Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Caspar
Prophète

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Caspar Dim 04 Fév 2024, 18:55
L'avantage c'est que tu vas découvrir d'autres classes (peut-être plus agréables), un autre établissement...à mon avis ça se tente, et tu es en position de force puisqu'ils semblent être désespérés.
Jenny
Jenny
Médiateur

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Jenny Dim 04 Fév 2024, 23:21
J’hallucine qu’on propose des heures en plus à un stagiaire sans expérience préalable.
On peut toujours dire non dans ces cas là. J’ai refusé il n’y a pas longtemps, ça ne les empêchera pas de me rappeler. Wink
Iridiane
Iridiane
Habitué du forum

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Iridiane Dim 04 Fév 2024, 23:29
[quote="Jenny"]J’hallucine qu’on propose des heures en plus à un stagiaire sans expérience préalable.
On peut toujours dire non dans ces cas là. J’ai refusé il n’y a pas longtemps, ça ne les empêchera pas de me rappeler. Wink[/quote:]

Je ne suis pas sure du tout que ce soit légal (et je me permets de douter que ce soit une bonne idée…)
Mathador
Mathador
Guide spirituel

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Mathador Dim 04 Fév 2024, 23:32
Si j'ai bien compris, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] n'est plus stagiaire MEEF mais contractuelle « de droit commun » après avoir eu le master (mais pas le CAPES).

_________________
"There are three kinds of lies: lies, damned lies, and statistics." (cité par Mark Twain)
« Vulnerasti cor meum, soror mea, sponsa; vulnerasti cor meum in uno oculorum tuorum, et in uno crine colli tui.
Quam pulchrae sunt mammae tuae, soror mea sponsa! pulchriora sunt ubera tua vino, et odor unguentorum tuorum super omnia aromata. » (Canticum Canticorum 4:9-10)
Jenny
Jenny
Médiateur

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Jenny Dim 04 Fév 2024, 23:35
D’accord. Wink
Iridiane : c’est légal sous forme de HSE et avec une autorisation de cumul.
Musashiro
Musashiro
Niveau 4

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Musashiro Dim 04 Fév 2024, 23:36
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Effectivement, je suis contractuelle pour le moment ! Mais pas encore titulaire du CAPES.
Jenny
Jenny
Médiateur

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Jenny Dim 04 Fév 2024, 23:42
Merci pour la précision. Wink c’est moins gênant.
Ça te fait combien d’heures ? Ne sacrifie pas la préparation au concours.
Musashiro
Musashiro
Niveau 4

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Musashiro Dim 04 Fév 2024, 23:46
Jenny a écrit:Merci pour la précision. Wink c’est moins gênant.
Ça te fait combien d’heures ? Ne sacrifie pas la préparation au concours.

13 h plus les 5h que j'ai déjà avec ma classe de 6e.
Jenny
Jenny
Médiateur

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Jenny Lun 05 Fév 2024, 05:51
Ça fait beaucoup malgré tout quand on débute.
Musashiro
Musashiro
Niveau 4

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Musashiro Sam 10 Fév 2024, 13:55
Bonjour ! Quelques petites nouvelles positives !

J'ai rencontré mes nouvelles classes jeudi. Je m'y suis prise autrement pour ces premières heures de cours et ça a mieux fonctionné ! J'ai beaucoup plus de moments calmes avec ma deuxième classe de 6e, je ne laisse plus rien passer et je réagis tout de suite au moindre incident. Quant aux deux classes de 3e que j'ai, ça se passe plutôt bien. L'une est très motivée et pose beaucoup de questions. Et l'autre est assez agitée car les élèves sont complètement perdus et semblent défaitistes face à la masse de travail qui les attend. Il y a aussi trois-quatre perturbateurs que j'ai identifiés, les délégués m'ont affirmé qu'ils sont perturbateurs dans toutes les matières. A surveiller, donc.

Ce n'est pas encore parfait, je l'admets. Mais je suis beaucoup moins fatiguée quand je sors de cours et je suis moins tendue.
Jenny
Jenny
Médiateur

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Jenny Sam 10 Fév 2024, 15:00
Contente que ça se passe bien !
Baldred
Baldred
Expert spécialisé

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Baldred Sam 10 Fév 2024, 16:22
Bonne nouvelle, et les vacances arrivent !
Mascle
Mascle
Niveau 1

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Mascle Sam 10 Fév 2024, 21:11
Musashiro a écrit:
Mes élèves se taisent quand ils écrivent une synthèse ou autre chose dans leur cahier. Quand ils écrivent "Phrase du jour n°X" et que je passe derrière eux pour vérifier, ils sont plus calmes et sont contents que je vienne vers eux.
Même si mon cours d'aujourd'hui a été nul (j'ai manqué d'organisation et de précision, je le reconnais, ça a sûrement contribué aux bavardages et à l'attitude générale des élèves), je suis assez contente d'avoir observé les situations citées au-dessus.
Je retiens : Plus d'écrit, plus de contact avec les élèves, moins de cours dialogué, moins d'interactions à l'oral, appels aux parents en cas de récidive d'un comportement inacceptable !

J'attends la synthèse d'une collègue qui est venue dans mon cours pour observer et prendre des notes sur ce qui n'allait pas. A voir...

C'est aussi qu'il y a quelque chose d'un peu fou chez les 6èmes : avec eux, le bruit appelle le bruit. En tout cas, lorsqu'ils ne sont pas suffisamment cadrés.

Ce qui révèle quelque chose de très important : il faut leur apprendre, avec beaucoup de clarté, la différence entre bruit et parole. La parole du professeur n'est pas un fond sonore sur lequel un autre bruit doit se greffer. C'est une parole que l'on doit écouter et s'efforcer de comprendre.

La parole du camarade : pareillement.

C'est pour ça qu'il faut être clair et intransigeant là-dessus dès les premières heures. Ecouter le professeur, écouter son camarade.

Cela veut dire : évaluer la prise de parole des élèves, et la sanctionner dès le premier débordement.

Mais également : donner le plus grand poids possible à sa parole. Parler fort, distinctement, posément et avec confiance.
NLM76
NLM76
Grand Maître

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par NLM76 Sam 10 Fév 2024, 21:33
Mascle a écrit:

Mais également : donner le plus grand poids possible à sa parole. Parler fort, distinctement, posément et avec confiance.
Parler fort n'est pas nécessaire. Au contraire.

_________________
Sites du grip :

Mon site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

«Boas ne renonça jamais à la question-clé : quelle est, du point de vue de l'information, la différence entre les procédés grammaticaux observés ? Il n'entendait pas accepter une théorie non sémantique de la structure grammaticale et toute allusion défaitiste à la prétendue obscurité de la notion de sens lui paraissait elle-même obscure et dépourvue de sens.» [Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, "La notion de signification grammaticale selon Boas" (1959)]
Musashiro
Musashiro
Niveau 4

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Musashiro Lun 19 Fév 2024, 22:55
Bonsoir ! Une petite update s'impose avec les vacances qui arrivent.

J'ai l'impression d'avoir lâché l'affaire avec mes "6e de l'enfer". Je fais plus aucun effort, au moindre bruit je leur fais de la copie pure et dure de leçon (+ évaluation le lendemain), j'ai plus le sourire quand je les accueille en classe, je suis à fleur de peau et je suis angoissée quand je sais que j'ai cours avec eux. La semaine dernière, j'ai fait que des cours magistraux avec copie de leçon et exercices d'application.  Ça recommençait à aller mieux mais dès que j'ai tenté de leur redonner un peu la parole, c'est reparti en cacahuète. Avec mes 3e et mon autre classe de 6e, ce n'est pas du tout comme ça. Je suis plus calme et je montre un peu plus ma vraie personnalité. Certes, ils sont aussi un peu agités de temps en temps mais c'est plus supportable et moins fatiguant, je trouve.

Est-ce normal de ressentir ça ? Je me sens mal d'être dans un tel état d'esprit. J'apprécie toutes mes classes, mais avec mes 6e bruyants, je peux plus.
Marcelle Duchamp
Marcelle Duchamp
Expert

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Marcelle Duchamp Lun 19 Fév 2024, 23:41
Musashiro a écrit:Bonsoir ! Une petite update s'impose avec les vacances qui arrivent.

J'ai l'impression d'avoir lâché l'affaire avec mes "6e de l'enfer". Je fais plus aucun effort, au moindre bruit je leur fais de la copie pure et dure de leçon (+ évaluation le lendemain), j'ai plus le sourire quand je les accueille en classe, je suis à fleur de peau et je suis angoissée quand je sais que j'ai cours avec eux. La semaine dernière, j'ai fait que des cours magistraux avec copie de leçon et exercices d'application.  Ça recommençait à aller mieux mais dès que j'ai tenté de leur redonner un peu la parole, c'est reparti en cacahuète. Avec mes 3e et mon autre classe de 6e, ce n'est pas du tout comme ça. Je suis plus calme et je montre un peu plus ma vraie personnalité. Certes, ils sont aussi un peu agités de temps en temps mais c'est plus supportable et moins fatiguant, je trouve.

Est-ce normal de ressentir ça ? Je me sens mal d'être dans un tel état d'esprit. J'apprécie toutes mes classes, mais avec mes 6e bruyants, je peux plus.

Tirons le positif de ton témoignage: cela se passe mal avec UNE seule classe. Pour les autres, tu te sens mieux, c’est super encourageant.
Une classe c’est comme une famille, on ne choisit pas ses membres et on est obligé de les supporter. Et bien c’est ta classe de 6e.
Serre les dents jusqu’à la fin de l’année et serre leur la vis.
On a tous connu des groupes classe où ça ne fonctionne pas. Ce n’est pas de ton fait. Ne culpabilise pas.

_________________
Je m’excuse par avance des fautes d’accord, de grammaire, de syntaxe et de conjugaison que je peux laisser passer dans mes écrits. Je suis aphasique suite à un AVC et je réapprends à écrire depuis presque 5 ans. J'ai un grand problème avec le subjonctif et le genre des mots! [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Iridiane
Iridiane
Habitué du forum

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Iridiane Lun 19 Fév 2024, 23:47
Musashiro a écrit:Bonsoir ! Une petite update s'impose avec les vacances qui arrivent.

J'ai l'impression d'avoir lâché l'affaire avec mes "6e de l'enfer". Je fais plus aucun effort, au moindre bruit je leur fais de la copie pure et dure de leçon (+ évaluation le lendemain), j'ai plus le sourire quand je les accueille en classe, je suis à fleur de peau et je suis angoissée quand je sais que j'ai cours avec eux. La semaine dernière, j'ai fait que des cours magistraux avec copie de leçon et exercices d'application.  Ça recommençait à aller mieux mais dès que j'ai tenté de leur redonner un peu la parole, c'est reparti en cacahuète. Avec mes 3e et mon autre classe de 6e, ce n'est pas du tout comme ça. Je suis plus calme et je montre un peu plus ma vraie personnalité. Certes, ils sont aussi un peu agités de temps en temps mais c'est plus supportable et moins fatiguant, je trouve.

Est-ce normal de ressentir ça ? Je me sens mal d'être dans un tel état d'esprit. J'apprécie toutes mes classes, mais avec mes 6e bruyants, je peux plus.

Si ça se passe bien avec les autres classes, c’est que le problème vient de cette classe de 6e. Ton attitude est donc normale : tu t’adaptes à l’ambiance de la classe. Il n’y a pas de mal à faire de la copie et des exercices d’application : ils ne sont pas là pour s’amuser de toute façon. Avec une classe sympathique et réceptive, on peut rester d’autres formats, et c’est stimulant, mais c’est du bonus. Pour moi tu t’en sors très bien: tu arrives à leur faire cours, alors que c’est une classe difficile. Tu es stricte et sévère parce que quand tu essaies de faire autrement ça dérape : eh bien ma foi tant pis pour eux - mème si c’est peu agréable pour toi mais comme dit Marcelle, on ne choisit pas ses élèves et il faut les supporter au mieux ou au moins mal jusqu’à la fin de l’année - et de leur côté ils ne sont pas lésés, ils ont des cours de français et tu leur apportes quand même de quoi progresser et apprendre. C’est l’essentiel de ta mission. Tu n’as rien à te reprocher, vraiment.
Musashiro
Musashiro
Niveau 4

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Musashiro Mer 21 Fév 2024, 15:30
J'ai eu la confirmation que j'attendais depuis si longtemps. Mon collègue de sport, qui a aussi la classe des "6e de l'enfer" m'a affirmé que ces élèves formaient une classe pénible et qu'ils ne se comportaient pas de manière exemplaire dans les autres cours. Il m'a sommé de pas prendre à cœur les dires des gamins quand ils me disent "Il n'y a que dans votre cours qu'il y a beaucoup de bruit". Il m'a aussi confié que selon lui, les 6e sont les plus difficiles à discipliner.

J'ai été affreuse aujourd'hui avec eux. J'ai fait que crier, leur parler de façon sèche et arrêter mes explications concernant un devoir maison à rendre, tant ils s'acharnaient à parler en même temps que moi. Je suis retombée dans mes anciens travers, je l'admets. L'une des élèves a fini par souffler "ça me saoule le français". J'ai fini par l'exclure et lui donner un travail à faire en perm'. J'étais à bout de nerfs à la fin du cours. De plus, la principale adjointe devait passer pendant mon cours pour leur pousser une soufflante, ça n'a pas été fait. Quel soutien...

Pourtant, avec mes 3e, ce n'est pas du tout la même ambiance. Je les laisse beaucoup en autonomie, pas mal d'exercices à faire en s'appuyant sur des fiches de révisions que je leur envoie. Ils parlent un peu pendant la phase de travail, certes, mais le volume sonore est très correct. Du moins, il est suffisant pour que je fasse mes tâches de mon côté, que je les aide comme je peux et que je ne me retrouve pas avec la gorge éraillée et la tête douloureuse.

Allez... Au moins, je ne vois plus mes 6e pénibles jusqu'à la fin des vacances, point positif !
Jenny
Jenny
Médiateur

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Jenny Mer 21 Fév 2024, 15:38
Musashiro a écrit:Il m'a sommé de pas prendre à cœur les dires des gamins quand ils me disent "Il n'y a que dans votre cours qu'il y a beaucoup de bruit". Il m'a aussi confié que selon lui, les 6e sont les plus difficiles à discipliner.

Ne jamais écouter les élèves sur ce genre de commentaires. Ils veulent te déstabiliser.
Tiens bon, il faut souvent beaucoup cadrer en 6e. chevalier Je trouve aussi que c'est un des niveaux les plus compliqués (avec les 1re STMG).

Crier ne sert à rien (sauf éventuellement une gueulante très ponctuelle).
Si tu ne peux plus parler, essaie de te taire. Il ne faut pas que tu leur montres que ça t'affecte.
Tu punis les meneurs, tu appelles les parents, tu ne laisses pas de moments de flottement, tu rythmes ton cours. Essaie aussi de vite recadrer, avant que le brouhaha soit généraliser.
Tu peux aussi leur faire remarquer qu'ils se pénalisent tout seul s'ils ne veulent pas écouter les consignes. Ca peut faire réfléchir les élèves sérieux.


Dernière édition par Jenny le Mer 21 Fév 2024, 15:46, édité 2 fois
Adaxio
Adaxio
Niveau 1

Doute et épuisement dès la première année - Page 7 Empty Re: Doute et épuisement dès la première année

par Adaxio Mer 21 Fév 2024, 15:42
Je sais que je suis jeune et que je n'ai pas l'expérience de certains mais je pense qu'il est tout à fait possible pour toi de modifier tes exigences par rapport au climat de classe espéré, prendre du recul par rapport à la situation et trouver des solutions (comme le théâtre, qui même si tout le monde n'est pas d'accord permet au plus discret de s'exprimer et au plus énergique de se dépenser) en rapport à ce que tu peux proposer en classe.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum