Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Pointvirgule
Pointvirgule
Niveau 6

Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ? Empty Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ?

par Pointvirgule Mar 17 Sep - 7:23
Bonjour Smile 

Je recherche des témoignages ou des avis concernant le métier de prof doc dans le privé : qu'est ce que cela change par rapport au public ? Ma question porte sur le métier en lui-même mais aussi sur les conditions de travail (budget du CDI, considération de la part de l'administration, type de public(s)...).

Si vous travaillez dans le privé, pourquoi avoir fait ce choix ?

A l'inverse, si vous travaillez dans le public, pourquoi préférez vous le public au privé ?

Merci d'avance pour vos réponses !
capucine42
capucine42
Érudit

Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ? Empty Re: Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ?

par capucine42 Mar 17 Sep - 13:09
Je pense que la première chose à savoir quand on passe le CAFEP dans n'importe quelle matière c'est que le rectorat a obligation de te trouver un mi-temps et pas un temps complet et que tu es payée selon le nombre d'heures que tu fais.
Bien sûr dans certaines académies tu trouveras toujours un temps plein, mais dans d'autres ça peut être plus difficile.

Quand on perd des heures au niveau de la dotation horaire de l'établissement, on ferme des classes et le prof qui a le moins d'ancienneté se retrouve en perte d'heures. Ca apporte une priorité au niveau du mouvement de l'emploi, globalement on arrive à récupérer des heures ailleurs mais on ne peut pas parler de sécurité à 100 pour cent.
Ensuite les frais de déplacement entre plusieurs établissements ne sont jamais remboursés, on lit parfois sur Néo qu'il est interdit d'envoyer un certifié sur deux établissements qui ne sont pas dans la même ville, dans le privé non seulement c'est autorisé mais c'est plus que monnaie courante, et souvent plus que sur deux établissements. Si tu es sur 3 établissements tu as une heure de décharge.
Tu cotises plus pour la retraite et tu toucheras moins pourtant.

En revanche dans la plupart des cas, tu resteras sur ton académie mais l'académie peut être grande, j'ai fait par exemple 3 H de route pendant 4 ans puis comme j'ai été souvent en perte d'heures je me suis rapprochée de chez moi, au bout de neuf ans je suis sur deux établissements, l'un dans ma ville, l'autre à 25 kms: C'est une situation "satisfaisante" pour un prof de lettres du privé dans mon académie...

Concernant le public, j'ai connu sur les 5 établissements que j'ai fréquentés un seul établissement avec un public vraiment difficile( établissement de 50 élèves qui menace de fermer depuis des années et dans lequel se sont concentrés les élèves renvoyés du public, c'est donc un cas de figure qui existe). Les deux établissements sur lesquels je suis aujourd'hui accueillent des élèves très corrects pour la plupart et le pourcentage de réussite au bac est très bon (100 pour cent cette année sur la filière générale sur les deux au premier tour pour tout dire). Les parents sont très présents et impliqués, parfois trop, je dirais que plus de la moitié des parents de mes élèves de collège se farcissent les oeuvres intégrales et cursives Rolling Eyes Rolling Eyes et même certains parents s'excusent de ne pas avoir eu le temps de lire tel bouquin et culpabilisent.
Revers de la médaille: Certains parents s'attribuent le droit de juger tes cours sur un plan moral: J'ai eu des plaintes une année parce que j'avais fait lire Dracula mais ça ne m'a pas empêchée de recommencer...
En revanche j'ai aussi des élèves de bac pro qui sont un peu moins faciles. Je ne pense pas que beaucoup de certifiés du public exercent à la fois sur le collège, le lycée général, le lycée pro( et l'année dernière j'avais des BTS en plus, le tout pour 17,5 H). Ca m'a demandé un boulot monstrueux...
Il m'est arrivé aussi de n'avoir que 3 niveaux de collège en tout et pour tout dans le passé et j'ai même un collègue qui n'a que des sixièmes, tout est possible!

En conclusion, pour moi le point noir du privé et la raison pour laquelle je pourrais regretter mon choix de départ est vraiment l'incertitude du salaire en cas de perte d'heures. Le point positif est l'impossibilité d'être TZR puisque c'est un statut qui n'existe pas. Tu ne risques pas d'enchaîner les remplacements courts mais tu risques de muter souvent si tu es dans une académie dans laquelle on retire des postes fréquemment.
menerve
menerve
Oracle

Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ? Empty Re: Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ?

par menerve Mer 18 Sep - 5:33
Dans le collège privé de ma fille, la documentaliste exerce à mitemps au cdi et elle complète en tant que prof de français.
Je ne sais pas quel est le budget mais peu de livres dans le cdi, c.est très vieillot et le prêt n.est pas informatisé. En revanche les élèves ont des ordinateurs fonctionnels au cdi ce qui n.est pas le cas chez moi.

J.ai toujours enseigné dans le public et c.est la première fois où je suis dans un établissement où il fait bon enseigner. Ambiance sereine avec les élèves...je n.ai plus peur d.aller en cours. Il m.a fallu 15 ans pour trouver ça.
Pointvirgule
Pointvirgule
Niveau 6

Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ? Empty Re: Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ?

par Pointvirgule Mer 18 Sep - 12:08
Merci pour vos réponses Wink 

Capucine42, ta réponse est très complète et soulève les différents problèmes auxquels je m'attendais. Cependant, concernant le nombre d'heures et le risque de ne travailler qu'à temps partiel, je me disais qu'en étant prof doc le cas est particulier. Je suis certainement naïve mais s'il y a un CDI à gérer et une volonté de l'établissement de le faire fonctionner toute la semaine, cela correspond au moins à un poste à temps plein... J'ai donc l'impression qu'en étant prof doc dans le privé c'est tout de même rare de se retrouver seulement avec quelques heures... Je me trompe ?

Mais déjà dans le public je ne comprends pas cette logique de multiplier les temps partiels ou de faire travailler sur deux établissements en fermant parfois l'autre moitié du temps le CDI...

Menerve : oui bizarrement on m'a également fait remarquer que les budgets sont plus faibles dans le privé... titanic 
Blan6ine
Blan6ine
Érudit

Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ? Empty Re: Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ?

par Blan6ine Mer 18 Sep - 12:17
Entreparentheses a écrit:. Cependant, concernant le nombre d'heures et le risque de ne travailler qu'à temps partiel, je me disais qu'en étant prof doc le cas est particulier. Je suis certainement naïve mais s'il y a un CDI à gérer et une volonté de l'établissement de le faire fonctionner toute la semaine, cela correspond au moins à un poste à temps plein... J'ai donc l'impression qu'en étant prof doc dans le privé c'est tout de même rare de se retrouver seulement avec quelques heures... Je me trompe ?
Mais déjà dans le public je ne comprends pas cette logique de multiplier les temps partiels ou de faire travailler sur deux établissements en fermant parfois l'autre moitié du temps le CDI...
La logique est économique.
L'établissement privé n'obtient pas toujours du rectorat une dotation horaire complète pour un prof doc, voilà une des raisons pour lesquelles un prof doc peut ne pas avoir un temps complet. Avec de la bonne volonté et des effectifs, le chef d'établissement dans une telle situation peut effectivement se battre et obtenir un temps complet.
Il y a des établissements privés qui ont les moyens de payer un autre poste de doc ou de compléter (mais ce ne sont pas les mêmes conditions de recrutement et de salaire...).


Dernière édition par Blan6ine le Mer 18 Sep - 15:50, édité 1 fois (Raison : oubli d'un mot)
menerve
menerve
Oracle

Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ? Empty Re: Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ?

par menerve Mer 18 Sep - 15:46
Même dans le public j.ai fait une année à mi temps dans deux collèges séparés par une heure de route et donc double boulot avec moitié moins de temps pour le faire...
EdithW
EdithW
Sage

Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ? Empty Re: Professeur documentaliste dans le privé : quelles différences avec le public ?

par EdithW Lun 28 Fév - 8:54
Je remonte ce sujet pour dire que non, il n'y a aucune obligation ni du rectorat ni de l'enseignement privé à proposer un poste, si un prof du privé, titulaire, doc ou pas, se trouve en perte d'heures au-delà de son mi-temps, et refuse d'aller où il y a un poste disponible IL PERD SON CONTRAT, donc son emploi.

Les CDI ne sont absolument pas sanctuarisés, au contraire. Ce qui est en train de se passer sur plusieurs académies/départements en est la preuve.

Dans la mienne, l'enseignement privé a décidé que, la moyenne d'élèves dans un établissement pour un temps plein de doc étant 600, on divise le nombre d'élèves total de l'académie par 600 et ça donne le nombre de docs à avoir en tout. Soit une trentaine pour moins de 100 établissements sur 4 départements. Dans le département où j'exerce, peu d'établissements, peu d'élèves (moins de 2000 en tout en second degré). Donc leur système équivaudrait à 3 postes de docs, un dans chacun des gros lycées et un "volant" sur 4 plus petits établissements (parfois à 1h de route de montagne les uns des autres).
Des CDI FERMENT, dont un avec plus de 130 élèves "ce n'est pas grave, la doc part en retraite, ce sera indolore" dixit le directeur diocésain woohoo . Les rectorats bottent en touche (ils ne sont pas concernés directement, l'enseignement privé décide à Paris du nombre de postes à rendre (justifié par la baisse d'effectifs) et donne ses chiffres aux directions diocésaines qui font leur magouille entre chefs et proposent au rectorat de sabrer tel ou tel service).  Le plus rageant est que nous n'avons même pas droit à l'IDV (indemnité de départ volontaire pour restructuration) ou rupture conventionnelle car on nous proposera quelque chose, peut être à 400 bornes, mais quelque chose. Cela nous met un peu dans la situation du premier poste des titulaires du public... sans aucun des avantages (pas de retraite sur les 6 derniers mois, pas de poste à vie, pas de statut fonctionnaire...). Le rectorat refuse de payer de sa poche quoi que ce soit puisque les fermetures ne viennent pas d'eux. Et on nous a prévenus qu'il y avait encore plusieurs dizaines de postes de doc en trop... :serge:
Spoiler:

Cette situation (aucune sécurité de l'emploi) est commune à tous les enseignants du privé bien sûr, pas qu'aux documentalistes, mais autant il est possible (je n'ai pas dit facile) de compléter un service en maths ou histoire-géo dans l'établissement le plus proche, autant supprimer (comme c'est le cas dans mon département) 1 temps plein et quart de doc, va créer des problèmes pour les deux personnes concernées. Aucune création de poste bien sûr, pas de départ en retraite, pas de mutation... qui va rester sur le carreau? Une des deux personnes est à la veille de la retraite (encore 2 ans à faire) et pas franchement en position de déménager... surtout si l'année suivante ça recommence.

On est donc (je dis on car l’association des docs du privé APDEP est mobilisée) à la recherche de témoignage ou infos sur les collègues concernés, qui se sentent sûrement seuls dans leur CDI au moment où les DHG tombent...
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum