Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: sur sa nuque d'ambre fauve/ se tord un énorme chignon: figure de style?

par User5899 le Mar 17 Sep 2013 - 1:16
avatar
doctor who
Vénérable

Re: sur sa nuque d'ambre fauve/ se tord un énorme chignon: figure de style?

par doctor who le Mar 17 Sep 2013 - 8:15
Mais où est-il dit que la personnification assimile une chose à un être humain ? J'appellerais plutôt cela une "humanisation".

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com
avatar
Audrey
Oracle

Re: sur sa nuque d'ambre fauve/ se tord un énorme chignon: figure de style?

par Audrey le Mar 17 Sep 2013 - 13:29
Ben j'ai toujours appris, vu ou entendu qu'une personnification consistait à attribuer à un animal, une chose inanimée ou abstraite des caractéristiques humaines.

Après, quelle est la référence précise de cette définition, je n'en sais rien du tout. Embarassed 

_________________
B.V., aka Beuglato Vociferature,
Irae Laudatrix pour les cérémonies en son honneur,
Divinité Tarpéienne dont le culte subsiste en Bresse.
Elle protège les orateurs et les sophistes pro-Bayrou.
On peut invoquer sa fureur en lui sacrifiant des laitues vierges.
Identifiée à Boudicca, elle est représentée sur un char Clio orné de noeuds rouges en tulle.

Signez la pétition pour sauver les langues anciennes! Clic!
avatar
doctor who
Vénérable

Re: sur sa nuque d'ambre fauve/ se tord un énorme chignon: figure de style?

par doctor who le Mar 17 Sep 2013 - 15:07
TLF a écrit:PERSONNIFICATION, subst. fém.
A. [Corresp. à personnifier A] RHÉT. Procédé littéraire qui consiste à personnifier une abstraction; cette abstraction personnifiée. La Mollesse, dans «Le Lutrin», est une personnification (Ac. 1935). Il y a plus de vérité dans les personnifications mythiques du temps que dans la notion du temps considéré, à la manière scientifique, comme une variable de la nature en soi ou, à la manière kantienne, comme une forme idéalement séparable de sa matière (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p.482).
B. [Corresp. à personnifier B] Personne qui incarne une abstraction. Synon. incarnation. Je voyais en ma Clarice une personnification de la toute puissante nature dont l'essence est amour (MILOSZ, Amour. init., 1910, p.91). Le personnage de Blanche est d'une vérité étonnante; elle est la proie de la peur, et en même temps il semble qu'elle soit grandie par cette peur qui atteint à la panique, car cette jeune fille (...) devient une personnification de l'effroi, et cet effroi la mène, victime volontaire, à l'échafaud (GREEN, Journal, 1949, p.315):

... ce fut un déchirement pour elle d'assister au spectacle hideux d'une foule s'amusant à outrager un artiste... Un artiste? Celui qui, aux yeux de Grazia, était l'image même de l'art, la personnification de tout ce qu'il y avait de divin dans la vie.
ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p.788.
En partic. Personne qui incarne de façon exemplaire une qualité ou un défaut. Nous voilà donc enfin en présence, frère, toi l'idiote incarnation de la vertu, moi le génie du vice et la personnification du mal! (PONSON DU TERR., Rocambole, t.1, 1859, p.84). Cette personnification du crétinisme bon enfant qu'est «le Parisien» (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1906, p.146).
Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist.1. av. 1772 «action de personnifier une abstraction» (PIRON ds BOISTE); 2. 1847 «être, personne qui est le symbole d'une idée abstraite» (BALZAC, Cous. Pons ds ROB.); 3. 1893 psychol. (Th. FLOURNOY, Des Phénomènes de synopsie ... personnifications ds QUEM. DDL t.29). Dér. de personnifier*; suff. -(a)tion*. Fréq. abs. littér.: 105.
Si l'on en croit le TLF, la figure rhétorique de la personnification est très circonscrite : ni humanisation, ni animalisation, ni "animation".
Donc, dans les vers de Gautier : métaphore.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com
avatar
Écusette de Noireuil
Neoprof expérimenté

Re: sur sa nuque d'ambre fauve/ se tord un énorme chignon: figure de style?

par Écusette de Noireuil le Mar 17 Sep 2013 - 19:25
Il me semble que nous coupons les cheveux en 4 Wink...non?

_________________
" Les mots servent à libérer une matière silencieuse qui est bien plus vaste que les mots" (Sarraute)
avatar
totoro
Guide spirituel

Re: sur sa nuque d'ambre fauve/ se tord un énorme chignon: figure de style?

par totoro le Mar 17 Sep 2013 - 19:36
yseth56 a écrit:Il me semble que nous coupons les cheveux en 4 Wink...non?
C'est qui est bon.... non? angedemon

_________________
avatar
Écusette de Noireuil
Neoprof expérimenté

Re: sur sa nuque d'ambre fauve/ se tord un énorme chignon: figure de style?

par Écusette de Noireuil le Mar 17 Sep 2013 - 19:39
...désolée je ne sais pas résister aux jeux de mots (surtout mauvais)Embarassed

_________________
" Les mots servent à libérer une matière silencieuse qui est bien plus vaste que les mots" (Sarraute)
avatar
totoro
Guide spirituel

Re: sur sa nuque d'ambre fauve/ se tord un énorme chignon: figure de style?

par totoro le Mar 17 Sep 2013 - 20:11
yseth56 a écrit:...désolée je ne sais pas résister aux jeux de mots (surtout mauvais)Embarassed
Punaise! je ne l'avais même pas vu... Embarassed lol!

_________________
avatar
Écusette de Noireuil
Neoprof expérimenté

Re: sur sa nuque d'ambre fauve/ se tord un énorme chignon: figure de style?

par Écusette de Noireuil le Mer 18 Sep 2013 - 15:48
...tant qu'on ne se crêpe pas le chignon!
...euh je sors...Embarassed

_________________
" Les mots servent à libérer une matière silencieuse qui est bien plus vaste que les mots" (Sarraute)
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: sur sa nuque d'ambre fauve/ se tord un énorme chignon: figure de style?

par Iphigénie le Mer 18 Sep 2013 - 15:53
Passacaille a écrit:C'est très joli en tout cas. J'adore les coiffures et les textes sur les coiffures.
Je dirais "métaphore verbale" puisqu'en vérité le chignon a été tordu par Carmen alors que le poète écrit qu'il se tord. La tournure pronominale est le pivot de la figure. Le basculement de sens est renforcé aussi par le changement de la voix passive à la voix active. On est sur la voie de la personnification, mais on ne l'atteint pas car on n'a pas de comparant humain.
et pour arriver un cheveu en retard:
s'il n'y avait pas de figure, mais la simple utilisation d'un verbe pronominal à sens passif? (comme lorsqu'on dit que" la maison se construit rapidement")?
Contenu sponsorisé

Re: sur sa nuque d'ambre fauve/ se tord un énorme chignon: figure de style?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum