Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

[2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par John le Lun 25 Avr 2011 - 20:24
http://horadelsur.wordpress.com/2009/06/18/arturo-perez-reverte-carta-a-los-politicos-sobre-la-educacion-en-espana/

Arturo Pérez-Reverte, “Permitidme tutearos, imbéciles”, carta a los políticos sobre la educación en España.

Publicado el 18 junio 2009 por Horadelsur

XL-Semanal, junio 2009: Cuadrilla de golfos apandadores, unos y otros.

Refraneros casticistas analfabetos de la derecha. Demagogos iletrados de la izquierda.

Presidente de este Gobierno.

Ex presidente del otro.

Jefe de la patética oposición.

Secretarios generales de partidos nacionales o de partidos autonómicos.

Ministros y ex ministros –aquí matizaré ministros y ministras– de Educación y Cultura.

Consejeros varios. Etcétera.

No quiero que acabe el mes sin mentaros –el tuteo es deliberado-; a la madre. Y me refiero a la madre de todos cuantos habéis tenido en vuestras manos infames la enseñanza pública en los últimos veinte o treinta años. De cuantos hacéis posible que este autocomplaciente país de mierda sea un país de más mierda todavía.

De vosotros, torpes irresponsables, que extirpasteis de las aulas el latín, el griego, la Historia, la Literatura, la Geografía, el análisis inteligente, la capacidad de leer y por tanto de comprender el mundo, ciencias incluidas. De quienes, por incompetencia y desvergüenza, sois culpables de que España figure entre los países más incultos de Europa, nuestros jóvenes carezcan de comprensión lectora, los colegios privados se distancien cada vez más de los públicos en calidad de enseñanza, y los alumnos estén por debajo de la media en todas las materias evaluadas.

Pero lo peor no es eso. Lo que me hace hervir la sangre es vuestra arrogante impunidad, vuestra ausencia de autocrítica y vuestra cateta contumacia. Aquí, como de costumbre, nadie asume la culpa de nada.

Hace menos de un mes, al publicarse los desoladores datos del informe Pisa 2006, a los meapilas del Pepé les faltó tiempo para echar la culpa de todo a la Logse de Maravall y Solana –que, es cierto, deberían ser ahorcados tras un juicio de Nuremberg cultural–, pasando por alto que durante dos legislaturas, o sea, ocho años de posterior gobierno, el amigo Ansar y sus secuaces se estuvieron tocando literalmente la flor en materia de Educación, destrozando la enseñanza pública en beneficio de la privada y permitiendo, a cambio de pasteleo electoral, que cada cacique de pueblo hiciera su negocio en diecisiete sistemas educativos distintos, ajenos unos a otros, con efectos devastadores en el País Vasco y Cataluña.

Y en cuanto al Pesoe que ahora nos conduce a la Arcadia feliz, ahí están las reacciones oficiales, con una consejera de Educación de la Junta de Andalucía, por ejemplo, que tras veinte años de gobierno ininterrumpido en su feudo, donde la cultura roza el subdesarrollo, tiene la desfachatez de cargarle el muerto al «retraso histórico». O una ministra de Educación, la señora Cabrera, capaz de afirmar impávida que los datos están fuera de contexto, que los alumnos españoles funcionan de maravilla, que «el sistema educativo español no sólo lo hace bien, sino que lo hace muy bien» y que éste no ha fracasado porque «es capaz de responder a los retos que tiene la sociedad», entre ellos el de que «los jóvenes tienen su propio lenguaje: el chat y el sms». Con dos cojones.

Pero lo mejor ha sido lo tuyo, presidente –recuérdame que te lo comente la próxima vez que vayas a hacerte una foto a la Real Academia Española–. Deslumbrante, lo juro, eso de que «lo que más determina la educación de cada generación es la educación de sus padres», aunque tampoco estuvo mal lo de «hemos tenido muchas generaciones en España con un bajo rendimiento educativo, fruto del país que tenemos» .

Dicho de otro modo, lumbrera: que después de dos mil años de Hispania grecorromana, de Quintiliano a Miguel Delibes pasando por Cervantes, Quevedo, Galdós, Clarín o Machado, la gente buena, la culta, la preparada, la que por fin va a sacar a España del hoyo, vendrá en los próximos años, al fin, gracias a futuros padres felizmente formados por tus ministros y ministras, tus Loes, tus educaciones para la ciudadanía, tu género y génera, tus pedagogos cantamañanas, tu falta de autoridad en las aulas, tu igualitarismo escolar en la mediocridad y falta de incentivo al esfuerzo, tus universitarios apáticos y tus alumnos de cuatro suspensos y tira p’alante.

Pues la culpa de que ahora la cosa ande chunga, la causa de tanto disparate, descoordinación, confusión y agrafía, no la tenéis los políticos culturalmente planos. Niet. La tiene el bajo rendimiento educativo de Ortega y Gasset, Unamuno, Cajal, Menéndez Pidal, Manuel Seco, Julián Marías o Gregorio Salvador, o el de la gente que estudió bajo el franquismo: Juan Marsé, Muñoz Molina, Carmen Iglesias, José Manuel Sánchez Ron, Ignacio Bosque, Margarita Salas, Luis Mateo Díez, Álvaro Pombo, Francisco Rico y algunos otros analfabetos, padres o no, entre los que generacionalmente me incluyo.

Qué miedo me dais algunos, rediós. En serio. Cuánto más peligro tiene un imbécil, que un malvado.


Dernière édition par John le Lun 25 Avr 2011 - 20:27, édité 1 fois

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
John
Médiateur

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par John le Lun 25 Avr 2011 - 20:26
http://www.perezreverte.com/articulo/patentes-corso/178/permitidme-tutearos-imbeciles/

« Permettez-moi de vous tutoyer, imbéciles » par Arturo Pérez-Reverte

Bande de Rapetou, les uns et les autres. Recueil de proverbes puristes analphabètes de droite. Démagogues illettrés de gauche. Président de ce Gouvernement.

Ex-président de l’autre. Chef de l’opposition pathétique. Secrétaires généraux des partis nationaux ou des partis régionaux. Ministres et ex-ministres – ici je préciserai hommes et femmes ministres – de l’Éducation et de la Culture. Conseillers divers. Etc.

Je ne veux pas que finisse le mois sans te mettre plus bas que terre – le tutoiement est délibéré. Et je veux vous mettre plus bas que terre tous autant que vous êtes qui avez eu dans vos mains infâmes l’enseignement public dans les vingt ou trente dernières années. Tous autant que vous êtes avez rendu possible que cet auto-satisfait pays de merde est encore plus un pays de merde.

Je parle de vous, abrutis irresponsables, qui avez extirpé des salles de classe le latin, le grec, l’Histoire, la Littérature, la Géographie, l’analyse intelligente, la capacité de lire et donc de comprendre le monde, sciences incluses.

Vous qui, par incompétence et sans vergogne, êtes coupables que l’Espagne figure parmi les pays les plus incultes d’Europe, nos jeunes manquent de compréhension de la lecture, les écoles privées s’éloignent chaque fois plus des écoles publiques dans la qualité de l’enseignement et les élèves sont en dessous de la moyenne dans toutes les matières évaluées.

Mais la pire chose ce n’est pas ça. Ce qui me fait bouillir c’est votre impunité arrogante, votre absence d’autocritique et votre entêtement de ploucs.

Ici, comme d’habitude, personne n’assume sa faute en rien. Il y a moins d’un mois, à la publication des données désolantes du rapport PISA, il a manqué du temps aux sainte-nitouche de Pepe Aznar pour faire reposer la faute sur la Loi Organique Générale du Système Éducatif des socialistes Maravall et Solana (1990) – qui, c’est certain, devraient être pendus après un procès de Nuremberg culturel – en passant sous silence que pendant deux législatures, c’est-à-dire huit ans de gouvernement consécutifs, l’ami Aznar et ses partisans avaient littéralement touché le pompon dans la question de l’Éducation, détruisant l’enseignement public au profit du privé et permettant en échange de compromis électoraux, que chaque cacique de village fasse ses affaires dans chacun des dix-sept autres systèmes éducatifs distincts, étrangers les uns aux autres, avec des effets dévastateurs au Pays basque et en Catalogne.

Et quant au PS qui maintenant nous conduit vers l’Arcadie heureuse, voici les réactions officielles, avec une conseillère à l’Éducation de la Junte d’Andalousie, par exemple, qui après vingt ans de gouvernement ininterrompu dans son fief, où la culture broute le sous-développement, a l’audace de faire porter le chapeau au « retard historique ».

Ou une ministre de l’Éducation, Mme Cabrera, capable d’affirmer, impavide, que les données sont hors de contexte, que les élèves espagnols réussissent à merveille, que « le système éducatif espagnol le fait non seulement bien, mais le fait très bien » et que celui-ci n’a pas échoué parce que « il est capable de répondre aux défis auxquels fait face la société », parmi ceux-ci il y a celui « des jeunes qui ont leur propre langage : le chat et le SMS ». Ça c’est avoir des couilles.

Mais la meilleure c’est la tienne, président, rappelle-moi de te la commenter la prochaine fois que tu vas prendre une photo à l’Académie royale espagnole. Éblouissant, je le jure : « ce qui détermine le plus l’éducation de chaque génération est l’éducation de ses parents », bien que ça non plus ce n’était mal : « nous avons eu beaucoup de générations en Espagne avec un bas rendement éducatif, fruit du pays que nous avons ».

Autrement dit, espèce de lumière : qu’après deux mille ans d’Hispanie gréco-romaine, de Quintilien à Miguel Delibes en passant par Cervantes, Quevedo, Galdós, Clarín ou Machado, les gens bien, les gens cultivés, instruits, ceux qui sortiront finalement l’Espagne du trou, arriveront ces prochaines années, enfin, grâce aux futurs parents heureusement formés par tes ministres et ministresses, tes lois organiques de l’éducation supérieure, tes éducations à la citoyenneté, tes sexe et genre, tes pédagogues baratineurs, ton manque d’autorité dans les salles de classe, ton égalitarisme scolaire dans la médiocrité et ton manque d’encouragement à l’effort, tes universitaires apathiques et tes élèves ayant raté quatre matières qui ont quand même le bac et en avant.

Parce que la faute de ce qui maintenant est sujet à rigolade, la cause d’autant de bêtise, de manque de coordination, de confusion et d’agraphie, ne vient pas des politiciens culturellement plats. Niet.

Ce bas rendement éducatif nous vient d’Ortega y Gasset, de Unamuno, de Cajal, de Menéndez Pidal, de Manuel Seco, de Julián Marías ou de Gregorio Salvador, ou des gens qui ont étudié sous le régime franquiste : Juan Marsé, Muñoz Molina, Carmen Iglesias, José Manuel Sánchez Ron, Ignacio Bosque, Margarita Salas, Luis Mateo Díez, Álvaro Pombo, Francisco Rico et quelques autres illettrés, parents ou pas, parmi lesquels je suis inclus sur le plan des générations.

Quelle peur vous me faites certains, bon Dieu. Sérieusement. Combien est plus dangereux un imbécile qu’un méchant.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
thrasybule
Prophète

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par thrasybule le Lun 25 Avr 2011 - 20:28
"De vosotros, torpes irresponsables, que extirpasteis de las aulas el latín, el griego, la Historia, la Literatura, la Geografía, el análisis inteligente, la capacidad de leer y por tanto de comprender el mundo, ciencias incluidas"
"tus pedagogos cantamañanas, tu falta de autoridad en las aulas, tu igualitarismo escolar en la mediocridad y falta de incentivo al esfuerzo, tus universitarios apáticos y tus alumnos de cuatro suspensos y tira p’alante."
Excellent!


_________________
Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/
avatar
Will.T
Prophète

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Will.T le Lun 25 Avr 2011 - 20:29
eh ben !!! on ne peut pas dire qu'il manie la langue de bois !
avatar
Abraxas
Doyen

Et en Espagne aussi, les Pédagos ont détruit tout ce qui était à détruire…

par Abraxas le Lun 25 Avr 2011 - 20:33
"L’écrivain espagnol Arturo Pérez-Reverte (un tout bon — lisez-le !) s’énerve contre les politiciens qui ont coulé l’enseignement en Espagne :
http://www.perezreverte.com/articulo/patentes-corso/178/permitidme-tutearos-imbeciles/
Mais comme tout le monde n'est pas forcément hispanisant, ci-dessus la traduction opportunément tombée sur mon blog — merci au traducteur qui a fait un boulot remarquable !
avatar
Palombella Rossa
Érudit

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Palombella Rossa le Lun 25 Avr 2011 - 20:35
"deberían ser ahorcados tras un juicio de Nuremberg cultural" : que voici une séduisante idée...
avatar
Reine Margot
Demi-dieu

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Reine Margot le Lun 25 Avr 2011 - 20:36
olé! veneration

_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
avatar
John
Médiateur

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par John le Lun 25 Avr 2011 - 21:32
@Palombella Rossa a écrit:"deberían ser ahorcados tras un juicio de Nuremberg cultural" : que voici une séduisante idée...
Ca fait un peu jury populaire, tribunal révolutionnaire et Tribunal suprême de l'Union soviétique, non ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
John
Médiateur

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par John le Lun 25 Avr 2011 - 21:35
@Abraxas a écrit:"L’écrivain espagnol Arturo Pérez-Reverte (un tout bon — lisez-le !) s’énerve contre les politiciens qui ont coulé l’enseignement en Espagne :
http://www.perezreverte.com/articulo/patentes-corso/178/permitidme-tutearos-imbeciles/
Mais comme tout le monde n'est pas forcément hispanisant, ci-dessus la traduction opportunément tombée sur mon blog — merci au traducteur qui a fait un boulot remarquable !

Au fait, qui est le traducteur ? (ce n'est pas moi)
C'est Pierre Lariba ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Abraxas
Doyen

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Abraxas le Lun 25 Avr 2011 - 21:42
Probablement. C'est diablement bien traduit.
John, avons-nous eu la même idée à peu près à la même heure ? J'avais essayé de le poster vers 16 heures, mais pour une raison ou une autre, ça n'avait pas marché.
avatar
John
Médiateur

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par John le Lun 25 Avr 2011 - 21:43
John, avons-nous eu la même idée à peu près à la même heure ?
Oui ! J'ai eu neuf minutes d'avance sur l'essai qui a réussi, et apparemment quatre heures de retard sur l'essai qui n'a pas réussi Wink

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Palombella Rossa
Érudit

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Palombella Rossa le Lun 25 Avr 2011 - 22:49
@John a écrit:
@Abraxas a écrit:"L’écrivain espagnol Arturo Pérez-Reverte (un tout bon — lisez-le !) s’énerve contre les politiciens qui ont coulé l’enseignement en Espagne :
http://www.perezreverte.com/articulo/patentes-corso/178/permitidme-tutearos-imbeciles/
Mais comme tout le monde n'est pas forcément hispanisant, ci-dessus la traduction opportunément tombée sur mon blog — merci au traducteur qui a fait un boulot remarquable !

Au fait, qui est le traducteur ? (ce n'est pas moi)
C'est Pierre Lariba ?

Oui, c'est lui
avatar
Palombella Rossa
Érudit

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Palombella Rossa le Lun 25 Avr 2011 - 22:51
@John a écrit:
@Palombella Rossa a écrit:"deberían ser ahorcados tras un juicio de Nuremberg cultural" : que voici une séduisante idée...
Ca fait un peu jury populaire, tribunal révolutionnaire et Tribunal suprême de l'Union soviétique, non ?


Zoustément ! C'est ça qui est bon... malmaisbien
avatar
Igniatius
Guide spirituel

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Igniatius le Lun 25 Avr 2011 - 23:37
Ah les Espagnols ont le sancho...

Pourquoi le lire me fait-il autant plaisir ?
Ces crétins nous poussent a bout...

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
avatar
Robin
Neoprof expérimenté

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Robin le Lun 25 Avr 2011 - 23:57
Au-delà de cette attaque réjouissante d'un homme qui ne mâche pas ses mots, on sent comme une souffrance de penser que les générations futures, faute de connaissances et d'érudition ne pourront plus comprendre une œuvre comme la sienne qui joue (comme celle d'Umberto Eco) avec les connaissances et l'érudition (Le Tableau du maître flamand ou Club Dumas), faute de détenir la moindre "clé" (le jeu d'échecs, l'amour courtois, les Trois Mousquetaires...)
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Iphigénie le Mar 26 Avr 2011 - 8:03
à propos d'Eco ,j'ai aussi un cousin professeur dans une université italienne qui m'écrit des mails désespérés sur la faillite du système italien:son seul espoir,c'est la retraite;c'est toute l'Europe qui est en train de saborder son éducation.
avatar
Igniatius
Guide spirituel

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Igniatius le Mar 26 Avr 2011 - 8:51
Oui, une telle convergence de vue des gouvernements européens est même inquiétante : quel est leur objectif ?
Dans mes moments d'espoir je ne peux croire qu'ils sabordent sciemment lefutur de leurs pays...

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
avatar
John
Médiateur

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par John le Mar 26 Avr 2011 - 9:21
tu género y génera
C'est embêtant d'avoir traduit par "tes sexe et genre", car j'ai l'impression que P.-R. critique plutôt l'aspect "parité obligatoire" que la distinction sexe et genre, qui, elle, est objectivement opératoire. Le sexe est la propriété physiologique, tandis que le genre est la construction sociale et historique autour de chaque sexe. Une plante est de sexe féminin, mais pas de genre féminin.

Encore qu'il y aurait bien un peu de machisme dans la création de ce "génera", non ? J'ai l'impression qu'il y a tellement de sous-entendus (bons et moins bons) que la traduction en est extrêmement difficile.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
barèges
Neoprof expérimenté

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par barèges le Mar 26 Avr 2011 - 9:54
@Robin a écrit:Au-delà de cette attaque réjouissante d'un homme qui ne mâche pas ses mots, on sent comme une souffrance de penser que les générations futures, faute de connaissances et d'érudition ne pourront plus comprendre une œuvre comme la sienne qui joue (comme celle d'Umberto Eco) avec les connaissances et l'érudition (Le Tableau du maître flamand ou Club Dumas), faute de détenir la moindre "clé" (le jeu d'échecs, l'amour courtois, les Trois Mousquetaires...)

Le Tableau du maître flamand, je l'ai lu à sa parution en poche, j'avais dans les 13-14 ans et je ne jouais pas du tout aux échecs. J'ai appris dans ce bouquin, en faisant la partie à l'endroit et à l'envers, avant de jouer avec d'autres. Comme quoi...
Perez-Reverte reste un de mes auteurs préférés, il y a certes des clefs mais le jeu sur l'érudition est un plaisir de gourmet qui se surajoute au reste. On comprend bien sans ! La série Alatriste ne réclame pas de connaître le siècle d'or espagnol, mais les poèmes insérés apocryphes ou non sont de petits bijoux.
Anagramme
Expert

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Anagramme le Mar 26 Avr 2011 - 11:49
@John a écrit:
tu género y génera
C'est embêtant d'avoir traduit par "tes sexe et genre", car j'ai l'impression que P.-R. critique plutôt l'aspect "parité obligatoire" que la distinction sexe et genre, qui, elle, est objectivement opératoire. Le sexe est la propriété physiologique, tandis que le genre est la construction sociale et historique autour de chaque sexe. Une plante est de sexe féminin, mais pas de genre féminin.

Encore qu'il y aurait bien un peu de machisme dans la création de ce "génera", non ? J'ai l'impression qu'il y a tellement de sous-entendus (bons et moins bons) que la traduction en est extrêmement difficile.

Je ne pense pas que PR néglige l'existence du "igualitarismo". En revanche, il trouve bête -et il n'est pas le seul en Espagne- la parité obligatoire: 50/50. Il veut des bons gestionnaires, des bons citoyens, des bons...n'importe le genre/le sexe.

À mon humble avis, des fois, forcer la parité est source de réduction de l'entente (voir de l'efficacité), source de mépris de la part des mecs qui sont là, certains en se disant, sûrement, que je (femme) suis là juste car je suis une femme en non pas parce je vaux la chandelle.

Et, bien sûr, John tu as raison. Il y a un bon paquet de sous-entendus et la traduction de "género y génera" n'est pas très judicieuse... mais, oh celui qui trouve mieux! Pas facile!

(espagnole en apprentissage s'excuse pour ses fautes.... Mais j'essaie, parole! -les corrections sont les bienvenues!)
Dulcinea
Niveau 10

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Dulcinea le Mar 26 Avr 2011 - 19:41
Pas évident la trad de "género y génera", je suis assez d'accord avec John mais bon, trêve de plaisanteries, Pierre Lariba a fait du très bon boulot!!
Je suis étonnée par contre que PR tutoie ses interlocuteurs, lui qui se plaint régulièrement du tutoiement systématique presque obligatoire en Espagne et qu'il trouve très hypocrite...
Mais il devait être super remonté quand il a écrit l'article et il y a de quoi. Munoz Molina va peut-être réapparaître...
Contenu sponsorisé

Re: [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum