" pour le bac... Je sais que la plupart de mes élèves (ou en tous cas leurs parents) continuent le latin pour la carotte que représentent les points au bac. Il y en a certains qui découvrent ainsi une matière qu'ils n'auraient pas connu autrement.
Mais je suis tout à fait d'accord pour que les matières principales soient davantage coéfficientées, ce n'est pas la question.

Je suis bien d'accord avec toi, pour le bac, nos matières "exotiques" en collège ne le sont plus en lycée. D'ailleurs je pense que le latin et le grec devraient faire partie d'un enseignement de tronc commun des classes L, qu'ils devraient correspondre à un choix d'options obligatoires dans les autres sections (au lieu de faire des trucs foireux comme MPS, L&S, etc) et ne devraient plus être relégués aux dernières heures de la journée/aux heures de pause du midi.

Pour ceux qui se posent des questions sur les programmes de sciences physiques au collège:
- les lois les plus compliquées vues au collège : U=RI en 4ème, P=mg en 3ème, et encore on balance le résultat sans expliquer (ah si on fait un graphe montrant la proportionnalité mais comme nos élèves ne savent pas ce qu'est une fonction linéaire, ne comprennent pas le sens physique du coefficient directeur, hein, bein on balance);
- surtout pas de par cœur: connaître 4 pauvres tests de reconnaissance d'ions c'est le mal, connaître des noms d'atomes c'est le mal (d'ailleurs savoir ce qu'est atome c'est presque le mal), connaître des formules chimiques c'est le mal, etc, alors il faut tout donner en devoir (et on les interroge sur quoi nos élèves?);
- savoir équilibrer une réaction chimique, savoir faire des conversions entre plusieurs unités, faire des exercices d'entraînement: ouh la la mais vous allez les tuer!
- la démarche d'investigation c'est le Graal: l'élève doit deviner tout seul une problématique, un protocole expérimental pour tester son hypothèse, faire des observations et une interprétation, avoir un regard critique sur son travail... euh mais ils ne savent même pas suivre un protocole à la lettre (et pour ceux qui ne savent pas à quoi ça ressemble, ça revient à suivre une recette de cuisine...)? pas grave, l'important c'est que l'élève construise son savoir
- chaque chapitre a son petit paragraphe sécurité: le laser pour les ombres en 5ème (vous voyez un rapport vous? moi pas), l'électrocution en mettant les doigts dans la prise secteur (même si en cours on travaille avec des piles 4,5V...) en 5ème, les dangers des acides en 3ème, les énergies renouvelables et les autres en 3ème (où est le rapport avec la physique? ah si, il y a énergie, euh oui mais on n'en parle pas vraiment en cours...), le feu en 4ème (pour les combustions), la distance de freinage en 3ème, etc
- en 5ème, on apprend à filtrer l'eau et que quand on met un sucre dans l'eau, il se dissout, on apprend que le métal conduit l'électricité mais pas le plastique, on s'intéresse aux ombres
- en 4ème, on apprend à faire une combustion et à mettre en évidence ce qui est alors produit, on voit la notion de réaction chimique mais uniquement pour la combustion, on équilibre des réactions dures comme C+O2 -> CO2 (et on se limite à deux réactions pas plus), on apprend quelques lois dans un circuit électrique (loi des mailles, loi des nœuds mais il est interdit de les appeler comme ça) et on fait joujou avec des lumières colorées
- en 3ème, on s'intéresse aux centrales électriques, on utilise un oscilloscope si le collège en a, on survole les notions de puissance et énergie électrique parce qu'on n'a pas le temps de finir le programme, on essaie de comprendre d'où vient la conduction électrique mais on ne prouve rien, on fait des tests de reconnaissance qu'il ne faut pas retenir, on fabrique une pile et on fait une synthèse chimique pour le plaisir (surtout pas de formules ni de réaction), on apprend que P=mg et on calcule l'énergie cinétique dans des cas très simples (une bille qui roule par exemple), on sait que l'énergie mécanique existe mais on ne donne pas sa formule (et du coup on n'y comprend rien mais c'est pas grave).

Quelle belle discipline ! C'était une de mes préférées !
C'est triste de voir qu'on la dénature. Sans apprentissage par coeur (noms des atomes, des ions etc...) et sans expérimentation pertinente, ça me paraît difficile d'aller loin. L'énergie nucléaire n'est jamais abordée ? Je comprends pourquoi les jeunes ne comprennent pas les enjeux environnementaux et ont si peu de goût pour les sciences.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Daphné le Sam 5 Fév 2011 - 9:03

@Abraxas a écrit:
@Jean a écrit:
@Abraxas a écrit:Debout la république" tient convention sur l'Ecole demain à l'Assemblée nationale.
La Vieille Néotit y prendra la parole.
C'était elle ou moi… humhum

Ouais, c'est qui ça, la Vieille Néotit ?

Elle passe de temps en temps sur Néo…
Accessoirement, c'est la vice-présidente du SNALC.

Tout le monde ou presque sur ce forum sait que la Vieille néotit est le pseudo de Claire Mazeron, Vice-Présidente du SNALC en charge de la pédagogie et auteur de "Autopsie du mammouth".
On la voit souvent à la télé.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Aurore le Sam 5 Fév 2011 - 9:09

@Leclochard a écrit:
@Al a écrit:Je suis bien d'accord avec toi, pour le bac, nos matières "exotiques" en collège ne le sont plus en lycée. D'ailleurs je pense que le latin et le grec devraient faire partie d'un enseignement de tronc commun des classes L, qu'ils devraient correspondre à un choix d'options obligatoires dans les autres sections (au lieu de faire des trucs foireux comme MPS, L&S, etc) et ne devraient plus être relégués aux dernières heures de la journée/aux heures de pause du midi.

Pour ceux qui se posent des questions sur les programmes de sciences physiques au collège:
- les lois les plus compliquées vues au collège : U=RI en 4ème, P=mg en 3ème, et encore on balance le résultat sans expliquer (ah si on fait un graphe montrant la proportionnalité mais comme nos élèves ne savent pas ce qu'est une fonction linéaire, ne comprennent pas le sens physique du coefficient directeur, hein, bein on balance);
- surtout pas de par cœur: connaître 4 pauvres tests de reconnaissance d'ions c'est le mal, connaître des noms d'atomes c'est le mal (d'ailleurs savoir ce qu'est atome c'est presque le mal), connaître des formules chimiques c'est le mal, etc, alors il faut tout donner en devoir (et on les interroge sur quoi nos élèves?);
- savoir équilibrer une réaction chimique, savoir faire des conversions entre plusieurs unités, faire des exercices d'entraînement: ouh la la mais vous allez les tuer!
- la démarche d'investigation c'est le Graal: l'élève doit deviner tout seul une problématique, un protocole expérimental pour tester son hypothèse, faire des observations et une interprétation, avoir un regard critique sur son travail... euh mais ils ne savent même pas suivre un protocole à la lettre (et pour ceux qui ne savent pas à quoi ça ressemble, ça revient à suivre une recette de cuisine...)? pas grave, l'important c'est que l'élève construise son savoir
- chaque chapitre a son petit paragraphe sécurité: le laser pour les ombres en 5ème (vous voyez un rapport vous? moi pas), l'électrocution en mettant les doigts dans la prise secteur (même si en cours on travaille avec des piles 4,5V...) en 5ème, les dangers des acides en 3ème, les énergies renouvelables et les autres en 3ème (où est le rapport avec la physique? ah si, il y a énergie, euh oui mais on n'en parle pas vraiment en cours...), le feu en 4ème (pour les combustions), la distance de freinage en 3ème, etc
- en 5ème, on apprend à filtrer l'eau et que quand on met un sucre dans l'eau, il se dissout, on apprend que le métal conduit l'électricité mais pas le plastique, on s'intéresse aux ombres
- en 4ème, on apprend à faire une combustion et à mettre en évidence ce qui est alors produit, on voit la notion de réaction chimique mais uniquement pour la combustion, on équilibre des réactions dures comme C+O2 -> CO2 (et on se limite à deux réactions pas plus), on apprend quelques lois dans un circuit électrique (loi des mailles, loi des nœuds mais il est interdit de les appeler comme ça) et on fait joujou avec des lumières colorées
- en 3ème, on s'intéresse aux centrales électriques, on utilise un oscilloscope si le collège en a, on survole les notions de puissance et énergie électrique parce qu'on n'a pas le temps de finir le programme, on essaie de comprendre d'où vient la conduction électrique mais on ne prouve rien, on fait des tests de reconnaissance qu'il ne faut pas retenir, on fabrique une pile et on fait une synthèse chimique pour le plaisir (surtout pas de formules ni de réaction), on apprend que P=mg et on calcule l'énergie cinétique dans des cas très simples (une bille qui roule par exemple), on sait que l'énergie mécanique existe mais on ne donne pas sa formule (et du coup on n'y comprend rien mais c'est pas grave).

Quelle belle discipline ! C'était une de mes préférées !
C'est triste de voir qu'on la dénature. Sans apprentissage par coeur (noms des atomes, des ions etc...) et sans expérimentation pertinente, ça me paraît difficile d'aller loin. L'énergie nucléaire n'est jamais abordée ? Je comprends pourquoi les jeunes ne comprennent pas les enjeux environnementaux et ont si peu de goût pour les sciences.

Mais puisqu'on vous dit qu'il faut désormais que les petits chéris "explorent" en cours !
Et attention à surtout ne pas mettre leurs neurones en surchauffe... lol!

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par doctor who le Sam 5 Fév 2011 - 9:17

@kensington a écrit:Cet argument (du commentaire 45) selon lequel l'école d'avant laissait sur le carreau des milliers d'élèves (si tant que les "Républicains" veuillent revenir à cette école) ne vaut pas grand' chose. L'école d'aujourd'hui en accueille en effet beaucoup plus mais en fait réussir peu, moins bien au fil des ans et en faisant échouer de plus en plus les élèves en difficulté. Au final, il est bien possible qu'avec tous ses défauts, l'école d'avant était effectivement bien plus efficace!

(je me rends compte maintenant que le commentaire 45 au moment où Finrod a écrit n'est peut-être plus le même et pas celui que j'ai lu! Wink )

Un article de Nathalie Bulle pour aller dans ton sens : le taux de redoublement à l'école primaire n'était pas du tout celui qu'on dit pour justifier les réformes des 70's !
http://skhole.fr/une-erreur-malencontreuse-retards-scolaires-et-r%C3%A9formisme-%C3%A9ducatif-des-ann%C3%A9es-soixante-dix

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Invité le Sam 5 Fév 2011 - 9:29

@Leclochard a écrit:
Quelle belle discipline ! C'était une de mes préférées !
C'est triste de voir qu'on la dénature. Sans apprentissage par coeur (noms des atomes, des ions etc...) et sans expérimentation pertinente, ça me paraît difficile d'aller loin. L'énergie nucléaire n'est jamais abordée ? Je comprends pourquoi les jeunes ne comprennent pas les enjeux environnementaux et ont si peu de goût pour les sciences.

L'expérimentation, je laisse peu à peu tomber en collège. Ça me désole mais je n'ai pas le choix. Je ne peux pas faire TP en toute sécurité avec plus de 24 élèves (je n'ai aucun dédoublement), je n'ai pas le matériel adéquat car nos budgets sont ridicules, et encore s'il n'y avait que ça... Le pire c'est les élèves. Incapables de garder une blouse et des lunettes sur le nez, incapables de suivre un protocole - tout ce qui les intéresse c'est mélanger tout ce qu'il y a sur la paillasse, incapables de faire une observation, encore moins une interprétation (ah bon fallait regarder Madame?), incapables de rédiger dans un français compréhensible... Pour eux, la science est un bac à sable...

On ne peut pas aborder l'énergie nucléaire en collège pour plusieurs raisons:
- il faut connaître les réactions nucléaires (qui mettent en jeu des atomes ET des particules avec des lois de conservation assez compliquées, qu'on pourrait certes passer sous silence)
- il faut comprendre d'où provient l'énergie de la fusion et de la fission, donc parler de la relation masse/énergie
- nos élèves ne savent pas calculer 6x7 sans leur portable (et même avec des fois ils ont du mal)
- nos élèves ne connaissent pas les priorités opératoires et sont incapables de faire une multiplication suivie d'une addition
- nos élèves ne savent pas ce qu'est un atome (même s'il y a tout un chapitre dessus), un noyau et une particule (complètement hors programme)
- etc

Et en ce qui concerne les enjeux environnementaux, la science n'a pas à prendre parti (elle explique les phénomènes, point), c'est aux élèves d'avoir un esprit critique. Et là... comment dire... No

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Mélane le Sam 5 Fév 2011 - 10:57

"Je veux qu’on révoque les proviseurs qui ne font pas régner l’ordre dans leur établissement. Ils devront respecter une charte nationale de sanctions minimales, parce que l’école doit redevenir impérativement sereine."

Absolument jouissif !!!!

Même si utopique...

"Enfin, je veux nettoyer le corps des inspecteurs pédagogiques et la haute administration de la gangrène idéologique qui pourrit de l’intérieur le ministère de l’Éducation nationale. Ainsi pourra-t-on revenir à des programmes scolaires sérieux et à une pédagogie qui privilégie le savoir, notamment par une meilleure formation des maîtres et des professeurs."

Il a lu le dernier livre de Coignard... et ne va pas se faire que des amis yesyes

Mélane
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par frankenstein le Sam 5 Fév 2011 - 11:13

@Mélane a écrit:"Je veux qu’on révoque les proviseurs qui ne font pas régner l’ordre dans leur établissement. Ils devront respecter une charte nationale de sanctions minimales, parce que l’école doit redevenir impérativement sereine."

Absolument jouissif !!!!

Pour l'instant, on sanctionne surtout les proviseurs qui excluent des élèves qui n'ont strictement rien à faire dans des classes où l'on veut apprendre. La seule chose que réussissent parfaitement ces "élèves", c'est mettre la pagaille et détruire l'école du savoir.
Il reste donc du chemin à parcourir...

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par John le Sam 5 Fév 2011 - 11:40

@Mélane a écrit:"Je veux qu’on révoque les proviseurs qui ne font pas régner l’ordre dans leur établissement. Ils devront respecter une charte nationale de sanctions minimales, parce que l’école doit redevenir impérativement sereine."
"Enfin, je veux nettoyer le corps des inspecteurs pédagogiques et la haute administration de la gangrène idéologique qui pourrit de l’intérieur le ministère de l’Éducation nationale."
Ca s'appelle des purges. Il n'y a même pas besoin de changer le vocabulaire : nettoyer, gangrène, pourrit...
Ca m'inquiète qu'un parlementaire puisse ainsi flatter un désir violent de purge et de purification, en promettant d'ailleurs des choses irréalisables : il s'imagine peut-être que les IA-IPR sont en CDD ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Mélane le Sam 5 Fév 2011 - 11:47

@John a écrit:
@Mélane a écrit:"Je veux qu’on révoque les proviseurs qui ne font pas régner l’ordre dans leur établissement. Ils devront respecter une charte nationale de sanctions minimales, parce que l’école doit redevenir impérativement sereine."
"Enfin, je veux nettoyer le corps des inspecteurs pédagogiques et la haute administration de la gangrène idéologique qui pourrit de l’intérieur le ministère de l’Éducation nationale."
Ca s'appelle des purges. Il n'y a même pas besoin de changer le vocabulaire : nettoyer, gangrène, pourrit...
Ca m'inquiète qu'un parlementaire puisse ainsi flatter un désir violent de purge et de purification, en promettant d'ailleurs des choses irréalisables : il s'imagine peut-être que les IA-IPR sont en CDD ?

Cette prose vengeresse me sied quant à moi... d'autant plus que nos chers CDE et IA-IPR ne sont pas menacés de mort, simplement de retourner devant leurs classes...

Mélane
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Marie Laetitia le Sam 5 Fév 2011 - 11:50

@John a écrit:
@Mélane a écrit:"Je veux qu’on révoque les proviseurs qui ne font pas régner l’ordre dans leur établissement. Ils devront respecter une charte nationale de sanctions minimales, parce que l’école doit redevenir impérativement sereine."
"Enfin, je veux nettoyer le corps des inspecteurs pédagogiques et la haute administration de la gangrène idéologique qui pourrit de l’intérieur le ministère de l’Éducation nationale."
Ca s'appelle des purges. Il n'y a même pas besoin de changer le vocabulaire : nettoyer, gangrène, pourrit...
Ca m'inquiète qu'un parlementaire puisse ainsi flatter un désir violent de purge et de purification, en promettant d'ailleurs des choses irréalisables : il s'imagine peut-être que les IA-IPR sont en CDD ?

en même temps, John, un licenciement pour faute grave, c'est possible même dans la fonction publique. Et certains CDE et IA-IPR ont suffisamment accumulé de fautes pour en faire l'expérience.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par John le Sam 5 Fév 2011 - 11:51

Les IA-IPR ne sont plus enseignants : ils ne retourneront donc jamais enseigner.

Et je peux vous assurer que plus d'un hésite avant de signer qu'il n'enseignera plus jamais.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par John le Sam 5 Fév 2011 - 11:52

@Marie Laetitia a écrit:
@John a écrit:
@Mélane a écrit:"Je veux qu’on révoque les proviseurs qui ne font pas régner l’ordre dans leur établissement. Ils devront respecter une charte nationale de sanctions minimales, parce que l’école doit redevenir impérativement sereine."
"Enfin, je veux nettoyer le corps des inspecteurs pédagogiques et la haute administration de la gangrène idéologique qui pourrit de l’intérieur le ministère de l’Éducation nationale."
Ca s'appelle des purges. Il n'y a même pas besoin de changer le vocabulaire : nettoyer, gangrène, pourrit...
Ca m'inquiète qu'un parlementaire puisse ainsi flatter un désir violent de purge et de purification, en promettant d'ailleurs des choses irréalisables : il s'imagine peut-être que les IA-IPR sont en CDD ?

en même temps, John, un licenciement pour faute grave, c'est possible même dans la fonction publique. Et certains CDE et IA-IPR ont suffisamment accumulé de fautes pour en faire l'expérience.
Ca vous semblerait à juste titre scandaleux que l'on vire actuellement des enseignants ou des inspecteurs pour non-conformité idéologique, mais ça ne te semblerait pas honteux que l'inverse se produise ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Marie Laetitia le Sam 5 Fév 2011 - 12:01

@John a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:
@John a écrit:
@Mélane a écrit:"Je veux qu’on révoque les proviseurs qui ne font pas régner l’ordre dans leur établissement. Ils devront respecter une charte nationale de sanctions minimales, parce que l’école doit redevenir impérativement sereine."
"Enfin, je veux nettoyer le corps des inspecteurs pédagogiques et la haute administration de la gangrène idéologique qui pourrit de l’intérieur le ministère de l’Éducation nationale."
Ca s'appelle des purges. Il n'y a même pas besoin de changer le vocabulaire : nettoyer, gangrène, pourrit...
Ca m'inquiète qu'un parlementaire puisse ainsi flatter un désir violent de purge et de purification, en promettant d'ailleurs des choses irréalisables : il s'imagine peut-être que les IA-IPR sont en CDD ?

en même temps, John, un licenciement pour faute grave, c'est possible même dans la fonction publique. Et certains CDE et IA-IPR ont suffisamment accumulé de fautes pour en faire l'expérience.
Ca vous semblerait à juste titre scandaleux que l'on vire actuellement des enseignants ou des inspecteurs pour non-conformité idéologique, mais ça ne te semblerait pas honteux que l'inverse se produise ?

Licencier quelqu'un pour non-conformité idéologique est effectivement scandaleux. Mais quel est cet inverse dont tu parles?
D'ailleurs, avant le licenciement, il y a la sanction. Et quand un CDE dissuade des enseignants, de manière systématique, de porter plainte, de sanctionner des comportements inadmissibles, il y a possibilité de sanctionner le CDE qui commet une faute en ne créant pas des conditions de travail pour les élèves et les professeurs. Avec menace de licenciement s'il n'accomplit pas la mission pour laquelle il est nommé. Il ne s'agit pas de faire tomber des têtes pour non respect d'une idéologie inverse de l'idéologie qui fait mourir l'école depuis trente ans. Mais de faire son travail ou pas.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Mélane le Sam 5 Fév 2011 - 12:06

@John a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:
@John a écrit:
@Mélane a écrit:"Je veux qu’on révoque les proviseurs qui ne font pas régner l’ordre dans leur établissement. Ils devront respecter une charte nationale de sanctions minimales, parce que l’école doit redevenir impérativement sereine."
"Enfin, je veux nettoyer le corps des inspecteurs pédagogiques et la haute administration de la gangrène idéologique qui pourrit de l’intérieur le ministère de l’Éducation nationale."
Ca s'appelle des purges. Il n'y a même pas besoin de changer le vocabulaire : nettoyer, gangrène, pourrit...
Ca m'inquiète qu'un parlementaire puisse ainsi flatter un désir violent de purge et de purification, en promettant d'ailleurs des choses irréalisables : il s'imagine peut-être que les IA-IPR sont en CDD ?

en même temps, John, un licenciement pour faute grave, c'est possible même dans la fonction publique. Et certains CDE et IA-IPR ont suffisamment accumulé de fautes pour en faire l'expérience.
Ca vous semblerait à juste titre scandaleux que l'on vire actuellement des enseignants ou des inspecteurs pour non-conformité idéologique, mais ça ne te semblerait pas honteux que l'inverse se produise ?

Je ne crois pas du tout que l'on soit dans un combat qui oppose une idéologie à une autre, dont toutes deux auraient une égale légitimité. Tout ne se vaut pas. On a dans un cas une idéologie, une vraie, qui a fini par se déconnecter totalement du réel. Dans l'autre, un discours qui "rate" peut-être aussi, sous certains aspects, la réalité, mais qui la "rate" mieux, pour paraphraser Beckett, c'est-à-dire qui la falsifie moins, qui en donne une vision plus juste.

Ce qui me semble scandaleux à moi:
1) c'est que l'on donne du pouvoir à des gens qui ne le méritent pas.
2) Et que l'on ne puisse pas révoquer des gens qui font mal leur travail.



Mélane
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Finrod le Sam 5 Fév 2011 - 13:16

@kensington a écrit:Cet argument (du commentaire 45) selon lequel l'école d'avant laissait sur le carreau des milliers d'élèves (si tant que les "Républicains" veuillent revenir à cette école) ne vaut pas grand' chose. L'école d'aujourd'hui en accueille en effet beaucoup plus mais en fait réussir peu, moins bien au fil des ans et en faisant échouer de plus en plus les élèves en difficulté. Au final, il est bien possible qu'avec tous ses défauts, l'école d'avant était effectivement bien plus efficace!

(je me rends compte maintenant que le commentaire 45 au moment où Finrod a écrit n'est peut-être plus le même et pas celui que j'ai lu! Wink )

Non les chiffres ne bougent pas, les nouveaux commentaires ne prennent pas le numéro 1 en décalant les autres.

Ce qui a attiré mon attention c'est que ce commentaire est très agressif, truffé d'accusations. Ce serait facile à Abraxas ne réduire une telle personne au silence en débat.
Mais un discours de ce type, totalement orienté vers la persuasion, la peur, le sentiment d'injustice, à grande échelle, ça créée la confusion et ça empêche d'avancer.

En fait j'ai l'impression de voir un discours politicien. Le but n'est pas d'argumenter mais de chercher le coup le plus bas, qu'il vienne d'arguments, de la production subjective de doutes, de la volonté de tenir le rôle de la victime...

D'ailleurs le discours est naif en plusieurs points, comme écrit par quelqu'un de jeune récitant une leçon. Brighelli voudrait se garder les meilleurs ? Mais il est déjà prof en prépa, il n'a qu'à fermer son blog et se la couler douce alors !

... voilà, en fait, ça m'a énervé, c'est un commentaire naif et médiocre.


Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Abraxas le Sam 5 Fév 2011 - 15:21

@Finrod a écrit:Brighelli voudrait se garder les meilleurs ? Mais il est déjà prof en prépa, il n'a qu'à fermer son blog et se la couler douce alors !

Oui, il en a la tentation, parfois.
Et je me demande souvent pourquoi il ne le fait pas.
Par masochisme, probablement.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Reine Margot le Sam 5 Fév 2011 - 15:28

ouais, moi aussi, je me bats, mais sur internet uniquement, mais je suis maso moi aussi... Rolling Eyes topela

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Abraxas le Mar 8 Fév 2011 - 6:40

Compte-rendu de la réunion de samedi dernier autour de Nicolas Dupont-Aignan et autres cadres et sympathisants de Debout la République, sur l'école.

"La reconstruction de l’école de la République Par Laurent Pinsolle, porte-parole de DLR.
" La reconstruction de l’école de la République. Hier se tenait la Convention Nationale sur l’école républicaine de Debout la République, qui réunissait Luc Ferry, Natacha Polony, Marc Le Bris, Claire Mazeron, Mickaël Devaux et Olivier Arsac. Des intervenants de grande qualité qui ont dessiné ce à quoi pourrait ressembler notre école. Un constat sévère « Les pessimistes sont des optimistes bien informés » : c’est par cette citation que Natacha Polony a débuté son intervention. Et il faut dire que tous les participants partageaient une grande noirceur dans leur portrait de l’éducation nationale Française aujourd’hui. Luc Ferry voit quatre problèmes majeurs : l’illettrisme, qui touche de manière stricte 10% des enfants (30% étant en difficulté au sens large), la violence, le fait que 20% des élèves sortent sans rien et la crise des vocations scientifiques. Claire Mazeron a parlé de « massification sans démocratisation » en soulignant que les enfants de cadres représentent 11% de la population mais 47% des élèves de Grandes Ecoles (contre 25 et 3% pour les enfants d’ouvriers). Tous ont souligné la baisse générale du niveau pour atteindre 82% de réussite au bac (et 98% sur deux ans !). Elle a également souligné la baisse du nombre de candidats au CAPES et la baisse de niveau des futurs professeurs, comme Marc Le Bris. Les raisons d’une telle déroute Les intervenants se sont très largement accordés sur ce sujet. La suppression du redoublement a notamment été évoquée par Claire Mazeron qui souligne qu’en 1995, 11% des élèves de 5ème redoublaient, chiffre tombé à 3.6% aujourd’hui. Les intervenants ont critiqué le fait de faire passer des élèves qui n’ont pas le niveau et qui ne rattrapent jamais le temps perdu (80% des enfants qui ne savent pas lire à la fin du CP ne rattraperont jamais ce retard). Ils ont tous fortement attaqué les méthodes pédagogistes et l’idéologie de l’enfant roi que l’école devrait seulement permettre de s’épanouir. Olivier Arsac nous a montré des documents ubuesques d’apprentissage à la lecture basés sur la forme globale des mots. Dans un brillant exposé, Natacha Polony a souligné le rôle de l’école pour faire des élèves des citoyens appartenant à une collectivité. Pour elle, l’épanouissement n’est pas le but, mais la conséquence. Comment refonder l’école de la République ? Là encore, les intervenants, malgré des cursus très différents, s’accordaient sur les solutions. Ils ont tous insisté sur la nécessité de revenir aux méthodes traditionnelles et réduire les enseignements exotiques qui diminuent les horaires des matières nobles jusqu’à l’absurde (4 heures de mathématiques en 1ère S à la prochaine rentrée contre 7 heures il y a dix ans, comme l’a dit Olivier Arsac). Tous ont également souligné le rôle du politique pour soutenir la réforme face à certains médias. Luc Ferry a insisté sur le CP, parlant de son projet de dédoubler les classes pour les écoles en difficulté. Mickaël Devaux a proposé trois grands axes : apprendre aux professeurs les raisons et l’exercice de l’autorité, développer leur jugement en matière de notation car les notes ont un rôle structurant, permettant de s’évaluer par rapport aux autres, et faire preuve d’humilité parce qu’enseigner est un art et que les sciences de l’éducation ne peuvent déterminer « la » meilleure façon d’enseigner. Nicolas Dupont-Aignan a clôturé la convention par un discours très proche de celui des intervenants. Au menu : l’utilisation du référendum, la revalorisation du traitement des professeurs qui souhaitent travailler davantage, l’augmentation des horaires pour les savoirs fondamentaux (Français, Maths, Histoire) parallèlement à la réduction des matières accessoires, la promotion du redoublement pour les élèves qui ne sont pas au niveau, la fin du collège unique par la mise en place d’un examen fin 5ème et l’ouverture à partir de la 4ème de voies spécialisées de réussite, la restauration de l’ordre en permettant aux professeurs, avec le proviseur, d’exclure en cas de violence grave et enfin l’instauration d’un uniforme pour les écoles qui le souhaitent pour atténuer la surenchère vestimentaire. Ce résumé ne donne qu’un petit aperçu de la richesse des interventions toutes plus passionnantes les unes que les autres. La réforme de l’éducation nationale mérite définitivement d’être un débat majeur en 2012. Par Laurent Pinsolle, porte-parole de DLR .

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Abraxas le Mar 8 Fév 2011 - 6:42

"Extrait du discours de NDA à la réunion consacrée à l'école le samedi 5 février 2011 "Se débarrasser du gras, pourquoi pas. Mais Xavier Darcos m’avait déjà expliqué après ses propres réductions d’effectifs qu’il n’en pouvait plus, qu’on avait atteint l’os. Désormais, CHATEL s’attaque au nerf ! Et si l’on prend un peu de hauteur, on découvre un tableau encore plus perfide. Car comprenons bien ce qu’il y a derrière ces coupes budgétaires. En fait, il y a derrière ces suppressions de postes une idéologie ultra libérale qui rejoint parfaitement les lubies libertaires que la gauche de Jack Lang - et de ses amis - a toujours défendues. Il y a ni plus ni moins que la même alliance entre les bobos et les libéraux que celle qui permet au MEDEF – par exemple - de faire venir de la main d’œuvre bon marché sur notre territoire pour faire baisser les salaires, sous couvert de fraternité entre les peuples. De la même manière, les bobos ont bonne conscience, et les libéraux font du business. Qui sont les seuls qui en pâtissent ? Comme toujours, les classes populaires et les classes moyennes qui sont en train de se faire massacrer par ce gouvernement Fillon. De la même manière qu’il est facile de défendre les sans-papiers quand on habite dans les beaux quartiers, et donc qu’on les voit jamais, il est encore plus facile de prôner l’anglais dès 3 ans à l’école quand on peut payer à ses enfants ACADOMIA tous les soirs, où les mettre dans les meilleures écoles privées. C’est exactement le pacte dont nous parle Sophie Coignard dans son dernier livre, un « pacte immoral » scellé entre des élites mondialisées qui ne voient pas d’un mauvais œil la libéralisation de l’enseignement - tant que leurs enfants vont à Henri IV et font les meilleures prépas - et des pédagogues bobos libertaires, convaincus de promouvoir l’égalité des chances en tirant tout le monde au même niveau : c’est–à-dire vers le bas.""

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Docteur OX le Mar 8 Fév 2011 - 7:48

On aura droit à une vidéo de cette réunion ?

Docteur OX
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Reine Margot le Mar 8 Fév 2011 - 7:53

@Abraxas a écrit:"Extrait du discours de NDA à la réunion consacrée à l'école le samedi 5 février 2011 "Se débarrasser du gras, pourquoi pas. Mais Xavier Darcos m’avait déjà expliqué après ses propres réductions d’effectifs qu’il n’en pouvait plus, qu’on avait atteint l’os. Désormais, CHATEL s’attaque au nerf ! Et si l’on prend un peu de hauteur, on découvre un tableau encore plus perfide. Car comprenons bien ce qu’il y a derrière ces coupes budgétaires. En fait, il y a derrière ces suppressions de postes une idéologie ultra libérale qui rejoint parfaitement les lubies libertaires que la gauche de Jack Lang - et de ses amis - a toujours défendues. Il y a ni plus ni moins que la même alliance entre les bobos et les libéraux que celle qui permet au MEDEF – par exemple - de faire venir de la main d’œuvre bon marché sur notre territoire pour faire baisser les salaires, sous couvert de fraternité entre les peuples. De la même manière, les bobos ont bonne conscience, et les libéraux font du business. Qui sont les seuls qui en pâtissent ? Comme toujours, les classes populaires et les classes moyennes qui sont en train de se faire massacrer par ce gouvernement Fillon. De la même manière qu’il est facile de défendre les sans-papiers quand on habite dans les beaux quartiers, et donc qu’on les voit jamais, il est encore plus facile de prôner l’anglais dès 3 ans à l’école quand on peut payer à ses enfants ACADOMIA tous les soirs, où les mettre dans les meilleures écoles privées. C’est exactement le pacte dont nous parle Sophie Coignard dans son dernier livre, un « pacte immoral » scellé entre des élites mondialisées qui ne voient pas d’un mauvais œil la libéralisation de l’enseignement - tant que leurs enfants vont à Henri IV et font les meilleures prépas - et des pédagogues bobos libertaires, convaincus de promouvoir l’égalité des chances en tirant tout le monde au même niveau : c’est–à-dire vers le bas.""

Incroyable, je suis d'accord avec un gars d'extrême-droite... Shocked

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Pseudo le Mar 8 Fév 2011 - 8:19

Juliette. Tyrolienne haineuse.




Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum