Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par Saphyr le Jeu 23 Mar 2017 - 12:42

Je n'ai pas vu l'information sur le forum et comme elle agite la toile, dans la communauté antillaise, je la partage ici:
http://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/garcon-10-ans-violemment-frappe-cause-sa-couleur-peau-456137.html
  "Cela fait trois ans que cela dure... 3 années durant lesquelles un enfant se faisait régulièrement battre, humilier, intimider par d'autres élèves de son école primaire... A cause de sa couleur de peau... Le 14 mars dernier, l'enfant a été plaqué au sol par d'autres élèves et frappé."

_________________
"Ecoutez, mon vieux, peu importe qu'un homme vive trente ou cent ans, dans la mesure où il fait quelque chose qui en vaut la peine avant de casser sa pipe", Etats d'urgence, André Brink.
“I'm right and you're wrong, I'm big and you're small, and there's nothing you can do about it.”, Matilda, Roald Dahl
avatar
Saphyr
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par Zagara le Jeu 23 Mar 2017 - 12:44

Je n'ai pas assez de recul pour me rendre compte d'un point : est-ce que cette fréquence de violences scolaires graves est habituelle ou est-ce nouveau ?
J'aimerais bien que les collègues qui ont de l'expérience nous éclairent sur leur ressenti de l'évolution des violences scolaires.
avatar
Zagara
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par Thalia de G le Jeu 23 Mar 2017 - 13:13

Pauvre enfant. Ce qui est effrayant, c'est cette apparente impuissance à agir. J'écris "apparente" parce que ne savons pas ce qu'ont pu être les actions menées par les diverses parties.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie.
avatar
Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par Saphyr le Jeu 23 Mar 2017 - 16:20

@Zagara a écrit:Je n'ai pas assez de recul pour me rendre compte d'un point : est-ce que cette fréquence de violences scolaires graves est habituelle ou est-ce nouveau ?
J'aimerais bien que les collègues qui ont de l'expérience nous éclairent sur leur ressenti de l'évolution des violences scolaires.
Je n'ai pas suffisamment de recul non plus, mais je pense que la médiatisation donne l'impression que la fréquence de ces faits est plus importante...

_________________
"Ecoutez, mon vieux, peu importe qu'un homme vive trente ou cent ans, dans la mesure où il fait quelque chose qui en vaut la peine avant de casser sa pipe", Etats d'urgence, André Brink.
“I'm right and you're wrong, I'm big and you're small, and there's nothing you can do about it.”, Matilda, Roald Dahl
avatar
Saphyr
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par Verdurette le Jeu 23 Mar 2017 - 17:17

Mon compagnon m'a raconté que, dans son village, il y a une dizaine d'années, une famille avait adopté des enfants d'origine haïtienne, les seuls noirs de l'école. Devant l'attitude des autres enfants, moqueries, isolement, les parents les ont changés d'école.


Verdurette
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par Grain d'aile le Jeu 23 Mar 2017 - 19:12

Dans notre petit village, l'intégration de deux enfants maliens a été longue et pénible. Insultes à chaque récréation, mise à l'écart,etc. La directrice a dû intervenir dans toutes les classes, à la demande de la mère, pour favoriser l'intégration.
avatar
Grain d'aile
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par egomet le Ven 24 Mar 2017 - 10:53

@Zagara a écrit:Je n'ai pas assez de recul pour me rendre compte d'un point : est-ce que cette fréquence de violences scolaires graves est habituelle ou est-ce nouveau ?
J'aimerais bien que les collègues qui ont de l'expérience nous éclairent sur leur ressenti de l'évolution des violences scolaires.

C'est une question difficile. Même un professeur avec beaucoup d'expérience ne pourrait pas répondre avec certitude à la question de la fréquence. Il te dirait que ce type de violences a toujours existé, mais ça ne nous renseigne pas sur l'essentiel. Son sentiment de toute façon sera partiel. S'il a constaté une évolution quelconque, elle ne sera valable que pour un lieu donné.
Et tu ne trouveras aucune statistique fiable. Les statistiques en matière de violences scolaires sont beaucoup trop récentes pour offrir des points de comparaison et sont biaisées à différents niveaux, puisque ceux qui font remonter les informations sont incités à sur-déclarer (journaux, cde dans certaines circonstances) ou à sous-déclarer (cde dans d'autres circonstances). Et comme les procédures évoluent pour tenter de corriger ces biais, le moment où les données seront exploitables recule encore.

Cependant, nous pouvons considérer une chose avec un peu plus de certitude: la réponse de la société.
Il faut rester précis, là encore, car la réponse n'est pas uniforme, selon le type d'actes considéré et selon l'autorité qui intervient.
Une tendance nette est de judiciariser les affaires scolaires. Cela ne signifie pas forcément une meilleure prise en charge, car cela reflète l'impossibilité de traiter les problèmes au sein de l'établissement. Les équipes éducatives ont perdu beaucoup de leur pouvoir de décision. Mais pour une intervention policière, il faut atteindre un certain degré de gravité. Devant notre impuissance juridique, nous avons tendance à laisser pourrir une situation jusqu'au moment où la gravite des faits justifie pleinement et indubitablement l'intervention. On traîne des perturbateurs toute l'année en attendant qu'ils aillent à la faute qui permettra leur renvoi, même si nous savons très bien dès le mois de septembre qu'ils empêchent les autres d'apprendre et n'ont rien à faire dans l'établissement. Cela augmente la probabilité d'événements très graves, par un effet d'escalade.
Je ne crois pas me tromper en disant qu'il y a de plus en plus de domaines où les professeurs ont le sentiment de ne plus avoir de légitimité pour intervenir: sexualité, jeux de la cour de récréation, trafics divers, querelles d'enfants... C'est à la vie scolaire, ou aux parents, ou au cde, ou à je ne sais qui de s'en occuper, et non pas forcément à l'adulte qui constate. Ce sentiment de faible légitimité est ambigu, parce que d'un côté on nous enjoint de faire notre travail d'éducateurs, mais de l'autre on nous demande de justifier toutes nos décisions. Dès qu'un élève proteste un peu, on rentre dans une procédure contradictoire et on met sur le même plan la parole de l'adulte et celle de l'enfant. Et là le professeur est mort. Seul contre 30, il ne peut plus s'en sortir, s'il doit faire la preuve de tout ce qu'il constate. Le risque d'être désavoué a augmenté.

D'un autre côté, on peut aussi considérer que la tentation de traiter discrètement les affaires très graves s'estompe. Mais uniquement les affaires très graves. On ne peut plus traiter une affaire de viol ou de racket par un simple renvoi discret.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par egomet le Ven 24 Mar 2017 - 11:01

Pour en revenir à la question de la fréquence,  mon raisonnement sur la réponse de la société s'entend caeteris paribus. Je n'exclus pas qu'il y ait d'autres facteurs pouvant influencer le résultat dans l'autre sens, par exemple:
- la taille des familles plus réduite,
- l'inquiétude des gens, qui laissent moins facilement traîner leurs enfants,
- les loisirs solitaires,  jeux vidéo et télévision,  qui laissent moins d'occasions de jouer dans la rue, même s'ils peuvent suggérer de mauvaises pensées,
- une meilleure discipline dans les autres lieux sociaux (on est beaucoup mieux organisé qu'avant dans les magasins ou les salles de spectacle).

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par GaliNéo le Ven 24 Mar 2017 - 11:04

Accuser encore et toujours les jeux vidéos, je ne pensais pas que c'était possible en 2017.


Dernière édition par GaliNéo le Ven 24 Mar 2017 - 11:06, édité 1 fois

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
GaliNéo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par lux le Ven 24 Mar 2017 - 11:05

Je connais cette commune, située pas loin de l'endroit où j'ai grandi et ça me met en colère ! Pauvre enfant.
avatar
lux
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par egomet le Ven 24 Mar 2017 - 11:23

@GaliNéo a écrit:Accuser encore et toujours les jeux vidéos, je ne pensais pas que c'était possible en 2017.

Tu n'as pas bien lu mon post.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par GaliNéo le Ven 24 Mar 2017 - 11:25

@egomet a écrit:même s'ils peuvent suggérer de mauvaises pensées.
Je n'invente rien il me semble.

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
GaliNéo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par egomet le Ven 24 Mar 2017 - 11:51

@GaliNéo a écrit:
@egomet a écrit:même s'ils peuvent suggérer de mauvaises pensées.
Je n'invente rien il me semble.
Et? Concessive dans une phrase qui suggère un effet inverse. Tu sors mon propos de son contexte et tu le déformes en prenant un air exaspéré.
Il est très difficile de dire quel peut être le résultat global des jeux vidéo sur la violence. Mon hypothèse est plutôt qu'ils réduisent les occasions de violence, en réduisant les mauvaises rencontres. J'ajoute que pour la plupart des gens, la violence fictive évince la tentation de la violence réelle.
Mais l'honnêteté intellectuelle m'oblige à envisager la possibilité que, dans certains cas, à mon avis trop rares pour fonder une politique, ils aient contribué à augmenter la violence en suggérant certaines formes de crimes ou de délits. Un individu assez déséquilibré pour tirer sur la foule aurait peut-être été limité dans sa puissance meurtrière sans les jeux vidéo, faute d'imagination.

Si tu veux, une même pratique peut avoir des effets divers, voire contraires. Elle peut par exemple réduire la probabilité d'événements malheureux, tout en augmentant leur gravité.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par Dimka le Ven 24 Mar 2017 - 13:05

Dans ce cas, tout ce qui stimule l'imagination (littérature, histoire, temps libre, sciences, conversations, journaux, observation de la nature, cinéma…) peut être accusé d'augmenter la violence, non ?

_________________
pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!
avatar
Dimka
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par profs:( le Ven 24 Mar 2017 - 13:30

A mon humble avis, la situation est beaucoup plus violente avec les personnels de l'éducation nationale qu'il y a 15-20 ans.
Sur 5 ans je ne peux le dire, mais sur 15-25 ans oui ! Dans des lycées réputés (relativement) tranquilles, je vois arriver aujourd'hui sur l'ensemble des personnels, des insultes dites en face à face, des menaces, des "bousculades" (3 depuis le début de l'année).
Ce n'est pas le quotidien loin de là, mais cela peut déraper beaucoup plus facilement. D'ailleurs aujourd'hui, l'immense majorité des professeurs se contente d'intervenir seulement dans "sa classe" là où avant de nombreuses personnes n'hésitaient pas à intervenir dans les couloirs, la cour....
J'ai le sentiment que l'immense majorité des "anciens" (et des nouveaux) s'adapte, ferme les yeux, .... Chacun se créant une zone de tolérance afin de ne pas tomber dans le conflit presque permanent.

profs:(
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par egomet le Ven 24 Mar 2017 - 13:32

@Dimka a écrit:Dans ce cas, tout ce qui stimule l'imagination (littérature, histoire, temps libre, sciences, conversations, journaux, observation de la nature, cinéma…) peut être accusé d'augmenter la violence, non ?

Oui, si la violence en est le sujet et si on en fait l'apologie. Utiliser l'histoire pour exciter les foules, ça s'est déjà vu. Des romans véhiculant des idées perverses aussi.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par Selqit le Mar 28 Mar 2017 - 22:50

@egomet a écrit:
@Dimka a écrit:Dans ce cas, tout ce qui stimule l'imagination (littérature, histoire, temps libre, sciences, conversations, journaux, observation de la nature, cinéma…) peut être accusé d'augmenter la violence, non ?

Oui, si la violence en est le sujet et si on en fait l'apologie. Utiliser l'histoire pour exciter les foules, ça s'est déjà vu. Des romans véhiculant des idées perverses aussi.

Et on est en droit de s'interroger sur le fait que GTA ou Call of Duty stimuleraient l'imagination, surtout chez des enfants, non? Diaboliser les jeux vidéo est inutile mais s'alarmer de la place qu'ils prennent dans la vie de certains enfants, sans aucun contrôle parental, me semble plus que légitime. Mais nous dérivons ici du sujet initial...
En ce qui concerne les violences scolaires, je constate pour ma part, en tant que prof comme en tant que mère, qu'elles augmentent très nettement. C'est une question très compliquée à gérer car on a, d'une part une "montée en épingle" de la moindre bisbille entre gamins aussi bien par les parents que par les équipes enseignantes, qui amène à mon sens à amplifier les conflits en les "problématisant". Mais, d'autre part, les situations de réel mal-être ou harcèlement sont du coup moins visibles ou audibles car noyées dans un quotidien scolaire beaucoup plus violent qu'auparavant. Les insultes ou moqueries sur la différence (surpoids, lunettes, roux, étrangers ou autre) ont toujours existé entre enfants et existeront probablement toujours, ce qui me frappe dans ce qui est décrit ici est la durée (3 ans!) et le fait que le cap de la violence physique majeure ait été franchi au bout du compte.

_________________
"Knowledge is a curse but ignorance is worse I fear" The Divine Comedy
avatar
Selqit
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par Verdurette le Mer 29 Mar 2017 - 6:45

+1.

Ces "escalades de micro-conflits" sont terriblement chronophages, le plus difficile étant de faire la part des choses entre le vraiment grave et le sans importance, sachant que la gravité objective des faits est rarement proportionnelle à ce que ressentent les enfants. Sans compter que certains enfants sont clairement dans le "cinéma" (et la séance est permanente).

Je constate aussi un surinvestissement de plus en plus important de ces disputes entre enfants par les parents. Après avoir géré la cour de récréation, il faut gérer le portail presque quotidiennement. Et les parents ont du mal à comprendre que nous ne nous focalisions pas comme eux sur une banale chicane de récré.

D'une manière générale, désolée si c'est un peu HS, les parents ont tendance à réagir de façon très épidermique à tout ce que Chérubin leur raconte. Et la distorsion entre la réalité (le plus souvent pas bien grave) , la version livrée par Chérubin, (désolée, Wolfgang-Amadeus) et l'interprétation qu'en font les parents, génèrent des conflits parfois inextricables. Alors que curieusement, les parents sont beaucoup moins investis dans le scolaire, et même le respect des règles par leur enfant (c'est toujours la faute des autres).

En même temps nous vivons dans l'inquiétude de passer à côté d'une vraie situation de harcèlement, alors même que nous sommes convaincus du bien-fondé de la lutte contre ce fléau. Lorsque je me penche sur l'un de ces micro-conflits, je me demande toujours s'il peut celer un "vrai problème récurrent", ou si au contraire il va m'empêcher de voir un phénomène plus sournois et plus grave.

En même temps je reste persuadée qu'il faut éviter d'être trop interventionniste, et enseigner aux enfants à régler leurs conflits tout seuls.

Bref, c'est compliqué. Et chronophage.






Verdurette
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par egomet le Mer 29 Mar 2017 - 9:27

@Verdurette a écrit:

En même temps je reste persuadée qu'il faut éviter d'être trop interventionniste, et enseigner aux enfants à régler leurs conflits tout seuls.

Bref, c'est compliqué. Et chronophage.


Intervenir ne signifie pas nécessairement punir. Parfois il suffit de venir aux renseignements pour interrompre la querelle. Les enfants apprennent à régler leurs problèmes précisément pour éviter ton intervention. Il y viendront spontanément, mais il ne faut pas que ce soit par dépit ou parce qu'ils ont le sentiment que l'adulte est exaspéré par les plaintes. Attention à l'idée selon laquelle la délation c'est mal! Les enfants doivent garder assez de confiance pour chercher la protection de l'adulte.
Parfois on peut leur laisser explicitement le choix entre une bonne transaction et le jugement de l'adulte. Les enfants ne peuvent apprendre à se passer de ce jugement qu'en prenant appui sur les principes de justice que les adultes leur inculquent. Les querelles de billes sont une excellente occasion de travailler sur le respect de la propriété d'autrui, mais aussi sur le sens de la parole donnée. "Je te rends tes billes (ne pas oublier que les enfants n'ont pas le droit de se défaire librement de leurs biens), mais tu t'abstiendras de laisser de faux espoirs à ton camarade."

Oui, ça prend du temps. L'expérience nous apprend cependant qu'on passe finalement plus de temps à faire la police quand on a laissé passer trop de petites incartades. Il faut au minimum que la menace d'une sanction soit crédible et qu'il n'y ait pas de dénis de justice.

Le gros problème que je vois, en particulier au collège, c'est l'organisation. Il y a beaucoup d'adultes qui ne font que passer. Trop de gens en charge, personne n'est responsable. Si un professeur intervient sur la cour de récréation ou dans le couloir, il doit savoir à qui s'adresser pour que sa décision soit suivie d'effets. Et il doit pouvoir le faire facilement, sans perdre trop de temps à rédiger un rapport de 3 pages qui sera archivé sans être lu.
J'ai fait beaucoup de remplacements et curieusement, on ne m'a presque jamais expliqué comment les retenues étaient organisées. C'est une information qu'il faut souvent arracher à l'administration... et vérifier auprès des collègues. Les CDE qui commuent les peines dans ton dos, ce n'est pas bon pour l'autorité, mais c'est fréquent.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par Verdurette le Mer 29 Mar 2017 - 16:15

@egomet a écrit:
Intervenir ne signifie pas nécessairement punir. Parfois il suffit de venir aux renseignements pour interrompre la querelle. Les enfants apprennent à régler leurs problèmes précisément pour éviter ton intervention. Il y viendront spontanément, mais il ne faut pas que ce soit par dépit ou parce qu'ils ont le sentiment que l'adulte est exaspéré par les plaintes. Attention à l'idée selon laquelle la délation c'est mal! Les enfants doivent garder assez de confiance pour chercher la protection de l'adulte.  

Tout à fait, par "intervenir" je n'entendais pas "punir".  Intervenir, pour moi, c'est faire mon Salomon ... ou du moins essayer !
Et je fais aussi l'apologie de la délation positive, celle qui dénonce un danger ou une injustice. Je répète régulièrement que ne pas dénoncer une mauvaise action dont on es témoin équivaut à être complice.
Mais ce qui est parfois lassant ce sont les micro-conflits un peu gnan-gnan de chipies de 6 ou 7 ans ...

Verdurette
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Veauche: un élève de 10 ans, passé à tabac dans la cour de récréation

Message par egomet le Mer 29 Mar 2017 - 19:34

Bah! Ça n'a qu'un temps. Le truc, c'est qu'il y a toujours une nouvelle promotion de chipies de 6 ou 7 ans pour remplacer celles qui se sont assagies.

La beauté de la vie, en somme.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum