Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Lyorane
Lyorane
Niveau 7

Gérer la mort d'un élève  Empty Gérer la mort d'un élève

par Lyorane Mar 20 Fév - 21:25
Bonsoir tout le monde.

Un de mes élèves s'est suicidé cette nuit. Sidération dans l'équipe pédagogique, personne n'a rien vu venir, il n'avait jamais montré le moindre signe de mal-être. Personnellement, je crois que je suis encore dans le déni le plus complet pour l'instant.

Je n'arrive pas à imaginer ma prochaine heure avec la classe, jeudi. Je me doute qu'une bonne partie sera absente, mais.. juste je ne sais pas. Peu importe à quoi je pense, j'ai l'impression que je vais être d'une maladresse pas possible.

C'est déjà arrivé à l'un de vous ? Comment avez-vous géré ?
MoyenCroco
MoyenCroco
Niveau 10

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par MoyenCroco Mar 20 Fév - 21:32
Je ne peux pas t'aider dans ta demande mais te souhaite à toi, tes collègues et aux élèves beaucoup de courage pour cette épreuve.
Une pensée également pour la famille ...
Proflambdada
Proflambdada
Habitué du forum

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Proflambdada Mar 20 Fév - 21:36
Je ne pourrai te conseiller, je ne l'ai pas vécu mais je te souhaite beaucoup de courage en tous les cas. Un moment d'échanges ensemble et ensuite de "recueillement"  seraient peut-être une idée ? D'autres te conseilleront sûrement mieux que moi. Courage à toi, à l'équipe et aux élèves..
Jenny
Jenny
Médiateur

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Jenny Mar 20 Fév - 21:38
Bon courage.
On gère comme on peut dans ces cas là. Laisser parler les élèves s’ils le souhaitent me semble important.
Ils reprennent les cours avec toi ? Le chef d’établissement ou l’adjoint peut-il t’accompagner pour la première heure ?
Danska
Danska
Prophète

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Danska Mar 20 Fév - 21:41
Courage pour cette épreuve, d'abord.

La classe aura vu d'autres collègues avant toi d'ici jeudi, j'imagine ? Un temps de concertation est-il prévu pour eux, pour tous, par la direction ? Un soutien psychologique peut peut-être également être mis à disposition, certains élèves et enseignants auront probablement besoin de parler de ce qui s'est passé - mais peut-être pas tout de suite, parfois il faut un bon moment pour arriver à réaliser ce qui est arrivé.
Prezbo
Prezbo
Vénérable

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Prezbo Mar 20 Fév - 21:43
Le rectorat ne peut-il pas proposer la mise en classe d'une cellule psychologique dans l'établissement dès demain ?

Sinon, pour avoir vécu un cas semblable il y a plus de dix ans, ce qui nous avait été préconisé était de prévoir un temps d'accueil des élèves le premier jour, puis de les remettre rapidement au travail pour leur occuper l'esprit, tout en étant tolérant avec ceux qui ne sont pas en état de travailler. Je pense qu'il n'y a pas de raison que la majorité des élèves soient absents jeudi, tu peux brièvement évoquer les faits avec eux et passer rapidement à ta séquence, sauf s'ils ont besoin de parler. C'est à votre CDE de vous indiquer une position commune en tout cas.
Lyorane
Lyorane
Niveau 7

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Lyorane Mar 20 Fév - 21:48
Merci à vous. Une cellule psychologique est mise en place demain, et il y aura un temps de recueillement dans la semaine, on attend le retour de la direction sur le moment précis. En classe, en revanche, je me sens démunie.. je suis restée avec la classe et ses amis d'autres groupes, en début d'après midi quand l'information est tombée, dans une salle qui leur avait été ouverte pour se retrouver tranquillement. Mais tout le monde était prostré, incapable d'être dans l'échange. Nous étions deux profs de la classe.

Je l'avais en cours hier : je ne peux pas croire qu'il ne sera pas à sa place jeudi.
Tivinou
Tivinou
Doyen

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Tivinou Mar 20 Fév - 21:51
Bon courage pour traverser cette épreuve.
Poupoutch
Poupoutch
Modérateur

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Poupoutch Mar 20 Fév - 21:52
Ça m'est arrivé il y a 3 ans.
D'abord, prends soin de toi. Tu vas être confrontée à la détresse de ses camarades, on a l'impression qu'on doit tenir à tout prix, on met son propre choc de côté et on oublie que c'est aussi violent pour soi. Donc fais-toi accompagner si besoin.
La collègue et prof principale qui avait la classe le lendemain à 8h a pris les élèves, accompagnée par deux autres profs (une collègue et moi). Nous avons exigé une cellule psychologique et la présence du CDE.
Nous avons fonctionné de la façon suivante : le CDE est intervenu en premier, puis nous avons proposé aux élèves de venir inscrire au tableau ce qui leur passait par la tête. Des mots, des pensées, des questions. Nous avons discuté certaines choses, laissé d'autres en suspens. Une partie des élèves a eu besoin de sortir, donc je les ai accompagnés dehors, à distance, juste pour qu'ils ne soient pas seuls.
À la demande des élèves, nous avons organisé deux temps d'hommage. Un goûter/hommage et la plantation dans la cour du lycée d'un arbre du souvenir.
Les infirmières et psy-en ont assuré une cellule d'écoute.
Pour la suite (mais c'était en fin d'année), chacun a fonctionné comme il voulait/pouvait. Pour ma part, j'ai laissé le choix au groupe : travailler ou parler. Certains collègues ont tenu à maintenir un cadre purement scolaire, et je comprends aussi leur démarche, une recherche de normalité en somme.
Il faut avoir conscience que, quoi que tu décides, certains élèves n'adhèreront pas. Il y en a qui auront besoin de temps et du mal à retourner au quotidien tandis que d'autres en auront besoin. À voir, peut-être avec la vie scolaire, ce qui est possible pour permettre à ceux qui ne vont pas bien ou ne se sentent pas en capacité de reprendre le travail de sortir de cours.
Quoiqu'il en soit, je te souhaite beaucoup de courage dans ces moments difficiles.

_________________
Lapin Émérite, celle qui Nage en Lisant ou Inversement, Dompteuse du fauve affamé et matutinal.

"L'intelligence est une maladie qui peut se transmettre très facilement mais dont on peut guérir très rapidement et sans aucune séquelle"
Adèled
Adèled
Niveau 5

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Adèled Mar 20 Fév - 21:52
Il y a deux ans, une de mes élèves est décédée accidentellement. Une cellule psychologique à été mise en place au collège pour les élèves et le personnel. Ils nous avaient conseillé de leur envoyer les élèves très touchés ou qui souhaitaient parler, et de faire cours à ceux qui préféraient rester en classe.
Bon courage.
eliam
eliam
Expert spécialisé

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par eliam Mar 20 Fév - 22:01
Ça m'est arrivé, il y a plus de vingt ans. On gère comme on peut avec le chagrin et la culpabilité (parce qu'on se sent toujours coupable de ne rien avoir vu, anticiper etc. C'est un sentimentqui vous mine longtemps). Laisser les élèves qui le souhaitent, s'exprimer est important et respecter ceux qui ne le peuvent pas. Courage, ce n'est pas simple.
Lyorane
Lyorane
Niveau 7

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Lyorane Mar 20 Fév - 22:05
Je suis allée à la pêche aux infos sur les cours à proprement parler, on m'a répondu "on s'adaptera". Comme vous êtes beaucoup à dire, je pense que l'idée est de faire cours en étant à l'écoute de ceux qui le souhaiteraient, avec la cellule en soutien.

Jeudi, ça sera ma première heure avec eux depuis, mais ça fera en fait deux jours. C'est ce décalage qui me bloque le plus.

De mon côté, je pose les mots, mais je n'y crois pas. C'est étonnant d'avoir autant conscience de son propre déni. C'est bête, mais je n'arrête pas de penser au tas de copies dans mon sac, avec la sienne au milieu
Sans doute que je me raccroche au tangible.
Hermione0908
Hermione0908
Modérateur

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Hermione0908 Mar 20 Fév - 22:08
Je compatis profondément à ta situation. Je ne peux pas forcément t'apporter d'aide concrète, mais pour être passée par là, je peux t'apporter mon témoignage.

Le 3 mars, cela fera 4 ans qu'une de mes élèves de 5e est décédée dans un terrible accident. C'était un dimanche. J'ai appris la nouvelle par une collègue qui m'a envoyé un message en fin d'après-midi. J'étais sidérée, par les circonstances, par la brutalité, par cette soudaineté de l'horreur.
J'avais sa classe le lundi matin, à 8h et à 10h. J'étais tétanisée à l'idée de les retrouver, de me retrouver face à eux. Que faire ? Que dire ? Comment être un adulte de référence quand moi-même je n'y comprenais rien ? Dans la soirée, j'ai appelé mon chef, pour trouver de l'aide. Il m'a tout d'abord confirmé la nouvelle et les circonstances, puis il m'a expliqué ce qui allait se passer.
Le lundi matin, toutes les classes sont montées comme d'habitude à 8h avec leurs professeurs, sauf la classe de mon élève. Nous les avons pris en charge à plusieurs : le chef, l'adjointe, la psyEN, l'infirmière, l'AESH qui intervenait dans la classe et m'avait prévenue la veille, et moi. Nous sommes montés, le chef a fait une annonce très sobre et digne pour confirmer ce qui se disait déjà dans les journaux et par la communication entre élèves et familles. Nous n'avons "rien" fait, nous nous sommes contentés d'être là, d'accueillir ce qu'ils avaient à dire, à montrer, ou pas d'ailleurs, d'indiquer les soutiens disponibles dans l'établissement.
Une cellule de soutien psychologique est venue dans l'établissement, mais je ne m'en souviens pas, je ne me souviens pas les avoir vus. Une salle a été ouverte où les élèves pouvaient aller à leur convenance (je crois que c'est là qu'ils étaient d'ailleurs) pour les rencontrer ou déposer un mot ou un dessin. Tous ces témoignages de solidarité ont été reliés et remis à la famille. J'avais cours à 9h, je ne me souviens plus de cette heure. En revanche, je me rappelle ma panique à l'idée de retrouver la classe de mon élève décédée à 10h. J'ai dit à l'AESH : "Je fais quoi ? Je fais quoi ?", j'étais en boucle. J'ai proposé une activité, un truc un peu détaché, un peu décroché, en disant aux élèves qu'ils pouvaient le faire ou non. Moi j'avais besoin de me raccrocher à un truc normal, automatique, et là, c'était enseigner, même si j'ai fait tout sauf un cours normal. Et à 11h, je me suis effondrée en salle des profs. J'avais lu des articles qui relataient l'accident dans les journaux locaux, j'étais en colère de la manière dont c'était relaté, je trouvais ça voyeur, grossier, indécent. Je l'ai dit à mon chef qui m'a ramassée à la petite cuiller, en ces termes. Il m'a proposé de rentrer, je lui ai dit que si je rentrais, je ne pourrais pas revenir.
Je me souviens aussi de ma collègue de maths qui avait cette classe, dévastée et les yeux rougis, qui en montant avec sa classe à 8h et en passant à côté de moi m'a saisi la main et m'a regardée longuement. On en a reparlé quelques jours après, elle m'a dit : "Les gens sont tristes pour elle, pour sa famille, ses amis, et c'est tout à fait normal, mais nous ? Qui pense à nous ?" Nous ses profs qui la voyions tous les jours.
Quelques jours plus tard, l'élève qui était assise à côté d'elle en classe m'a demandé à changer de place. Et moi j'ai longtemps vu un fantôme à sa place, et personne de sa classe ne s'est assis à cette table jusqu'à la fin de l'année.
J'ai eu son petit frère en classe l'an dernier, cette année j'ai sa petite soeur, alors je pense souvent à elle, et c'est un nom que personne n'a oublié dans le collège. Mon chef a muté l'an dernier, il l'a évoquée dans son discours d'au revoir.

Et cette année, un élève de 4e est décédé brutalement également, quoique dans des circonstances très différentes. C'était un vendredi soir. J'ai été moins directement touchée car je ne le connaissais pas, je ne l'avais jamais eu. Notre cheffe a demandé que tous, à la même heure le lundi matin, nous prenions un moment pour en parler avec nos classes. Il s'avère que dans la classe que j'avais à cette heure-là, il y avait la petite soeur de mon élève décédée il y a quatre ans. Je l'ai prise en aparté en début d'heure pour lui dire que nous allions évoquer le décès de cet élève, que je connaissais sa situation pour avoir eu sa soeur en cours, et que si elle voulait sortir, elle pouvait le faire à n'importe quel moment sans me demander. Avec les autres, nous avons parlé, pendant toute l'heure. Ils m'ont demandé si on pouvait faire une minute de silence, alors nous l'avons faite. Quand ils n'ont plus eu envie de parler, ou plus eu de choses à dire, je leur ai mis de la musique douce, et leur ai laissé le temps de faire ce qu'ils voulaient dans le calme jusqu'à la fin de l'heure.

Ce sont des moments durs, on n'est pas préparés à cela (et heureusement peut-être). Je crois qu'il faut accepter qu'on ne peut pas tout, que ce n'est pas grave de craquer, et qu'il ne faut pas hésiter à en parler de notre côté.
Je te souhaite en tout cas à toi, tes élèves et tes collègues beaucoup de courage.

_________________
Certaines rubriques de Neoprofs.org sont en accès restreint.
Pour en savoir plus, c'est par ici : https://www.neoprofs.org/t48247-topics-en-acces-restreint-forum-accessible-uniquement-sur-demande-edition-2021
Lyorane
Lyorane
Niveau 7

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Lyorane Mar 20 Fév - 22:13
Merci pour vos témoignages à tous. Je suis impressionnée par ce que vous avez respectivement réussi à faire, à mettre en place, dans des circonstances aussi terribles.
Hermione0908
Hermione0908
Modérateur

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Hermione0908 Mar 20 Fév - 22:17
Très sincèrement, dans ces moments, on fait ce qu'on peut, et c'est déjà beaucoup. J'ai eu la chance d'avoir une direction qui tenait la route, avec un chef très humain, ça aide, et des collègues en or (ma collègue AESH est une perle rare). Je n'ai pas l'impression d'avoir assuré, j'ai fait comme j'ai pu, avec mes moyens de l'instant.
La copie qui reste, c'est dur. J'ai toujours la dernière copie que je ne lui ai pas rendue.
Poupoutch a raison, il faut aussi s'écouter soi, et se dire qu'on est également touché. Ne pas vouloir tenir à tout prix, savoir déléguer si on ne se sent plus d'assurer, et ça n'a rien d'une preuve de faiblesse, c'est être humain, c'est tout.
On les voit tous les jours ou presque, plusieurs années parfois, on est touchés aussi, c'est violent pour tous.


Dernière édition par Hermione0908 le Mar 20 Fév - 22:18, édité 1 fois

_________________
Certaines rubriques de Neoprofs.org sont en accès restreint.
Pour en savoir plus, c'est par ici : https://www.neoprofs.org/t48247-topics-en-acces-restreint-forum-accessible-uniquement-sur-demande-edition-2021
Soch
Soch
Niveau 7

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Soch Mar 20 Fév - 22:18
Je te souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve.
Sei
Sei
Grand Maître

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Sei Mar 20 Fév - 22:33
Tout mon soutien.
J’ai connu cela, et ça a été une épreuve terrible. Je peux échanger en MP si tu le souhaites.
Je focalisais aussi sur une copie… un énorme travail, rendu très en avance, juste avant le passage à l’acte en fait. (Pour ma part, j’ai corrigé le devoir sans le noter, et je l’ai rendu aux parents, après leur avoir demandé ce qu’ils souhaitaient)
Écusette de Noireuil
Écusette de Noireuil
Esprit éclairé

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Écusette de Noireuil Mar 20 Fév - 22:40
Suicide d'un élève aussi il y a 5 ans, un choc pas possible également, on était d'autant plus traumatisés qu'il faisait partie du groupe théâtre, donc non seulement les élèves de sa classe était concernés mais aussi tout le groupe de l'option. Je n'ai pas mieux à dire que tous les témoignages précédents, c'est super important d'être accompagné, et si tu as le temps et le besoin n'hésite pas aussi à aller voir les gens de la cellule psychologique.
Pour les élèves ce dont ils ont vraiment besoin c'est qu'on puisse accueillir leurs paroles s'ils en ont besoin, sans rien forcer. N'hésite pas à exprimer ton émotion, sans trop en faire bien sûr mais tu peux leur dire que tu es touché, parce que malheureusement il y a plus longtemps encore il y avait eu aussi un autre suicide dans mon établissement, et une collègue qui, sans doute fait comme elle a pu elle aussi, n'a absolument rien voulu laisser paraître, n'en a rien dit et a fait comme si de rien n'était. La classe ne lui a jamais pardonné.
Ce sont des chocs difficiles à encaisser, je te souhaite beaucoup de courage.

_________________
" Celui qui ne lit pas ne vit qu'une seule vie " (Umberto Eco )
Cleroli
Cleroli
Doyen

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Cleroli Mar 20 Fév - 23:02
Adèled a écrit:Il y a deux ans, une de mes élèves est décédée accidentellement. Une cellule psychologique à été mise en place au collège pour les élèves et le personnel. Ils nous avaient conseillé de leur envoyer les élèves très touchés ou qui souhaitaient parler, et de faire cours à ceux qui préféraient rester en classe.
Bon courage.
Même expérience. Notre CDE avait également décidé de planter un arbre dans le parc du lycée en souvenir de cette élève, ce qui avait donné lieu à un moment de recueillement.
Tiny
Tiny
Niveau 5

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Tiny Mer 21 Fév - 6:44
J'ai eu cela à gérer cinq fois dans la carrière.
Ce n'est pas facile mais un temps est souvent prévu avec le professeur principal,la CPE,la cde.
Prosper de Barante
Prosper de Barante
Habitué du forum

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Prosper de Barante Mer 21 Fév - 7:21
Le rôle du cde et du cpe sont très importants. Et j’ai malheureusement une mauvaise expérience. Lorsque la tristesse s’accompagne à la colère...
Marcelle Duchamp
Marcelle Duchamp
Expert spécialisé

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Marcelle Duchamp Mer 21 Fév - 9:57
J'ai vécu des décès d'élèves également et ce n'est pas une partie de plaisir...

Une de mes anciennes élèves s'est suicidée en se jetant sous un train. J'avais son petit frère en cours. Cela s'est passé pendant des vacances donc il n'y a pas eu de temps de recueillement mais on avait veillé à ce que son frère sache qu'on était là. C'était il y a presque 10 ans mais je n'ai pas oublié. Je suis allée aux obsèques, c'était un moment suspendu dans le temps car la famille avait demandé que la cérémonie soit gaie. Obligation d'être habillé en couleurs, de raconter que des bons souvenirs... Une cérémonie d'une grande beauté.
J'ai toujours des contacts avec son petit frère (je l'ai eu hier par messages), il a créé une marque de vêtements hommage à sa sœur.

Un de mes anciens élèves est décédé brutalement aussi d'une maladie cérébrale pendant un été. Il avait été hospitalisé pendant un an, allait mieux, devait faire sa rentrée en 4ème en septembre et on a appris dans la fin du mois d'aout qu'il était parti. Je crois que c'est le décès que j'ai le plus mal vécu. J'ai été incapable d'aller aux obsèques alors que j'adorais ce gamin. Cela fait près de 10 ans et ça me fait toujours mal, il avait un prénom peu donné et rien que l'entendre de temps à autres, cela continue de me faire monter les larmes aux yeux. On est pas préparés à perdre un élève...

Dans les deux cas, ma CDE avait été exceptionnelle. Elle avait fait le lien avec la famille, a tout fait pour que les frères et sœurs scolarisés dans l'établissement soient entourés et accompagnés. On pouvait aller la voir dans son bureau pour discuter et s'épancher. Les parents étaient aussi les bienvenus et elle leur ouvrait sa porte dès qu'il le fallait.
On s'est entraidés avec mes collègues et soutenus.

Plus tard, j'ai appris que la petite sœur d'une fratrie que j'avais eu avait été assassinée. Je n'étais plus dans l'établissement depuis 2 ans, je ne connaissais cette enfant que de vue quand elle venait chercher ses ainées au collège mais cela m'a complètement ébranlée. Ne vivant plus dans le coin, je ne suis pas allée aux obsèques, je n'ai pas pu envoyer mes condoléances à la famille mais je pense souvent à ses grandes sœurs On m'avait donné des nouvelles de manière sporadique, je sais que l'assassin va avoir un procès mais je ne sais pas quand.

Je te souhaite beaucoup de courage.

_________________
Je m’excuse par avance des fautes d’accord, de grammaire, de syntaxe et de conjugaison que je peux laisser passer dans mes écrits. Je suis aphasique suite à un AVC et je réapprends à écrire depuis presque 5 ans. J'ai un grand problème avec le subjonctif et le genre des mots! Very Happy
Lyorane
Lyorane
Niveau 7

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Lyorane Mer 21 Fév - 14:34
Bonjour à tous,

Quelques nouvelles : je suis allée au lycée, mais ne voyais pas la classe principalement concernée. J'ai prévenu ma classe de ce matin que l'élève concerné était l'un des miens, que j'étais donc particulièrement touchée, mais que j'étais là, pour faire face, pour être là aussi pour eux. Je me suis excusée par avance du j'allais être parfois un peu désorganisée dans ma pensée, qu'ils pouvaient me le dire. J'ai fini en leur disant que nous, profs, on tenait à eux, qu'on était là pour eux, que j'espérais qu'ils le savaient.
La récré coupe ma séance de deux heures avec eux : une élève est venue me voir à l'intercours pour me remercier de leur avoir dit ça, et qu'elle était touchée.. que je sois touchée. Ça m'a étonnée : je pensais qu'à 17 ans ils savaient que nous étions plus que "des profs". Adorable, elle a proposé de m'accompagner au lieu de recueillement.

Je me suis rendue à la cellule psychologique, où la personne m'a demandé s'il n'était pas possible de réunir tous les profs de la classe : on a obtenu de libérer nos classes une demi-heure avant midi pour tous s'y rretrouver.
J'ai alors découvert que l'info n'avait pas été clairement donnée, mais qu'en fait plusieurs choses avaient eu lieu. Hier, il y avait en fait les trois membres de direction le plus important plus le PP pour annoncer aux derniers élèves la nouvelle, discuter, proposer des choses. Une collègue a continué ce matin : ils ont souhaité écrire des choses sur des post-it, qu'ils ont collé sur sa table. Sinon, ils ont de nouveau eu cours, tout doucement : ils ont clairement dit ne pas vouloir discuter en continu. Il y aura un temps de recueillement vendredi.

Là où je m'en veux, c'est que j'ai l'impression d'aller de maladresse en maladresse : j'ai croisé une élève de la classe ce matin, à qui j'ai posé la main sur l'épaule en lui disant à plus tard : elle m'a répondu avec un mouvement de recul d'un ton cinglant : "ben non, à demain". Pareil avec une autre hier, car je n'avais pas compris que la direction accueillait les élèves en classe, alors que certains étaient déjà dans la salle à part. Bref, je sais que je n'y peux rien, que je fais de mon mieux, mais j'ai l'impression que tous les collègues trouvent les mots, les gestes, et que moi je patauge.

La cellule nous a conseillé une petite parole bienveillante en début de cours, puis de travailler doucement, en les mettant en activité (éviter le cours magistral). J'ai tellement peur d'être maladroite que je ne sais pas encore. Pour le cours, je devais bosser un texte : travail trop lourd à mon avis. J'hésite entre de la grammaire ou les faire travailler leur choix d'oeuvre pour l'entretien : de la logique ou de l'argumentation personnelle.
Adaxio
Adaxio
Niveau 1

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Adaxio Mer 21 Fév - 15:49
Je pense que la meilleure chose à faire et d'évaluer le ressenti des élèves, leurs poser des questions, ont-ils envie d'en parler ? Si oui qu'ont ils à dire en rapport à ce sujet ? Désirent-ils communiquer avec un psychologue scolaire ou avec la direction ? Ont-ils l'impression d'en être la cause ? Le plus important est de questionner les élèves sur leur ressenti par rapport à cette situation et qu'ils puissent s'exprimer par la libre pensée.
Jenny
Jenny
Médiateur

Gérer la mort d'un élève  Empty Re: Gérer la mort d'un élève

par Jenny Mer 21 Fév - 15:51
Je crois que c'est important aussi de ne pas les forcer à en parler. Laisser la place à une discussion, mais sans être trop intrusif non plus.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum