Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par EU1 le Dim 21 Sep - 11:12

@Seifer a écrit:
@linkus a écrit:Je vais sans doute choquer des neos mais s'il s'avère que Le Pen est au second tour avec Sarkozy, je crois bien que je voterais Le Pen pour ne pas avoir l'autre.
Aussi choquant que cela puisse paraître, même moi (et d'autres), membre d'un parti d'extrême gauche, si je dois voter à un second tour de ce type, ce sera Le Pen et non Sarko. Le choix sera entre le vote blanc et le vote FN. En sachant que je ne souhaite vraiment, mais vraiment pas que Sarko retrouve son poste, le vote Le Pen n'est pas loin. Et pourtant, je suis sûr que j'en chialerai si je dois en arriver à là.

Triste pays, politiquement parlant...


Ça n'est pas étonnant du tout. Extrême droite comme extrême gauche, on joue sur les peurs et les clivages... les deux me font aussi peur l'un que l'autre.

Et qu'un enseignant vote pour l'extrême droite me terrifie également. On se demande si certains ont fait des études.


Dernière édition par EU1 le Dim 21 Sep - 11:15, édité 3 fois

EU1
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par Lefteris le Dim 21 Sep - 11:14

@ylm a écrit:Ce qui s'annonce, c'est une catastrophe démocratique comme le pays en a rarement (jamais?) connu.

Sarkozy, pour des raisons qui m'échappent, vu qu'il a perdu toutes les élections sous son mandat et pas fait grand chose, même de droite, bénéficie d'une forte popularité chez les sympathisants UMP. Il va donc facilement emporter la présidence du parti, puis la primaire à droite.

Vu l'état de la gauche, on aura donc un 2nd tour à la présidentielle Sarkozy / Le Pen, que Sarkozy remportera sans difficulté mais mal, avec une abstention massive.

On va se retrouver avec un président mal élu et détesté d'une bonne partie de la population. Sombre perspective.
Scénario très probable hélas, issu de stratégies n'ayant pas en vue l'intérêt public, mais l'obtention du pouvoir pour le pouvoir. Et moins les gens croiront en la démocratie du fait de telles manœuvres, ou de passages en force comme le Traité de Lisbonne, plus il en sera ainsi, et ainsi de suite. Cercle vicieux... Crying or Very sad

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par chessfiend le Dim 21 Sep - 11:35

@EU1 a écrit:
@Seifer a écrit:
@linkus a écrit:Je vais sans doute choquer des neos mais s'il s'avère que Le Pen est au second tour avec Sarkozy, je crois bien que je voterais Le Pen pour ne pas avoir l'autre.
Aussi choquant que cela puisse paraître, même moi (et d'autres), membre d'un parti d'extrême gauche, si je dois voter à un second tour de ce type, ce sera Le Pen et non Sarko. Le choix sera entre le vote blanc et le vote FN. En sachant que je ne souhaite vraiment, mais vraiment pas que Sarko retrouve son poste, le vote Le Pen n'est pas loin. Et pourtant, je suis sûr que j'en chialerai si je dois en arriver à là.

Triste pays, politiquement parlant...


Ça n'est pas étonnant du tout. Extrême droite comme extrême gauche, on joue sur les peurs et les clivages... les deux me font aussi peur l'un que l'autre.

Et qu'un enseignant vote pour l'extrême droite me terrifie également. On se demande si certains ont fait des études.

Mettre l'extrême gauche dans le même sac que l'extrême droite est une erreur ! D'ailleurs, le vote de protestation, c'est l'extrême gauche et je ne comprends pas que des déçus du P.S virent à droite... Déçus de la gauche ? Normal, le P.S n'est PAS la vraie gauche. Le P.S tout comme l'UMP est trop dépendant du capitalisme. L'extrême gauche est contre toute forme de racisme et se bat contre les inégalités. En quoi est-ce effrayant ?
Il faudrait juste que l'extrême gauche devienne crédible :

1) En cessant d'être dans le constat (avec lequel tout le monde est d'accord) et en proposant un programme clair, avec des projets de lois.
2) En cessant de se diviser pour des broutilles (front de gauche, NPA, lutte ouvrière, trop de partis d'extrême gauche, un seul suffirait)
3) En se débarrassant de cette étiquette "extrême" qui fait peur. J'aime bien l'appellation "anti-capitaliste".
4) Quand les gens se rendront compte que le système actuel n'est plus possible. Je ne suis pas économiste, mais il faudrait peut-être inventer un système économique qui n'écrase pas les plus pauvres tout en profitant toujours aux mêmes... Mais ça, ceux qui détiennent le pouvoir de notre pseudo démocratie n'y tiennent pas...

chessfiend
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par User5899 le Dim 21 Sep - 12:52

@roxanne a écrit:C'est que je ne pardonne pas à Hollande, que son incompétence à mener une politique de gauche nous ramènent triomphant Sarkozy et surtout une droite décomplexée qui n'aura plus aucune limite. Il n' y a qu'à voir ce que nous prépare le MEDEF;;
On jugera Hollande dans deux ans.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par User5899 le Dim 21 Sep - 12:53

@MUTIS a écrit:le retour de Sarkozy est sans doute une bonne nouvelle pour la gauche.
En tout cas, pour moi, le retour de Sarkozy me rappelle que Hollande, même s'il a des défauts, est moins pourri que la clique de Neuilly et tous ses sbires.
Et définitivement, je préfère Taubira à MAM, Belkacem à Rachida Dati, Fleur Pellerin à Nadine Morano...
Il est vrai que le parti des nantis, des fils à papa et des héritiers n'a jamais eu vraiment besoin d'intelligence. L'argent lui suffit.
Moi qui ne suis pas un laudateur de Hollande, je suscris en tous points à ces propos.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par Condorcet le Dim 21 Sep - 13:01

Sur le plan des réalisations concrètes, il s'agit de bonnet blanc et blanc bonnet :
- blanc-seing à l'eurocratie,
- déficit abyssal des comptes publics conjugué à une politique de sous-investissement public/ démantèlement des dernières strates de l'Etat-providence,
- atlantisme forcené,
- politique de l'offre
....

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par Olympias le Dim 21 Sep - 13:04

Attention, attention, ce soir, l'aigle Hortefeux passe à la radio !

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par stench le Dim 21 Sep - 13:07

@Olympias a écrit:Attention, attention, ce soir, l'aigle Hortefeux passe à la radio !

Oh, je l'avais oublié, lui, dans la clique des anciens qui me rendent malade No

stench
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par MUTIS le Dim 21 Sep - 13:12

@Condorcet a écrit:Sur le plan des réalisations concrètes, il s'agit de bonnet blanc et blanc bonnet :
- blanc-seing à l'eurocratie,
- déficit abyssal des comptes publics conjugué à une politique de sous-investissement public/ démantèlement des dernières strates de l'Etat-providence,
- atlantisme forcené,
- politique de l'offre
....

Pour l'EN ce n'est pas blanc bonnet et bonnet blanc...
Et puis ce discours du "tous pareils" ou du "tous pourris" commence à m'irriter.
Regardez les projets de l'UMP (et de Sarkozy avant) pour l'EN, vous verrez que ce n'est pas la même chose.
La seule obsession de la droite a été, cette dernière décennie, de dénoncer les fonctionnaires, de taper sur des gens qui ne sont pas responsables de leur recrutement ou de leur nombre, de cracher sur les soi-disant privilèges de la fonction publique. Tout en défendant les salaires indécents des banquiers, des vrais privilégiés et des héritiers au nom de leur supposé mérite. Ce discours n'est pas celui de la gauche.
Quant à Hollande, ce n'est pas un magouilleur à la Sarko avec des casseroles plein la cuisine.  Tiens ! il me deviendrait presque sympathique avec son scoot et ses histoires de cul.


Dernière édition par MUTIS le Dim 21 Sep - 13:13, édité 1 fois

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par Olympias le Dim 21 Sep - 13:12

@stench a écrit:
@Olympias a écrit:Attention, attention, ce soir, l'aigle Hortefeux passe à la radio !

Oh, je l'avais oublié, lui, dans la clique des anciens qui me rendent malade No

Avec certains, ce sera Voyage au centre de la bêtise, Le tour du monde en 80 conner , L'île dangereuse, Les enfants du capitaine Sarkozy

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par Lefteris le Dim 21 Sep - 13:13

Cripure a écrit:
@MUTIS a écrit:le retour de Sarkozy est sans doute une bonne nouvelle pour la gauche.
En tout cas, pour moi, le retour de Sarkozy me rappelle que Hollande, même s'il a des défauts, est moins pourri que la clique de Neuilly et tous ses sbires.
Et définitivement, je préfère Taubira à MAM, Belkacem à Rachida Dati, Fleur Pellerin à Nadine Morano...
Il est vrai que le parti des nantis, des fils à papa et des héritiers n'a jamais eu vraiment besoin d'intelligence. L'argent lui suffit.
Moi qui ne suis pas un laudateur de Hollande, je suscris en tous points à ces propos.
Moi aussi mais en vertu de ceci :
Δυοῖν κακοῖν προκειμένοιν τὸ μὴ χεῖρον βέλτιστον  Crying or Very sad Sad No

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par MUTIS le Dim 21 Sep - 13:15

@Olympias a écrit:Attention, attention, ce soir, l'aigle Hortefeux passe à la radio !

La caste de Neuilly est de retour ! Twisted Evil

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par Reine Margot le Dim 21 Sep - 13:31

@MUTIS a écrit:
@Olympias a écrit:Attention, attention, ce soir, l'aigle Hortefeux passe à la radio !

La caste de Neuilly est de retour ! Twisted Evil

On est Neu-Neu, on est Neu-Neu, on est Neuilléens!

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par User5899 le Dim 21 Sep - 13:33

Laughing

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par chessfiend le Dim 21 Sep - 13:33

Par rapport à ce que je viens de lire au dessus : ok, Hollande et le P.S sont "moins pires" que la droite, mais franchement, cela ne me suffit plus et un jour viendra où nous serons des millions... furieux


Dernière édition par chessfiend le Dim 21 Sep - 13:55, édité 1 fois

chessfiend
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par tiptop77 le Dim 21 Sep - 13:34

@Reine Margot a écrit:
@MUTIS a écrit:
@Olympias a écrit:Attention, attention, ce soir, l'aigle Hortefeux passe à la radio !

La caste de Neuilly est de retour ! Twisted Evil

On est Neu-Neu, on est Neu-Neu, on est Neuilléens!

Laughing

tiptop77
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par Reine Margot le Dim 21 Sep - 13:38

car oui, le retour de Sarkozy en 2017 ce serait aussi ça:



Alors curieusement le sketch sur Jean Sarkozy a été retiré de You Tube mais on peut le voir ici

http://www.quelatele.com/video/265/jean-sarkozy-par-louise-bourgoin-lu-a-la-tv/


Dernière édition par Reine Margot le Dim 21 Sep - 13:43, édité 1 fois

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par MUTIS le Dim 21 Sep - 13:38

@chessfiend a écrit:Par rapport à ce que je viens de lire au dessus : ok, Hollande et le P.S sont "moins pire" que la droite, mais franchement, cela ne me suffit plus et un jour viendra où nous serons des millions... furieux

Qui est ce "nous" ?
Les électeurs de Marine ?

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par e-Wanderer le Dim 21 Sep - 13:47

@MUTIS a écrit:
@Condorcet a écrit:Sur le plan des réalisations concrètes, il s'agit de bonnet blanc et blanc bonnet :
- blanc-seing à l'eurocratie,
- déficit abyssal des comptes publics conjugué à une politique de sous-investissement public/ démantèlement des dernières strates de l'Etat-providence,
- atlantisme forcené,
- politique de l'offre
....

Pour l'EN ce n'est pas blanc bonnet et bonnet blanc...
Et puis ce discours du "tous pareils" ou du "tous pourris" commence à m'irriter.
Regardez les projets de l'UMP (et de Sarkozy avant) pour l'EN, vous verrez que ce n'est pas la même chose.
La seule obsession de la droite a été, cette dernière décennie, de dénoncer les fonctionnaires, de taper sur des gens qui ne sont pas responsables de leur recrutement ou de leur nombre, de cracher sur les soi-disant privilèges de la fonction publique. Tout en défendant les salaires indécents des banquiers, des vrais privilégiés et des héritiers au nom de leur supposé mérite. Ce discours n'est pas celui de la gauche.
Quant à Hollande, ce n'est pas un magouilleur à la Sarko avec des casseroles plein la cuisine.  Tiens ! il me deviendrait presque sympathique avec son scoot et ses histoires de cul.

Mais d'un autre côté, on peut reprocher à la gauche d'avoir restauré les IUFM sous la forme des ESPE, d'avoir réformé le CAPES dans le sens voulu par les pédagogues fous et au détriment des contenus disciplinaires. Je maintiens que la gauche, malgré l'argent qu'elle consacre à l'éducation, fait autant de dégâts que la droite. Des dégâts différents, mais des dégâts quand même. La droite confie l'éducation à des boutiquiers sans scrupules, la gauche à des idéologues.

Pour l'essentiel, c'est kif-kif : salaires bloqués, système de mutations absurde, établissements sensibles en perdition etc. Il me semble que la crise des recrutements s'accentue de façon inquiétante, il serait temps de se demander pourquoi…

Je défie quiconque de m'expliquer quelle différence claire il y a, pour les universités, entre Mme Pécresse et Mme Fioraso : c'est EXACTEMENT la même chose ! (Ah ! si… Mme Fioraso a organisé des Assises de l'Enseignement Supérieur lors de son arrivée pour faire semblant d'écouter la communauté universitaire, mais ses représentants ont soigneusement verrouillé les débats et n'ont tenu compte d'aucune des propositions qui ont été faites. Dire que j'ai été assez bête pour perdre 3 jours pour y participer ! Je suis membre élu du Conseil Scientifique de mon université, qui m'a mandaté pour participer à ces assises, mais j'ai pu prendre la parole seulement deux fois. Deux fois une minute…).

Du côté de la politique européenne, c'est pareil : le traité transatlantique, on y aura droit avec le PS comme avec l'UMP (et c'en sera fini de notre système social, car je ne vois pas comment on pourra maintenir nos prix face à des pays qui font financer la santé et l'assurance chômage par l'individu, et où les biens de consommation sont logiquement beaucoup moins chers que chez nous).

Pour ma part, je voterai pour un souverainiste modéré (style Chevènement ou Dupont-Aignan) si l'occasion m'en est donnée. Sans grand espoir de le voir dépasser 5%, mais parce que ce sont mes idées et que si on ne vote pas pour les gens qui défendent nos idées, on a peu de chance de les voir un jour émerger. Après, que ce soit Hollande ou Sarkozy, je n'y vois même pas de différence de style : Morano ou Cahuzac, Thévenoud ou Lefebvre, Morelle ou Hortefeux, Bricq ou Wœrth, c'est la même engeance. Le Fouquet's ou le scooter rue du Cirque, ce n'est que l'écume d'un pouvoir en perdition et de valeurs qui se délitent.

J'ai vaguement plus de sympathie pour le personnage de Hollande que pour Sarkozy (ce qui n'est pas bien difficile !), mais ça s'arrête là et je ne vote pas pour quelqu'un parce que je préfère trois blagounettes foireuses à un "casse-toi pauv'con" consternant. Il y a de fortes chances que je reste chez moi au second tour… On va déjà se taper un branquignol à coup sûr, alors qu'on ne me demande pas en plus de cautionner ça.

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par Olympias le Dim 21 Sep - 13:51


Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par chessfiend le Dim 21 Sep - 13:57

@MUTIS a écrit:
@chessfiend a écrit:Par rapport à ce que je viens de lire au dessus : ok, Hollande et le P.S sont "moins pire" que la droite, mais franchement, cela ne me suffit plus et un jour viendra où nous serons des millions... furieux

Qui est ce "nous" ?
Les électeurs de Marine ?

Ah non, surtout pas ! Mais là encore, contestation = vote FN dans l'esprit des gens ! C'est dingue ça ! Il n'y a que trois partis en France ?

chessfiend
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par MUTIS le Dim 21 Sep - 14:06

Condorcet,
Votre discours se tient et on peut y souscrire.
J'ai les mêmes réticences que vous à propos des dérives "pédagogistes" à la mode.
Mais je maintiens tout de même une différence : je crois que le démantèlement de l'EN aurait suivi une accélération en cas de succès de la droite. La formation des jeunes enseignants n'aurait pas été rétablie et les statuts auraient sûrement changé avec un grand risque de voir les horaires des enseignants (et les vacances) bouleversés. C'est un des fantasmes de la droite depuis longtemps. Moins d'enseignants et des charges beaucoup plus lourdes pour ceux qui resteraient avec à la clef une progression du salaire plusieurs fois annoncée, jamais réalisée.
Les fonctionnaires en général sont les boucs émissaires de la crise dans la pensée libérale. S'il y a des problèmes, ce n'est pas à cause de la vénalité des plus riches, ce n'est pas à cause des responsables économiques et de l'explosion des dividendes ou des salaires des décideurs... ce serait à cause des avantages acquis des fonctionnaires. Et la seule constante de la droite a été de surfer sur cette vague démagogique anti-fonctionnaire grossie par toute sortes de fantasmes, de jalousies ou de frustrations dans l'opinion publique. La seule différence entre les deux camps est là : on tape sur les fonctionnaires ou les modestes, les démunis, ceux qui touchent le RSA à droite. Il me semble que la gauche a une autre approche. Et au final c'est une différence énorme. De plus l'inculture militante des gens de droite que je connais, leur anti-humanisme chronique me hérissent le poil. Désolé, Morano, Hortefeux, Woerth, Sarkozy et cie, je coince.

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par Schéhérazade le Dim 21 Sep - 14:27

Pour les sympathisants de droite que je connais, les choses sont claires: les salaires des fonctionnaires, à commencer par ceux des professeurs, doivent diminuer. Ils estiment qu'un agrégé est surpayé pour son travail effectif, que les conditions de salaire, de travail et d'embauche se sont tellement dégradées dans le privé, y compris pour ceux qui sortent d'écoles d'ingénieur et de commerce, qu'il leur est devenu intolérable de nous financer des salaires pareils, parfois supérieurs aux leurs, avec leurs impôts. Ils veulent du pouvoir d'achat, faire baisser la dette publique, et tiennent nos statuts pour un obstacle à la croissance. Quand je réponds en évoquant la crise du recrutement, ils répondent que les conditions de travail en sont la cause, non les salaires. Et de toute façon, ils sont bien décidés à nous sacrifier sur l'autel des finances publiques et de la crise, ils sont persuadés de bénéficier à terme de la dégradation de nos conditions de vie. De toute façon, il ne voient pas comment la qualité de l'enseignement donné à leurs enfants pourrait encore se dégrader, vu ce qu'elle est déjà. Les dirigeants de l'UMP ne font que suivre une partie de l'opinion publique.
Affligeante situation, affligeantes perspectives.

Schéhérazade
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par Jacq le Dim 21 Sep - 14:42

Précaution pour ce soir : ne pas regarder le 20h de France 2.

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelles stratégies pour supporter le retour de la sarkomania ?

Message par e-Wanderer le Dim 21 Sep - 15:32

@Schéhérazade a écrit:Pour les sympathisants de droite que je connais, les choses sont claires: les salaires des fonctionnaires, à commencer par ceux des professeurs, doivent diminuer. Ils estiment qu'un agrégé est surpayé pour son travail effectif, que les conditions de salaire, de travail et d'embauche se sont tellement dégradées dans le privé, y compris pour ceux qui sortent d'écoles d'ingénieur et de commerce, qu'il leur est devenu intolérable de nous financer des salaires pareils, parfois supérieurs aux leurs, avec leurs impôts. Ils veulent du pouvoir d'achat, faire baisser la dette publique, et tiennent nos statuts pour un obstacle à la croissance. Quand je réponds en évoquant la crise du recrutement, ils répondent que les conditions de travail en sont la cause, non les salaires. Et de toute façon, ils sont bien décidés à nous sacrifier sur l'autel des finances publiques et de la crise, ils sont persuadés de bénéficier à terme de la dégradation de nos conditions de vie. De toute façon, il ne voient pas comment la qualité de l'enseignement donné à leurs enfants pourrait encore se dégrader, vu ce qu'elle est déjà. Les dirigeants de l'UMP ne font que suivre une partie de l'opinion publique.
Affligeante situation, affligeantes perspectives.

Inversement, on peut se dire cyniquement que la logique libérale ne peut que profiter aux professeurs. Attention, qu'on s'entende bien ! Je ne la défends en aucune sorte, c'est absolument contraire à mon idéal républicain (cf. infra). Mais je fais quand même ce petit raisonnement :

Dans l'état actuel, on déplace des gens à 600 bornes de chez eux (c'est le cas pour 60% de mes étudiants) pour devenir TZR dans l'académie de Créteil. Ils n'ont pas les moyens de se loger dans Paris intra muros (ou alors dans un clapier, et en ajoutant les frais de transport et la fatigue) et ils affrontent des situations d'enseignement proprement ahurissantes. Ils doivent rester là 5 ou 10 ans pour avoir les points suffisants pour redescendre dans leur région d'origine (et de nouveau, en changeant d'académie, repartir en bas de l'échelle des points et se taper les établissements pourris).

Je me souviens avoir eu une conversation avec une collègue de Toulouse, sur ce forum, qui disait son écœurement d'être en poste à Créteil alors qu'elle voyait qu'on recrutait des vacataires dans son académie d'origine. Mais elle ne pouvait pas retourner chez elle, faute de points. Ubuesque ! En clair : l'Etat organise la répartition de la pénurie sur l'ensemble du territoire, pour que ça ne se voie pas trop.

D'où cette question : quel intérêt ces jeunes collègues ont-il de voter PS ? Mutations non souhaitées, salaires bloqués, heures sup' refiscalisées (et, pas d'hypocrisie : on sait tous parfaitement qu'en début de carrière, ça met du beurre dans les épinards)… Réponse : AUCUN intérêt !

Si Sarkozy permet aux chefs d'établissement de négocier le recrutement de gré à gré avec les enseignants, les collègues dans cette situation pourront tout simplement rentrer chez eux sans attendre 10 ans dans des conditions déplorables à Créteil. Le problème, c'est de savoir QUI, dans ces conditions, va bien vouloir aller enseigner dans les collèges pourris de Créteil. En fait, la droite s'en f** complètement, parce que ce n'est pas sa clientèle. Alors pour les pauvres et les immigrés, on pourra bien recruter qui on voudra. Des animateurs, en somme…

Qu'on ne me sorte pas l'argument de l'emploi à vie, car on s'en moque un peu : on manque de profs, et ce n'est pas près de changer ! J'ai vécu pendant 10 ans avec une jeune prof qui avait démissionné de son CAPES pour ne pas subir les mutations forcées et préférait proposer ses services comme vacataire : elle trouvait sans aucun problème, dans le public comme dans le privé, et si elle tombait dans un établissement pourri, elle écrivait pour dire qu'elle s'en allait. Au moins, ça la mettait à l'abri de la dépression.

Pour ma part, je ne suis pas favorable à ce système. 1) parce que c'est contraire au principe républicain de l'égalité des chances (qui suppose de garantir la même qualité d'enseignement sur tout le territoire). 2) parce que je ne suis pas concerné (j'enseigne à la fac). Mais je ne veux surtout pas être donneur de leçons ! Si j'étais jeune certifié/agrégé débutant, je préférerais sans doute rester près de chez moi et négocier directement mon embauche et mon salaire avec un chef d'établissement, j'aurais TOUT à y gagner.

Tout ça pour dire que nous sommes peut-être bien bêtes de nous accrocher à nos statuts à une période où on a besoin de profs et où on manque cruellement de gens compétents. La loi de l'offre et de la demande nous est favorable, et donc l'adoption de règles libérales serait évidemment à notre avantage. Si j'y suis hostile, c'est surtout pour des raisons de morale politique, mais pas du tout pour des raisons d'intérêt ! Il me semble au contraire que si on appliquait les mesures chères aux Figaronautes, les "anti-profs" seraient bien obligés de revoir un peu leurs préjugés et de mettre la main à la poche (pas grave, ils ont les moyens). Les vrais dindons de la farce ne seraient certainement pas les profs : ce seraient les gosses des banlieues difficiles. Et c'est pour ça que Sarkozy est insupportable.

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum