Les IUT Très inquiets pour leur avenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les IUT Très inquiets pour leur avenir

Message par cannelle21 le Mar 31 Jan - 6:51

Titre : Les IUT très inquiets pour leur avenir.

http://www.iutenjeu.fr/

Plus de 4 ans après la mise en place de la loi LRU, les IUT poursuivent leur combat auprès de leurs instances de tutelle, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche et leurs universités de rattachement, pour défendre leur avenir. Si les IUT ne sont pas entendus, la cohérence nationale de leur réseau, qui fait sa spécificité et sa force, va disparaître lentement mais inéluctablement. Et avec elle, ce sont les qualités de formation et d’insertion professionnelle, recherchées par les étudiants et fortement valorisées par les entreprises, qui disparaîtront également.

Les attentes des IUT

Les attentes des IUT sont doubles :

Que les difficultés que rencontrent les IUT, sur le respect des textes qui les régissent et l’attribution de moyens nécessaires à la réalisation des programmes pédagogiques définis nationalement, soient reconnues par leurs tutelles, puis résolues à travers la mise en place de garanties réelles. Cela passe par la transformation immédiate des circulaires de 2009 et 2010 en texte normatif (décret).

Que le projet de réforme structurant que portent les IUT soit entendu et mis en œuvre en cohésion avec les instances de tutelle des IUT. Ce projet permettra de continuer à adapter les missions des IUT aux enjeux de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il permettra aux IUT de continuer à jouer un rôle majeur dans l’accès aux études supérieures et à l’emploi ainsi que dans le transfert de technologie, avec la même qualité sur tous les territoires.

Au cœur du dysfonctionnement : les textes règlementaires et les budgets des IUT

Avant la loi LRU, les IUT, tous rattachés à une université, bénéficiaient d’une autonomie de gestion avec des moyens fléchés par l’état. Depuis la loi LRU, ils bénéficient toujours d’une autonomie de gestion mais les budgets sont alloués à chaque IUT par leur université de rattachement.
La loi LRU porte en son sein la fin du fléchage des moyens propre aux IUT. Il est remplacé par un Contrat d’Objectifs et de Moyens (COM), qui intègre personnels, budget, projets… en d’autres termes, toute la carte d’identité de l’IUT. Ce contrat doit être élaboré entre l’IUT et son université, et signé par les deux parties.

Si les IUT ont agréé en son temps la loi LRU, la première année leur a vite montré ses limites. De 2008 à 2011, les organes représentatifs des IUT n’ont eu de cesse d’être force de proposition auprès des instances ministérielles pour que les IUT soient reconnus et se développent au sein de leur établissement de rattachement, tout en conservant la visibilité nationale de réseau qui fait leur performance.

Force est de constater aujourd’hui que les avancées nées des démarches menées par les IUT et la CPU, au sein du Comité de Suivi présidé par le DGESIP, sont loin d’être suffisantes pour garantir l’avenir des IUT!
Des textes réglementaires ont certes été définis: la charte de bonne conduite de décembre 2008, les contrats d’objectifs et de moyens, la circulaire 2009-1008 du 24 mars 2009, la circulaire 2010-0714 du 19 octobre 2010 complémentaire à l’instruction codificatrice M9.3.
Mais l’état des lieux mené par la l’ADIUT auprès du réseau des IUT montre que ces textes ne sont pas respectés par la grande majorité des universités : le 10 octobre 2011, l’alerte a été de nouveau confirmée sur les disparités budgétaires remontées par 76% des IUT. Parmi ces disparités:

33% des IUT ayant répondu signalent une tendance à la baisse des budgets et 30% un maintien par rapport à l’année précédente, maintien par ailleurs qualifié de « récurrent ».

41% mettent en avant l’absence de respect du Budget Propre Intégré.

78% pointaient l’absence d’un Contrat d’Objectifs et de Moyens couvrant l’année 2012.

L’enquête souligne également une aggravation des situations entre 2010 et 2011.

Les conséquences d’une baisse des budgets des IUT

Les conséquences d’une baisse des budgets des IUT affectent les établissements à de nombreux niveaux, et notamment:

S’ils répondent à un fort besoin local de formations professionnalisantes, les nouveaux départements d’IUT n’ont aucune chance de pouvoir fonctionner normalement : dans la grande majorité des cas, ils sont créés sans aucun moyen humain supplémentaire, contrairement aux engagements pris par le ministère.

Les maquettes pédagogiques nationales du DUT sont mises à mal par des diminutions sur les budgets ou sur les emplois imposées, sans concertation, par les universités.

Le nombre d’heures de formation n’est plus respecté, et en conséquence, le diplôme perd son caractère national plébiscité par les entreprises, les familles et les jeunes. Il est fort à craindre que les entreprises, constatant cet état de fait, en tirent des conclusions fâcheuses pour l’emploi des diplômés des IUT.

La fermeture éventuelle de départements, ou la limitation du nombre d’étudiants, pour utiliser les moyens alloués nécessaires au respect des contenus pédagogiques des départements conservés.

Une situation que ne reconnaît pas la plus haute instance de tutelle

Malgré les échanges avec M. Laurent Wauquiez, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, la situation reste bloquée.
Selon le ministre, « dans la grande majorité des cas, ils [les recteurs] ont constaté la conformité des COM et des BPI et l’existence d’un dialogue de gestion entre les universités et leurs composantes ». Et seules « certaines difficultés d’application » existeraient, que les recteurs s’attachent à régulariser.
Les IUT ne peuvent partager cette analyse ni cet optimisme. Ils demandent donc un renforcement de la réglementation, à même :

d’apporter des garanties sur la régulation des moyens alloués aux IUT par leurs tutelles;

de les conforter dans leur rôle « d’acteurs fondamentaux du lien entre les universités et les entreprises ».

Ce renforcement passe par la transformation des circulaires de 2009 et 2010 en texte normatif (décret).

Un projet de réforme structurant pour les IUT et les universités

L’avenir des IUT ne peut se construire sans capacité de ressources et de moyens. Il se conjugue également avec une vision claire et précise de ce que doivent être les IUT. Depuis 2011, les IUT portent un projet de réforme structurant, pour les IUT comme pour les universités :

Les IUT portent la voie technologique universitaire du grade « licence ». Ce socle, fondé sur le DUT, répond de façon équilibrée au double objectif des IUT: une insertion professionnelle à court terme et un accès au grade « master » par la voie technologique.

Chaque établissement regroupant des universités sur le plan régional doit être doté d’une structure reconnue fédérant les IUT. Il s’agit de renforcer la coopération des IUT au plan régional et d’éviter la tendance au découpage disciplinaire qui peut conduire à des propositions de démantèlement des IUT.

Une structure nationale publique garantit la cohérence du système IUT : elle est en capacité de dialoguer avec chacune des tutelles des IUT pour pouvoir porter sur tous les territoires la mission des IUT et assurer l’égalité de leur traitement.

http://www.iutenjeu.fr/normaliser-et-reformer-les-voies-dune-solution-perenne-a-la-question-iut/

cannelle21
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les IUT Très inquiets pour leur avenir

Message par Condorcet le Mar 31 Jan - 19:23

Quel dommage car ils dispensent une très bonne formation et offrent de véritables perspectives professionnelles !

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les IUT Très inquiets pour leur avenir

Message par freche le Mar 31 Jan - 21:28

Oui, enfin le problème est qu'à l'origine ils étaient destinés à une insertion pro immédiatement après et que maintenant, dans certains départements, les poursuites d'études sont supérieures à 80%. Leur objectif est détourné et ça leur fait du tort à mon avis

freche
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les IUT Très inquiets pour leur avenir

Message par John le Mar 31 Jan - 23:48

@freche a écrit:Oui, enfin le problème est qu'à l'origine ils étaient destinés à une insertion pro immédiatement après et que maintenant, dans certains départements, les poursuites d'études sont supérieures à 80%. Leur objectif est détourné et ça leur fait du tort à mon avis
Mais un bac +2 n'est plus reconnu dans le système LMD : c'est normal que beaucoup continuent leurs études au moins en bac +3, non ? Sinon, ce serait suicidaire pour dans quelques années.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les IUT Très inquiets pour leur avenir

Message par Condorcet le Mar 31 Jan - 23:52

@John a écrit:
@freche a écrit:Oui, enfin le problème est qu'à l'origine ils étaient destinés à une insertion pro immédiatement après et que maintenant, dans certains départements, les poursuites d'études sont supérieures à 80%. Leur objectif est détourné et ça leur fait du tort à mon avis
Mais un bac +2 n'est plus reconnu dans le système LMD : c'est normal que beaucoup continuent leurs études au moins en bac +3, non ? Sinon, ce serait suicidaire pour dans quelques années.

Ah, le système LMD ou comment faire de chaque diplôme le composant un futur assignat ! (au passage, merci M. Attali !)
http://www.cefi.org/CEFINET/ENVIRON/EUROPE/LMD.htm


Dernière édition par condorcet le Mar 31 Jan - 23:55, édité 1 fois

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les IUT Très inquiets pour leur avenir

Message par freche le Mar 31 Jan - 23:54

Oui, mais du coup, le DUT n'a plus vraiment de sens (et cette évolution avait commencé avant la réforme lmd)

freche
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les IUT Très inquiets pour leur avenir

Message par micaschiste le Mar 31 Jan - 23:56

un reportage actuellement sur la formation professionnelle apparemment sur france 2, suivi de ''bannis des écoles'' (?).

_________________
"Il ne sert à rien à l'homme de gagner la Lune s'il vient à perdre la Terre". François Mauriac
"Pick a star in the dark horizon and follow the light "

micaschiste
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les IUT Très inquiets pour leur avenir

Message par John le Mer 1 Fév - 0:02

@freche a écrit:Oui, mais du coup, le DUT n'a plus vraiment de sens (et cette évolution avait commencé avant la réforme lmd)
Ben si : il forme toujours des gens à bac +2.
Ceux qui veulent s'arrêter s'arrêtent ; les autres continuent.
C'est du moins ce que j'ai cru comprendre.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les IUT Très inquiets pour leur avenir

Message par freche le Mer 1 Fév - 0:06

sauf que pour continuer, il faut changer d'orientation, il n'y a pas nécessairement de continuité entre le dut et la L3

freche
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les IUT Très inquiets pour leur avenir

Message par eclictek le Mer 1 Fév - 12:10

En fait, de nombreux départements d'IUT ont mis en place - pour une insertion au niveau bac + 3 - des licences professionnelles qui sont un prolongement efficace du DUT (et pas seulement réservées aux étudiants issus du DUT).
Le diplôme DUT à bac + 2 est encore reconnu, notamment par les entreprises (comme les BTS), et permet donc une insertion professionnelle directe. Cela dit, beaucoup d'étudiants choisissent en effet de faire une poursuite d'études à bac + 3 (Lpro par exemple) voire bac +5.
Le ministère fait néanmoins plancher de nombreuses commissions pour faire évoluer le diplôme vers un diplôme sur 3 ans, mais c'est une grosse usine à gaz (il faut notamment l'accord des professionnels qui devraient augmenter les rémunérations) et il en est question depuis des années en fait...

eclictek
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum