Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

Douchy-les-Mines (59), Calais (62), Provins, Aulnay-sous-Bois (93), Argenteuil (95), La Réunion... : des dizaines de villes supplémentaires n'appliqueront pas la réforme des rythmes à la rentrée 2014.

par John le Ven 2 Mai 2014 - 21:38
Dans le discours qu’il a prononcé au forum de L’Imaginaire à l’occasion du 1er-Mai, le maire Michel Lefebvre n’a pas été tendre envers le Premier ministre Manuel Valls et le Parlement dans son ensemble qui, l’avant-veille, avait voté le programme de stabilité. « Son plan d’économies est une torpille antisociale de plus, non pas pour que l’économie aille mieux mais pour satisfaire les voraces appétits des ogres de la finance », a-t-il martelé, dénonçant notamment les « onze milliards pompés sur les budgets des collectivités locales ». [...]

Or c’est dans ce contexte budgétaire qu’il est demandé aux communes d’appliquer les nouveaux rythmes scolaires. Et le maire d’annoncer son « opposition » à l’application de cette réforme « en son état actuel », et ce malgré les assouplissements présentés par le nouveau ministre de l’Éducation nationale Benoît Hamon. D’où une délibération présentée « très prochainement » au conseil municipal « contre la mise en place de la réforme ». À cela plusieurs motifs : le coût induit par la réforme, les inégalités qui en découlent (avec, d’un côté, les communes « riches » ou celles dont les parents ont les moyens de payer un surcoût ; de l’autre, les villes moins fortunées ou celles dont les parents ne peuvent s’acquitter d’un surcoût), la possibilité offerte aux écoles privées sous contrat de « s’affranchir de la mise en place de la réforme ».

« Dans les faits, le décret sur la réforme des rythmes scolaires introduit une inégalité de traitement entre les enfants, ce qui me paraît particulièrement révoltant », estime Michel Lefebvre, qui considère en outre que « si le retour à la semaine de quatre jours et demi est souhaitable, il doit être mis en œuvre de manière identique partout en France ». Enfin, selon lui, « nos dirigeants seraient plus inspirés d’engager un effort massif en direction des enfants et de la jeunesse pour remédier durablement à l’échec scolaire et à ses conséquences en matière de difficulté à trouver un emploi ».
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

L’annonce de Natacha Bouchart lors du conseil municipal de mercredi soir aurait presque pu passer inaperçue. Lors de la présentation du budget de fonctionnement, la sénatrice-maire qui rebondissait sur la baisse des dotations de l’État a annoncé avoir adressé une demande « pour obtenir le report de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, que nous ne pouvons assumer financièrement ».
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Appliquez-vous ces nouveaux rythmes scolaires à Provins où vous êtes maire?
Non. Nous avons estimé que pour notre commune de 13.000 habitants, l'application de la réforme nécessitait 85 animateurs à recruter pour des contrats de trois quarts d'heure d'activité par jour. Soit l'équivalent de six points d'impôts locaux. C'est cher pour faire de la halte-garderie ou des sculptures en pâte à sel. Les enseignants n'en veulent pas, les chefs d'établissement non plus, ni même les parents d'élèves. Alors pourquoi s'entêter?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La réforme des rythmes scolaires ne s'appliquera pas à la rentrée à Aulnay. Le conseil municipal a délibéré en ce sens mercredi soir, sous la houlette du nouveau maire UMP. Bruno Beschizza a proposé de « différer » la mise en place des nouveaux rythmes
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Après celui de Saint-Prix, deux autres maires du Val-d’Oise, à Herblay et Argenteuil, annoncent eux aussi qu’ils ne comptent pas appliquer à la rentrée scolaire de septembre la réforme des rythmes scolaires. «Je m’oppose à cette réforme par décret, imposée par l’État sans concertation avec les collectivités, annonce Philippe Rouleau, nouveau maire (Ump) d’Herblay. J’en ai informé la Dasen (direction académique des services de l’Éducation nationale). On a laissé aux collectivités territoriales le soin de s’organiser. Au départ, on n’a pas dit non. On a pris soin d’organiser une concertation très large. Et à une quasi unanimité, les parents sont contre. Quant aux fédérations de parents, trois sur quatre sont contre aussi.»

Selon Philippe Rouleau, appliquer la réforme pose un certain nombre de problèmes. La ville devrait recruter quatre-vingt-dix animateurs. «C’est colossal. Et je ne suis pas le seul à vouloir recruter. Du coup ce n’est pas évident de trouver des animateurs de qualité, ce qui pose la question de la sécurité des enfants.» Selon les calculs de la mairie, le coût de la réforme s’élève à 700 000 euros.

Herblay estime faire déjà suffisamment en terme d’activités périscolaires (les Tap, ou Temps d’activités périscolaires, dans la réforme). «On leur propose déjà de l’escrime, de l’initiation à l’opéra, au théâtre, poursuit le maire. Les parents en sont très contents. Donc on ne fait pas rien. Pourquoi mettrais-je en œuvre une réforme que personne ne veut, qui va coûter très cher sachant que l’État vient de diminuer de 300 000 euros nos recettes ? Ce serait irresponsable». À Argenteuil, même position pour Georges Mothron, nouveau maire (Ump). «J’ai pris rendez-vous avec le recteur de Versailles pour lui demander de sursoir à la réforme à Argenteuil à la rentrée prochaine. C’est totalement impossible à mettre en œuvre à l’heure actuelle à Argenteuil. Ou alors, que le recteur m’autorise à faire un test sur deux ou trois écoles. Il aurait fallu que les choses soient lancées depuis au moins trois mois. Mais rien n’avait été fait, tout avait été suspendu. Et en plus, cette réforme va coûter 1,5 million d’euros à la commune alors que nous héritons d’une situation financière difficile.» Sur le fond, il estime que cette réforme «ne va pas dans le sens du bien de l’enfant. Il faut donc une mise à plat.»

La FCPE s’en inquiète

Secrétaire générale de la Fcpe 95 et parent d’élève sur Herblay, Christine Padoin, souligne que sa fédération a été la seule des quatre fédérations représentées sur la ville d’Herblay à refuser de cautionner la décision du maire (Ump) et lui demande de revenir sur sa position. «Ce qui inquiète la Fcpe, c’est ce qu’il va advenir de nos enfants si les rythmes scolaires ne sont pas appliqués. Par exemple, le mercredi à 10h30, des Tap étaient prévus. Cela veut dire que les enfants d’Herblay (maternelle et élémentaire), le mercredi à partir de 10h30, seront livrés à eux-mêmes puisque n’étant plus sous la responsabilité des enseignants ni celle de la mairie, cette dernière refusant d’appliquer les rythmes scolaires. Il en va de même pour les sorties de classe si le préfet est amené à décider des horaires.»
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Il n'y aura pas de modification des rythmes scolaires dans la majorité des communes de La Réunion. Dans un communiqué publié ce jeudi 1er mai 2014, 15 maires annoncent qu'ils n'appliqueront pas la réforme à la rentrée prochaine, malgré les assouplissements proposés par Benoît Hamon, ministre de l'éducation nationale. A l'exception de Bras-Panon, toutes les villes de droite ont signé contre l'application du décret. Stéphane Fouassin, à l'origine de cette déclaration commune, dénonce "un racket de l'Etat". Pour les maires signataires, les municipalités seraient obligées d'augmenter les impôts en cas d'application de la loi.[...]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Dans un communiqué, quinze maires ont choisi d’annoncer leur refus d’appliquer la réforme des rythmes scolaires. Il s’agit des maires des communes de Cilaos, l’Entre-Deux, l’Étang-Salé, La Plaine Des Palmistes, Saint-André, Sainte-Marie, Sainte-Rose, Sainte-Suzanne, Saint-Louis, Saint-Paul, Saint-Philippe, Saint-Pierre, Salazie, Le Tampon et Trois-Bassins. Des communes toutes de droite à l’exception de Sainte-Suzanne

Ils mettent en avant "un contexte budgétaire de baisse des dotations de l’Etat de 11 milliards d’euros aux collectivités", l’absence de compensation, pérenne à l’euro près et la conséquence inévitable, liée à cette réforme, d’augmentation des impôts pour leurs concitoyens" pour expliquer leur position.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

« Pourquoi les communes expérimenteraient les rythmes scolaires ? Pourquoi le gouvernement n’a pas le courage d’expérimenter au plan national ? Je ne vois pas pourquoi les maires seraient responsables d’une modification du calendrier scolaire. » René Revol a argumenté assez fortement le texte d’une délibération proposé en conseil municipal pour le report de la mise en place des rythmes scolaires sur la commune. Texte qui avait été adressé dés la veille au Ministère de l’éducation.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Lundi soir, le maire de Pouldouran Hervé Lintanf a démarré le conseil en abordant le problème des activités périscolaires. « Nous n'avons pas fait beaucoup de chemin malgré les nombreuses réunions que nous avons tenues. Nous n'avons pas d'animateur, pas d'intervenant et pas les moyens de mettre cette réforme en route. Il faudrait mieux offrir des activités dans le cadre de l'école en présence de l'enseignant » précise t-il.

Les élus font état de la disparité avec le privé qui n'a pas cette obligation et ils s'inquiètent pour la gestion de ces nouvelles contraintes. « Qu'est-ce qu'on fait des enfants le mercredi à midi » interroge Jean-Marc Le Mazeau. Cathy Gautier-Duval évoque un ramassage possible avec le centre de loisirs pour y prendre leur repas et y passer l'après-midi.

Hervé Lintanf annonce une réunion avec la maire de Trédarzec le 12 mai à 18 h pour faire l'inventaire des locaux sur les deux communes du regroupement pédagogique et prendre une décision. « À ce jour, 2 400 maires se prononcent pour un report, une suspension ou une abrogation de la loi » indique t-il.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Douchy-les-Mines (59), Calais (62), Provins, Aulnay-sous-Bois (93), Argenteuil (95), La Réunion... : des dizaines de villes supplémentaires n'appliqueront pas la réforme des rythmes à la rentrée 2014.

par Ronin le Ven 2 Mai 2014 - 21:58
Le gouvernement était prévenu de longue date, tant mieux si ça leur pète à la figure.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Zenxya
Doyen

Re: Douchy-les-Mines (59), Calais (62), Provins, Aulnay-sous-Bois (93), Argenteuil (95), La Réunion... : des dizaines de villes supplémentaires n'appliqueront pas la réforme des rythmes à la rentrée 2014.

par Zenxya le Ven 2 Mai 2014 - 22:15
Concrètement, qu'est-ce que le gouvernement peut faire contre ces communes ? (faire charger les CRS !  Razz  ). Et même si le DASEN impose les horaires des écoles, ils ne peuvent imposer aux communes de recruter des animateurs.

_________________
Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres - La Boétie
La folie c’est faire toujours la même chose et s’attendre à un résultat différent - Albert Einstein
L'École est le lieu où l'on va s'instruire de ce que l'on ignore ou de ce que l'on sait mal pour pouvoir, le moment venu, se passer de maître - Jacques Muglioni
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Douchy-les-Mines (59), Calais (62), Provins, Aulnay-sous-Bois (93), Argenteuil (95), La Réunion... : des dizaines de villes supplémentaires n'appliqueront pas la réforme des rythmes à la rentrée 2014.

par Ronin le Ven 2 Mai 2014 - 22:20
Il peut faire les gros yeux et les décréter non-progressistes  Twisted Evil 

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
henriette
Médiateur

Re: Douchy-les-Mines (59), Calais (62), Provins, Aulnay-sous-Bois (93), Argenteuil (95), La Réunion... : des dizaines de villes supplémentaires n'appliqueront pas la réforme des rythmes à la rentrée 2014.

par henriette le Ven 2 Mai 2014 - 22:30
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Concrètement, qu'est-ce que le gouvernement peut faire contre ces communes ? (faire charger les CRS !  Razz  ). Et même si le DASEN impose les horaires des écoles, ils ne peuvent imposer aux communes de recruter des animateurs.
En effet.
Après, deux possibilités :
- soit la commune n'organise strictement rien : les enfants sont donc libérés après les horaires imposés par le DASEN : aux parents de les récupérer ou de se débrouiller pour les faire récupérer, ou de les inscrire à la garderie si elle existe (payante le plus souvent)
- soit la commune entre en "résistance", part du principe que les locaux des écoles sont sa propriété, et les cadenasse le mercredi matin ou le samedi matin, pour que personne ne puisse y entrer (un maire a annoncé qu'il ferait cela, je l'ai lu sur le forum, mais je ne sais plus où).
avatar
Zenxya
Doyen

Re: Douchy-les-Mines (59), Calais (62), Provins, Aulnay-sous-Bois (93), Argenteuil (95), La Réunion... : des dizaines de villes supplémentaires n'appliqueront pas la réforme des rythmes à la rentrée 2014.

par Zenxya le Ven 2 Mai 2014 - 22:40
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Il peut faire les gros yeux et les décréter non-progressistes  Twisted Evil 

Réactionnaires, contre les forces de progrès, corporatistes (?) .... ça risque de leur en toucher une sans faire bouger l'autre ! (un peu comme nous, non ?)
avatar
Zenxya
Doyen

Re: Douchy-les-Mines (59), Calais (62), Provins, Aulnay-sous-Bois (93), Argenteuil (95), La Réunion... : des dizaines de villes supplémentaires n'appliqueront pas la réforme des rythmes à la rentrée 2014.

par Zenxya le Ven 2 Mai 2014 - 22:46
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
En effet.
Après, deux possibilités :
- soit la commune n'organise strictement rien : les enfants sont donc libérés après les horaires imposés par le DASEN : aux parents de les récupérer ou de se débrouiller pour les faire récupérer, ou de les inscrire à la garderie si elle existe (payante le plus souvent)
- soit la commune entre en "résistance", part du principe que les locaux des écoles sont sa propriété, et les cadenasse le mercredi matin ou le samedi matin, pour que personne ne puisse y entrer (un maire a annoncé qu'il ferait cela, je l'ai lu sur le forum, mais je ne sais plus où).

Là, le risque est bien plus sérieux. Pour la première, on peut imaginer la grogne des parents, totalement légitime.
Pour la seconde, je me suis demandée si un préfet peut réquisitionner une école ? Après tout, c'est lui le représentant de l'état au niveau local.
avatar
henriette
Médiateur

Re: Douchy-les-Mines (59), Calais (62), Provins, Aulnay-sous-Bois (93), Argenteuil (95), La Réunion... : des dizaines de villes supplémentaires n'appliqueront pas la réforme des rythmes à la rentrée 2014.

par henriette le Ven 2 Mai 2014 - 23:00
A vrai dire, je ne sais pas, mais je pense que oui, le Préfet doit pouvoir faire cela. Mais c'est très délicat à mettre en place, si les gens sont très mobilisés localement, car il risque d'y avoir alors des dommages.

Pour la grogne des parents, elle sera réelle.
Mais c'est même pire : l'organisation risque d'être infernale pour certains.
Comme je le disais ailleurs, j'ai une copine qui habite à Meaux (ville de Copé, qui a dit qu'il ne mettrait rien en place), mère de 3 enfants scolarisés entre maternelle et primaire.
Rien n'étant mis en place, elle a voulu trouver une nounou en périscolaire pour ses trois enfants, mais les horaires de fin d'école (15h30) font qu'elle ne trouve pas, car les nourrices gardant déjà des bébés ne peuvent/veulent pas réveiller les tout petits pour être à la sortie de l'école si tôt.
avatar
Zenxya
Doyen

Re: Douchy-les-Mines (59), Calais (62), Provins, Aulnay-sous-Bois (93), Argenteuil (95), La Réunion... : des dizaines de villes supplémentaires n'appliqueront pas la réforme des rythmes à la rentrée 2014.

par Zenxya le Sam 3 Mai 2014 - 0:15
Augmenter la pause méridienne n'est pas non plus la solution. Quel merd...r ! c'est quasiment insoluble.
Et l'instigateur de tout ça n'en sera jamais comptable !

_________________
Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres - La Boétie
La folie c’est faire toujours la même chose et s’attendre à un résultat différent - Albert Einstein
L'École est le lieu où l'on va s'instruire de ce que l'on ignore ou de ce que l'on sait mal pour pouvoir, le moment venu, se passer de maître - Jacques Muglioni
avatar
doublecasquette
Devin

Re: Douchy-les-Mines (59), Calais (62), Provins, Aulnay-sous-Bois (93), Argenteuil (95), La Réunion... : des dizaines de villes supplémentaires n'appliqueront pas la réforme des rythmes à la rentrée 2014.

par doublecasquette le Sam 3 Mai 2014 - 8:22
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Augmenter la pause méridienne n'est pas non plus la solution. Quel merd...r ! c'est quasiment insoluble.
Et l'instigateur de tout ça n'en sera jamais comptable !

C'est insoluble.
Et l'instigateur de tout ça sera chaudement remercié pour avoir su, au bon moment, mettre un peu de pragmatisme dans une vision obsolète des devoirs de l'état-providence envers ses jeunes citoyens.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.
Contenu sponsorisé

Re: Douchy-les-Mines (59), Calais (62), Provins, Aulnay-sous-Bois (93), Argenteuil (95), La Réunion... : des dizaines de villes supplémentaires n'appliqueront pas la réforme des rythmes à la rentrée 2014.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum