Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Amaliah
Empereur

Séquence autobiographie - Page 5 Empty Re: Séquence autobiographie

par Amaliah Mar 1 Oct 2019 - 20:09
Merci pour ce beau texte dont je ne connaissais que le début en fait.
Nadejda
Nadejda
Grand sage

Séquence autobiographie - Page 5 Empty Re: Séquence autobiographie

par Nadejda Mar 1 Oct 2019 - 20:35
Merci pour ce beau texte !
Comment as-tu mené concrètement ta séance ? Ce poème n'est pas évident.
J'aimerais moi aussi conclure mon chapitre sur l'autobiographie par de la poésie. J'irai jeter un oeil aussi aux poèmes de Bonnefoy dont j'ai un lointain souvenir.
*Ombre*
*Ombre*
Esprit éclairé

Séquence autobiographie - Page 5 Empty Re: Séquence autobiographie

par *Ombre* Mar 1 Oct 2019 - 21:06
J'ai lu moi-même le texte aux élèves, pour qu'ils en entendent le rythme et les sonorités.
Je leur avais mis une seule question au tableau : à quels genres littéraires ce texte appartient-il ? C'était une amorce facile, pour les amener à s'appuyer sur ce qu'ils comprennent, l'évocation du souvenir d'enfance.
Les élèves ont tout de suite pointé des bizarreries, des expressions qu'ils ne comprenaient pas : certes, une roue à aubes ne peut pas éclabousser le temps. Donc le texte dit autre chose que ce qu'il dit, c'est ça, la poésie, et c'est ça qui est intéressant. On ne se laisse pas impressionner et, en groupes, pour mettre les idées en commun et favoriser la réflexion, on cherche des indices pour comprendre. Je leur ai demandé de chercher tout ce qui pouvait les aider : les répétitions, les mots qui les marquent, et de partir de là pour essayer de comprendre plus précisément de quoi il est question.
Très vite, tous les groupes ont relevé le parallèle entre l'eau et le sang (notamment grâce aux deux vers parallèles) et l'insistance sur l'idée d'écoulement. Ensuite, j'ai dû aider certains groupes à rechercher à partir de là tout ce qui, dans le poème, s'écoule : l'eau, le sang, le temps. Mais avec ça, ils ont pu repartir vers l'idée de temps qui passe et de mort, et fouiller encore le texte avec cette idée en tête, en cherchant tout ce qui évoque la mort. Ainsi, l'essentiel était dit dans chaque groupe, même si certains sont allés bien plus loin que d'autres.
Nous avons mis en commun et repartant du vers mystérieux : cette fois, tous ont bien compris que le mot temps remplaçait le mot eau et posait, dès le début du poème, une équivalence entre les deux.
Là, il a fallu que je rappelle que c'était un poème et qu'il serait intéressant d'observer le rythme et les sonorités, ce que personne n'avait fait spontanément. Nouveau ratissage du texte, guidé par mes soins, parce que l'eau file, euh, pardon, le temps.
Tout à la fin de la séance, je leur ai projeté les premiers versets du livre de L'Ecclésiaste, pour qu'ils inscrivent cette image du fleuve dans l'horizon d'une référence.

Bilan : les élèves étaient contents de voir qu'ils étaient capables de donner un sens à un texte mystérieux. Mais surtout, je suis contente de voir que ce texte leur a plu, dans l'ensemble, leur a parlé. Ces images d'eaux, d'écoulement, cette évocation masquée de la mort les ont touchés, avant même qu'ils comprennent précisément le texte, et je trouve que ça, faire éprouver le fait qu'on peut se sentir touché par un poème qu'on ne comprend pas parfaitement, par la seule force de ses images, c'est une belle expérience.
Ainsifont
Ainsifont
Niveau 5

Séquence autobiographie - Page 5 Empty Re: Séquence autobiographie

par Ainsifont Mer 2 Oct 2019 - 7:33
Texte magnifique et "résistant" qui a interpellé les élèves. C'est génial de pouvoir accompagner les élèves dans la découverte du sens et de constater que ce moment peut être enthousiasmant !
Ombre, est-ce que tu pourrais indiquer précisément quel extrait tu as choisi dans l'oeuvre de Marcel Pagnol ?
Merci et bonne journée à tous.
*Ombre*
*Ombre*
Esprit éclairé

Séquence autobiographie - Page 5 Empty Re: Séquence autobiographie

par *Ombre* Mer 2 Oct 2019 - 8:29
C'est celui-ci, Ainsifont. Ce n'est pas le plus riche de mon chapitre, mais il me permet de revenir sur les différentes temporalités de l'autobiographie (abordées avec Chateaubriand) et le jeu que permet la distance de soi à soi du narrateur adulte au narrateur enfant, avec la place laissée à l'ironie dans la mise en scène. Cela prépare bien les élèves à l'évaluation que j'ai choisie, l'extrait de Le Promesse de l'aube tombé il y a plusieurs années au brevet (sur Valentine).

Clémentine

Clémentine était très adroite, mais elle trichait impudemment, et refusait toujours d'admettre qu'elle avait perdu. De plus, elle mentait sans cesse, pour rien, pour le plaisir.
Par exemple, venant à ma rencontre sur la pointe des pieds, elle m'annonçait à voix basse, avec des mines terrorisées, que M. le directeur était gravement malade, et que plusieurs médecins entouraient son lit. Cinq minutes plus tard, tandis que je songeais tristement aux funérailles grandioses de ce puissant chef, M. le directeur lui-même traversait la cour, tout guilleret , et la canne à la main. […] Un soir, quand elle revenait des commissions, un homme énorme, avec une barbe noire, l'avait poursuivie dans la rue. Il faisait nuit, elle avait couru de toutes ses forces. « S'il m'avait rattrapée, je ne sais pas ce qu'il m'aurait fait ! » Paul était d'avis qu'il voulait la faire danser dans un cirque, ou peut-être la forcer à vendre des paniers dans un pays étranger, comme Toulon ou Avignon. Alors, elle hocha la tête plusieurs fois et ricana tout bas en me regardant de côté ; puis elle dit : « C'est un enfant ! Il ne comprend pas ! » Et moi non plus, je ne comprenais pas : je ne la comprenais jamais.
Souvent, au beau milieu d'une partie de dominos, elle éclatait de rire, la tête rejetée en arrière, et la bouche grande ouverte. « Qu'est-ce que tu as ? Pourquoi ris-tu ? » Mais au lieu de répondre, elle se levait d'un bond, courait prendre son balai, et elle dansait avec lui. Un jour, dans un élan d'amitié, je lui avais dit : « Tu aurais de beaux yeux, s'ils étaient pareils. » Sur quoi, cette idiote avait fondu en larmes, avec des sanglots et des hoquets déchirants. Pour la calmer, je lui expliquai que c'était un compliment, et que je trouvais avantageux d'avoir deux œils au lieu de deux yeux. Avec la rapidité d'un chat, elle me griffa la joue sous l'oreille, à quoi je répondis par une gifle absolument réussie. Elle demeura un instant comme stupéfaite, puis elle courut jusqu'au platane et, le front sur son avant-bras, elle se mit à ululer si fort qu'il me parut prudent de rentrer chez moi au pas de course.
Quand elle atteignit sa douzième année, elle devint encore plus bizarre, et se mit à me faire des confidences mystérieuses. Assise près de moi sur le banc, sous le préau, en face de la cour déserte, elle me dit un jour : « J'ai un ami qui vient souvent jouer avec moi. II est gentil, et il est très beau. Seulement, je trouve qu'il est bête.
— Pourquoi ?
— Parce que moi je sais bien qu'il m'adore, mais il a peur de me le dire, et il n'ose pas m'embrasser.
— Et toi, il te plaît ? »
Elle renversa la tête en arrière, leva au plafond des yeux langoureux, et soupira :
« Oh oui !
— Comment s’appelle-t-il ?
— Marcel, comme toi ; et même il a les yeux marron, comme toi. Souvent, j'essaie de lui faire comprendre, mais ça ne réussit pas. »
Alors, je fus furieux qu'elle eût donné son cœur a cet individu, qui avait l'audace de me ressembler, et de porter mon prénom.
« Et où est-ce que tu vas jouer avec lui ?
— Ici, à l'école. »
Je triomphai aussitôt. « Eh bien, ma fille, tu es une belle menteuse ! S'il venait ici, moi je le verrais, parce que je regarde souvent par la fenêtre de la cuisine ! Tu inventes tout ça parce que tu crois que ça va me rendre jaloux. Mais moi je peux te dire que ça m'est bien égal, et même que je m'en fiche complètement. Et ce n'est plus la peine que tu m'en parles, parce que je ne t'écouterai même pas ! »
Alors, elle se leva, les mains jointes, les yeux au ciel, elle cria d'une voix stridente : « Qu'il est bête ! Qu'il est bêête ! »
Et elle s'enfuit.

Marcel Pagnol, Le Temps des secrets, 1960
Ainsifont
Ainsifont
Niveau 5

Séquence autobiographie - Page 5 Empty Re: Séquence autobiographie

par Ainsifont Mer 2 Oct 2019 - 11:33
Merci beaucoup, Ombre !
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum