Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Hypermnestre
Hypermnestre
Érudit

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty fille-mère dans la littérature du XIXe

par Hypermnestre le Mer 22 Aoû 2012 - 10:07
Bonjour,
Je cherche des extraits mettant en scène des filles-mères, qu'elles soient personnages principales ou secondaires, dans des oeuvres du XIXe.
Mis à part Fantine (Les Misérables), Rose (Histoire d'une fille de ferme et Une vie), Adèle (Pot-Bouille)... en voyez-vous d'autres ?
Merci d'avance!
Carabas
Carabas
Vénérable

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par Carabas le Mer 22 Aoû 2012 - 10:23
Le Papa de Simon, une nouvelle de Maupassant. Elle est plus centrée sur l'enfant que sur la mère, mais bon. Et c'est vrai que tu as déjà du Maupassant...

Sinon, Nana a un fils.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett
avatar
Invité23
Fidèle du forum

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par Invité23 le Mer 22 Aoû 2012 - 11:22
Gervaise, qui n'a jamais été mariée avec Lantier. Il y a un passage au début de l'Assommoir Wink
MrBrightside
MrBrightside
Empereur

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par MrBrightside le Mer 22 Aoû 2012 - 11:25
Je suppose que les oeuvres traduites ne t'intéressent que moyennement? (Je pensais à la Lettre Ecarlate, et peut-être Les Quatre Filles du Dr March mais je pense que la mère n'a qu'un rôle mineur.)
Hypermnestre
Hypermnestre
Érudit

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par Hypermnestre le Mer 22 Aoû 2012 - 11:31
@Carabas a écrit:Le Papa de Simon, une nouvelle de Maupassant. Elle est plus centrée sur l'enfant que sur la mère, mais bon. Et c'est vrai que tu as déjà du Maupassant...

Sinon, Nana a un fils.
J'ai déjà du Maupassant, comme vous dites, mais cela n'a pas d'importance.
Merci pour le Papa de Simon ! Il me semble effectivement que l'on met avant tout en valeur la honte du fils, et que l'on parle très peu de la mère et du regard de la société sur elle... mais je vais quand même relire cette nouvelle.
Pour Nana, il me semble qu'elle apparaît avant tout comme une prostituée.
Merci pour ces exemples Very Happy


Dernière édition par hypermnestre le Mer 22 Aoû 2012 - 11:33, édité 1 fois
Hypermnestre
Hypermnestre
Érudit

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par Hypermnestre le Mer 22 Aoû 2012 - 11:33
Lilyrose a écrit:Gervaise, qui n'a jamais été mariée avec Lantier. Il y a un passage au début de l'Assommoir Wink
Je n'ai plus du tout l'Assommoir en tête... si vous pouvez me trouver le passage (même à peu près), je vous en serais très reconnaissante !
Hypermnestre
Hypermnestre
Érudit

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par Hypermnestre le Mer 22 Aoû 2012 - 11:34
@MrBrightside a écrit:Je suppose que les oeuvres traduites ne t'intéressent que moyennement? (Je pensais à la Lettre Ecarlate, et peut-être Les Quatre Filles du Dr March mais je pense que la mère n'a qu'un rôle mineur.)
Vous supposez bien... mais merci quand même d'avoir joué ! Very Happy
Et je garde ces exemples dans un coin de mon esprit, pour une autre utilisation éventuelle... rien ne se perd...
avatar
Invité23
Fidèle du forum

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par Invité23 le Mer 22 Aoû 2012 - 12:38
@hypermnestre a écrit:
Lilyrose a écrit:Gervaise, qui n'a jamais été mariée avec Lantier. Il y a un passage au début de l'Assommoir Wink
Je n'ai plus du tout l'Assommoir en tête... si vous pouvez me trouver le passage (même à peu près), je vous en serais très reconnaissante !

En fait, le passage est dans la Fortune des Rougon, il est très court :

"Gervaise, battue, élevée dans la rue avec les garçons du voisinage, devint grosse à l’âge de quatorze ans. Le père de l’enfant n’avait pas dix-huit ans. C’était un ouvrier tanneur, nommé Lantier. Macquart s’emporta. Puis, quand il sut que la mère de Lantier, qui était une brave femme, voulait bien prendre l’enfant avec elle, il se calma. Mais il garda Gervaise, elle gagnait déjà vingt-cinq sous, et il évita de parler mariage. Quatre ans plus tard, elle eut un second garçon, que la mère de Lantier réclama encore. Macquart, cette fois-là, ferma absolument les yeux. Et comme Fine lui disait timidement qu’il serait bon de faire une démarche auprès du tanneur pour régler une situation qui faisait clabauder, il déclara très-carrément que sa fille ne le quitterait pas, et qu’il la donnerait à son séducteur plus tard, « lorsqu’il serait digne d’elle, et qu’il aurait de quoi acheter un mobilier. » "

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Fortune_des_Rougon/IV
avatar
InvitéO
Habitué du forum

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par InvitéO le Mer 22 Aoû 2012 - 12:59
@hypermnestre a écrit:
@MrBrightside a écrit:Je suppose que les oeuvres traduites ne t'intéressent que moyennement? (Je pensais à la Lettre Ecarlate, et peut-être Les Quatre Filles du Dr March mais je pense que la mère n'a qu'un rôle mineur.)
Vous supposez bien... mais merci quand même d'avoir joué ! Very Happy
Et je garde ces exemples dans un coin de mon esprit, pour une autre utilisation éventuelle... rien ne se perd...

Si rien ne se perd, je citerais le sublime Tess of the D'Urberville.
MrBrightside
MrBrightside
Empereur

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par MrBrightside le Mer 22 Aoû 2012 - 13:18
Justinien a écrit:
@hypermnestre a écrit:
@MrBrightside a écrit:Je suppose que les oeuvres traduites ne t'intéressent que moyennement? (Je pensais à la Lettre Ecarlate, et peut-être Les Quatre Filles du Dr March mais je pense que la mère n'a qu'un rôle mineur.)
Vous supposez bien... mais merci quand même d'avoir joué ! Very Happy
Et je garde ces exemples dans un coin de mon esprit, pour une autre utilisation éventuelle... rien ne se perd...

Si rien ne se perd, je citerais le sublime Tess of the D'Urberville.

Que je me sens tout honteux d'avoir oublié Wink Excellente référence sur cette thématique.
avatar
retraitée
Doyen

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par retraitée le Mer 22 Aoû 2012 - 14:12
Dans Notre Dame de paris, Paquette la chantefleurie, mère d'Agnès/esméralda.
Elaïna
Elaïna
Bon génie

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par Elaïna le Mer 22 Aoû 2012 - 15:07
euh... c'est qui la fille-mère, dans Les quatre filles du dr March ?

_________________
It took me forty years to realize this. But for guys like us... our lives aren't really our own. There's always someone new to help. Someone we need to protect. These past few years, I fought that fate with all I had. But I'm done fighting. It's time I accept the hand I was dealt. Too many people depend on us. Their dreams depend on us.

Kiryu Kazuma inYakuza 4 Remastered
Marie Laetitia
Marie Laetitia
Bon génie

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par Marie Laetitia le Dim 26 Aoû 2012 - 18:57
Artémise a écrit:euh... c'est qui la fille-mère, dans Les quatre filles du dr March ?
je me suis posé la même question ! Laughing Razz

_________________
 fille-mère dans la littérature du XIXe Dlb10
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)


Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. [...] Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. Elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...


Et on ne dit pas "voir(e) même" mais "voire" ou "même".
frimoussette77
frimoussette77
Monarque

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par frimoussette77 le Dim 26 Aoû 2012 - 19:59
Les quatre filles du docteur March pour les relations mère-filles mais pas de fille-mère. Very Happy
MrBrightside
MrBrightside
Empereur

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par MrBrightside le Dim 26 Aoû 2012 - 20:02
C'est moi que je sais pas lire le français Very Happy
avatar
User5899
Dieu de l'Olympe

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par User5899 le Dim 26 Aoû 2012 - 21:21
@hypermnestre a écrit:Bonjour,
Je cherche des extraits mettant en scène des filles-mères, qu'elles soient personnages principales ou secondaires, dans des oeuvres du XIXe.
Mis à part Fantine (Les Misérables), Rose (Histoire d'une fille de ferme et Une vie), Adèle (Pot-Bouille)... en voyez-vous d'autres ?
Merci d'avance!
Paquette dans Les Misérables.
Sieglinde dans La Walkyrie (enceinte de son frère jumeau, en plus).
JPhMM
JPhMM
Demi-dieu

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par JPhMM le Dim 26 Aoû 2012 - 21:33
Correspondance entre George Sand et Solange ?

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
retraitée
Doyen

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par retraitée le Jeu 30 Aoû 2012 - 19:25
Cripure a écrit:
@hypermnestre a écrit:Bonjour,
Je cherche des extraits mettant en scène des filles-mères, qu'elles soient personnages principales ou secondaires, dans des oeuvres du XIXe.
Mis à part Fantine (Les Misérables), Rose (Histoire d'une fille de ferme et Une vie), Adèle (Pot-Bouille)... en voyez-vous d'autres ?
Merci d'avance!
Paquette dans Les Misérables.
Sieglinde dans La Walkyrie (enceinte de son frère jumeau, en plus).
Paquette, c'est dans Notre Dame de Paris, non ? (voir mon message plus haut).
avatar
retraitée
Doyen

fille-mère dans la littérature du XIXe Empty Re: fille-mère dans la littérature du XIXe

par retraitée le Jeu 30 Aoû 2012 - 19:26
Dans une Vie, de Maupassant, Rosalie, enceinte de Julien.

Comparer les deux récits d'accouchement (Jeanne et Rosalie ). Et le fils de Rosalie est nettement "meilleur" que Paul, le fils de Jeanne.!
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum