Sarinagara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sarinagara

Message par Kilmeny le Sam 20 Fév 2010 - 9:45

Sarinagara de Philippe Forest
Je découvre... Merveilleux ! Solaire! Si simple et si profond. Totalement dépaysant et pourtant si familier. Je suis fascinée.





.

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1

Kilmeny
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarinagara

Message par 21 le Sam 20 Fév 2010 - 9:46

Tu peux nous en dire plus ?!

21
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarinagara

Message par Kilmeny le Sam 20 Fév 2010 - 9:53

Quatrième de couverture :

"Sarinagara

signifie cependant. Ce mot est le dernier d'un des plus célèbres
poèmes de la littérature japonaise. Lorsqu'il
l'écrit, Kobayashi Issa vient de perdre son seul enfant :
oui, tout est néant, dit-il. Mais mystérieusement,
Issa ajoute à son poème ce dernier mot dont il
laisse la signification suspendue dans le vide.
L'énigme du mot sarinagara est l'objet
du roman qui unit trois histoires : celle de Kobayashi
Issa (1763-1827), le dernier des grands maîtres de l'art
du haïku, de Natsume Sôseki (1867-1916), l'inventeur
du roman japonais moderne, et de Yamata Yosuke (1917-1966),
qui fut le premier à photographier les victimes et les
ruines de Nagasaki. Ces trois vies rêvées forment
la matière d'un quatrième roman qui interroge
à son tour la manière dont un individu peut parfois
espérer survivre à l'épreuve de la vérité
la plus déchirante.
Loin des représentations habituelles du Japon,
plus loin encore des discours actuels sur le deuil et sur l'art,
dans la plus exacte fidélité à une expérience
qui exige cependant d'être exprimée chaque fois
de façon différente et nouvelle, le texte de Philippe
Forest raconte comment se réalise un rêve d'enfant.
Entraînant avec lui le lecteur de Paris à Kyôto
puis de Tôkyô à Kôbe, lui faisant traverser
le temps de l'existence et celui de l'Histoire, ce roman reconduit
le rêveur vers le lieu, singulièrement situé
de l'autre côté de la terre, où se tient
son souvenir le plus ancien : là où l'oubli
abrite étrangement en lui la mémoire vivante du
désir."

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1

Kilmeny
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarinagara

Message par 21 le Sam 20 Fév 2010 - 10:22

Ah oui ton premier message et cette quatrième de couverture donnent vraiment envie de parcourir les pages de ce roman certainement bouleversant. Merci pour cette référence (révérence) !

21
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarinagara

Message par touby le Sam 20 Fév 2010 - 11:26

C'était mon prof de fac...
Nananère...

touby
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarinagara

Message par Kilmeny le Sam 20 Fév 2010 - 14:15

@touby a écrit:C'était mon prof de fac...
Nananère...

Quelle chance! ce devait être un prof génial !

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1

Kilmeny
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarinagara

Message par Carabas le Dim 21 Fév 2010 - 17:51

Ca fait envie. Merci! Very Happy

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarinagara

Message par harry james le Mar 9 Mar 2010 - 22:44

moi aussi je l'ai eu comme prof et directeur de mémoire....
Très bon. notamment quand il s'agit de littérature americaine.

J' ai bien aimé ces romans aussi, tous.

_________________
Merdre lachez tout! Partez sur les routes!


Out of sorrow entire worlds have been built
Out of longing great wonders have been willed
[...]
Outside my window, the world has gone to war
Are you the one that I've been waiting for?

harry james
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarinagara

Message par Carabas le Mar 9 Mar 2010 - 22:48

J'ai trouvé Sarinagara à la bibliothèque. Lecture prévue pour après Pratchett et Revéret.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum