Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par John le Lun 11 Avr 2011 - 1:28

http://www.revistamercurio.es/index.php/revistas-mercurio-2010/mercurio-125/549-08una-cuestion-de-clase

UNA CUESTIÓN DE CLASE
"Los pedagogos españoles han despojado a varias generaciones de las herramientas intelectuales para comprender el mundo"
ANTONIO MUÑOZ MOLINA

Los miembros de la bien llamada secta pedagógica, muy bien incrustados en el sistema político español, han arruinado, además de la escuela, la parte del lenguaje que tiene que ver con la enseñanza. Como es propio de los estafadores de las pseudociencias, han urdido una jerga opaca que oculta su perfecto vacío detrás de un simulacro de especialización técnica. De modo que para hablar de educación, para debatir con algo de racionalidad y provecho sobre la enseñanza y el saber, lo primero que hace falta es una operación radical de limpieza: negarnos a usar cualquier palabra o expresión que hayan sido inventadas o manejadas por ellos; llamar al pan pan, al vino vino, eludir acrónimos y siglas, porque de otro modo el lenguaje seguirá cautivo de la niebla mental en que lo han sumido los llamados pedagogos o expertos en pedagogía, cuyo mayor éxito en los últimos treinta años ha sido despojar a varias generaciones de las herramientas intelectuales para comprender racionalmente el mundo y para ejercer con soberanía y responsabilidad la ciudadanía. Políticos y pedagogos han alcanzado altos puestos –en algunos casos altísimos– no sólo a pesar de su profunda ignorancia, sino precisamente gracias a ella. Es comprensible que tanto los unos como los otros desconfíen como de la peste de las personas con conocimientos verdaderos que en cualquier momento pueden desenmascararlos. A tal fin, nada les conviene más que extender al común de la sociedad el estado de penuria mental en el que ellos viven. En el país de los ciegos, el tuerto es el rey. Cuanta menos gente pueda señalar los disparates que declaman el pedagogo o el político menos peligro habrá de que su falta de formación, su frivolidad o su estupidez salgan a la luz.

Uno de los campos más fértiles de la impostura política es la manipulación de la Historia. Y no es casualidad que la Historia haya sido una de las disciplinas, junto a la geografía, que más han hecho por eliminar los pedagogos, con el argumento peregrino de que no son saberes que se puedan adquirir por la experiencia directa. Todas las castas políticas de las autonomías españolas, sin excepción, han recurrido a la falsificación de la Historia en beneficio de sus fines particulares de hegemonía o de legitimación. En Cataluña los libros de texto hablan alegremente de una “corona catalano-aragonesa” que nunca existió. En Canarias, un nacionalismo muy virulento, y muy poco estudiado, difunde dos leyendas fundacionales que ni siquiera tienen coherencia entre sí: los crueles invasores peninsulares exterminaron sin compasión a los guanches; los canarios actuales son descendientes de los guanches. El embuste fortalecido por la ignorancia colectiva puede tener consecuencias grotescas, aunque también trágicas, o grotescas y trágicas al mismo tiempo: detrás de esos pistoleros de veintitantos años que por fortuna ya tienen pocas ocasiones de matar en el País Vasco, pero que tanta sangre y tanto dolor han derramado, hay siempre un relato mitológico no amortiguado por ninguna conciencia racional ni desmentido por la solidez de la información histórica. Y en Andalucía, una sociedad clientelar y abrumadoramente despojada de iniciativa cívica y dinamismo económico es aletargada en la complacencia por un relato narcisista y novelero del pasado: la tierra en la que convivieron “las tres culturas” en una especie de parque temático nacido de la imaginación de algún asesor del presidente Rodríguez Zapatero o de la ministra Bibiana Aído: el pasado maleable como la plastilina, deshuesado de cualquier inconviencia histórica, el pasado multicultural, diverso, no sexista, vernáculo.
Sin educación pública, una sociedad está indefensa frente a los charlatanes. Algunos contarán (a veces en canales de radio o televisión costeados con el dinero de todos) que el destino de las personas está escrito en las estrellas, y que la fecha de nacimiento determina las inclinaciones y el carácter; otros, que el mundo fue creado por Dios en seis días, o que los que no comparten nuestra fe no merecen vivir, o que la culpa de todas nuestras desgracias la tiene el torvo gobierno central o la gente de la provincia de al lado; otros, que tenemos la suerte de pertenecer a un pueblo elegido, que lleva cientos o miles de años manteniéndose idéntico a sí mismo a pesar de las conspiraciones incesantes de nuestros enemigos.

Pero quizás los charlatanes más insidiosos son los que nos quieren convencer de que somos los que parece que somos por nacimiento, y de que sin necesidad de hacer nada, de esforzarnos en nada, tan sólo desplegando nuestros caprichos o nuestras inclinaciones, nos podremos “realizar”. El charlatán más peligroso, en estos tiempos, es el que te dice, como aseguran casi todos los anuncios, que “tú” eres el centro del mundo, que sólo tienes que pedir por esa boca para alcanzar lo que deseas, que lo que no es divertido no puede ser interesante, que eres –otra palabra de moda– “especial”. En este punto, a la caterva de los políticos y los pedagogos se une una tercera clase de estafadores: los publicitarios, los así llamados “creativos”. Me gusta fijarme en los anuncios, y en los últimos años se ha impuesto en ellos la moda de halagar a un “tú” que al parecer ejerce su risueña soberanía sin más esfuerzo que abrir una cierta cuenta, comprarse cierto tipo de móvil, hacer turismo en determinada autonomía, etc. “Tú eres el protagonista”, “Bienvenido al universo tú”, “Andalucía te quiere”, “Madrid está loca por ti”.

El cultivo del narcisismo ilusorio se corresponde con la perfecta irrelevancia política, y cuanta mayor sea la ignorancia menores serán las herramientas de emancipación.

Porque aquí, como en todo, subyace una cuestión de clase: los pobres, los inmigrantes, los desfavorecidos, son los que más necesitan la escuela para avanzar socialmente, para descubrir y desarrollar las propias capacidades, para encontrar un sitio justo en el mundo. Los privilegiados ya se ocupan de dar a sus hijos las ventajas educativas y las redes de contactos que les permitirán situarse. Lo que menos perdono a los políticos y a los pedagogos españoles es que, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par Palombella Rossa le Lun 11 Avr 2011 - 8:06

Pour ceux qui ne lisent pas l'espagnol, l'ami Pedro Cordoba est en train de traduire l'article, qui sera bientôt en ligne sur le site de l’association "Reconstruire l'Ecole"

Palombella Rossa
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par kensington le Lun 11 Avr 2011 - 8:45


Certains attendent aussi avec impatience son article sur la méthode Villégier évoquée dans le topic sur le CECRL. Wink

_________________
"A trop privilégier la langue du quotidien et des faits, à trop vouloir faire parler avant d’avoir fait comprendre, le professeur risque de laisser l’élève en situation de handicap linguistique et cognitif; il risque de faillir dans sa mission d’émancipation du sujet."
A. Lhérété, "Cultiver le plaisir du texte: une compétence presque oubliée en Langue 2", NewStanpoints déc. 2014


kensington
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par retraitée le Lun 11 Avr 2011 - 12:54

@kensington a écrit:
Certains attendent aussi avec impatience son article sur la méthode Villégier évoquée dans le topic sur le CECRL. Wink

Peux-tu préciser? Je n'ai pas tout suivi.
Merci

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par Reine Margot le Lun 11 Avr 2011 - 13:01

muerte à los pedagogos! Razz

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par kensington le Lun 11 Avr 2011 - 13:50

@retraitée a écrit:
@kensington a écrit:
Certains attendent aussi avec impatience son article sur la méthode Villégier évoquée dans le topic sur le CECRL. Wink

Peux-tu préciser? Je n'ai pas tout suivi.
Merci

Dans la partie "langues vivantes" du site Recontruire l'Ecole, il est indiqué depuis un moment maintenant qu'un article de P. Cordoba sur la méthode Villégier sera prochainement publié. Nous avons eu l'occasion d'en parler un peu dans le topic sur le CECRL. Opposé au Cadre Européen et sa logique d'approche par compétences, Cordoba a eu l'occasion de défendre cette méthode d'enseignement sur d'autres sites en vantant son efficacité. Des collègues d'espagnol ont ici "témoigné" positivement mais en reconnaissant la difficulté d'expliciter en quoi elle consiste. Tout cela a suscité notre intérêt et notre impatience de lire l'article en question. J'ai même envoyé, il y a un moment maintenant, un mail sur le site R. L'E mais il est malheureusement resté sans réponse.
Voilà, tu sais tout. Le topic où l'on a parlé de tout ça sur le forum s'intitule "Autour du CECRL".

kensington
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par Palombella Rossa le Lun 11 Avr 2011 - 17:20

En attendant la traduction de l'article par Pedro Cordoba , en voici une par Pierre Lariba, que l'on remercie très fort :


Une question de classe par ANTONIO MUÑOZ MOLINA.

« Les pédagogues espagnols ont dépouillé plusieurs générations des outils intellectuels pour comprendre le monde »

Les membres de la bien nommée secte pédagogique, bien intégrés dans le système politique espagnol, ont ruiné, en plus de l’école, la partie de la langue qui a trait à l’éducation. Comme c’est le propre des fraudeurs des pseudosciences, ils ont développé un jargon opaque qui cache son vide parfait derrière un simulacre de spécialisation technique. Pour débattre de l’éducation, pour discuter de l’enseignement et de l’apprentissage, avec un peu de rationalité et de profit, la première chose qui est nécessaire est une opération radicale de nettoyage : refuser d’utiliser tout mot ou expression qui ont été inventés ou manipulés par eux ; appeler un chat un chat, éviter les sigles et acronymes parce qu’autrement la langue sera prisonnière du brouillard mental dans lequel l’ont plongée les soi-disant pédagogues ou experts en pédagogie, dont le plus grand succès au cours des trente dernières années a été de dépouiller plusieurs générations des outils intellectuels pour comprendre rationnellement le monde et pour exercer avec souveraineté et responsabilité la citoyenneté. Les politiciens et les pédagogues ont atteint des postes - dans certains cas très élevés - non seulement en dépit de leur profonde ignorance, mais précisément grâce à elle. Il est compréhensible qu’aussi bien les uns et les autres se méfient comme de la peste des personnes ayant une connaissance réelle et qui à tout moment peuvent les démasquer. À cette fin, rien ne leur convient davantage que d’étendre à la société ordinaire l’état de pénurie mentale dans lequel ils vivent. Au pays des aveugles, le borgne est roi. Moins il y aura de personnes pouvant souligner les absurdités que déclament le pédagogue ou le politique, moins de danger il y aura pour que leur manque de formation, leur frivolité ou leur stupidité soient révélés en pleine lumière.

Un des domaines les plus fertiles de la tromperie politique est la manipulation de l’Histoire. Et ce n’est pas une coïncidence si l’Histoire a été une des disciplines, avec la géographie, qui ont fait le plus pour éliminer les pédagogues, avec l’argument étonnant que ce ne sont pas des connaissances qui peuvent être acquises par l’expérience directe. Toutes les castes politiques des autonomies régionales espagnoles, sans exception, ont eu recours à la falsification de l’Histoire au profit de leurs objectifs particuliers d’hégémonie ou de légitimation. En Catalogne les livres parlent volontiers d’une « couronne catalano-aragonaise » qui n’a jamais existé. Dans les îles Canaries, un nationalisme très virulent et très rarement étudié, a répandu deux légendes fondatrices qui n’ont même pas de cohérence entre elles : les cruels envahisseurs péninsulaires exterminèrent sans pitié les Guanches ; les Canariens actuels sont les descendants des Guanches. Le mensonge renforcé par l’ignorance collective peut avoir des conséquences grotesques, mais aussi des conséquences tragiques, ou grotesques et tragiques en même temps : derrière ces tueurs de vingt ans, qui ont heureusement peu d’occasions de tuer au pays Basque, mais qui ont répandu tellement de sang et tellement de douleur, il y a toujours un récit mythologique non atténué par aucune conscience rationnelle ni démenti par la solidité de l’information historique. Et en Andalousie, une société clientéliste et massivement dépouillée d’initiative civique et de dynamisme économique, s’est assoupie dans la complaisance pour une histoire narcissique et imaginaire du passé : terre où vécurent ensemble « les trois cultures » dans une sorte de parc à thème né de l’imagination de quelque conseiller du président Rodríguez Zapatero ou de la ministre Bibiana Aído, passé malléable comme de la pâte à modeler, désossé de toute inconvenance historique, passé multiculturel, divers, non sexiste, vernaculaire.

Sans éducation publique, une société est sans défense contre les charlatans. Certains raconteront (parfois sur les chaînes de radio ou de télévision financées avec l’argent de tous) que le sort du peuple est écrit dans les étoiles et que la date de naissance détermine les inclinations et la caractère ; d’autres, que le monde a été créé par Dieu en six jours, ou que ceux qui ne partagent pas notre foi ne méritent pas de vivre, ou que la source de tous nos malheurs vient du sournois gouvernement central ou de la population de la province d’à côté ; d’autres, que nous avons la chance d’appartenir à un peuple élu, qui depuis des centaines ou des milliers d’années se maintient identique à lui-même malgré les complots incessants de nos ennemis.

Mais peut-être les plus insidieux de charlatans sont ceux qui veulent nous convaincre que nous sommes ce qu’il semble que nous sommes par la naissance et que, sans avoir besoin de rien faire, sans s’efforcer à quoi que ce soit, tout en déployant nos caprices ou nos inclinations, nous pouvons « nous réaliser ». Le charlatan plus dangereux, à cette époque, est celui qui vous dit, comme le prétendent presque toutes les publicités, que « vous » êtes le centre du monde, qu’il vous suffit de demander à cette bouche pour obtenir ce que vous désirez, que ce qui n’est pas divertissant n’est pas intéressant, que vous êtes – autre mot à la mode – « spécial ». À ce stade, à la bande des politiciens et des pédagogues se joint une troisième catégorie d’escrocs : les publicitaires, les soi-disant « créatifs ». J’aime regarder les annonces publicitaires et ces dernières années s’est imposée leur mode de flatter un « vous » qui apparemment exerce sa joviale souveraineté sans faire plus d’efforts que d’ouvrir un certain compte bancaire, que d’acheter certains types de mobiles, que de faire du tourisme dans une région autonome particulière, etc. « Vous êtes le héros », « Bienvenue à vous dans l’univers », « L’Andalousie vous aime », « Madrid est folle de vous ».

La culture du narcissisme illusoire correspond à la parfaite insignifiance politique et plus grande sera l’ignorance, plus réduits seront les outils d’émancipation.

Car ici, comme dans tout, se trouve sous-jacente une question de classe : les pauvres, les immigrants, les défavorisés, sont ceux qui ont le plus besoin de l’école pour avancer socialement, pour découvrir et développer leurs propres capacités, pour trouver une place équitable dans le monde. Les privilégiés s’occupent déjà de donner à leurs enfants les avantages éducatifs et les réseaux qui leur permettront de trouver leur place. Ce que je pardonne le moins aux politiciens et aux pédagogues espagnols, c’est que, au nom d’un égalitarisme démagogique, ils ont renforcé outrageusement l’inégalité.

P. Lariba, 11 avril 2011

Palombella Rossa
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par Fantômette le Lun 11 Avr 2011 - 18:27

Merci beaucoup pour la traduction.
Je retiens cette phrase surtout: "Sin educación pública, una sociedad está indefensa frente a los charlatanes."

Fantômette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par Germinal le Lun 11 Avr 2011 - 18:39

"Car ici, comme dans tout, se trouve sous-jacente une question de classe : les pauvres, les immigrants, les défavorisés, sont ceux qui ont le plus besoin de l’école pour avancer socialement, pour découvrir et développer leurs propres capacités, pour trouver une place équitable dans le monde. Les privilégiés s’occupent déjà de donner à leurs enfants les avantages éducatifs et les réseaux qui leur permettront de trouver leur place. Ce que je pardonne le moins aux politiciens et aux pédagogues espagnols, c’est que, au nom d’un égalitarisme démagogique, ils ont renforcé outrageusement l’inégalité."

On ne saurait mieux résumer le sens de notre métier. Sur la méthode Villégier et les commentaires de Pedro Cordoba, on peut déjà aller voir ici :

http://education.blog.lemonde.fr/2010/09/26/des-didactiques-pour-delier-les-langues/#comments


Germinal
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par kensington le Lun 11 Avr 2011 - 18:44


Merci pour le lien mais j'ai déjà eu l'occasion de lire la page. D'où mon impatience d'en lire plus. Wink

_________________
"A trop privilégier la langue du quotidien et des faits, à trop vouloir faire parler avant d’avoir fait comprendre, le professeur risque de laisser l’élève en situation de handicap linguistique et cognitif; il risque de faillir dans sa mission d’émancipation du sujet."
A. Lhérété, "Cultiver le plaisir du texte: une compétence presque oubliée en Langue 2", NewStanpoints déc. 2014


kensington
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par frankenstein le Mar 12 Avr 2011 - 8:48

Comme c’est le propre des fraudeurs des pseudosciences, ils ont développé un jargon opaque qui cache son vide parfait derrière un simulacre de spécialisation technique. Pour débattre de l’éducation, pour discuter de l’enseignement et de l’apprentissage, avec un peu de rationalité et de profit, la première chose qui est nécessaire est une opération radicale de nettoyage : refuser d’utiliser tout mot ou expression qui ont été inventés ou manipulés par eux ; appeler un chat un chat, éviter les sigles et acronymes parce qu’autrement la langue sera prisonnière du brouillard mental dans lequel l’ont plongée les soi-disant pédagogues ou experts en pédagogie, dont le plus grand succès au cours des trente dernières années a été de dépouiller plusieurs générations des outils intellectuels pour comprendre rationnellement le monde et pour exercer avec souveraineté et responsabilité la citoyenneté. Les politiciens et les pédagogues ont atteint des postes - dans certains cas très élevés - non seulement en dépit de leur profonde ignorance, mais précisément grâce à elle. Il est compréhensible qu’aussi bien les uns et les autres se méfient comme de la peste des personnes ayant une connaissance réelle et qui à tout moment peuvent les démasquer. À cette fin, rien ne leur convient davantage que d’étendre à la société ordinaire l’état de pénurie mentale dans lequel ils vivent. Au pays des aveugles, le borgne est roi. Moins il y aura de personnes pouvant souligner les absurdités que déclament le pédagogue ou le politique, moins de danger il y aura pour que leur manque de formation, leur frivolité ou leur stupidité soient révélés en pleine lumière.

veneration veneration veneration yesyes yesyes yesyes topela topela topela
Purée, que c'est bien dit! Exactement mon point de vue !
Olé !

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par Marie Laetitia le Mar 12 Avr 2011 - 9:07

Merci bcp pour cette traduction !

Et ce n’est pas une coïncidence si l’Histoire a été une des disciplines, avec la géographie, qui ont fait le plus pour éliminer les pédagogues, avec l’argument étonnant que ce ne sont pas des connaissances qui peuvent être acquises par l’expérience directe.

pompom pompom veneration veneration aaah quand on sera débarrassé de ce mythe selon lequel l'élève construit seul son savoir, qu'il ne faut pas lui apporter de connaissances mais le laisser découvrir ! Ça me rappelle une colère noire l'année du stage parce qu'il fallait faire lire Bartolome de Las Casas à des collégiens mais surtout pas essayer de développer leur esprit critique Suspect

Avec des effets pervers comme heureusement on n'en a pas connu en France :

Toutes les castes politiques des autonomies régionales espagnoles, sans exception, ont eu recours à la falsification de l’Histoire au profit de leurs objectifs particuliers d’hégémonie ou de légitimation.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par frankenstein le Mar 12 Avr 2011 - 9:44

Ce qui serait encore plus intéressant, c'est d'étudier très précisément, sans tabou ou préjugés, l'histoire de l'éducation selon les régimes politiques passés ou récents de chaque pays...Je me demande si en France, par exemple, on a toujours eu des objectifs et des conceptions très claires...On a eu par exemple une ébauche du plan Langevin Wallon, proche des conceptions de l'URSS et en même temps l'influence des courants de pensée ou plutôt des "modes" d'Outre Atlantique. On en a fait une synthèse "bâtarde" avec les mouvements d'éducation nouvelle d'avant guerre et on a abouti à une vraie pagaille... Suspect
Aujourd'hui encore, on ressort les théories sur la "pédagogie par projets", la "pédagogie différenciée" et toute une kyrielle de possibilités d'enseignement présentées comme "innovantes" alors qu'elles existent (et ont été souvent abandonnées) aux USA depuis les années 60... Rolling Eyes
Quant aux prétendues sciences éduc, elles en rajoutent à qui mieux mieux en mélangeant et confondant les différentes approches comportementales, sociologiques, psychologiques elles-mêmes pas toujours très claires...
Comment voulez-vous que quelque chose de valable en ressorte? Puis un enseignant "en situation", croyez-vous qu'il ait besoin de tout ce capharnaüm pour être efficace ?

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par Vudici le Mar 12 Avr 2011 - 10:44

@Marie Laetitia a écrit:Merci bcp pour cette traduction !

Et ce n’est pas une coïncidence si l’Histoire a été une des disciplines, avec la géographie, qui ont fait le plus pour éliminer les pédagogues, avec l’argument étonnant que ce ne sont pas des connaissances qui peuvent être acquises par l’expérience directe.

pompom pompom veneration veneration aaah quand on sera débarrassé de ce mythe selon lequel l'élève construit seul son savoir, qu'il ne faut pas lui apporter de connaissances mais le laisser découvrir ! Ça me rappelle une colère noire l'année du stage parce qu'il fallait faire lire Bartolome de Las Casas à des collégiens mais surtout pas essayer de développer leur esprit critique Suspect

Avec des effets pervers comme heureusement on n'en a pas connu en France :

Toutes les castes politiques des autonomies régionales espagnoles, sans exception, ont eu recours à la falsification de l’Histoire au profit de leurs objectifs particuliers d’hégémonie ou de légitimation.


En Belgique bien: récemment, une historienne flamande (ouf, pas une francophone) a démonté dans un grand journal les principaux mythes fondateurs de la nation flamande, sans succès. Certains journaux francophones s'étaient alors intéressés à la place de ces mythes dans les manuels scolaires de Flandre. Effarant. Peu de violences encore en Belgique (un enseignant francophone assassiné à coups de bâton en 1970 pendant une campagne électorale, un tir à l'arme de guerre dans un café francophone faisant trois blessés graves en 1984, depuis rien de plus que des passages à tabac). Mais vu ce qui s'enseigne aux jeunes...

Vudici
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Antonio Munoz Molina : le Jean-Paul Brighelli espagnol ? "Los políticos y los pedagogos españoles, en nombre de un demagógico igualitarismo, han fortalecido escandalosamente la desigualdad".

Message par Zelda le Mar 12 Avr 2011 - 18:57

Article très intéressant, merci John (et aussi à la personne qui a posté la traduction!).

Zelda
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum