Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Eolull
Niveau 3

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Eolull Ven 22 Sep - 18:34
En ce moment je me bats pour que mes élèves utilisent le signe = correctement (5è). Évaluation sur les priorités, j'ai eu énormément de ce genre de choses :

14 − 2×3 + 7 = 6 = 14 − 6 = 8 = 8 + 7 = 15 (et encore, ça c'est quand le résultat est au moins correct au final).

« = » utilisé comme une séparation des calculs effectués quoi... Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 1665347707 Sa signification n'est absolument pas acquise.

Hors-sujet : par rapport à la discussion sur les PE, le fait de préjuger de la compétence d'enseignement du français à partir d'une faute commise sur Twitter (!) ou à l'oral au détour d'une phrase, me laisse pour le moins perplexe... Rolling Eyes
Mathador
Mathador
Guide spirituel

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Mathador Ven 22 Sep - 19:00
L'histoire du = est classique, même si l'exemple que tu donnes est particulièrement gratiné.
Pour lutter contre cela, j'avais inséré dans mes QCM des questions où il faut choisir une égalité (ou chaîne d'égalités) exacte parmi 4. Je ne pense pas avoir fait de miracle ceci dit…

_________________
"There are three kinds of lies: lies, damned lies, and statistics." (cité par Mark Twain)
« Vulnerasti cor meum, soror mea, sponsa; vulnerasti cor meum in uno oculorum tuorum, et in uno crine colli tui.
Quam pulchrae sunt mammae tuae, soror mea sponsa! pulchriora sunt ubera tua vino, et odor unguentorum tuorum super omnia aromata. » (Canticum Canticorum 4:9-10)
Solovieï
Solovieï
Niveau 10

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Solovieï Ven 22 Sep - 19:06
Le "instit-bashing" a encore de beaux jours devant lui... En nous renvoyant ainsi la balle, on fait le jeu de nos adversaires.

Nous nous lamentions déjà de la baisse du niveau il y a 10 ans. Il est logique de retrouver aujourd'hui certains de nos anciens élèves de l'autre côté du bureau. Je trouve aussi vétilleux et vain de déduire des choses sur la base d'un message Twitter, d'une coquille sur internet, etc. Il est évident que la communication informelle sur internet (forum, réseaux sociaux,...) n'invite pas à la même rigueur que d'autres types de publications. J'assume d'écrire à la va-vite sur internet alors que je n'ai pas la même désinvolture si j'écris pour Fabula... Je ne pense pas offenser la langue française, nos rapports intimes ne regardant qu'elle et moi.

Oui, j'ai aussi rencontré des professeurs des écoles aux lacunes étonnantes, presque tout autant que de professeurs du secondaire, c'est dire ! Sauf à être dans le cadre d'une mission ou d'une autorité précisément circonscrites, il ne nous revient peut-être pas d'en juger, du moins si sévèrement. Les carences n'empêchent pas la bonne volonté ou le désir de bien faire. Et qu'y pouvons-nous ? Nous devrions plutôt regarder tous dans la même direction, car la moindre dissension sera récupérée et brandie comme l'étendard de notre nullité, déjà unanimement constatée.

L'école est en naufrage, ce n'est ni nouveau ni involontaire. Énumérer les dégradations, enfoncer des portes ouvertes, ne sert pas à grand-chose. Soit on accepte cette fatalité, on compose, en fixant des limites, soit on se retire (ou on retire ses enfants de l'école).
Je pense que le point de non-retour est franchi. Le système éducatif est en soins palliatifs et sa mort programmée, dans l'indifférence générale (voire le mépris).

Ce déclin est par ailleurs à mettre en lien avec celui d'autres domaines, dont la dégradation témoigne de la perte de souveraineté de la France. J'aime ce mot de souveraineté, dans son acception moderne d'indépendance, de responsabilité de soi. Pour une nation, la construction et la pérennité de sa pensée propre, de ses capacités cognitives, scientifiques, techniques, en font bien partie. On ne fabrique même plus nos fusils, c'est dire si nous n'avons vraiment plus aucun emploi à proposer à notre jeunesse, au contraire des hussards noirs de la République que certains inspecteurs en mal d'analogie nous servent encore...


Dernière édition par Solovieï le Ven 22 Sep - 19:14, édité 1 fois
Elaïna
Elaïna
Enchanteur

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Elaïna Ven 22 Sep - 19:10
Eolull a écrit:
Hors-sujet : par rapport à la discussion sur les PE, le fait de préjuger de la compétence d'enseignement du français à partir d'une faute commise sur Twitter (!) ou à l'oral au détour d'une phrase, me laisse pour le moins perplexe... Rolling Eyes

Quand la fille, en trois postes, fait quatre fois la même faute grossière (elle s'est faite tapée, elle s'est faite pincée,.elle s'est faite attrapée etc), je pense qu'elle ne connaît simplement pas la règle. Et oui, c'est une faute grossière.

_________________
It took me forty years to realize this. But for guys like us... our lives aren't really our own. There's always someone new to help. Someone we need to protect. These past few years, I fought that fate with all I had. But I'm done fighting. It's time I accept the hand I was dealt. Too many people depend on us. Their dreams depend on us.

Kiryu Kazuma inYakuza 4 Remastered

Ma page Facebook https://www.facebook.com/Lire-le-Japon-106902051582639
Solovieï
Solovieï
Niveau 10

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Solovieï Ven 22 Sep - 19:12
Elaïna a écrit:
Eolull a écrit:
Hors-sujet : par rapport à la discussion sur les PE, le fait de préjuger de la compétence d'enseignement du français à partir d'une faute commise sur Twitter (!) ou à l'oral au détour d'une phrase, me laisse pour le moins perplexe... Rolling Eyes

Quand la fille, en trois postes, fait quatre fois la même faute grossière (elle s'est faite tapée, elle s'est faite pincée,.elle s'est faite attrapée etc), je pense qu'elle ne connaît simplement pas la règle. Et oui, c'est une faute grossière.

C'est vrai que là, c'est un peu fort de cafée. Je l'admée.
Volte
Volte
Niveau 5

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Volte Ven 22 Sep - 19:15
Solovieï a écrit:Le "instit-bashing" a encore de beaux jours devant lui... En nous renvoyant ainsi la balle, on fait le jeu de nos adversaires.

Nous nous lamentions déjà de la baisse du niveau il y a 10 ans. Il est logique de retrouver aujourd'hui certains de nos anciens élèves de l'autre côté du bureau. Je trouve aussi vétilleux et vain de déduire des choses sur la base d'un message Twitter, d'une coquille sur internet, etc. Il est évident que la communication informelle sur internet (forum, réseaux sociaux,...) n'invite pas à la même rigueur que d'autres types de publications. J'assume d'écrire à la va-vite sur internet alors que je n'ai pas la même désinvolture si j'écris pour Fabula... Je ne pense pas offenser la langue française, nos rapports intimes ne regardant qu'elle et moi.

Oui, j'ai aussi rencontré des professeurs des écoles aux lacunes étonnantes, presque tout autant que de professeurs du secondaire, c'est dire ! Sauf à être dans le cadre d'une mission ou d'une autorité précisément circonscrites, il ne nous revient peut-être pas d'en juger, du moins si sévèrement. Les carences n'empêchent pas la bonne volonté ou le désir de bien faire. Et qu'y pouvons-nous ? Nous devrions plutôt regarder tous dans la même direction, car la moindre dissension sera récupérée et brandie comme l'étendard de notre nullité, déjà unanimement constatée.

L'école est en naufrage, ce n'est ni nouveau ni involontaire. Énumérer les dégradations, enfoncer des portes ouvertes, ne sert pas à grand-chose. Soit on accepte cette fatalité, on compose, en fixant des limites, soit on se retire (ou on retire ses enfants de l'école).
Je pense que le point de non-retour est franchi. Le système éducatif est en soin palliatif et sa mort est programmée, dans l'indifférence générale (voire le mépris).

Ce déclin est par ailleurs à mettre en lien avec celui d'autres domaines, dont la dégradation témoigne de la perte de souveraineté de la France. J'aime ce mot de souveraineté, dans son acception moderne d'indépendance, de responsabilité de soi. Pour une nation, la construction et la pérennité de sa pensée propre, de ses capacités cognitives, scientifiques, techniques, en font bien partie. On ne fabrique même plus nos fusils, c'est dire si nous n'avons vraiment plus aucun emploi à proposer à notre jeunesse, au contraire des hussards noirs de la République que certains inspecteurs en mal d'analogie nous servent encore...

J'aime bien ce que tu dis.
Allez, je vais raconter ma vie :
J'ai eu l'immense chance, quand j'étais au primaire, d'être dans une petite école de campagne de 10 élèves, (3 en CE1, 1 en CE2, etc..).
J'ai eu au début une instit' à un an de la retraite, et ensuite deux petites jeunettes.
Je me suis reposé toute ma scolarité sur ces acquis de primaire, je savais lire, écrire, compter (divisions à virgules, etc...).
Moralité, les effectifs réduits, très réduits, le pognon, c'est au début de la vie scolaire de l'enfant qu'il faut le mettre, au collège, c'est déjà trop tard.
Volte
Volte
Niveau 5

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Volte Ven 22 Sep - 19:17
Elaïna a écrit:
Eolull a écrit:
Hors-sujet : par rapport à la discussion sur les PE, le fait de préjuger de la compétence d'enseignement du français à partir d'une faute commise sur Twitter (!) ou à l'oral au détour d'une phrase, me laisse pour le moins perplexe... Rolling Eyes

Quand la fille, en trois postes, fait quatre fois la même faute grossière (elle s'est faite tapée, elle s'est faite pincée,.elle s'est faite attrapée etc), je pense qu'elle ne connaît simplement pas la règle. Et oui, c'est une faute grossière.
Toujours penser à remplacer par un verbe du 3eme groupe !
Eolull
Eolull
Niveau 3

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Eolull Ven 22 Sep - 19:33
@Elaïna D'accord et c'est très possible qu'elle ne connaisse effectivement pas la règle, mais je continue à penser que beaucoup de nos collègues s'appliquent infiniment moins bien sur les réseaux sociaux qu'en cours, et en particulier ils ont une certaine tendance à écrire comme à l'oral (c'est au moins le cas des miens)... comme la plupart des gens, quoi.
Proflambdada
Proflambdada
Habitué du forum

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Proflambdada Ven 22 Sep - 19:38
Solovieï a écrit:
Elaïna a écrit:
Eolull a écrit:
Hors-sujet : par rapport à la discussion sur les PE, le fait de préjuger de la compétence d'enseignement du français à partir d'une faute commise sur Twitter (!) ou à l'oral au détour d'une phrase, me laisse pour le moins perplexe... Rolling Eyes

Quand la fille, en trois postes, fait quatre fois la même faute grossière (elle s'est faite tapée, elle s'est faite pincée,.elle s'est faite attrapée etc), je pense qu'elle ne connaît simplement pas la règle. Et oui, c'est une faute grossière.

C'est vrai que là, c'est un peu fort de cafée. Je l'admée.

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 437980826
avatar
Flo44
Érudit

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Flo44 Ven 22 Sep - 20:34
Je me rappelle de discussions entre parents quand j'étais en primaire. Ils parlaient du concours de l'École Normale (d'instituteurs) auquel l'un d'entre eux était candidat. Le concours était considéré comme difficile.
J'ai aussi donné un coup de main pour les mathématiques à un voisin qui préparait le concours (je ne sais pas si c'était le début de l'IUFM, c'était vers 1993). Et c'était vraiment difficile.
S'il y avait une sélection, c'est aussi parce que le métier était bien payé et avec des avantages...
Tout cela a disparu ou s'est amenuisé, comment s'étonner alors du niveau en entrée d'INSPE ? Cela n'enlève pas le mérite et le travail des PE en classe, mais s'il y avait une vaie sélection sur le niveau académique on verrait sans doute moins d'énormités ensuite chez les élèves... Mais cela demanderait (une fois encore) de mettre un gros paquet de pognon (et du temps...)
TFS
TFS
Fidèle du forum

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par TFS Ven 22 Sep - 21:47
Mathador a écrit:L'histoire du = est classique, même si l'exemple que tu donnes est particulièrement gratiné.
Pour lutter contre cela, j'avais inséré dans mes QCM des questions où il faut choisir une égalité (ou chaîne d'égalités) exacte parmi 4. Je ne pense pas avoir fait de miracle ceci dit…

Et en arrêtant de faire des QCM ?... Parfois faut être "bête et méchant", non ?

10 calculs à mener, noté sur 10, en 10mn, en début de chaque semaine, sans aucun point si la rédaction est fausse... je t'assure qu'ils apprennent vite !
pseudo-intello
pseudo-intello
Sage

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par pseudo-intello Ven 22 Sep - 21:49
Eolull a écrit:@Elaïna D'accord et c'est très possible qu'elle ne connaisse effectivement pas la règle, mais je continue à penser que beaucoup de nos collègues s'appliquent infiniment moins bien sur les réseaux sociaux qu'en cours, et en particulier ils ont une certaine tendance à écrire comme à l'oral (c'est au moins le cas des miens)... comme la plupart des gens, quoi.

J'ai vu passer pas mal de PE dans l'école de mes mômes, et elles sont / ont été vraiment chouettes, mais l'une (partie depuis) était vraiment insuffisante en orthographe, et je ne parle pas d'un post twitter, mais de passé composé non acquis ("é" à la place de "er" environ deux fois sur trois), qu'on retrouvait notamment sur les communications aux parents photocopiées plein de fois (surtout quand elles servaient à d'autres classes aussi), ou de punition donnée de phrase à recopier 5 fois, mais avec une faute dedans. Je n'ai rien dit du tout, et pour la punition, j'ai joué la carte du "maîtresse était sans doute très fatiguée, ça arrive à tout le monde, pas de problème, mais bon, en recopiant, tu enlèveras le "t" à "je ne ments jamais". Razz

_________________
Publicité:
lene75
lene75
Prophète

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par lene75 Ven 22 Sep - 21:54
Je ne sais pas à quel point le niveau du concours a baissé dans les académies déficitaires, mais le problème, c'est aussi qu'une bonne partie des enseignants ne l'a pas, ce concours. Et il est vrai que dans le secondaire aussi, on a eu des trucs sacrément folklo, dont, dans mon lycée, un contractuel qui n'est pas resté 15 jours avant d'être mis à la porte : il avait un job à plein temps à côté et il croyait que prof, ça consistait à faire son télétravail pendant 18h devant les élèves, qu'il envoyait balader en disant qu'il était occupé quand ils venaient lui poser des questions. Je ne sais pas ce qui passe par la tête des gens qui se disent : "Tiens, si je recrutais pour un plein temps de prof quelqu'un qui a déjà un plein temps ailleurs."

On en parlait avec une maman d'une copine de ma fille, qui racontait que quand elle était arrivée en France il y a 10 ans, elle s'était proposée comme contractuelle d'espagnol vu que c'est sa langue maternelle. On lui avait répondu que non, elle n'avait ni bac+5 (ou 3 ?) ni d'expérience d'enseignement, et qu'il ne suffisait pas de savoir parler une langue pour l'enseigner. Donc pas possible pour elle de devenir contractuelle. Elle s'est à nouveau renseignée l'an dernier : elle signe quand elle veut, son profil correspond parfaitement à ce qui est recherché. Voilà où on en est.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Mathador
Mathador
Guide spirituel

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Mathador Sam 23 Sep - 1:32
TFS a écrit:
Mathador a écrit:L'histoire du = est classique, même si l'exemple que tu donnes est particulièrement gratiné.
Pour lutter contre cela, j'avais inséré dans mes QCM des questions où il faut choisir une égalité (ou chaîne d'égalités) exacte parmi 4. Je ne pense pas avoir fait de miracle ceci dit…

Et en arrêtant de faire des QCM ?... Parfois faut être "bête et méchant", non ?

10 calculs à mener, noté sur 10, en 10mn, en début de chaque semaine, sans aucun point si la rédaction est fausse... je t'assure qu'ils apprennent vite !

En fait il y avait un autre objectif derrière, c'était de les habituer à ce que le signe = désigne le fait qu'il y ait le même objet mathématique de chaque côté plutôt que le résultat d'un calcul.

_________________
"There are three kinds of lies: lies, damned lies, and statistics." (cité par Mark Twain)
« Vulnerasti cor meum, soror mea, sponsa; vulnerasti cor meum in uno oculorum tuorum, et in uno crine colli tui.
Quam pulchrae sunt mammae tuae, soror mea sponsa! pulchriora sunt ubera tua vino, et odor unguentorum tuorum super omnia aromata. » (Canticum Canticorum 4:9-10)
Iridiane
Iridiane
Habitué du forum

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Iridiane Sam 23 Sep - 6:19
lene75 a écrit:Je ne sais pas à quel point le niveau du concours a baissé dans les académies déficitaires, mais le problème, c'est aussi qu'une bonne partie des enseignants ne l'a pas, ce concours. Et il est vrai que dans le secondaire aussi, on a eu des trucs sacrément folklo, dont, dans mon lycée, un contractuel qui n'est pas resté 15 jours avant d'être mis à la porte : il avait un job à plein temps à côté et il croyait que prof, ça consistait à faire son télétravail pendant 18h devant les élèves, qu'il envoyait balader en disant qu'il était occupé quand ils venaient lui poser des questions. Je ne sais pas ce qui passe par la tête des gens qui se disent : "Tiens, si je recrutais pour un plein temps de prof quelqu'un qui a déjà un plein temps ailleurs."

On en parlait avec une maman d'une copine de ma fille, qui racontait que quand elle était arrivée en France il y a 10 ans, elle s'était proposée comme contractuelle d'espagnol vu que c'est sa langue maternelle. On lui avait répondu que non, elle n'avait ni bac+5 (ou 3 ?) ni d'expérience d'enseignement, et qu'il ne suffisait pas de savoir parler une langue pour l'enseigner. Donc pas possible pour elle de devenir contractuelle. Elle s'est à nouveau renseignée l'an dernier : elle signe quand elle veut, son profil correspond parfaitement à ce qui est recherché. Voilà où on en est.

Les deux problèmes se recoupent : les quelques recalés du concours vont de fait enseigner comme contractuels.
Quant aux contractuels qui sortent de nulle part comme ce que tu décris, oui, il y en a aussi. Dans mon lycée il y a plusieurs années, un contractuel de maths arrive : c’était un migrant qui arrivait d’Afrique (je ne sais plus où exactement), qui vivait dans une tente et ne parlait pas un mot de français. Il avait sans doute eu un diplôme de maths dans son pays d’origine (et peut être de réelles compétences d’ailleurs, on ne le saura jamais).
Il a tenu 15 jours.
Oxford
Oxford
Érudit

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Oxford Sam 23 Sep - 6:32
Clecle78 a écrit:Il y a 3 ans une de nos stagiaires en lettres modernes ne connaissait pas la métaphore...

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 3284587592
Verdurette
Verdurette
Modérateur

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Verdurette Sam 23 Sep - 6:38
Volte a écrit: J'ai eu l'immense chance, quand j'étais au primaire, d'être dans une petite école de campagne de 10 élèves, (3 en CE1, 1 en CE2, etc..).
J'ai eu au début une instit' à un an de la retraite, et ensuite deux petites jeunettes.
Je me suis reposé toute ma scolarité sur ces acquis de primaire, je savais lire, écrire, compter (divisions à virgules, etc...).
Moralité, les effectifs réduits, très réduits, le pognon, c'est au début de la vie scolaire de l'enfant qu'il faut le mettre, au collège, c'est déjà trop tard.

+1000

Mais on préfère essayer de vider la mer à la cuiller à sucre en imaginant une pauvre heure de soutien faite par les PE en collège, au lieu de leur donner l'opportunité de faire ce renforcement avant. L'aide aux devoirs dans le 1er degré n'est pas permise, ni en APC, ni dans le Pacte, c'est écrit en toutes lettres. Si la commune n'organise pas d'étude, ce qui est fréquent, eh bien tant pis pour les élèves qui ne sont pas aidés...

Sans oublier le langage à la maternelle pour tenter de compenser entre les élèves qui arrivent avec 1200 mots et ceux qui en ont à peine 400.  Ce qui n'est pas une si mince affaire qu'on le pense.

Je suis au regret - ça ne fait pas du tout plaisir de faire de l'auto-bashing-   de constater que beaucoup de mes collègues PE font de très grosses erreurs d'orthographe. Comme "il faut encrer les apprentissages" écrit deux fois dans le LSU.  Beaucoup de confusions er/é , en effet, et d'erreur d'accords.  Des "je me suis permise..." Ou l'affiche dans la classe sur l'imparfait ; je pourissais, tu pourissais etc...
Cela dit, j'en ai constaté tout autant sur des écrits émanant d'enseignants du secondaire, hélas.
Ajonc35
Ajonc35
Esprit éclairé

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Ajonc35 Sam 23 Sep - 6:44
Volte a écrit:
Solovieï a écrit:Le "instit-bashing" a encore de beaux jours devant lui... En nous renvoyant ainsi la balle, on fait le jeu de nos adversaires.

Nous nous lamentions déjà de la baisse du niveau il y a 10 ans. Il est logique de retrouver aujourd'hui certains de nos anciens élèves de l'autre côté du bureau. Je trouve aussi vétilleux et vain de déduire des choses sur la base d'un message Twitter, d'une coquille sur internet, etc. Il est évident que la communication informelle sur internet (forum, réseaux sociaux,...) n'invite pas à la même rigueur que d'autres types de publications. J'assume d'écrire à la va-vite sur internet alors que je n'ai pas la même désinvolture si j'écris pour Fabula... Je ne pense pas offenser la langue française, nos rapports intimes ne regardant qu'elle et moi.

Oui, j'ai aussi rencontré des professeurs des écoles aux lacunes étonnantes, presque tout autant que de professeurs du secondaire, c'est dire ! Sauf à être dans le cadre d'une mission ou d'une autorité précisément circonscrites, il ne nous revient peut-être pas d'en juger, du moins si sévèrement. Les carences n'empêchent pas la bonne volonté ou le désir de bien faire. Et qu'y pouvons-nous ? Nous devrions plutôt regarder tous dans la même direction, car la moindre dissension sera récupérée et brandie comme l'étendard de notre nullité, déjà unanimement constatée.

L'école est en naufrage, ce n'est ni nouveau ni involontaire. Énumérer les dégradations, enfoncer des portes ouvertes, ne sert pas à grand-chose. Soit on accepte cette fatalité, on compose, en fixant des limites, soit on se retire (ou on retire ses enfants de l'école).
Je pense que le point de non-retour est franchi. Le système éducatif est en soin palliatif et sa mort est programmée, dans l'indifférence générale (voire le mépris).

Ce déclin est par ailleurs à mettre en lien avec celui d'autres domaines, dont la dégradation témoigne de la perte de souveraineté de la France. J'aime ce mot de souveraineté, dans son acception moderne d'indépendance, de responsabilité de soi. Pour une nation, la construction et la pérennité de sa pensée propre, de ses capacités cognitives, scientifiques, techniques, en font bien partie. On ne fabrique même plus nos fusils, c'est dire si nous n'avons vraiment plus aucun emploi à proposer à notre jeunesse, au contraire des hussards noirs de la République que certains inspecteurs en mal d'analogie nous servent encore...

J'aime bien ce que tu dis.
Allez, je vais raconter ma vie :
J'ai eu l'immense chance, quand j'étais au primaire, d'être dans une petite école de campagne de 10 élèves, (3 en CE1, 1 en CE2, etc..).
J'ai eu au début une instit' à un an de la retraite, et ensuite deux petites jeunettes.
Je me suis reposé toute ma scolarité sur ces acquis de primaire, je savais lire, écrire, compter (divisions à virgules, etc...).
Moralité, les effectifs réduits, très réduits, le pognon, c'est au début de la vie scolaire de l'enfant qu'il faut le mettre, au collège, c'est déjà trop tard.
Un peu pareil.
Pour la fin du message, l' EN préfère mettre un pansement sur une plaie non soignée, que de soigner la plaie.
Mais au départ c'est plus un problème de méthodes imposées depuis des années par des pseudo- experts et suivies à la lettre par les inspecteurs aux PE. Exemple de la méthode globale.
Et quand je vois tout ce que ces PE doivent faire, il y a de quoi s'y perdre. Moi, je m'y perdrais.
Verdurette
Verdurette
Modérateur

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Verdurette Sam 23 Sep - 6:48
Et nous nous y perdons, en effet. Notamment les jeunes qui sont littéralement traqués par leurs CPC, tuteurs, et IEN.
Iridiane
Iridiane
Habitué du forum

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Iridiane Sam 23 Sep - 6:52
Mais il ne s’agit pas de faire du PE bashing - d’ailleurs je suis d’accord avec Verdurette, c’est parfois tout aussi catastrophique chez les profs du secondaire.
En fait, ce qui est énervant avec cette carte « il ne faut pas faire du (insérer ici) bashing », c’est, d’une, que ça nous rend incapable d’autocritique, de deux, que ça nous amène à confondre deux choses : d’un côté la dévalorisation systématique d’une profession par les politiques et dans l‘opinion, de l’autre côté le constat lucide qu’il y a de gros problèmes de recrutement, que, osons le gros mot, le niveau (des profs, outre des élèves) baisse, mais que ça aussi, c’est à cause de décisions politiques. Il ne s’agit pas de dire du mal ou de se lâcher sur les enseignants en question : je considère que ce n’est pas de la faute de ces personnes si elles ne sont pas au niveau et qu’elles ont de graves lacunes, elles n’y sont pour rien si les décideurs leur ont dit qu’elles avaient leur place. Simplement, c’est important de relever le problème et d’y insister parce que les gens n’attendent pas que ce soit les profs qui en parlent : les consignes bourrées de fautes d’orthographe, les parents les voient bien sans nous. Donc c’est aussi important d’expliquer pourquoi et comment on en arrive là.
Choup90
Choup90
Niveau 10

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Choup90 Sam 23 Sep - 7:03
Par rapport à l'orthographe : un de nos grands jeux, en salle des maîtres dans une de mes écoles, c'est de trouver les erreurs d'orthographe dans les bulletins de 6ème quand ont les reçoit. Et franchement, ça pique les yeux !
Sur le niveau des PE, je trouverais intéressant que vous précisiez votre académie dans vos posts. Ici, le niveau du concours est très élevé, et le niveau de langue/d'écrit est un critère absolument fondamental, si j'en crois les gens qui l'ont ou le ratent.
avatar
Flo44
Érudit

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Flo44 Sam 23 Sep - 7:09
Oui, après on doit remplir des centaines de bulletins en quelques jours, les fautes de frappe sont fréquentes... Un professeur d'arts peut avoir 500 bulletins à renseigner. Il m'arrive de laisser des erreurs dans les bulletins alors que j'avais toujours 20/20 en dictée au collège (à l'époque ou une erreur de grammaire enlevait 2 points) et que j'ai été 4ème au championnat d'orthographe régional. De plus nous n'enseignons pas tous l'orthographe et la grammaire... si le professeur d'EPS ou d'arts plastiques fait quelques erreurs, ce n'est pas très grave (c'est plus embêtant quand c'est le professeur d'histoire-géographie, encore plus quand c'est celui de Français... mais aussi pour les PE qui doivent donner les bases aux élèves). Cependant, on sort un peu du sujet.
nono
nono
Niveau 9

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par nono Sam 23 Sep - 7:16
Choup90 a écrit:Par rapport à l'orthographe : un de nos grands jeux, en salle des maîtres dans une de mes écoles, c'est de trouver les erreurs d'orthographe dans les bulletins de 6ème quand ont les reçoit. Et franchement, ça pique les yeux !
Sur le niveau des PE, je trouverais intéressant que vous précisiez votre académie dans vos posts. Ici, le niveau du concours est très élevé, et le niveau de langue/d'écrit est un critère absolument fondamental, si j'en crois les gens qui l'ont ou le ratent.
C'est pas pour polémiquer, mais elle m'a piqué les yeux.

_________________
Prof en LP
Choup90
Choup90
Niveau 10

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Choup90 Sam 23 Sep - 7:22
Flo44 a écrit:Oui, après on doit remplir des centaines de bulletins en quelques jours, les fautes de frappe sont fréquentes... Un professeur d'arts peut avoir 500 bulletins à renseigner.  Il m'arrive de laisser des erreurs dans les bulletins alors que j'avais toujours 20/20 en dictée au collège (à l'époque ou une erreur de grammaire enlevait 2 points) et que j'ai été 4ème au championnat d'orthographe régional. De plus nous n'enseignons pas tous l'orthographe et la grammaire... si le professeur d'EPS ou d'arts plastiques fait quelques erreurs, ce n'est pas très grave (c'est plus embêtant quand c'est le professeur d'histoire-géographie, encore plus quand c'est celui de Français... mais aussi pour les PE qui doivent donner les bases aux élèves). Cependant, on sort un peu du sujet.
C'est marrant, ça fait 2 pages qu'on parle de l'orthographe des PE…

Je connais les contraintes du second degré, j'y ai enseigné plusieurs années. Et les erreurs dont je parle émane de collègues de français, de maths, d'histoire.

Pour reprendre un exemple donné plus haut du mot donné aux parents dans le cahier de liaison, en primaire, on peut dire pareil : un mot écrit pendant la classe par le directeur non déchargé peut contenir des énormes erreurs d'orthographe. Ça ne préjuge en rien du niveau du collègue, simplement de son surmenage sur le moment. Ça nous est arrivé de laisser passer des erreurs ainsi : le directeur écrit pendant la classe, entre 2 "Maaaaaaîîîîîtreeeeeee, j'ai bieeeeeeen écriiiiiiit ?" et 3 "Maaaîîîîîîîître, Trucmuche m'a piqué mon styloooooooo", nous le fait relire à la récré entre 2 genoux écorchés, une chamaillerie pour accéder à la table de ping pong, un gros chagrin parce que "j'ai perduuuuuuu mon goûter !". Et là, les parents se disent que vraiment, les PE sont trop nuls, parce que le participe passé est mal accordé !
Donc oui, on a tous nos difficultés qui peuvent expliquer ces erreurs. Et non, ce n'est pas forcément le signe que tous les PE de la terre sont des billes. C'est tout ce que je souhaitais pointer dans mon message.

Après, oui, on peut en revenir aux maths, en effet. Il y a énormément à dire. Et clairement, vu ce que je constatais dans ma matière scientifique en lycée, les bases ne sont pas posées en primaire et rien ne s'arrange au collège où ils sont censés avoir des professeurs spécialisés.
Je me pose énormément de questions au quotidien sur l'enseignement des maths. Je trouve que c'est une des matières les plus compliquées à enseigner. J'ai un très bon niveau de départ (je pense…), mais à enseigner efficacement, honnêtement, je trouve ça très dur. J'ai discuté avec plusieurs collègues PE matheuses au départ, elles ont le même sentiment que moi. Dans mon ESPE, c'est la matière pour laquelle on a eu le cours le plus utile (la seule où on a eu des enseignements un peu utiles dirons nous) mais malgré ces billes, je me questionne. Notre approche est-elle la bonne ? Je doute. Et les résultats d'études vont dans ce sens.
avatar
Enaeco
Vénérable

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par Enaeco Sam 23 Sep - 7:30
Je pense que la mission des PE est bien plus compliquée et importante que celle des profs du secondaire.
Par le temps passé avec l'élève et par le contenu.

Je ne sais pas si ce genre de stat existe mais on ne doit pas être loin de connaître avec une relativement bonne précision le futur niveau d'étude d'un CM2
lene75
lene75
Prophète

Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN  - Page 5 Empty Re: Le naufrage sans fin en mathématiques. Note d’alerte du CSEN

par lene75 Sam 23 Sep - 7:34
Verdurette a écrit:Et nous nous y perdons, en effet.  Notamment les jeunes qui sont littéralement traqués par leurs CPC, tuteurs, et IEN.

C'est un cercle vicieux qui fait fuir les meilleurs : plus on recrute à bas niveau, moins on fait confiance aux gens qu'on recrute, plus on les flique, en prônant par ailleurs des méthodes plus que discutables liées aux pédagogies à la mode du moment, plus on dégoûte les gens compétents et autonomes de faire ce métier, ce qui justifie en retour d’infantiliser ceux qu'on recrute. Plus ça va plus on nous considère comme de simples exécutants, ce qui enlève tout l'intérêt de ce métier.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum