Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
coindeparadis
Guide spirituel

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par coindeparadis le Jeu 7 Avr 2016 - 19:42
Comment se fait-il que l'EN soit le seul ministère où le M1 soit nécessaire pour un concours catégorie A, là où ailleurs la L3 suffit ?
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par Daphné le Jeu 7 Avr 2016 - 19:53
Parce qu'on sait que les diplômes sont dévalorisés ?

:plusla:
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par Lefteris le Jeu 7 Avr 2016 - 20:06
@Daphné a écrit:Parce qu'on sait que les diplômes sont dévalorisés ?

:plusla:
Exactement, en plus.  Une mauvaise licence, une formation pédagogiste derrière, ça fait bac +  X, mais rien derrière, donc ça contraint les gens à accepter , selon le principe  du "prends ça ou fais autre chose". Les autres concours de catégorie A sont accessibles à bac + 3 exigible au moment de l'intégration  comme stagiaire. Idéalement , on peut terminer sa licence en passant un concours. Je ne sais pas si c'est fréquent maintenant, mais je l'ai vu par le passé. Les enseignants ont toujours été obligés de faire au moins 4 ans, d'où d'ailleurs l'appellation PLC2   en IUFM.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
avatar
Balthazaard
Esprit éclairé

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par Balthazaard le Jeu 7 Avr 2016 - 20:40
@Lefteris a écrit:
@XIII a écrit:C'est le résultat de 50 ans d'un syndicalisme de l'entre soi complètement déconnecté du monde syndical interpro. Le résultat également d'une collusion PS/SNI!

Actuellement aussi il y a une forme d'individualisme chez les jeunes (et moins jeunes..) où chacun regarde sa petite personne, son petit intérêt. Le SE UNSA a bien saisit cet aspect des choses en étant un syndicat de services, où les intérêts collectifs passent au second plan, les grandes lignes nationales sont effacées ou édulcorées...La captation des jeunes se fait aussi au travers de la mise en place de formations péda. qui ont quasi disparues du paysage Institutionnel...Ce syndicat formate des moutons, infantilise, culpabilise et quelques fois menace des collègues qui pourraient avoir la mauvaise idée de s'écarter de la doxa.
Absolument terrible, effrayant. Je suis devenu enseignant sur le tard,  donc relativement récemment, et dans mon imaginaire, je voyais les enseignants  comme militants, concernés par le monde qui les entoure. Or, j'ai découvert  souvent des gens persuadés de "n'être pas des fonctionnaires comme les les autres" (en toute ignorance et sincérité) , ne  sachant même pas à quelle catégorie administrative ils appartiennent. Cet état d'esprit, ce refus  ou cette incapacité de voir la réalité les amène à se replier sur des syndicats  corpo, avec  évidemment l'horizon restreint qui va avec . Et  cette absence de conscience est aussi la raison pour laquelle on les dépouille tranquillement de leur statut de cadre A, qu'on les mène à des tâches subalternes d'exécution et d'animation, avec assignation à procédures et horaires.

Je ne savais pas que les syndicats jaunes allaient jusqu'à organiser le relais  de la propagande pédago-gouvernementale :shock: .

En plus de 30 ans d'observation je trouve que l'ignorance administrative des enseignants est impressionnante, j'ignore si c'est pareil dans d'autres administrations. A part connaitre leur échelon, pour certains c'est le néant.
avatar
coindeparadis
Guide spirituel

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par coindeparadis le Jeu 7 Avr 2016 - 20:54
Ma petite expérience de travailleur social dans la FPT, m'incite à penser comme vous.

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par JPhMM le Jeu 7 Avr 2016 - 20:59
@Yazilikaya a écrit:Parce que nous sommes trop c...
Ce n'est pas spécifique aux enseignants du premier degré. Wink

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par Daphné le Jeu 7 Avr 2016 - 22:10
@Balthazaard a écrit:
@Lefteris a écrit:
@XIII a écrit:C'est le résultat de 50 ans d'un syndicalisme de l'entre soi complètement déconnecté du monde syndical interpro. Le résultat également d'une collusion PS/SNI!

Actuellement aussi il y a une forme d'individualisme chez les jeunes (et moins jeunes..) où chacun regarde sa petite personne, son petit intérêt. Le SE UNSA a bien saisit cet aspect des choses en étant un syndicat de services, où les intérêts collectifs passent au second plan, les grandes lignes nationales sont effacées ou édulcorées...La captation des jeunes se fait aussi au travers de la mise en place de formations péda. qui ont quasi disparues du paysage Institutionnel...Ce syndicat formate des moutons, infantilise, culpabilise et quelques fois menace des collègues qui pourraient avoir la mauvaise idée de s'écarter de la doxa.
Absolument terrible, effrayant. Je suis devenu enseignant sur le tard,  donc relativement récemment, et dans mon imaginaire, je voyais les enseignants  comme militants, concernés par le monde qui les entoure. Or, j'ai découvert  souvent des gens persuadés de "n'être pas des fonctionnaires comme les les autres" (en toute ignorance et sincérité) , ne  sachant même pas à quelle catégorie administrative ils appartiennent. Cet état d'esprit, ce refus  ou cette incapacité de voir la réalité les amène à se replier sur des syndicats  corpo, avec  évidemment l'horizon restreint qui va avec . Et  cette absence de conscience est aussi la raison pour laquelle on les dépouille tranquillement de leur statut de cadre A, qu'on les mène à des tâches subalternes d'exécution et d'animation, avec assignation à procédures et horaires.

Je ne savais pas que les syndicats jaunes allaient jusqu'à organiser le relais  de la propagande pédago-gouvernementale :shock: .

En plus de 30 ans d'observation je trouve que l'ignorance administrative des enseignants est impressionnante, j'ignore si c'est pareil dans d'autres administrations. A part connaitre leur échelon, pour certains c'est le néant.

Et je t'assure qu'il y en a qui ne le connaissent même pas !
avatar
dandelion
Grand sage

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par dandelion le Jeu 7 Avr 2016 - 23:06
Je me dis tout de même qu'il n'y a pas que les PE qui sont passifs. En même temps, ceux qui ont regardé Cash Investigation mardi ont bien vu que M. Sapin n'avait pas le plus petit poste à proposer à l'honorable personne qui avait dénoncé le scandale UBS et permis à la France de récupérer pas mal d'euros, tout en poursuivant de vils fraudeurs. La pauvre dame finira sous les ponts. Le message retenu par la population est-il qu'il faut dénoncer les agissements coupables ou qu'il faut sauver sa peau et fermer sa gueule?
Autre émission, sur les pesticides: des enfants hawaïens naissent en nombre avec d'affreuses malformations de l'abdomen (qui doivent générer une souffrance atroce). Les gens sont aimables et passent par la loi. La loi est votée mais retoquée au niveau fédéral. Ces personnes, dont la santé est directement menacée, qui voient leurs enfants souffrir et mourir, ne se révoltent pas. Pourquoi? Parce que s'ils le faisaient ils finiraient en prison, et leurs enfants seraient seuls, sans protection sociale.
De lourds crédits immobiliers, des frais de justice exorbitants et une justice fort lente, un taux de chômage élevé, une crise qui ne semble jamais vouloir cesser, un allongement de la vie qui fait que beaucoup ont leurs parents à charge, tous les ingrédients sont réunis pour que la population sache que toute révolte isolée se paiera très cher. Et on fait des exemples parmi les employés pour ôter toute velléité de réaction aux autres (c'est très vrai pour les PE, clairement à l'oeuvre dans le secondaire d'après ce que j'ai pu constater ou lire ici).
Si on ajoute l'individualisme croissant et le fait que nous nous réfugions tous derrière nos écrans, on n'a pas tellement l'impression que le grand soir est pour demain. Je ne l'appelle d'ailleurs pas de mes voeux.
avatar
coindeparadis
Guide spirituel

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par coindeparadis le Ven 8 Avr 2016 - 10:20
Et j'ajouterais Dandelion, que depuis 3 ans, de manière très visible, les CG (ex CD) font un chantage aux allocations (RSA, allocations familiales,etc...) pilotant les CAF qui ne sont plus que des caissiers. Les plus démunis acceptent tout, courbent le dos car ils craignent sans cesse de voir suspendre voire supprimer leurs droits. Les petits gagneurs, détenteurs de CDD, de temps partiels, d'horaires pourris atypiques, voyant ça courbent l'échine devant le patron, trop apeurés à l'idée de finir chômeurs à vie. Parce que c'est cela qui inquiète désormais. Voir qu'on ne sort plus du chômage. Alors les jeunes PE, rendent grâce à l'Etat de leur donner la manne ... Et courbent l'échine à leur tour...

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi
slfa2002
Niveau 5

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par slfa2002 le Ven 8 Avr 2016 - 11:03
Si je reviens 15 ans en arrière quand j'ai commencé, j'ai de nombreux amis qui ont choisi le privé et qui me disaient que j'étais dans une voie de garage....( salaire, perspective etc...).
Aujourd'hui, je suis un PE qui n'a jamais travaillé dans une école....qui a maximisé les profits ( surtout financier) dans des conditions de travail qui sont objectivement très difficiles.
Cependant, sur le groupe initial, seulement deux ont une carrière intéressante ( métier, travail à l'étranger, perspectives, Porsche cayenne....)
Les autres galèrent tous à l'approche de la quarantaine et plusieurs veulent devenir profs ( en sachant parfaitement que ce n'est pas une sinécure). Ils ont un salaire pourri, une pression permanente des managers, des heures sup non payées, burn out, divorces. Ils sont abîmés...Ai-je fait finalement un bon choix en sachant que la situation des profs en général ne cessent de se dégrader à l'image de celle de tous les salariés.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par Lefteris le Ven 8 Avr 2016 - 11:21
@dandelion a écrit:Je me dis tout de même qu'il n'y a pas que les PE qui sont passifs. En même temps, ceux qui ont regardé Cash Investigation mardi ont bien vu que M. Sapin n'avait pas le plus petit poste à proposer à l'honorable personne qui avait dénoncé le scandale UBS et permis à la France de récupérer pas mal d'euros, tout en poursuivant de vils fraudeurs. La pauvre dame finira sous les ponts. Le message retenu par la population est-il qu'il faut dénoncer les agissements coupables ou qu'il faut sauver sa peau et fermer sa gueule?
Autre émission, sur les pesticides: des enfants hawaïens naissent en nombre avec d'affreuses malformations de l'abdomen (qui doivent générer une souffrance atroce). Les gens sont aimables et passent par la loi. La loi est votée mais retoquée au niveau fédéral. Ces personnes, dont la santé est directement menacée, qui voient leurs enfants souffrir et mourir, ne se révoltent pas. Pourquoi? Parce que s'ils le faisaient ils finiraient en prison, et leurs enfants seraient seuls, sans protection sociale.
De lourds crédits immobiliers, des frais de justice exorbitants et une justice fort lente, un taux de chômage élevé, une crise qui ne semble jamais vouloir cesser, un allongement de la vie qui fait que beaucoup ont leurs parents à charge, tous les ingrédients sont réunis pour que la population sache que toute révolte isolée se paiera très cher. Et on fait des exemples parmi les employés pour ôter toute velléité de réaction aux autres (c'est très vrai pour les PE, clairement à l'oeuvre dans le secondaire d'après ce que j'ai pu constater ou lire ici).
Si on ajoute l'individualisme croissant et le fait que nous nous réfugions tous derrière nos écrans, on n'a pas tellement l'impression que le grand soir est pour demain. Je ne l'appelle d'ailleurs pas de mes voeux.
Il y a beaucoup de vrai, mais justement, ce qui reste de possibilité d'action collective ne doit pas être rejeté par cet individualisme forcené dont tu fais état. la liberté de s'associer et de se syndiquer existe, elle permet aussi de ne pas laisser les appareils syndicaux se comporter en autocrates (dont on se plaint ensuite). Et je suis consterné de voir des collègues qui ne le font pas juste pour ne pas avoir à payer une cotisation No , ou alors qui le font dans un syndicat notoirement jaune, juste pour être du côté du manche et obtenir un service à la personne.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par Celadon le Ven 8 Avr 2016 - 16:16
Il n'est pas mauvais de se remémorer l'expérience de Philip Zimbardo après celle de Milgram début années 70, dont la conclusion pourrait se résumer ainsi :
la puissance des situations sociales est capable de fausser l'identité perso et la moralité de l'individu, qui dépend davantage de la situation qui lui est imposée que de ses valeurs propres.
On a l'impression avec la mondialisation, et W. Buffet l'a confirmé en termes marxistes, que la situation s'aggrave pour les petits, que les puissants s'affranchissent de plus en plus des règles de fonctionnement général de la société et surtout surtout, qu'ils s'en moquent pas mal en narguant ceux qu'ils maintiennent en leur pouvoir quasi absolu. Et ceci ne peut aller que de mal en pis puisque la situation s'y prête. furieux
Alors dans la profession d'instit/PE, comment s'étonner de cette soumission après tant de décennies de Code Soleil et autres mainmises sur la sphère privée de l'enseignant ?
avatar
coindeparadis
Guide spirituel

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par coindeparadis le Ven 8 Avr 2016 - 16:23
@Celadon a écrit:Il n'est pas mauvais de se remémorer l'expérience de Philip Zimbardo après celle de Milgram début années 70, dont la conclusion pourrait se résumer ainsi :
la puissance des situations sociales est capable de fausser l'identité perso et la moralité de l'individu, qui dépend davantage de la situation qui lui est imposée que de ses valeurs propres.
On a l'impression avec la mondialisation, et W. Buffet l'a confirmé en termes marxistes, que la situation s'aggrave pour les petits, que les puissants s'affranchissent de plus en plus des règles de fonctionnement général de la société et surtout surtout, qu'ils s'en moquent pas mal en narguant ceux qu'ils maintiennent en leur pouvoir quasi absolu. Et ceci ne peut aller que de mal en pis puisque la situation s'y prête. furieux
Alors dans la profession d'instit/PE, comment s'étonner de cette soumission après tant de décennies de Code Soleil et autres mainmises sur la sphère privée de l'enseignant ?
aai

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par Ronin le Ven 8 Avr 2016 - 16:25
Oui. Menfin, y a aussi une soumission volontaire pour éviter de réfléchir. Parce que des gros balourds quand même, y en a un paquet chez nous, quand ce ne sont pas des zélotes de la destruction.

_________________
Contenu sponsorisé

Re: Pourquoi les enseignants du 1er degré sont-ils aussi passifs ? Lettre de Causeur

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum