Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
René Chiche
Niveau 5

La désinstruction : entretien (Marianne) Empty La désinstruction : entretien (Marianne)

par René Chiche le Mar 7 Jan 2020 - 16:49
Pour info, et en dépit de quelques réserves sur la qualité de la retranscription.

https://www.marianne.net/societe/crise-l-ecole-ne-forme-plus-penser-alors-les-eleves-se-contentent-de-croire
avatar
Melyne5
Niveau 10

La désinstruction : entretien (Marianne) Empty Re: La désinstruction : entretien (Marianne)

par Melyne5 le Mer 8 Jan 2020 - 20:07
Lu avec intérêt. Merci !
zigmag17
zigmag17
Expert

La désinstruction : entretien (Marianne) Empty Re: La désinstruction : entretien (Marianne)

par zigmag17 le Mer 8 Jan 2020 - 20:28
Merci pour le lien, cela me donne envie de lire l'essai, il correspond en tous points à ce que je pense et constate. J'ai hâte d'arriver à mon prochain conseil de classe. La moyenne de français en terminale bac pro pour ce premier semestre est de 07/20 (valeur réelle des devoirs remis, et du travail assorti). Les records sont battus. Je ne sais pas si le CdE va faire des remarques sur ma notation, je guette les mots "bienveillance" et autres. J'ai livré mes réflexions aux élèves, dont certains souhaitent demander une poursuite d'études en BTS. Je ne les leurre pas, je les informe sur ce qui les attend. Résultat: une élève a littéralement déclenché des maux de ventre et a dû aller à l'infirmerie, entendre cette vérité l'a rendue malade. Et moi ça me rend malade que les élèves en arrivent là: devenir les proies d'un système qui les broie et les conforte dans leur ignorance, et vivre dans l'illusion au moins jusqu'à la fin du lycée.
Ajonc35
Ajonc35
Habitué du forum

La désinstruction : entretien (Marianne) Empty Re: La désinstruction : entretien (Marianne)

par Ajonc35 le Mer 8 Jan 2020 - 21:10
@zigmag17 a écrit:Merci pour le lien, cela me donne envie de lire l'essai, il correspond en tous points à ce que je pense et constate. J'ai hâte d'arriver à mon prochain conseil de classe. La moyenne de français en terminale bac pro pour ce premier semestre est de  07/20 (valeur réelle des devoirs remis, et du travail assorti). Les records sont battus. Je ne sais pas si le CdE va faire des remarques sur ma notation, je guette les mots "bienveillance" et autres. J'ai livré mes réflexions aux élèves, dont certains souhaitent demander une poursuite d'études en BTS. Je ne les leurre pas, je les informe sur ce qui les attend. Résultat: une élève a littéralement déclenché des maux de ventre et a dû aller à l'infirmerie, entendre cette vérité l'a rendue malade. Et moi ça me rend malade que les élèves en arrivent là: devenir les proies d'un système qui les broie et les conforte dans leur ignorance, et vivre dans l'illusion au moins jusqu'à la fin du lycée.
Au-delà des problèmes que tu évoques zigmag, il y a aussi les corrections lors des examens. Je suis convoquée de plus en plus rarement: en 2018 et en 2016 et avant cela devait -être 2014 et 2013. A chaque fois le président du jury ( nous corrigeons lors d'un regroupement) me dit que je suis dans le bas du classement pour les moyennes ( paquets de 20 copies donnés au compte-gouttes) et lors de la réunion d'harmonisation je m'étonne des notes qui pour une copie de référence peut aller de 4 à 16. 4 c'est le vieux prof exigeant et 16 c'est plutôt un jeune prof mais pas toujours. Si le 4 est dur le 16 est largement surfait. Moi qui suis souvent entre 8 et 11, je suis régulièrement interpellée sur ma façon de noter les copies tests et je me fais "gronder" par mes collègues tandis que celui qui a mis 4 ou 5 se fait laminer.
Nous sommes en CCCF dans l'agricole depuis 30 ans et nous rédigeons nos sujets, nous corrigeons nos copies ou évaluons l'oral. L'équipe d'une filière a été rappelée à l'ordre par notre CDE adjoint car nous avons plus de recalés que les autres filières. Ben oui mais ceux qui ne l'ont pas eu après le rattrapage ne sont vraiment pas au niveau et relèvent plutôt d'un bon CAP ( ancien). Dans les autres filières les élèves sont un peu plus motivés mais à peine.
Ensuite pour le passage des examens et surtout pour le CAP et le BEP, le MAAF s'est débrouillé pour rassembler les disciplines en modules: une discipline "facile" avec une discipline "plus difficile" et les deux se compensent. Exemple tu mets EPS avec Biologie. Il y a aussi beaucoup d'oraux et de pratique donc les résultats sont meilleurs.
Il y a certes les pédagogistes mais il y a surtout l'Institution et en cela je suis d'accord avec René CHICHE qui explique qu'ON a mis en avant des personnes qui ne connaissent pas le métier ou de loin et il y a longtemps et que ce sont celles-là qui sont aux manettes. Découragement à la base. Oui. Personnellement j'aurais bien travaillé un peu plus mais je vais partir dès que je peux, dans pas longtemps car j'en ai assez de participer à ce mensonge.
Et je rajoute un élément concernant les CC. Dans un des derniers que j'ai pu faire le prof d'EPS nous dit que de plus en plus d'élèves ne respectent pas les règles lors des activités proposées et certains mettent même les camarades en danger ou en difficulté importante de manière délibérée, n'ont pas le bon comportement, etc... Je regarde les notes: EXPLOSIVES, même le pire de ceux qu'il vient de nous citer, a la moyenne, d'ailleurs ils ont tous la moyenne et tout le temps avec ce prof-là en tous cas. Ce prof est très apprécié de la Direction car il met vraiment tout en oeuvre pour la réussite des élèves et comme ils sont "bons" , il valide même leur poursuite d'études en STAPS ( venant d'un bac pro quand ces élèves ont des notes très moyennes par ailleurs). Je crois que STAPS ce n'est pas uniquement la pratique d'un sport. Voilà où on en est. Et je repense aussi à un autre collègue qui a eu un rdv houleux entre la direction et des étudiants car il note "mal", du moins c'est ce que disent les étudiants. Ben oui mais il est un peu "vieille France" et quand un des étudiants ne respecte pas les règles, ils sont évalués mais par le bas. René CHICHE oublie que l'élève, l'Etudiant est désormais au centre du système et quand il n'est pas content ( ou sa famille) il le fait savoir et vite, sans justification aucune sauf que le note obtenue n'est pas, selon lui, la note qu'il mérite.
Et encore bien d'autres choses.
Par contre j'aime bien écouter René CHICHE ou le lire et peut-être vais-je inciter ma médiathèque à l'acheter, sinon à l'acheter moi-même!
zigmag17
zigmag17
Expert

La désinstruction : entretien (Marianne) Empty Re: La désinstruction : entretien (Marianne)

par zigmag17 le Mer 8 Jan 2020 - 21:58
@Ajonc35 a écrit:
@zigmag17 a écrit:Merci pour le lien, cela me donne envie de lire l'essai, il correspond en tous points à ce que je pense et constate. J'ai hâte d'arriver à mon prochain conseil de classe. La moyenne de français en terminale bac pro pour ce premier semestre est de  07/20 (valeur réelle des devoirs remis, et du travail assorti). Les records sont battus. Je ne sais pas si le CdE va faire des remarques sur ma notation, je guette les mots "bienveillance" et autres. J'ai livré mes réflexions aux élèves, dont certains souhaitent demander une poursuite d'études en BTS. Je ne les leurre pas, je les informe sur ce qui les attend. Résultat: une élève a littéralement déclenché des maux de ventre et a dû aller à l'infirmerie, entendre cette vérité l'a rendue malade. Et moi ça me rend malade que les élèves en arrivent là: devenir les proies d'un système qui les broie et les conforte dans leur ignorance, et vivre dans l'illusion au moins jusqu'à la fin du lycée.
Au-delà des problèmes que tu évoques zigmag, il y a aussi les corrections lors des examens. Je suis convoquée de plus en plus rarement: en 2018 et en 2016 et avant cela devait -être 2014 et 2013. A chaque fois le président du jury ( nous corrigeons lors d'un regroupement) me dit que je suis dans le bas du classement pour les moyennes ( paquets de 20 copies donnés au compte-gouttes) et lors de la réunion d'harmonisation je m'étonne des notes qui pour une copie de référence peut aller de 4 à 16. 4 c'est le vieux prof exigeant et 16 c'est plutôt un jeune prof mais pas toujours. Si le 4 est dur le 16 est largement surfait. Moi qui suis souvent entre 8 et 11, je suis régulièrement interpellée sur ma façon de noter les copies tests et je me fais "gronder" par mes collègues tandis que celui qui a mis 4 ou 5 se fait laminer.
Nous sommes en CCCF dans l'agricole depuis 30 ans et nous rédigeons nos sujets, nous corrigeons nos copies ou évaluons l'oral. L'équipe d'une filière a été rappelée à l'ordre par notre CDE adjoint car nous avons plus de recalés que les autres filières. Ben oui mais ceux qui ne l'ont pas eu après le rattrapage ne sont vraiment pas au niveau et relèvent plutôt d'un bon CAP ( ancien). Dans les autres filières les élèves sont un peu plus motivés mais à peine.
Ensuite pour le passage des examens et surtout pour le CAP et le BEP, le MAAF s'est débrouillé pour rassembler les disciplines en modules: une discipline "facile" avec une discipline "plus difficile" et les deux se compensent. Exemple tu mets EPS avec Biologie. Il y a aussi beaucoup d'oraux et de pratique donc les résultats sont meilleurs.
Il y a certes les pédagogistes mais il y a surtout l'Institution et en cela je suis d'accord avec René CHICHE qui explique qu'ON a mis en avant des personnes qui ne connaissent pas le métier ou de loin et il y a longtemps et que ce sont celles-là qui sont aux manettes. Découragement à la base. Oui. Personnellement j'aurais bien travaillé un peu plus mais je vais partir dès que je peux, dans pas longtemps car j'en ai assez de participer à ce mensonge.
Et je rajoute un élément concernant les CC. Dans un des derniers que j'ai pu faire le prof d'EPS nous dit que de plus en plus d'élèves ne respectent pas les règles lors des activités proposées et certains mettent même les camarades en danger ou en difficulté importante de manière délibérée, n'ont pas le bon comportement, etc... Je regarde les notes: EXPLOSIVES, même le pire de ceux qu'il vient de nous citer, a la moyenne, d'ailleurs ils ont tous la moyenne et tout le temps avec ce prof-là en tous cas. Ce prof est très apprécié de la Direction car il met vraiment tout en oeuvre pour la réussite des élèves et comme ils sont "bons" , il valide même leur poursuite d'études en STAPS ( venant d'un bac pro quand ces élèves ont des notes très moyennes par ailleurs). Je crois que STAPS ce n'est pas uniquement la pratique d'un sport. Voilà où on en est. Et je repense aussi à un autre collègue qui a eu un rdv houleux entre la direction et des étudiants car il note "mal", du moins c'est ce que disent les étudiants. Ben oui mais il est un peu "vieille France" et quand un des étudiants ne respecte pas les règles, ils sont évalués mais par le bas. René CHICHE oublie que l'élève, l'Etudiant est désormais au centre du système et quand il n'est pas content ( ou sa famille) il le fait savoir et vite, sans justification aucune sauf que le note obtenue n'est pas, selon lui, la note qu'il mérite.
Et encore bien d'autres choses.
Par contre j'aime bien écouter René CHICHE ou le lire et peut-être vais-je inciter ma médiathèque à l'acheter, sinon à l'acheter moi-même!

Je suis entièrement d'accord avec toi. Le système entier, validé par des technocrates ou des pédagogistes, aimerait nous pousser à la malhonnêteté intellectuelle et c'est effrayant et indigne à la fois. L'on a bien connu les injonctions "partir de ce que sait l'élève pour qu'il construise son savoir", "mettre l'élève au centre du système éducatif" etc.  Nous savons tout de même de quoi nous parlons, et nous savons également évaluer le travail de nos élèves, dans une juste mesure, avec objectivité, avec le plus de justice possible, en utilisant toute l'échelle de notes proposée. Sauf que oui, élèves et familles sont devenus des consommateurs qui ont des "droits", dont celui de réclamer de bonnes notes fussent-elles imméritées. Et re-oui, là-dessus les inspecteurs voire les CdE ne nous aident pas toujours (remontrances quand une moyenne d'établissement à l'examen est plus basse que la moyenne régionale ou nationale, demandes d'explications parfois musclées).
Je mets les moyennes que les travaux des élèves méritent; je n'ai pas les mêmes exigences pour des bac pro qui pour l'instant passent des épreuves ponctuelles en Lettres et en Histoire-géo (épreuves nationales) et dont l'investissement dans le travail doit être minimum sans quoi ils se plantent, qu'avec mes élèves de CAP qui passent leurs épreuves, dont j'aurai bâti le sujet, en CCF, et qui peuvent obtenir un joli 13/20 de moyenne de classe comme c'est le cas ce trimestre car ils suivent les consignes, comprennent, travaillent.
Ce qui n'empêchera sûrement pas d'ailleurs les mêmes bac pro d'obtenir des notes honorables à l'examen (les consignes de notation pour le bac pro étant ce qu'elles sont). Et peut-être que les CAP seront moins performants le jour du CCF. Mais dans tous les cas ils auront été évalués le plus objectivement possible, et pas en priorité pour leur faire plaisir avec une note indue.
C'est vrai qu'il est dur de se battre sans cesse contre une institution qui ne reconnaît plus le mérite, l'effort mais valide le laxisme.
avatar
nash06
Niveau 5

La désinstruction : entretien (Marianne) Empty Re: La désinstruction : entretien (Marianne)

par nash06 le Mer 8 Jan 2020 - 23:54
Malheureusement, il a l'air très compliqué de se procurer le livre... je l'ai commandé à une librairie début décembre, pensant l'avoir pour noël, et pour le moment toujours rien. C'est assez frustrant.
zigmag17
zigmag17
Expert

La désinstruction : entretien (Marianne) Empty Re: La désinstruction : entretien (Marianne)

par zigmag17 le Jeu 9 Jan 2020 - 14:27
Je viens d'en passer commande auprès de ma librairie de proximité. A priori il est disponible. On va bien voir...
kensington
kensington
Esprit éclairé

La désinstruction : entretien (Marianne) Empty Re: La désinstruction : entretien (Marianne)

par kensington le Dim 12 Jan 2020 - 0:20
Un entretien dans Le Figaro:

«La désinstruction nationale: une non-assistance à une jeunesse en danger»
Philomène87
Philomène87
Esprit éclairé

La désinstruction : entretien (Marianne) Empty Re: La désinstruction : entretien (Marianne)

par Philomène87 le Dim 12 Jan 2020 - 1:45
Je suis d'accord en tout point avec l'auteur.
avatar
Melyne5
Niveau 10

La désinstruction : entretien (Marianne) Empty Re: La désinstruction : entretien (Marianne)

par Melyne5 le Dim 12 Jan 2020 - 1:54
Dans causeur:


https://www.causeur.fr/desinstruction-nationale-rene-chiche-171111
Ajonc35
Ajonc35
Habitué du forum

La désinstruction : entretien (Marianne) Empty Re: La désinstruction : entretien (Marianne)

par Ajonc35 le Dim 12 Jan 2020 - 9:34
Sur France inter , ce matin et en ce moment, en débat, les écrans. Un lycéen passe deux fois plus de temps sur les écrans qu'à l'Ecole.
Instructif.
Celadon
Celadon
Demi-dieu

La désinstruction : entretien (Marianne) Empty Re: La désinstruction : entretien (Marianne)

par Celadon le Dim 12 Jan 2020 - 9:48
@Melyne5 a écrit:Dans causeur:


https://www.causeur.fr/desinstruction-nationale-rene-chiche-171111
Oui mais dans la conclusion, il aurait pu 1. signaler que "recruter d'excellents maîtres" suppose d'abord de les former excellemment, ce qui est tout à fait à l'opposé de ce qui se passe, 2. faire ne serait-ce qu'une mini allusion à la façon dont sont scandaleusement sous-payés les galériens de l'EN (sans parler de la retraite qui leur est réservée spécifiquement...) tandis que les princes la rue de Grenelle et leurs affidés en régions, eux...
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum