Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
amarok
Habitué du forum

Préface à Rhinocéros..????

par amarok le Jeu 21 Juin 2012 - 19:51
Bjr: un descriptif EAF évoque une préface à la pièce de Ionesco, sans en donner la photocopie. or je ne trouve rien de tel..! cette préface existe elle?
avatar
Neronismater
Niveau 7

Re: Préface à Rhinocéros..????

par Neronismater le Jeu 21 Juin 2012 - 19:55
Il s'agit peut être de la préface à l'édition américaine, reprise dans Notes et Contre Notes, dans laquelle Ionesco évoque la genèse de la pièce et la notion d'"horreur sacrée" ressentie face au nazisme. Ce texte est souvent repris dans les manuels et séquences sur Rhinocéros.

_________________
Oderint, dum metuant!
avatar
Hypermnestre
Habitué du forum

Re: Préface à Rhinocéros..????

par Hypermnestre le Jeu 21 Juin 2012 - 20:03
Tu trouveras des éléments qui t'éclaireront ici :
http://www.cndp.fr/crdp-reims/artsculture/dossiers_peda/rhino.pdf
Bon courage !
avatar
Cipango
Habitué du forum

Re: Préface à Rhinocéros..????

par Cipango le Jeu 21 Juin 2012 - 20:03
Oui c'est cela Neronimaster, et voici le début de cette préface:

En 1938, l'écrivain Denis de Rougemont se trouvait en Allemagne à Nuremberg au moment d'une manifestation nazie. Il nous raconte qu'il se trouvait au milieu d'une foule compacte attendant l'arrivée de Hitler. Les gens donnaient des signes d'impatience lorsqu'on vit apparaître, tout au bout d'une avenue et tout petit dans le lointain, le Führer et sa suite. De loin, le narrateur vit la foule qui était prise, progressivement, d'une sorte d'hystérie, acclamant frénétiquement l'homme sinistre. L’hystérie se répandait, avançait avec Hitler, comme une marée. Le narrateur était d'abord étonné par ce délire. Mais lorsque le Führer arriva tout près et que tous les gens, à ses côtés, furent contaminés par l'hystérie générale, Denis de Rougemont sentit, en lui-même, cette rage qui tentait de l'envahir, ce délire qui "l’électrisait". Il était tout prêt à succomber à cette magie, lorsque quelque chose monta des profondeurs de son être et résista à l'orage collectif. Denis de Rougemont nous raconte qu'il se sentait mal à l'aise, affreusement seul, dans la foule, à la fois résistant et hésitant. Puis ses cheveux se hérissant "littéralement", dit-il, sur sa tête, il comprit ce que voulait dire l’Horreur Sacrée. À ce moment-là, ce n'était pas sa pensée qui résistait, ce n'était pas des arguments qui lui venaient à l'esprit, mais c'était tout son être, toute "sa personnalité" qui se rebiffait. Là est peut-être le point de départ de Rhinocéros ; il est impossible, sans doute, lorsqu'on est assailli par des arguments, des doctrines, des slogans "intellectuels", des propagandes de toutes sortes, de donner sur place une explication de refus. La pensée discursive viendra, mais vraisemblablement plus tard, pour appuyer ce refus, cette résistance naturelle, intérieure, cette réponse d'une âme. Bérenger ne sait donc pas très bien, sur le moment, pourquoi il résiste à la rhinocérite et c'est la preuve que cette résistance est authentique et profonde. Bérenger est peut-être celui qui, comme Denis de Rougemont, est allergique au mouvement des foules et aux marches, militaires et autres. Rhinocéros est sans doute une pièce antinazie, mais elle est aussi, surtout, une pièce contre les hystéries collectives et les épidémies qui se cachent sous le couvert de la raison et des idées, mais qui n'en sont pas moins de graves maladies collectives dont les idéologies ne sont que les alibis : si l'on s'aperçoit que l'histoire déraisonne, que les mensonges des propagandes sont là pour masquer les contradictions qui existent entre les faits et les idéologies qui les appuient, si l'on jette sur l'actualité un regard lucide, cela suffit pour nous empêcher de succomber aux « raisons » irrationnelles, et pour échapper à tous les vertiges.
J'ai pensé avoir tout simplement à montrer l'inanité de ces terribles systèmes, ce à quoi ils mènent, comme ils enflamment les gens, les abrutissent, puis les réduisent en esclavage. On s'apercevra certainement que les répliques de Botard, de Jean, de Dudard ne sont que des formules clés, les slogans des dogmes divers cachant, sous le masque de la froideur objective, les impulsions les plus irrationnelles et véhémentes. Rhinocéros est aussi une tentative de « démystification ».
avatar
amarok
Habitué du forum

Re: Préface à Rhinocéros..????

par amarok le Jeu 21 Juin 2012 - 20:07
ouf, j'ai ce doc! on verra bien si c'est cela, j arrête de chercher..
Contenu sponsorisé

Re: Préface à Rhinocéros..????

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum