Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Neronismater
Niveau 7

Recherche texte sur le respect pour punition

par Neronismater le Jeu 24 Sep 2015 - 11:53
Bonjour à tous, suite à une discussion improductive et houleuse avec une morveuse de seconde qui s'est permis de me taxer de "bizarre" au prétexte que je "prenais tout mal" (sic), je cherche pour lui faire copier un texte, littéraire ou issu d'un manuel de morale par exemple, sur le respect dû aux enseignant. Une navrante recherche google ne m'ayant menée qu'à des choses du genre "enseignants soyez respectables pour être respectés" Twisted Evil , je fais appel à vos lumières!
Merci...

_________________
Oderint, dum metuant!
avatar
nlm76
Esprit éclairé

Re: Recherche texte sur le respect pour punition

par nlm76 le Ven 25 Sep 2015 - 8:59
Pas de moraline, s'il vous plaît! Collez-la deux heures et faites lui copier et apprendre par cœur «L'étranger» (dans les PPP de Baudelaire).

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
chewing-huitre
Niveau 3

Re: Recherche texte sur le respect pour punition

par chewing-huitre le Ven 25 Sep 2015 - 12:31
J'avais fait copier un long extrait de Critique de la raison pure (sans le moindre rapport avec l'incident en question).

Puis j'ai déchiré la copie rendue car il y avait des oublis et des erreurs.

Je lui ai donc demandé de recommencer.

Au total, cela lui a pris quatre heures de son précieux temps.

I love you



_________________
Ils zont zété? Ils le sont-z-encore... Ils le seront-z-à jamais! Si ma haine ira-t-à eux, leur-z-amour ira-t-à-moi!
Annalucia
Niveau 6

Re: Recherche texte sur le respect pour punition

par Annalucia le Lun 19 Oct 2015 - 18:53
C'est peut-être un peu tard pour te répondre mais ça ne m'a pas l'air mal :

http://blog.crdp-versailles.fr/declicsvt/public/Punitions_pedagogiques/Punition_4_-_insulte_enseignant.pdf

http://blog.crdp-versailles.fr/declicsvt/public/Punitions_pedagogiques/Punition_17_-_insolence.pdf

Après, tu peux toujours les adapter Smile
Invité El
Esprit éclairé

Re: Recherche texte sur le respect pour punition

par Invité El le Lun 19 Oct 2015 - 19:09
L'an dernier, j'avais pondu ça pour 4h de colle:



Exercice 1

Pour donner plus de piquant à la satire de la cour, La Bruyère feint de décrire les mœurs curieuses et absurdes de quelque « peuplade sauvage » ; ce n’est pas nous, Français du XVIIè siècle, qui pourrions nous comporter ainsi…
74 (I)
L’on parle d’une région où les vieillards sont galants, polis et civils ; les jeunes gens au contraire, durs, féroces, sans mœurs ni politesse : ils se trouvent affranchis de la passion des femmes dans un âge où l’on commence ailleurs à la sentir ; ils leur préfèrent des repas, des viandes, et des amours ridicules. Celui-là chez eux est sobre et modéré, qui ne s’enivre que de vin : l’usage trop fréquent qu’ils en ont fait le leur a rendu insipide ; ils cherchent à réveiller leur goût déjà éteint par des eaux-de-vie, et par toutes les liqueurs les plus violentes ; il ne manque à leur débauche que de boire de l’eau-forte. Les femmes du pays précipitent le déclin de leur beauté par des artifices qu’elles croient servir à les rendre belles : leur coutume est de peindre leurs lèvres, leurs joues, leurs sourcils et leurs épaules, qu’elles étalent avec leur gorge, leurs bras et leurs oreilles, comme si elles craignaient de cacher l’endroit par où elles pourraient plaire, ou de ne pas se montrer assez. Ceux qui habitent cette contrée ont une physionomie qui n’est pas nette, mais confuse, embarrassée dans une épaisseur de cheveux étrangers, qu’ils préfèrent aux naturels et dont ils font un long tissu pour couvrir leur tête : il descend à la moitié du corps, change les traits, et empêche qu’on ne connaisse les hommes à leur visage. Ces peuples d’ailleurs ont leur Dieu et leur roi : les grands de la nation s’assemblent tous les jours, à une certaine heure, dans un temple qu’ils nomment église ; il y a au fond de ce temple un autel consacré à leur Dieu, où un prêtre célèbre des mystères qu’ils appellent saints, sacrés et redoutables ; les grands forment un vaste cercle au pied de cet autel, et paraissent debout, le dos tourné directement au prêtre et aux saints mystères, et les faces élevées vers leur roi, que l’on voit à genoux sur une tribune, et à qui ils semblent avoir tout l’esprit et tout le cœur appliqués. On ne laisse pas de voir dans cet usage une espèce de subordination ; car ce peuple paraît adorer le prince, et le prince adorer Dieu. Les gens du pays le nomment ; il est à quelque quarante-huit degrés d’élévation du pôle, et à plus d’onze cents lieues de mer des Iroquois et des Hurons.
La Bruyère, Les Caractères (1688)

Etudiez la progression du texte : quel est le plan adopté ? Quelle est la progression d’ensemble ?
Ne peut-on ramener toutes ces critiques à une idée générale ? Quel est le grand vice de la cour ?
Relevez dans le texte tous les passages qui font penser à un récit de voyage.



Exercice 2

32
(IV) La politesse n’inspire pas toujours la bonté, l’équité, la complaisance, la gratitude ; elle en donne du moins les apparences, et fait paraître l’homme au dehors comme il devrait être intérieurement.
(I) L’on peut définir l’esprit de politesse, l’on ne peut en fixer la pratique : elle suit l’usage et les coutumes reçues ; elle est attachée aux temps, aux lieux, aux personnes, et n’est point la même dans les deux sexes, ni dans les différentes conditions ; l’esprit tout seul ne la fait pas deviner : il fait qu’on la suit par imitation, et que l’on s’y perfectionne. Il y a des tempéraments qui ne sont susceptibles que de la politesse ; et il y en a d’autres qui ne servent qu’aux grands talents, ou à une vertu solide. Il est vrai que les manières polies donnent cours au mérite, et le rendent agréable ; et qu’il faut avoir de bien éminentes qualités pour se soutenir sans la politesse.
(I) Il me semble que l’esprit de politesse est une certaine attention à faire que par nos paroles et par nos manières les autres soient contents de nous et d’eux-mêmes.
La Bruyère, Les Caractères (1688)



372
La plupart des jeunes gens croient être naturels, lorsqu’ils ne sont que mal polis et grossiers.

Il y a une sorte de politesse qui est nécessaire dans le commerce des honnêtes gens ; elle leur fait entendre raillerie, et elle les empêche d’être choqués et de choquer les autres par de certaines façons de parler trop sèches et trop dures, qui échappent souvent sans y penser, quand on soutient son opinion avec chaleur.
Le commerce des honnêtes gens ne peut subsister sans une certaine sorte de confiance ; elle doit être commune entre eux ; il faut que chacun ait un air de sûreté et de discrétion qui ne donne jamais lieu de craindre qu’on puisse rien dire par imprudence.
Il faut de la variété dans l’esprit : ceux qui n’ont que d’une sorte d’esprit ne peuvent plaire longtemps. On peut prendre des routes diverses, n’avoir pas les mêmes vues ni les mêmes talents, pourvu qu’on aide au plaisir de la société, et qu’on y observe la même justesse que les différentes voix et les divers instruments doivent observer dans la musique.
Comme il est malaisé que plusieurs personnes puissent avoir les mêmes intérêts, il est nécessaire au moins, pour la douceur de la société, qu’ils n’en aient pas de contraires.
On doit aller au-devant de ce qui peut plaire à ses amis, chercher les moyens de leur être utile, leur épargner des chagrins, leur faire voir qu’on les partage avec eux quand on ne peut les détourner, les effacer insensiblement sans prétendre de les arracher tout d’un coup, et mettre en la place des objets agréables, ou du moins qui les occupent. On peut leur parler des choses qui les regardent, mais ce n’est qu’autant qu’ils le permettent, et on y doit garder beaucoup de mesure ; il y a de la politesse, et quelquefois même de l’humanité, à ne pas entrer trop avant dans les replis de leur cœur ; ils ont souvent de la peine à laisser voir tout ce qu’ils en connaissent, et ils en ont encore davantage quand on pénètre ce qu’ils ne connaissent pas. Bien que le commerce que les honnêtes gens ont ensemble leur donne de la familiarité, et leur fournisse un nombre infini de sujets de se parler sincèrement, personne presque n’a assez de docilité et de bon sens pour bien recevoir plusieurs avis qui sont nécessaires pour maintenir la société : on veut être averti jusqu’à un certain point, mais on ne veut pas l’être en toutes choses, et on craint de savoir toutes sortes de vérités.
Comme on doit garder des distances pour voir les objets, il en faut garder aussi pour la société : chacun a son point de vue, d’où il veut être regardé ; on a raison, le plus souvent, de ne vouloir pas être éclairé de trop près, et il n’y a presque point d’homme qui veuille, en toutes choses, se laisser voir tel qu’il est.
La Rochefoucauld, Maximes (1664)

Relevez dans ces deux textes le vocabulaire de l’obligation (notamment les verbes de modalisation).
Montrez en quoi, pour ces deux auteurs classiques, la politesse concerne la vie en société.
Quel serait, d’après ces deux textes, le vice à opposer à la politesse. Justifiez votre réponse.




Exercice 3

Erasme, le grand humaniste de la Renaissance, est l’auteur d’un texte facétieux mais souvent copié et pris au sérieux dans lequel il fait la liste des bonnes manières que l’on doit avoir en société et qu’il faut enseigner aux jeunes, d’où le titre du recueil : La Civilité puérile  (puer désigne en latin un âge de 11à 18 ans).
Lorsqu'un enfant rencontre sur son chemin quelque personnage respectable par son âge, vénérable par ses fonctions de prêtre, considérable par son rang ou honorable à quelque titre, il doit s'écarter, se découvrir la tête et même fléchir légèrement les genoux. Qu'il n'aille pas se dire : « Que m'importe un inconnu ? Qu'ai-je à faire avec un homme qui ne m'est rien ? » Ce n'est pas à un homme, ce n'est pas à un mérite quelconque que l'on accorde cette marque de respect, c'est à Dieu. Dieu l'a ordonné par la bouche de Salomon, qui dit : Lève-toi devant un vieillard ; il l'a ordonné par la bouche de Paul, qui commande de rendre doublement honneur aux prêtres et, en somme, de rendre à chacun l'honneur qui lui est dû. Il comprend dans le nombre même les magistratures païennes, et si le Grand Turc (ce qu'à Dieu ne plaise) devenait notre maître, ce serait pécher que de lui refuser le respect dû aux fonctions publiques. Je ne dis rien ici des parents, à qui, après Dieu, on doit la plus grande vénération ; je ne parle pas non plus des précepteurs, qui, en développant l'intelligence, enfantent en quelque sorte. Entre égaux, il faut se souvenir de ce mot de Paul : En fait de déférence, prévenez-vous mutuellement. Celui qui prévient le salut de son égal ou de son inférieur, loin de s'abaisser, se montre plus affable et par cela même plus digne d'être honoré.
Avec ses aînés, il faut parler respectueusement et en peu de mots ; avec ceux de son âge, affectueusement et de bonne grâce. En parlant, on tient son chapeau de la main gauche, la droite posée légèrement vers le nombril ; il est plus convenable encore de tenir son chapeau suspendu des deux mains, les pouces en-dessus, de façon à cacher la place de l'aine. Serrer un livre ou son bonnet sous l'aisselle passe pour être d'un enfant élevé. Une timidité modeste sied bien : celle qui colore agréablement le visage, non celle qui rend tout hébété.
La parole ne doit pas être précipitée et lancée avant toute réflexion : elle doit être calme et distincte. Cette façon de parler corrige même ou atténue en grande partie si elle ne les fait disparaître tout à fait, le bégaiement et l’hésitation ; une parole rapide, au contraire, procure souvent des défauts que la nature n'avait pas donnés.
En parlant, il est poli de rappeler de temps à autre les titres honorifiques de la personne à laquelle on s'adresse. Aucun titre n'est plus honorique ni plus doux que les noms de père et de mère ; plus aimable que les noms de frère et de sœur. Si tu ignores les titres particuliers de ceux à qui tu parles, souviens-toi que tous les professeurs doivent être traités de savants, les prêtres et les moines de révérends pères, tes camarades de frères et d'amis ; tous ceux ou toutes celles que tu ne connais pas de seigneurs et de dames.
Dans la bouche d'un enfant, un jurement paraît toujours déshonnête, qu'on le prononce par manière de plaisanterie ou sérieusement. Qu'y a-t-il de plus vilain que cette coutume, en vigueur dans plusieurs pays, qui fait que même des jeunes filles ne peuvent dire trois mots sans jurer par le pain, par le vin, par la chandelle, par quoi encore ?



Montrez que ce texte d’Erasme est à la fois un traité de bonnes manières, certes, mais qu’il est aussi un texte satirique : il s’y moque du style pompeux et sententieux des textes de morale.


Exercice 4

Ecrivez une courte scène de théâtre qui mettra en scène un débat sur l’utilité des bonnes manières et de la politesse en société.
Apprenez-le par cœur et mettez-le en pratique.
avatar
simone43
Neoprof expérimenté

Re: Recherche texte sur le respect pour punition

par simone43 le Lun 19 Oct 2015 - 19:20
@nlm76 a écrit:Pas de moraline, s'il vous plaît! Collez-la deux heures et faites lui copier et apprendre par cœur «L'étranger» (dans les PPP de Baudelaire).
Je n'ose même pas imaginer ce que dirait le cde,  si j'imposais ce genre de punition aux petits nenfants... 
Je ne me casse plus la tête,  je mets des mots dans le carnet et je colle. Pour cette année,  j'arrête les punitions à faire faire aux élèves.

_________________
"Mais ce qu'elle déplore
Surtout, ce qui la fait frémir jusqu'aux genoux,
C'est que demain, hélas ! il faudra vivre encore!
Demain. Après-demain et toujours ! comme nous !"
Baudelaire
avatar
ysabel
Devin

Re: Recherche texte sur le respect pour punition

par ysabel le Lun 19 Oct 2015 - 20:22
Pour la rentrée, j'ai un chieur qui doit me recopier le chapitre 1 de L'Homme révolté de Camus. Il va rigoler.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
Invité El
Esprit éclairé

Re: Recherche texte sur le respect pour punition

par Invité El le Lun 19 Oct 2015 - 21:06
@ysabel a écrit:Pour la rentrée, j'ai un  chieur qui doit me recopier le chapitre 1 de L'Homme révolté de Camus. Il va rigoler.

Razz Excellent!
avatar
nlm76
Esprit éclairé

Re: Recherche texte sur le respect pour punition

par nlm76 le Lun 19 Oct 2015 - 21:48
@simone43 a écrit:
@nlm76 a écrit:Pas de moraline, s'il vous plaît! Collez-la deux heures et faites lui copier et apprendre par cœur «L'étranger» (dans les PPP de Baudelaire).
Je n'ose même pas imaginer ce que dirait le cde,  si j'imposais ce genre de punition aux petits nenfants... 
Je ne me casse plus la tête,  je mets des mots dans le carnet et je colle. Pour cette année,  j'arrête les punitions à faire faire aux élèves.
Je voudrais bien voir ça. Que pourrait-il dire ? Ce n'est pas une punition, c'est une récompense.

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
Invité El
Esprit éclairé

Re: Recherche texte sur le respect pour punition

par Invité El le Lun 19 Oct 2015 - 21:53
@nlm76 a écrit:
@simone43 a écrit:
@nlm76 a écrit:Pas de moraline, s'il vous plaît! Collez-la deux heures et faites lui copier et apprendre par cœur «L'étranger» (dans les PPP de Baudelaire).
Je n'ose même pas imaginer ce que dirait le cde,  si j'imposais ce genre de punition aux petits nenfants... 
Je ne me casse plus la tête,  je mets des mots dans le carnet et je colle. Pour cette année,  j'arrête les punitions à faire faire aux élèves.
Je voudrais bien voir ça. Que pourrait-il dire ? Ce n'est pas une punition, c'est une récompense.

veneration
Contenu sponsorisé

Re: Recherche texte sur le respect pour punition

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum