Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
ipomee
Guide spirituel

Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs - Page 8 Empty Re: Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs

par ipomee Jeu 15 Fév 2024, 18:34
Marcelle Duchamp a écrit:Awww merci beaucoup!
Je fais la suite actuellement mais CNED + rééducation quotidienne + mon activité de Mata Hari (non je rigole!) + interventions diverses et variées + qq heures de cours à l’INSPE, je suis moins productive que pour le tome 1

Préviens quand elle sortira, je foncerai à la librairie !
LemmyK
LemmyK
Habitué du forum

Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs - Page 8 Empty Re: Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs

par LemmyK Jeu 15 Fév 2024, 18:40
ipomee a écrit:
Marcelle Duchamp a écrit:Awww merci beaucoup!
Je fais la suite actuellement mais CNED + rééducation quotidienne + mon activité de Mata Hari (non je rigole!) + interventions diverses et variées + qq heures de cours à l’INSPE, je suis moins productive que pour le tome 1

Préviens quand elle sortira, je foncerai à la librairie !
Moi aussi.
Desquestions
Desquestions
Niveau 5

Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs - Page 8 Empty Re: Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs

par Desquestions Jeu 15 Fév 2024, 18:47
lene75 a écrit:

Le problème c'est que les parents les plus actifs sur ces groupes, souvent des mères au foyer, sont les mêmes qui sont les plus actifs à l'école, qui sont de toutes les réunions, qui sont à la grille tous les soirs, etc., et qu'à la fin, si personne ne dit rien, seul leur avis compte.

Dans mon expérience de groupe horrible, pas de mère au foyer (enfin, si, mais justement, elles cherchaient à calmer le jeu, avant de refuser clairement de participer à ces "remontés").
Les pires : deux profs (d'un autre établissement), un chef d'entreprise, un neurologue et un généraliste.


trompettemarine
trompettemarine
Monarque

Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs - Page 8 Empty Re: Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs

par trompettemarine Jeu 15 Fév 2024, 19:01
Idem.
Chez nous, nous avons autant de problèmes avec les pères qu'avec les mères.
Néanmoins les parents qui se comportent bien sont les plus nombreux.
avatar
Invité
Invité

Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs - Page 8 Empty Re: Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs

par Invité Jeu 15 Fév 2024, 19:06
Les pires, de mon expérience : les mères qui prônent l'épanouissement individuel (de leur enfant bien sûr) au détriment de tout fonctionnement collectif. Quitte à rendre fou chaque personne de la communauté éducative. "Pour que moncheri soit épanoui." Je ne comprendrai jamais comment l'épanouissement individuel peut passer au-delà des belles valeurs collectives. L'un ne va pas sans l'autre...
Marcelle Duchamp
Marcelle Duchamp
Expert

Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs - Page 8 Empty Re: Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs

par Marcelle Duchamp Jeu 15 Fév 2024, 19:48
Numa a écrit:Les pires, de mon expérience : les mères qui prônent l'épanouissement individuel (de leur enfant bien sûr) au détriment de tout fonctionnement collectif. Quitte à rendre fou chaque personne de la communauté éducative. "Pour que moncheri soit épanoui." Je ne comprendrai jamais comment l'épanouissement individuel peut passer au-delà des belles valeurs collectives. L'un ne va pas sans l'autre...

C’est tellement ça…
Moi je passe mon temps à dire à mon fils qu’il doit penser collectif et groupe classe et non pas à son petit nombril. Quand j’ai dit ça à la maîtresse, elle m’a limite remerciée que je raisonne ainsi.
Ces parents qui pensent que leur enfant est la 8e merveille du monde et qu’on doit s’adapter à eux vont générer des monstres d’individualité.

_________________
Je m’excuse par avance des fautes d’accord, de grammaire, de syntaxe et de conjugaison que je peux laisser passer dans mes écrits. Je suis aphasique suite à un AVC et je réapprends à écrire depuis presque 5 ans. J'ai un grand problème avec le subjonctif et le genre des mots! Very Happy
avatar
Invité
Invité

Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs - Page 8 Empty Re: Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs

par Invité Jeu 15 Fév 2024, 19:54
Marcelle Duchamp a écrit:
Numa a écrit:Les pires, de mon expérience : les mères qui prônent l'épanouissement individuel (de leur enfant bien sûr) au détriment de tout fonctionnement collectif. Quitte à rendre fou chaque personne de la communauté éducative. "Pour que moncheri soit épanoui." Je ne comprendrai jamais comment l'épanouissement individuel peut passer au-delà des belles valeurs collectives. L'un ne va pas sans l'autre...

C’est tellement ça…
Moi je passe mon temps à dire à mon fils qu’il doit penser collectif et groupe classe et non pas à son petit nombril. Quand j’ai dit ça à la maîtresse, elle m’a limite remerciée que je raisonne ainsi.
Ces parents qui pensent que leur enfant est la 8e merveille du monde et qu’on doit s’adapter à eux vont générer des monstres d’individualité.

Tout pareil!
Il y a un milieu entre "suivre les règles d'un groupe même si ces règles sont néfastes" (dictature) et "s'épanouir individuellement en mode je suis seul et unique sur Terre". Ce milieu, c'est mon travail, c'est ce qui donne du sens à mon envie d'enseigner à des élèves. Le vivre-ensemble, avec des règles saines, passera toujours par le collectif.
J'ai l'impression que le mot collectif est devenu un gros mot. Rien de plus beau que le collectif...

Quand je vois un parent qui rappelle avec douceur mais fermeté à son enfant qu'il n'est pas le centre du monde, je suis baba d'admiration. Oui, notre enfant est le centre de notre monde, mais pas le centre du monde.
Marcelle Duchamp
Marcelle Duchamp
Expert

Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs - Page 8 Empty Re: Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs

par Marcelle Duchamp Jeu 15 Fév 2024, 20:40
Je disais tjs a mes élèves nombrilistes qu’une classe, c’est comme une famille, on choisit pas ses membres et on doit vivre avec. On peut apprécier certains et détester d’autres, il n’empêche que pendant un an, on pense groupe!
Je passe mon temps à dire à mon fils que sa maîtresse a 23 autres élèves dans la classe autres que lui.

_________________
Je m’excuse par avance des fautes d’accord, de grammaire, de syntaxe et de conjugaison que je peux laisser passer dans mes écrits. Je suis aphasique suite à un AVC et je réapprends à écrire depuis presque 5 ans. J'ai un grand problème avec le subjonctif et le genre des mots! Very Happy
pseudo-intello
pseudo-intello
Sage

Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs - Page 8 Empty Re: Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs

par pseudo-intello Jeu 15 Fév 2024, 20:42
Ajonc35 a écrit:
Angua a écrit:Je crois que j'ai sauté une page dans ma lecture de ce fil, et mon témoignage n'apportera rien de neuf au débat, mais j'ai envie de vous l'écrire... Tout ça m'amène à deux constats :
- je ne suis pas une mère d'élèves très intégrée au monde des parents d'élèves de l'école de mon fils. Il est en CM1, n'a jamais changé de groupe scolaire, les visages à la sortie sont les mêmes depuis des années. Si ce n'est que je suis rarement à la sortie. Je ne suis pas du genre à "copiner" rapidement et jamais personne ne m'a proposé de participer à un groupe Whatsapp lié à la classe, d'ailleurs... les seuls parents qui ont mon numéro sont ceux des copains de mon fils. Les seuls, si je ne compte pas...
- ... les parents délégués ! En maternelle, les CR de conseils d'école montraient toujours des questions très vindicatives, voire des remises en cause des enseignants. En CP, la liste manquait de volontaires, et, bonne samaritaine, je me suis proposée. J'ai donc intégré le groupe whatsapp des parents élus... j'ai tenu deux ans. Oui, j'ai "tenu". Principalement des mères au foyer, qui discutent longuement avec d'autres à la sortie, le moindre truc les révoltait immédiatement, et elles avaient du temps pour échanger et se monter la tête. Il m'est arrivé de découvrir 20 ou 50 messages d'un coup, parmi lesquels des gens plus pondérés (heureusement, il y en avait) essayaient d'expliquer le réel. J'ai découvert que les questions des parents qui remontaient au conseil d'école étaient déjà tempérée, et que ce qui arrivait en amont était bien pire... au début, j'ai tenté d'être pédagogue, d'expliquer l'école, ce qui était possible ou non. Je me sentais entre deux mondes, et ça me mettait très mal à l'aise.
Bref. Nerveusement, je l'ai très mal vécu et je plains sincèrement les PE.

Et au final, je regrette parfois de ne pas avoir plus de contacts avec d'autres parents, mais l'agressivité qui se dégageait de tout cela m'était insupportable. Je vois régulièrement deux mères de copains devenues elles-mêmes des copines, je salue et discute trois minutes avec deux autres, il y a parfois un "*** a oublié son cahier, tu peux m'envoyer une photo ?", ou "*** peut venir jouer à la maison samedi ?", c'est tout, et c'est très bien comme ça.

PS : En y réfléchissant, je pense aussi que je ne fais pas forcément bonne impression aux autres parents lors des réunions de rentrée. En septembre, je faisais partie des rares à ne pas s'insurger qu'il y ait du travail à la maison (très, très faible aux yeux de la mère prof que je suis), et à ne pas regretter qu'on ne demande pas aux enfants de travailler sur Mathéros, "pour une fois qu'ils font de choses intelligentes sur leur téléphone".
Ma fille, pas enseignante, est au Conseil d'Ecole et y tient car elle trouve que les plaintes, réclamations des parents sont souvent injustifiées et sa parole, et pas que la sienne heureusement,  rééquilibre l'ensemble. Les PE l'ont déjà remerciée plus d'une fois.
Et pour ma part, je ne peux qu'acquiescer avec vos propos. Mais il ne faut pas laisser les nuisibles se répandre et pire se multiplier.

Je suis au conseil d'école depuis que mes enfants sont petits, principalement pour soutenir les PE au besoin. Pour l'instant, il n'y a pas eu besoin, les autres parents étant très respectueux (généralement soit fonctionnaires, soit travaillant dans des structures présentant quelques points communs avec la fonction publique, la DSDEN étant une ancienne prof, et l'IEN n'étant absolument jamais là. Mais j'aime bien, c'est tellement plus convivial qu'un CA, et j'en profite pour taper le compte rendu en temps réel sur mon PC (ici, le conseil général en confie un à chaque enseignant), que la directrice n'a plus qu'à relire et signer. Very Happy

Je ne suis sur aucune boucle Whatsapp, mais une partie des parents sait que je n'ai pas de smartphone, ceci explique peut-être cela:P

Ah, je me souviens que la première année, il a été question de remplacer le dico papier offert à chaque CM2 en fin d'année par une version numérique, et j'ai argumenté contre. 7 ans plus tard, les élèves reçoivent toujours les dicos papier.

_________________
Publicité:
maikreeeesse
maikreeeesse
Grand sage

Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs - Page 8 Empty Re: Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs

par maikreeeesse Jeu 15 Fév 2024, 21:23
pseudo-intello a écrit:


Je suis au conseil d'école depuis que mes enfants sont petits, principalement pour soutenir les PE au besoin. Pour l'instant, il n'y a pas eu besoin, les autres parents étant très respectueux (généralement soit fonctionnaires, soit travaillant dans des structures présentant quelques points communs avec la fonction publique, la DSDEN étant une ancienne prof, et l'IEN n'étant absolument jamais là. Mais j'aime bien, c'est tellement plus convivial qu'un CA, et j'en profite pour taper le compte rendu en temps réel sur mon PC (ici, le conseil général en confie un à chaque enseignant), que la directrice n'a plus qu'à relire et signer. Very Happy

Je ne suis sur aucune boucle Whatsapp, mais une partie des parents sait que je n'ai pas de smartphone, ceci explique peut-être cela:P

Ah, je me souviens que la première année, il a été question de remplacer le dico papier offert à chaque CM2 en fin d'année par une version numérique, et j'ai argumenté contre. 7 ans plus tard, les élèves reçoivent toujours les dicos papier.
Je me suis dit, quoi, un CE détendu avec la présence du dasen...? DDEN je pense plutot. Smile
pseudo-intello
pseudo-intello
Sage

Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs - Page 8 Empty Re: Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs

par pseudo-intello Jeu 15 Fév 2024, 22:21
maikreeeesse a écrit:
pseudo-intello a écrit:


Je suis au conseil d'école depuis que mes enfants sont petits, principalement pour soutenir les PE au besoin. Pour l'instant, il n'y a pas eu besoin, les autres parents étant très respectueux (généralement soit fonctionnaires, soit travaillant dans des structures présentant quelques points communs avec la fonction publique, la DSDEN étant une ancienne prof, et l'IEN n'étant absolument jamais là. Mais j'aime bien, c'est tellement plus convivial qu'un CA, et j'en profite pour taper le compte rendu en temps réel sur mon PC (ici, le conseil général en confie un à chaque enseignant), que la directrice n'a plus qu'à relire et signer. Very Happy

Je ne suis sur aucune boucle Whatsapp, mais une partie des parents sait que je n'ai pas de smartphone, ceci explique peut-être cela:P

Ah, je me souviens que la première année, il a été question de remplacer le dico papier offert à chaque CM2 en fin d'année par une version numérique, et j'ai argumenté contre. 7 ans plus tard, les élèves reçoivent toujours les dicos papier.
Je me suis dit, quoi, un CE détendu avec la présence du dasen...? DDEN je pense plutot. Smile

Ah, oui, pardon. Je me perds avec ces sigles. Quand les groupes WhatsApp de parents d’élèves deviennent des tribunaux populaires pour professeurs - Page 8 1483735595

_________________
Publicité:
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum