Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Socrate7711
Socrate7711
Je viens de m'inscrire !

Remise en question Empty Remise en question

par Socrate7711 Lun 21 Nov 2022 - 20:54
Bonsoir,

Je suis néotit' dans un collège en région parisienne (collège ZEP+). Je connais en ce moment une petite remise en question.

D'abord, j'ai le sentiment d'être trop magistral, de ne pas laisser les élèves travailler suffisamment en autonomie. Par exemple, pour les séances de grammaire, je leur distribue des fiches que je rédige en me fondant sur la terminologie officielle d'éduscol et que j'explicite (avec force exemples pour appuyer mon propos) avant de passer aux exercices (identifier les fonctions,...). Je sais que cela ne correspond pas aux méthodes prescrites par l'INSPE puisqu'il faut, avant de systématiser les notions dans un exposé construit, que les élèves fassent des observations grammaticales sur les textes littéraires, mais l'exposé magistral est le moyen qui me parait le plus efficace pour faire passer les notions importantes (je suis pragmatique et j'aime aller droit au but ; présentation des notions avec des exemples suivie d'exercices d'application). Par ailleurs, j'ai souvent l'impression d'exposer mes élèves à une surcharge cognitive, particulièrement en analyse grammaticale puisque j'ai le souci de l'exhaustivité et je suis donc bien souvent technique (mais cela correspond à la terminologie éduscol, aux prescriptions officielles et à ce qu'on attend de nos élèves pour le brevet). Dans la mesure où toutes les notions de grammaire se cumulent, j'ai l'impression que les élèves ont du mal à assimiler, d'autant que ce qui semble le plus évident est pour eux incompréhensible.

S'agissant de l'étude des textes littéraires, je me retrouve la plupart du temps à faire de la paraphrase (car mes élèves semblent avoir bien du mal à accéder au sens des textes) et à rédiger moi-même les réponses aux questionnaires de compréhension littérale que je leur propose. Par ailleurs, j'essaie de choisir des textes susceptibles de les interpeller (les programmes sont absolument passionnants et correspondent, sur le papier, aux préoccupations de collégiens) mais les élèves se focalisent sur des détails insignifiants qui les font rire (pour des raisons qui m'échappent) ou refusent en bloc d'entrer dans le texte et s'arrêtent à leur incompréhension/perplexité initiale.

Par ailleurs, j'ai le sentiment d'être toujours en retard sur les programmes. Il y a tellement de points de choses à faire (énormément de points de grammaire à envisager - avec des notions souvent complexes à appréhender pour mes élèves, des séquences littéraires sur toutes les entrées du programme, de l'histoire des arts, l'entraînement aux écrits de réflexion et d'imagination, les dictées,...). Tout cela me stresse un peu, et j'ai l'impression de souvent me disperser et de perdre mes élèves (je sais exactement où je vais et où je veux emmener mes élèves, mais les élèves semblent parfois perdus et ne pas trop me suivre). Je ne parle même pas des évaluations : je n'évalue pas assez souvent les élèves et, pris par le temps, je me retrouve à devoir organiser des évaluations en urgence avant les conseils de classe (il faut dire que la correction des évaluations me laisse toujours consterné, qu'il s'agisse de compréhension de textes, d'évaluations de grammaire ou de productions écrites, et j'ai toujours peur de mettre mes élèves en difficulté et de les enfoncer dans une situation d'échec en leur mettant de mauvaises notes).

En somme, j'ai l'impression de ne pas parvenir à faire passer à mes élèves les notions importantes. Je me répète beaucoup, j'utilise beaucoup d'exemples, je fais des exercices de drill mais mes cours se passent dans un bordel généralisé et mes efforts pour capter l'attention des élèves sont vains. Pour cette raison, je suis certain qu'à la fin de l'année, les élèves n'auront retenu aucune des notions importantes en analyse grammaticale.

Alors que tout est censé venir des élèves auxquels nous sommes censés soumettre des questions complexes et problématisées à chaque séance, je me retrouve à faire du 100% magistral avec des élèves qui n'écoutent rien et qui risquent de se retrouver en situation de surcharge cognitive.
Serge
Serge
Médiateur

Remise en question Empty Re: Remise en question

par Serge Lun 21 Nov 2022 - 21:52
Faire de l'inductif, c'est bien, mais faire du magistral, ce n'est pas le MAL non plus. Beaucoup de collègues ont été collégiens à une époque où il y avait uniquement des cours magistraux, et a priori les résultats étaient plutôt bons. L'idéal est un mix des deux, car l'inductif peut faire perdre du temps, surtout si quelques élèves seulement jouaient le jeu, et dans ce cas le magistral semble mieux que rien. Encore faut-il qu'ils suivent le cours, mais de ce que j'ai compris ça ne semble pas vraiment le cas.
Il faudrait commencer par déterminer si ces bavardages généralisés sont liés à un profil de classe difficile ou si c'est lié en partie à une façon de faire ou de parler, ce qui peut être améliorer. Qu'en est-il des autres matières ? Sais-tu comment ça se passait dans la même matière les années précédentes ? Si la réponse est "c'était mieux", c'est normal que ça te pose question, et c'est très sain de chercher des conseils et des pistes de réflexion. Si la réponse est "pareil", tu peux chercher des solutions, mais tu ne dois surtout pas te miner.

_________________
Remise en question 94_10
Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI
Daria
Daria
Niveau 5

Remise en question Empty Re: Remise en question

par Daria Lun 21 Nov 2022 - 22:21
Bonsoir Socrate,

Tu as de nombreuses questions et c'est bien normal pour un débutant, et très sain pour un professeur en général.
Comme l'a dit Serge, il faut d'abord que tu réussisses à créer un cadre de travail. Il y a plusieurs fils consacré à ce sujet sur le forum (viser les meneurs, échelle de sanctions, cours vidéo-projeté, dire ce qu'on fait et faire ce qu'on dit...).

Ensuite, le programme n'a de sens que si les notions sont assimilées. Laisse-le de côté. Découpe les notions de grammaire en petites unités (natures variables, puis invariables, fonction sujet, puis COD...). Ne sois pas exhaustif. Et rebrasse souvent les notions (la phrase du jour ou de la semaine est utile).

Laisse de côté aussi les questionnaires précis, mais propose juste quelques questions larges. Le but est qu'ils comprennent en gros de quoi parle le texte, puis ce qui en fait l'intérêt (qui peut-être résumé en une phrase).

Un cours très éclairant à destination des enseignants est le MOOC "La psychologie pour les enseignants" de Franck Ramus. Le Mooc est fermé mais on trouve toutes les vidéos sur Youtube.


https://www.youtube.com/watch?v=ycHVPY-6BJA&t=20s

Bon courage!




Thierry75
Thierry75
Niveau 10

Remise en question Empty Re: Remise en question

par Thierry75 Lun 21 Nov 2022 - 22:35
Si mes élèves arrivaient à distinguer un attribut et un cod (combien le peuvent?), je serais content ; à côté de cela, il y en a un qui connait l'épizeuxe.
Le mieux est l'ennemi du bien, visons bas, visons juste.

_________________
Le moi est haïssable.
NanouV
NanouV
Niveau 5

Remise en question Empty Re: Remise en question

par NanouV Mar 22 Nov 2022 - 7:02
Je n'utilise que du magistral pour les notions de grammaire et... Les élèves adorent !
Ils me l'ont dit plusieurs fois: le cours est plus clair et plus pratique quand je m'occupe de tout.
Alors: non à la culpabilité pour ce point-là !
Saltaojos
Saltaojos
Niveau 10

Remise en question Empty Re: Remise en question

par Saltaojos Aujourd'hui à 10:25
Moi aussi, mes élèves de REP me disent "bien comprendre même en grammaire" parce que chaque point est l'objet d'une leçon que je rédige, et ensuite ils manipulent. Cela les rassure beaucoup. Les seules leçons non magistrales sont les leçons à manipuler (découper / plier / coller / assembler... tout ça quoi) sur des notions plus faciles, comme la conjugaison, les valeurs des temps, le vocabulaire...

J'ai tenté l'inductif "à la sauce ESPE" la première année, eh bien je faisais 10 fois moins de langue et en fin d'année ils ne savaient toujours rien ou presque... je déprimais quand je lisais leurs réponses au 2e brevet blanc !

Pour la littérature, j'essaie de partir de leurs remarques mais ne nous mentons pas : si nous voulons tirer du texte quelque chose d'intéressant, nous devons nécessairement guider.

En revanche, pour éviter une heure de magistral qui part sans doute en bavardages, il est bon de prévoir plusieurs activités et si possible avec un minutage : 10 minutes de leçon / 15 minutes de questions ou QCM ou que sais-je pourquoi pas en binôme ou groupe / 10 minutes de correction / 5 minutes pour noter un bilan en fin d'heure... ça évite l'étirement du temps et la montée du bavardage.
Mais en début de carrière il me semble normal de ne pas forcément y arriver Smile en tout cas il est très sain de se poser tant de questions, courage !!!
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum