Ecrire à la manière de Zola

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ecrire à la manière de Zola

Message par Amaliah le Lun 15 Nov 2010 - 15:25

J'avais prévu au début de mon étude du Ventre de Paris en 3° de consacrer une séance à l'étude de phrases bien caractéristiques de Zola afin que les élèves imitent ces structures et enrichissent leurs propres phrases.
Mais en fait je ne vois rien d'autre que les phrases du type verbe conjugué, suivi de deux ou trois participes présents, comme « Elles se tournaient du côté de la rue de Rambuteau,[..]. inventant des histoires sur la saleté de la cuisine des Quenu, trouvant des accusations vraiment prodigieuses » (p. 131) ou encore « Florent la berçait sur son genou, ralentissant encore son récit, le murmurant comme un chant de nourrice » (p. 151).
Je voulais leur demander d'écrire à leur tour trois phrases sur ce modèle avant de donner une rédaction dans laquelle ilsdevraient réutiliser ces structures:
la première décrira des bêtises d’enfant, la deuxième une mère en train de consoler son enfant et la troisième quelqu’un qui a une décision à prendre et hésite.
Mais c'est un peu bref!

Pratiquez-vous ce genre d'exercices d'écriture par imitation? Auriez-vous d'autres idées pour Zola?

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecrire à la manière de Zola

Message par Capessou le Lun 15 Nov 2010 - 17:10

J'aime ce genre de travaux...

Voici une séance faite avec des 3e.
On étudiait Au Bonheur de dames.
Après une séance de recherches effecruée grâce à l'exposition virtuelle sur le site de la Bibliothèque Nationale de France, nous avons fait une étude transversale sur les représentations métaphoriques du grand magasin.
Ensuite est venue cette séance d'écriture qui avait pour support un extrait de la Bête Humaine.


Séance 3 Amplifier un passage de récit à la manière de Zola

Poursuivez l’extrait de roman ci-dessous en filant la métaphore. Le train est comparé à un cheval.
Vous écrirez au moins 5 lignes permettant de développer le récit. Utilisez obligatoirement 3 mots appartenait au champ lexical du « cheval ». Vous soulignerez ces 3 mots.

Présentation:
Extrait de La Bête Humaine d’Emile Zola
Roman du rail (parlant des trains, des cheminots) et du crime.
Situation du passage proposé : Jacques et sa machine, la Lison, ne font qu’un. C’est seulement au commande de la Lison qu’il retrouve la paix de son mal héréditaire. Depuis qu’il est devenu l’amant de Séverine, pour la première fois, il peut aimer une femme sans avoir envie de la tuer. Leur relation semble au beau fixe. C’est alors que la Lison, elle, semble atteinte, elle est prise dans une redoutable tempête de neige.


Texte à poursuivre :



Cependant, la Lison filait à une vitesse moyenne, n'ayant plus rencontré d'obstacle. On avait, par précaution, laissé allumés les feux d'avant et d'arrière; et le fanal blanc, à la base de la cheminée, luisait dans le jour, comme un oeil vivant de cyclope. Elle roulait, elle approchait de la tranchée, avec cet oeil largement ouvert. Alors, il sembla qu'elle se mît à souffler d'un petit souffle court, ainsi qu'un cheval qui a peur. De profonds tressaillements la secouaient, elle se cabrait,



En proposition de correction, le texte original de Zola.
Cependant, la Lison filait à une vitesse moyenne, n'ayant plus rencontré d'obstacle. On avait, par précaution, laissé allumés les feux d'avant et d'arrière; et le fanal blanc, à la base de la cheminée, luisait dans le jour, comme un oeil vivant de cyclope. Elle roulait, elle approchait de la tranchée, avec cet oeil largement ouvert. Alors, il sembla qu'elle se mît à souffler d'un petit souffle court, ainsi qu'un cheval qui a peur. De profonds tressaillements la secouaient, elle se cabrait, ne continuait sa marche que sous la main volontaire du mécanicien. D'un geste, celui-ci avait ouvert la porte du foyer, pour que le chauffeur activât le feu. Et, maintenant, ce n'était plus une queue d'astre incendiant la nuit, c'était un panache de fumée noire, épaisse, qui salissait le grand frisson pâle du ciel.
La Lison avançait. Enfin, il lui fallut entrer dans la tranchée. A droite et à gauche, les talus étaient noyés, et l'on ne distinguait plus rien de la voie, au fond. C'était comme un creux de torrent, où la neige dormait, à pleins bords. Elle s'y engagea, roula pendant une cinquantaine de mètres, d'une haleine éperdue, de plus en plus lente. La neige qu'elle repoussait, faisait une barre devant elle, bouillonnait et montait, en un flot révolté qui menaçait de l'engloutir. Un instant, elle parut débordée, vaincue. Mais, d'un dernier coup de reins, elle se délivra, avança de trente mètres encore. C'était la fin, la secousse de l'agonie: des paquets de neige retombaient, recouvraient les roues, toutes les pièces du mécanisme étaient envahies, liées une à une par des chaînes de glace. Et la Lison s'arrêta définitivement, expirante, dans le grand froid. Son souffle s'éteignit, elle était immobile, et morte. La Bête humaine d'Emile Zola (chap. 7), 1890

Capessou
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecrire à la manière de Zola

Message par Amaliah le Lun 15 Nov 2010 - 17:37

Oh merci Capessou! Ta sénce est super!

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecrire à la manière de Zola

Message par Capessou le Lun 15 Nov 2010 - 23:25

ça me fait plaisir que tu aimes.
Bon travail !
Very Happy

Capessou
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum